Archives de 10 août 2014

DRUG DEALS AND PRIVATE DANCERS

Publié: 10 août 2014 par Marc Fievet dans Narcotrafic INFOS

TONY ROCA THE AUTHOR

My “drug-deals” in Canada had become somewhat successful. I’d travel to Montreal every 3 to 4 months, collect my money in checks, and head back to Colombia without a hitch. images

But, as things started to become problematic with security, I didn’t want to fly anymore. I decided to control everything from the beautiful office I shared with two other friends and colleagues behind the World Trade Center in Bogota.

My office looked more like the headquarters of a huge corporation than a nest of drug-traffickers. Wooden columns and marble tiles laid across the floor, and a long exquisite customized “retro” table took up space in the middle of the conference room. The bar was always stacked with an assortment of brands as well as the wine cooler which usually kept delectable authentic petit fours, fresh and preserved.

Not only did I conduct business within these four walls, but “stripper” parties…

Voir l’article original 333 mots de plus

KTLA

A 26-year-old man remained in custody on Friday after his arrest on suspicion of selling heroin to high school students and others in Huntington Beach, authorities said.

Juan Vidrio was taken into custody Wednesday during a multiagency operation conducted by members of the Huntington Beach and Los Angeles police departments, the Drug Enforcement Administration and the Los Angeles Port Police, according to a news release.

An investigation into Vidrio’s activities had been launched in March, and revealed both the identity of his supplier and that the supplier was a resident of Orange County who lived near Huntington Beach, officials said.

When detectives arrested Vidrio, he was found to be in possession of 20 ounces of heroin that “was packaged in amounts consistent with mid-level drug trafficking rather than street-level sales,” the release said.

Investigators searched the supplier’s home and recovered about 7 pounds of heroin, as well as 1.8 grams of…

Voir l’article original 78 mots de plus

CBS Los Angeles

HUNTINGTON BEACH (CBSLA.com) — Huntington Beach police have arrested a man on suspicion of dealing heroin to high school students after an investigation that led to the seizure of about $250,000 in drugs.

Juan Vidrio, 26, of Huntington Beach was taken into custody this week, five months after authorities began an investigation into drug sales in the seaside city they say revealed Vidrio was selling heroin to teenagers.

Members of the Los Angeles division of the Drug Enforcement Administration and detectives from Huntington Beach Police Department worked a joint operation targeting Vidrio on Aug. 6.

Detectives took Vidrio into custody and found he was in possession of 20 ounces of heroin « packaged in amounts consistent with mid-level drug trafficking rather than street-level sales, » according to authorities.

Huntington Beach police say detectives learned the identity of Vidrio’s supplier, who they say lived in a nearby Orange County city.

Police say about 7 pounds…

Voir l’article original 72 mots de plus

Postman, brother admit trafficking cocaine

Publié: 10 août 2014 par Marc Fievet dans Narcotrafic INFOS

Anne Penketh

A French narcotics officer has been placed under formal investigation on suspicion of stealing more than 50kg of cocaine from police headquarters in Paris, in the most serious and embarrassing scandal ever to hit the elite police squad. Continue reading…

Voir l’article original

Après les associations en 2008, des parlementaires de l’Istiqlal et du Parti de l’authenticité et de la modernité reviennent à la charge.

Des projets de loi ont été déposés par les deux formations politiques pour demander la légalisation de la culture à des fins thérapeutiques et industrielles et solliciter l’amnistie pour les 48 000 cultivateurs qui vivent en semi-clandestinité dans le nord du pays. L’Istiqlal propose que la culture du cannabis soit limitée à cinq régions, Al Hoceima, Chefchaouen, Ouazzane, Tétouan et Taounate, tandis qu’une agence étatique devrait se charger de contrôler l’exploitation et la commercialisation. Au Maroc, la culture du cannabis est officiellement prohibée. Dans les faits, en vertu d’un dahir de 1917 (décret royal), elle est tolérée dans la région de Ketama-Issaguen, fief historique berbère situé dans les montagnes du Rif. Dans cette région rebelle qui n’a cessé de s’opposer au pouvoir, le cannabis est cultivé depuis le 15e siècle. À l’indépendance du Maroc en 1956, le roi Mohammed V, grand-père du souverain actuel, a tenté de l’interdire, mais a fait marche arrière devant la colère des Rifains. Aujourd’hui, le cannabis demeure la source principale de revenus pour les paysans. Une situation ubuesque où la culture n’est ni totalement interdite ni totalement légale.

Quatre-vingt-dix mille familles concernées

« Nous devons sortir les petits cultivateurs du trafic et des chiffres de la drogue et nous attaquer à ceux qui maîtrisent le trafic », explique Chakib Al Khayari, figure de proue du combat associatif pour la légalisation du cannabis et président de l’Association Rif des droits humains (ARDH). Il faut en effet dire que le cannabis marocain qui inonde la quasi-totalité des marchés européens rapporte principalement aux barons locaux, tandis que les petits cultivateurs végètent. Au total, près de 90 000 familles s’adonnent à la culture du cannabis.

Selon le dernier rapport de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), paru fin juin, le Maroc continue d’être le principal producteur mondial de cannabis, avec plus de 38 000 tonnes en 2012, loin devant le Mexique (12 166 tonnes) et l’Afghanistan (1 400 tonnes). Dans le royaume chérifien, les surfaces totales cultivées sont estimées à 52 000 hectares, contre 130 000 il y a dix ans environ. Des chiffres à prendre avec des pincettes, car depuis 2005, les experts de l’ONUDC ne sont pas autorisés à venir sur place pour enquêter. De fait, ces données sont celles transmises par les autorités marocaines.

Un débat vif entre les partis

« C’est une bonne chose que les parlementaires s’emparent du débat sur la légalisation du cannabis, mais les projets de loi ont été déposés dans la précipitation. Il y a de nombreux points qui ne sont pas abordés. Le sujet mérite un débat national sur plusieurs années, avec la participation des associations et des cultivateurs, mais aussi celle d’experts, de médecins, d’économistes, de juristes », relève Chakib Al Khayari, qui craint qu’une telle précipitation ne torpille le projet. Selon la presse marocaine, l’empressement de l’Istiqlal et du Parti de l’authenticité et de la modernité (PAM) s’expliquerait par des visées électoralistes, en vue des prochaines communales de 2015. Le Rif est un réservoir de voix non négligeable, d’environ un million d’électeurs. « Une surenchère électorale inacceptable », a ainsi déclaré Abdellah Bouanou, député du Parti de la justice et du développement, parti islamiste au pouvoir, dans une sortie fin juin à la Chambre des représentants. Pour autant, le PJD n’est pas opposé à travailler sur la question de la légalisation du cannabis, tout comme un autre parti, l’Union constitutionnelle. « Sur le fond, le Parti de la Justice et du Développement (PJD) n’est pas contre. Notre collectif avait envoyé un texte à tous les groupes parlementaires dès 2012 et le PJD avait répondu favorablement à l’idée d’engager des discussions. Légaliser le cannabis n’est pas une fin en soi, c’est un moyen. Le but ultime c’est de développer la région du Rif et de lutter contre le trafic illicite », rappelle Chakib Al Khayari. C’est que la lutte contre le trafic de cannabis au Maroc reste un sujet délicat. Le militant en sait quelque chose. Il a déjà passé deux ans et demi en prison pour avoir dénoncé le trafic de drogue à Nador.

SOURCE: http://www.cannabis-infos.com/2014/08/legalisation-du-cannabis-le-debat.html
0000000000000000000000000000000000000
Un homme abattu à Marseille par une rafale de kalachnikov
    • Par lefigaro.fr
    • Mis à jour le 30/07/2012 à 14:57
    • Publié le 29/07/2012 à 20:03
Dimanche, sur les lieux de la fusillade.

VIDÉO – Dimanche après-midi, un jeune de 25 ans a été poursuivi par une camionnette dans une cité du XIIIe arrondissement, avant d’être la cible d’une rafale d’arme automatique.

Un homme de 25 ans, dont l’identité n’a pas été pour l’heure révélée, a été tué ce dimanche par une rafale de kalachnikov dans la cité dite des Lauriers dans le XIIIe arrondissement de Marseille. Dans un premier temps, il avait été fait mention par erreur que la victime était âgée de 16 ans.

Le préfet délégué à la sécurité Alain Gardère a indiqué sur place que la victime «se trouvait au pied d’un immeuble, un véhicule est arrivé, des individus en sont descendus et lui ont tiré dessus au niveau des jambes».

Selon des sources policières, l’homme, connu et arrêté à de nombreuses reprises pour trafic de stupéfiants, a été la cible d’une rafale d’arme automatique. Les marins-pompiers de la ville n’ont pu le ramener à la vie, malgré les soins prodigués.

LIRE et VOIR + : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/07/29/01016-20120729ARTFIG00184-un-homme-abattu-a-marseille-par-une-rafale-de-kalachnikov.php

000000000000000000000000000000000000000000

Les policiers enquêtant sur le vol présumé de cocaïne par un brigadier des «Stups’» ont découvert incidemment à l’occasion d’une perquisition près d’une tonne de cannabis, a indiqué une source judiciaire qui précise qu’aucun lien n’est pour l’instant établi entre ces dossiers.

Cette découverte a été faite après la perquisition d’un box loué par un autre policier qui a été placé sous le statut de témoin assisté dans le dossier des 52 kilogrammes de cocaïne volés dans la salle des scellés de la brigade des «Stups» du 36, quai des Orfèvres, siège de la police judiciaire parisienne.

Alors que cette fouille dans le quartier de «Chinatown» (XIIIe arrondissement) n’avait rien donné, un chien spécialement dressé pour repérer la drogue avait marqué l’arrêt devant le box contigu, avait expliqué la semaine dernière une source proche du dossier.

Les policiers y trouvaient alors plus de 300 kilogrammes de résine de cannabis. Le locataire de ce box en louant plusieurs autres, les policiers les ont fouillés et ont trouvé plus de 600 kilogrammes supplémentaires, a ajouté la source qui confirmait une information du JDD.

Cette enquête a été confiée à l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) de la police judiciaire. Selon la source judiciaire, «il n’y a pour l’instant aucun lien d’établi» avec l’enquête sur le vol de cocaïne qui vaut à un brigadier de 33 ans des Stups d’être mis en examen et écroué. «On est vraiment pour le moment dans le domaine du hasard», a-t-elle insisté.

AFP

SOURCE: http://www.liberation.fr/societe/2014/08/10/affaire-du-36-apres-la-cocaine-le-cannabis_1078393

°°°°°°°°°°°°
Cocaïne volée : l’IGPN découvre 900 kg de cannabis

Par Direct Matin, publié le 10 Août 2014 à 18:10

En marge de l’enquête sur la cocaïne volée au 36 quai des Orfèvres, les enquêteurs de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) ont découvert une grosse quantité de résine de cannabis dans le box voisin à celui d’un policier impliqué dans l’affaire.

Alors qu’ils perquisitionnent dans le XIIIe arrondissement de Paris dans le box d’un policier placé sous le statut de témoin assisté dans l’affaire des 52kg de cocaïne volés dans la salle des scellés de la brigade des Stups du « 36 », les enquêteurs de l’IGPN font une étrange découverte.

 SOURCE: http://www.directmatin.fr/france/2014-08-10/cocaine-volee-la-police-decouvre-900-kg-de-cannabis-688243

Vue du commissariat de Police où le policier des « Stups »‘ soupçonné d’avoir volé 52 kg de cocaïne, est en garde à vue, le 2 août 2014
[Kenzo Tribouillard / AFP]

0000000000000000000000000000000000000000000000

MarocRifCannabisEN EL NORTE DE MARRUECOS
El narcotraficante marroquí, en paradero desconocido desde el domingo, resultó herido en un supuesto tiroteo entre traficantes de droga.

El narcotraficante marroquí Mohamed Tayeb Uazzani, El Nene, cuya desaparición fue denunciada en la madrugada del lunes por su esposa en Ceuta, resultó herido en un supuesto tiroteo entre traficantes de droga en aguas del norte de Marruecos.

Según informó este martes el Observatorio del Norte de Derechos Humanos en un comunicado y también confirmaron fuentes policiales marroquíes a la prensa local, el enfrentamiento ocurrió el pasado domingo en lo que parece ser un ajuste de cuentas entre narcotraficantes.

El diario Ajbar al Yaum, que cita fuentes policiales de alto nivel, explica que el enfrentamiento se produjo en aguas españolas entre dos bandas de narcotraficantes, cerca de las costas marroquíes de Fnideq (Castillejos) debido a diferencias sobre las cargas de droga, el tráfico y el dinero.

Por su parte, el diario Assabah explica que Uazzani salió a navegar en su yate desde Ceuta cuando fue perseguido y tiroteado por los miembros de otra red de un narcotraficante conocido como « Socato ».

Fuentes policiales españolas dijeron que la desaparición de « El Nene » se produjo en las costas de Restinga, al sur de Castillejos y por consiguiente en aguas marroquíes, a unos 800 metros de tierra.

Ninguna fuente oficial marroquí se ha pronunciado sobre los hechos, pero fuentes policiales, sin confirmar el tiroteo, recordaron que « no es la primera vez » que los narcos se enzarzan en tiroteos en la costa mediterránea al sur de Ceuta.

De hecho, El Nene ya protagonizó en 2003 otro suceso similar al del pasado domingo, en aquel caso con otro « narco » rival llamado Munir Erramach.

Las investigaciones sobre aquel tiroteo desencadenaron una vasta operación policial que sacó a la luz las conexiones de los « capos » de la droga con altos mandos de las fuerzas de seguridad y magistrados.

A raíz de este caso, El Nene fue condenado en 2004 en Marruecos a ocho años de cárcel por tráfico de drogas, tenencia ilícita de armas, falsificación, emigración clandestina y homicidio voluntario.

El Nene, que llegó a tener la nacionalidad española pero fue desposeído más tarde, se fugó de la cárcel de Kenitra en diciembre de 2007 pero fue detenido por las autoridades españolas cuatro meses después y repatriado a Marruecos donde cumplió el resto de su pena.

– See more at: http://www.gaceta.es/noticias/nene-victima-tiroteo-narcos-05082014-1359#sthash.Qydeo93H.dpuf

000000000000000000000000000000000000000000000

%d blogueurs aiment cette page :