Archives de août, 2014

(Foto: Ministerio del Interior)
(Foto: Ministerio del Interior)
Interceptación telefónica a los propietarios de las empresas de fachada Carboníferas Alfa & Omega y Betas Andinas del Perú facilitó la identificación y ubicación de dos mexicanos señalados como presuntos representantes del cartel de Sinaloa instalados en Trujillo, quienes supervisaban el acondicionamiento de la droga en Huanchaco y los embarques a Europa.

Doris Aguirre

Las siete toneladas de cocaína que la policía encontró en un almacén ubicado en el malecón de Huanchaco, Trujillo, eran parte de un acopio que la mafia mexicana del cartel de Sinaloa planeaba despachar por partes a España y Bélgica en un lapso de seis meses.

De acuerdo con cálculos de agentes de la División de Investigaciones Especiales de la Dirección Antidrogas (Divinesp), la organización criminal exportaba la droga en alijos de dos a tres toneladas.

« Hemos registrado que desde la fundación de las empresas de fachada que usaron los narcotraficantes, consiguieron hacer 30 envíos de carbón de piedra, entre 2012 y lo que va del 2014. Para despistar a la Policía y Aduanas, en algunas exportaciones de carbón de piedra camuflaban los paquetes de cocaína y en otros no. Esto significa, por versión de los detenidos, que por lo menos consiguieron exportar 20 toneladas », explicaron fuentes relacionadas con la ‘Operación Carbonero' ».

El 27 de noviembre del 2013, la policía descubrió en Trujillo, en un cargamento de carbón de piedra, 141 kilos de cocaína. Desde entonces, la Dirandro sometió a vigilancia a todas las exportaciones de dicho producto. Es así que los agentes detectaron a las compañías « Carboníferas Alfa & Omega », constituida en Trujillo el 26 de marzo del 2011, y a « Betas Andinas del Perú », registrada el 26 de setiembre del 2012.

El seguimiento permitió a los agentes antinarcóticos registrar un perfil de cada empresa. Empezaron con pequeñas cantidades de carbón de piedra y luego aumentaron sistemáticamente el monto. De pronto, no coincidía que empresas formadas con pequeños capitales financiaran millonarias exportaciones a Europa.

Carboníferas Alfa & Omega fue inscrita por Nancy Altamirano Flores y Carlos Altamirano Flores con un capital de 10 mil soles, el 26 de marzo del 2011. Dieciocho meses después, aumentó su capital a 64 mil 500 soles.

Las fuentes de la policía antidrogas han establecido que la mafia mexicana usó otra empresa para dedicarse al mismo rubro de la exportación de carbón de piedra con el propósito de evitar una eventual intervención de Carboníferas Alfa & Omega. Por eso, constituyeron la empresa Betas Andinas del Perú mediante los testaferros Luis Tinta Jara y Néstor Herrera Villanueva, con un capital de 53 mil 200 soles. Estas personas tampoco cuentan con ingresos para justificar dicho monto.

LA PISTA DEL CARBÓN

« Los montos de capital que se invirtieron para la constitución de las empresas son exiguos en comparación con las enormes cantidades de carbón piedra que exportaban », dijeron las fuentes: « Eso fue lo que nos llamó la atención. No había coincidencia. Además los testaferros son personas sin mayores ingresos. No justificaban el capital que invirtieron ».

La interceptación telefónica a los números de Nancy y Carlos Altamirano Flores, y de Luis Tinta Jara y Néstor Herrera Villanueva, permitió a la Divinesp identificar a sus cómplices y a los representantes del cartel de Sinaloa en Trujillo que verificaban la exportación de la cocaína en cantidades industriales.

« Cuando se confirmó que se dedicaban a la exportación de droga, se organizó una ‘remesa controlada’. Es decir, observamos cómo se organizaban para recibir la cocaína que llegaba del valle de los ríos Apurímac, Ene y Mantaro (Vraem). Luego, el proceso de acondicionamiento de la droga en las piedras de carbón. Y a continuación la preparación para el embarque hacia Europa. Solo después intervinimos el almacén de Huanchaco », explicaron las fuentes antidrogas.

La ubicación de los teléfonos de los detenidos, así como diversas agendas, servirán a la policía antidroga para hacer un seguimiento de las comunicaciones de la organización criminal dedicada a la exportación de droga.

De acuerdo con las fuentes policiales antinarcóticos, la cantidad de droga incautada demuestra que en el Perú las mafias han ingresado a un proceso de producción y exportación de droga en cantidades industriales.

CIUDADANOS AZTECAS SON PIEZAS CLAVES

Rubén Larios Cavadas (35) y Josef Gutiérrez León (24) son los narcotraficantes mexicanos detenidos por su relación con la organización que exportaba droga por toneladas a Europa.

La División de Investigaciones Especiales de la Policía Antidrogas considera que los ciudadanos aztecas serían miembros del poderoso cartel de Sinaloa, responsable de la mayor distribución de droga en el mundo.

La investigación policial ha detectado más de 40 compañías dedicadas a la exportación de carbón de piedra, las que están siendo evaluadas para establecer la procedencia legal de los negocios.

El registro del movimiento migratorio de los mexicanos, sus contactos en Lima y Trujillo, así como sus cuentas bancarias y el levantamiento del secreto de las comunicaciones, han comenzado a aplicarse para identificar a sus contactos en México u otros países. La Dirandro pidió información a la Procuraduría General de la República de México sobre los detenidos.

FUENTE: http://www.larepublica.pe/29-08-2014/mafia-mexicana-exporto-20-toneladas-de-cocaina-pura-desde-paita-y-callao

0000000000000000000000000000

Cette semaine encore, plusieurs tonnes de cocaïne à destination de la Belgique ont été découvertes au Pérou. Comment expliquer que la Belgique soit un pays tant convoité par les trafiquants?

Eléments de réponse avec Nathanaël Pauly et Gaëtan Lillon.

30 Août 2014 20h56

Un important coup de filet a été réalisé par la police péruvienne: des tonnes de cocaïne ont été découvertes. Les trafiquants l’avaient dissimulée dans des sacs de charbon. La drogue devait entrer en Belgique par bateau : « Nous sommes un petit pays, dans lequel il est facile d’entrer et de sortir, a expliqué Brice De Ruyver, coordinateur de la cellule générale de Politique Drogues, au micro de notre journaliste Nathanaël Pauly. Je ne dis pas que cette drogue était destinée au marché belge, c’était le cas d’une petite partie seulement ».

Les groupes criminels cherchent des endroits comme le port d’Anvers!

La cocaïne devait arriver chez nous via le port d’Anvers. « C’est ce qu’on appelle un port ouvert, très difficile à sécuriser, on constate cela dans tous les trafics illicites, poursuit Brice De Ruyver. Les groupes criminels cherchent un tel endroit ».

La Belgique n’est pas une plaque tournante, mais bien un pays de transit

Lorsque la drogue parvient en Belgique, elle est en général acheminée vers les Pays-Bas par les trafiquants. C’est bien là qu’est située la plaque tournante du trafic européen. La Belgique est en réalité un pays de transit.

De plus, suite au renforcement des mesures de répression aux Pays-Bas, la production augmente chez nous. « Depuis des années, les plantations de cannabis et les laboratoires de drogues synthétiques augmentent en nombre à cause de la pression croissante exercée par les autorités hollandaises », relève également le coordinateur.

PLUS sur http://www.rtl.be/info/belgique/faitsdivers/1120533/tonnes-de-cocaine-a-destination-de-la-belgique-saisie-voici-pourquoi-notre-pays-est-si-convoite-par-les-trafiquants

 

00000000000000000000000000000000000

GIBRALTAR, le film diffusé actuellement sur Canal +, s’est inspiré très librement de l’histoire de Marc Fievet

Publié: 30 août 2014 dans Afghanistan, BAN, Cannabis - Hachis - Haschich, Cocaïne, Colombie, DEA (USA), DG de la Douane française, DNRED, Douane française, GRC - RCMP (Canada), Guardia Civil, Guardia di Finanza (Italie), HM Customs Excise (UK), INFOS, NARCOTRAFIC, NS 55, Police, Policia, Secret Defense, SERVICES ESPAGNOLS, SERVICES FRANCAIS, SVA, TRACFIN
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Quelques opérations parmi d’autres!

Eté 1993

Quelques problèmes en mer d’Oman!

ile-de-Socotra

L’intervention américaine en Somalie perturbe les plans de Claudio Pascuale Locatelli. Des avions de l’US Air force ne cessent de survoler la zone où le cannabis afghan enlevé dans la région de Gwadar, sur la côte ouest du Pakistan, devait être transféré à bord du Melor, entre l’extrême Est du Yémen et le Nord de l’île de Socotra.

Le cargo iranien qui avait chargé  dans le port pakistanais n’a pu attendre le Melor et a improvisé en transférant les trente-deux tonnes  à bord d’un discret boutre local qui attend sagement le navire Melor dans la zone de Obock, au nord-est de Djibouti, sans attirer l’attention des pilotes américains.

Obock.8

D’un saut d’avion, NS 55 (Marc Fievet) va rejoindre l’équipage en escale à Djibouti avant l’opération de chargement, et s’assure que tout est en ordre.

Le transbordement  s’effectuera le 14 juillet  1993 sans problème.

MELORM/S Melor finançé à l’origine par la Douane française pour l’opération « Claudine » menée avec le British Customs Excise

mer-d-Oman-golf-d-Oman-golf

Malheureusement le Melor n’a qu’un « Brons » de 360 CV et ne peut affronter les vagues , le vent et les courants de la mousson qui s’est établi dans l’océan indien.

mousson-so-ne

Claudio Pascuale Locatelli trouve la solution en nolisant un « supplyer » à Mascate.

supplyer

Gil, le  responsable de la marchandise, a suivi avec le télex du Melor pour assurer la continuité des communications. Toutes les factures qui arrivent à la compagnie Rio Plata ltd de Gibraltar seront transmises à Jean Paul Garcia, attaché de la Douane française à Madrid, aujourd’hui en 2014 directeur de la DNRED;

Les numéros contactés parleront: des échanges avec un télex dans le Var en France mais sur liste rouge…Et de nombreux échanges avec une grande banque de New York!

Le TRACFIN n’ a certainement pas eu les moyens de s’exprimer!

Début novembre 1993 en atlantique nord

Europe-mers-d-Europe-Océan-Atlantique-Amérique-du-Nord

27 tonnes pour le Canada

Ricky Anthony Parsons, rentre au port de Clarenville-St Jones, au Nouveau Brunswick.  Son bateau, le « M/V Cutknife II » est chargé de vingt-sept tonnes de cannabis afghan qu’il a récupéré sur le supplyer  en eaux internationales. La Royal Canadian Mounted Police (RCMP)  saisit la cargaison.

5 tonnes pour l’Angleterre

Le 3 novembre, un bateau de pêche, le  » Schema  » est arraisonné par les douanes anglaises à Bideford, en Cornouailles. Il y a cinq tonnes de cannabis afghan à bord.

***************************************************

AUG 28 (SACRAMENTO, Calif.) –A federal grand jury returned a 17-count indictment today against Kenneth Tam, 53; Gerald Osborne, 56; Sherlynn Charles, 52; Marco Antonio Borja, 38; Adalberto Valenzuela-Ruiz, 30; and Nelson Gutierrez, 26, charging them with conspiracy to distribute and to possess with the intent to distribute methamphetamine and heroin, and possession and distribution of methamphetamine and heroin.

According to court documents, in January 2014, a seven-month investigation began after law enforcement received reports that Tam was trafficking large amounts of methamphetamine and heroin throughout Sacramento, Yolo, and El Dorado Counties. Tam acquired large amounts of methamphetamine from Borja, Valenzuela-Ruiz, and Gutierrez, as well as heroin from other sources, and used sub-dealers, including Osborne and Charles, to distribute those drugs on his behalf. Through controlled purchases, searches, and other law enforcement activity, investigators seized over nine pounds of methamphetamine and nearly two pounds of heroin.

This case is the product of an investigation by the Drug Enforcement Administration. Assistant United States Attorney Michael D. McCoy is prosecuting the case.

If convicted, Kenneth Tam and Gerald Osborne face sentences of 20 years to life in prison and a $20 million fine. The four remaining defendants each face 10 years to life in prison and a $10 million fine. Any sentence, however, would be determined at the discretion of the court after consideration of any applicable statutory factors and the Federal Sentencing Guidelines, which take into account a number of variables. The charges are only allegations; the defendants are presumed innocent until and unless proven guilty beyond a reasonable doubt.

SOURCE: http://www.justice.gov/dea/divisions/sf/2014/sf082814.shtml

000000000000000000000000000000

CBS Los Angeles

OTAY MESA (CBSLA.com) — U.S. Customs and Border Protection officers recently discovered 3,370 pounds of marijuana that was hidden in a shipment of Christmas bows.

According to officials, around 3:30 p.m. Thursday, a 28-year-old Mexican citizen that was driving a 1998 Kenworth tractor entered the port of entry facility while pulling a trailer with cargo masked as bows.

(credit: U.S. Department of Homeland Security/U.S. Customs and Border Protection) (credit: U.S. Department of Homeland Security/U.S. Customs and Border Protection)

The driver was referred for questioning by a border officer on duty, officials said.

During an in-depth examination, officers ran the tractor and trailer through the port’s imaging system, which detected anomalies within the cargo, authorities said.

Officers reported they then inspected one of the boxes and found a « green-leafy substance » that tested positive for marijuana.

Officials extracted 209 large packages of marijuana from inside of the boxes, which is valued at $1.5 million, a press release stated.

(credit: U.S. Department of Homeland Security/U.S. Customs and Border Protection) (credit: U.S. Department of…

View original post 27 mots de plus

vendredi 10 janvier 2014 – 16h45

Interrogé par nos soins à l’occasion de la diffusion prochaine de « Braquo » saison, 3,  Abdel Raouf Dafri, le scénariste des deux « Mesrine » ou encore du film de Jacques Audiard, « Un prophète », s’est exprimé sur le système de production des films français et du traitement réservé aux scénaristes dans l’hexagone.


La controverse soulevée par Abdel Raouf Dafri suite à la sortie du film Gibraltar

Lauréat d’un César pour Un prophète, Abdel Raouf Dafri est sans conteste l’un des grands noms du scénario en France. Mais il est également connu pour ses propos sans langue de bois. Ainsi, interrogé par nos soins sur le travail des scénaristes en France, il n’a pas pris de gants pour dévoiler le fond de sa pensée et livrer une vision virulente du système.

Morceaux choisis :

– « Aux Etats-Unis, le scénario c’est ce qu’il y a de plus sacré. »

– « Qu’est-ce que c’est que raconter une histoire ? Aujourd’hui en France, on a perdu ça ! »

– « La plume c’est comme la bouche : si t’as rien à dire, ferme ta g….e ! »

– « En France on ne valorise pas l’écrit »

– « Quand vous regardez le cinéma français, vous pleurez ! »

– « On fabrique du Doliprane. »

Propos recueillis par Clément Cusseau / Cadrage : Constance Mathews


la video: http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18629966.html

#Posté le lundi 09 juin 2014 23:54

Modifié le mardi 10 juin 2014 00:07

La controverse suite à la sortie du film Gibraltar et ma réponse publiée sur Allociné
La controverse suite à la sortie du film Gibraltar et ma réponse publiée sur AllocinéRéponse de Marc Fiévet, suite à la polémique autour du tournage de Gibraltar, dans son intégralité
 

Bonjour à toutes et à tous, je m’appelle MARC FIÉVET, je suis l’homme qui a inspiré le film « GIBRALTAR » après la parution de mon livre « L’AVISEUR ».

Suite aux vidéos mises en ligne sur Allocine (celles d’Abdel Raouf Dafri et Julien Leclercq) et la controverse soulevée, j’estime nécessaire d’apporter quelques précisions supplémentaires sur le film produit par Dimitri Rassam et réalisé par Julien Leclercq, avec dans le rôle de Marc Duval, Gilles Lellouche, dans le rôle de l’officier recruteur des douanes françaises et agent traitant, Tahar Rahim et dans le rôle du narco Claudio Pasquale Locatelli – considéré comme le Copernic du narcotrafic mondial par Roberto Saviano dans son dernier livre Zero, zero, zero – Riccardo Scamarcio.

Le  scénario initial tiré du livre « L’Aviseur » que j’ai écrit, et qui a inspiré l’écriture par Abdel Raouf Dafri, du scénario auquel j’ai participé et pour lequel j’ai signé un contrat de consultant, n’a pas été respecté par le réalisateur et ne correspond en rien à ce qui devait être tourné…

En effet comment aurais-je pu accepter d’être présenté comme ce Marc Duval, tenancier d’un « bar à tapas » de troisième zone, incapable de faire marcher son business et s’entêtant toutefois à garder un voilier qu’il n’était pas capable d’assumer financièrement ?

Comment aurais-je pu accepter que le réalisateur Julien Leclercq tourne des scènes qui n’ont strictement rien à voir avec la réalité de mon vécu ?

Comment aurais-je pu accepter de voir sali le rôle que j’ai joué auprès des autorités régaliennes et des opérations undercover des services de lutte contre le narcotrafic ?

J’ai rencontré le réalisateur Julien Leclercq pour la première fois lors de la projection privée à laquelle j’ai assisté, accompagné de mes avocats, le 15 juin 2013. Je lui ai immédiatement demandé pour quelles raisons la scène de ma rencontre avec le ministre Michel Charasse ne figurait pas dans le film (alors qu’elle se trouvait dans le scénario d’Abdel Raouf Dafri)?  Après un bafouillage, il m’expliqua que c’était une question de coût !

Fichtre, tourner une scène dans un bureau avec un ventru à bretelles fumant le « Cohiba » aurait au moins démontré la volonté politique des actions d’infiltration. Mais c’était trop cher !

Ce sera l’unique rencontre que j’aurais eu avec ce « grand » professionnel.

Ce qui me navre, c’est que je suis présenté dans ce mauvais film comme un pauvre mec aux abois et pis encore, comme un mauvais agent d’infiltration. Pourtant, si l’on en croit les propos de :

Christian Gatard (le douanier joué par Tahar Rahim) interviewé par Ouest France le 7 octobre 2013:

« Marc Fiévet a été très productif et très professionnel en matière de renseignements. Il travaillait de manière rigoureuse avec une production dense, riche et intéressante sur les individus et les mouvements de bateaux. Il a rencontré plusieurs fois le ministre, Michel Charasse, et les Douanes lui ont même financé l’achat d’un restaurant près de Marbella. Notre coopération opérationnelle a duré six ans et malheureusement il a été arrêté par les Britanniques, à la demande des Canadiens. »

À la question « Pourquoi a-t-il été arrêté ? » :
« Au fil du temps, il s’est infiltré dans les réseaux et a été, entre autre, en relation avec un gros baron de la drogue, Claudio Locatelli. Il a participé à de nombreuses opérations, notamment six tonnes de cocaïne au Canada. Bien que les Britanniques aient profité des renseignements de Marc Fievet, ils avaient une dent contre lui au sujet d’une livraison de cocaïne pour l’IRA qui n’avait pas eu lieu et ils l’ont « flingué ».
Grâce à lui, on les avait informés de cette livraison, ils étaient très intéressés, ils espéraient arrêter des membres de l’IRA et ont donné des instructions précises.
Marc Fievet devait attendre en pleine mer la livraison par avion, en provenance du Vénézuela. Mais, dans la zone concernée, les Américains ont procédé inopinément à des contrôles renforcés et le largage n’a donc pas eu lieu.
Après un mois d’attente, Marc Fievet est reparti et les Anglais ont été très désappointés.
Cet épisode est d’ailleurs relaté dans le film de manière déformée. Après son arrestation, il n’a pas été soutenu par la France. Il aurait peut-être pu bénéficier d’une remise de peine suite à son rapatriement du Canada, deux ans après sa condamnation, mais le directeur général des douanes avait changé ainsi que le ministre. »

Que pensez-vous du film ?
« Il est assez violent. Heureusement, ces meurtres n’ont pas existé ! Il y a des invraisemblances. On me fait faire des contrôles en Espagne alors que c’est impossible. Il y a des choses aménagées par rapport à la réalité.
Je n’ai pas un mauvais rôle, mais le film ne retrace pas les nombreux échanges qu’on a eus avec Marc Fievet. J’ai toujours des contacts avec lui et une certaine admiration, car il fallait du courage pour faire ce qu’on lui demandait. »

Interrogé à mon tour le 18 octobre 2013 par Ouest France

Comment avez-vous rencontré Christian Gatard ?
« J’étais en recherche d’emploi, il m’a contacté par téléphone puis nous nous sommes rencontrés à Gibraltar. J’ai accepté de travailler pour les douanes car c’était une activité d’observation dans laquelle je pensais pouvoir m’intégrer et obtenir des résultats. J’estimais que j’étais en capacité de donner le change afin d’éviter le danger et de pouvoir passer au travers des suspicions et de la paranoïa des narco-trafiquants.
Nous avions des résultats exceptionnels. Cela a bien marché jusqu’à un changement de politique en mars 1993. Nicolas Sarkozy devenu ministre du budget du gouvernement Balladur a donné pour directive de supprimer toutes les actions d’infiltration, mais moi, j’étais déjà infiltré dans l’organisation dirigée par Claudio Locatelli, baron de la drogue. Les responsables des douanes avec lesquels j’étais en relation ont été mutés.
À l’époque, je naviguais sur un bateau, financé à 50 % par les douanes françaises et pour le reste par des narco-trafiquants anglais. N’étant pas informé de cette nouvelle orientation politique, j’ai continué mon activité et fin juin, j’ai organisé à l’hôtel Meurice un rendez-vous avec deux financiers d’un trafic de quatre-vingts tonnes de cannabis. J’ai avisé Christian Gatard pour que soit mis en place un dispositif afin de les identifier. La direction parisienne a refusé de mettre à disposition des hommes pour soutenir l’équipe nantaise et le dispositif a échoué. »

Quelles ont été vos relations avec Christian Gatard ?
« Christian Gatard me disait d’être prudent, mais j’étais axé sur la culture du résultat et infiltré à un niveau tel que je ne pouvais plus reculer. Je me suis retrouvé sous la coupe de Locatelli qui m’a mis à l’abri avec ma famille à un moment où j’étais menacé ; les douanes françaises que j’avais sollicitées m’avaient laissé tomber.
Christian Gatard a ensuite été muté à Marseille et a reçu l’ordre de ne plus suivre mon affaire. Il a cependant été sollicité par sa hiérarchie pour se rendre au Canada après mon arrestation pour me dire que je devais plaider coupable, que je serai après rapatrié en France et qu’on solliciterait une grâce présidentielle.
Quand je suis rentré, le directeur général des douanes de l’époque a refusé d’intervenir et d’assumer la continuité du service de l’Etat. De son côté, Michel Charasse, que j’avais rencontré cinq fois, n’est pas intervenu auprès de Jacques Chirac pour que je sois gracié. Ce sont eux les deux responsables.
Christian Gatard ne m’a pas laissé tomber, on a travaillé ensemble pendant six ans et je ne vois pas pourquoi je lui en voudrais. On se rencontre de temps en temps et c’est toujours un plaisir, même si cela provoque chez moi un retour d’adrénaline et me renvoie des années en arrière. »

Que pensez-vous du film Gibraltar ?
« Il ne reflète pas du tout la réalité, ce n’est pas mon histoire. Je passe pour une vieille tâche. On oublie les relations politiques, il n’y a plus d’adoubement. La chronologie n’est pas du tout respectée et (lors de la promo de sortie du film faite par Gilles Lellouche) Je suis présenté par les médias comme un narco-trafiquant repenti, ce qui est faux. »

Au début, j’ai eu un contrat de coscénariste et j’ai participé aux quatre premiers scénarios (il y en a eu sept). Après j’ai été écarté et je n’ai plus eu de nouvelles. Je n’ai pas été approché par Julien Leclercq, le réalisateur, ni par Gilles Lellouche qui joue mon personnage.

Comment aurais-je pu approuver le rôle du personnage censé me représenter, tel que le joue Gilles Lelouche, alors même que ce dernier s’est refusé à toute rencontre avec moi, arguant du fait qu’il ne voulait pas être « subjugué » ou « déçu ».

Un acteur, pour moi, lorsqu’il joue le rôle d’un individu bien réel qui a inspiré un scénariste,  doit respecter le profil de celui qu’il incarne à l’écran. Et s’il a la chance que ce dernier soit vivant et qui plus est consultant sur le film, le minimum semble au moins qu’il accepte de passer quelques jours avec lui sur le tournage. Au lieu de cela, et c’est Gilles Lellouche lui-même qui le précisera lors d’une interview le 7 septembre 2013 avec Charlotte Bouteloup (Télématin-France 2),  il réécrivait les dialogues et revoyait la mise en scène avec Tahar Rahim lors des soirées à l’hôtel, pendant le tournage en Andalousie. L’acteur a donc arrangé le scénario et les dialogues à sa façon, avec l’aval du prétendu réalisateur.

Dans ces conditions, les états d’âme de Gilles Lellouche sont surprenants.

Alors, pourquoi ce film qui ne représente en rien la réalité ? C’est la question que je me pose et que je pose à Dimitri Rassam !

Pourquoi avoir changé le scénario, le titre du film et le nom du personnage principal ?

J’ai appris de la bouche même d’Abdel Raouf Dafri (qui le tient de Dimitri Rassam avec lequel il a eu une conversation téléphonique assez houleuse à ce sujet) que le changement de mon nom en Marc Duval venait d’informations transmises à SND (le distributeur du film) par un agent de la DST (La Direction de la Surveillance du territoire était un service de renseignements du ministère de l’Intérieur, au sein de la Direction générale de la Police)… Ce mystérieux agent aurait informé la société SND que je serais un individu sulfureux… Et qu’il valait mieux changer mon nom.

Dafri n’en a pas cru un mot, s’est brouillé définitivement avec le producteur et le réalisateur et a tourné le dos au film, 8 jours avant le début du tournage.

Personnellement, je pense qu’il vaut mieux en rire quand on sait que la DST n’existait déjà plus à l’époque de la mise en chantier du film, car remplacée par la DCRI (Direction centrale du Renseignement intérieur) au 1er juillet 2008, et que la postface de mon livre, Infiltré, au coeur de la mafia, fut écrite par un ancien patron de la DST qui « connait la chanson »!

Marc Fievet

http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18630521.html

000000000000000000000000000000000000

La cocaïne semble attirer de plus en plus de jeunes. Elle est pourtant de plus en plus dangereuse, avec l’utilisation croissante de produits de coupage.
Saisie de cocaïne chez un particulier. AFP PHOTO / FRED DUFOURLa cocaïne a le vent en poupe. « La part des 18-64 ans ayant expérimenté la cocaïne a été multipliée par trois en deux décennies, passant de 0,8 % en 1992 à 3,8 % en 2010 », selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Mais la « qualité » de la cocaïne est en baisse constante ces dernières années, avec l’augmentation de l’utilisation d’adultérants, c’est-à-dire des produits de coupage, dans les saisies analysées.

Du lévamisole dans 61 % des échantillons analysés

Et c’est une substance en particulier, le lévamisole, sur lequel alerte l’Agence nationale du médicament (ANSM) dans un rapport de juillet 2014. Sa présence augmente de façon importante depuis 2007, et atteint même 61 % dans les échantillons analysés en 2010, d’après les données de la base de l’Institut national de police scientifique.

Prisé par les revendeurs pour ses effets psycho-stimulants, le lévamisole est un antiparasitaire utilisé en médecine vétérinaire chez les vaches et les chevaux. « Le lévamisole et son métabolite, l’aminorex, exposent à des risques qui viennent s’ajouter aux risques propres de la cocaïne », explique l’ANSM. Il peut provoquer des réactions allergiques et neurologiques.

Administré à très forte dose, ses effets peuvent être mortels. Des médecins ont rapporté ce mois-ci le cas d’un consommateur régulier de cocaïne, âgé de 22 ans et décédé d’une leucoencéphalopathie (atteinte de la substance blanche du cerveau) toxique (Journal of Medical Toxicology, août 2014). Les analyses ont montré que sa cocaïne contenait du lévamisole.

SOURCE: http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20140829.OBS7591/la-cocaine-est-de-moins-en-moins-pure.html?xtor=RSS-26

000000000000000000000000000000000

700kg de cocaïne retrouvés à bord d'un avion appartenant à Alain AfflelouPierre-Marc Dreyfus, le dirigeant d’une société de transport mis en examen dans le cadre d’une enquête sur un trafic de stupéfiants entre la République Dominicaine et la France, baptisé Air Cocaïne, a été remis en liberté ce jeudi.
M. Dreyfus a été remis en liberté par la cour d’appel d’Aix-en-Provence qui a ordonné son placement sous contrôle judiciaire, le versement d’une caution de 200.000 euros et l’interdiction de sortie du département des Bouches-du-Rhône, a indiqué Me Pierre Ceccaldi, son avocat. M. Dreyfus reste mis en examen pour «importation de stupéfiants en bande organisée, association de malfaiteurs et direction d’un groupement en vue de l’importation et du trafic de stupéfiants et blanchiment».
Le 20 mars 2013, une opération de l’agence anti-drogue dominicaine, agissant après des mois d’enquête et de surveillance suite à des renseignements livrés par des agences étrangères, avait abouti à l’arrestation de 35 personnes et la saisie de 700 kilos de cocaïne, en partance pour la France à bord d’un jet, un Falcon 50.
Parmi les personnes interpellées, figuraient quatre Français, dont deux pilotes, à bord de l’avion contenant la drogue et devant décoller de Punta Cana à destination de la France.
Immatriculé au nom du lunettier français Alain Afflelou, l’avion avait été affrété par la société de M. Dreyfus, basée à l’aéroport de Lyon-Bron (Rhône).
Placés en détention provisoire en République dominicaine, les quatre Français ont été relâchés en juin 2014 mais interdits de quitter le territoire en attendant leur procès.
Par AFP | Publié le 28/08/2014 à 21:38
source: http://www.ledauphine.com/france-monde/2014/08/28/air-cocaine-le-dirigeant-de-la-compagnie-de-transport-remis-en-liberte

00000000000000000000000000000000000

Chinese cocaine shipping container Shanghai DEAUmberto Bacchi

By

August 29, 2014 13:18 BST
Chinese police seized 70kg of cocaine hidden in a shipping container in Shanghai(AFP PHOTO/Peter PARKS)

US and Chinese police forces cooperated to make the single largest drug bust in China’s recent history, Beijing said.

Acting on a tip-off by US Drug Enforcement Administration (DEA) officials, Chinese security forces seized 70kg of cocaine that had been smuggled to Shanghai from South America, the Ministry of Public Security said.

In August, the DEA informed its Chinese counterparts of a suspect shipping container coming from Peru via Mexico.

US officials said that analysis of phone messages and emails of a murdered Mexican drug cartel member suggested the cargo was to transit from Shanghai, where it was to be loaded on another ship bound to New Zealand.

As the ship docked in China’s largest city, it was searched Police and customs officials revealing a large quantity of cocaine.

The haul, which according to estimates had a street market value of more than $7m (£4.2m) in China, was the single largest amount seized by local authorities in recent years, state news agency Xinhua reported.

« The ministry said it has in recent years strengthened cooperation with foreign agencies including the DEA, with which it has regular intelligence exchanges, and that the efforts have apparently paid off, » the agency wrote.

The case came as Chinese president Xi Jinping has launched a tough crackdown on illegal drug use, which has risen in recent years fuelled by the growing income enjoyed by China’s middle-class.

Several celebrities, including the including the son movie star Jackie Chan and actor Kai Ko, have been arrested on drug charges in the last few months.

SOURCE: http://www.ibtimes.co.uk/us-dea-helps-china-make-7m-cocaine-bust-shanghai-1463146

000000000000000000000000000000000

belga Publié le vendredi 29 août 2014 à 07h50 – Mis à jour le vendredi 29 août 2014 à 07h52

Plusieurs tonnes de cocaïne ont été découvertes au Pérou lors d’une importante action contre le trafic de drogue. La cocaïne, cachée dans des sacs de charbon, était prête à être transportée par bateau jusqu’en Belgique et en Espagne, selon l’agence de presse Andina.

Le président péruvien Ollanta Humala a déclaré qu’il s’agissait « du plus gros coup infligé au trafic de drogue de toute l’histoire du Pérou ». Deux Mexicains et six Péruviens ont été arrêtés.

Jeudi soir, la police avait déjà mis la main sur 7,6 tonnes de cocaïne mais de nombreux sacs de charbon devaient encore être fouillés.

SOURCE: http://www.dhnet.be/actu/faits/decouverte-de-plusieurs-tonnes-de-cocaine-destinees-a-la-belgique-54001490357030e6103bc5fa

000000000000000000000000000000

 

 

Consuming Cannabis Is A Crime. Well, Unless 1 Million Europeans Sign Thisuntitled_design

Let’s open up the debate on legalizing Cannabis in Europe. Sign the first law proposal on cannabis consumption in Europe

With 1 million signatures, this law proposal may be voted by the European Parliament

To talk about cannabis is to talk about the forbidden

Despite cannabis prohibition in Europe, 77 million Europeans declare having already consumed cannabis during their lives. Among this number, 9 million young adults (15-34 years) declare having consumed cannabis during this last month. These citizens are reaching out to the only suppliers, the underground networks, and thus sustaining a black market, with all theharmful consequences it has on the economy, human lives and more. Today, this market is entirely neglected by the public authorities.

Weed Like to Talk proposes to legalise the consumption, production, and selling of cannabis

View original post 229 mots de plus

WPMT FOX43

HARRISBURG, Pa. (WPMT)-A 33-year-old man was sentenced to 25 years in prison for criminal conspiracy and distribution of crack cocaine and powder cocaine.

U.S. District Court Judge John E. Jones III sentenced Maurice Henderson, of New York and Harrisburg, in federal court Wednesday to 25  years and placed him on supervised release for 10 years after he completes his prison term, according to the U.S. Attorney’s Middle District office.

According to United States Attorney Peter Smith, Henderson was convicted of criminal conspiracy to distribute and possess with intent to distribute five kilograms and more of cocaine hydrochloride and 280 grams or more of crack cocaine and distribution and possession with intent to distribute the same drugs.

The U.S. Attorney’s office said Henderson sold crack cocaine to an individual working with the Dauphin County Drug Task Force twice and also sold crack cocaine to an undercover police officer on two occasions…

View original post 206 mots de plus

Drug Smuggling Ring Busted At McCarron

Publié: 29 août 2014 dans INFOS

CBS Las Vegas

Las Vegas, NV –Federal agents arrest three men accused of running a drug smuggling ring operating through McCarran International Airport.

An Anchorage federal grand jury has indicted three Las Vegas men on charges of conspiring to distribute more than five kilograms of cocaine to Alaska.

Federal prosecutors say 47-year-old Daren Cole, 37-year-old Dewane Blue, and 36-year-old Bryan Bledsoe, a McCarran  airport employee, are under indictment.

Investigators say here’s how it worked: Blue gave the drugs to Bledsoe, who worked at McCarran.

As an employee, Bledsoe would bypass security then pass the drugs off to other travelers, who took them to Alaska and other states. Bledsoe was nabbed in June with 10 kilograms of cocaine in his bag, according to federal agents.

Hundreds of thousands of dollars in cash were sent from Alaska back to Las Vegas.

(Associated Press)

View original post


%d blogueurs aiment cette page :