Archives de 23 août 2015


Les narcotrafiquants, nouvelle cible de la chasse péruvienne

Les narcotrafiquants, nouvelle cible de la chasse péruvienne

————————-

Un militaire en poste à l'aéroport péruvien de Madre de Dios.

Le congrès péruvien, l’équivalent du parlement, a voté à l’unanimité l’autorisation d’abattre les aéronefs suspectés d’être utilisés pour le narcotrafic. Une stratégie, déjà utilisée par le passé, qui comporte des risques.

°°°

Le Pérou renoue avec ses vieilles méthodes.

Le Congrès du pays – l’équivalent du parlement – a voté lundi à l’unanimité (à 89 voix contre 0) un projet de loi autorisant l’armée de l’air à abattre les petits avions «contre lesquels existent une preuve ou un soupçon raisonnable de leur implication dans le narcotrafic». Le texte devrait rapidement entrer en vigueur à condition que le président Ollanta Humala promulgue le texte dans un délai de 15 jours. Cela ne devrait pas poser de problème, le chef de l’Etat (un militaire retraité) ayant fait de la lutte contre le trafic de drogue son cheval de bataille au moment de sa prise de fonction en 2011.

Cette stratégie de lutte contre le trafic de drogue était déjà active depuis 1990, mais avait été brutalement suspendue en 2001 quand un avion de chasse avait abattu par erreur un petit avion dans lequel se trouvaient un agent américain, en mission pour la CIA, et sa toute petite fille, tous les deux tués dans l’opération. Les militaires péruviens avaient reçu l’ordre de viser l’avionnette suspectée de transporter de la cocaïne.
Un nouveau radar pour détecter les vols illicites

Depuis cet accident, les États-Unis s’opposent fermement à la reprise de cette stratégie. Cependant, le parti nationaliste, dirigé par le président péruvien, majoritaire au Congrès, est anti-impérialiste et compte bien agir comme il l’entend sans se soucier de l’avis des Américains. D’autant plus que la Colombie, le Brésil, le Venezuela et la Bolivie ont déjà autorisé les forces armées à viser certains avions, suivant cependant des normes très strictes. Le député Carlos Tubino, auteur du texte, insiste sur le fait que le gouvernement péruvien doit faire respecter ses lois. Il ajoute qu’il y a en moyenne entre 600 et 1000 vols transportant de la drogue chaque année au Pérou. «Seulement aujourd’hui il y en a déjà eu deux!» s’insurge-t-il. 90 % de ces vols proviendraient de Bolivie. Selon l’ONU, le Pérou est un des premiers producteurs mondiaux de cocaïne, mais avec l’aide des États-Unis, le gouvernement en place a réduit cette production de près de 14 % ces dernières années.

Ce texte de loi est voté quelques mois après l’obtention en mai d’un nouveau radar de fabrication américaine qui permet de détecter les vols illicites dans un rayon de 450 kilomètres. Il permettra donc de surveiller des zones stratégiques comme la vallée des fleuves Apurimac et ses alentours, où la production de feuilles de coca est très concentrée et où les forces armées combattent le narcotrafic depuis des dizaines d’années.

source: http://www.lefigaro.fr/international/2015/08/21/01003-20150821ARTFIG00103-le-perou-va-autoriser-l-armee-a-abattre-les-avions-du-narcotrafic.php

000000000000000000000000000000000000000000

El velero ‘Silver Black’ fue abordado

por un equipo del GEO el pasado 7 de agosto

Llegada al puerto de Vigo del velero Silver Black, interceptado con...

Llegada al puerto de Vigo del velero Silver Black, interceptado con unos 600 kilos de cocaína.Salvador Sas EFE

EFEVigo

Actualizado:18/08/2015 15:09 horas

El velero ‘Silver Back‘, interceptado en alta mar en el marco de la ‘Operación Santa‘ con alrededor de 600 kilos de cocaína, ya ha sido descargado en el Puerto de Vigo, donde también han llegado los dos tripulantes que permanecían arrestados desde la aprehensión y para los que el juzgado ya ha decretado su ingreso en prisión.

El velero fue abordado por un equipo del GEO en alta mar, al noroeste de las Islas Azores, mientras navegaba rumbo a Galicia, y pertenece a una organización de narcotransportistas gallegos que ha sido desmantelada con otras 19 detenciones en Pontevedra, Almería, Córdoba y Badajoz, han informado fuentes policiales.

El jefe de la Udyco Central, Eloy Quirós, ha explicado en declaraciones a la prensa que esta « compleja operación » todavía continúa abierta y que, a pesar de que el denominado clan de « los Peques » está « desarticulado », todavía se busca a uno de los responsables.

En el mes de septiembre de 2014 se inició la investigación sobre esta organización gallega especializada en el transporte marítimo de hachís y cocaína hacía la Península.

Las pesquisas se centraban en un grupo de lancheros vinculados al clan de los « Peques », quienes podrían estar preparando varias embarcaciones para dedicarlas tanto a la recogida de hachís en el Estrecho como al transporte de cocaína desde Sudamérica.

Los investigadores descubrieron que debido a la presión policial y a las detenciones que ya habían sufrido algunos miembros de la organización investigada, ésta decidió trasladar sus lanchas y yates hacia la zona sur de España, en concreto a la provincia de Almería.

Fotografía facilitada por la Policía Nacional de la cocaína econdida en el velero 'Silver Black'.

Fotografía facilitada por la Policía Nacional de la cocaína econdida en el velero ‘Silver Black’.

Allí contaban con el apoyo de traficantes locales y con las infraestructuras necesarias para poner en marcha sus operaciones, que apuntaban a transportar hachís desde Marruecos.

Tras varios contactos entre la organización gallega y los suministradores de hachís, así como el traslado de dos de sus embarcaciones hasta el puerto de Almerimar, los narcotraficantes trataron de introducir en España durante el mes de mayo tres transportes de hachís que fueron interceptados.

En concreto, se trataba de dos yates y de una lancha que condujeron a la incautación de 2 toneladas de hachís en Cartagena, otras 2,9 también en aguas de Cartagena y 1,25 toneladas en las playas de Motril.

Eloy Quirós ha contado en una comparecencia que, paralelamente a las operaciones de hachís, la organización planificaba también la compra de este velero para recoger una importante cantidad de cocaína en Sudamérica y transportarla hasta Galicia.

Así, a finales del mes de abril, la organización compró un velero al contado por 55.000 euros en la localidad de Aguadulce, en Almería, embarcación que fue abordada por un equipo GEO al noroeste de las Islas Azores el pasado 7 de agosto con dos personas, ambas gallegas, a bordo. Transportaban al menos 24 fardos con unos 600 kilos de cocaína.

fuente: http://www.elmundo.es/espana/2015/08/18/55d32e9446163f21518b4588.html

0000000000000000000000000000000000000000000000000000

Barcelona (España).- La Guardia di Finanza y la Agenzia della Dogana de Savona (Italia), en colaboración con Guardia Civil y la Policía españolas, incautaron ayer en el puerto italiano de Vado Ligure 122 kilos de cocaína en un barco procedente de la República Dominicana que había hecho escala en Tarragona (España).

Según informó hoy la subdelegación del Gobierno en Tarragona (noreste), el pasado 18 de agosto llegó al puerto esta ciudad un buque de bandera italiana procedente de la República Dominicana que descargó en uno de sus muelles varios contenedores para su distribución.

En su mayoría era mercancía declarada como fruta fresca originaria de Colombia, Costa Ricay la República Dominicana, y posteriormente el buque continuaba viaje hacia el puerto de Vado Ligure y con destino final el puerto de Civitavecchia, ambos en Italia.

Durante las investigaciones aduaneras realizadas en España, se supo que en una de las bodegas del buque podría haber una cantidad indeterminada de cocaína, que podrían haber cargado en el puerto colombiano de Turbo, aprovechando la carga de mercancía legal.

Las autoridades inspeccionaron el lugar y ante la posibilidad de que la droga estuviera entre la fruta, que se hallaba en contenedores cerrados herméticamente y con nitrógeno para evitar su oxidación, se optó por preservar la carga hasta su destino final.

Se precintaron las bodegas y se comunicó a las autoridades italianas la decisión tomada, para que una vez llegado al puerto de destino se hicieran cargo del final de la operación. (EFE)

000000000000000000000000000000000000000000000000

David_Petraeus-Le Fonds américain “KKR investment”, dirigé d’octobre 2013 à ce jour par le général David Petraeus, ancien chef de la CIA, a mis sous son contrôle, en moins d’un an et demi, une partie importante des médias serbes, selon le portail internet “Vaseljenska”

Les Américains ont d’abord acheté SBB, le plus grand réseau de télévision par câble en Serbie. Ils sont devenus ensuite propriétaires de “Grand production” par lequel ils exercent un contrôle sur “Prva TV”, puis ils ont fondé le canal CNN “TV N1″, ils ont acheté des actions du portail internet du quotidien serbe “Blic”, et plus récemment, selon certaines sources, ils ont acheté dans le plus grand secret un quotidien de Belgrade.

Le fait est que les Américains peuvent, par le plus grand opérateur par câble “SBB” et leurs médias, contrôler le flux des informations en Serbie et sont en mesure d’y fabriquer entièrement l’opinion publique.

lire la suite: http://civilwarineurope.com/2015/08/23/lancien-chef-de-la-cia-controle-la-plupart-des-medias-en-serbie/

000000000000000000000000000000000000000

Narcotrafic entre Toulouse et l’Amérique du Sud démantelé

Cocaine-ok1-630x0-630x0.JPG Jeudi 20 août 2015, cinq personnes ont été mises en examen et écrouées dans le cadre du démantèlement d’un trafic de cocaïne entre Toulouse et l’Amérique du Sud. (photo d’illustration : Fotolia)

C’est une belle affaire que viennent de boucler les hommes du Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Toulouse. Jeudi 20 août 2015, cinq personnes ont été mises en examen et écrouées pour « infractions à la législation sur les stupéfiants ».

Tout a commencé il y a huit mois, en janvier 2015. La brigade des stupéfiants et la brigade de recherche et d’intervention du SRPJ se penchent alors sur un trafic de cocaïne, qui sévirait depuis plusieurs mois entre la grande agglomération toulousaine et l’Amérique du Sud.
Après huit mois de travail, les enquêteurs parviennent à identifier les acteurs de ce trafic et à définir les rôles de chacun.

Un trafic bien organisé

Dans la nuit du lundi 17 au mardi 18 août, ils décident de passer à l’action et interpellent cinq personnes : quatre à Toulouse (notamment à Empalot) et une dans le Tarn-et-Garonne.
Trois hommes et deux femmes – originaires des Pays-Bas, du Suriname, de République dominicaine et de Toulouse – sont ainsi soupçonnés d’avoir participé au trafic.

L’affaire était bien rodée : deux des individus interpellés ont été identifiés comme étant des mules, qui faisaient passer la drogue d’un continent à l’autre ; un autre stockait la marchandise à Toulouse tandis que les deux derniers l’écoulaient sur le territoire.

Des papillotes de cocaïne

Au total, les hommes du SRPJ ont saisi 2,6 kg de cocaïne, pour une valeur de plus de 150 000 euros. « Une partie de la marchandise était conditionnée en “bouchées” de chocolat de type papillotes », précise une source proche du dossier.

Une arme de poing et quatre véhicules ont également été saisis.

Après un passage devant un juge d’instruction, les cinq individus ont été mis en examen et incarcérés. « C’est un beau réseau qui tombe », se sont félicités les enquêteurs.

source:http://actu.cotetoulouse.fr/la-cocaine-etait-cachee-dans-le-chocolat-un-important-trafic-entre-toulouse-et-lamerique-du-sud-demantele_17859/

00000000000000000000000000000000000000