Archives de 13 novembre 2015


Por: Redacción

Agentes antinarcóticos hallaron 325 paquetes con cocaína en polvo, en un doble fondo en las paredes de un contenedor, en la Sociedad Portuaria de Barranquilla.

La Policía de Barranquilla informó ayer en un comunicado que el alcaloide fue detectado en controles rutinarios a las cargas que entran y salen del puerto.

Los uniformados notaron algo extraño en un contenedor, procedieron a realizarle un registro minucioso y encontraron camuflados las ‘panelas’. En las pruebas, los paquetes arrojaron 76 kilos con 194 gramos.

La Mebar agregó que el contenedor “tenía como destino final el país de Holanda” y el decomiso evitó que se comercializaran “más de 190 mil dosis del estupefaciente”.

La información policial indicó que el alijo era esperando en Europa, donde se pagaría 3.3 millones de dólares, es decir, alrededor de $9.500 millones. GCT

http://m.elheraldo.co/judicial/caen-76-kilos-de-cocaina-en-el-puerto-de-barranquilla-228090

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000000000000

Si vendre de la drogue restera interdit dans le pays, en posséder ne sera plus considéré comme un acte criminel

Un « changement culturel radical » en matière de stupéfiants, c’est ce qu’a promis le 2 novembre 2015 le secrétaire d’État irlandais chargé de la stratégie nationale sur la drogue,  Aodhán Ó Ríordáin, lors d’une conférence à la London Schools of Economics. « Je suis convaincu que nous avons besoin de changer la façon dont nous considérons l’abus de ces substances, si nous voulons vraiment combattre l’addiction aux drogues et à l’alcool », a ainsi argumenté le député travailliste. Dans le pays, si vendre de la cocaïne, de l’héroïne ou du cannabis sera toujours considéré comme un délit, la possession de ces produits en petites quantités sera bientôt décriminalisé. Selon l’Irish Times, cette nouvelle législation entrera en vigueur en 2016.

Comme le note Direct Matin, selon Aodhán Ó Ríordáin, la stigmatisation et la honte associées traditionnellement à la consommation de drogue dissuadent les personnes dépendantes et leurs familles d’aller chercher de l’aide. Le but de la décriminalisation est alors de dire : « La substance est illégale, mais en consommer ne fait pas de toi un criminel », a expliqué le secrétaire d’État.

– See more at: http://info.arte.tv/fr/irlande-la-cocaine-decriminalisee#sthash.DwXaC4tx.dpuf

http://info.arte.tv/fr/irlande-la-cocaine-decriminalisee

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000000000

The international informant

Le Monde.fr | 13.11.2015 à 06h52 • Mis à jour le 13.11.2015 à 07h22 | Par Soren Seelow

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/11/13/534×0/4808706_6_29f7_stele-en-l-honneur-des-victimes-de-l-attentat_4243fddf518c2876d73600eb900e8300.jpgStèle en l'honneur des victimes de l'attentat de Karachi de 2002, à Cherbourg le 8 mai 2015.

Personne ne connaît son nom. Dans le dossier d’instruction de l’attentat de Karachi, qui a fait quinze morts dont onze employés français de la Direction des constructions navales (DCN) le 8 mai 2002 au Pakistan, il apparaît sous son seul alias : « Verger ». Verger est un ancien agent de la Direction de surveillance du territoire (DST), l’ancêtre de la DGSI. Il n’avait encore jamais été entendu par la justice. C’est désormais chose faite. A la faveur d’un tour de passe-passe inédit, les magistrats instructeurs sont parvenus à contourner le secret-défense qui leur est opposé depuis le début de cette enquête.

DEPUIS 2009, LE JUGE MARC TRÉVIDIC CHERCHE À SAVOIR SI LE MOBILE POLITICO-FINANCIER A ÉTÉ VOLONTAIREMENT ÉTOUFFÉ AU PROFIT DE LA PISTE ISLAMISTE

Le témoignage de Verger, que

Voir l’article original 1 224 mots de plus

Rédaction du HuffPost Maroc avec AFP

BATEAU ESPAGNE
La vedette fait rugir ses moteurs, la caméra thermique scrute la mer et la nuit: dans le détroit de Gibraltar où prospèrent les trafics, la police espagnole traque le haschich qui arrive du Maroc en énormes quantités. Passé minuit, les caméras et les radars qui surveillent la côte détectent une embarcation suspecte. Le centre de contrôle informe la Guardia civil au port d’Algesiras, à l’extrême sud de l’Espagne.

« Ils cherchent sûrement un endroit où débarquer la marchandise », dit Jesus, un des policiers de garde qui tient à protéger son anonymat. Ils sont trois à sauter à bord d’une vedette dotée de deux puissants moteurs de 300 chevaux, avant d’allumer une caméra infrarouge. Claudio, le pilote, conduit debout, tendu, une main sur le gouvernail, l’autre sur le levier d’accélération. Entre les lumières du port d’Algesiras et celles de l’enclave britannique de Gibraltar, le bateau vole à la surface de l’eau, laissant un épais sillage d’écume.

« Braque le projecteur là-bas », crie Jesus quand soudain ils localisent un canot pneumatique sans lumière. Ses deux occupants, vêtus de combinaisons de flottaison, ne résistent pas. Mais à bord, les agents ont beau balayer la surface de l’eau de leur projecteur, ils ne trouveront rien. La cargaison a probablement été jetée à l’eau. Cette fois, c’était sans doute du tabac de contrebande.

Emmenant les deux suspects et leur embarcation, la vedette rentre au port. Mais parfois, les opérations se révèlent plus violentes, et même mortelles. Pour passer le haschich produit dans la chaîne du Rif, les trafiquants utilisent des embarcations pneumatiques de 8 à 12 mètres de longueur, qui comptent jusqu’à cinq moteurs et sont capables d’atteindre les 60 noeuds (plus de 110 km/h).

Leurs grandes organisations emploient une cinquantaine de personnes – pilotes, porteurs, chauffeurs, guetteurs – pour débarquer des cargaisons d’une ou deux tonnes, en ballots de 30 kg, explique à l’AFP le lieutenant Pablo Cobo, chef de l’équipe chargée de la délinquance organisée et de la lutte antidrogue. Chaque kilo se revendra 1.600 euros dans la rue, dit-il.

Poursuites mortelles

La police emploie aussi des hélicoptères pour « mieux poursuivre les embarcations et éclairer la zone », dit M. Cobo. Les appareils, équipés de flotteurs pour le cas où ils toucheraient l’eau, volent au ras des vagues pour obliger, par le souffle des pales, la vedette en fuite à changer de cap.

Le 9 août, une course-poursuite de ce type s’est achevée sur une plage de Gibraltar, suscitant des protestations de Londres contre l’entrée d’agents espagnols dans l’enclave disputée. « Ce sont des situations à risque, du fait de la vitesse, d’une mer mauvaise, des manœuvres des trafiquants qui tentent d’éperonner notre bateau », dit Antonio, un autre garde civil.

Depuis peu, ils ont même appris à faire décoller leur bateau pour qu’il s’écrase sur celui des policiers. Il arrive qu’ils lancent des objets contre le rotor de l’hélicoptère. Cela a causé la chute d’un appareil et la mort d’un agent il y a quelques années, rappelle Jesus. Des pilotes employés par les « narcos » ont aussi trouvé la mort en mer, des jeunes hommes de 20 à 30 ans attirés par une paie de plusieurs milliers d’euros dans une zone à 40% de taux de chômage, dit-il.

Selon un rapport de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, « au cours des dernières décennies, le Maroc est devenu le premier producteur et exportateur mondial de résine de cannabis, ou haschich ». La majeure partie de sa production passe en Europe, par le détroit de Gibraltar et le reste débarque sur les côtes andalouses.

En 2013, l’Andalousie a saisi 262 des 319 tonnes de haschich confisquées en Espagne. Et en 2012, 73,7% des saisies de haschich en Europe avaient été réalisées en Espagne, selon le ministère de l’Intérieur.

Jouant au chat et à la souris avec les policiers, les trafiquants surveillent les mouvements des patrouilles, s’aventurent sur des voies non navigables, et parfois, font sortir en mer des vedettes « leurres » sans aucune marchandise à bord. En été, profitant des bonnes conditions maritimes, ils utilisent aussi des scooters des mers, plus difficiles à détecter. Quitte à emmener par la même occasion des passagers clandestins.

« Une moto peut transporter quatre ballots de cannabis et deux migrants », explique Jesus. « Quand ils arrivent à terre, ce sont eux qui se chargent d’emmener la marchandise à l’acheteur, pour payer ainsi leur passage ».

12% des saisies mondiales de cannabis au Maroc

En 2014, plus de 450.000 doses de substances psychotropes ont été saisies par les autorités marocaines selon l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS). Le royaume ne précise pas le type de substances dont il s’agissait, mais indique qu’elles étaient dissimulées dans des véhicules à moteur. Le Maroc est aussi passé de 11% des saisies mondiales de résine de cannabis en 2012, à 12% en 2013.

L’Afrique du Nord demeure la sous-région d’Afrique où ont été saisies les plus grandes quantités de résine de cannabis. Celle-ci alimente à la fois la consommation locale, mais fait aussi l’objet de contrebande, principalement à destination de l’Europe.

http://www.huffpostmaghreb.com/2015/08/25/traqueur-haschich-detroit-gibraltar-reportage_n_8036054.html

Afficher l'image d'origine

Here’s the latest drug runner toy from Europe …

Photo of a High Speed Boat Used to Smuggle Drugs-Truth!

0000000000000000000000000000000000000000000000000

Des avions de la compagnie Air France sur le tarmac de l'aeroport de Paris-Charles de Gaulle, le 23 septembre 2014.

Un agent d’Air France a été arrêté en milieu de journée à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle (Val-d’Oise), jeudi 12 novembre, révèle France 3. L’employé de la compagnie aérienne a été interpellé par la police judiciaire après avoir réceptionné une valise qui contenait une trentaine de kilos de cocaïne, selon une source proche de l’enquête.

Le bagage serait arrivé à la mi-journée par un vol en provenance du Brésil.

Suspecté d’être le commanditaire d’un trafic

Un complice présumé de l’agent d’Air France, qui attendait la livraison à l’extérieur de l’enceinte aéroportuaire de Roissy, a été également interpellé par les hommes de l’Office central de lutte contre le trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS), indique encore France 3. Les deux personnes ont été placées en garde à vue.

Toujours selon les informations de la chaîne, l’employé d’Air France et l’un des commanditaires présumés du trafic faisaient l’objet d’une étroite surveillance menée conjointement par la brigade des stupéfiants et le service de sûreté de la compagnie aérienne.

http://www.francetvinfo.fr/societe/drogue/info-france-3-un-agent-d-air-france-suspecte-detrafic-de-cocaine-arrete-a-roissy_1171875.html

00000000000000000000000000000000000000000000000000000