Archives de août, 2015

Agentes federais flagraram momento em que caminhoneiro colocava as bolsas com cocaína em um contêiner

José Claudio Pimentel
26/08/2015 – 18:59 – Atualizado em 26/08/2015 – 22:43
 Cerca de 300 tabletes foram apreendidos

Mais 317 quilos de cocaína foram apreendidos na tarde desta quarta-feira (26) no Porto de Santos. Esta é a terceira grande apreensão de entorpecentes, que abasteceria o tráfico internacional de drogas, feita por agentes federais nas últimas três semanas. Desta vez, uma pessoa foi presa.

O detido é um caminhoneiro,  cuja identidade foi preservada. Ele foi o responsável por colocar as bolsas onde estavam os 300 tabletes, que embalavam o pó, em um contêiner no pátio de um terminal localizado na Alemoa. Agentes da Receita e Polícia Federal flagraram a ação.

Os federais entraram na instalação cientes de que haveria a tentativa de embarque da droga. De acordo com o delegado Ciro Tadeu Moraes, do Núcleo Especial de Polícia Marítima (Nepom), as investigações dos últimos dias culminaram nessa operação. « Mas não esperávamos flagrar tudo ».

Ao notar a aproximação das viaturas, o caminhoneiro abandou o lugar onde estava o contêiner que foi violado.

Das 12 bolsas, oito já estavam escondidas em meio a uma carga de madeira, que tinha como destino Roterdã, na Holanda.

Ele seria embarcado nesta quinta-feira no navio MSC Antares.

Droga estava armazenada em bolsas semelhantes a essa, encontrada na última semana já embarcadaO suspeito foi abordado na portaria do terminal, tentando fugir, mas não resistiu e confessou o crime. Ele foi detido em flagrante e levado para a sede da Polícia Federal no Centro de Santos, onde permanece preso. O homem não informou detalhes da operação de embarque, que foi frustrada.De acordo com o auditor fiscal da Alfândega de Santos, Oswaldo Souza Junior, o contêiner que seria utilizado para transportar a droga já estava liberado e não tinha irregularidades. « Nem o proprietário da carga e nem os intervenientes estavam com problemas. Tudo já estava legalizado », afirma.Cocaína seria exportada para a EuropaUma toneladaCom a apreensão desta quarta-feira chega a uma tonelada de cocaína apreendida desde o último dia 12 no cais santista. Há uma semana, 216,5 quilos de entorpecentes foram encontrados a bordo do cargueiro panamenho MSC Krystal. No início do mês, mais 471 quilos, mas no cargueiro Saga Journey.Diferentemente das últimas apreensões, essa ocorreu no cais.

As outras foram embarcadas durante a madrugada. Um barco se aproximava dos navios e as bolsas eram içadas e escondidas a bordo. « Quando ela está dentro de um contêiner, a droga tem destino certo em terra. Não é recuperada no porto », explica o delegado.Depois de mais uma localização, Ciro Tadeu reforça a tese de que diversas quadrilhas estão operando no Porto de Santos, o que dificulta o trabalho da polícia e dos agentes alfandegários. Em casos como esse, as pessoas da região aliciadas para o embarque da droga recebem até R$ 200 pelo serviço.

http://www.atribuna.com.br/noticias/noticias-detalhe/policia/mais-300-quilos-de-cocaina-sao-encontrados-no-porto-de-santos-apreensoes-chegam-a-uma-tonelada/?cHash=44879f9c9c565dbcb18b2273ff542161

0000000000000000000000000000000000000

Des participants au "Cannabis Cup 2015" fument de la marijuana, le 19 juillet 2015 à Montevideo ( MIGUEL ROJO (AFP) )i24news – Publié

Tout ceux qui ont pensé qu’Amsterdam est la capitale de la consommation de marijuana devront revoir leur copie.

Le « World Drug Report » des Nations Unies fournit en effet des rapports et des analyses constantes sur le niveau de consommation et de production de substances telles que le cannabis. Selon l’une de ses dernières recherches, c’est en Islande que se trouvent le plus grand nombre de consommateurs de cannabis.

Viennent ensuite la Zambie, les Etats-Unis, l’Italie, la Nouvelle-Zélande, le Nigéria, le Canada, les Bermudes, l’Espagne, l’Australie, la République tchèque et la France. le classement de ces pays s’explique soit par la légalisation de la consommation soit par la tradition.

Selon le rapport de l’ONU, l’Islande est le pays où il y a le plus de citoyens qui consomment du cannabis bien que la culture, la vente et la consommation soient illégales et les amendes très élevées (il est difficile de se procurer la plante). le nombre de consommateurs varie entre 160 et 190 personnes pour 1000. Le cannabis médical n’est pas non plus autorisé même si certains médicaments sont conçus à partir de cette plante comme le Sativex. En dépit de cela, le président Olafur Ragnar Grimsson est ouvert à la légalisation et a déclaré à plusieurs reprises que la lutte contre la drogue est perdue depuis longtemps. De plus, il considère que si la vente d’alcool est autorisée, il n’y a aucune raison d’interdire le cannabis.

La Zambie est la deuxième de la liste. Il s’agit de l’un des pays les plus pauvres de la planète et qui possède une longue tradition de culture de la plante, prédominant, notamment ces dernières années, sur d’autres plantes telles que le maïs ou le riz, car son prix sur le marché est beaucoup plus élevé.

Les États-Unis sont la référence mondiale en matière de légalisation, il n’est donc pas étonnant qu’ils occupent la troisième place de ce classement. Il y a quelques semaines, l’Oregon est devenu le quatrième État des États-Unis où fumer du cannabis est autorisé à usage récréatif. C’est le cas de l’Alaska, du Colorado et de Washington qui ont déjà réglementé la marijuana auparavant.
En Israël, la consommation de marijuana chez les adolescents est en plein essor
Pour ce qui est d’Israël, la consommation de marijuana chez les adolescents est en plein essor selon un nouveau sondage réalisé par l’Autorité anti-drogue et anti-alcool du pays. Le pourcentage de lycéens juifs en classe de seconde qui ont déclaré avoir essayé la marijuana était de 8,8% en 2014 contre 5,4% en 2011.
Chez les lycéens arabes le chiffre passe à 11% et il est de 4,4% dans les écoles religieuses.

26/08/2015 21h14 – Atualizado em 26/08/2015 21h22

Droga estava em fundo falso de uma carreta.
Suspeito não informou quanto receberia pelo transporte da droga.

Dennis Weber Do G1 Vilhena e Cone Sul

 Mais de 300 quilos de cloridrato de cocaína estavam escondidos em fundo falso de carreta (Foto: Nano Labajos/ Rondônia em Pauta) Mais de 300 quilos de cloridrato de cocaína estavam escondidos em fundo falso de carreta (Foto: Nano Labajos/ Rondônia em Pauta)

Um homem, de 39 anos, foi preso pela Polícia Federal (PF), na tarde desta quarta-feira (26), transportando em um fundo falso de uma carreta cerca de 360 quilos de cloridrato de cocaína, em Vilhena (RO), cidade localizada no Cone Sul. O motorista se negou a informar a origem da droga, o destino final e o valor que receberia pelo transporte. A PF calcula que cada quilo do entorpecente custe em média R$ 12 mil.

Segundo a PF, o Serviço de Inteligência já monitorava o motorista e a revista na carreta aconteceu por volta das 15h, em um posto de combustível do município. Foram encontrados em um fundo falso da carreta 331 tabletes, que totalizaram cerca de 360 quilos de cloridrato de cocaína. A PF informou que o quilo da droga custa, em média, R$ 12 mil, o que renderia ao seu dono mais de R$ 4 milhões.

O motorista não revelou a origem da droga, quanto receberia pelo transporte, nem o destino final do entorpecente. Ele foi interrogado pela Polícia Federal e encaminhado para a Casa de Detenção.

http://g1.globo.com/ro/vilhena-e-cone-sul/noticia/2015/08/policia-federal-apreende-mais-de-300-quilos-de-cocaina-em-vilhena-ro.html

saiba mais

00000000000000000000000000000000000

Operativo conjunto denominado “Pepino’i”.

La droga era traída de Bolivia. SENAD.
—-

Incautan 372 kilos de droga proveniente presumiblemente de Bolivia y detienen a cuatro personas en un operativo conjunto denominado “Pepino’i”.

El operativo “Pepino’i” fue efectuado por la Secretaría Nacional Antidrogas (Senad), bajo la dirección del Ministerio Público, encabezado por el agente fiscal Marcelo Pecci, en la estancia “Ysapy”, zona cercana a General Artigas (Itapúa) donde incautaron 372 kilos de cocaína y cuatro bidones de combustible, con la detención de cuatro personas identificadas como Víctor Hugo Gaona Burgos (43), Favio Donizete Umann (39), Joaquin Bareiro (40) y Edgar Romero Salinas (27).

Al momento del procedimiento, una avioneta que trasladaba la carga incautada logró escapar gracias a la existencia de una pista clandestina en la propiedad. Se presume que la cocaína tenía como lugar de origen Bolivia y era nuestro país el destino de la misma.

Los dueños del establecimiento se pusieron a disposición del Ministerio Público, y según los datos de inteligencia, no tendrían participación en el ilícito.

http://www.cronica.com.py/2015/08/25/incautan-casi-400-kilos-de-cocaina-en-la-zona-de-itapua/

°°°

MAS

El piloto logró escapar cuando se percató de la presencia de los efectivos.

http://www.lanacion.com.py/2015/08/26/la-senad-incauto-372-kilos-de-cocaina/

000000000000000000000000000000000000

veleiro-holandes_1549967A droga estava escondida em vários compartimentos da embarcação

Um veleiro foi apreendido perto de Fernando de Noronha, no estado de Pernambuco, carregado com mais de 600 quilos de cocaína. A droga estava escondida no compartimento do tanque de combustível e foi encontrada durante uma revista da Polícia Federal (PF).

Segundo a PF, esta seria a maior apreensão já realizada pela corporação em Pernambuco.

O holandês Raymond Knobbe, 48 anos, que estava a bordo do veleiro durante a abordagem em alto mar pelas autoridades brasileiras, foi autuado por tráfico internacional de entorpecentes e, caso seja condenado, poderá pegar penas que variam de 5 a 20 anos de reclusão.

http://d366amxgkdfvcq.cloudfront.net/iframe/aecd45346e6cfade50097978e358d03f?sk=blue&tm=light&m=19765&tb=&tbbg=

http://atarde.uol.com.br/brasil/noticias/1703160-veleiro-holandes-e-apreendido-com-600-kg-de-cocaina-em-pe

0000000000000000000000000000000000000000000000

Quatro pessoas foram presas; PF suspeita que droga vinha da Bolívia.
Segundo a PF, é a terceira maior apreensão do entorpecente na região.

Caroline Rossasi Da RBS TV

Polícia Federal apreendeu 438 kg de cocaína na Fronteira Oeste (Foto: Polícia Federal/Divulgação)Polícia Federal apreendeu 438 kg de cocaína na Fronteira Oeste (Foto: Caroline Rossasi/RBS TV)

A Polícia Federal (PF) apreendeu na madrugada desta quarta-feira (25) 438 kg de cocaína na Fronteira Oeste do Rio Grande do Sul. Segundo a PF, é a terceira maior apreensão da droga já registrada no estado. Quatro pessoas foram presas.

A ação ocorreu em um sítio que fica na BR-290, a cerca de três quilômetros de Alegrete. No local também foram encontradas duas pistolas calibre 9 milímetros e uma caminhonete. Pela manhã, foi recolhida no pátio de uma transportadora de Uruguaiana uma carreta que seria usada para levar a droga até São Paulo. Os tanques de combustível eram adaptados para o transporte.

As investigações iniciaram em maio, quando a PF fez uma apreensão de um caminhão com cerca de 400 kg da droga em Santa Maria. O veículo era procedente de Uruguaiana. A PF suspeita que a cocaína tenha vindo da Bolívia e entrado no Brasil por via aérea. Depois de chegar ao país, era armazenada no sítio em Alegrete.

Dois homens, um de 20 anos e o outro de 38, que é considerado o líder do grupo, foram abordados em Rosário do Sul, quando retornavam da capital paulista. O carro em que eles estavam também foi recolhido. Outra equipe encontrou mais dois homens, de 54 e 22 anos, na propriedade logo depois.

Os quatro eram naturais da região e foram presos em flagrante por tráfico internacional de drogas e por associação ao tráfico. Dois deles por porte ilegal de arma de acesso restrito.

http://g1.globo.com/rs/rio-grande-do-sul/noticia/2015/08/pf-apreende-quase-meia-tonelada-de-cocaina-na-fronteira-oeste-do-rs.html

0000000000000000000000000000000

Justice : ils alimentaient Mont-de-Marsan en héroïne et cocaïne

modifié le 27/08/2015 à 08h30 par

Au terme d’une enquête marathon, sept Landais ont été condamnés mardi pour leur implication dans un trafic de stupéfiants structuré entre Bilbao et la préfecture landaiseSept prévenus aux casiers déjà lourdement chargés, sept avocats, sept heures d’audience. Le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan s’est penché mardi sur une affaire de trafic de stupéfiants aux multiples ramifications. Entre janvier 2011 et décembre 2014, cocaïne et héroïne étaient achetées à Bilbao, en Espagne, acheminées à Mont-de-Marsan par des mules et revendues sur la place Saint-Roch et sous les arcades du théâtre municipal.

L’enquête démarre à l’été 2010. Une personne impliquée dans le trafic souffle l’affaire aux services de police. Elle pointe un Montois de 42 ans : Jean-René Bascle, dit Colombo. Ce dernier ferait importer d’Espagne des produits illicites pour les écouler sur la place de Mont-de-Marsan. Écoutes téléphoniques, géolocalisations, auditions de témoins : les investigations s’étirent sur plusieurs années. Entre-temps, Colombo est incarcéré pour des faits de violence. Son frère Christian, dit Kiko, 48 ans, prend la suite. Mais le réseau se distend. L’une des mules, François Marquez, dit Paco, monte, avec sa compagne, son propre commerce. Sept interpellations ont finalement lieu entre novembre et décembre 2014.

« Les prévenus semblent autant motivés par l’appât du gain que par leur addiction personnelle »

À la barre, mardi, les traits sont tirés. Les teints pâles trahissent les souffrances de sept toxicomanes en sevrage. « Les prévenus semblent autant motivés par l’appât du gain que par leur addiction personnelle », annonce d’emblée la présidente. Plusieurs sont actuellement suivis par l’association de soutien aux toxicomanes La Source. Quasiment tous prennent un traitement de substitution à base de méthadone.

Pour se fournir, ces gros consommateurs ont multiplié les voyages en voiture. Les trois mules effectuent séparément deux ou trois trajets par semaine. Certains absorbent jusqu’à 5 grammes d’héroïne par jour. « Je vendais pour pouvoir consommer. Je consommais beaucoup. La moitié des quantités rapportées », explique un jeune homme habitué de la route. Sur la période, 7 kilos d’héroïne et 3 kilos de cocaïne auraient transité vers Mont-de-Marsan.

Sur place, la drogue est commercialisée par deux revendeurs. Le couple, voisin des frères Bascle, fait le pied de grue place Saint-Roch et devant le théâtre municipal, leur « bureau ». Une trentaine de clients réguliers viennent s’approvisionner. Les bénéfices atteignent environ 200 euros par jour. Interrogé par la cour, Colombo persiste pourtant à nier : « Nous n’étions qu’un groupe de toxicos, chacun alimentait un pot commun pour aller chercher la drogue et se défoncer ». Les investigations font pourtant ressortir…..

lire plus: http://www.sudouest.fr/2015/08/27/ils-alimentaient-la-ville-en-heroine-et-cocaine-2106983-3009.php

00000000000000000000000000000000000000000000

Attaque terroriste contre des douaniers à Bouchebka

publié le 24/08/2015 20:48
Mohamed Ghodhbani livre des détails sur l’attaque terroriste de Bouchebka

Toutes les unités douanières des frontières « étaient informées des menaces terroristes», a affirmé, aujourd’hui lundi 24 août 2015 la direction générale des douanes qui a démenti les déclarations du syndicat des douaniers à Kasserine.

Une cellule de crise s’attèle actuellement à la collecte des informations concernant le déroulement de l’incident afin d’en délimiter les responsabilités, a déclaré le directeur général des douanes, Adel Ben Hassine, qui présidait à Kasserine les funérailles du martyr Abdelmajid Dabbabi.

Des fonds seront consacrés au renforcement des équipements et des moyens mis à la disposition des unités douanières, particulièrement celles se trouvant dans les zones frontalières, pour appuyer leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme et la contrebande.

La patrouille attaquée dimanche soir était à dix kilomètres de son quartier général où elle devait se rendre après avoir accompli sa mission, a encore précisé M. Adel Ben Hassine. L’attaque terroriste survenue dans la soirée du dimanche au niveau du poste frontalier de Bouchebka, gouvernorat de Kasserine, avait fait un mort et deux blessés.

source: http://www.businessnews.com.tn/attaque-terroriste-a-bouebka–les-unites-douanieres-etaient-informees-des-menaces,520,58411,3

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Attaque de Bouchebka : la mafia des contrebandiers serait impliquée

26/08/2015 13:36

Actualités : Attaque de Bouchebka : la mafia des contrebandiers serait impliquée

Interviewé par Chaker Besbes dans Studio Shems, Mohamed El Ghodhbane, président du syndicat de la douane, a révélé que ce qu’il a qualifié de « mafia de la contrebande » entretient des liens très étroits avec des terroristes, et que les grands contrebandiers sont impliqués dans l’attaque terroriste de Bouchebka, qui a fait 3 blessés et un mort, le martyr Abdelmajid Dabbebi.

Ghodhbane a insisté sur le fait que ses déclarations ne concernent en aucun cas les petits contrebandiers. Il a ajouté que malgré que plusieurs postes ont été avertis de l’éventualité d’une attaque imminente, rien n’a pu empêché le drame.

Le syndicaliste a estimé que les unités douanières « sont les plus faibles dans la lutte contre le terrorisme »
Kasserine – Actualisation: un agent de la douane meurt dans une attaque terroriste et deux autres sont portés disparus

23/08/2015 23:45

Une source bien informée confie au correspondant de Shems FM à Kasserine, que l’agent de la Douane Abdelmajid Dabbebi est tombé en martyr, cet après-midi, dans l’attaque terroriste qui a visé  une patrouille de la garde douanière dans la région de Bouchebka à Kasserine.

La même source nous précise qu’un autre agent a été blessé et transporté à l’hôpital de la région pour y recevoir les soins nécessaires.
Les recherches sont toujours en cours pour retrouver les deux autres agents qui faisaient partie de la patrouille et qui sont toujours portés disparus.
000000000000000000000000000000000000000000

Marginalisés, poursuivis, racketés, les cultivateurs de kif en ont vu des vertes et des pas mûrs. Aujourd’hui pourtant, l’espoir est relancé pour ceux que les faits divers ont fait passer pour des dangers de santé publique puissent réussir une reconversion en herboristes, laborantins ou même pharmaciens !

Et le salut viendrait du National Cancer Institute aux Etats-Unis.

Explications.

On les croyait dangereux pour la santé publique. Ils sont peut être des médecins. Les cultivateurs de kif pourraient en fait faire leur reconversion dans un secteur connexe en devenant des producteurs d’un produit naturel anti-cancer. Et une information de taille pourrait apporter de l’eau à leur moulin. Une étude rendue publique par la National Cancer Institute, l’organisme de recherches sur le cancer dépendant du ministère américain de la Santé, vient de révéler que des tests sur les souris et des rats ont définitivement démontré que le cannabis peut détruire des cellules cancéreuses.

Le cannabis contient des cannabinoïdes, une substance active à effet psycho-actif agissant sur le cerveau et le changement d’humeur. Outre ces vertus, révèle l’étude, le cannabis agirait sur le système nerveux central et immunitaire. Ainsi, le cannabis permettrait de réduire de façon considérable les risques de cancer du côlon, du foie et même du sein. L’affaire fait grand bruit en Grande-Bretagne et a été reprise par plusieurs titres de la presse britannique.

Cultivateurs de kif reconvertis en pharmaciens

Nos cultivateurs de kif sont-ils des soigneurs qui s’ignorent ? A l’heure où ceux-ci, opérant dans un secteur à la limite de l’illégal ou pour le moins strictement encadré, les conclusions de la National Cancer Institue redorent leur blason et même l’image du Maroc en tant que principal pays producteur de cannabis. Rappelons qu’une étude de l’Office des Nations Unies sur la drogue et le crime (ONUDC), place le Royaume dans le trio de tête des pays de transit ou de départ du cannabis.

D’aucuns préconisent que le Maroc devrait songer à une politique axée sur la recherche pour une utilisation médicale -encadrée par la loi- du cannabis. Le pays pourrait alors se positionner « légalement » en tant que fournisseur de cannabis à des fins thérapeuthiques. La filière de culture du cannabis pourrait alors connaître un essor considérable et peut être amorcé un développement dans le Rif où on recense les exploitations les plus importantes. Les cultivateurs se retrouveraient projetés dans un nouveau statut où ils seraient plus perçus comme des producteurs de plantes médicinales plutôt que des hors-la-loi.

Le débat sur la légalisation du cannabis relancé ?

En 2008, le Massachussetts vote par référendum, la levée de l’interdiction de l’utilisation du cannabis. 23 Etats américains suivront plus tard dans le chemin de la légalisation au moins pour un usage médical encadré. Le Canada, une partie de l’Australie ont suivi l’exemple américain pendant que d’autres pays comme l’Italie, la Jamaïque et la Belgique, les Pays-Bas encadrent son utilisation et réglementent sa vente. En 2009, une étude du département de biologie de l’Université de Madrid avait mis en avant l’efficacité de l’utilisation du cannabis dans le traitement de tumeurs cancéreuses.

Au Maroc, la fumée du cannabis n’a pas dissipé les hésitations et les doutes. En mai dernier en pleine période préélectorale, le PAM proposait la légalisation de la culture du kif. L’affaire avait fait grand bruit et le ministre de l’intérieur était monté au créneau pour opposer une fin de non recevoir à cette proposition au nom de la lutte contre le trafic de drogue. Et le premier ministre Abdelilah Benkirane de trancher la question en déclarant, en juillet dernier, qu’il « il n’y aura pas de légalisation du cannabis ».

Nul ne doute qu’en cette période électorale le PAM pourrait moissonner des voix en reprenant à son compte les arguments de l’étude du National Cancer Institute.

…Source : http://www.yabiladi.com/articles/details/38420/cancer-producteurs-cannabis-maroc-pharmaciens.html

0000000000000000000000000000000000000000
Noticias | América Latina
Reuters
Sábado, Agosto 22, 2015

La Dirección Nacional de Control de Drogas (DNCD) dominicana decomisó este sábado un cargamento de 700 paquetes de cocaína en una lancha rápida procedente de Colombia, que era transportado por un dominicano, un venezolano y un colombiano, uno de los cuales fue detenido.

La DNCD llevó a cabo el operativo combinado con las Fuerzas Armadas y la agencia antinarcóticos de Estados Unidos (DEA).

Tropas de la DNCD y la unidad de apoyo contra el narcotráfico de las Fuerzas Armadas, Deproser, peinan La Ciénaga, en Barahona y zonas aledañas, por donde huyeron los dos narcotraficantes, con ayuda de algunos habitantes locales que se aprestaban a asaltar la embarcación con los 700 paquetes que estaban distribuidos en 28 pacas con 25 unidades cada uno, informó hoy la DNCD.

ReutersLa lancha rápida de la frustrada operación tenía tres motores fuera de borda, embarcación en que cargaban 18 garrafones llenos de gasolina, una parte con capacidad para 55 galones y la otra para 10.

También, sus tripulantes consumían frutas y bebidas para no deshidratarse durante la larga travesía por el mar Caribe, procedentes de La Guajira, entre Colombia y Venezuela, explicó la agencia antinarcóticos dominicana.

La DNCD afirmó que los narcotraficantes traían una capa impermeable azul, pensando que de esa manera podrían despistar los aviones dominicanos que desde el aire surcan los cielos en busca de detectar ese tipo de embarcación.

La inteligencia aliada de la agencia antidroga ubicó la embarcación con el cargamento de droga en el Puerto de La Guajira, alertando a las unidades de la DNCD que se encargaron del resto.

En el operativo fueron utilizados cuatro lanchas interceptoras y dos guardacostas de la Armada Dominicana, un avión Supertucano y un helicóptero de la Fuerza Aérea de la República Dominicana.

Otro helicóptero, del Ejército de la República Dominicana, también tuvo una participación destacada en la persecución por aire, mar y tierra contra la lancha llena de droga, agregó la información.

Al verse descubiertos por las autoridades dominicanas, los tripulantes de la lancha aumentaron la velocidad, poniendo en operación los tres motores fuera de borda y haciendo disparos contra el helicóptero.

Sin embargo, ante la persecución de las autoridades, los tripulantes de la embarcación con la droga se vieron precisados a buscar tierra, varándola violentamente en una pequeña playa de difícil acceso,

Colaboración EFE

FUENTE: http://www.ntn24.com/noticia/autoridades-de-r-dominicana-decomisan-700-paquetes-de-cocaina-en-lancha-procedente-de-colombia-65506

°°°°

Lea también: Autoridades paraguayas decomisan 120 toneladas de marihuana y queman 280 hectáreas de cultivo

00000000000000000000000000000000000000

Le bitcoin et l’ombre de l’économie informelle

Nessim Ait-Kacimi / Journaliste

BITCOIN« Nous avons gagné la guerre sur les drogues grâce à bitcoin. » Ross Ulbrich, le fondateur de Silk Road, le supermarché en ligne des drogues qui a été fermé par les autorités fin 2013, avait de quoi être satisfait. Entre 2012 et septembre 2013, la croissance de ses ventes a été de 600 %, de 14,4 millions de dollars à près de 90 millions. Selon Nicolas Christin de Carnegie Mellon, en 2012, les transactions en bitcoins sur le site représentaient entre 4,5 % et 9 % des volumes traités sur toutes les Bourses mondiales du bitcoin.

Une myriade de sites

Depuis la chute de Silk Road, le marché des drogues en ligne autrefois concentré sur un nombre réduit d’acteurs (Black Market Reloaded, Atlantis, Open Vendor Database, Farmer’s Market) s’est morcelé en une myriade de sites, des centaines mais de plus petite taille. Il est très « résilient » à l’adversité : les actions de la justice, les opérations de piratage n’ont que des effets limités et transitoires sur son développement. Une étude (1) a passé en revue les 35 principaux sites de ventes de drogues pour évaluer leurs volumes. Ces derniers sont estimés entre 300.000 et 500.000 dollars par jour, et jusqu’à 650.000 dollars lors des journées fastes. Champion toute catégorie, Silk Road a généré à lui seul près de 214 millions de dollars durant son activité. A titre de comparaison, Bitpay, un des principaux services de paiement pour les entreprises, a généré pour 160 millions de dollars de transactions en bitcoins en 2014.

Le cannabis, la cocaïne et l’ecstasy représentent plus de 70 % des ventes sur ces sites. C’est un petit nombre de vendeurs qui réalisent l’essentiel des bénéfices : 2 % gagnent plus de 100.000 dollars sur la période (220 jours) et une trentaine plus de 1 million de dollars. 1 % des vendeurs représente plus de la moitié des volumes alors que 70 % des vendeurs parviennent à vendre pour moins de 1.000 dollars de stupéfiants. Autour de 20 % des drogues proposées sur le site ont été acquises dans la perspective d’une revente ultérieure . « L’importance de Silk Road vient de la façon dont il a révolutionné la distribution et le commerce des drogues. Même si les grands cartels ne vont pas vendre du jour au lendemain leurs centaines de kilos sur ces sites, ils y voient un moyen de diversifier leur distribution. Les marchés en ligne des drogues sont l’innovation qu’attendait l’économie informelle depuis des années », selon l’étude.

Conséquence, l’afflux d’argent sale vers le bitcoin n’est pas prêt de se tarir. Dans les six mois suivant la fermeture de Silk Road, l’offre de drogues sur Internet a bondi de 176 % selon Digital Citizens Alliance. Cette offre rencontre une demande importante. En effet, selon un sondage du Global Drug Survey, le pourcentage de personnes déclarant avoir acheté au moins une fois des drogues au sens large (alcool, tabac, cannabis, drogues de synthèse…) sur Internet va de 5 % (Suisse) à 14 % (France, Etats-Unis) et même 22 % au Royaume-Uni. Le rapport de la Rand Corporation présenté au gouvernement américain estimait que les Américains ont dépensé chaque année autour de 100 milliards de dollars pour acheter des drogues durant la dernière décennie. Si, ne serait-ce que 1 % de ces sommes transitait par le biais de sites Internet, cela représenterait 1 milliard de dollars, soit plus du quart du marché du bitcoin, estimé au total à 3,5 milliards de dollars. Du fait de son statut de premier arrivé dans la sphère des nouvelles monnaies bitcoin s’est imposée très vite comme la devise de transaction de tous ces sites.

Des plus-values importantes

En outre, jusqu’à fin 2013, son cours n’a pratiquement pas cessé de monter, offrant des plus-values importantes, à ceux qui la détenaient. Elle était à la fois un bon placement et une monnaie de transaction. Elle garantit une certaine discrétion (hors des circuits financiers et bancaires classiques), mais loin d’être totale. C’est la raison pour laquelle, ont émergé des solutions. Ainsi, conçu spécialement pour le « darkweb », « Bitcoin Fog » veut créer un « brouillard » impénétrable : il rend le bitcoin 100 % anonyme avec très peu de possibilité de remonter à son utilisateur. D’autres crypto-monnaies (darkcoin…) ont été conçues spécialement pour cette économie informelle florissante. Quand les sites sont fermés par la justice, les bitcoins saisis sont parfois remis dans le circuit. Ainsi, le FBI a vendu aux enchères une grande partie des bitcoins qu’il avait confisqués lors de l’affaire Silk Road.

N. A.-K., Les Echos

(1) « Measuring the longitudinal evolution of the online anonymous marketplace ecosystem ».

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/journal20150825/lec2_finance_et_marches/021274256699-le-bitcoin-et-lombre-de-leconomie-informelle-1147545.php?SUASLzHWPdzggaSJ.99

000000000000000000000000000000000000000000000

De la drogue cachée dans des Minions aux Etats-Unis !

Des dealers avaient choisi de cacher la cocaïne dans des peluches à l’effigie des petits bonshommes jaunes.
—————–

 

Des Minions utilisés pour cacher de la cocaïne !

Les Minions sont partout !

Dans les pubs, dans les magasins de jouets, au cinéma bien sûr, où le film rencontre un succès phénoménal, et ils causent même des perturbations sur les routes ! Une omniprésence qui pose même problème à leur créateur, le Français Pierre Coffin. « Je ne savais pas que les ‘Minions’ allaient être aussi omniprésents au point de me faire peur (…) Tout ça a un peu échappé à notre contrôle. Je vois certains trucs et je me demande : ‘Mais pourquoi ? Pourquoi les Minions représentent un nettoyeur haute pression, pourquoi sont-ils sur des boîtes de mouchoirs ?’« , avait-il avoué il y a quelques semaines.

Et aujourd’hui, les Minions se retrouvent impliqués – à leur insu, évidemment – dans un trafic de drogues ! Comme le révèle le site Mashable, la police de New York a en effet indiqué cette semaine qu’elle avait arrêté le mois dernier un homme de 24 ans, domicilié à Harlem, en possession de cinq paquets remplis d’un kilo de cocaïne chacun. Montant estimé du butin : 200.000 euros.

minions-2

Afin de passer inaperçue, la drogue avait été camouflée en cadeau pour enfant et notamment en peluche Minion ! Mais les petites créatures jaunes ne sont pas les seules à avoir servi de couverture aux trafiquants : le bonhomme de neige Olaf de « La Reine des neiges » a lui aussi été détourné pour camoufler de la drogue.

Outre l’homme de 24 ans, trois autres personnes ont été arrêtées dans cette affaire. La police de New York a publié les photos des paquets.

http://www.ozap.com/actu/de-la-drogue-cachee-dans-des-minions-aux-etats-unis/474925

000000000000000000000000000000000

Des grossistes basés à Lausanne, qui réceptionnaient la drogue avant de la distribuer à des revendeurs de rue, ont été arrêtés. 24 personnes ont été interpellées et 9 kg de cocaïne saisis.

Image de la saisie de 2,1 kg de cocaïne réalisée en avril 2014 par la police municipale lausannoise.

Image de la saisie de 2,1 kg de cocaïne réalisée en avril 2014 par la police municipale lausannoise. Image: Police municipale de Lausanne

C’est l’aboutissement d’une «longue enquête», comme la qualifie elle-même la police municipale de Lausanne qui communique ce 25 août sur le vaste réseau de trafiquants de cocaïne qu’elle a récemment démantelé.

L’enquête s’est échelonnée de février 2014 à aujourd’hui. Elle s’est déroulée en quatre phases. En février 2014, quatre cents grammes de cocaïne ont été saisis et trois individus, tous ressortissants nigérians, ont été arrêtés.

Deux mois plus tard, ce sont pas moins de 2,1 kg de cocaïne qui ont été saisis et sept dealers arrêtés. En mai de la même année, un trafiquant et un passeur ont été arrêtés. C’est là qu’un trafic portant sur plusieurs centaines de kilos de drogue a été mis à jour, note la police municipale dans son communiqué.

Enfin, en septembre dernier, douze dealers ont été arrêtés et un kilo et demi de cocaïne saisi.

Cette «opération d’envergure», comme la qualifie elle-même la police municipale lausannoise, est le fruit de l’étroite collaboration entre les inspecteurs de la Brigade des stupéfiants et de l’identité judiciaire de la police de sûreté vaudoise ainsi que celle des enquêteurs de la police judiciaire genevoise.

En tout, ce sont 9 kg de cocaïne qui ont été saisis et 24 personnes qui ont été déférées à la justice et incarcérées. (Newsnet)

(Créé: 25.08.2015, 11h32)

source: http://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/vaste-reseau-trafic-cocaine-decele-lausanne/story/28850614

00000000000000000000000000000000000000000


%d blogueurs aiment cette page :