Archives de 23 décembre 2014

Paris (France) | 22 février 1995

La guerre des gangs à la conquête de l’Elysée fait rage. L’heure du grand déballage est-elle arrivée ? L’un voulant enfoncer l’autre distille des informations ou monte des flagrants délits, et tout le monde rigole. Un vrai déballage toutefois devrait en dire beaucoup sur quelques questions.

Charles Pasqua pourrait être l’homme le plus puissant de France. Il y a peu le Premier ministre-Balladur mangeait dans sa main, allant jusqu’à reprendre point par point ses positions à l’occasion de l’affaire Maréchal-Leclair-Schuller-Balkany-Schimpf, malgré les multiples démentis judiciaires que ces messieurs ont pu accumuler en un temps record.

Il s’est profilé depuis quelques années comme un véritable « homme d’Etat », opérant un spectaculaire retournement. Jusque là, il était plutôt connu comme l’homme des basses oeuvres du gaullisme. Ses conceptions d’aménageur du territoire et, plus largement, de réformateur des lois de la République finissent par lui valoir un respect quasiment universel. On discuta de savoir s’il serait Premier ministre à son tour au cas où son poulain Balladur devenait Président de la République.

Pour en savoir plus sur la biographie de cet éventuel futur-Premier ministre, nous avons demandé à quelques spécialistes de dresser le catalogue de quelques questions qu’on évite généralement de poser dans la presse bien pensante. C’est dommage. Car les questions appellent des réponses. Et ce n’est que lorsqu’on a les réponses qu’on peut prétendre savoir.

Avouons quand même notre point de vue : la quantité et la nature des questions qui se posent légitimement quant à la biographie de Charles Pasqua auraient pu lui interdire l’accès aux plus hautes fonctions de la République, ne serait-ce que dans le doute. Ses liens avec la French Connection au moins mériterait enquête. Et s’il devait aller plus haut sans même avoir élucidé tout ça ? Eh bien ce serait une drôle de République que la nôtre. Une République capable de génocider le Rwanda, par exemple. Du jamais vu.

Ce n’est pas parce que la carrière de Charles Pasqua a commencé au niveau de la mer (comme plagiste sur la côte d’Azur), pour atteindre les plus hautes cimes de la République, qu’elle est linéaire.

Des incidents de parcours, des accidents mortels, des affaires non-élucidées jalonnent son itinéraire, aussi chaotique que mal connu, malgré l’abondante littérature qui lui est consacré.

La plupart d’entre nous ont déjà oublié jusqu’au nom de Robert Boulin. Il aurait pourtant mérité d’être retenu : dans l’histoire de la Ve République, il n’y a pas d’autre cas de ministre en exercice assassiné. Le grossier maquillage en suicide de son assassinat sert encore aujourd’hui de vérité officielle. Robert Boulin détenait jusque là le record de longévité au gouvernement.

Le rôle de Pasqua dans ce spectaculaire dérapage du circuit de la Ve République n’a jamais été évoqué. Voici un bouquet de questions demeurées sans réponse à ce jour :

Pourquoi le sérieux conflit qui opposa Robert Boulin à Charles Pasqua en juin 1979 a-t-il toujours été passé sous silence ?

Comment Pasqua a-t-il (été) démissionné de son poste de secrétaire national à l’organisation du RPR en juillet 1979 ?

Pourquoi Jacques Chirac a-t-il été amené à sanctionner lourdement son bras droit ? Rappelons que sans Pasqua il n’y aurait eu pour Chirac ni Matignon en 1974, ni appel de Cochin, ni RPR ?

Comment le même Chirac s’est-il trouvé dans l’obligation de revenir sur cette lourde sanction et d’ainsi se déjuger publiquement, moins de 6 mois après l’avoir infligée – et ce, juste après la mort de Robert Boulin ?

Pourquoi le RPR et les autres formations politiques ont-elles laissé pendant quinze ans de telles questions dans l’ombre ?

Autre épisode : en 1972, le quotidien new yorkais « Newsday » publie une série d’articles intitulés « The heroïn trails ». Une équipe de journalistes a commencé son enquête au Canada sur les agissements dans les années 60 de Jean Venturi, représentant local de la firme Ricard, dont le supérieur hiérarchique direct avait été à l’époque Charles Pasqua, directeur des ventes à l’export.

Après avoir obtenu confirmation auprès des services de police compétents du document du bureau américain des narcotiques incriminant Jean Venturi dans un trafic d’héroïne à destination des Etats-Unis, les journalistes new yorkais arrivent à Paris pour remonter cette ramification de la célèbre french connection. Leur récolte est maigre.

L’opacité de la firme Ricard ne leur a pas permis d’établir la vraie nature et l’ancienneté des liens unissant Pasqua et Venturi. Au moins ceux-ci étaient-ils liés par une réalité hiérarchique au moment de la cavale de Venturi, en 1967.

Il n’a pas été non plus établi si les Pasqua – que des liens familiaux unissent au Canada – étaient, par ce biais aussi, en contact avec les Venturi. Parallèlement, des recherches ont été menées sur le patrimoine de la famille Pasqua.

En 1994, à l’occasion d’une recherche, la disparition inexpliquée des archives de « Newsday » concernant cette enquête a été constatée.

En 1967, un mandat d’arrêt international a été établi à l’encontre de Jean Venturi. Il n’a jamais été arrêté.

Qu’est-il devenu ? De quelles complicités a-t-il bénéficié pour échapper ainsi à la Justice ?

Le nom de Charles Pasqua aurait-t-il figuré un temps sur la liste des personnes indésirables aux Etats-Unis ?

Jean-Charles Marchiani, éminence grise de Pasqua, reconnu comme tel depuis la première cohabitation en 1986, est l’homme que le président Georges Pompidou fit personnellement chasser du SDECE en 1969. Il le considérait comme l’auteur et le propagateur de photos truquées attentatoires à l’honneur de sa famille (affaire Markovic). Charles Pasqua a attendu la célébration en grande pompe par Balladur et Chirac du 20è anniversaire de la mort de Pompidou, en avril 1994, pour faire nommer Marchiani préfet. Il lui fit ensuite attribuer la légion d’honneur le premier janvier 1995.

Pourquoi cette insulte à la mémoire de Pompidou n’a-t-elle pas été relevée par la cohorte des fidèles, au premier rang desquels figurent, avec ostentation, Chirac et Balladur ?

Marchiani a-t-il joué un rôle dans la très longue cavale de Venturi ?

Au Maroc, Charles Pasqua a noué au temps de la fusion Pernod-Ricard d’étroites relations avec le roi Hassan II. L’hospitalité royale lui a notamment permis d’organiser en 1988, à l’hôtel de la Mamounia à Marrakech, un mystérieux réveillon commun avec Pierre Joxe, son successeur immédiat au ministère de l’Intérieur. Qu’avaient-ils donc à se dire ?

En janvier 1994, Pasqua a été l’unique ministre d’un Etat membre de l’Union Européenne à effectuer une visite de travail à El Ayoun (capitale du Sahara Occidental) cautionnant ainsi par sa présence – à la fureur du Quai d’Orsay – l’annexion par le Maroc de cette ancienne colonie espagnole.

Le Maroc a-t-il facilité la cavale de Jean Venturi ?

En Afrique noire, l’influence de Pasqua s’avère aussi ciblée que déterminante. Sa prochaine visite prévue début mars 1995 au Cameroun (si tout va bien), donne lieu à ce commentaire d’un spécialiste des affaires africaines dans La lettre du continent du 8 février 1995 : « Au Cameroun, deux dossiers sont à l’instruction contre des casinos et des salles de jeux qui favorisent la grande délinquance dans notre pays. Paul Biya (le président du Cameroun) devrait enterrer toute velléité de poursuivre au nom de l’amitié franco-camerounaise : en marge de la visite de Charles Pasqua, il serait inconvenant de heurter de front les intérêts corses ».

Marchiani est-il lié aux « intérêts corses » dans les salles de jeux camerounaises ?

Est-ce également le cas de Monsieur Raffali ?

Raffali, à l’époque directeur d’une célèbre salle de jeux parisienne, s’était notamment illustré en 1986, en transmettant pour le compte du déjà ministre de l’Intérieur, Pasqua, le vrai-faux passeport destiné à Yves Challier, du « carrefour du développement ».

Qui se cache derrière les « intérêts corses » maîtres des jeux camerounais ?

Ces « intérêts corses » ont-ils favorisé la cavale de Jean Venturi ?

Americano Gansia


NB : Cette série de questions n’est qu’indicative. Nous ne doutons pas que beaucoup de gens ont pu être amenés au fil de la longue carrière de Charles Pasqua à s’en poser bien d’autres. Les colonnes de notre journal leur sont ouvertes.

Source
Maintenant (France)

Photo DRLes gendarmes de la section de recherche de Chambéry et de la compagnie d’Annecy ont réussi un important coup de filet ce week-end, en mettant fin à un trafic de stupéfiants qui alimentait le bassin annécien et la Haute-Savoie depuis près de deux ans.

C’est le contrôle d’une voiture à Etrembières, vendredi dernier, qui a tout déclenché. À l’intérieur, les gendarmes ont trouvé 2,4 kg de cocaïne. Une quantité sortant de l’ordinaire dont la découverte ne ne doit rien au hasard: les gendarmes enquêtaient sur le réseau depuis la fin de l’été.
Un trafic estimé à 100kg d’héroïne et plusieurs millions d’euros sur deux ans

Dans la journée, deux domiciles sont perquisitionnés à Annecy et Douvaine, permettant de trouver 500 g de cannabis et 10 kg d’héroïne grâce au flair de deux chiens spécialisés dans la détection de stupéfiants. La drogue est saisie sur le champ, le tout représentant une valeur de plusieurs milliers d’euros à la revente. Les gendarmes estiment que sur les deux dernières années, ce réseau de trafiquant a mis à disposition sur le marché plus de 100 kg d’héroïne pour un chiffre d’affaire de plusieurs millions d’euros.

Au final, l’enquête aura mobilisé une trentaine de gendarmes et permis d’identifier trois suspects : âgés de 30 à 50 ans. Lundi, les trois protagonistes ont été présentés au parquet d’Annecy et écroués dans des établissements pénitentiaires de la région en attendant leur jugement.

source: http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2014/12/23/trois-dealers-d-heroine-et-de-cocaine-arretes-par-la-gendarmerie

00000000000000000000000000000000

CANADA (Québec-Montréal): la fin des dynasties mafieuses

Publié: 23 décembre 2014 par Marc Fievet dans Narcotrafic INFOS

The international informant

Un an après la mort de Vito Rizzuto, la mafia montréalaise se réorganise

Le défunt parrain Vito Rizzuto n’avait visiblement pas prévu de dauphin pour lui succéder lorsque la maladie l’a emporté. Photo d’archives
Le défunt parrain Vito Rizzuto n’avait visiblement pas prévu de dauphin pour lui succéder lorsque la maladie l’a emporté.

La mort de Vito Rizzuto, survenue il y a un an jour pour jour, a marqué la fin des grandes dynasties mafieuses à Montréal, où le fauteuil de parrain se transmettait de père en fils.

«L’ère des dynasties est révolue. On s’en va vers un changement de garde complet. La mafia est en train de se refaire avec du sang neuf, de nouveaux joueurs issus de la jeune génération», indique l’auteur Pierre de Champlain, ancien analyste de renseignements à la GRC.

Le 23 décembre 2013, le parrain de la mafia montréalaise, Vito Rizzuto, décédait d’un cancer des poumons. Totalement inattendue, sa mort avait provoqué une onde de choc au sein du crime organisé et semble aujourd’hui…

Voir l’article original 619 mots de plus

1109610_JTS 4 TONNES SAISIE CANNABIS 001Depuis le début janvier, 45 réseaux internationaux de trafic de drogue ont été démantelés par les unités de la gendarmerie à l’ouest du pays.

Avec 130 km de tranchées et plus de 200 km de remblais effectués au niveau du tracé frontalier, le corps du 2ème commandement régional de la gendarmerie d’Oran compte intensifier sa lutte contre le trafic de drogue. Plus de 80 TONNES DE KIF traité ont été saisies durant les 11 premiers mois de l’année dont 61 tonnes dans les seules régions de Tlemcen et Naâma.

La stratégie de lutte contre la contrebande s’est traduite par une panoplie de mesures prises et intensifiées depuis le mois de juillet dernier, au niveau du tracé frontalier. Celui-ci s’étend sur 413 km de Marsat Ben M’hidi dans la wilaya de Tlemcen jusqu’à Medelsa dans la wilaya de Naâma.

«Sur le terrain, ceci s’est traduit par la réalisation de tranchées, un projet qui avance à 80%, le long de cette bande plus un grillage érigé sur un Km à hauteur de Oued Kiss et réalisé depuis le 6 mai dernier par les autorités de Tlemcen», a déclaré le colonel Ramli, responsable régional des gardes frontières de la gendarmerie lors d’une conférence de presse.

Depuis le début du mois de janvier, 45 réseaux internationaux ont été démantelés par les unités de la gendarmerie à l’ouest du pays. La lutte est engagée et les gendarmes envisagent de recourir également à la surveillance électronique pour renforcer davantage le dispositif de sécurité. Plus d’une vingtaine de postes de surveillance ont été créés au niveau de la zone frontalière.

Ces mécanismes statiques ont permis, selon le responsable, de revoir à la baisse le nombre d’affaires de contrebande dans les wilayas de Nâama et de Tlemcen et ce avec 1109 affaires traitées durant les 11 mois de 2014 contre 1300  affaires durant la même période de 2013. 341 individus ont été arrêtés en 2014 contre 414 en 2013.

La quantité de carburant saisie a augmenté pour avoisiner les 891738 litres toujours durant cette période de l’année contre 440577 litres en 2013. Toutefois, les contrebandiers ne reculent devant rien face à la pression exercée par les gendarmes puisqu’ils utilisent également les zones montagneuses comme Djebel Asfour pour la contrebande des denrées alimentaires. Les gendarmes ont installé des unités en plus de patrouilles aériennes pour parcourir ces zones accidentées.:

SOURCE: http://www.elwatan.com/regions/ouest/actu-ouest/narcotrafic-les-gendarmes-ont-saisi-80-tonnes-de-kif-en-11-mois-a-l-ouest-20-12-2014-282165_222.php

0000000000000000000000000000000000000000000000

 

Votre revue de presse quotidienne depuis huit ans, relative à l'actualité des forces de l'ordre et de la sécurité

La jeune femme a été écrouée pour lui avoir fourni des stupéfiants……SUITE

Merci Yann Bourguignon

Voir l’article original