Archives de 27 décembre 2014

Uno de los militares detenidos planeaba transportar 300 kilos de droga en 2015

Un guardia frente al pañol con la cocaína.

El alijo de de cocaína incautado el pasado 30 de julio a bordo del buque escuela de la Armada española Juan Sebastián Elcano habría valido una fortuna en el mercado de la droga: nada menos que 4.194.555 euros, según el informe realizado por la Unidad Central Operativa (UCO) de la Guardia Civil. La titular del Juzgado Togado Militar Territorial número 12, la capitán Patricia Moncada, que acaba de levantar el secreto de sumario, mantiene en prisión a cinco marineros y a un empleado civil, acusados de sendos delitos contra los deberes de la navegación y contra la salud pública. Sin embargo, aún no ha conseguido aclarar la principal incógnita del caso: quién y cómo logró introducir 127 bolsas de cocaína, de un kilo de peso cada una, a bordo del barco, burlando todas las medidas de seguridad. Todo parece indicar que no era la primera vez que el buque más emblemático de la Armada española, calificado de Embajada flotante, era utilizado por las redes del narcotráfico pero es seguro que, de no haberse interceptado el alijo, tampoco sería la última: en una conversación por WhatsApp intervenida judicialmente uno de los detenidos expresaba su intención de doblar la apuesta y trasladar, en el próximo crucero del Juan Sebastián Elcano, de 300 a 400 kilos de droga.

La investigación se inició el pasado 13 de julio, cuando la Homeland Security Investigations (HSI) de EE UU informó a la Guardia Civil de que cinco camellos detenidos en New Jersey con 25 kilos de coca habían señalado a tripulantes del Juan Sebastián Elcano como los suministradores de la mercancía. Gracias a las cámaras de seguridad de un hotel y una bolera — y a la enviada vía móvil por el suministrador de la droga en Colombia a sus clientes norteamericanos para que reconocieran al intermediario— se identificó a los marineros F. J. B. V., R. V. H. y J. E. V. C., todos ellos españoles aunque el último de origen ecuatoriano.

Los tres fueron detenidos el 12 de julio a la llegada del buque a Bueu (Pontevedra), al término de un crucero que le llevó a atracar en abril pasado en Cartagena de Indias (Colombia), donde supuestamente se cargó la droga, y en mayo en Nueva York.

Los tres primeros negaron sus implicación en los hechos, pero sus compañeros M. J. R. F. y F. R. M. S., detenidos en San Fernando (Cádiz) el pasado 29 de octubre, sí confesaron. En este caso, el chivatazo llegó de la agencia antidrogas estadounidense (DEA) que, en una operación en Nueva York diferente a la anterior, detuvo a unos narcotraficantes con 10.9 kilos de cocaína y 5,5 de heroína. De nuevo los supuestos suministradores eran marineros españoles.

F. R. M. S. reconoció que un taxista colombiano les ofreció 16.000 dólares (13.008 euros) a cada uno por llevar ocho kilos de cocaína a Nueva York. Les entregó una faja rellena con ocho láminas, en cuyo interior iba la droga. Una vez en Nueva York, quedaron con su contacto, quien les condujo a una casa en el barrio del Bronx, donde les entregaron 9.000 dólares a cada uno, la mitad de lo prometido. No hubo lugar al regateo: lo primero que hizo el comprador fue poner una pistola sobre la mesa.

Lo que hizo que el caso pasara de ser un mero trapicheo de droga a un tráfico internacional a gran escala fue el hallazgo, el pasado 30 de julio, por parte de los responsables del Juan Sebastián Elcano, de 127 kilos de cocaína. Los paquetes estaban ocultos en el compartimento de cables del pañol del contramaestre, donde prestaban servicio dos de los tres primeros detenidos, pero los investigadores sospechan que debieron contar con algún cómplice, ya que ninguno estuvo de guardia en el pañol donde se halló el alijo.

En teoría, la dependencia estaba cerrada y para poder acceder a la misma había que pedir la llave al oficial de guardia y dejar constancia de ello en un libro de registro. La investigación evidenció, sin embargo, que el registro no era riguroso y que incluso podía existir una copia irregular de la llave, por lo que “no se puede determinar quién y cuándo accedió a ese pañol”.

Por su volumen, los 127 kilos de cocaína no pudieron entrar al barco ocultos bajo la ropa, como dijeron dos marineros. El sumario no arroja ninguna luz sobre este asunto, pero los investigadores sospechan que pudo embarcarse disimulada con los suministros de comida que se compraban en las escalas. Uno de los tres primeros arrestados estaba destinado en la cocina. El último detenido, el pasado 19 de noviembre, fue el cocinero.

fuente: http://politica.elpais.com/politica/2014/12/06/actualidad/1417896765_435760.html?rel=rosEP

00000000000000000000000000000000000000000000

Un guardia civil muestra uno de los 327 paquetes de cocaina incautados. / Kai Foersterling (EFE)

°°°°°°°°°°°°°

La Guardia Civil se ha incautado de 327 kilos de cocaína aparentemente perdidos en una empresa de Ontinyent. La operación, que tuvo lugar el 23 de diciembre, arrancó con la llamada del encargado de una mercantil ubicada en el polígono industrial del municipio valenciano. Mientras descargaba un cargamento de trapos de unos contenedores portuarios, el empleado descubrió unas bolsas deportivas y avisó a la Guardia Civil, según la explicación oficial facilitada este viernes.

Los agentes acudieron a las instalaciones de la empresa, donde se incautaron de 327 paquetes que contenían cada uno un kilo de droga. La Guardia Civil estima que su valor alcanza los 11 millones de euros.

Los contenedores procedían de una sociedad de El Salvador y tenían como destino la empresa de Ontinyent. En lo que va de año, la Guardia Civil ha intervenido unos 3.000 kilos de cocaína, un 30% más que el año anterior. El asunto está siendo investigado por el juzgado de Instrucción número 1 de la población de la comarca de La Vall d’Albaida y de momento no se ha informado de detenciones. El delegado del Gobierno en la Comunidad Valenciana, Serafín Castellano, ha destacado la « eficacia » de la Guardia Civil en la presentación a la prensa del alijo, que ha tenido lugar en el cuartel de la calle de Calamocha, en el barrio de Patraix de Valencia.

El fiscal jefe antidroga, José Ramón Noreña, afirmó hace unas semanas que la ciudad es un punto « neurálgico » para el narcotráfico debido a la importancia de su puerto, al aeropuerto y al hecho de encontrarse en la ruta por carretera entre Marruecos y Francia.

La Guardia Civil ha informado, por otra parte, de que va a subastar 1.276 armas mediante el sistema de pliego cerrado. Podrán pujar las « personas físicas y jurídicas legalmente habilitadas para su uso, tenencia o comercio ». La subasta tendrá lugar en el mismo cuartel en el que hoy se ha exhibido la droga incautada, que es la sede de la comandancia de la Guardia Civil en Valencia. Las armas que no se vendan serán reducidas a chatarra.

FUENTE: http://ccaa.elpais.com/ccaa/2014/12/26/valencia/1419589905_539232.html

0000000000000000000000000000000000000000

CIA AP A workman slides a dustmop over the floor at the Central Intelligence Agency headquarters in this file picture. File photo: J. Scott Applewhite.

Cape Town – An infamous South African, linked to some of the most shady scandals of this century, has emerged at the centre of a US transcontinental sting operation that netted an alleged drug cartel assassin.

Paul Calder le Roux shopped former American Special Forces-trained sniper Joseph Hunter, who was arrested in Thailand in an operation spearheaded by agents from the US Drug Enforcement Agency (DEA).

Hunter, known as Rambo, was nabbed after he was secretly taped agreeing on behalf of a group of mercenaries to assassinate a DEA informer in return for $800 000 (R9.3 million).

News of the DEA operation only surfaced last weekend in a report by the New York Times, although Hunter was arrested and taken to the US last year.

He is facing charges in connection with running a hit squad.

Dramatic as the Hunter arrest may have been, it appears to be little more than the tip of an iceberg of spy world intrigue.

According to the New York Times and DEA sources, Hunter was sold out by his former employer, Le Roux (by this time Le Roux had dropped the middle name), as part of a top secret deal with the US authorities.

Le Roux, 42, is registered as both an Australian and South African citizen, owns property in Krugersdorp, and is a director of a South African-registered company.

He came to the attention of international intelligence agencies in 2007 when he was named in a UN Somalia and Eritrea Monitoring Group (SEMG) report as sponsoring a local breakaway militia, some 200 strong, and fitting them out with illegally sourced military materiel.

In the territory controlled by his militia, Le Roux apparently constructed hi-tech greenhouses in which he allegedly planned to grow industrial quantities of opium poppy, which would be utilised to manufacture heroin for the international market.

He discreetly disappeared on the publication of the SEMG report, coming to light again operating companies in Manila in the Philippines and allegedly involved in illegal arms and the international trade in narcotics, according to US authorities.

He may also have been connected to two hits in the Philippines about which Hunter boasted in the taped negotiations around the planned hit on the DEA agent which led to his arrest.

Le Roux was secretly taken into custody by the DEA after being arrested in Liberia in 2012 in a sting in connection with a prescription painkiller scam that he allegedly masterminded.

He was then apparently turned, and is estimated to have provided information leading to the arrests of at least 11 people.

“Le Roux is a bad guy, a very bad guy,” a DEA agent is quoted in the New York Times as saying, speaking on condition of anonymity because, he said, Le Roux’s co-operation had been a secret.

“He’s Viktor Bout (the Russian illegal arms trader dubbed the Merchant of Death and currently in prison in the US) on steroids.”

Le Roux previously made news when it became known he had transferred about $12m (R139m) into the account of Ari Ben-Manashe, a former Israeli gun-runner who was linked to Zimbabwe president Robert Mugabe.

This was allegedly intended for Manashe’s company to lobby support in the US for a land reform plan that would have seen Le Roux securing 99-year leaseholds on Zimbabwean farms – to huge personal profit.

But it emerged that Manashe had testified in 2002 that Zimbabwe’s Movement for Democratic Change leader, Morgan Tsvangirai, was involved in a plot to assassinate Mugabe. This claimed assassination was later discredited.

According to intelligence reports in the possession of Independent Newspapers, Le Roux was implicated in plans hatched in 2010/11 in Zimbabwe to set up a protection unit for then-Libyan leader Muammar Gaddafi – aimed at accessing billions in gold bars held in secret Libyan stashes. – Weekend Argus

http://www.iol.co.za/news/south-africa/sa-man-at-centre-of-cia-sting-1.1799240#.VJ70TP88AFA

000000000000000000000000000000000000

« Les militaires maliens veulent reprendre leur place dans le business du trafic de drogue »
Par
(image utilisée juste a titre d`illustration) (image utilisée juste a titre d`illustration)

De notre envoyé spécial à Bamako.-

C’est un quartier moderne dans une ville ancienne, une zone triste dans une cité pleine de vie. De-ci, de-là, quelques structures de béton figées en pleine construction parmi des immeubles de verre flambant neufs. Le quartier d’ACI 2000 à Bamako, qui est sorti du sol, comme son nom l’indique, durant la première décennie du XXIe siècle, était censé refléter un Mali rayonnant et tourné vers l’avenir. Aujourd’hui, c’est une excroissance de la capitale, pseudo-moderne et invivable selon de nombreux habitants, remplie de projets inaboutis.
Inaboutis ?
Pas pour tout le monde car l’un des vilains secrets de l’édification de ce quartier est « qu’un certain nombre d’investisseurs, maliens ou étrangers, s’en sont servis pour blanchir de l’argent, quitte à laisser tomber les immeubles en cours de construction », explique Hamadou, un guide dogon qui a trouvé refuge en marge de l’ACI 2000 depuis que sa région natale n’attire plus les touristes qui craignent pour leur sécurité.

La crise malienne de 2012-2013, et les erreurs qui l’ont précédée, est multiforme : elle mêle l’usure des élites, l’aveuglement international, l’incompétence de l’armée nationale, le terrorisme islamique, l’effondrement de la Libye post-Kadhafi, le séparatisme touareg, etc. Mais l’un des aspects les moins évoqués, que l’on retrouve pourtant en toile de fond de tous les dysfonctionnements du Mali, touche à la question du trafic de drogue en Afrique de l’Ouest. En 2012, le Mali était devenu une plaque tournante du transit de stupéfiants entre l’Amérique du Sud et l’Europe, et tout semble indiquer qu’il l’est redevenu aujourd’hui, selon la plupart des experts.

Un des bâtiments inachevés du quartier ACI 2000 de Bamako. Octobre 2014.Un des bâtiments inachevés du quartier ACI 2000 de Bamako. Octobre 2014. © Thomas Cantaloube

« L’opération Serval en 2013 (l’intervention militaire française visant à libérer le nord du Mali de l’emprise des djihadistes –ndlr) a détourné les routes du trafic de drogue vers les pays voisins pendant environ un an, explique Pierre Lapaque, le représentant de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Mais aujourd’hui, les routes qui avaient été fermées en raison de la présence d’hélicoptères ou de patrouilles ont été rouvertes. » La principale différence est qu’auparavant, les trafiquants convoyaient un chargement d’une tonne, alors que désormais, ils préfèrent transporter dix fois 100 kilos « afin de ventiler les risques ».

L’histoire de la contrebande au Sahel n’est pas nouvelle puisqu’elle remonte aux VIIe et VIIIe siècles, et qu’il s’agit avant tout d’un « marché d’opportunité », comme disent les économistes.

Cigarettes, médicaments, migrants, armes…, tout transite par la bande sahélienne qui s’étend de la Mauritanie au Tchad. La drogue n’est qu’une marchandise parmi d’autres, sauf qu’elle est bien plus rentable (un multiple de 1 à 16 du producteur au consommateur, voir graphique ci-dessous), et que cette rentabilité démultiplie la corruption et la déstabilisation des États de la région, qui n’ont jamais été très solides.

Le Mali n’est que la dernière illustration de ce phénomène qui a pris de l’ampleur au début des années 2000. En 2009, l’exemple le plus emblématique, mais aussi le plus grossier, qui rivalise avec les histoires abracadabrantes de contrebande à la frontière américano-mexicaine, s’est déroulé près de la ville de Tarkint, non loin de Gao, au nord-est du Mali. C’est celui d’« Air Cocaïne », un Boeing 727 retrouvé incendié sur une piste de fortune en plein désert. Provenant du Venezuela, l’avion-cargo s’était posé sans encombre, mais n’avait pas pu redécoller. Il avait donc été brûlé par les équipes au sol, venues dans une noria de 4×4, qui avaient bien entendu pris soin de vider l’aéronef de son précieux contenu : plusieurs tonnes de cocaïne.

Evolution de la valeur de la cocaïne qui transite par l'Afrique en dollars US par kilo.Evolution de la valeur de la cocaïne qui transite par l’Afrique en dollars US par kilo. © WACD

« “Air Cocaïne” était une époque de gros transbordements, bien plus risqués. Aujourd’hui, les trafiquants morcèlent leurs cargaisons », raconte Pierre Lapaque. Cela évite également la publicité inhérente à ce genre d’affaires. Car un Boeing 727 crashé au milieu du désert, ça attire les curieux et les soupçons de connivence au plus haut niveau de l’État malien – ce que sous-entendaient très clairement plusieurs câbles de l’ambassade américaine à Bamako, révélés par Wikileaks (comme celui-ci). « On ne fait pas atterrir un Boeing dans le désert sans un minimum de complicités locales, affirme le chercheur Georges Berghezan, du groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité (GRIP).

« Quel meilleur marché que l’Afrique en expansion ? »

Selon de nombreuses sources concordantes, diplomatiques et universitaires, une partie des élites maliennes sous ATT touchaient les bénéfices du trafic de drogue transitant par le pays. « Les militaires, en particulier, ont beaucoup trempé dans le trafic : soit en fermant les yeux, soit, parfois, en protégeant des convois, estime un chargé de mission malien d’une grande ambassade occidentale. Mais il y a également des civils : ce sont eux qui, parfois, versent des pots-de-vin pour franchir les frontières, fournissent des véhicules, etc. Ce sont également eux qui blanchissent l’argent, soit via des projets de développement locaux plus ou moins bidons (constructions de routes ou de puits) soit via des achats de parcelles ou de biens immobiliers, comme à ACI 2000. »

Selon l’analyste de la Brookings Institution Vanda Felbab-Brown citée par l’association Stop The Drug War, « les élites locales détournent déjà les profits du bois, du pétrole ou des diamants. La drogue est juste une ressource supplémentaire pour s’enrichir. On dit beaucoup que le trafic de stupéfiants a provoqué la fragilité et l’instabilité des États ouest-africains, mais je pense qu’il a surtout envenimé les problèmes, il ne les a pas provoqués ». L’effondrement de l’État malien, en 2012, et sa faiblesse actuelle ne peuvent être mis sur le compte du trafic de drogue. Mais il est évident que celui-ci joue un rôle non négligeable.

L’ONUDC estime le montant du trafic en Afrique de l’Ouest à environ un milliard de dollars (800 millions d’euros), dont à peu près 50 % sont blanchis dans la région. Cette somme excède le PNB de certaines nations, notamment celui de la Guinée-Bissau, un quasi narco-État, qui est le principal point d’entrée de la drogue dans la région. « Il y a un vrai risque d’impact sur le principe démocratique de ces pays et la gouvernance des États, s’alarme Pierre Lapaque, de l’ONUDC. Comment un petit fonctionnaire qui gagne quelques dizaines d’euros par mois peut-il résister à des pots-de-vin de plusieurs milliers d’euros ? »

Les routes du trafic de drogue passant par le Mali.Les routes du trafic de drogue passant par le Mali. © Global Initiative

La croissance du trafic dans toute l’Afrique de l’Ouest inquiète les autorités internationales, notamment parce qu’une partie de la drogue provenant de l’Amérique du Sud à destination de l’Europe reste désormais dans la région. Sur les 30 à 35 tonnes de cocaïne qui arrivent d’Amérique du Sud par bateau dans les ports de la région, ou par avion, des petits bi-moteurs qui atterrissent sur des pistes de brousse, environ 18 tonnes repartent en direction de l’Europe occidentale, par des voies terrestres qui remontent par le Mali, la Mauritanie, le Niger, l’Algérie, la Libye, le Tchad, le Soudan et l’Égypte. Le reste demeure sur place. « Une partie est stockée, afin de maintenir les stocks tendus et donc les prix, explique toujours Pierre Lapaque. Mais l’autre partie est vendue sur place, car les groupes criminels ont toujours besoin de nouveaux marchés. Or, quel meilleur marché que l’Afrique en expansion ? »

Au-delà de la cocaïne, qui reste chère, la vraie préoccupation concerne la méthamphétamine. Cette drogue est désormais produite dans la région (c’est la seule, avec le cannabis) à hauteur de 1 à 1,2 tonne, ce qui est beaucoup, sachant qu’il y a sept ou huit ans, aucune production n’existait encore. Même si elle est principalement exportée vers les marchés asiatiques, sa consommation se développe à grande vitesse en Afrique de l’Ouest en raison de son faible coût (selon l’ONUDC, un kilogramme, qui coûte 7 000 dollars à la sortie du laboratoire, se vend 15 000 dollars dans la région et 150 000 dollars au Japon !). Surtout, le plus inquiétant, est que les cartels criminels commencent à payer les intermédiaires en produit, à charge pour eux de le revendre. Cela obéit à la logique de création de marchés locaux, mais cela signifie que la drogue risque de devenir, en Afrique de l’Ouest, un problème.

« Les militaires maliens veulent reprendre leur place dans le business du trafic de drogue »

(..)

A suivre à Médiapart

Par Thomas Cantaloube

Source: Mediapart

SOURCE: http://malijet.com/actualite-politique-au-mali/flash-info/119788-le-mali-est-redevenu-une-zone-de-transit-du-trafic-de-drogues-en.html

0000000000000000000000000000000000000000000000000

————————————-

image Des boulettes récupérées dans l’estomac de la victime.

Après l’arrestation du Malgache Hervé Michel Randriantsara, âgé de 38 ans, samedi, avec Rs 8,5 M d’héroïne dans l’estomac,

l’Anti- Drug & Smuggling Unit (ADSU) a renforcé sa vigilance surtout dans le port. Les passagers suspects en provenance de Tana feront l’objet d’un exercice de ‘profiling’, indique-t-on en haut lieu aux Casernes centrales. “La façon dont la drogue est transportée par les passeurs a changé durant ces derniers temps. Ces derniers ingurgitent des boulettes d’héroïne alors qu’auparavant, nous avons à faire à de la drogue cachée dans des bagages”, soutient un haut gradé de l’ADSU. Ce dernier a ajouté que la situation financière à Madagascar pousse ceux au bas de l’échelle à transporter de la drogue.

Il a cité l’exemple d’Hervé Michel Randriatsara qui exerçait comme taxi-brousse à Tana. Au cours de son interrogatoire, le passeur a soutenu qu’il a accepté d’ingurgiter de l’héroïne valant Rs 8,5 M contre une rémunération de Rs 80 000. D’ailleurs, il a donné l’identité de l’homme qui lui a demandé de faire ce travail à Madagascar. La police mauricienne a sollicité l’aide de leur homologue de la Grande île pour mettre la main sur cette personne.

Du reste, la police a obtenu certaines informations à l’effet qu’un livreur allait débarquer dans l’île incessamment avec de la drogue. Hervé Michel Randriantsara a débarqué à l’aéroport international SSR le samedi 20 décembre à bord du vol MD 186 en provenance de Tana. Après les procédures d’usage, il a quitté Plaisance pour se rendre dans un pensionnat à Mahébourg. Entre-temps, la police a monté une opération de surveillance. Les limiers ont débarqué dans la chambre d’Hervé Michel Randriantsara dimanche avant de le conduire à l’hôpital Jawaharlal Nehru de Rose- Belle pour le passer au scanner. Cet exercice a permis à la police de constater la présence de 90 boulettes d’héroïne dans son estomac. Le Malgache a été traduit au tribunal de Grand Port mercredi où il fait l’objet d’une charge provisoire de ‘Drug dealing with aggravating circumstances – Importation of heroin with an averment of trafficking’.

source: http://www.lematinal.com/faits-divers/6790-le-port-sous-etroite-surveillance-policiere.html

000000000000000000000000000000000000


%d blogueurs aiment cette page :