Archives de 23 novembre 2015

El vehículo quedó retenido para averiguacionesEl vehículo quedó retenido para averiguaciones

Funcionarios de la GNB incautaron más de 45 kg de cocaína en Clarines

23.11.2015 11:42 AM La mercancía fue hallada en la parte interna de las puertas traseras de una camioneta Ford Explorer, 2004, placa AF6920M procedente de Caracas

Foto: Cortesía

Puerto La Cruz.- Funcionarios del Comando de Zona N° 52 de la Guardia Nacional confiscaron un nuevo alijo de sustancias estupefacientes en el Punto de Control Integral ubicado en Clarines.

Hernán Gil Barrios, jefe del CZ 52, afirmó que la detención Jhon Alexander Guaripaca (34), Miguel Ángel Guaripaca (43), este último es funcionario activo de la Policía del estado Miranda, y una adolescente de 17 años, arrojó el decomisó de 45,770 kilogramos de cocaína.

Los 43 envoltorios de tamaño regular de cocaína fueron hallados en la parte interna de las puertas traseras de una camioneta Ford Explorer, 2004, placa AF6920M color beige, gracias a las labores de los castrenses del Destacamento 522 y de la Unidad Regional de Inteligencia Antidrogas.

El General Gil en compañía del Tcnel. Jaime Alcántara comandante del Destacamento 522, informó que tras las investigaciones se pudo conocer el trío venía procedente del populoso sector 23 de Enero de Distrito Capital con destino al oriente del país.

Otro procedimiento

Tras realizar el chequeo a los elementos criminalísticos, fue detenido otro vehículo en el estado Monagas el cual fungió como alerta ante las autoridades, se trata de un Volkswagen, modelo Gol, siglas AA151BY, el mismo había sido detenido en el PCI anzoatiguense sin novedad.

Hasta la fecha, militares apostados en el punto de control de la población de Clarines en la carretera nacional que une el centro con el oriente venezolano, han incautado más de 856 kilogramos de distintos tipos de alucinógenos en lo que va de año, en la entidad, son más de 1.365 kilos de droga los que han sido sacados de las calles.

http://eltiempo.com.ve/sucesos/drogas/funcionarios-de-la-gnb-incautaron-mas-de-45-kg-de-cocaina-en-clarines/202360

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Los individuos informaron que proceden desde la ciudad de Caracas

Los individuos informaron que proceden desde la ciudad de Caracas

La madrugada de este domingo fueron detenidos un funcionario policial y una menor de edad tras la incautación de más de 45 kilos de cocaína en el Punto de Control Integral de Clarines en el estado Anzoátegui.

Efectivos de la Guardia Nacional Bolivariana (GNB) apresaron a los ciudadanos Guaricapa Jhon Alexander, de 34 años de edad; Guaricapa González Miguel Ángel de 46 años, quien laboraba con funcionario de la policía del municipio plaza del estado Miranda; y una adolescente de 17 años de edad.

Los individuos informaron que proceden desde la ciudad de Caracas, sector 23 de enero, con destino a los estados orientales del país.

2015-11-23

http://www.2001.com.ve/en-la-calle/116289/un-funcionario-y-una-menor-detenidos-por-trafico-de-cocaina-.html

000000000000000000000000000000000000000

los-mossos-despliegan-una-macroredada-contra-el-menudeo-de-cocaina-y-heroina

PHOTO: http://www.elconfidencial.com/espana/2015-11-23/los-mossos-despliegan-una-macro-redada-contra-el-menudeo-de-cocaina-y-heroina_1104710/

——————————–

La policía catalana ha informado de que la operación se ha iniciado hacia las 04.30 horas

  • EL MUNDO
  • Barcelona

Actualizado 23/11/201515:05

Los Mossos d’Esquadra han desplegado a primera hora de este lunes una macrorredada contra dos clanes dedicados al menudeo de droga, principalmente cocaína y heroína, en la que han detenido a 83 personas en una quincena de municipios.

La operación ha comenzado a las 4.30 horas, con 71 registros, y el epicentro en los barrios del Besòs de Barcelona y de La Mina, en Sant Adrià de Besòs (Barcelona).

El conseller de Interior, Jordi Jané, ha apuntado que se han desarticulado dos grandes grupos que vendían la droga « a todas las escalas ». Se han intervenido 60.000 euros en efectivo, armas y drogas como heroína, cocaína y marihuana.

El conseller ha destacado que se ha actuado a raíz de las continuadas quejas vecinales por este tráfico de droga, y que incluso en algunos casos se utilizaban pisos vacíos para la venta. « Es el dispositivo policial más grande que han hecho los Mossos d’Esquadra », según el conseller, ya que se han utilizado 1.300 agentes.

La investigación comenzó en 2014 cuando la policía detectó un aumento de nuevos puntos de droga en pisos ocupados, principalmente en estos barrios.

Los Mossos iniciaron dos investigaciones paralelas, una liderada por la comisaría de Sant Martí, en Barcelona, y otra en Badalona, que han sido tuteladas por los juzgados 3 y 4 de Badalona.

http://www.elmundo.es/cataluna/2015/11/23/5652d51622601dfb328b4592.html

000000000000000000000000000000000000000000000000

Diariamente, al menos un avión con un promedio de 350 kilos de cocaína surca los cielos en Paraguay, según datos manejados por inteligencia antidrogas.

Al mes totalizan 10.000 kilos de droga.

El fiscal Marcelo Pecci reconoció que son números alarmantes y que representan un problema de suma complejidad para los organismos del Estado, por las ramificaciones de este delito. En ese sentido, señaló que en la actualidad los paraguayos prácticamente se han apoderado de este negocio, cuando anteriormente este manejado por patrones brasileños.

Los números manejados por inteligencia del movimiento de droga a gran escala en el país dan cuenta de que una aeronave surca los cielos del país de manera diaria con una carga aproximada de 350 kilos, números que pueden sufrir variaciones, apuntó

Pecci sostuvo que las estructuras se aprovechan de la vulnerabilidad de la conciencia de quienes deberían combatir el flagelo, como policías, militares y agentes de la Secretaría Nacional Antidrogas, aunque cabe destacar a los buenos oficiales que realizan una labor comprometida en el día a día, expresó el agente del Ministerio Público a Canal 100.

El componente judicial también despierta preocupación en la lucha antidrogas, debido que también está en la mira de las organizaciones dedicadas al tráfico de estupefacientes. “Son tan poderosos que intentan obtener sentencias que no responden a la realidad y nuestra misión es la de revertir los fallos no acordes al narcotráfico”, dijo.

Consultado acerca de la vinculación política con las organizaciones criminales, Pecci considera que el problema mayor se da cuando las influencias apuntan a vulnerar el sistema de prosecución penal de una causa ligada al narcotráfico; por ello, lo más adecuado sería contar con personas que actúen con firmeza en el área penal.

http://www.abc.com.py/nacionales/circulan-10000-kilos-de-cocaina-al-mes-1429282.html

000000000000000000000000000000000000000000000000

italie-3Fermi e perquisizioni nelle province di Siracusa, Catania, Trapani e Vibo Valentia. Altre due operazioni a Catania ed Agrigento
di SILVIO SCHEMBRI

23 novembre 2015

Traffico di eroina e cocaina, 24 arresti in tutta la Sicilia
(ansa)
Traffico di eroina e cocaina, 24 arresti in tutta la Sicilia

Operazione antidroga dei carabinieri di Siracusa. Smantellata un’organizzazione dedita al traffico e allo spaccio di sostanze stupefacenti. Arresti e perquisizioni hanno interessato le province di Siracusa, Catania, Trapani e Vibo Valentia. I carabinieri del comando provinciale di Siracusa, con la collaborazione dei militari dei comandi provinciali di Catania, Trapani e Vibo Valentia e del Nucleo Cinofili di Nicolosi e di un elicottero del nucleo di Catania, hanno eseguito 24 ordinanze di custodia cautelare in carcere. Gli indagati sono tutti pregiudicati e la maggior parte delle quali residenti nella zona sud della provincia di Siracusa. I provvedimenti sono stati emessi dal gip del Tribunale di Catania su richiesta della Procura Distrettuale Antimafia. L’indagine, condotta dai Carabinieri della Compagnia di Noto, ha consentito di accertare l’esistenza di un’organizzazione ben strutturata, dedita allo spaccio di sostanze stupefacenti, principalmente di eroina e cocaina.

Altre due operazioni antidroga sono state portate a termine a Catania ed Agrigento. Viaggiavano da Reggio Calabria verso Agrigento su due diverse autovetture: in una delle due Fiat Punto seguite dalla polizia c’erano Antonino Mangione, 35enne di Raffadali (Agrigento), e Roberto Lampasona, 38enne di Santa Elisabetta (Agrigento), già noti alle forze dell’ordine e già arrestati nell’ambito di un’operazione antimafia. Sull’altro mezzo, quello dove era nascosta la droga, c’era invece Vincenzo Politanò, 64enne di Melicuccà (Reggio Calabria) insieme ad una donna, F. F. R. di 31 anni. Gli agenti della squadra mobile di Agrigento, che stavano pedinando quei mezzi già da tempo, hanno fermato entrambe le auto sulla strada statale 640, all’altezza di Canicattì (Agrigento). Poi la perquisizione e la « sorpresa »: due involucri rispettivamente di 598,5 e 593 grammi di cocaina, così come accertato dal narco test. Droga che, una volta immessa nel mercato, avrebbe fruttato oltre centomila euro. L’indagine (coordinata dal procuratore aggiunto Ignazio Fonzo e dai sostituti Salvatore Vella e Andrea Maggioni della Procura di Agrigento) ha consentito di bloccare un carico destinato quasi certamente al mercato della provincia agrigentina. Politanò, Mangione e Lampasona sono stati arrestati con l’accusa di detenzione ai fini di spaccio di sostanze stupefacenti. La donna che viaggiava con l’uomo calabrese, invece, è stata denunciata a piede libero. L’operazione della squadra mobile è iniziata la notte tra sabato e domenica scorsa.
Gli agenti stavano seguendo i quattro soggetti che, in piena notte, stavano viaggiando dalla Calabria verso Agrigento. Poi il blitz e la perquisizione, che ha dato ragione ai sospetti dei poliziotti che stavano già indagando da tempo su quel traffico. Mangione e Lampasona non sono volti nuovi per la squadra mobile della questura di Agrigento: i due, infatti, erano già stati arrestati nel giugno del 2013 nell’ambito dell’operazione antimafia « Nuova cupola ».

http://palermo.repubblica.it/cronaca/2015/11/23/news/traffico_di_eroina_e_cocaina_24_arresti_in_tutta_la_sicilia-127968458/?refresh_ce

00000000000000000000000000000000000000000000000

Par AFP 23 novembre 2015 à 20:16
 18 kg de cocaïne et 20 kg de cannabis saisis par la police, le 23 novembre 2015 photographiés à la PJ
18 kg de cocaïne et 20 kg de cannabis saisis par la police, le 23 novembre 2015 photographiés à la PJ Photo KENZO TRIBOUILLARD. AFP

Avec l’aide de la PJ de Marseille, les enquêteurs ont saisi en Seine-Saint-Denis 18 kg de cocaïne, 17 kg de résine de cannabis, cinq armes de poing, un détonateur et 400 grammes d’explosif de type TNT

La police judiciaire parisienne a réalisé dimanche sa «plus grosse saisie de cocaïne de l’année», lors d’une opération menée de concert avec la police judiciaire de Marseille, a-t-elle indiqué lundi lors d’une conférence de presse.

Les enquêteurs ont saisi 18 kg de cocaïne, 17 kg de résine de cannabis, cinq armes de poing, un détonateur et 400 grammes d’explosif de type TNT, ainsi que plusieurs centaines de cartouches, deux brassards de police, plusieurs véhicules dont un Porsche Cayenne et plus de 300000 euros en liquide. «La PJ marseillaise nous a prévenus qu’elle travaillait sur un réseau qui s’approvisionnait en Ile-de-France», a expliqué Christophe Descoms, chef de la brigade des stupéfiants de Paris. Les policiers parisiens ont alors pris en filature, à partir du centre de la France, une équipe venue «s’approvisionner» dans la nuit de mardi à mercredi.

«Malheureusement ce premier épisode échoue à cause des attentats. Il y avait trop de policiers partout. Comme ils venaient en Seine-Saint-Denis et que c’est ce jour-là qu’a eu lieu l’assaut à Saint-Denis, ils sont redescendus à vide», raconte le chef de la brigade des stupéfiants. L’équipe réapparaît dans la nuit de samedi à dimanche. Pris en filature toute la journée, ils effectuent une première transaction à Goussainville (Val d’Oise) puis à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) où ils sont interpellés en flagrant délit.
Logique de grand bandistime

Trois Marseillais d’une trentaine d’années ont ainsi été interpellés en possession de 2 kg de cocaïne, ainsi que trois fournisseurs présumés. Quelque 6kg de cocaïne ont été retrouvés dans un véhicule laissé à Goussainville, et les enquêteurs ont saisi dans un appartement 10 kg de cocaïne ainsi que le cannabis, l’argent, et les armes.

«On est clairement dans une logique de grand banditisme. Ils sont tous connus pour être des importateurs de stupéfiants et pour fréquenter le grand banditisme», selon Christophe Descoms, pour qui la présence de détonateurs et d’explosifs sont «assez souvent le matériel utilisé par le grand banditisme».

Au même moment à Marseille, la police, qui attendait le flagrant délit parisien, démantèle le réseau marseillais et interpelle onze personnes. «Notre objectif est de faire tomber les réseaux et de mettre les gens en prison», a souligné Christophe Descoms.

AFP

http://www.liberation.fr/france/2015/11/23/18-kg-de-cocaine-la-plus-grosse-saisie-de-l-annee-pour-la-pj-parisienne_1415621

0000000000000000000000000000000000000000000000000

Pourquoi l’infiltration reste le moyen le plus efficace pour démanteler une organisation narco terroriste (et l’utilisation de drones n’y changera rien)

E. Follis témoigne de sa carrière au sein du service de lutte antidrogue de la brigade des stupéfiants (DEA). Pendant 27 ans, il a négocié des marchés de plusieurs millions de dollars à bord de jets privés, acheté des kilos de cocaïne, est devenu intime avec les plus gros trafiquants de drogue, qui étaient parfois des agents d’Al-Qaida ou des membres de cartels.

Publié le 11 Novembre 2015
Pourquoi l’infiltration reste le moyen le plus efficace pour démanteler une organisation narco terroriste (et l’utilisation de drones n’y changera rien)

Atlantico : L’infiltration est comme un art selon vous. Qu’est ce qui est le plus difficile lorsque l’on est infiltré dans une organisation terroriste comme les narcotrafiquants ?

Edward Follis : J’ai toujours voulu travailler dans l’univers de la police. Quand j’étais chez les marines j’ai travaillé avec la police militaire et c’est là où j’ai commencé les infiltrations. J’ai toujours été fasciné par les drogues, non pas pour en consommer bien entendu. J’étais fasciné par les trafiquants de drogues et leur façon de fonctionner. On rencontre tous les types de criminels dans le marché de la drogue, que ce soit aux Etats Unis ou à l’étranger. Après un diplôme en criminologie je suis devenu un agent de la DEA [Drug Enforcement Administration].

L’infiltration est le moyen le plus fort et le plus méthodique pour comprendre les trafiquants de drogues et les terroristes et leur façon de fonctionner. C’est la façon la plus sûre de pénétrer pour démanteler ces narcotrafiquants dans n’importe quel pays dans le monde. Lorsque l’on est à l’intérieur d’un groupe on a une vue plus claire, compréhensive et plus détaillée qu’à l’extérieur. Vu de l’intérieur on peut constater les faiblesses autant que les forces d’une organisation ainsi que du leader de l’organisation. On a de meilleures possibilités de démanteler l’organisation.

Lorsque l’on est infiltré il faut totalement se fier à son intuition et la petite voix dans sa tête parce qu’il y a tellement de tourments autours. Il faut faire confiance à sa propre intelligence. De plus on ne peut pas gagner la confiance de quelqu’un si on ne leur offre pas une petite partie de soi. Eux même donnent une partie d’eux même en retour encore plus grande. Si on ne fait pas attention pendant une certaine période on peut commencer à développer une véritable relation avec l’ennemi. Il faut toujours mettre des barrières, des paramètres sur soi-même.

Je me suis construit mes propres barrières intellectuelles. Même au moment où le danger était extrême je restais toujours conscient de qui j’étais. C’est comme le jonglage, il faut être suffisamment proche tout en restant très éloigné. En prenant trop de distance on ne peut plus rentrer dans leur monde et être efficace. Il faut donc s’investir au maximum.

°°°
Atlantico: Les nouvelles technologies ont tout bouleversé dans le renseignement. Pour vous piloter un drone c’est comme jouer à un jeu vidéo : en appuyant sur un bouton on tue des personnes. Comment l’infiltration va-t-elle être affectée par celles-ci ?

Edward Follis :Il faut se souvenir de ceci: nous sommes dans un monde de guerre. Il y a la Syrie, des dictatures, Birmanie, des tueries de masse, un nombre énorme d’ennemis qui ont essayé de prendre le contrôle de l’horreur et de profiter du malheur des autres. C’est pour cela qu’il est très important que l’Ouest de l’Europe, l’Australie, les Etats Unis, le Canada continuent à respecter le droit. Quand le droit est absent, nous sommes en plein chaos. Quand le chaos arrive, le pire chez l’être humain arrive et les plus faibles en souffrent. Notre système judiciaire c’est ce qui nous définit en tant qu’individus en Europe de l’Ouest, aux Etats Unis, au Canada. L’utilisation de nouvelles technologies pour tuer ne revient qu’à se débarrasser de quelques personnes. Ce n’est pas le genre de procédé admissible dans un tribunal. Au contraire, tous les infiltrés doivent avoir une passion  qui peut les amener devant un jury et accepter de témoigner. Il faut avoir envie d’être sur une estrade après avoir prêté serment. Si on ne veut pas faire ça, c’est le moment d’être un garde du corps ou tout autre job. Il faut avoir la volonté de côtoyer les bandits, être dans la même pièce qu’eux, gagner leur amitié, comprendre leur fonctionnement, leur financement, comment ils blessent des gens, comment ils transportent de la drogue, tout leur business model. Après tout cela il faut aller dans un tribunal et témoigner devant un juge.

Les nouvelles technologies étaient souvent utilisées pour le maintien de l’ordre. Elles peuvent capturer des dialogues, des infos, des images, des vidéos. Mais pour que les nouvelles technologies soient utilisées pour le maintien de l’ordre, avec notamment l’enregistrement d’une conversation, il faut une autorisation judiciaire. C’est alors admissible, mais il faut quelqu’un derrière les nouvelles technologies. Il faut surtout se rappeler qu’il est difficile d’avoir une influence réelle dans un groupe ou une organisation criminelle.

 On ne peut pas rejeter l’élément humain ainsi que le côté procédural. Les militaires eux oui bien entendu ils peuvent tout démolir, absolument rien laisser. Ils peuvent tout démolir ça ne pose pas de soucis.
°°°

Atlantico: Après avoir lutté toute votre vie contre le trafique de drogue quel bilan peut on faire ? Où en est-on ? Va-t-on réellement en finir un jour avec ?

Edward Follis : L’héroïne, la méthamphétamine, la LSD, l’ecstasy, toutes ces drogues volent des âmes. Elles détruisent totalement la vie des gens. Parce qu’une fois addicts, ils ne pensent à rien d’autre dans leur vie. A chaque moment de leur vie. Elles détruisent tout sur leur passage : des vies, des carrières, des familles, des corps. Les drogues dites plus douces comme l’alcool, le café, la marijuana, n’ont pas le même impact. Les gens peuvent l’observer. Je pense qu’aux Etats Unis avec la marijuana médicale qui devient de plus en plus à la mode, cela devient logique qu’elle devienne légale. Elle doit être régulée par nos représentants et notre gouvernement. Je ne connais absolument personne qui a un minimum de jugeote qui voudrait que les drogues dures soient légales puisqu’elles détruisent les gens.

Je pense que l’éducation et la prévention sont absolument impératives. Elles vont équiper des gens avec un savoir. Mais combien de personnes peuvent réellement contrôler leurs pulsions ? Tout le monde a une addiction. Ça peut être l’alcool, les cigarettes, des films, l’internet, des jeux vidéo, un voyage, foot, baseball. Les gens ont une satiété. Le problème c’est quand on satisfait son appétit avec des drogues dures. Ces moments de satisfaction peuvent aboutir à un esclavage. Pas besoin d’être un scientifique pour savoir ça. Quand j’étais petit, j’avais déjà de la peine pour les addicts. Ce sont toutes les organisations de narco terrorisme qui en profitent. Il n’est pas possible de prendre de la drogue sans être totalement addict. Je suis très fier d’avoir pu passer ma vie dans une mission aussi noble que la lutte antidrogue.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-infiltration-reste-moyen-plus-efficace-pour-demanteler-organisation-narco-terroriste-et-utilisation-drones-changera-2413679.html#idXGCR3KtHsXjmH8.99

°°°°

°°°°

Gérard Schoen à partir de la minute 4.15

0000000000000000000000000000000000000000000000
Décès d'un agent des douanes dans le Var
Michel SAPIN et Christian ECKERT témoignent aux familles de leur soutien et de leur émotion.

Un terrible évènement vient de nouveau frapper la communauté douanière déjà endeuillée lors des attentats de Paris du vendredi 13 novembre 2015.

Le 23 novembre 2015, à Toulon, alors qu’ils effectuaient une opération douanière de lutte contre le trafic d’armes, des agents de la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières de Marseille se sont présentés au domicile du destinataire d’un colis contenant une culasse d’arme automatique. En descendant de son appartement pour réceptionner le colis, le destinataire présumé a fait feu immédiatement sur les agents des douanes. L’un d’eux est décédé et l’autre blessé au bras.

Dans la course poursuite qui s’est engagée, un policier de Marseille a également été blessé.

La personne en cause a été interpellée.

Dans un message qu’ils ont immédiatement adressé aux agents des douanes, le ministre des finances et des comptes publics, Michel sapin, et le secrétaire d’Etat au budget, Christian Eckert, ont fait part de leur soutien aux agents des douanes.

Hélène Crocquevielle, la directrice générale des douanes a fait part de son émotion et de l’émotion ressentie par toute la communauté douanière.

Le communiqué de presse ministériel

Auteur : Bureau de l’information et de la communication
0000000000000000000000000000000000000000000

A.Hernando

Lunes, 23 de noviembre del 2015 – 12:26

  • El tiroteo ha ocurrido en el distrito de Saint-Jean-du-Var, en Toulon.
  • Dos policías han resultado también heridos.
Un funcionario de aduanas de Toulon, en Francia, ha muerto este lunes en un tiroteo desencadenado por un registro, según ha informado la prensa internacional. El tiroteo se ha producido después de que la policía acudiera a la casa del presunto asesino, que estaba siendo vigilado por los servicios de aduanas.

El hombre, que ha sidoarrestado, ha abiertofuego con un m16 al tratar de huir de las autoridades. En eltiroteotambién han resultadoheridos dos agentes de Policía, según ha informadoelportalfrancés Var-matin.

Las primeras informaciones apuntan a que el detenido estaba implicado en una operación de venta ilegal de armamento y tenía un largo historial. Asimismo, el fiscal y el asistente de Dirección Departamental de Seguridad Pública se han desplazado al lugar donde se ha producido el tiroteo, que ha sido acordonado.

http://noticias.lainformacion.com/atentados-en-paris/muere-un-funcionario-de-aduanas-frances-en-un-tiroteo-en-toulon_XEB6OeyqaIWArYJgcnt473/

0000000000000000000000000000000000000000000

Frankreich: Zöllner bei Razzia in Toulon getötet (Bild: APA/AFP/Franck Pennant)Frankreich: Zöllner bei Razzia in Toulon getötet

Bei einer Razzia in der südfranzösischen Stadt Toulon ist Berichten zufolge ein Zöllner getötet worden. Ein weiterer Zöllner und ein Polizist wurden verletzt, wie das Finanzministerium mitteilte. Der Schütze habe mit einem Sturmgewehr auf die Beamten gefeuert, als diese Montagfrüh sein Haus wegen des Verdachts auf Waffenschmuggel durchsuchen wollten, berichteten französische Medien.

http://www.krone.at/Welt/Frankreich_Zoellner_bei_Razzia_in_Toulon_getoetet-Schuetze_verhaftet-Story-483510

000000000000000000000000000000000000000

La justice dominicaine a émis un mandat d’arrêt contre trois Français , le député européen Aymeric Chauprade, Christophe Naudin, criminologue et spécialiste de la sûreté aérienne, et Pierre Malinowski pour leur participation à l’évasion de République dominicaine de deux pilotes français condamnés à la prison dans une affaire de trafic de drogue, dite Air Cocaïne.

IINTERPOL

WANTED

°°°

               Aymeric Chauprade                                                                                       Christophe Naudin

Pierre Malinowski (au milieu)

source: http://www.liberation.fr/direct/element/bruxelles-en-etat-dalerte-presidentielle-en-argentine-air-cocaine-le-point-sur-lactu-ce-matin_24271/

0000000000000000000000000000000000000

 

Méthode connue et utilisée depuis des décennies sur les plages de Belgique et des Pays Bas

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

LE MONDE | 23.11.2015 à 11h31 • Mis à jour le 23.11.2015 à 11h33 | Par Luc Leroux (Marseille, correspondant)

La torpille chargée de drogue saisie à Rotterdam en avril 2013.

Les narcotrafiquants rivalisent d’imagination pour importer la cocaïne en Europe. Le procès de l’affaire « Torpille », qui se tient du lundi 23 novembre au 30 novembre devant le tribunal correctionnel de Marseille, illustre cette ingéniosité.

En avril 2013, l’équipe de délinquants chevronnés s’apprêtait à récupérer dans le port de Rotterdam un long tube d’acier contenant 101 kg de cocaïne. La « torpille » était soudée, sous la ligne de flottaison, à l’arrière de la coque du Laguna-D, un chimiquier néerlandais en provenance du Venezuela, via l’île de Curaçao. Marc Armando, tête pensante de l’opération, Lofti Bengadim et Samir Laribi avaient été arrêtés à proximité du navire. Ils étaient en possession d’un impressionnant matériel de plongée professionnelle, dont deux propulseurs pour se déplacer sous l’eau et deux parachutes de levage, chacun permettant la remontée d’une charge d’une centaine de kilos. Suffisant pour ramener à la surface ce tube d’acier de trois mètres de long et trente centimètres de diamètre contenant 79 paquets de drogue. D’autres interpellations avaient eu lieu en Corse et dans les Alpes-Maritimes.

Depuis une dizaine de mois, cette bande de Corses et de Niçois ne quittait pas les radars des magistrats de la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille. Le 17 juin 2012, à 3 heures du matin, des gendarmes maritimes étaient intervenus, en pleine « séance de répétition générale ». Les militaires avaient été alertés…

la suite http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/11/23/une-torpille-pour-importer-de-la-cocaine-en-europe_4815592_1653578.html

0000000000000000000000000000000000000000000000

French customs officer killed in Toulon shooting A customs officer was shot dead on Monday in Toulon. Photo: France 3/Screenshot
French customs officer killed in Toulon shooting

Published: 23 Nov 2015 12:13 GMT+01:00

The shooting occurred in the Saint Jean du Var neighbourhood of the Riviera town of Toulon on Monday morning.

According to reports the shooting happened during an operation to target arms traffickers.

During the raid, a gunman pulled out an16 assault rifle and began firing on customs officers.

One was killed and another was let seriously injured. There were also initial reports that two police officers were also hurt.

A spokeswoman for France’s customs force, known as the Douanes, told The Local that their officers delivered a package containing part of an automatic weapon to the man’s address, with the intention of making an arrest.

« He answered the interphone but when he came downstairs to pick up the parcel he just opened fire, killing one officer and seriously injuring another, » said the spokeswoman.

« There was then a short chase with police, during which an officer was injured. »

The man is not thought to have been known to police nor was he the subject of a « File S » fore radicalisation.

« It was a fairly routine operation that we carry out all the time to target drug or arms trafficking, » said the spokeswoman.

A police source told BFM TV the shooter was later arrested although another man is believed to be on the run, although the spokeswoman for France’s customs police could not confirm this.

Since the Paris terror attacks on November 13th police have carried out hundreds of raids across the country, many of which have been targeted at arms traffickers, although Monday’s operation was not part of this crackdown.

The French government has been under pressure increasing to stop the flood of arms into the country and to prevent them ending up in the wrong hands.

Dozens of weapons have been seized, including a rocket launcher during one raid in Lyon.

In the Paris region alone nearly 300 searches have been carried out, police chief Michel Cadot said on Monday.

He added there were 10,200 police and 6,400 soldiers deployed across the region that includes the capital — prioritising stations, airports, large public spaces, government buildings, cultural sites, media companies and hospitals

The Local/AFP (news.france@thelocal.com)

source: http://www.thelocal.fr/20151123/toulon-french-customs-official-killed-in-shooting

0000000000000000000000000000000000000000000000

La rue Alfred de Musset, à Toulon (Var), où a éclaté une fusillade lundi 23 novembre.

La rue Alfred de Musset, à Toulon (Var), où a éclaté une fusillade lundi 23 novembre. (GOOGLE STREET VIEW / FRANCETV INFO)

Toulon : un douanier tué par balles lors d’une opération liée au trafic d’armes

Mis à jour le 23/11/2015 | 14:36 , publié le 23/11/2015 | 11:57

Pascal Robinson, agent de la DNRED (Douane française) a été tué, lundi 23 novembre, lors d’une intervention dans le cadre d’une enquête pour trafic d’armes dans le quartier de Saint-Jean-du-Var à Toulon (Var). L’agresseur, qui possédait un gilet pare-balle, aurait ouvert le feu avec une arme de type M-16, le fusil d’assaut de l’armée américaine, retrouvée sur les lieux, a précisé le procureur de Toulon, Xavier Tarabeux.La fusillade a eu lieu alors que les douanes effectuaient une « livraison surveillée ». Les douaniers de Marseille se sont fait passer pour le transporteur afin de livrer un colis commandé à l’étranger contenant une culasse d’arme automatique, a dnredprécisé une source policière. Le tireur a été interpellé à proximité après avoir tenté de prendre la fuite.
Deux policiers blessésSelon le syndicat Alternative police-CFDT, cinq douaniers sont intervenus à 10h30 pour ce « coup d’achat » dans un appartement quand l’un d’eux a été tué par un homme armé d’un pistolet de type Glock.A ce stade « aucun élément recueilli » par les enquêteurs ne permet de relier ces faits à un éventuel acte terroriste, a-t-il souligné. Un deuxième douanier a été blessé par ces tirs, et transporté en urgence à l’hôpital à l’arrivée des secours. Un policier a également été blessé par balle, plus légèrement, au bras, lors de l’interpellation.Le tireur, âgé de 33 ans, connu de la justice pour des affaires d’usage de drogue et d’outrage à des policiers, a été placé en garde à vue. Les tirs ont eu lieu en bas de l’immeuble de l’agresseur, dans la rue Alfred de Musset, selon Var Matin.

http://mobile.francetvinfo.fr/faits-divers/toulon-un-douanier-tue-par-balles-lors-d-une-operation-des-douanes_1188667.html#xtref=acc_dir

Posté avec WordPress pour Android

PLUS http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/11/23/01016-20151123ARTFIG00096-toulon-un-douanier-tue-par-un-homme-arme.php

00000000000000000000000000000000000000000

Dimanche midi ; nous suivons sur ce blog depuis jeudi soir un des grands scandales de la Ve République, qui n’intéresse presque personne.

En effet, le gouvernement a refusé la liste des djihadistes français ayant opéré en Syrie proposée par le gouvernement syrien – celui-ci demandant qu’on arrête d’appeler à l’assassinat de Bachar-al-Assad, et qu’on rouvre notre ambassade à Damas (comme le font beaucoup d’autres pays de l’Union Européenne…).

Rappel Épisode 1

En fait, je viens de voir que tout a commencé dès le 16 novembre, sur Radio Classique, où l’ancien chef de la DST/DCRI balance sévèrement :

2’53 : Squarcini : Surtout, surtout, nous n’avons plus aucun contact avec les services secrets syriens, où tout se passe !

Durand : C’est ça la faille ?

Squarcini : Ben, il y a un problème opérationnel ! Vous ne pouvez pas connaitre le nom des Français qui sont en Syrie si vous ne discutez pas avec vos homologues syriens !

Durand : Donc ce qui fait que cette affaire n’a pas pu être empêchée, c’est l’absence d’informations à la source ?

Squarcini : Je pense qu’il a une faille au niveau de la source. […] il a manqué beaucoup d’éléments […]

Durand : Mais quand on entend ce qui a été dit aux jeunes gens au Bataclan, on a clairement entendu « C’est à cause de l’intervention française en Syrie que vous allez tous mourir ! »

Squarcini : C’est aussi dans le communiqué [de revendication de Daech], où le Président est ciblé nommément, et nos frappes également. Mais lorsqu’on va faire la guerre à l’extérieur, on rassure d’abord et on met des sacs de sable d’un certain niveau sur notre territoire national pour que les Français puissent vivre au quotidien sans aucun problème !

Traduction : “Sombre idiot, quand tu vas bombarder des terroristes, que ça va fâcher, assure-toi d’avoir mis toutes les chances du côté de ta population en récoltant le maximum de renseignements ! As-tu compris maintenant ce que j’ai longuement essayé de t’expliquer il y a deux ans ?”

J’imagine que Squarcini s’est attendu à une polémique, et/ou, vu le choix du lieu assez confidentiel (423 vues pour la vidéo… Mais bon, on s’intéresse plutôt ) et la mesure de ses propos, à avoir rapidement des signes d’une évolution de l’exécutif, façon “je préviens gentiment, mais bougez vite”.

Je rappelle enfin que si Squarcini a été nommé par Sarkozy, s’il y a bien une personne qui a intérêt à ce qu’il n’y ait pas une commission d’enquête, c’est Sarkozy, qui a ruiné la Libye, qui a rompu les relations avec Assad et fermé notre ambassade, et qui palpe l’argent du Qatar. Fin des théories conspirationistes envers Squarcini (c’est lourd), ou alors avec des preuves solides, merci.

(PS : au passage, soutien total à nos as du renseignement, hélas guidés par des aveugles…)

Rappel Épisode 2

On comprend avec le recul que le gouvernement a dû refuser toute évolution la semaine passée, d’où le fait que Squarcini ait sorti la sulfateuse jeudi dans Valeurs actuelles :

Vous avez proposé à votre ancien service il y a deux ans de lui transmettre une liste des Français qui combattent en Syrie. Pourquoi a-t-il refusé ?

Il y a déjà deux ans, les services syriens m’avaient effectivement proposé une liste des Français combattant en Syrie. j’en avais parlé à mon ancien service qui en a rendu compte à Manuel Valls. La condition des Syriens était que la France accepte de coopérer à nouveau avec leurs services de renseignements. On m’a opposé un refus pour des raisons idéologiques.

C’est dommage car la proposition était une bonne amorce pour renouer nos relations et surtout, pour connaître, identifier et surveiller tous ces Français qui transitent entre notre pays et la Syrie. Résultat : on ne sait rien d’eux et on perd beaucoup de temps en demandant des informations aux agences allemandes, qui sont toujours restées sur place, mais aussi jordaniennes, russes, américaines et turques. On n’est absolument plus dans le concret.

Accusations gravissimes confirmées par un ancien ponte de la DGSE (ces gens là essayant de nous protéger, eux, que voulez-vous…).

Précision : des indiscrétions laissent à penser (et c’est logique), que Valls a d’abord accepté, mais que finalement, c’est Ayrault qui, forte sur pression de Fabius, a refusé, obligeant Valls a refuser. C’est Fabius qui depuis le début tient ces positions talibanesques délirantes – ce type n’a rien à faire au Quai d’Orsay, où il est évidemment largement “déploré”. Hollande est dans cette histoire comme habitude, insignifiant.

Rien d’étonnant sur le fond, c’était fièrement proclamé par Fabius, si on sait lire entre les lignes :

Mais sommes-nous tous d’accord ?

(d’autant que M. Fabius semble surtout avoir choisi les deux quand il copine les dictatures de l’Arabie ou du Qatar qui soutiennent le terrorisme…).

.

Lire : L’Arabie ? Un Daech qui a réussi

============================================================

Le Drian : la décence, c’était avant…

Je vais passer très vite sur la panne de décence du fait que, non content de ne pas avoir démissionné après le naufrage historique de la semaine passée (pour que même Slate le dise… Mais comme je le dis, la propagande, la fabrication du consentement c’est bien gentil, mais encore faut-il ne pas mourir sur le chemin du journal…)…

… le ministre de la Défense vient nous expliquer que, bien entendu, il reste candidat aux régionales (faut pas abuser, on ne va pas se laisser détourner de ses objectifs vitaux par une petite guerre), et que surtout, aucun souci, s’il gagne, eh bien il restera au ministère en cumul des mandats (si Hollande le veut – inch’Hollande)

============================================================
Le Scandale d’État non seulement confirmé mais amplifié !

Mais le vrai sujet est la suite du scandale d’État.

Eh bien, trèèèèèèèèèèèèèèèès timidement un journaliste du Monde a posé une petite question à M. Le Drian (il n’allait quand même pas mettre sur la table les accusations des pontes de la DST et DGSE, le Monde on a dit…) qui dans une interview lamentable a montré qu’il n’a toujours rien compris à la situation, sur plusieurs sujets, le principal étant sans doute celui-ci :

7’53 Le Drian : dans cette affaire de la lutte contre cette armée de l’ombre [OB : mais comment on peut être aussi con ?], tout le monde a besoin de tout le monde

8’40 Le Drian : la nouveauté par rapport aux États-Unis, c’est qu’il y a eu une accélération de la transparence dans le renseignement militaire

9’15 Le Drian : le renseignement c’est aussi un outil de souveraineté

———–

9’45 Journaliste : Est-ce que vos services reparlent avec les services du gouvernement syrien, de Bachar al-Assad ?

Le Drian : Ce n’est pas à l’ordre du jour.

Elkabach : Est-ce que ça pourrait le devenir ?

Le Drian : Pas pour l’instant.

(fin du passage, ils partent sur  un délire sur la Russie qui changé de position (sic.)…)

Sidérant…

Bref, on aura facilement la liste des djihadistes français qui sont allés combattre… aux États-Unis.

Je vous rappelle les paroles de Bachar al-Assad, à propos de la politique “Donne-moi ta montre, je te donnerai l’heure” de Hollande :

« Comment voulez-vous qu’il y ait coopération à partir du moment où vous refusez tout autre contact, où il n’est pas question de rouvrir votre ambassade et encore moins de faire une déclaration reconnaissant l’actuel régime syrien comme légitime ? À partir du moment où Hollande et Fabius font de mon élimination une condition sine qua non, ils ne peuvent pas me demander d’échanger avec eux. En fait, leur contradiction profonde, c’est qu’ils combattent le terrorisme d’une main et le soutiennent d’une autre, en fournissant armes et matériel à une opposition qui n’a strictement rien de modéré et encore moins de laïc. Nous avons actuellement en Syrie 20 000 djihadistes étrangers qui combattent au sein de Dae’ch, d’Al-Nosra ou autre, et vous savez parfaitement bien qui les finance. » […]

L’Occident a combattu de toutes ses forces la nation arabe : aujourd’hui, elle a en face d’elle l’islamisme wahhabite et nous en payons tous le prix.»

Si j’insistais autant depuis 3 jours, c’est que, connaissant bien les mentalités de ces gens-là, je craignais bien qu’il soient assez fous pour s’entêter, et ne pas renouer des contacts au plus vite avec la Syrie, pour tenter de déjouer tout nouvel attentat.

Je pense au fond de moi qu’ils n’en sont tout simplement psychologiquement pas capables. Cela implique de n’avoir aucun afect, mais que de la raison – or ces gens, c’est le contraire, signe de notre époque. Faites d’ailleurs le ratio émotion / raison dans les médias, c’est éloquent.

Certes peut-être que des contacts se nouent en ce moment, mais aucun geste apparent n’a été fait par Hollande.

Si on voulait renouer, Hollande n’avait qu’à prétexter que, “bien qu’aucune faute n’ait été commise” (heum heum), la situation exige un renouveau politique. Je remplace M. Fabius par M. Védrine, et nous rouvrons notre ambassade à Damas, pour rejoindre beaucoup d’autres pays de l’Union. La France maintien son souhait d’un processus démocratique à la fin de la guerre, où les Syriens décideront librement et par eux-mêmes de leur avenir, blablabla”.

Ce n’est pas fait, ils semblent donc persister à nous mettre en risque par idéologie, à ne pas écouter.

Bien sûr, rien ne dit qu’avoir des renseignements syriens empêcherait le prochain attentat, mais rien ne dit non plus le contraire, et, personnellement, j’apprécierais qu’on ne prenne aucun risque avec ma sécurité. Comment dit-on déjà ? Ah oui, “Tout le monde a besoin de tout le monde.”

Si vous voulez comprendre les racines de la crise syrienne, pour bien comprendre quelles peuvent en être les issues, lisez ici l’analyse de cet ancien ponte de la DGSE.

Première réaction ce matin de Jacques Raillane , alias “Abou Djaffar”, ancien analyste de la DGSE, spécialiste du renseignement et de la lutte contre le terrorisme :

Journalistes, pourquoi rester complices de ce silence ? Cela mérite enquête et débat !

Il y a un moment où le silence devient criminel. Pensez aux victimes et à leurs familles !

On ne parle pas Politique, on parle Sécurité, de nous tous, et Construction de notre avenir
Bonus

11’30 Le Drian Jusqu’où va l’évolution des Russes ? Il faudra le vérifier avec M. Poutine. Car si nous sommes dans une coordination, cela veut dire que la Russie frappera Daech, et ne frappera plus l’Armée Syrienne Libre !

Selon l’universitaire Frédéric Pichon (docteur en Histoire contemporaine. Ancien élève de l’IEP de Paris) :

“L’Armée Syrienne Libre a été une franchise commode. Elle était composée des mêmes combattants qui aujourd’hui sont dans le Front islamique, financé par les Saoudiens, ou des combattants du Front al-Nosra ou des groupes affiliés à Al-Qaida. Il y a toujours eu une grande porosité entre ces groupes de combattants. On a essayé de nous vendre une fiction de « modérés » au sein de l’ASL, à laquelle de nombreux experts n’ont jamais cru. Je comprends que pour un certain discours, il fallait dire que l’on soutenait des nationalistes, mais on ne les a jamais trouvés. Il y avait des Syriens, des hommes libres qui se revendiquaient de l’ASL. Ils allaient du salafiste bon teint au djihadiste, en passant par des gens qui défendaient leur quartier ou leur village.”

Un commandant de “l’Armée Syrienne Libre” :

Merci pour ce moment M. Le Drian… Je me sens en sécurité grâce à vous, renvoyez 10 militaires de plus patrouiller dans les couloirs du RER, c’est super utile.

============================================================
Médias

Hier, chez Ardisson, on a parlé (enfin, on l’a effleuré) du scandale (ben, s’il ne reste qu’Ardisson pour s’informer…).

23’55 : le journaliste de Valeurs Actuelles sort la bombe.

http://player.canalplus.fr/embed/?param=cplus&vid=1332809

Réaction d’Ardisson : “Alors, on continue, bla bla bla”

On a eu aussi le Figaro

Source : Tristan Quinault Maupoil, pour Le Figaro, le 20 novembre 2015.

LE SCAN POLITIQUE – Selon l’ancien directeur central du renseignement entre 2008 et 2012, Manuel Valls a refusé une liste de djihadistes proposée par la Syrie. Des députés demandent des explications.

Par opposition au régime de Bachar el-Assad, la France a-t-elle refusé une liste de djihadistes Français qui combattent en Syrie? C’est ce qu’assure Bernard Squarcini, l’ancien directeur central du renseignement entre 2008 et 2012. Il explique à Valeurs Actuelles: «Il y a déjà deux ans, les services syriens m’avaient effectivement proposé une liste des Français combattant en Syrie. J’en avais parlé à mon ancien service qui en a rendu compte à Manuel Valls. La condition des Syriens était que la France accepte de coopérer à nouveau avec leurs services de renseignements».

«On m’a opposé un refus pour des raisons idéologiques. C’est dommage car la proposition était une bonne amorce pour renouer nos relations et surtout, pour connaître, identifier et surveiller tous ces Français qui transitent entre notre pays et la Syrie», regrette l’ex-haut fonctionnaire. «Résultat: on ne sait rien d’eux et on perd beaucoup de temps en demandant des informations aux agences allemandes, qui sont toujours restées sur place, mais aussi jordaniennes, russes, américaines et turques. On n’est absolument plus dans le concret», ajoute encore Bernard Squarcini alors que certains des terroristes impliqués dans les attentats de la semaine dernière avaient justement transités par la Syrie. Une déclaration qui a été aussitôt relayée par Jean-Frédéric Poisson (LR) et Gilbert Collard (FN). Dans deux questions écrites distinctes adressées à Manuel Valls, les députés demandent des explications. Légalement, le premier ministre a deux mois pour y répondre.

«Caractère sensible et grave de cette allégation»

«Le caractère extrêmement sensible et grave de cette allégation réclame des réponses: cette allégation est-elle fondée? Ce refus a-t-il eu des conséquences sur la capacité de la France à connaître plus précisément les connexions entre les français partis en Syrie et les réseaux islamistes présents sur notre territoire?», demande ainsi Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien démocrate, militant d’un rapprochement de la France avec Bachar el-Assad. Ce dernier a d’ailleursrencontré deux fois le raïs syrien en 2015. Dans le même texte, le député des Yvelines demande au gouvernement de réouvrir son ambassade à Damas, fermée après le début de la révolution syrienne.

Auprès de Paris Match, le député Olivier Marleix (LR) parle d’un «refus d’une extrême gravité». «Quoi qu’on pense de Bachar el-Assad, puisque nous sommes en guerre, on ne refuse pas des informations aussi vitales! Nos services se sont privés de contact indirect avec les services syriens», complète l’élu de l’Eure-et-Loir qui justifie donc de réclamer une commission d’enquête parlementaire.

À suivre (?)

https://www.les-crises.fr/le-gvnmt-est-il-pret-a-nous-sacrifier-par-ideologie/

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000000000000000

La justice dominicaine a également lancé deux mandats contre Christophe Naudin, criminologue et spécialiste de la sûreté aérienne, et Pierre Malinowski, assistant parlementaire de Jean-Marie Le Pen et de M. Chauprade à Strasbourg.

Le Monde.fr avec AFP | 23.11.2015 à 05h29

La justice de la République dominicaine a annoncé dimanche 22 novembre avoir émis un mandat d’arrêt international contre trois Français dans l’affaire « Air Cocaïne » : le député européen Aymeric Chauprade, Christophe Naudin, criminologue et spécialiste de la sûreté aérienne, et Pierre Malinowski, assistant parlementaire de Jean-Marie Le Pen et de M. Chauprade à Strasbourg. Ces trois hommes sont recherchés pour leur participation présumée à l’évasion fin octobre de deux pilotes français, Pascal Fauret et Bruno Odos, condamnés en République dominicaine dans cette affaire.

Bruno Odos a déclaré début novembre à ses juges d’instruction marseillais que M. Chauprade, qui a quitté le Front national suite à cette affaire, avait accompagné M. Naudin lorsque celui-ci avait proposé aux deux pilotes un plan de fuite, après quinze mois de détention puis dix-sept mois d’assignation à résidence.

Les deux pilotes, anciens militaires reconvertis dans l’aviation d’affaires, ont été incarcérés à Marseille début novembre après quelques jours de liberté, à leur retour de République dominicaire. La justice française leur reproche trois vols transatlantiques destinés à acheminer de la cocaïne depuis les Caraïbes, dont le dernier, le 19 mars 2013, s’apprêtait à rapporter quelque 700 kg à l’aéroport de La Mole, à Saint-Tropez (Var).

Lire aussi : « Air cocaïne » : qui est Aymeric Chauprade ?

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/11/23/air-cocaine-mandat-d-arret-dominicain-contre-aymeric-chauprade_4815248_1653578.html

000000000000000000000000000000000000000000000000000


%d blogueurs aiment cette page :