Archives de 10 mars 2015

Un patrullero de la Agencia Tributaria intervino el sábado un alijo de 300 kilos de cocaína tras una persecución « a toda velocidad » por el golfo de Valencia, según ha informado la Agencia Tributaria, responsable de la vigilancia aduanera. La droga iba a bordo de un yate, llamado Infraganti, cuyos tripulantes lanzaron al agua los fardos al verse perseguidos, según Hacienda.

Alijo de cocaína interceptada en el mar por la Agencia Tributaria.

La operación se inició a las 2 de la madrugada del sábado 7 de marzo, cuando el radar del barco de vigilancia detectó en aguas cercanas a Valencia « un movimiento sospechoso y la cámara térmica del mismo confirmó que se trataba de una embarcación de recreo que navegaba por la zona sin luces ».

El patrullero inició un « discreto control de vigilancia y seguimiento ». Los agentes observaron que el yate detenía los motores y sus tripulantes recogían del agua « varios bultos de cierto tamaño ». Al aproximarse a la embarcación, el yate « emprendió la huida a toda velocidad » al tiempo que los presuntos narcotraficantes lanzaban por la borda fardos grandes y otros más pequeños, « similares en tamaño a teléfonos móviles ».

Yate de bandera española y nombre Infraganti que supuestamente recogió la droga.

Los agentes de Aduanas dieron finalmente caza al yate, lo abordaron y detuvieron a tres personas de nacionalidades serbia, montenegrina y croata. « Los funcionarios de la Agencia Tributaria revisaron con minuciosidad la nave en busca de cualquier objeto sospechoso, y extendieron la búsqueda a la zona donde habían sido lanzados al agua varios bultos, que fueron encontrados flotando ».

Los fardos resultaron llevar 300 kilos de cocaína. « Por su naturaleza y origen de producción », cree Hacienda, debieron ser acercados a la costa por un « buque nodriza procedente de Sudamérica ». Los tripulantes del yate fueron puestos a disposición del juez, que ordenó su ingresó en prisión.

FUENTE: http://ccaa.elpais.com/ccaa/2015/03/09/valencia/1425918666_489501.html

00000000000000000000000000000000000000

BOGOTÁ, Colombia.- La Armada de Colombia se incautó de 1,3 toneladas de cocaína y 100 kilos de marihuana en una operación en Bahía Solano, municipio del departamento del Chocó (oeste), informó este lunes la institución.

Según el comandante de la Brigada de Infantería de Marina Número 2, coronel Carlos Mario Díaz, soldados de esa unidad decomisaron un total de 1.316 kilos de cocaína que estaban en dos escondites en la zona de Punta Ardita de esa región del Chocó.

Durante la operación, los soldados fueron atacados a tiros por hombres armados que huyeron ante la reacción de la tropa, dejando abandonadas algunas armas, municiones y granadas, según el oficial.

“Las autoridades estamos detrás de esta pista, estamos evaluando a quién puede pertenecer exactamente (la cocaína decomisada)”, afirmó el coronel Díaz.

En la misma región de Bahía Solano, la Armada decomisó 100 kilos de marihuana al parecer de la banda criminal Clan Úsuga, que estaban listos para ser enviados a Estados Unidos por el Pacífico.

fuente: http://www.noticiassin.com/2015/03/incautan-13-toneladas-de-cocaina-en-region-del-pacifico/

00000000000000000000000000000000000000

 

El Servicio Nacional de Fronteras (SENAFRONT) de Panamá decomisó 1.979 kilos de cocaína ocultos en una isla deshabitada de la comarca Guna Yala y detuvo en el lugar a dos personas, informó ayer una fuente oficial.

El director del SENAFRONT, comisionado Frank Ábrego, explicó en una rueda de prensa que la droga estaba repartida en 80 bultos enterrados en la isla Elefante de la comunidad Guichiguala, en el archipiélago que forma parte de la comarca, fronteriza con Colombia.

Además de la droga, los agentes detuvieron a un panameño y a un colombiano, no identificados, que al parecer custodiaban el alijo.

En colaboración con las autoridades comarcales, el SENAFRONT también detuvo a cinco indocumentados reportados por los vecinos, añadió Ábrego.

La droga y los detenidos fueron puestos a órdenes de las autoridades judiciales para su debida investigación.

El 6 de marzo la Policía Nacional también detuvo a cuatro panameños y dos colombianos con 94 kilos de cocaína, y les decomisó un revólver calibre 38, en la provincia de Veraguas.

FUENTE: http://www.laprensagrafica.com/2015/03/10/policia-decomiso-1979-kilos-de-cocaina

000000000000000000000000000000000000000

Opération internationale Martillo

Le Point – Publié le 09/03/2015 à 19:38Des gardes-côtes américains embarqués sur un navire de guerre canadien ont saisi plus d'une tonne de cocaïne le 1er mars lors d'une patrouille dans la mer des Caraïbes. Photo d'illustration.

Des membres d’équipage du navire qui transportait la drogue ont été arrêtés et détenus sur une frégate américaine après cette opération.

Des gardes-côtes américains embarqués sur un navire de guerre canadien ont saisi plus d’une tonne de cocaïne le 1er mars lors d’une patrouille dans la mer des Caraïbes. Photo d’illustration. © JoeRaedle / Getty Images/AFP

Des gardes-côtes américains embarqués sur un navire de guerre canadien ont saisi plus d’une tonne de cocaïne le 1er mars lors d’une patrouille dans la mer des Caraïbes, a annoncé lundi le ministère canadien de la Défense. Des membres d’équipage du navire qui transportait la drogue ont été arrêtés et détenus sur une frégate américaine après cette opération qui s’est déroulée dans une zone de la mer des Caraïbes non précisée par le ministère.

Le NCSM Goose Bay... (PHOTO TIRÉE DE WIKIPÉDIA)

Le NCSM Goose Bay

La drogue a été saisie lors d’une fouille du navire suspect par des gardes-côtes américains qui étaient à bord de la frégate canadienne Goose Bay. Une fouille initiale menée par des membres d’équipage de la frégate américaine USS Kauffman n’avait rien donné. « L’ensemble de l’opération a duré plus de 36 heures », selon un communiqué du ministère. La saisie a eu lieu dans le cadre de l’opération internationale Martillo qui a pour but de combattre le trafic de drogue dans le bassin des Caraïbes et sur les côtes de l’Amérique centrale. Le 2 février, un avion de patrouille canadien Aurora avait aidé la garde côtière américaine à saisir environ 530 kilos de cocaïne au large de la côte ouest du Guatemala, a ajouté le ministère.

source: http://www.lepoint.fr/justice/plus-d-une-tonne-de-cocaine-saisie-dans-les-caraibes-09-03-2015-1911498_2386.php

PLUS: http://www.lapresse.ca/international/amerique-latine/201503/09/01-4850651-plus-dune-tonne-de-cocaine-saisie-dans-les-caraibes.php

000000000000000000000000000000000000000000

Le Monde.fr | 09.03.2015 à 18h50 • Mis à jour le 09.03.2015 à 21h31 | Par Jean-Michel Caroit (Saint-Domingue, correspondant)

Pascal Fauret, à Saint-Domingue, le 9 mars.

Nouveau coup de théâtre au tribunal de Saint-Domingue, où le procès des quatre Français arrêtés en mars 2013 à bord d’un Falcon 50 chargé de 700 kilos de cocaïne a une nouvelle fois été renvoyé. L’audience, qui s’est ouverte lundi 9 mars peu après 11 heures (heure locale) dans une salle comble, a duré moins d’un heure. Elle s’est rapidement transformée en une passe d’armes entre la présidente du tribunal, Giselle Mendez, et le procureur général adjoint, Milciades Guzman. Dénonçant « la partialité du tribunal en faveur des accusés », le représentant du ministère public a demandé la récusation des trois magistrats du tribunal.

Lire le contexte : Ouverture du procès « Air cocaïne » à Saint-Domingue

Après avoir consulté ses deux adjoints, Felipe de Jesus Molina et Delio German, la présidente Mendez a suspendu l’audience et a annoncé qu’il reviendrait à la cour d’appel de se prononcer sur la demande de récusation du procureur général adjoint. Aucune date n’a été fixée pour la saisine de la cour d’appel. Selon plusieurs avocats de la défense, ce nouveau rebondissement pourrait retarder l’ouverture du procès au fond de plusieurs semaines.

« C’est tout simplement un scandale, c’est le procédé dont a usé le procureur à de multiples reprises quand il est en position de faiblesse », tempêtait Pascal Fauret, l’un des pilotes, à la sortie de la salle d’audience. « On va encore devoir rester ici des semaines ou des mois en attendant que ça commence réellement, alors qu’on a déjà perdu deux ans de notre vie et qu’on ne pensait pas que ce scénario pouvait refaire surface, c’est désespérant », ajoutait-il.

Trois opérations antérieures évoquées

Un peu plus loin, le procureur général adjoint défendait pied à pied sa position : « Nous disposons de toutes les preuves pour démontrer devant un tribunal que ces quatre citoyens français savaient parfaitement ce qu’ils venaient faire en République dominicaine, à savoir chercher 700 kilos de cocaïne, et ce n’est pas la première fois qu’ils le faisaient », soutenait-il. « Mais nous ne pouvons accepter que le tribunal nous bâillonne et nous empêche d’exposer les antécédents de cette opération, comme l’ont demandé les avocats de la défense, il s’agit d’un manque d’impartialité flagrant du tribunal », affirmait M. Guzman.

Invité à lire l’acte d’accusation peu après le début de l’audience, le procureur général adjoint a évoqué des opérations antérieures à celle du 19 mars 2013, qui s’est terminée par l’arrestation des quatre Français et de quarante-trois Dominicains, dont la plupart ont été libérés. Seuls dix d’entre eux, neuf militaires et un civil, comparaissaient lundi. Les avocats de la défense ont alors interrompu le procureur, faisant valoir que l’acte d’ouverture du procès au fond ne portait que sur l’opération du 19 mars et excluait trois opérations antérieures. Cette position a été validée par la présidente Mendez, ce qui a provoqué une vive réaction du procureur Guzman et sa demande de récusation du tribunal.

Les audiences préliminaires avaient déjà été marquées par de nombreux renvois provoqués par les manœuvres dilatoires des avocats et du ministère public. Après quinze mois de détention provisoire, les pilotes Pascal Fauret et Bruno Odos, le membre d’équipage Alain Castany et le passager Nicolas Pisapia avaient été remis en liberté le 21 juin 2014 avec interdiction de quitter le territoire dominicain dans l’attente de leur procès au fond. Leurs avocats avaient bon espoir que ce procès ne soit pas une nouvelle fois renvoyé.

Votre revue de presse quotidienne depuis huit ans, relative à l'actualité des forces de l'ordre et de la sécurité

Lors d’une perquisition dans le quartier du Val-Fourré, les policiers ont mis la main sur 70 kg de cannabis……SUITE

Merci Yann BOURGUIGNON

Voir l’article original