TRIANGLE D’OR: La production d’opium, base de l’héroïne, s’est stabilisée dans le « Triangle d’Or », aux confins de la Birmanie, du Laos et du Cambodge.

Publié: 10 décembre 2014 par Marc Fievet dans Héroïne, Narcotrafic INFOS
Tags:, , , , ,

La production d’opium stabilisée en Birmanie, 2e producteur mondial

– Publié le 08/12/2014 à 13:42

  • Par Armin Arefi
La production d'opium se stabilise en Birmanie, deuxième producteur mondial derrière l'Afghanistan
La production d’opium se stabilise en Birmanie, deuxième producteur mondial derrière l’Afghanistan © AFP/Archives – Pornchai Kittiwongsakul

Pour la première fois depuis 2006, la production d’opium, base de l’héroïne, s’est stabilisée en Birmanie, deuxième producteur mondial derrière l’Afghanistan, mais reste à un niveau « inquiétant » avec une demande régionale en hausse, d’après une enquête de l’ONU publiée lundi.

Dans l’ex-pays paria, 57.800 hectares sont consacrés au pavot à opium contre 57.600 hectares l’an passé, principalement cultivé en Etat Shan, dans le nord de la Birmanie.

« La demande est extrêmement forte et progresse encore, en raison aussi de la simple hausse de la population dans la région », explique à l’AFP Jeremy Douglas, représentant régional de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), auteur de l’étude annuelle publiée à Bangkok.

Dans cette zone dite du « Triangle d’Or » aux confins de la Birmanie, du Laos et du Cambodge, les enquêtes révèlent que les revenus tirés du pavot à opium sont vitaux pour ses cultivateurs, en moyenne plus endettés et plus exposés aux pénuries alimentaires.

Ainsi, au Laos, les chiffres pour 2014 sont bien supérieurs, ce qui pourrait être dû à une « anomalie » de comptage lors de l’enquête annuelle précédente.

Au total, la Birmanie et le Laos comptent 63.800 hectares de culture de pavot permettant de produire 762 tonnes d’opium. Et le Laos, seul, 6.200 hectares.

« Le lien entre la pauvreté, le peu d’alternatives économiques et la culture du pavot est clair », précise Mr. Cheikh Toure, responsable de l’UNODC au Laos. Ces fermiers pauvres qui cultivent de l’opium « vivent loin des centres où ils pourraient vendre leurs produits. Ils ont besoin de solutions viables à la culture du pavot », ajoute-t-il.

La majeure partie de l’opium produit dans le Triangle d’Or est à destination de la Chine voisine, mais l’ONU s’inquiète aussi de la consommation de plus en plus forte sur place.

L’Afghanistan, où la culture du pavot à opium a atteint un record en 2014, reste de loin le premier fournisseur mondial (80% de la production) de cette plante qui fournit la matière première de l’héroïne et alimente un très juteux trafic dans ce pays démuni.

08/12/2014 13:41:43 – Bangkok (AFP) – © 2014 AFP

————————————————————————————

La production d’opium se stabilise dans le « Triangle d’Or »

Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 08/12/2014 à 16:05

La production d’opium, base de l’héroïne, s’est stabilisée dans le « Triangle d’Or », aux confins de la Birmanie, du Laos et du Cambodge. Des enquêtes de l’ONU révèlent que les revenus tirés du pavot à opium sont vitaux pour ses cultivateurs, en moyenne plus endettés et plus exposés aux pénuries alimentaires.

En savoir plus sur http://videos.lexpress.fr/actualite/monde/video-la-production-d-opium-se-stabilise-dans-le-triangle-d-or_1630260.html#BSW5cYrDqQLsc7r2.99

00000000000000000000000000000000000

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s