Archives de 25 août 2015

Des grossistes basés à Lausanne, qui réceptionnaient la drogue avant de la distribuer à des revendeurs de rue, ont été arrêtés. 24 personnes ont été interpellées et 9 kg de cocaïne saisis.

Image de la saisie de 2,1 kg de cocaïne réalisée en avril 2014 par la police municipale lausannoise.

Image de la saisie de 2,1 kg de cocaïne réalisée en avril 2014 par la police municipale lausannoise. Image: Police municipale de Lausanne

C’est l’aboutissement d’une «longue enquête», comme la qualifie elle-même la police municipale de Lausanne qui communique ce 25 août sur le vaste réseau de trafiquants de cocaïne qu’elle a récemment démantelé.

L’enquête s’est échelonnée de février 2014 à aujourd’hui. Elle s’est déroulée en quatre phases. En février 2014, quatre cents grammes de cocaïne ont été saisis et trois individus, tous ressortissants nigérians, ont été arrêtés.

Deux mois plus tard, ce sont pas moins de 2,1 kg de cocaïne qui ont été saisis et sept dealers arrêtés. En mai de la même année, un trafiquant et un passeur ont été arrêtés. C’est là qu’un trafic portant sur plusieurs centaines de kilos de drogue a été mis à jour, note la police municipale dans son communiqué.

Enfin, en septembre dernier, douze dealers ont été arrêtés et un kilo et demi de cocaïne saisi.

Cette «opération d’envergure», comme la qualifie elle-même la police municipale lausannoise, est le fruit de l’étroite collaboration entre les inspecteurs de la Brigade des stupéfiants et de l’identité judiciaire de la police de sûreté vaudoise ainsi que celle des enquêteurs de la police judiciaire genevoise.

En tout, ce sont 9 kg de cocaïne qui ont été saisis et 24 personnes qui ont été déférées à la justice et incarcérées. (Newsnet)

(Créé: 25.08.2015, 11h32)

source: http://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/vaste-reseau-trafic-cocaine-decele-lausanne/story/28850614

00000000000000000000000000000000000000000

zollFrankfurter Zöllner haben bei einer Kontrolle 25 Kilogramm Kokain gefunden. Die Drogen mit einem Marktwert von zwei Millionen Euro waren in Babybetten versteckt.

Bei der Kontrolle einer Möbellieferung aus Brasilien am Frankfurter Flughafen seien die Beamten misstrauisch geworden, teilte das Hauptzollamt am Freitag mit. Die etwa dreißig Packungen, in denen sich die Babybetten befanden, seien schwerer als gewöhnlich gewesen. Deshalb sei die Fracht mit einem Röntengerät untersucht worden. Ziel der Pakete sei das afrikanische Land Äquatorialguinea gewesen.

Nachdem dann die Kartons geöffnet und die Betten genauer überprüft wurden, bestätigte sich demnach der Verdacht: Eingewickelt in Kohlepapier und Kunststofffolie fanden die Zöllner ein weißes Pulver. Anschließende Tests hätten ergeben, dass es sich dabei um Kokain gehandelt habe. Die Betten und das Rauschgift seien inzwischen vernichtet worden. Den Angaben zufolge fand die Kontrolle bereits im Juli statt.

http://hessenschau.de/panorama/zollbeamte-entdecken-kokain-in-babybetten-lieferung,kokain-flughafen-frankfurt-100.html

000000000000000000000000000000

Una de las aeronaves que cayó en territorio peruano

Santa Cruz, 22 de agosto (El Día).- Entre el 10 de mayo y el 16 de agosto se han detectado 222 vuelos de avionetas bolivianas que ingresaron a territorio peruano para cargar  77 toneladas de droga desde el valle de los ríos Apurímac, Ene y Mantaro, reveló un diputado peruano durante la sesión donde se aprobó en el vecino país el derribo de naves ligadas al narcotráfico.

El congresista Emiliano Apaza agregó, con base a datos del Comando Conjunto de las Fuerzas Armadas de Perú, que al año se detectan entre 600 y 1.000 vuelos, y que el 95% de las avionetas que ingresan ilegalmente a territorio peruano provienen de Bolivia.

Carlos Tubino, congresista autor del proyecto del derribo de aviones en Perú, declaró que de los 320.000 kilos de cocaína que se presume se producen en dicho país, según informes de Naciones Unidas, 180.000 kilos son sacados  por vía aérea, a través de Bolivia, otros 120.000 kilos salen por barcos y 20.000 kilos por tierra. Colombia, Brasil, Venezuela y, más recientemente, Bolivia, permiten el derribo de aviones sospechosos de transportar drogas.

Sin logística. El director nacional de la Fuerza Especial de Lucha Contra el Narcotráfico en Bolivia, Santiago Flores, dijo que ante la falta de radares esta tarea aún no se viene encarando debido a que se están desarrollando las gestiones para la compra de equipos a través del gobierno boliviano.

Un exdirector antidroga que prefirió el anonimato dijo que en Bolivia hay departamentos donde la Felcn no tiene presencia policial como el caso de Santa Ana (Beni) donde existe bastante tráfico de drogas.

Recientemente policías casi fueron echados cuando montaron una operación que acabó con heridos. Según un anterior informe de autoridades antidrogas de Perú en dicho país un kilo de pasta base cuesta $us 900 y con la mejora de calidad que se la hace en Bolivia el kilo sube a $us 9.000.

Dirandro

Diarios peruanos en base al último informe emitido por la Dirección Antidrogas (Dirandro) desvelaron que los narcovuelos que salen de la selva peruana hacia el oriente boliviano se incrementaron a 13 vuelos por día.

Si hace dos meses se contabilizaron 8 narcovuelos desde la selva peruana a Bolivia, hoy aumentaron. Las pistas funcionan solamente en la mañana, de 6:00 a 11:00. Cada avioneta transporta entre 300 a 350 kilos de pasta base de cocaína al mes. Sacando cuenta de los 300 kilos transportados, se estima que de esas tres pistas clandestinas salen hacia Bolivia cerca a 108 toneladas.

El informe señaló además que en su totalidad las avionetas que transportan la cocaína tienen matrícula boliviana, y que son tripuladas en su mayoría por pilotos bolivianos. Un viaje aéreo trasladando droga hacia Bolivia le puede significar a piloto un ganancia líquida de 20 mil dólares, señalan los diarios.

http://oxigeno.bo/node/10836

000000000000000000000000000000000000000000000

25 Agosto 2015

DROGA. Informe revela narcovuelos entre la frontera de Bolivia y Perú.

DROGA. Informe revela narcovuelos entre la frontera de Bolivia y Perú.

Un solo radar del Perú ubicado en la frontera con Bolivia detectó 175 « narcovuelos », según el informe del presidente ejecutivo de la Comisión Nacional para el Desarrollo y Vida sin Drogas (DEVIDA), Alberto Otárola.

« (El radar) se instaló en Madre de Dios, el 10 de mayo de este año. Desde esa fecha hasta ayer (domingo), se han registrado 175 vuelos en la frontera del Perú y Bolivia. Vuelos sin permiso ni control; eso, técnicamente, es un acto hostil », señaló el representante peruano.

La pasada semana el Congreso peruano aprobó una norma que reglamenta la potestad de sus Fuerzas Armadas, para interceptar y derribar aeronaves que transporten droga, mismas que provienen de territorio nacional, según parlamentarios de ese país.

« La nueva norma busca reducir a cero el sobrevuelo de estas aeronaves. No busca derribarlas, sino disuadir (…) Es una ley bastante técnica, hay un protocolo de varios pasos antes de derribar una nave », manifestó.

Perú y Bolivia realizaron múltiples operativos antidroga en la frontera. Un reporte señaló que entre enero y junio se incautaron 7,3 toneladas de clorhidrato y seis toneladas de pasta base de cocaína, en más de 5.000 intervenciones conjuntas.

El informe oficial resalta la destrucción de 1.485 laboratorios de producción, purificación y reciclaje de cocaína, establecidos en la selva boliviana, y la detención de 1.653 ciudadanos de diversas nacionalidades. También se dinamitaron 50 pistas de aterrizaje ilegales.

fuente: http://www.correodelsur.com/20150825/seguridad/detectan-175-narcovuelos-desde-bolivia-hacia-peru

000000000000000000000000000000000000000000

https://i2.wp.com/www.dea.gov/resources/img/Ads/guzman-sp.jpg

Mexico (AFP) – Les polices du monde entier travaillent pour retrouver le baron mexicain de la drogue Joaquin « El Chapo » Guzman, dans une course qualifiée de « marathon », selon un haut responsable de la DEA, l’agence américaine anti-drogue.

Trois semaines après l’évasion de « El Chapo », le numéro deux de la DEA, Jack Riley, s’est dit « optimiste », dans un entretien à l’AFP, quant à une nouvelle arrestation du narcotrafiquant, même s’il admet que la tâche est ardue.

« Il s’agit d’un marathon, pas d’un sprint », précise Riley, interrogé par téléphone depuis Washington.

« Nous avons appris lors de sa première arrestation que ce n’était pas facile, c’est une sorte de jeu du chat et de la souris qui s’est engagé », explique-t-il.Guzman Wanted Posted

La DEA avait fourni des informations cruciales ayant permis l’arrestation de Guzman en février 2014, 13 ans après la première évasion de prison de puissant narcotrafiquant.

Mais « El Chapo » est parvenu à s’enfuir de nouveau d’une prison de haute sécurité le 11 juillet dernier, près de Mexico, par le biais d’un tunnel de 1,5 km creusé sous la douche de sa cellule.

Les autorités américaines et mexicaines travaillent depuis « main dans la main » pour le retrouver, selon Riley, rejetant des informations selon lesquelles le gouvernement d’Enrique Peña Nieto était peu enclin à recevoir l’aide des Etats-Unis.

– Chasse à l’homme –

Alors que Guzman pourrait être caché dans son fief natal, dans l’Etat de Sinaloa (nord-ouest du Mexique), les polices du monde entier travaillent sur le dossier, s’appuyant sur des informateurs et la surveillance électronique.

« Nous travaillons avec nos homologues mexicains et partageons des informations provenant d’Amérique centrale, d’Amérique du Sud, mais aussi d’Europe et d’Australie, afin d’avoir une vue d’ensemble », raconte Jack Riley.

Pendant des années, « Guzman a profité du manque de communication entre les polices. Mais je peux vous assurer que nous n’avons jamais aussi bien coopéré ensemble et à la place de +’El Chapo+, je surveillerais mes arrières ».

L’enquête a pris une dimension mondiale du fait de la puissance et des ramifications internationales du cartel de Sinaloa, dirigé par Guzman.

Chaque information obtenue quelque part « peut nous aider à le pister, lui ou son entourage proche », explique Riley.

La deuxième évasion du baron de la drogue a relancé le débat sur son extradition en cas de nouvelle arrestation. Un juge américain avait transmis le 25 juin une demande formelle d’extradition vers les Etats-Unis.

La semaine dernière, un juge fédéral mexicain, répondant favorablement à cette demande, avait émis un ordre d’arrestation à des fins d’extradition. Mais vendredi dernier, les avocats de « El Chapo » sont parvenus à faire suspendre temporairement cet ordre pouvant conduire le plus puissant narcotrafiquant au monde dans une prison américaine.

L’agence anti-drogue demandera « certainement » l’extradition de Guzman en cas de nouvelle arrestation, prévient Riley, mais il comprend que les Mexicains veuillent d’abord le juger sur leur sol, où il a commis de nombreux crimes.

« Qu’importe l’endroit où il est incarcéré, mais pour moi une chose est sûre : la place de ce type est en prison ».

source: http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20150804.AFP5627/le-marathon-des-polices-du-monde-entier-pour-retrouver-el-chapo-raconte-la-dea.html

00000000000000000000000000000000000000000000

DEA
Par Antoine Bancharel
LE SCAN SPORT – Responsable de l’arrestation du baron de la drogue en 2014, Jack Riley, numéro 2 de la fameuse DEA, repart à la poursuite de Joaquín Guzmán, échappé en juillet dernier. Avec des méthodes qui font écho à sa passion de coach amateur.

De notre correspondant aux Etats-Unis

«Je les appelle mes all-stars de fin de saison», résume l’imposant leader de la division de terrain de l’agence anti-drogue américaine, dans le magazine Sports Illustrated. Non, cette fois il ne fait pas référence aux lycéens qu’il entraîne au basket depuis plus de 25 ans. Il parle en fait des agences qu’il a regroupées sous l’ombrelle de la Drug Enforcement Administration (DEA). Plus d’une douzaine, comprenant le FBI, les services secrets, les douanes, le fisc, le ministère de la Justice, la police de Chicago, la lutte contre l’immigration clandestine ou le trafic d’alcool, de tabac et d’armes à feu (ATF), parmi d’autres. Sans oublier la collaboration internationale avec les forces mexicaines ou Interpol. Le but? Capturer le chef du cartel de Sinaloa.

«El Chapo», un trophée et une quête de doublé pour Riley

En février 2014, cette équipe avait décroché réalisé un énorme coup. «El Chapo» (le petit), qualifié de plus grand trafiquant de drogue au monde, était arrêté par la police mexicaine, guidée par des informations provenant du bureau de Riley, une pièce décoré d’une myriade d’objets aux couleurs de l’équipe universitaire de Notre Dame). «Je suis le quarterback. On vient de jouer la finale et j’ai lancé une passe dans le quatrième quart-temps qui nous a fait gagner», résumait-il auprès du Chicago Reader, à l’époque. Depuis l’évasion spectaculaire de Guzmán de la prison à sécurité maximale de l’Altiplano, au Mexique, en juillet dernier, l’officiel est motivé à faire le doublé.

Le narcotrafiquant, lui, l’a déjà fait. Il s’était en effet enfuit en 2001, après avoir été arrêté en 1993 au Guatemala. Dès 2003, celui qui est né un 25 décembre était en place pour prendre les rênes du trafic de drogue en provenance de Colombie, passant par son Mexique natal vers les Etats-Unis et l’Europe. Depuis 2009, le magazine Forbes le place parmi les personnes les plus influentes au monde, jusqu’au rang de 63e en 2011 (et dans les 1000 plus grosses fortunes). La police de Chicago l’a nommé «ennemi public numéro un», ce qui n’était plus arrivé depuis Al Capone. D’autres comparaisons le rapprochent de Pablo Escobar, la DEA estimant même qu’il dépasse l’influence du célébrissime parrain des années 1980…

Il va bientôt prendre sa retraite

Pour Jack Riley, c’est aussi une affaire personnelle. Et pas seulement parce que le cartel a placé un contrat sur sa tête – ce qu’il a découvert dans des enregistrements pendant l’enquête. «Dans le monde du sport, si une arme peut être qualifiée de destruction massive, c’est l’héroïne», témoigne l’entraineur amateur. Beaucoup d’athlètes aux Etats-Unis tombent en effet dans un cercle vicieux. D’abord, la blessure. Ensuite, les antidouleurs (souvent à base d’opioïde, dont les effets sont similaires à ceux de l’opium, sans y être chimiquement apparenté). Puis l’addiction. Quand les prescriptions expirent, certains se tournent vers des alternatives moins coûteuses. L’héroïne, à 5 dollars le sachet, devient un choix courant. Plusieurs de ses jeunes joueurs sont tombé dedans, l’un deux allant jusqu’à l’overdose mortelle. De quoi comprendre son obsession avec le trafiquant. «La chasse est rouverte», lâche-t-il.

Quand – et non pas si, d’après ce petit-fils de flic – El Chapo sera de nouveau capturé, celui qui a commandé la première force regroupant autant d’agences prévoit de prendre sa retraite. Pour passer du bureau au gymnase, du costume au jogging. «Ce que j’aime le plus, c’est prendre un gamin qui n’a pas réussi à intégrer l’équipe au collège, et l’aider à y parvenir au lycée», explique-t-il. Le genre de leadership qu’il applique au quotidien, sur et en dehors du terrain, de sport ou d’investigation. Dépasser les défaites et les transformer en victoires. Avec comme l’un des enjeux de faire baisser le taux de meurtre record à Chicago, sa ville, un fléau directement lié au trafic de drogue. Une affaire globale. Une affaire personnelle. Il n’y a pas de ligne de démarcation pour le coach.

SOURCE: http://sport24.lefigaro.fr/le-scan-sport/buzz/2015/08/25/27002-20150825ARTFIG00099-un-coach-a-la-poursuite-du-narcotrafiquant-el-chapo.php

0000000000000000000000000000000000

Saisie de 80 kg de cocaïne dissimulés dans une cachette sophistiquéePublié le : mardi 25 août 2015 |

Lors du contrôle d’un véhicule, les douaniers d’Halluin (59) ont mis à jour des cachettes aménagées derrière le pare-choc et sous les sièges avant.
Le 20 août 2015, les douaniers d’Halluin (59) ont saisi près de 80 kg de cocaïne lors du contrôle d’une voiture en provenance des Pays-Bas. La marchandise est évaluée à plus de 5 millions d’euros sur le marché illicite de la revente au détail de stupéfiants.

En opération de surveillance près de la frontière franco-belge, les agents des douanes contrôlent un véhicule avec un homme et une femme à bord.

photo illustration source www.eurodouane.com

Le chien anti-stupéfiant de la brigade marque rapidement un intérêt pour le pare-choc arrière et les parties latérales du véhicule. Un examen minutieux de la voiture permet aux agents de trouver une cache aménagée particulièrement sophistiquée derrière le pare-choc. Deux caches supplémentaires sont ensuite identifiées sous les sièges avant. Dissimulées par de la moquette et de l’isolant, elles étaient constituées de caissons métalliques verrouillés qui devaient être actionnés par un dispositif mécanique pour les ouvrir.

Au total, les douaniers extraient 73 pains de cocaïne des trois caches pour un poids total de 79,3 kg.

Sur instruction du TGI de Lille, les deux individus ont été remis à la PJ de Lille à l’issue de la procédure douanière.

La saisie en image

Douane TV [vidéo – 1’28]

 

En 2014, la douane française a saisi 198,4 tonnes de stupéfiants dont 6,6 tonnes de cocaïne.

Contact presse

  • Service Presse de la douane – Nicolas BARRAUD : 01 57 53 42 11
  • Gil LORENZO, Directeur régional des douanes de Lille : 09 70 27 13 01
Auteur : Direction régionale de Lille
 0000000000000000000000000000000000000000000

On appelle ça une mule.

Un Nigérian de 36 ans a été arrêté, le 15 août, lors d’un contrôle douanier à Châtenois (Bas-Rhin) avec 1,9 kg de cocaïne dans l’estomac. Son chauffeur, un habitant de Saint-Louis (Haut-Rhin) âgé de 34 ans, a également interpellé.
57.840 euros d’amende douanière

La mule, résidant en France, portait 175 ovules de cocaïne pure à 62 %, rapportent les Dernières nouvelles d’Alsace. Le Nigérian a indiqué être parti des Pays-Bas pour rejoindre la Suisse contre une rétribution de 1.200 euros. Son chauffeur qui devait le conduire de Woippy jusqu’à Bâle contre 200 euros et un plein d’essence a indiqué ignorer ce que son passager transportait.

Difficile à croire pour la justice. Le tribunal de Saverne a condamné les deux hommes à payer solidairement une amende douanière de 57.840 euros. Le Nigérian a en outre écopé de deux ans de prison ferme. Il a été maintenu en détention et s’est vu interdire de territoire français pendant dix ans. Son chauffeur a lui été condamné à 18 mois d’emprisonnement sans mandat de dépôt.

source: http://www.20minutes.fr/strasbourg/1670139-20150821-alsace-nigerian-interpelle-19-kg-cocaine-estomac

00000000000000000000000000000000000000

 


Lyon: Un trafiquant présumé interpellé avec 3 kilos de cocaïne dans ses bagages

Il a affirmé que la drogue avait été dissimulée par une tierce personne dans ses bagages. Mais sa version des faits n’a pas convaincu. Jeudi, un Lyonnais de 35 ans a été mis en examen pour « trafic de stupéfiants », après avoir été arrêté en possession de 3,2 kg de cocaïne dissimulés dans sa valise, relate ce vendredi Le Progrès.
Des feuilles de carbone pour masquer la drogue

Dimanche matin, l’homme, de retour de Martinique, avait été intercepté à l’aéroport Saint-Exupéry par les douaniers. La drogue avait été découverte dans ses bagages, entourée de feuilles de carbones destinées à masquer la marchandise lors de l’inspection des valises aux rayons X. La valeur marchande de la drogue saisie est estimée à 130 000 euros, précise le quotidien régional.

Le trafiquant présumé, qui aurait effectué plusieurs allers-retours entre Lyon et la Martinique ces derniers mois, a été écroué jeudi, à l’issue de quatre jours de garde à vue.

source: http://www.20minutes.fr/lyon/1670147-20150821-lyon-trafiquant-presume-interpelle-3-kilos-cocaine-bagages

0000000000000000000000000000000000000000000

Matteo Messina Denaro est en fuite depuis plus de 20 ans

Matteo Messina Denaro, numéro un de l’organisation mafieuse sicilienne Cosa Nostra, aurait caché des millions de francs sur des comptes en Suisse. La justice helvétique collabore avec l’Italie dans l’enquête sur celui qui est en fuite depuis plus de 20 ans.

Le ministère public de la Confédération (MPC) a confirmé ces informations parues dans la « SonntagsZeitung ». Sa porte-parole Walburga Bur a indiqué que le MPC mène sa propre procédure.

Les enquêteurs suisses collaborent aussi au sein d’un groupe de travail avec les autorités anti-mafia de Palerme. Le MPC a produit un dossier bancaire. Il a également procédé à deux perquisitions et mené un interrogatoire.

Matteo Messina Denaro, 53 ans, a été condamné à la perpétuité pour meurtres, mais il est en fuite. La seule photo connue de lui remonte au début des années 90.

source: http://www.lenouvelliste.ch/fr/suisse/mafia-le-ministere-public-de-la-confederation-enquete-sur-l-argent-du-n1-de-cosa-nostra-479-1503577

00000000000000000000000000000000000000000000

Des policiers de la BAC pris en flagrant délit de corruption, des élus soupçonnés de malversations, des handballeurs, champions adulés, mis en examen pour avoir triché : la corruption ferait-elle son retour en France ?

Au sommaire : Confession d’un repenti. – Les incorruptibles. – La main dans le sac !

Un entrepreneur témoigne : pendant des années, il a été au coeur des marchés publics et dénonce aujourd’hui le système de corruption dont il a lui-même profité.

Un conseiller financier a fait condamner Pierre Mauroy dans une affaire d’emplois fictifs, tandis qu’un employés de mairie s’en est pris à un riche prince arabe : rencontre avec des redresseurs de torts.

Deux maires ont été pris en flagrant délit de corruption. Mas ils occupent toujours leurs fonctions, comme si la justice n’avait pas de prise sur eux.

00000000000000000000000000000000000

Guzman Wanted Posted

https://i0.wp.com/www.dea.gov/resources/img/Ads/guzman-sp.jpg

000000000000000000000000000000000