Archives de 15 août 2015

Incautan 1,8 toneladas de cocaína en cueroslainformacion.com

Viernes, 14 de agosto del 2015 – 21:11

La policía antinarcóticos de Colombia incautó unas 1,8 toneladas de cocaína en un muelle marítimo de la caribeña ciudad de Cartagena, escondida en un contenedor con cueros que tenía como destino Holanda, informaron este viernes las autoridades.

La droga, que totalizaba 1.816 kilos, « fue hallada en 66 cueros contaminados y el cargamento tenía como destino la ciudad de Róterdam », según un comunicado de una fiscalía adscrita a la Dirección Nacional Especializada Antinarcóticos y Lavado de Activos, a cargo de las pesquisas.

Los investigadores realizaron entrevistas, así como inspecciones y registros fotográficos, con el fin de establecer la identidad de los presuntos responsables, « para su respectiva judicialización por el delito de tráfico, fabricación o porte de estupefacientes agravado », agregó el texto.

Colombia es el principal productor mundial de coca, insumo clave para la elaboración de la cocaína. Según un reciente informe de Naciones Unidas, el país produjo unas 442 toneladas de esa droga en 2014, 52% más que el año anterior.

ad/pr

fuente: http://noticias.lainformacion.com/policia-y-justicia/narcotrafico/incautan-en-colombia-1-8-toneladas-de-cocaina-en-cueros-que-iban-a-holanda_77QUI0OpxSmSKwxaXnusy1/

MAS: http://www.semana.com/nacion/articulo/incautan-18-toneladas-de-cocaina-en-cueros/438562-3

 

0000000000000000000000000000000

Viajaron a la ciudad en el 2014 para comprar un barco que llevase el alijo

e.v.pitavigo / la voz, 15 de agosto de 2015. Actualizado a las 05:00 h.

Imagen del «Silver Back», en aguas de Almería, en el 2010.Imagen del «Silver Back», en aguas de Almería, en el 2010.

La banda arousana del hijo del Peque planeaba introducir un velero llamado Silver Back cargado con más de media tonelada de cocaína al puerto de Vigo a mediados de este mes. Llevarían la droga oculta en compartimentos secretos. Los narcotransportistas eligieron el puerto vigués porque era donde tenían a sus contactos. Lo que no sabían es que el juzgado de instrucción número 1 de Vigo y el Greco y Udyco-Drogas los investigaban desde octubre del 2014, en el mismo momento en que detectaron la presencia en la ciudad de varios traficantes curtidos de O Salnés.

La policía les siguió la pista cuando, hace diez meses, varios implicados viajaron a Vigo para reunirse con algunos dueños de barcos para negociar la compra de un velero. Buscaban un barco nuevo porque lo necesitaban para transportar su alijo de cocaína en el verano del 2015.

Sin embargo, no lograron cerrar ninguna adquisición en Vigo y se desplazaron al sur, donde tenían muchos contactos, a comprar un barco. Se decidieron por uno llamado Silver Back, que perteneció hace tiempo a una empresa de actividades recreativas de submarinismo en Cabo de Gata, en Almería. El barco tiene 13,4 metros de eslora.

El velero salió el 18 de julio de Sudamérica, posiblemente de Colombia, con dos tripulantes (uno de ellos gallego) pero fue interceptado en alta mar el día 7, en medio del Atlántico. El Silver Back navega rumbo al puerto de Vigo escoltado por una embarcación de la Armada y por un comando de los Geo. Está previsto que el velero llegue a puerto el próximo lunes pero la comisión judicial prevé hacer la entrada y registro el martes.

La inspección del velero llevará su tiempo porque los agentes ignoran la cantidad exacta de cocaína que transporta el barco. Los investigadores sospechan que la droga va oculta en compartimentos secretos y desmontarán el casco, los camarotes y la bodega cuando atraque en Vigo.

Además, las autoridades han capturado otros dos barcos con hachís en aguas del sur de España, fletados por la misma organización arousana. Uno, localizado en aguas de Murcia, movía 2.900 kilos de hachís, y otro en Motril (Málaga), iba cargado con 1.250.

Algunas defensas creen que el asunto es competencia de la Audiencia Nacional

Las defensas estudian presentar recursos para que la competencia de la instrucción del caso recaiga en la Audiencia Nacional porque hay detenidos y aprehensiones en Galicia y en Andalucía y Murcia. Incluso el velero fue interceptado en alta mar, por lo que el asunto tiene una dimensión territorial que parece más propia de los juzgados centrales de Madrid.

La operación Santa desmanteló una red arousana que tenía capacidad para mover varios cargamentos de distintos tipos de droga en distintos puntos de la costa española. Por Galicia, introducían la cocaína y por el sur de España, el hachís. Dos de sus principales jefes eran Francisco Javier Fernández, un hijo del Peque de Vilanova de Arousa, y su socio Lorenzo Toledano, cambadés que está en busca y captura. El grupo estaba integrado por implicados con antecedentes, algunos con un largo historial, de O Grove, Cambados o Vilagarcía. Incluso los que actuaban en el sur de España eran gallegos. La mayoría proceden de una segunda generación de narcotransportistas que empezaron muy jóvenes en el negocio y pasaron por prisión varias veces.

La organización fue investigada por juzgados almerienses de Berja, Roquetas de Mar y El Ejido, así como por Córdoba, en donde tenían a otro contacto con múltiples arrestos anteriores. Un juez de Badajoz también les siguió la pista porque, al parecer, fue el lugar donde se pararon para mantener una reunión tras un trabajo y, posiblemente, hacer efectivo el pago por la compra del velero Silver Back.

Estos juzgados se van a inhibir a favor de instrucción número 1 de Vigo. La judicatura ve causas en Córdoba y Cartagena que guarda relación con todo el caso, así como 2 barcos capturados.

fuente: http://www.lavozdegalicia.es/noticia/vigo/2015/08/15/banda-hijo-peque-queria-traer-velero-cocaina-vigo/0003_201508E15C2991.htm

000000000000000000000000000000000000000

Les quatre Français impliqués dans l’affaire « Air Cocaïne » ont été condamnés vendredi soir à des peines de 20 ans de prison en République dominicaine pour trafic de drogue, a annoncé le tribunal de Saint-Domingue, à l’issue des délibérations.

Rép. Dominicaine/cocaïne : quatre Français condamnés à 20 ans de prison

Publié le 14/08/2015 à 19h06Alain Castany (g), Jean-Pascal Fauret (c) et Bruno Odos (d), s'entretiennent avec leur avocats durant une pause au cours du procès le 14 août 2015 à Saint-Domingue où ils sont accusés de trafic de cocaïne

Alain Castany (g), Jean-Pascal Fauret (c) et Bruno Odos (d), s’entretiennent avec leur avocats durant une pause au cours du procès le 14 août 2015 à Saint-Domingue où ils sont accusés de trafic de cocaïne (AFP – ERIKA SANTELICES)

  • Nicolas Pisapia un des quatre Français accusé de trafic de cocaïne en République dominicaine, s'exprime après une audience au tribunal de Saint Domingue le 13 août 2015
    Nicolas Pisapia un des quatre Français accusé de trafic de cocaïne en République dominicaine, s’exprime après une audience au tribunal de Saint Domingue le 13 août 2015 (AFP – ERIKA SANTELICES)
  • Pascal Jean Fauret (g) et Bruno Odos, deux pilotes français lors d'une audience le 4 février 2014 à Higuey en République dominicaine
    Pascal Jean Fauret (g) et Bruno Odos, deux pilotes français lors d’une audience le 4 février 2014 à Higuey en République dominicaine (AFP/Archives – Erika Santelices)
  • Le pilote français Jean-Pascal Fauret accusé de trafic de cocaïne en République dominicaine, sort de la salle d'audience le 13 août 2015 à Saint-Domingue
    Le pilote français Jean-Pascal Fauret accusé de trafic de cocaïne en République dominicaine, sort de la salle d’audience le 13 août 2015 à Saint-Domingue (AFP – ERIKA SANTELICES)

Quatre Français ont été condamnés vendredi à des peines de 20 ans de prison en République dominicaine pour trafic de drogue, les plus lourdes sanctions dans un procès qui impliquait 14 personnes au total.

Les pilotes Pascal Fauret et Bruno Odos, le passager Nicolas Pisapia et l’apporteur d’affaires Alain Castany ont été reconnus « coupables du crime d’association en vue de (…) posséder des drogues illicites », a lu la secrétaire du tribunal à l’issue des délibérations qui ont duré 10 heures.

L’affaire remonte à la nuit du 19 au 20 mars 2013, quand la police dominicaine, renseignée notamment par les Etats-Unis, a intercepté sur le tarmac de l’aéroport de Punta Cana (est) un Falcon 50 avec 26 valises contenant 680 kg de cocaïne à son bord.

Sur les 10 Dominicains poursuivis pour complicité, six ont été acquittés, quatre autres écopant de peines allant de cinq à 10 ans de prison.

L’avocate des pilotes, Me Maria Elena Gratereaux, a annoncé qu’elle ferait appel, de même que Nicolas Pisapia. M. Castany a lui quitté la salle immédiatement après la lecture de la décision.

Les quatre Français, qui comparaissaient libres après 15 mois de détention provisoire dans un quartier de haute sécurité, le resteront jusqu’à ce que la sentence soit définitive, mais ne pourront pas quitter la République dominicaine.

Dans leurs plaidoiries, les avocats des quatre hommes avaient tous demandé leur acquittement, alléguant que rien ne prouvait qu’ils savaient que de la drogue se trouvait à bord de l’avion.

– ‘Triple catastrophe’ –

Mais vendredi, le procureur Milciades Guzman a une nouvelle fois affirmé le contraire, assurant que les valises contenant la drogue étaient « arrivées par un trou percé dans le grillage (ceignant le tarmac) jusqu’à l’avion, en présence des pilotes ».

Invités à s’exprimer une dernière fois devant leurs juges, les quatre Français avaient chacun pris la parole.

« Je veux simplement répéter une fois de plus que je suis innocent », a déclaré en espagnol Nicolas Pisapia, 40 ans, accusé par le procureur d’être le cerveau de l’opération.

« Après deux ans, je n’ai entendu que des mensonges dans la bouche du ministère public », s’est défendu Alain Castany, un apporteur d’affaires de 69 ans travaillant avec la compagnie ayant affrété l’appareil.

M. Odos, 55 ans, a lui affirmé vivre depuis 2013 un cauchemar, avant de répéter : « Je suis innocent de tout ce dont on m’accuse ».

Enfin, M. Fauret, 56 ans et père de quatre enfants, a évoqué « une triple catastrophe », professionnelle, économique et familiale.

– Vols suspects en France –

Le procureur avait requis 20 ans de prison à l’encontre des quatre Français et d’un agent de la police antidrogue dominicaine, demandant des peines plus légères pour trois autres accusés et l’acquittement des six derniers.

Le sénateur Olivier Cadic, représentant les Français établis hors de France, a déploré la sentence dans un communiqué, critiquant « l’acharnement du procureur » et assurant que « le ministère public n’a jamais pu démontrer l’implication ou la complicité » des quatre Français.

Dans la foulée de l’opération de police du 19 mars 2013, une quarantaine de personnes – agents des douanes, de la police et des services de sécurité aéroportuaires – avaient été arrêtées. La majorité d’entre elles ont été relâchées au fil des mois.

En France, une enquête a également été ouverte après l’interception de l’avion en République dominicaine. Mais dès janvier 2013, les gendarmes étaient sur la piste de « comportements suspects » de passagers d’un Falcon 50 ayant atterri un mois plus tôt à Saint-Tropez (sud-est).

Le 9 décembre 2012, un douanier en poste à Toulon (sud-est), soupçonné aujourd’hui de complicité, était allé accueillir l’avion, avec à son bord Pascal Fauret, Bruno Odos et Nicolas Pisapia. Il avait fait entrer sur le tarmac deux véhicules qui avaient emporté dix valises déchargées de l’appareil.

Selon l’enquête, deux autres déchargements identiques avaient eu lieu en 2012. Un autre était prévu pour le 18 mars 2013.

Mais la défense des Français a fait feu de tout bois pour que ces faits ne soient pas utilisés par l’accusation durant le procès.

Depuis 2008, au moins trois Françaises ont séjourné dans les geôles dominicaines, toutes affirmant que la drogue trouvée dans leurs bagages y avait été introduite à leur insu. Elles ont aujourd’hui recouvré la liberté, après parfois plusieurs années de détention.

Source : AFP

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2015/08/14/rep-dominicaine-cocaine-quatre-francais-condamnes-a-20-ans-de-prison,1269767.php

0000000000000000000000000000000000000000000000000

Narcos : c’est quoi cette série ?
samedi 15 août 2015 – 10h00

C’est le vendredi 28 août que débute Narcos, le nouveau drame original de Netflix centré sur le trafic de cocaïne de Pablo Escobar. Réalisée par José Padilha, l’auteur de Troupe d’élite, la série s’annonce aussi réaliste que percutante.

 Narcos

Plongez au coeur des cartels de la drogue avec Netflix !

De quoi ça parle ?
Inspirée de faits réels, Narcos retrace la sanglante croisade menée par la DEA (Drug Enforcement Administration) et les autorités colombiennes contre les cartels de la drogue, dont celui de Medellín, avec à sa tête Pablo Escobar (Wagner Moura), narcotrafiquant le plus emblématique de l’histoire. Construite autour de l’agent de la DEA Steve Murphy (Boyd Holbrook), la série aborde l’essor du trafic de cocaïne sous de multiples points de vue – policier, politique, judiciaire et civil – pour en saisir toute la complexité avec le plus d’authenticité possible.

Les Etats-Unis et la Colombie font face à un ennemi commun

Narcos : divertir et informer
Genre populaire au cinéma, le biopic connaît désormais un nouvel essor à la télévision. Ainsi, plusieurs histoires inspirées de faits réels se voient  régulièrement adaptées à l’écran, comme celles du terroriste Ilich Ramirez Sanchez (Carlos) et du célèbre magicien Harry Houdini (Houdini). Mais la nouveauté de Netflix n’est pas seulement un biopic sur le trafiquant colombien, à la manière de Pablo Escobar, le Patron du Mal. En effet, en fournissant un regard actuel sur les événements passés à l’aide d’un narrateur tout en étant filmée sur les lieux d’origine, Narcos s’apparente à une reconstitution historique qui possèderait tous les éléments indispensables – mensonge, corruption, sexe et amour – d’une série dramatique.

Les 10 épisodes de la première saison seront disponibles le 28 août prochain sur Netflix.

source:http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18644595.html

00000000000000000000000000000000