Archives de 13 avril 2015

Le Maroc, terre de prédilection de la mafia israélienne ?

21 septembre 2012 – 12h38

Le Maroc, terre de prédilection de la mafia israélienne ?

Des membres de la mafia israélienne se seraient installés au Maroc, où ils vivent à Casablanca et Marrakech. Ces criminels, reconvertis dans les affaires, mèneraient un train de vie dispendieux.

Gabriel Ben-Harush et Shalom Domrani font partie de ces figures emblématiques de la mafia israélite, installées au Maroc, d’après le quotidien israélien Haaretz.

Ben-Harush vit à Casablanca où « il travaille pour Dieu », a indiqué l’un de ses proches au quotidien. L’homme d’affaires, impliqué dans plusieurs affaires douteuses dont du blanchiment d’argent, réceptionne régulièrement les bénéfices de ses activités immobilières à Jérusalem.

Shalom Domrani lui aussi est devenu homme d’affaires au Maroc, où il aurait créé une entreprise agricole. Il avait quitté Israël après sa sortie de prison, parce que la police continuait à le considérer comme une cible principale, rapporte un de ses proches.

Comme eux, d’autres grands noms de la mafia israélienne auraient élu domicile au Maroc, où ils se sentent en sécurité, parce qu’ils ne risquent pas d’être extradés vers Israël.

– Par: Bladi.net

source: http://www.bladi.net/maroc-mafia-israelienne.html

000000000000000000000000000000000000000

13 avril 2015 – 13h56
Un membre important de la mafia italienne arrêté au Maroc

Encore un joli coup de la part du FBI marocain. Un des hommes les plus recherchés d’Italie et membre de la mafia vient de finir sa cavale au Maroc, où il a été arrêté par le Bureau central d’investigation judiciaire.

Marco Rollero, l’un des plus importants trafiquants italiens de drogue a en effet été interpellé au Maroc. La police italienne a annoncé aujourd’hui, via in communiqué, son arrestation après une cavale de plus de 5 ans.

L’homme était spécialisé dans l’acheminement de drogue d’Afrique vers l’Europe. Il était, précise le communiqué, « en mesure d’envoyer chaque semaine environ 1.000 kg de drogue du Maroc vers l’Italie, de la cocaïne en provenance d’Amérique Latine et du haschich en provenance d’Afrique ».

Après une condamnation à six de prison pour trafic de drogue, il avait trouvé refuge au Maroc. Il vient d’être arrêté suite une information transmise par les autorités italiennes.

– Par: Bladi.net

source: http://www.bladi.net/mafia-italienne-arrete-maroc,41697.html

———————-

L’opération  d’arrestation de Marco Rollero a été menée par les éléments du Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ) relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST).

Selon un communiqué du BCIJ publié dimanche, ce ressortissant italien dirigeait un réseau de trafic international de stupéfiants de différents types notamment les drogues dures entre des pays d’Amérique latine et d’Europe. Il était inscrit depuis plusieurs années par une notice rouge de l’organisation internationale de police criminelle (Interpol).

Le mis en cause, qui séjournait au Maroc à l’aide d’un passeport falsifié et sous une fausse identité, a été arrêté à Rabat après que les investigations aient permis de déterminer sa véritable identité et de le localiser.

Par ailleurs, selon la police italienne, le prévenu est soupçonné d’être «un broker mondial de la drogue».

Cet homme de 60 ans travaillait essentiellement pour des familles de la N’drangheta, la mafia calabraise, mais avait aussi dans le passé proposé ses services à des groupes de Cosa Nostra, la mafia sicilienne, assure la même source.

SOURCE: http://www.aujourdhui.ma/une/faits-divers/mafia-arrestation-a-rabat-d-un-des-fugitifs-les-plus-dangereux-d-italie-117776#.VSwmU5OVeJc

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Desde su prisión domiciliaria controla 10 cocinas de cocaína en Flores. Tiene un ejército de 300 soldados y 50 sicarios. Paga $20 millones al mes en coimas. Fue miembro de Sendero Luminoso

Una reciente denuncia lo volvió a poner en el ojo del huracán: aunque cumple los últimos años de una insignificante condena por narcotráfico y otros delitos en un lujoso country del Tigre, Marco Antonio Estrada González, alias « Marcos » o « Gordo », dirige una fábrica de cocaína en el seno de la villa 1-11-14, donde controla 15 manzanas de territorio liberado. La acusación partió de Jorge Rodríguez, un ex investigador del Ministerio de Seguridad que denunció a sus jefes por inacción. El ex asesor de Nilda Garré contó con lujo de detalle cómo opera la organización que con mano de hierro dirigen este ciudadano peruano de 52 años y el resto de sus hermanos.

Marcos llegó a la Argentina de manera ilegal en 1997. Por esos días, Julio Chamorro Revollar se había hecho del control de la venta de droga en la villa 1-11-14, luego de asesinar a su anterior « dueño », el paraguayo Julio Valderrama. Apenas dos años después, el 12 de febrero de 1999, Marcos y dos ex compañeros en el grupo terrorista peruano Sendero Luminoso, los hermanos Ramos Mariños, Alionzo Rutillo (« Ruti ») e Isidio Teobaldo (« Meteoro »), acribillaron a Revollar y a dos de sus guardaespaldas, mientas jugaban al fútbol en una zona conocida como la « Canchita de los paraguayos ». Ese triple crimen marcó el inicio del reinado de la organización González Estrada.

Los tres cayeron presos en 2001 por narcotráfico. A Marcos lo condenaron a tres años y medio de prisión en 2004 y fue el primero en quedar en libertad al poco tiempo. Entonces, decidió traicionar a sus socios, acaparar el narconegocio y forzar el exilio de los hermanos Ramos Mariños a la villa 31 bis de Retiro. La jugada derivó en una guerra que se cobró más de 20 vidas.

El episodio más sangriento y conocido de la batalla por el control del narcotráfico en la villa 1-11-14 ocurrió el 29 de octubre de 2005, en el Bajo Flores, durante una procesión del Señor de los Milagros, un Cristo considerado milagroso en Perú, ya que un mural con su rostro ha sobrevivido a varios terremotos en una pared de Lima. Ese día, los hermanos Ramos Mariños y sus sicarios dispararon a mansalva contra el desfile de peregrinos, del que pensaban que iba a participar Marcos. Sin embargo, el capo narco no había asistido y sus ex socios terminaron acribillando a 13 personas, cinco de las cuales murieron, entre ellas, un bebé. Ruti se entregó cuatro meses después y fue condenado a 18 años de prisión. En abril de 2006, Meteoro fue ametrallado. Fue el final de la guerra.

Con el tiempo Marcos se convirtió en el jefe supremo de la villa 1-11-14. Según la reciente denuncia de Jorge Rodríguez, instaló 10 laboratorios de clorhidrato de cocaína de máxima pureza, que son custodiados por 300 hombres armados. En la organización trabaja toda su familia: esposa, suegra, hermanos, primos, sobrinos.

Marcos es la ley, la Justicia, el Estado. Todo lo decide él. Desde las cuestiones más nimias hasta las más complejas. Rodríguez pone un buen ejemplo: « Si se pelea un boliviano con un paraguayo, viene uno de la organización y les dice ‘vos, esto, y vos, lo otro' », contó en una reciente entrevista en InfobaeTV.

Sucede que Marcos logró inundar de temor a los habitantes del asentamiento del Bajo Flores, donde existe la pena de muerte, que incluso se puede extender a los familiares. También han torturado y asesinado niños para lograr confesiones de los padres o por venganza.

Del otro lado, al mejor estilo Don Corleone o Pablo Escobar le soluciona los problemas económicos a cientos de habitantes de la villa, costea viajes a Perú para que sus compatriotas visiten a sus familiares y hasta levantó una plaza con juegos para chicos.

El 6 de mayo de 2007, el juez federal Jorge Ballestero ordenó un operativo sin precedentes en la villa 1-11-14, donde Marcos vivía en un departamento de tres pisos. Participaron más de 600 policías.

« Cuando los gendarmes se fueron, hubo festejos en la villa por casi 48 horas –se escucharon disparos durante más de 12 horas, incluidos tableteos de ametralladoras–, no sólo porque tres de los ‘generales’ de Marcos (y el propio Marcos) pudieron escapar, ya que les habían avisado del procedimiento, sino porque había entre 150 y 200 kilos de cocaína pura debidamente escondidos que no pudieron ser encontrados », recordó Rodríguez.

Ese día cayó presa la suegra de Marcos, Lili Lucila Enríquez Alarcón, « Doña Lili », una ciudadana boliviana que se supone que llevaba las cuentas de la organización. Se comenta que Marcos la entregó porque se quedaba con parte de las recaudaciones, aunque él siempre la defendió en público y la definió como « una trabajadora de toda la vida ». Esos rumores generaron rispideces con su esposa y madre de uno de sus hijos, Silvina Alejandra Salazar, también apresada años más tarde y condenada a 8 años de prisión en un juicio abreviado.

Dos días después del megaoperativo en la villa, Marcos robó un avión del aeropuerto de Saladillo y escapó. Entonces empezó un mar de rumores que decían que estaba en Bolivia, en Uruguay o que había regresado a Perú. Nada de eso: lo encontró la policía seis meses más tarde luego de bajar de un taxi en la ciudad de Lambaré, Paraguay, cerca de un pool. Había estado viviendo en un modesto rancho, luego de una breve estadía en su tierra natal, aunque la prensa paraguaya asegura que se dio una vida de lujos. Lo cierto es que cuando lo arrestaron estaba solo y desarmado. No se resistió.

« Me armaron una película », protestó en una entrevista con Página/12 desde la cárcel en Paraguay. En octubre del año siguiente fue extraditado a la Argentina.

A su retorno, Marcos fue absuelto por la masacre de la « Canchita de los paraguayos ». Y con un ejército de cincuenta abogados a su lado, logró que dos megacausas por narcotráfico en su contra se resolvieran en dos juicios abreviados y una condena unificada de 10 años. Iba a quedar libre en julio del año pasado, cuando se cumplieran dos tercios de su pena, pero lo hicieron terminar el secundario y estudiar mecánica, y quedó en libertad cinco meses antes.

El primero de esos juicios abreviados fue por la venta de droga desde la villa. Esa causa derivó en el operativo ordenado por el juez Ballestero y en su pedido de captura internacional. Recién en 2012 fue condenado. Pero durante un allanamiento a su celda en la cárcel de Devoto las autoridades encontraron 12 celulares, a partir de los cuales comprobaron que seguía manejando el negocio desde la prisión. Su poder era tal, que uno de esos móviles era uno de los dos teléfonos satelitales que había en el país. Un testigo clave en esa causa fue su contador, un ex adicto que anotaba en un libro la cantidad de droga que se llevaban los vendedores y que terminó entregando a Marcos y otros « generales ». Entonces llegó la última condena, en 2013, a 10 años de prisión. Fue una jugada majestuosa de sus abogados frente una Justicia liviana y entregada.

Los padres de Marcos fueron una ama de casa y un empleado de correo, que tuvieron doce hijos, seis hombres y seis mujeres, la mayoría de los cuales viven en Argentina e integran la organización Estrada González. Los otros controlan la pata del grupo de Lima. Buena parte de ellos empezaron a trabajar de chicos en Perú vendiendo la ropa que cosía su padre para abultar el sueldo.

Años más tarde, Marcos llegó a la Argentina con dinero que le dio uno de sus hermanos cuando vendió un taller de confecciones que tenía en Lima en plena hiperinflación, durante el primer gobierno de Alan García. Según recordó alguna vez, vivió en un hotel en Brasil y Sáenz Peña, luego se mudó a Quilmes, regresó a la Ciudad de Buenos Aires, y se instaló en un conventillo en Independencia y La Rioja, hasta que el lugar cerró y se fue a vivir a la villa 1-11-14. Pero él asegura que estuvo poco tiempo en el asentamiento y se fue cuando pudo, no sin antes abrir algunos negocios.

« La vida en la villa es muy dura, todos los días la policía hace persecuciones, en especial, le diría yo, hacia los ciudadanos paraguayos y peruanos », contó hace un tiempo desde la cárcel.

Aunque es devoto del Señor de los Milagros, Marcos impidió que el Papa Francisco construyera una capilla en el Barrio Illia, una zona de monoblocks dentro de la villa 1-11-14, a donde los Estrada González buscan extender su reinado. En su momento, el entonces arzobispo porteño Jorge Bergoglio compró un terreno para edificar una pequeña iglesia que le habían solicitado los curas y vecinos de la zona. ¿Qué hicieron los narcos? Le llenaron la zona de adictos para que le arrojen piedras a los camiones que ingresaban materiales al barrio. No llegaron a levantar los cimientos.

En Lima aseguran que Marcos paga unos 20 millones de pesos al mes en coimas. La cifra podría parecer exagerada, pero sus cocinas de cocaína tienen capacidad para producir hasta 12 kilos de droga por día, que se venden a unos 12 mil dólares cada uno en el mercado negro.

Al parecer, el arreglo incluye no matar a los gendarmes apostados en los alrededores de la villa, que jamás ingresan al barrio y se limitan a solucionar conflictos vecinales, mientras a 8 kilómetros de la Casa Rosada se fabrica clorhidrato de cocaína de hasta un 93% de pureza.

fuente: http://www.infobae.com/2015/04/13/1718620-quien-es-marco-antonio-estrada-gonzalez-el-capo-narco-mas-poderoso-del-pais

000000000000000000000000000000000000

Desmantelan estructura internacional de tráfico de cocaína en zona de Capitán Bado

Según divulgó la Secretaría Nacional Antidrogas, agentes especiales de dicha institución, en coordinación con el Ministerio Público y la Fuerza de Tarea Conjunta (FTC) realizaron ayer una operación antidroga que derivó en la intercepción de una avioneta cargada con cocaína, además de la detención de cinco personas, entre ellas dos de nacionalidad boliviana. La incursión también permitió la incautación de vehículos, equipos de comunicación y dinero en efectivo.

La Operación, denominada “Halcón VII” fue el resultado de las tareas de inteligencia de la SENAD, en coordinación con el Ministerio Público y con un importante apoyo operativo de la FTC. De esa forma, este mediodía, un grupo operativo se apostó en una pista clandestina ubicada en la Colonia Aguará, distrito de Capitán Bado, departamento de Amambay, donde según informes recabados, se produciría la entrega de un alijo de drogas provenientes de Bolivia.

En un momento dado, descendió una avioneta Cessna con matrícula boliviana pilotada por dos ciudadanos bolivianos y con una carga de cocaína. Una vez aterrizado, se produjo la incursión de los antidrogas con el apoyo de un helicóptero de la Fuerza Aérea. En la cabecera de la pista se encontraban tres ciudadanos paraguayos que tenían dos camionetas, aguardando para recibir el cargamento. Todos fueron aprehendidos sin producirse heridos

Seguidamente, en presencia del fiscal interviniente Abg. Carlos Alcaraz, procedieron al pesaje de las evidencias que totalizaron 200 kilogramos de cocaína. Fueron incautados, además de la avioneta y las camionetas, un aparato de posicionamiento por GPS, radio aire tierra, varios bidones de combustible de aviación y unos 100 mil dólares americanos en efectivo, que debían ser entregados a los bolivianos como pago por la droga.

En total fueron detenidos cinco presuntos narcotraficantes, dos bolivianos y tres paraguayos. Entre los compatriotas fue capturado el supuesto jefe de la organización en Paraguay y uno de los extranjeros sería el brazo derecho del líder en Bolivia. Según los datos manejados, el cargamento debía ser destinado a Río de Janeiro, Brasil.

DETENIDOS

  • Miguel Alvia Yolvio, boliviano, 58 años, alias “viejito” (piloto)
  • Manuel Rueda Garzón, boliviano, 48 años, alias “Tarija” presunto brazo derecho del líder en Bolivia.
  • José Miguel Acosta Zarza, paraguayo, 29 años, presunto líder en Paraguay.
  • Marcial Sanguina Candia, paraguayo, 34 años.
  • Mauricio Vázquez Dávalos, paraguayo, 29 años.

El fiscal interviniente, Abg. Carlos Alcaraz dispuso la remisión de los detenidos y evidencias hasta la Base de Operaciones de la SENAD en Asunción. Dicho traslado se realizará vía aérea, mañana a primera hora del día.

fuente: http://www.cronica.com.py/2015/04/12/desmantelan-estructura-internacional-de-trafico-de-cocaina-en-zona-de-capitan-bado/

000000000000000000000000000000000000000000

Guardia civil placaMadrid, 12 abr (EFE).- La Guardia Civil ha incrementado con 259 agentes la plantilla de las unidades de Policía Judicial especializadas en la lucha contra la delincuencia organizada con el objetivo de aumentar las investigaciones sobre narcotráfico, corrupción, blanqueo de capitales y tráfico de seres humanos.

Según ha informado hoy la Guardia Civil, estos agentes reforzarán la plantilla de la Unidad Central Operativa (UCO), Unidades Orgánicas y Técnicas de Policía Judicial, Criminalística, y la Unidad Central Operativa de Medio Ambiente (UCOMA) del SEPRONA, que son las que mayor número de operaciones y detenciones desarrollan en el ámbito de la delincuencia organizada.

Esta actuación se enmarca dentro del Plan Estratégico para luchar contra la delincuencia organizada, establecido por el Ministerio del Interior con el fin de velar por la seguridad pública de los ciudadanos.

La UCO, unidad que se encarga de forma específica de combatir el crimen organizado, contará con un total de 105 agentes más, que permitirán la creación de nuevos grupos de investigación especializada, como la unidad para combatir el fraude contra la Seguridad Social.

Entre las investigaciones que tiene actualmente a su cargo, destaca la Operación Púnica en la que fueron detenidos, entre otros, el exconsejero madrileño del PP Francisco Granados.

Por otra parte, la plantilla de las Unidades Orgánicas de Policía Judicial (UOPJ) se incrementará con 119 guardias civiles.

Principalmente se reforzarán las unidades del arco mediterráneo, insulares (Islas Canarias y Baleares) y de Madrid, ya que son las que cuentan con un mayor volumen de trabajo.

También se reforzará con 19 agentes las Unidades Técnicas de Policía Judicial (UTPJ), lo que permitirá potenciar la labor en la gestión de los sistemas de información.

Asimismo, un total de 10 guardias civiles pasarán a formar parte del Servicio de Criminalística, de forma que se potencien áreas especializadas que se adapten a los nuevos tipos de delincuencia.

Por último, la UCOMA del SEPRONA aumentará su plantilla con 6 agentes para llevar a cabo las investigaciones requeridas tanto por las Autoridades Judiciales como Administrativas.EFE

00000000000000000000000000000000000000000000000

“El Estado venezolano participa directamente en el narcotráfico”

Douglas Farah es experto en crimen organizado internacional y habló de los nexos entre Venezuela, Irán y Argentina

Cuando los legisladores estadounidenses quisieron comprender mejor por qué Barack Obama había librado una orden que declaraba a Venezuela una “amenaza para la seguridad”, organizaron una sesión extraordinaria del subcomité de Asuntos para Latinoamérica del Senado. Allí escucharon a diversos expertos que expusieron sobre Venezuela y argumentaron por qué EEUU debía estar atento a lo que sucede en ese país. Uno de los ponentes fue Douglas Farah, presidente de la consultora IBI y miembro del Centro de Asesoramiento y Estrategia Internacional, que en entrevista con El Observador abundó en sus denuncias sobre el crimen organizado en Venezuela, los vínculos de ese gobierno con grupos delictivos transnacionales y las relaciones con Irán y Argentina.

En su comparecencia ante el Congreso estadounidense usted afirmó que el Estado venezolano esponsorea el crimen y tiene vínculos con organizaciones terroristas. ¿A qué se refiere?

Quiero decir que el Estado, como tal, directamente participa en actividades criminales y en el apoyo a terroristas, principalmente a las Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia (FARC) y al Hezbollah iraní. Participa de modo directo en el narcotráfico, esa es la principal actividad criminal. Algunos altos mandos del gobierno venezolano participan de modo directo en esta actividad criminal, que tiene protección pública.

¿Cómo ha evolucionado esta situación tras la muerte de Hugo Chávez y la llegada al poder de Nicolás Maduro?

Últimamente las autoridades nacionales se han involucrado más en el tráfico de cocaína, dado que las rentas por petróleo y otras fuentes de ingresos están cayendo y necesitan ingresos de modo desesperado. Creo que la relación institucional –de gobierno– con Hezbollah y con Irán se ha enfriado, y las FARC están ahora en otra dinámica con su proceso de paz. Así que la relación ahora pasa más por el crimen y tal vez menos por el terrorismo.

¿Por qué Venezuela tendría interés en introducir a Irán y a Rusia en la región?

Porque Hugo Chávez y el liderazgo iraní, especialmente el expresidente Mahmud Ahmadineyad, compartían la convicción profunda de que la revolución bolivariana y la iraní tienen un mismo fin: un nuevo orden mundial donde el “imperio”, o EEUU, esté herido de muerte y no sea una superpotencia. Desarrollaron una doctrina común de Guerra Periférica donde dejaron explícita su predisposición a usar armas de destrucción masiva contra EEUU. A su modo de ver, es una alianza antiimperialista.

Rusia sigue la misma lógica y en América Latina la “antigua izquierda” –la que impulsó la insurrección armada, no la izquierda democrática moderna– siente nostalgia por la ex Unión Soviética. Esto le ha dado a Rusia una entrada y, como tiene armas que son bienvenidas por estos grupos, se vuelve a entusiasmar con su influencia en la región.

Ante el Congreso, usted aseguró que Venezuela era un puente entre Irán y Argentina. ¿Por qué Caracas tendría semejante interés? ¿Cómo funcionó ese puente?

El gobierno de Fernández de Kirchner, y Cristina misma, se movió muy cerca de Chávez una vez que Néstor Kirchner falleció. Los iraníes le pidieron a Chávez que consiguiera que Argentina los ayudara con su plan nuclear. ¿Por qué? Porque antes de los bombardeos de la AMIA en 1994, el principal socio en materia nuclear de Irán era Argentina. La decisión del entonces mandatario Carlos Saúl Menem de cortar en 1992 con esa cooperación (para la que EEUU y Europa presionaron) fue, según la investigación del fallecido fiscal Alberto Nisman, “un factor detonante” del atentado a la AMIA en 1994. Entonces, Irán necesitaba ayuda y sabía que había un país que ya conocía su tecnología, Argentina. Al mismo tiempo, Argentina padecía una crisis energética y necesitaba petróleo de modo desesperado. Irán tenía petróleo pero no lo podía vender por las sanciones. Estaban dadas las condiciones para una hermosa relación.

¿Cuál es la evidencia del apoyo del gobierno de Venezuela al grupo terrorista Hezbollah? ¿Y de los vínculos entre ese grupo y las FARC, y entre las FARC y Venezuela?

Hay muchos casos judiciales ya resueltos que arrojan muchísima información sobre el modo en que Hezbollah y las FARC hacen negocios juntos. La Operación Titán y el Banco Canadiense Libanés son dos ejemplos. También hay importantes testimonios de antiguos chavistas, declaraciones de muchos diplomáticos e investigaciones periodísticas  sobre los vínculos del gobierno con esa agrupación extremista. Antonio Salas, el periodista español que escribió el libro El Palestino luego de haberse infiltrado para investigar estos asuntos, divulgó mucho material sobre esto también.

Nexo confirmado por exchavistas

Tres exintegrantes del círculo íntimo del gobierno de Hugo Chávez revelaron hace pocas semanas que el presidente venezolano facilitó dinero de Irán a Argentina. Los políticos hablaron por separado ante la revista brasileña Veja y dieron la misma información: que en enero de 2007 hubo un pacto entre Chávez y el mandatario iraní Mahmud Ahmadineyad por el cual Venezuela entregaría fondos de Irán a funcionarios argentinos. La contrapartida exigida por Teherán era que Argentina encubriera el rol de ese país en el atentado de la AMIA y que compartiera “su larga experiencia en reactores nucleares de agua pesada”, según Veja.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Especialista en terrorismo

Douglas Farah
Asesor del gobierno de EEUU en seguridad nacional
Presidente de la consultora IBI

Farah es estadounidense y se especializa en crimen organizado transnacional y estrategias de terrorismo, con especial foco en África y América Latina. Es miembro del Centro de Asesoramiento y Estrategia Internacional y durante años se ha dedicado a estudiar los nexos entre grupos criminales como Hezbolláh y las FARC y gobiernos americanos. En marzo fue convocado por el Subcomité de Asuntos para Latinoamérica del Senado estadounidense, a los efectos de que explicara las principales conclusiones de sus investigaciones sobre el crimen organizado en Venezuela y sus nexos con otros países.

fuente: http://www.elobservador.com.uy/noticia/302529/el-estado-venezolano-participa-directamente-en-el-narcotrafico/

00000000000000000000000000000000000000000

  • La Dijín de la Policía capturó el pasado lunes en Cartagena al propietario de la compañía Asian Andina Group S.A.S., dueña de bebidas Támesis. FOTO CORTESÍA
  • La Dijín de la Policía capturó el pasado lunes en Cartagena al propietario de la compañía Asian Andina Group S.A.S., dueña de bebidas Támesis. FOTO CORTESÍA

    La Dijín de la Policía capturó el pasado lunes en Cartagena al propietario de la compañía Asian Andina Group S.A.S., dueña de bebidas Támesis. FOTO CORTESÍA

  • Redacción elcolombiano.com | Publicado el 08 de abril de 2015

    La Dijín de la Policía confirmó este miércoles la captura en Cartagena del propietario de la compañía Asian Andina Group S.A.S., dueña de bebidas Támesis, Óscar Hernando Giraldo Gómez, señalado de supuestamente pertenecer a una organización de narcotráfico.

    El propietario de esta empresa de bebidas en base a aloe vera fue capturado el pasado lunes mientras descansaba en una playa de un reconocido hotel de Cartagena.

    “Esta persona es integrante de una red criminal dedicada al envío de grandes cantidades de sustancias estupefacientes a través de rutas marítimas por el mar Caribe, que hacen paso por Venezuela y tienen como destino los mercados de Centro América, México y Estados Unidos donde eventualmente se efectúa su comercialización, contando para ello con alianzas criminales con el cartel de Sinaloa”, indicó la Dijín en un comunicado.

    Según las autoridades, el acopio de las sustancias estupefacientes habría sido realizado en puntos fronterizos bajo su control, desde los cuales luego de contar con la cantidad suficiente o requerida para su envío, era desplazada con destino a los puntos de embarque para su posterior entrega.

    Giraldo Gómez está pedido en extradición por una corte de Nueva York que lo investiga por narcotráfico. “Este sujeto es requerido mediante nota diplomática 0913 del 04 de Junio de 2014 procedente de la Embajada de los Estados Unidos de América, por los delitos federales de narcóticos, sujeto de acusación sustitutiva No. 12-CR-602 (ENV), dictada el 20 de septiembre de 2012, en la Corte Distrital de los Estados Unidos para el Distrito Este de Nueva York”, indicó la Dijín.

    Durante la investigación en contra de alias “Oscar”, la Policía informó que se logró la incautación de una gran cantidad de sustancias estupefacientes.

    Támesis es una empresa pereirana con su producto base importado desde China, que entró fuerte al mercado colombiano y ya tiene negocios en España, Panamá, México, Estados Unidos, Perú y China.

    http://www.elcolombiano.com/capturan-por-supuesto-narcotrafico-a-oscar-hernando-giraldo-propietario-de-aguas-tamesis-EH1669666

    00000000000000000000000000000000000000000000000

    Bogotá, Colombia.- La policía de Colombia capturó a Carlos Enrique Samuels, alias “Samy”, acusado de encabezar una organización dedicada al narcotráfico y solicitado en extradición por la Corte del Distrito Sur de Nueva York, informó este sábado la institución.

    Samuels es acusado en Estados Unidos “del delito federal de narcóticos”, indicó la Policía en un comunicado, añadiendo que Samuels “es el cabecilla de una estructura de crimen organizado con asentamiento en la costa norte colombiana, la frontera colombo–venezolana, así como con alianzas criminales en Centro América, Europa, África y el Medio Oriente”.

    Samuels, quien posee nacionalidad alemana, “tenía vinculación con células criminales del Líbano (Beirut)”, agregó.

    Según la policía, el detenido “se abastecía de varias organizaciones criminales de narcotraficantes” y utilizaba rutas entre Colombia y países de Centroamérica, con Estados Unidos como destino final.

    “Durante la investigación se ha podido establecer que esta organización criminal comercializaba entre 1 y 2 toneladas de cocaína mensuales, así como aproximadamente 100 millones de dólares al año mediante el lavado de dinero”, dijo el comunicado.

    Colombia es el mayor productor mundial de cocaína junto a Perú, con unas 290 toneladas producidas en 2013, según Naciones Unidas (ONU).

    FUENTE: http://www.periodicodigital.mx/2015/04/11/capturan-en-colombia-a-capo-de-narcotrafico-requerido-por-estados-unidos/

    0000000000000000000000000000000000000

     

    Un jeune homme de 27 ans a été interpellé par les douanes suisses alors qu’il tentait de passer en Italie, avec 27 kilos de cocaïne cachés dans son 4×4, une Porsche Cayenne.


    Aucune indication n’a été donnée sur l’identité du jeune homme, placé en détention en Suisse. « Ce n’est pas un Suisse, et il n’est pas résident en Suisse », selon une source judiciaire interrogée par l’AFP.

    Le conducteur de la voiture avait dissimulé les paquets de drogue dans le châssis, et derrière les roues de son véhicule. La valeur de la drogue saisie est estimée à 3 millions de francs suisses (2,89 M euros).

    Le jeune homme tentait de quitter la Suisse pour gagner l’Italie lorsqu’il a été intercepté.

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/04/13/97001-20150413FILWWW00206-suisse-27-kilos-de-cocaine-dans-une-porsche.php

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    27 kg di cocaina in un Porsche Cayenne

    Sequestro record delle Guardie di confine settimana scorsa a San Pietro di Stabio. Arrestato un 24enne

    Un importante sequestro di droga è stato effettuato settimana scorsa nel Mendrisiotto dalle Guardie di confine. Lo comunica oggi la Polizia cantonale.

    Presso il valico di S.Pietro di Stabio, gli agenti hanno fermato un 24enne cittadino straniero residente all’estero, che era alla guida di un Porsche Cayenne in uscita dalla Svizzera.

    La perquisizione dell’auto ha permesso di rinvenire, celati nei longheroni della macchina, circa 27 chili di cocaina confezionata in panetti (vedi fotografie nella gallery), dal valore di mercato di quasi 3 milioni di franchi. Un record, sottolineano le Guardie di confine, per questo terzo millennio in Ticino.

    Dopo l’interrogatorio da parte di agenti della Polizia cantonale il 24enne è stato arrestato.

    L’inchiesta è coordinata dalla Procuratrice Pubblica Chiara Borelli. Il Giudice per i provvedimenti coercitivi ha già approvato la carcerazione del prevenuto.

    http://www.ticinonews.ch/ticino/234394/27-kg-di-cocaina-in-un-porsche-cayenne

    000000000000000000000000000000000000

    The international informant

    Jeux, prostitution, trafic de drogue: pour les parrains mafieux, la Corse est le paradis des « affaires ». Mais pour qu’elles prospèrent comme ils l’entendent, ils ont besoin du plus grand laxisme administratif, doublé de la plus grande bienveillance policière et judiciaire. Ce qui explique, d’une part, les accointances du « milieu » avec des soutiens haut placés en métropole et, d’autre part, l’intrication du combat indépendantiste et des actions criminelles commanditées par des truands désireux d’asseoir leur mainmise sur l’île de Beauté. De la French Connection à l’assassinat du préfet Érignac, des bases africaines de la mafia corse aux cercles de jeu parisiens, l’enquête de Pierre Péan retrace la guerre ouverte entre hors-la-loi et tenants de l’ordre républicain qui sévit depuis les années 1930.

    Livre Compromissions par Pierre Péan : La République et la mafia corse.

    http://www.leblogtvnews.com/2015/04/livre-compromissions-par-pierre-pean-la-republique-et-la-mafia-corse.html

    000000000000000000000000000000000

    Voir l’article original

    Domingo 12 de Abril de 2015

    ©Univision.com y Agencias
    El gobierno de Estados Unidos incluye a Gastelum en su lista de los más buscados.


    Autoridades de México arrestaron en el balneario de Cancún (este) a César Gastelum Serrano, integrante de una importante red familiar que provee de cocaína al cártel de Sinaloa y que figuraba entre los más buscados por Estados Unidos y Honduras, informó este domingo una fuente oficial.
    El arresto se efectuó la madrugada del sábado por elementos de la Marina Armada y de la Policía Federal cuando el presunto narcotraficante « se disponía a cambiar de vehículo como parte de su estrategia para evadir seguimientos », en un turístico bulevar de Cancún (Quintana Roo), dijo en un mensaje a medios el comisionado nacional de Seguridad, Monte Alejandro Rubido.
    El funcionario señaló que Gastelum es pieza clave en el tráfico de cocaína a gran escala desde Centro y Sudamérica hacia Estados Unidos, y que colaboraba con Ismael « El Mayo » Zambada, líder máximo del mexicano cártel de Sinaloa tras la captura de Joaquín « El Chapo » Guzmán.
    El gobierno de Estados Unidos incluye a Gastelum en su lista de los más buscados. Identificándolo como miembro de una poderosa red familiar de tráfico de cocaína, el departamento estadounidense del Tesoro congeló sus bienes y los de sus hermanos Alfredo, Jaime, Guadalupe y Francisco.
    Según Rubido, César Gastelum se había instalado en Quintana Roo « con muy bajo perfil » y se trasladaba regularmente a Guanajuato (centro) y Sinaloa (noroeste).
    Al momento de su detención no portaba identificaciones, « ni siquiera de carácter apócrifo con la intención de no ser detectado », comentó el funcionario, al precisar que le fueron incautados dos vehículos, una arma corta y sustancias blancas con las características de la cocaína.
    Tras la captura el año pasado de « El Chapo » Guzmán, el cártel de Sinaloa -considerado el más poderoso del país- quedó a cargo de « El Mayo » Zambada, uno de los últimos capos veteranos junto a Juan José Esparragoza « El Azul, » del mismo cártel.
    Desde que Enrique Peña Nieto asumió la presidencia en diciembre de 2012, el gobierno de México ha abatido o arrestado a numerosos líderes del narcotráfico, como Servando Gómez « La Tuta » y Nazario Moreno « El Chayo » de Los Caballeros Templarios, así como a Heriberto Lazcano alias « El Lazca » y Miguel Ángel Treviño alias « Z-40 », de los sanguinarios Zetas.
    Pese a la caída de estas importantes figuras criminales, la violencia por el narcotráfico prevalece en México, ya que muchos de los grandes cárteles derivan en escisiones más despiadadas que encuentran su financiación en otros crímenes contra la población como el secuestro y la extorsión.
    Más de 100.000 personas han muerto o desaparecido desde que el gobierno de México inició su combate armado contra el crimen organizado en el inicio del gobierno de Felipe Calderón (2006-2012).
    00000000000000000000000000000000000000

    Banques, Banquiers, Narcotrafiquants: que savent réellement le TRACFIN et la DNRED ?.

    par morice
    vendredi 10 avril 2015

    Les généraux sont en cause, on l’a vu. Mais pour mettre à l’abri leurs fortunes longuement amassées, ils ont dû faire appel à des banques. Celles du blanchiment, qui sont bien entendu les mêmes que celles des trafiquants. La coke, et l’argent qu’elle génère, corrompt tout (*), au plus haut niveau. Jusqu’aux chefs d’Etat, parfois, ou bien leur famille, comme en Colombie. A ce stade, il n’y a plus à parler d’éthique. C’est à celui qui va empocher la mise le premier, car le flux est tel que tout le monde en profite. Devant cette chienlit qui envahit tous les rouages d’un Etat, certains se lèvent et résistent, comme un certain juge, qui, en France, avait fait front devant les mafieux. Son équivalent hondurien, Julian Aristides Gonzalez, a connu hélas le même sort… mais depuis quelque temps, ça se lézarde, et des rats quittent le navire vénézuélien. Et viennent raconter, une fois avoir mis leur famille à l’abri, les turpitudes d’un régime qui parle un double langage constant.

    Un document implacable

    Un excellent rapport de mai 2011 de l’ OFDT (**), signé David Weinberger, de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) nous dresse un tableau éloquent de la tendance générale du circuit de cocaïne désormais autour du Venezuela : « depuis 2005 et 2006, du fait des bouleversements régionaux susmentionnés, les États vénézuéliens du Zulia, du Táchira mais surtout d’Apure, limitrophes de la Colombie, deviennent ainsi, les principaux lieux de départ de la cocaïne colombienne vers le marché nord-américain, notamment au moyen du vecteur aérien. Si le crash d’un DC9 à Playa del Carmen avec 5,5 t de cocaïne à son bord en 2005 a marqué les esprits, il n’en reste pas moins exceptionnel car le trafic par les airs est majoritairement le fait de petits avions qui ne rejoignent que très rarement le Mexique sans escale. Ils atterrissent généralement dans des zones où l’espace aérien est moins contrôlé, comme en République Dominicaine et Haïti jusqu’en 2009, puis au Honduras, au Guatemala, au Costa Rica ou au Belize. » Exactement ce que je vous ai décrit ici en de multiples épisodes de la série « Coke en Stock » ! « Ces États, dotés de faibles moyens, sont désormais profondément déstabilisés par la mainmise partielle des organisations criminelles, notamment mexicaines, qui acheminent la drogue vers le nord par la voie terrestre ou maritime ». L’emprise de l’argent de la coke devenant le principal levier de corruption des hommes politiques dans ces pays.

    Des avions, mais aussi des bateaux et des containers

    Car il n’y a pas bien sûr que les avions pour transporter la drogue : « cependant, le moyen le plus usité reste celui des containers. Ceux-ci partent des grands ports vénézuéliens comme Maracaibo pour acheminer la drogue dans le monde entier, notamment vers le Panama et le cône sud du continent américain. Selon l’ONUDC, plus de la moitié de la drogue saisie en 2013 au Brésil proviendrait du Venezuela. Mais les portes-containers transitent généralement aussi en Colombie et il est donc difficile d’identifier le lieu précis de chargement de la drogue. Hormis ces routes, l’ONUDC observe, depuis 2005, une nette augmentation du trafic transatlantique destiné à l’Europe en provenance du Venezuela. Jusqu’en 2009, de nombreuses saisies maritimes ont été opérées, comme celle du Doña Fortuna arraisonné au milieu de l’Atlantique avec cinq tonnes de cocaïne (un petit bateau de pêche (ici à droite) ayant contenu 5 tonnes de cocaïne d’une valeur de 250 millions d’euros. En 2009, une frégate anglaise, l’HMS Iron Duke, avait arraisonné le MV Cristal (à gauche) au large des Caraïbes, il contenait lui aussi la même quantité en 212 ballots de cocaine de 26kg chacun..) ,  « mais depuis 2011 plus aucune saisie maritime majeure n’a été réalisée. Il semblerait que les trafiquants privilégient aussi les routes transatlantiques aériennes par avions privés au départ du Venezuela. La saisie la plus médiatisée est sans nul doute celle surnommée « Air Cocaïne », concernant un Boeing 727, chargé de plusieurs tonnes de drogues, retrouvé incendié au Mali en 2009  (c’est le point de départ fondamental de toute cette série !). Les radars vénézuéliens avaient détecté l’avion entrant dans l’espace aérien vénézuélien, avant de perdre sa trace dans la région d’Apure où vraisemblablement le Boeing a pris possession du chargement illicite. L’aéronef fut de nouveau observé au niveau de Valencia se dirigeant vers l’Atlantique. Fait notable, les pilotes vénézuéliens, deux frères, se trouvaient aussi à bord de l’avion retrouvé à Playa del Carmen (qui avaient donc été relâchés ou avaient bénéficié de complicités dans la police mexicaine…). Et ce n’est pas un cas isolé puisque nombre d’avions s’envolent depuis les aéroports côtiers du Venezuela vers l’Afrique mais aussi directement vers l’Europe. Ainsi, en 2011, les pilotes d’un jet privé ont été obligés par une dizaine de membres de la Garde nationale vénézuélienne de transporter 1,2 t de cocaïne qui a été interceptée aux Iles Canaries (Espagne). C’est le fameux Gulfstream 9H-FED Global Express 9234 qui a été ici l’objet ici d’une étude plus approfondie dans l’épisode précédent). » Partant des zones de stockage à la frontière colombienne, la cocaïne est chargée dans les aérodromes de Valencia et Barcelona, ou dans les ports de Maracaibo, La Guaira et Puerto Cabello. Les avions et les navires traversent alors l’Atlantique pour atteindre l’Afrique de l’Ouest, en passant notamment par l’archipel des Bijagos (Guinée-Bissau) et le Cap-Vert : cette route est surnommée l’« autoroute 10 » car elle longe approximativement la latitude 10″… l’autoroute maritime ou aérienne de la drogue !!

    Pas seulement le Venezuela, d’impliqué, le Mexique aussi

    Une implication qui cache de belles malversations, des deux côtés, le côté gouvernemental mexicain n’étant pas beaucoup plus reluisant nous dit Anabel Hernandez : « on pensait que l’avènement du président Fox en 2000 changerait la donne, et ce fut l’inverse : « les Gens pensaient que Fox serait un gouvernement de transition, mais ce n’est jamais arrivé. Tous les groupes mexicains de pouvoir, à la fois légaux et illégaux, demeurent intouchables, et dans de nombreux cas, ils se connectent et se réunissent pour blanchir de l’argent.  Lorsque (Vicente) Fox est devenu président, il a changé radicalement les règles du jeu : au lieu de continuer à protéger tous les cartels de la drogue, ce que les administrations du PRI ont fait pendant des décennies, il a décidé de protéger seulement un seul cartel, celui de Sinaloa. C’est le gouvernement qui libéré « Chapo » Guzmán (Joaquín Guzmán) de la prison ; il ne s’est pas échappé dans un panier à linge, comme la version officielle le dit. La vérité est, et je le sais, parce que j’ai une copie du casier judiciaire, comme quoi un fonctionnaire travaillant pour l’administration de Vicente Fox a aidé Chapo Guzmán à sortir de prison : il lui a ouvert la porte principale et lui a dit : « Monsieur, vous pouvez y aller »  Une très grave accusation !!! Un pouvoir qui serait donc à la botte des cartels ? On songe alors aussi inévitablement au crash d’avion du 4 novembre 2008 (celui du Learjet 45 XC-VMC), en pleine capitale, incendiant tout un quartier, un « accident » fort opportun pour les trafiquants de drogue : celui ayant tué le ministre de l’intérieur mexicain Juan Camilo Mouriño du gouvernement de Felipe Calderon. Mourino ayant décidé auparavant de s’attaquer en priorité aux cartels de cla cocaïne. La commission d’enquête avait néanmoins conclu à un accident de pilotage, le Learjet ayant été pris selon elle dans les turbulences d’un gros 767-300 qui l’avait précédé. Officiellement s’entend…

    Le frère d’Alvaro Uribe également dans la tourmente

    Cette complicité manifeste avec les Cartels n’a pas de frontières : en Colombie aussi, le pouvoir a fait allégeance aux trafiquants. La famille du président Uribe en personne étant elle aussi mouillée, comme le révèle un ancien procureur tenace, Flavio Buitrago, le 27 mars dernier :  « en plus de ses propres liens présumés avec les paramilitaires d’Uribe, son frère Santiago Uribe a conduit un groupe paramilitaire appelé les douze Apôtres, qui a été actif durant les années 1990 et, selon les témoignages, qui s’est formé dans une ferme appartenant à la famille Uribe. Les autorités colombiennes ont ouvert une enquête sur Santiago Uribe en 1996, et les efforts pour empêcher l’enquête ont été réprimandé par la Cour suprême. Alors que l’ancien président a nié toute connaissance de son existence, Dolly Cifuentes, la petite amie de longue date de frère Jaime Uribe, a été extradée aux États-Unis en 2012 et a plaidé coupable à des accusations de trafic de drogue en 2013.

    Ana Maria Cifuentes, la nièce de Alvaro Uribe, a été placée en bonne place sur la liste du Département du Trésor américain et été identifiée comme un membre du clan Cifuentes Villa, qui aurait aidé le cartel de Sinaloa à blanchir l’argent et pour la contrebande de plus de 30 tonnes de cocaïne aux États-Unis en plus de travailler avec d’autres groupes actifs dans le trafic de drogue ». Le président en Teflon, celui sur lequel toutes les accusations avaient glissé, rattrapé aujourd’hui par le passé de sa famille proche (***) ? Sans oublier le passé fort trouble de son propre père Alvaro (****)

    Le rôle des banques dans le trafic

    De grandes banques impliquées

    De grandes banques sont bien complices de délinquants très organisés pour dissimuler les revenus de la coke. « Anabel Hernández nous rappelle qu’il y a eu une enquête très complexe réalisée par la DEA sur un réseau de blanchiment d’argent du cartel de Sinaloa. Deux hommes d’affaires, un brésilien et un portugais, ont créé un système pyramidal de l’investissement frauduleux ; ou chaîne de Ponzi, qui comprenait des centrales d’énergie renouvelable inexistantes dans le seul but de transférer des millions de dollars à partir de différents comptes bancaires. C’est comment ils ont réussi à mélanger l’argent de la fraude financière avec l’argent du trafic de drogue, rendant ainsi pratiquement impossible de retracer l’origine et la destination de cet argent.  La DEA a passé cinq années à enquêter sur ce cas, en essayant démêler l’écheveau, et l’argent de la drogue a été finalement trouvé. Les cartels de la drogue ont développé des moyens très sophistiqués pour blanchir de l’argent. Et cela ne peut être détruit par des balles ou des bombes, mais avec de la volonté. Les banques impliquées dans cette enquête, par exemple, sont Wachovia, Wells Fargo et Bank of America ». Toutes trois impliquées, rappelons-le dans les affaires douteuses de Viktor Bout, toujours emprisonné aux USA !!!

    Un double langage constant

    Le gouvernement vénézuélien emploierait donc un double langage, fustigeant devant la presse les trafiquants de drogue alors qu’il en serait l’un des principaux bénéficiaires : cette impression est corroborée par l’exemple par une visite d’un journaliste du New-York Times, William Neuman, venu enquêter en 2012 sur les fameuses pistes de l’Apure, soi-disant « détruites » par le gouvernement : « le gouvernement vénézuélien a claironné un nouveau coup majeur contre les trafiquants de drogue, exhibant les barils saisies de cocaïne liquide, les avions de la drogue récupérées, les laboratoires de cocaïne pillés et la destruction des pistes d’atterrissage. Mais une visite ce mois-ci dans une région éloignée des vastes plaines de l’Ouest du Venezuela, où un groupe de guérilla colombien a transformé l’endroit en l’un des aéroports les plus fréquentés de transit du monde pour le mouvement de la cocaïne aux États-Unis, a montré que acclamations triomphantes du gouvernement sont largement surestimées. Profondément dans la large savane, une piste d’atterrissage clandestine que le gouvernement avait dit avoir désactivée dans un raid récent de l’armée est apparue être de retour dans les affaires. Les restes de deux petits avions incendiés par l’armée en septembre avaient été déblayés. Les trafiquants travaillant avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie, qui fonctionnent avec une aisance surprenante de ce côté de la frontière, semblait avoir récupéré la bande de terre pour continuer les navettes leur vols secrets de drogue colombienne vers les utilisateurs de la cocaïne aux États-Unis. Aucun signe que les soldats aient fait à l’explosif des trous dans la piste ou d’autres mesures prises pour les empêcher d’être utilisées à nouveau. Vers la même époque, la Colombie, avec l’aide des États-Unis, a commencé à resserrer la surveillance de son espace aérien. En conséquence, les trafiquants sont passés au travers de la frontière de l’Apure, où une piste d’atterrissage peut être façonnée dans la prairie plate en quelques heures en faisant glisser un tronc derrière une camionnette pour lisser le sol. Vous pouvez détruire un aérodrome ici et ce n’a pas d’importance « , a déclaré un habitant, debout à côté d’un trou de huit pieds de profondeur soufflé par les soldats dans une piste près de la rivière Cinaruco, le long des plaines qui s’étendent sur des miles. « Ils peuvent en faire une autre juste à côté. »(ici à gauche une piste clandestine découverte par l’armée faisant 1,4 km de long, près de la rivière Juriepe, dans la municipalité Agustín Codazzi Pedro Camejo, dans l’État d’Apure….). Rappelons qu’un avion de type Gulfstream a toujours besoin de 1800 m de piste (en dur !) pour décoller… mais de moins de la moitié pour se poser.

    L’Apure, le centre nerveux du trafic

    Mais peut-être que l’attraction principale pour les trafiquants est que la présence du gouvernement fédéral sur de grandes parties de Apure, l’État le plus pauvre dans le pays, est arrivée à son maximum. Dans de nombreuses régions, les habitants le disent, le vrai pouvoir est détenu par les FARC, qu’ils ont décrit comme pouvant se déplacer dans l’Etat en toute impunité. Un résident vivant dans le parc national Santos Luzardo, une pittoresque réserve riche en faune, a déclaré que le mois dernier deux membres des FARC ont patrouillé le secteur sur des motos, en demandant aux agriculteurs s’ils avaient entendu des avions (des motos qui sont parfois piégées par les FARC, comme le montre l’article ci-joint, en lien, ou celui-ci).  La préoccupation qui les concernait, apparemment, c’était le fait que des trafiquants utilisaient une piste d’atterrissage à proximité sans avoir à payer. Les guérilleros recueillent également de l’argent de la protection des entreprises, le business des entreprises locales, celle les éleveurs et les zones de pêche le long de certaines parties de longue frontière du Venezuela avec la Colombie. Un résident a dit que un petit groupe de membres des FARC s’est présenté dans une ferme en décembre et leur camp a été mis en place pendant une semaine, en l’utilisant comme base pour patrouiller la zone et éventuellement protéger les vols de drogue. Le propriétaire n’a pas le choix d’accepter ou non les guérilleros, même si ceux-ci apportent leur propre nourriture. Les résidents ont également exprimé leur peur et leur méfiance aux autorités du gouvernement (ci-contre la destruction d’une piste de narco-trafiquants, montrée aux médias). La plupart ont dit qu’ils croyaient que les fonctionnaires et les soldats locaux étaient de mèche avec les trafiquants et que de donner des informations sur les activités des trafiquants seraient suivies de représailles. Les résidents ont dit qu’ils avaient appris à coexister avec les trafiquants, comme ils s’étaient tout simplement habitués au son fréquents des avions volant à basse altitude la nuit. Mais beaucoup ont dit qu’ils ressentaient de la peur et de l’intimidation. « Ils savent tous ce qui se passe, mais personne ne dit rien, rien du tout » dit un homme à propos des contrebandiers qui utilisent une piste d’atterrissage locale. « Qu’est-ce qui devrait fait à ce sujet ? Celui qui devrait faire quelque chose est le gouvernement. Ils devraient patrouiller constamment la zone ». On le voit bien, l’Apure est bien une zone de non-droit, ou celle du laxisme gouvernemental, voire de sa collusion avec les maquillages d’avions incendiés présentés comme « abattus » !!!

    Des documents accablants

    Bref, impossible de nier l’implication d’un gouvernement fermant autant les yeux sur un tel trafic, d’une telle intensité ! En 2008, cette proximité de Chavez et des Farcs avait été mise à jour avec la parution de documents, des échanges de courriers entre Chavez et Manuel Marulanda, le chef des Farcs, notamment. Une aide financière de 300 millions de dollars avait été accordée, selon ce qu’avaient fini par dire les disques durs des ordinateurs de Paul Reyes. Des annonces aussitôt démenties par Caracas. Placés au pied du mur, certains continueront à le nier. Seul Michel Collon, en 2011, par exemple, affirmera que les aveux de Makled n’en étaient pas, car ils avaient été faits en échange de remises de peine aux USA. Ce grand ami de Dieudonné et de Meyssan semble ignorer tout de l’intensité du trafic et des mensonges du pouvoir vénézuélien, qu’il soutient, quoi qu’il puisse faire. Un partisan, incapable de recul sur la situation du pays, aveuglé par sa haine des USA. A ce stade, Collon n’est qu’un prosélyte d’un pouvoir à la dérive et de ses mensonges (en 2008, Chavez avait affirmé, rappelons-le, « avoir perdu tout contact avec les Farcs » !)…

    L’équivalent du juge Michel, assassiné également

    Un homme pourtant le savait et avait combattu cette proximité sordide entre généraux et trafiquants, l’avait dénoncée, mais il en est mort : l’équivalent exact, en France, du juge Michel et de son combat contre les truands. J’avais évoqué déjà son nom et son admirable figure dans Coke en stock, (XV) : « le Honduras, du côté de chez Swan » : « L’épilogue de ses entrées massives de drogue se situe un matin devant une école, le 8 décembre 2009 : celle où arrivait Julian Aristides Gonzalez, l’ancien général à la tête de l’antidrogue, un homme intègre et droit… abattu lâchement en pleine rue de 11 coups de pistolet, juste après avoir déposé sa petite fille. Une exécution dans les règles des cartels, menée à moto » (comme le juge Michel en France, dont un film relate l’histoire en ce moment même). « L’homme devait prendre sa retraite dans deux mois, et venait sur l’année de saisir plus de 5 tonnes de cocaïne ! Les trafiquants rappelaient à leur façon que c’étaient bien eux les maîtres du pays. Selon Julian Aristides Gonzalez, Hugo Chavez en personne était impliqué dans le trafic. « Soit le gouvernement vénézuélien est incapable, soit il est complice », avait-il déclaré peu de temps avant sa mort au Time. Ce qui résume parfaitement la question ! «  Un nombre incalculable de fonctionnaires, dont beaucoup sont des militaires en activité, trempent dans le narcotrafic. Les services d’intelligence étrangers s’y intéressent de plus en plus », assure Mildred Camero, l’ex-présidente de la Commission nationale contre l’usage des drogues (Conacuid), à l’actuel Bureau national de l’antidrogue (ONA). De 1999 à 2005, pendant les six premières années d’Hugo Chavez au pouvoir, cette ancienne juge a lutté contre un fléau sans cesse grandissant. Selon l’ONU, 51% de la drogue qui entre en Europe provient désormais du Venezuela, converti en 5e exportateur mondial de cocaïne. Dans un livre intitulé « Chavisme, narcotrafic et militaires » (paru en 2014) Mildred Camero dénonce et cite les 13 généraux et députés socialistes qu’elle considère comme étant les principaux narcotrafiquants vénézuéliens. Certains figurent sur la fameuse liste Clinton (Specially Designated Narcotics Traffickers) des entreprises et personnes recherchées par les Etats-Unis pour leur participation au narcotrafic, dont le général en chef des forces armées et gouverneur de la région de Trujillo, Henri Rangel Silva, le capitaine de corvette et gouverneur de la région de Guarico, Ramon Rodriguez Chacin, ou encore l’ancien maire de Caracas, Freddy Bernal. Le Département du Trésor américain leur reproche d’avoir soutenu les guérillas colombiennes, en protégeant leurs chefs au Venezuela ou en leur échangeant des armes contre de la drogue ». Mildred Camero, rappelons-le, avait été nommée en 1999 par Hugo Chavez à la tête de la CONACUID, et a été contrainte de démissionner six ans plus tard. Carlos Tablante avait suggéré son nom au gouvernement dans les premiers jours de Chávez, alors qu’il semblait encore vouloir lutter contre la corruption, ce qui n’a pas fait long feu…

    Des captures encourageantes

    Ce que le juge admirable avait énoncé, un autre vient de le confirmer de façon éclatante en janvier dernier, juste après la découverte de nombreux cas de transferts de quantités importantes de drogue via les avions aperçus en Apure et sérieux revers pour les trafiquants avec les arrestations importantes. En premier celle au Honduras de Jose (« Chepe ») Miguel Handal, – ici à gauche- arrêté récemment (le 13 mars 2015) dans l’hôpital de San Pedro Sula. Celui qui, justement organisait l’arrivée au Honduras des avions venant de l’Apure, et des envois par cargos au Guatemala fà destination des cartels des Zetas ou de Sinaloa. En même temps, un second coup était porté aux transferts aériens avec l’annonce de l’arrestation du dénommé Germán Arturo Rodríguez Ataya, surnommé « El Gago » le pilote attitré des Farcs. Surpris dans l’hacienda de la Manga de Coleo de Elorza, près de la municipalité de Rómulo Gallegos, en plein Apure. Il venait juste d’effectuer le 23 décembre qui précédait un vol qui s’était terminé sur une piste clandestine près de Cinaruco, selon le journaliste Javier Mayorca. Un proche de Germán Briceño Suárez, alias « Grannobles » (ici à droite sur la photo, avec El Gago superposé), un des principaux leaders des Farcs. La surprise étant que l’homme avait déjà été arrêté en 2005 dans le district de l’Arrosa, accusé de transporter à la fois des guérilleros et de la drogue pour les frères Rios. il s’était échappé et vivait depuis en Apure, ayant créé depuis une société pétrolière dont il était le financier, habitant alors Ciudad Ojeda, près de Lagunillas dans l’état de Zulia.

    La présence prouvée des Farcs en Apure

    Car un autre document du Colombian Post avait révélé cette omniprésence des FARC en Apure :  « la semaine dernière, un rapport des services de renseignement affirme que cinq commandants de la guérilla marxiste des FARC colombiens sont stationnés au sud-ouest du Venezuela, concentrés dans l’État d’Apure, Selon un rapport de la Direction de renseignement militaire vénézuélienne (DIM). Le document officiel, mis à la disposition de la PanAm Post, mentionne également l’existence de pistes d’atterrissage secrètes situés dans plusieurs Etats du Venezuela et utilisés dans le trafic des cargaisons de drogue. La surveillance militaire vénézuélienne révèle que les commandants en question appartiennent à la 10e front des Forces armées révolutionnaires, et qu’ils jouissent de contrôle effectif sur les communautés dans lesquelles ils sont basés. « Plusieurs personnes ont été vus portant des tenues de camouflage, portant de grandes et de petites armes, des insignes faisant allusion aux FARC … [Ils] ont mis en place différentes règles et mobilisé au cours de patrouilles deux jour et nuit, dans divers véhicules, $y compris des 4×4 Toyota et des motos tout-terrain, « le texte officiel dit. Un des officiers supérieurs des FARC, Jaime Alberto Parra Rodríguez (alias Mauricio Jaramillo, ici à droite), est décrit comme commandant du Bloc de l’Est des FARC, et il a son camp de base opérant dans la région de Rómulo Gallegos. Le deuxième patron de guérilla être identifié et localisé est « Polanco, » qui contrôle vraisemblablement les zones d’ Achaguas, de Guachara, de Yagual et d’Aguarito. Le document mentionne un autre dirigeant de haut niveau, sous le pseudonyme « Gollo, » qui concentre les témoignages de la population entière de Capanaparo, Tres Bocas, Paso Arauca, et Cunaviche, ainsi que l’ensemble du trafic de stupéfiants au Venezuela par l’intermédiaire de la frontière colombienne. Dans la carte fournie par les autorités vénézuéliennes, un autre commandant sous le nom de « Bouddha » est basé dans la ville de San Juan de Payara, avec trois autres agents des FARC. Au cours des enquêtes menées par les services de renseignement, le « Bouddha » a été vu en compagnie de Pedro Leal, plus de Peter Camejo, mais aussi avec un membre du parti au pouvoir socialiste uni du Venezuela (PSUV)… » Un sixième commandant communiqué par le DIM, alias Chapulín, opérait dans Elorza, l’un des centres de population les plus importants de l’Apure. Cependant, il a été tué dans une fusillade avec l’armée colombienne dans la zone de la frontière en 2014″. A noter que l’ELN, autre mouvement d’opposition est aussi présent à proximité de l’Apure… notamment ses chefs, Antonio Garcia et Nicolas Rodriguez Bautista, alias “Gabino.”

    Une terrible défection

    Mais ce n’était rien encore avant la défection d’un personnage venu dénoncer tout un système mafieux à la tête du pays. Il s’appelle Leamsy Salazar, et son propos a du poids, beaucoup de poids, car avant de devenir le garde du corps principal de Diosdado Cabello, l’homme fort à la tête du pays et de l’Assemblée Nationale, il avait été pendant dix ans celui de Chavez en personne, sous le nom ronflant de « Lieutenant Commander Salazar ». Or le voici à faire défection en janvier dernier, rejoignant les Etats-Unis après des contacts pris au préalable avec la DEA, prétextant son voyage de lune de miel pour fuir le pays et se réfugier aux USA. A peine débarqué, le voilà qui déballe tout, accusant notamment Diosdado Cabello d’être à la tête du trafic de drogue du pays, pas moins. Des révélations fracassantes, auxquelles il en ajoute une autre dont beaucoup d’observateurs se doutaient : selon lui, Chavez était décédé deux mois avant qu’on n’annonce sa disparition ! D’où les histoires « d’embaumement » qui tardait et qui ne sera en définitive pas effectué… officiellement. Histoire de préparer la mise en place d’un Maduro pas très au point pour assurer sa succession, et calmer les ardeurs des militaires, ceux à la tête du cartel de Los Soles, justement, fort tentés par un coup d’Etat qui ne devrait plus beaucoup tarder maintenant.

    En attendant, d’autres événements aller renforcer cette idée, à la fois de l’imminence d’un coup d’Etat, de l’éviction d’un Maduro bien trop transparent et d’un renforcement du trafic de drogue, géré de main de maître par l’armée, qui n’aura donc effectivement jamais abattu de quelconque avion de la drogue…

    (*) « Le luxe corrompt tout, dit Rousseau, et le riche qui en jouit, et le pauvre qui le convoite »

    (**) l’indispensable analyse :

    http://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/efdxdwr5.pdf

    (***) certains ont payé cher d’avoir révélé ses liens. Début 2010, on découvre la plus grande fosse commune de Colombie, dans la commune La Macarena, département du Meta. Un des témoins raconte : «  Le commandant de l’Armée nous avait dit que c’étaient des guérilléros tués au combat, mais les gens de la région nous disent qu’il s’agit pour la plupart, de responsables sociaux et syndicaux, de paysans et des défenseurs de communautés, qui tous avaient disparu sans laisser de traces ». Des corps pour la plupart mutilés, ayant subi d’horribles sévices. À San Onofre, Sucre, dans une propriété connue sous le nom de « El Palmar », le chef paramilitaire « Rodrigo Cadena » jetait les cadavres des victimes, et même des victimes encore vivantes, aux caïmans qui se trouvaient dans un bassin. (….) C’est comme ça que les victimes de la torture étaient jetées aux caïmans. Beaucoup de personnes ont ainsi totalement disparu, jetés en pâture aux caïmans, ou jetés dans les fleuves ou à la mer, ou brûlés dans des fours crématoires. Salvatore Mancuso, par exemple, avait avoué que pour éviter la découverte du corps du leader indigène Kimi Pernía, il l’avait fait déterrer de la fosse et jeter dans le fleuve Sinú. D’autres paramilitaires racontent que pour cacher ses crimes, le même Mancuso avait ordonné d’enlever la terre d’une fosse située dans une propriété à Ralito, et de la vider de ses cadavres que son groupe avait remplis. Des enquêteurs disent qu’aujourd’hui, les « Aigles Noirs », héritiers des paramilitaires, déterrent le contenu de plusieurs fosses et le jettent dans les fleuves. (…) Les témoignages de paramilitaires et les résultats des équipes de médecins légistes ont permis de conclure que les groupes d’Autodéfenses Unies de Colombie, non contents d’avoir élaboré une méthode d’équarrissage des êtres humains, ont poussé l’horreur jusqu’à son extrême limite : ils ont donné des « cours » en se servant de personnes vivantes emmenées dans leurs camps d’entraînement. Francisco Villalba, le paramilitaire qui avait dirigé sur le terrain les atrocités d’El Aro (Antioquia), où 15 personnes ont été torturées et massacrées pendant 5 jours, révèle les détails de ces « cours » : « Il s’agissait de personnes que l’on amenait en camions, elles étaient en vie et attachées (…) chacune était livrée à un groupe de cinq (…) les instructions étaient de leur couper un bras, la tête… de les découper vivantes ». Une délégation britannique venue inspecter les fosses affirmera : Dans ses conclusions, la délégation a déclaré : « Après avoir entendu de pareils témoignages, nous estimons que l’armée colombienne est responsable de la majorité des violations des droits humains contre la population civile », et que : « l’activité paramilitaire persiste, particulièrement dans les régions rurales, de même que les liens étroits entre les paramilitaires et l’armée sont une évidence. » Un des militaires repentis, Francisco Enrique Villalba Hernández qui avait rendu responsable le président Uribe en personne du massacre d »El Aro, le 25 octobre 1997, a lui-même été assassiné à La Estrella près de Medellin, en avril 2009.

    (****) « Álvaro Uribe Vélez a été dénommé « précurseur de l’ Etat Narcotrafiquant  » par l’un des centres de recherche les plus importants en matière de trafic international de stupéfiants, « The Narco News » (http: // www.narconews.com), depuis qu’en 1997 et 1998, les douaniers des États-Unis en Californie ont arrêté trois avions suspects à destination de la Colombie qui, comme les douaniers le découvrirent, transportaient 50 tonnes de permanganate de potassium, un composant chimique nécessaire dans la fabrication de la cocaïne.

    Selon un document signé par le chef de la DEA Donnie R. Marshall le 3 août 2001, les avions se rendaient à Medellín, Colombie, au nom d’une entreprise appelée GMP Produits Chimiques. Les 50 tonnes du composant chimique destinées à GMP étaient suffisantes pour fabriquer 500 tonnes d’hydrochlorate de cocaïne, d’une valeur de 15 milliards de dollars. Conformément au rapport de 2001 de la DEA, le patron de GMP Produits Chimiques était Pedro Juan Moreno Villa, chef de campagne et ex-secrétaire de gouvernement lorsqu’Uribe était Gouverneur d’Antioquia. De 1995 à 1997, Moreno était secrétaire de gouvernement et bras droit d’Uribe. Pendant ces années, selon le chef de la DEA Marshall, « entre 1994 et 1998, GMP a été le plus grand importateur de permanganate de potassium en Colombie ».

    De 1980 à 1982, la première charge publique d’Álvaro Uribe a été Directeur de l’agence d’Aéronautique Civile de Colombie. Virginia Vallejo, dans son livre « En Aimant Pablo, en détestant Escobar », rend compte de la relation entre Uribe et Pablo Escobar et note qu’Uribe comme directeur de l’Aéronautique Civile a joué un rôle clef pour l’octroi de permissions massives de vol accordées au cartel de Medellín, sans lesquelles le cartel n’aurait jamais pu faire ses envois immenses de drogue aux Etats-Unis et n’aurait jamais pu accumuler son immense fortune. Uribe a eu pour second César Villegas quand il était directeur de l’Aéronautique Civile. Or celui-ci a été condamné à 5 ans de prison pour ses liens avec le Cartel de Cali puis assassiné pour taire son témoignage. (journal « el Tiempo » de Colombie 17/03/2002).

    Quand dans « Tranquilandia » (l’Opération Yarí) la police et l’armée colombienne ont désactivé le plus grand laboratoire de fabrication de cocaïne trouvé jusqu’à ce jour en Colombie, ils mirent la main sur un hélicoptère Hughes 500, immatriculé HK 2704 X, propriété d’Aerofotos Amortegui Ltda, entreprise qui appartenait à la famille Uribe. Álvaro Uribe prétend que cet hélicoptère avait été vendu auparavant mais qu’il avait oublié de déclarer la vente ».

    source: http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/coke-en-stock-lxxxvi-l-implication-165185

    FRANCE: quand un ancien DG de la douane française entrait chez HSBC et devenait inspecteur général, chef du groupe Audit France et membre du comité exécutif.

    0000000000000000000000000000000000000000000


    %d blogueurs aiment cette page :