Archives de 5 février 2015

Le siège de la PJ parisienne, situé au Quai des Orfèvres, est entaché d'un nouveau scandale.Le 36 éclaboussé par un nouveau scandale
Le directeur de la PJ parisienne Bernard Petit le 23 juin 2012 à Bobigny
Bernard Petit

Le patron de la PJ parisienne a été placé en garde à vue hier, soupçonné d’avoir violé le secret d’une enquête. Du jamais-vu!

Adrien Cadorel | 05 Févr. 2015, 07h00 | MAJ : 05 Févr. 2015, 07h32

Quai des orfèvres (Paris Ier), hier. Déjà entachée par deux scandales, la PJ parisienne doit faire face au placement en garde vue de son patron et de trois autres fonctionnaires.
Quai des orfèvres (Paris Ier), hier. Déjà entachée par deux scandales, la PJ parisienne doit faire face au placement en garde vue de son patron et de trois autres fonctionnaires.
(LP/Philippe Lavieille.)

La police judiciaire parisienne perd la tête. Après une année noire, en 2014, marquée par le viol présumé d’une touriste canadienne dans les locaux de la brigade de recherche et d’intervention en avril, puis le vol de 52 kg de cocaïne dans les scellés trois mois plus tard, un intrigant scandale éclabousse depuis hier le mythique 36, quai des Orfèvres.

Le directeur de la police judiciaire parisienne, Bernard Petit, a été placé en garde à vue ainsi que son chef de cabinet, Richard Atlan, le patron de l’association nationale d’action sociale des personnels de la police et du ministère de l’Intérieur, Joaquin Masanet, et l’un de ses collaborateurs, Philippe Lemaître.

Une mise en cause sans précédent

La personnalité des mis en cause démontre la gravité de l’affaire. Jamais un patron de la PJ parisienne n’avait été placé en garde à vue. Bernard Petit, que certains surnomment le Florentin (comprendre l’intrigant), et les trois autres fonctionnaires sont suspectés à des degrés divers de « violation du secret de l’instruction ». En clair, d’avoir renseigné l’ancien patron du GIGN, Christian Prouteau, d’une prochaine audition dans l’affaire visant « l’escroc des stars » Christophe Rocancourt, mis en examen et écroué pour escroquerie, trafic d’influence et blanchiment.

De lourdes suspicions

« Ce sont des charges très lourdes qui pèsent sur eux », admet, effaré, un haut gradé du 36. On ne prend pas la décision de placer en garde à vue de telles personnalités si on n’a pas de « biscuit ». D’autant que les juges d’instruction en charge du dossier, Charlotte Bilger et Roger Le Loire, sont réputés pour leur sérieux. Le juge Le Loire, qui a débuté sa carrière comme inspecteur à la brigade des stups dans les années 1970, jouit d’une réputation de magistrat particulièrement rigoureux, rompu aux affaires sensibles. « Il n’est pas dans une lutte corporatiste. Ce n’est pas un juge qui veut se faire un flic, puisqu’il l’a été, assure un policier habitué à le fréquenter. Je ne suis pas le seul à me dire qu’il y a du lourd dans le dossier. Et sans doute bien plus que ce qui a été révélé. »

Le 36, entre colère et consternation

« Après les deux affaires de l’année dernière, on se disait qu’on ne pouvait pas descendre plus bas, souffle, dépité, un officier du Quai des Orfèvres. Si les accusations se confirment, ça va être le très grand ménage ici… » Historiquement décrite comme un Etat dans l’Etat, où se résolvent, dans le plus grand secret, les enquêtes sensibles et où se fait — parfois sous l’égide de puissantes loges franc-maçonniques — le destin des grands policiers, la préfecture de police cristallise autant d’envieux que de détracteurs.

« Il est peut-être temps de s’interroger sur son fonctionnement et de tout remettre à plat », avance un parlementaire de la majorité. Une idée qui est loin de faire l’unanimité. « Malgré les affaires, c’est un lieu d’excellence, composé de brigades et d’hommes et femmes qui le sont tout autant, le taux d’élucidation le prouve. Remodeler la PP ? Mais pour mettre quoi à la place ? », rétorque un député de l’opposition.

Une succession déjà ouverte

Dans cette enquête qui ne fait que commencer, les quatre mis en cause, qui bénéficient de la présomption d’innocence, risquent quoi qu’il arrive de ne pas en sortir indemnes. « S’il apparaît que des manquements graves ont été commis par des policiers ou d’anciens policiers, je serai d’une fermeté absolue », a prévenu le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui, en privé, n’a pas caché sa « très forte irritation ». En coulisses, le bal des prétendants se prépare déjà. « C’est un poste qui offre un pouvoir incroyable, note un haut fonctionnaire. L’obtenir est une consécration mais y échouer signifie parfois une fin de carrière », confie-t-il, assurant que « trois ou quatre noms » circulent déjà comme possible successeur à Bernard Petit.

Scandale au « 36 » : la PJ parisienne dans la tourmente

VIDEO. Des policiers en garde à vue pour des soupçons de fuite

https://dailymotion.com/video/kNXxDQJMo95IP9a2UhT?syndication=111791&logo=0&info=0&quality=720

VIDEO Violation du secret de l’instruction : des policiers en garde à vue, confirme Cazeneuve

source:http://www.leparisien.fr/espace-premium/fait-du-jour/le-36-eclabousse-par-un-nouveau-scandale-05-02-2015-4507433.php

0000000000000000000000000000000000

Alain Côté, l’un des trafiquants de stupéfiants visé dans le cadre de l’opération Vautour, a été trouvé coupable de trafic de cocaïne.

Bien qu’il ait nié toute implication dans le trafic de stupéfiants, la juge Chantale Pelletier, à la lumière de la preuve présentée par les avocats, en a jugé autrement.

Pour elle, il est clair que Côté a été impliqué dans le trafic de cocaïne entre le 1er janvier 2003 et le 11 aoüt 2011, «à l’exception de la période entre le 1er juin 2004 et le 31 décembre 2004».

Selon la présidente du tribunal, «quelques éléments» du témoignage de l’accusé «ne sont pas crédibles»

«Le témoignage de l’accusé n’est pas vraisemblable et n’a suscité aucun doute raisonnable», a-t-elle ajouté dans le cadre de sa décision écrite.

Rappelons qu’en avril 2013, après plusieurs mois de cavale au Mexique, Alain Côté a été appréhendé par les policiers.

À cette date, lors de son passage en cour, Côté avait demandé au procureur aux poursuites criminelles et pénales, Me Nicolas Poulin, «combien» de temps de prison il lui «offrait».

En rebaptisant le procureur «chummy», il avait ajouté qu’il ne demandait pas de «cadeau» et qu’il ne voulait pas subir de procès.

L’opération Vautour avait permis le démantèlement d’un réseau de trafic de cocaïne et de méthamphétamine dans la grande région de Québec.

En tout, 23 individus ont été ciblés par la Sûreté du Québec au moment de la frappe, survenue en novembre 2011.

source: http://www.journaldemontreal.com/2015/02/05/alain-cote-coupable-de-trafic-de-cocaine

00000000000000000000000000000000000000

Blanca Senobia Madrid fue capturada ayer junto con 12 colaboradores de la banda criminal. La mujer está acusada de comprar propiedades con dinero del narco

Blanca Senobia Madrid, considerada la compañera sentimental de Darío Antonio Úsuga, alias « Otoniel », jefe del Clan Úsuga, fue capturada el miércoles en una operación en el noroeste de Colombia en la que también se detuvo a otros 12 colaboradores de esa banda narcotraficante.

Madrid, conocida como « La Flaca », es acusada de comprar propiedades con dinero del narcotráfico siguiendo órdenes de su pareja y de coordinar « un nutrido pool de abogados que se encargaba de la defensa de los integrantes del Clan Úsuga capturados ».

Según informó la Policía en un comunicado, 12 personas más fueron detenidas en un operativo conjunto entre la policía y la fiscalía en los municipios de Turbo, Apartadó y Necoclí, en Sincelejo y Montería, todas ciudades del norte de Colombia.

Entre los otros capturados está Hárlinson Úsuga, apodado « Orejas », uno de los más cercanos colaboradores de « Otoniel » y quien controlaba las rutas para sacar la cocaína de Colombia, con rumbo a Norteamérica y Centroamérica, de acuerdo con el texto.

« El capturado acopiaba los estupefacientes en el golfo de Urabá, los trasladaba a Triganá o Acandí (departamento del Chocó), y desde ahí, los enviaba en lanchas rápidas en cargamentos que oscilaban entre los 2.000 y 2.500 kilos, que eran esperados en Panamá, Costa Rica, Nicaragua, Honduras y México », añadió la Policía.

Entre los capturados también están familiares de Madrid, abogados y otros integrantes del Clan Úsuga, conformado por ex miembros de Los Urabeños, que surgió tras la desmovilización de unos 30.000 paramilitares de extrema derecha en el primer gobierno de Álvaro Uribe.

Además del Clan Úsuga, la principal banda criminal en el país, existen otras como Los Rastrojos, Los Paisas y La Empresa. Según afirmó recientemente el presidente Juan Manuel Santos, estos grupos armados ilegales cuentan con unos 3.500 integrantes.

Colombia vive un conflicto armado desde hace más de medio siglo, en el que han participado guerrillas de izquierda, paramilitares de derecha, fuerzas militares y bandas narcotraficantes, que ha dejado más de 220.000 muertos y 5,3 millones de desplazados, según cifras oficiales.

El país es además el mayor productor de cocaína mundial, junto a Perú, con unas 290 toneladas producidas en 2013, según la Organización de las Naciones Unidas.

FUENTE: http://www.infobae.com/2015/02/05/1625093-cayo-la-esposa-lider-del-clan-usuga-colombia

MAS:

Capturan a pareja sentimental de Darío Úsuga, alias ‘Otoniel’, cabecilla del ‘Clan Úsuga’
En el operativo, además de Blanca Senobia Madrid Benjumea, alias ‘la Flaca’, también detuvieron a Hárlinson Úsuga, alias ‘Orejas’.
000000000000000000000000000000

Investigan si ese cargamento incautado en octubre guarda relación con otros ‘ganchos perdidos’ de polvo blanco requisados

Una investigación declarada secreta por el juzgado de Algeciras nº 3 intenta desentrañar desde el pasado mes de octubre qué hay detrás de un envío de 50 kilos de cocaína que fueron descubiertos en el interior de un contenedor abierto en el puerto algecireño y si guarda relación con otras incautaciones realizadas por esas fechas de la misma sustancia y que había sido introducida siguiendo el mismo mecanismo.  Se trata de un ‘gancho perdido’, el método más habitual al que recurren los traficantes para introducir cocaína por el gigante portuario. La mercancía se oculta entre el cargamento legal declarado y cuando llega a destino, el contenedor es abierto por alguien implicado en la red, recoge la droga y vuelve a precintar el contenedor.  Los 50 kilos de cocaína requisados el pasado 25 de octubre viajaban camuflados entre pimientos rojos secos en un buque procedente de Perú, confirmaron fuentes cercanas al caso.  A principios de ese mismo mes, funcionarios de la Guardia Civil y del Servicio de Vigilancia Aduanera se incautaban de otros 101 kilos de cocaína que estaban en un contenedor que había llegado de Chile. Y a mediados de noviembre, también se confirmaba a los medios, la incautación de otros 222 kilos repartidos en cajas de cartón que igualmente fueron hallados en un contenedor.

FUENTE: http://www.lavozdigital.es/campo-gibraltar/201502/05/pimientos-algeciras-contenedor-cocaina-20150205115026-pr.html

0000000000000000000000000000000000000000000000000

SAN JUAN, Puerto Rico.– La tripulación de la Guardia Costera Margaret Norvell transfirió la custodia de los dos contrabandistas y 18 fardos de cocaína, a las autoridades navales de República Dominicana el domingo, después de una intervención en el mar en aguas al sur de la República Dominicana.

El Norvell persiguió el buque rápido sospechoso mientras viajaba hacia el norte aproximadamente 20 millas náuticas al sur de Santo Domingo.

Autoridades de la Armada de República Dominicana también recuperaron 32 fardos adicionales de cocaína, que había sido echado por la borda de un segundo buque de contrabando de drogas.

El cargamento de droga ilegal consistía en 50 fardos de cocaína, con un peso de aproximadamente 2.064 libras, con un valor de venta al por mayor estimada de aproximadamente US$24 millones de dólares.

La intercepción fue el resultado de esfuerzos coordinados de la Guardia Costera estadounidense, la Oficina de Inmigración y Control de Aduanas (ICE) Investigaciones de Seguridad Nacional (HSI), Equipo Mixto Interinstitucional del Sur y la Marina de República Dominicana con apoyo de la Operación Unificada Resuelve y la Guardia Caribe Operación.

fuente: http://www.noticiassin.com/2015/02/guardia-costera-interviene-buque-con-cocaina-en-aguas-de-rd/

00000000000000000000000000

Global News

CALGARY – Police have laid charges against two men after discovering drugs and weapons inside a home along 17th Avenue.

Officers executed a search warrant on Tuesday, seizing 20.6 grams of crack cocaine and 15.4 grams of marijuana from a residence in the 1200 block of 17th Avenue S.W.

They also found a machete, an Airsoft Uzi gun, an Airsoft Thompson sub-machine gun, three cell phones and over $8,000.

Police have charged 30-year-old Selwyn Marcus Caine with one count each of possession of a weapon for a dangerous purpose, possession of cocaine/crack for a purpose, possession of marijuana, trafficking in cocaine/crack and two counts of possession of property obtained by crime.

In addition, officers charged 24-year-old Djambou Teddy Wemini with one count each of possession of a weapon for a dangerous purpose, possession of cocaine/crack for a purpose, possession of property obtained by crime and possession of marijuana.

Both men…

Voir l’article original 10 mots de plus

Portrait de Christian Eckert

Allez, Monsieur Christian Eckert (Secrétaire d’État au Budget, auprès du ministre des Finances et des Comptes publics), un peu de courage, faites comme au Colorado!

The international informant

Le « Colorado, trop » riche à cause du cannabis : la France aurait tout intérêt à légaliser

Avatar de Pierre Rondeau

Par Pierre Rondeau
Doctorant en économie

LE PLUS. Le Colorado perçoit « trop » d’impôts. La vente de marijuana, légalisée le 1er janvier 2014 et taxée à 30%, a rapporté 50 millions de dollars à cet État américain. La constitution prévoyant un montant maximal d’impôts pouvant être perçus, une partie de cette somme devrait être redistribuée. Pour Pierre Rondeau, doctorant en économie, la France doit s’inspirer de ce modèle.

Édité et parrainé par Sébastien Billard

LIRE: http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1318767-le-colorado-trop-riche-a-cause-du-cannabis-la-france-aurait-tout-interet-a-legaliser.html

0000000000000000000000000

Voir l’article original

Le directeur de la PJ parisienne Bernard Petit le 23 juin 2012 à Bobigny.

La PJ (police judiciaire) parisienne est au cœur d’un scandale.

 

Le patron de la police judiciaire parisienne, Bernard Petit, soupçonné d’avoir violé le secret d’une enquête, va être présenté jeudi à des juges d’instruction en vue d’une possible mise en examen, un séisme pour le «36 Quai des Orfèvres». Une mise en examen de ce grand flic, très influent, nommé par Manuel Valls, serait une première pour cette institution déjà ébranlée par plusieurs scandales ces derniers mois.

Le patron du 36 quai des Orfèvres, Bernard Petit, est en garde à vue ce mercredi 4 février. Il aurait donné des informations importantes à Christian Prouteau, son homologue du GIGN qui était visé par une affaire d’escroquerie. Il l’aurait prévenu notamment de son futur placement en garde à vue.

Christian Prouteau est aussi l’ami de Christophe Rocancourt, surnommé « l’escroc des stars ». La police des polices a perquisitionné les locaux de la police judiciaire parisienne ce matin. L’avocat de Christophe Rocancourt affirme que son client ignorait tout.
« Si au terme de ces gardes à vue, il devrait confirmé que des manquements graves ont été commis par des policiers ou d’anciens policiers, je serai d’une fermeté absolue », a prévenu le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.

VIDEO: http://www.francetvinfo.fr/societe/justice/video-scandale-au-36-quai-des-orfevres_816403.html

PLUS: http://www.liberation.fr/societe/2015/02/05/le-patron-de-la-pj-de-paris-va-etre-presente-aux-juges-d-instruction_1196254

0000000000000000000000000000000000

DOUANE

Jeudi 5 février 2015
ANNEMASSE Nouvelle saisie de cocaïne dans le ventre d’un passager en gare

Quelques semaines après la saisie le 18 janvier dernier de près de 600 grammes de cocaïne découverts dans le ventre d’un passager du TER reliant Lyon et Annemasse, les douaniers ont interpellé lundi une nouvelle mule en gare frontalière. L’homme d’origine sénégalaise âgé d’une quarantaine d’années avait ingéré 280 grammes de cocaïne.

Confondu par la radiographie intestinale effectuée à son encontre, un homme d’origine sénégalaise âgé d’une quarantaine d’années a finalement reconnu devant les douaniers transporter la cocaïne depuis Barcelone en Espagne pour les revendre sur le territoire annemassien.

Tribunal de grande instance de Thonon-les-Bains

Déféré hier devant le tribunal de grande instance de Thonon-les-Bains, la mule a été condamnée à six mois de prison ferme ainsi qu’à une interdiction de territoire pour les trois prochaines années.

L’amende douanière réclamée à son encontre a été fixée à 10 000 euros.

L’homme interpellé sur le quai de la gare a été écroué à la maison d’arrêt de Bonneville.

Le 18 janvier dernier, c’est un passager du train TER reliant Lyon à Annemasse qui était interpellé avec 600 grammes de cocaïne dans le ventre. Ce dernier jugé en comparution immédiate avait été condamné le 22 janvier dernier à 10 mois de prison ferme, 23000 euros d’amende et à une interdiction du territoire de 5 ans.
Par Vincent BOUVET-GERBETTAZ | Publié le 04/02/2015 à 10:09

source:http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2015/02/04/nuovelle-saisie-de-cocaine-en-gare-d-annemasse

000000000000000000000000000000000

 


%d blogueurs aiment cette page :