Archives de décembre, 2015

Publicado: 27 dic 2015 00:53 GMT

Los especialistas señalan que la situación cambia muy rápido debido a la naturaleza de las organizaciones criminales que luchan entre sí.

 

La Administración para el Control de Drogas del Departamento de Justicia de EE.UU. (DEA) ha publicado en su página web un documento acompañado con un mapa que muestra las actuales áreas de influencia y control en el territorio mexicano de los carteles de la droga más potentes del país, que siguen siendo los mayores proveedores de cocaína, heroína, metanfetaminas y marihuana de EE.UU.

En la imagen se puede observar cuáles son los principales grupos armados que sumergen al país en extrema violencia luchando entre sí por el control del territorio: cartel de Sinaloa, cartel del Golfo, Los Zetas, cartel Jalisco Nueva Generación, Los Caballeros Templarios, cartel de Juárez y el cartel de Beltrán-Leyva.

Según la infografía creada, de acuerdo con los datos obtenidos por la DEA en abril del 2015, el cartel liderado por uno de los hombres más buscados del mundo, El Chapo’ Guzmán, el de Sinaloa, además del estado del que toma el nombre, ‘domina’ en los estados fronterizos con EE.UU. como Sonora y Baja California, Baja California del Sur y parte de Chihuahua.

DEA / RT

El cartel Jalisco Nueva Generación ‘controla‘ los estados del Pacífico y del Caribe, como Jalisco, Aguas Calientes, Nayarit y en la costa sur del país, Oaxaca y Chiapas, mientras que en la costa este se expande por Veracruz. Los Zetas, por su parte, siguen aterrorizando a Tabasco, Campeche, Puebla y Coahuila, Nuevo León y parte de San Luis Potosí en el norte.

Mientras tanto, el estado fronterizo con Texas (EE.UU.) se encuentra bajo el dominio del cartel del Golfo al igual San Luis Potosí, Quintana Roo y la turística península del Yucatán. Los Caballeros Templarios ‘mandan’ en algunas partes del estado de Michoacán, vecino al de Guerrero, ‘controlado’ por el cartel Beltrán-Leyva.

No obstante, los especialistas señalan que la situación podría haber cambiado debido a su « fluida naturaleza ».

https://actualidad.rt.com/actualidad/195294-mapa-areas-control-carteles-mexico

00000000000000000000000000000000000000000000000000000

Publicités
One of Britain’s ‘most wanted’ Simon Dutton arrested in Greece for alleged involvement in a cocaine crime gang
READ: http://www.independent.co.uk/news/uk/crime/one-of-britain-s-most-wanted-simon-dutton-arrested-in-greece-for-alleged-cocaine-crime-gang-a6790156.html
°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Simon Dutton, 39, was reportedly arrested in Thessaloniki on a European arrest warrant for for drug trafficking and participation in multimember criminal organisation
17:19, 28 Dec 2015 17:58, 28 Dec 2015

Wanted man - Simon Dutton
Wanted: Simon Dutton has reportedly been arrested in Greece

An alleged cocaine kingpin from Britain has been arrested in Greece, it has been reported.

Simon Dutton, 39, was reportedly arrested in Thessaloniki on a European arrest warrant for for drug trafficking and participation in a multimember criminal organisation.

Dutton, from Bolton, is said to be linked to the importation of cocaine from Spain into the UK and distributing throughout the North West.

He is wanted following a joint operation between Greater Manchester Police (GMP) and the Serious Organised Crime Agency (SOCA).

Seventeen people have been convicted as a result of the operation so far, with terms of imprisonment totalling in excess of 170 years and with cocaine to a value in excess of £1,600,000 taken off the streets.

Case: A Greek police handout picture of what was allegedly found on the suspect
Seized: Laptops that were seized

 

Greek news website Makthes reports he used 98 different identities to escape arrest in several European countries.

His profile on the National Crime Agency’s website describes him as dangerous and considered violent.

It adds: « Dutton is wanted in relation to the importation of cocaine from Spain into the UK and its subsequent distribution in the North West of England.

« The operation to target this criminality has seen 17 people convicted and sentenced to terms of imprisonment totalling in excess of 170 years; and cocaine with a street value in excess of £1,600,000 seized.

« Dutton has blue eyes. He also has a scar on his right side of his chin, scar on left hand and scar on right leg.

« Tattoo on right arm with the word ‘Rachel’. Tattoo running along inside left forearm. »

http://www.mirror.co.uk/news/world-news/british-cocaine-kingpin-behind-1600000-7082981

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000000000000000000000

Agentes del Servicio Federal de Control de Drogas en Rusia
El tráfico de cocaína a Rusia crece un 30% al año

© Sputnik/ Sergey Venyavsky
16:40 16.12.2015

El tráfico de cocaína hacia Rusia aumenta entre el 15 y el 30 por ciento anualmente, denunció este miércoles Víctor Ivanov, director del Servicio Federal de Control de Drogas (FSKN, por sus siglas en ruso).

« El contrabando de cocaína ha aumentado un 30 por ciento aproximadamente en los últimos años, con un crecimiento anual del 15 al 30 por ciento », dijo al intervenir en el Instituto de América Latina dependiente de la Academia de Ciencias de Rusia.

En lo que va de año, el FSKN se ha incautado de 1,2 toneladas de esta droga, informó el funcionario.

El responsable de la autoridad antidrogas de Rusia también alertó del incremento del tráfico de ‘spice’, la nueva droga sintética que últimamente ha sido responsable de decenas de muertes en el país.

El total de esta sustancia ilegal interceptada en Rusia se ha disparado 200 veces en la última década, señaló.

Según Ivanov, este año el servicio que encabeza ha intervenido en total unas 30 toneladas de estupefacientes, la misma cifra que se registró en 2014.

De esta cantidad, alrededor de 2 toneladas corresponden a heroína afgana, cifra que se mantiene sin cambios, mientras que las drogas sintéticas acaparan ya unas 6 toneladas, destacó.

http://mundo.sputniknews.com/rusia/20151216/1054890562/cocaina-rusia-trafico.html

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000000000000000


Syrian Hashish Harvest Workers Stranded in Lebanon

By Bill Weinberg · Mon Dec 28, 2015

 

We noted a year ago that ISIS was burning the cannabis fields in its areas of control in Syria (even as reports mount that the entire « Islamic State » army is hyped up on speed). In Lebanon’s hashish heartland of the Bekaa Valley, meanwhile, cannabis growers have been arming to defend their turf, crops and livelihood in case ISIS invades.

Now, both Reuters and National Public Radio have run reports over the past week on the plight of season migrant laborers who come from Syria to the Bekaa to help harvest cannabis and produce hashish—activities just winding down now. But those who have come this year from the Syrian province of Raqqa cannot return home. Raqqa is now controlled by ISIS, its eponymous provinicial capital the de facto capital of the « Islamic State. » And if word got out that these migrant laborers had worked in the hashish industry, they’d be marked for death.

Writes Reuters: « Wearing scarves over their faces to protect them from the crop, the women and their relatives work in fields of the sticky green, spiky-leafed plants. It is a job that migrant workers from neighboring Syria have done for many years, spending a few months a year in the region before returning home. Since the rise of Islamic State, it is now a task that could put them, and their family back in Syria, at risk of harm including death… » A teenaged laborer named only as Aisha said, « If Islamic State back home knew we work with hashish, they would cut us » with knives.

Most of the migrants have a small plot back home in Raqqa, where they’ve traditionally grown cotton and other legal crops. But now the markets have been cut off by the war—making them more dependent on seasonal work in the Bekaa. « Any job in Lebanon makes you $700 per month, but working with drugs can get you $10,000 a day,” said Sharif, a Bekaa landowner and cannabis grower.

A bitter irony is that these migrants—now perhaps permanently displaced—face discrimination in Lebanon because they come from Raqqa. Locals stigmatize them as « Daesh »—the popular Arabic pejorative for ISIS, the very oppressor they are fleeing. Talk about getting it from both sides.

http://www.hightimes.com/read/syrian-hashish-harvest-workers-stranded-lebanon

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000000000

Publicado: 28 dic 2015 00:30 GMT

El especialista en derecho y economía Edgardo Buscaglia, analiza el actual problema del narcotráfico en el ámbito político mexicano y asegura que la nación podría convertirse en un narcoestado.

« Existe una relación entre el dinero sucio en la política y la inacción y parálisis del Gobierno mexicano », asegura Edgardo Buscaglia, especialista de la Universidad de Columbia (EE.UU.) que se desempeña actualmente como presidente del Instituto de Acción Ciudadana de México.

En sus declaraciones para el diario ‘The Independent‘, el analista señaló que el Gobierno mexicano no ha tomado las medidas necesarias en lo que respecta al lavado de dinero producto del narcotráfico, en donde varias empresas se han visto involucradas porque, según él, estas financian las campañas políticas a nivel local, estatal y federal.

Entre las ciudades más afectadas por la corrupción y el lavado de dinero, en lo que Buscaglia ha denominado como « Pacto de impunidad », se encuentra Guadalajara, la segunda ciudad más grande del país, en donde el Departamento del Tesoro de los Estados Unidos has sancionado a un sinnúmero de empresas y establecimientos comerciales por este delito. El Gobierno de EE.UU. estima que cada año cerca de 30.000 millones de dólares producto del lavado de activos cruzan la frontera mexicana, mientras que la organización sin ánimo de lucro Global Financial Integrity, asegura que más de 50.000 millones de dólares en fondos ilícitos fluyen en México anualmente.

Buscaglia, considera que para enfrentar la corrupción política en México que incluye fraude fiscal, cohecho, tráfico de influencias, entre otros, se requiere una acción conjunta de las autoridades internacionales no solo contra el narcotráfico, sino también contra otros delitos como el secuestro, la extorción y la prostitución. Del mismo modo, es necesaria una mayor supervisión de las entidades gubernamentales que impidan el uso de dineros ilícitos en las finanzas públicas y en las campañas políticas. Sin embargo, mientras que no existan leyes más radicales en contra de aquellos que se involucran y el Gobierno y los medios de comunicación sigan ignorando la magnitud del problema, el dinero sucio seguirá inundando la economía.

https://actualidad.rt.com/actualidad/195347-narcotrafico-contaminar-democracia-mexico

Posté avec WordPress pour Android

000000000000000000000000000000000000000

lainformacion.com

Martes, 29 de diciembre del 2015 – 22:26

Bolivia militarizará la localidad de San Matías (este), fronteriza con Brasil, donde en los últimos meses se multiplicaron los crímenes por presumibles ajustes de cuentas, informó este martes el ministro de Defensa.

« El Presidente nos ha autorizado a las Fuerzas Armadas la militarización de San Matías en apoyo a la Policía Nacional », declaró a la prensa el ministro de Defensa, Reymi Ferreira.

Un total de 200 efectivos militares reforzarán la seguridad en San Matías que estaba a cargo de un grupo de cinco policías, según admitió el ministro de Gobierno (Interior), Carlos Romero.

« Los efectivos militares estarán subordinados a la acción de la Policía que es la que tiene competencia. Nosotros intervenimos como refuerzo al ser zona fronteriza y una zona muy peligrosa por contrabando, narcotráfico, trata de blanca y contrabando de madera que se ha ido dando en la zona », detalló el titular de Defensa.

En los últimos meses se registraron en San Matías varios asesinatos. El más reciente fue el de una funcionaria de la oficina de Migración, que celebraba Navidad en su domicilio.

Se presume que la mayoría de los asesinatos estarían motivados por ajustes de cuentas vinculados al narcotráfico.

Operativos antinarcóticos lograron además decomisar varios kilogramos de cocaína.

El ministro Ferreira precisó que la medida tendrá carácter temporal.

Tanto el representante del Defensor del Pueblo en Santa Cruz (este), como parlamentarios de oposición habían solicitado reforzar la presencia policial e incluso militar en la zona donde -a su criterio- el Estado había perdido presencia ».

gbh/ep

http://noticias.lainformacion.com/policia-y-justicia/narcotrafico/evo-morales-instruye-militarizar-frontera-con-brasil-por-aumento-de-crimenes_YvH6r3f6mBzzLsxKgg59k2/

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000000000000000000000

Par François-Xavier Gomez 29 décembre 2015 à 18:32
Anibal Fernandez (au volant) en 2010, a été mis en cause par un des évadés dans une interview. AFP
L’un des assassins échappés avait impliqué le chef de cabinet de la présidente Cristina Kirchner dans un trafic de drogue.

L’année 2015 avait commencé pour les Argentins avec la mort plus que suspecte, le 18 janvier, du procureur Alberto Nisman, qui menait l’enquête sur des attentats antisémites meurtiers à Buenos Aires en 1994. Elle s’achève avec une autre affaire qui mèle politique et criminalité : l’incroyable évasion, dimanche, de trois tueurs condamnés pour le triple assassinat, en 2008, de membres d’une supposée mafia revendant des produits pharmaceutiques. L’un des condamnés avait en juillet accordé une interview dans sa prison où il désignait comme parrain du narcotrafic rien moins qu’Aníbal Fernández, chef de cabinet de la présidente Cristina Kirchner entre 2009 et le mois dernier. L’accusation a pu peser lors des élections de novembre, à l’issue desquelles le candidat de droite anti-Kirchner Maurici Macri est devenu président. Quant à Aníbal Fernández, surnommé «le Morse» en raison de son épaisse moustache, il a perdu son duel face à la macriste María Angeles Vidal pour devenir gouverneur de la province de Buenos Aires.

Les trois condamnés à la prison à perpétuité, Victor Schillaci et les frères Cristian et Martín Lanatta, se sont fait la belle d’une prison de haute sécurité de General Alvear, à 200 km de Buenos Aires, avec une déconcertante facilité. Après s’être procurés une arme factice, ils ont menacé deux gardiens pour se faire ouvrir les portes et ont pris la fuite dans une voiture de l’administration pénitentiaire, en prenant un des matons en otage. Qu’ils ont libéré une fois dehors, avant de disparaitre. Le scandale est énorme en Argentine. La nouvelle gouverneure a dès lundi demis de ses fonctions la directrice provinciale des prisons, nommée par l’administration précédente. Le ministre de la Justice nouvellement nommé, Germán Garavano, a commenté : «Ma sensation, c’est que la fuite a à voir avec des strcutures de pouvoir mafieuses enkystées dans l’Etat, dans le cas présent le service pénitentiaire de [la province de] Buenos Aires.»

Le triple homicide de 2008 était lié à un trafic d’éphedrine, cet alcaloïde aux vertus dopantes bien connu des cyclistes, qui est aussi utilisé pour produire des drogues de synthèse, les méthamphétamines en particulier. Les trois victimes étaient liées à un distributeur de produits pharmaceutiques qui avaient fait fortune en revendant de l’éphédrine importée aux narcos mexicains. Leur société avait ainsi pu faire un don généreux à la campagne électorale de Cristina Kirchner, candidate en 2007 à la réélection.

François-Xavier Gomez

http://www.liberation.fr/planete/2015/12/29/argentine-scandale-politique-apres-une-triple-evasion_1423424

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000000000000000

USA: l’héroïne, nouveau front de la lutte antidrogue

Publié: 30 décembre 2015 par internationalinformant dans Drogues, INFOS
Tags:

Confrontées à une véritable épidémie de toxicomanie, en particulier chez les Blancs du nord-est du pays, les autorités américaines commencent à changer leur approche répressive en matière de stupéfiants.

De Newton (New Hampshire) – Quand Courtney Griffin prenait de l’héroïne, elle mentait, disparaissait de chez elle et volait de l’argent à ses parents pour satisfaire une addiction qui lui coûtait 400 dollars [375 euros] par jour. Sa famille payait ses dettes, n’a jamais porté plainte et a gardé le secret sur sa toxicomanie jusqu’à ce que la jeune fille succombe à une overdose l’année dernière. Lors de ses funérailles, ses parents ont décidé de rendre publique la réalité : leur fille, belle et brillante, qui avait tout juste 20 ans, qui jouait du cor au lycée et rêvait de vivre à Hawaii, avait été renvoyée du corps des Marines pour usage de drogue. Elle a fini par faire une overdose au […]

Katharine Q. Seelye

http://www.courrierinternational.com/article/etats-unis-lheroine-nouveau-front-de-la-lutte-antidrogue

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000000000000

MAROCLe dernier rapport de l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) indique que “le Maroc est toujours le premier producteur de résine de cannabis du continent africain, principalement à destination de l’Europe”. L’Afrique du Nord demeure la sous-région d’Afrique où ont été saisies les plus grandes quantités de résine de cannabis, note le rapport, qui précise que “ces prises ont été particulièrement importantes en Algérie, où elles sont passées de 53 tonnes en 2011 à plus de 211 en 2013”.

A Ketama, dans le nord du royaume, près de 80 000 hectares produisent annuellement 100 000 tonnes de kif brut, engendrant près de 2 milliards de dollars de revenus. Des superficies verdâtres s’étalent à l’infini. Au milieu des champs, un nombre incalculable de hangars de stockage, d’ateliers de fabrication de différentes variétés de “zetla” [cannabis], du “double zéro” à la “gabba”, comme on dit ici [pour désigner les qualités de fabrication]. Les lieux du seigneur sont inviolables ; il serait plus facile d’aller en touriste sur la Lune que de pénétrer dans ce site industriel à ciel ouvert. Au bord de la route, des bambins et des femmes aux tatouages bien visibles proposent de petites plaquettes de résine de cannabis à des prix concurrentiels – de petites quantités comme échantillon avant d’éventuelles commandes. Mais le gros trafic ne s’échafaude pas sur les trottoirs.

Marchandise convoyée à dos d’âne

Ketama est l’antre du diable, où l’on risque de vous fourguer de la drogue et de vous dénoncer aux barrages douaniers et de la gendarmerie royale, deux kilomètres plus loin. “Si la culture du kif est permise, le trafic est une autre histoire, c’est comme cela, tout est affaire de barons et d’argent, donc de complicités à tous les niveaux”, confesse un confrère marocain que nous appellerons Slimane. La nuit, ouverture des cieux des dieux… Selon une source très au fait de ce trafic, la production de Ketama prend deux destinations : l’Espagne et l’Algérie.

Des véhicules s’approvisionnent et sortent des plantations avec en moyenne deux quintaux chacun. Comme on sort d’une huilerie ou d’une cimenterie. Une fois le droit de passage payé, les véhicules avalent l’asphalte tranquillement en direction, en ce qui nous concerne, d’Oujda, capitale de l’Oriental [d’après le nom de la région frontalière], porte privilégiée sur cette Algérie généreuse. C’est là que la pègre négocie qualité, quantité, prix, date de passage…

Un âne dans la région de Ketama, au Maroc. PHOTO SEBASTIAN CEM/FLICKR/CC

La marchandise, convoyée de nuit ou à l’aube, généralement à dos d’âne, très peu à bord de véhicules à moteur, est acheminée jusqu’aux entrepôts des villages [algériens] avoisinants de Maghnia, Marsa Ben M’Hidi, Souani, Sebdou… Le convoyage de la drogue vers les villes d’Oran et d’Alger, vers l’est et le sud s’effectue d’une manière étudiée. Des voix désabusées par tant d’hypocrisie entourant l’ampleur de ce trafic indiquent : “Personne n’est dupe, les trafiquants achètent la route pour faire passer leur poison. Ici, nous sommes tous en situation de sursis, le pouvoir de l’argent peut nous broyer en un clin d’œil. Quant aux barons, les vrais, ceux qui font et défont les lois locales, ceux-là, on ne les voit pas.”

Il faut payer

Il est difficile de mettre en doute les propos de nos différents interlocuteurs, en ce sens que, pour traverser cette frontière officiellement fermée – tranchées, grillage, postes avancés de militaires, patrouilles de gendarmerie, douanes, brigades de lutte contre les stupéfiants, barrages fixes de différents services de sécurité…–, il faut payer. Tout le monde le sait et tout le monde se tait !

D’énormes quantités de drogue sont saisies à des kilomètres du tracé frontalier, souvent sur l’autoroute Est-Ouest, ou carrément dans le Sud algérien. Parler encore de frontière fermée, c’est ridicule ! Notre confrère marocain Slimane, toujours sous le sceau de l’anonymat, dans un sursaut d’orgueil, opine : “Tout compte fait, c’est bien beau de jeter l’anathème sur le Maroc, mais, s’il n’y avait pas d’acheteurs (les Algériens), il n’y aurait jamais de vendeurs (les Marocains) ! C’est un business qui rapporte à toutes les parties, et le trafic de drogue est universel…” Qui arrêtera les trafiquants ? Certainement pas les tranchées et le grillage…

Chahredine Berriah

http://www.courrierinternational.com/article/maroc-algerie-pas-de-frontiere-pour-le-cannabis

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000000000000000

En 2016, une nouvelle Assemblée générale des Nations-Unies sur la lutte contre la drogue est prévue. On consomme pourtant plus de produits stupéfiants que jamais. Et les pays sont toujours plus nombreux à enfreindre les législations internationales.

“Un monde sans drogues est possible.” Tel était le slogan (optimiste) de la dernière session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations unies consacrée à la lutte contre les stupéfiants. C’était en 1998. Dix-huit ans plus tard, le monde n’a jamais été aussi loin d’en finir avec la drogue. La consommation de cocaïne et de cannabis a augmenté de moitié, celle des opiacés a quasiment triplé, et une pléiade de nouvelles drogues synthétiques et dangereuses ont fait leur apparition. En 2016, une multitude de pays vont se réunir une nouvelle fois à New York pour une nouvelle Assemblée générale consacrée aux stupéfiants, la première depuis 1998.

LIRE: http://www.courrierinternational.com/article/legislation-la-guerre-contre-la-drogue-naura-pas-lieu?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000

MONTREAL — Border services officers say they have seized more than 1,300 kilograms of hashish at the Port of Montreal.

The Canada Border Services Agency says the drugs were found Dec. 10 in a marine container filled with boards of floating floor and wooden handcrafted furniture.

The hashish was concealed inside laminated floor pieces and was detected by River, a seven-year-old Labrador retriever trained to find drugs and firearms.

There were 3,046 packets of the drug.

The container had come from Malawi.

No arrests have been made as of yet.

http://m.metronews.ca/#/article/news/canada/2015/12/24/border-officials-seize-1-300-kilograms-of-hashish-at-port-of-montreal.html

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000000000000000000000

29/12/2015 18h40 – Atualizado em 29/12/2015

Droga localizada durante ação com a Receita Federal ia para a Europa.
PF ainda realiza operações para identificar os envolvidos no crime.

Do G1 Santos

PF apreendeu quase 300 kg de cocaína em navio atracado no Porto de Santos, SP (Foto: Divulgação/Polícia Federal)PF apreendeu quase 300 kg de cocaína em navio atracado no Porto de Santos (Foto: Divulgação/Polícia Federal)
°°°°°

Drogas estavam em navio que ia para a Europa (Foto: Divulgação/Polícia Federal)A Polícia Federal apreendeu 287 quilos de cocaína a bordo de um navio atracado no Porto de Santos, no litoral de São Paulo, na noite desta segunda-feira (28).

Drogas estavam em navio que ia para a Europa (Foto:
Divulgação/Polícia Federal)

De acordo com informações da PF, a droga estava escondida em oito bolsas de viagem, fracionada em 250 tabletes.

O entorpecente foi apreendido durante uma ação conjunta com a Receita Federal.

Ainda segundo a Polícia Federal, o navio onde a droga foi encontrada tinha como destino o continente europeu, sendo que a primeira parada seria na Espanha.

O contêiner frigorífico onde a cocaína foi localizada continha em seu interior diversas caixas com carne congelada.

Durante a apreensão do entorpecente, nenhuma detenção foi realizada. A Polícia Federal ainda realiza operações para identificar os envolvidos no crime.

http://g1.globo.com/sp/santos-regiao/noticia/2015/12/pf-apreende-quase-300-kg-de-cocaina-em-navio-atracado-no-porto-de-santos.html

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000000000

 Khadim FALL

Caïd du trafic de drogue dure au populeux quartier de la Médina à Dakar, Mamadou Lamine Keïta a été perdu par ses traces, vendredi dernier, par une descente inopinée des limiers de la Sûreté urbaine de Dakar. Filé, le trafiquant est tombé avec 6 képas d’héroïne qu’il venait d’acquérir à Grand-Dakar.

C’est sous l’impulsion de son nouveau patron, le commissaire El Hadj Dramé, qu’une traque ardue continue a ciblé, ces temps-ci, la Médina et ses environs. Une démarche qui a permis de localiser une bonne partie des principaux tenanciers de ce commerce illicite dans ce populeux quartier de la capitale,  informe « l’Observateur ». Et, dans ce lot, figure Mamadou Lamine Keita qui opère à la rue 6. Pour le mettre hors d’état de nuire avec sa marchandise nocive, un dispositif de surveillance et de filature a été mis en branle après l’avoir infiltré. Ce qui a permis aux limiers de savoir que le bonhomme se ravitaillait dans un autre quartier réputé abriter un intense trafic de drogue dure.

Filé à son insu, il sera appréhendé dans la journée de vendredi, à la rue 31X8. Les limiers ont découvert sur lui une quantité de 6 képas d’héroïne qu’il s’apprêtait à écouler dans le marché noir. Interpellé sur la provenance de la drogue, Mamadou Lamine Keïta a indiqué s’être approvisionné auprès de son fournisseur attitré opérant à Grand-Dakar. Finalement, il a été placé en garde-à-vue pour trafic d’héroïne.

http://m.pressafrik.com/Trafic-de-drogue-Le-caid-Mamadou-Lamine-Keita-tombe-avec-6-kepas-d-heroine_a144498.html

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000000000000000

Publié le lundi 28 décembre 2015 à 15:08

Deux principaux gangs ont la mainmise sur le trafic de drogues du quartier Gare à Luxembourg
Deux principaux gangs ont la mainmise sur le trafic de drogues du quartier Gare à Luxembourg
Photo: Lex Kleren

Les rues où évoluent les dealers sont les rues Joseph Junck, de Strasbourg ou l’avenue de la Gare; leurs transactions avec les consommateurs se font au vu et au su de tous, se shootant dans des cours ou devant des pas-de-porte.

 Deux réseaux majeurs sévissent

La police grand-ducale est consciente du problème et pense que deux réseaux majeurs contrôlent le trafic de drogue dans le quartier Gare.

Les deux gangs seraient originaires de pays d’Afrique de l’Ouest: le Nigéria et la Guinée. Les activités du réseau nigérian ont amené à plusieurs reprises la police à un café situé au milieu de la rue de Strasbourg. Le gang a depuis déplacé ses activités à l’avenue de la Gare, entre deux fast-foods.

Les trafiquants de Guinée se sont installés dans un restaurant de la rue Joseph Junck. Cependant, prouver la responsabilité des patrons de bars ou de restaurants dans le trafic de drogue n’est pas évident, celui-ci se déroulant généralement en pleine rue. Et les bars changent fréquemment de main.

Des rôles bien définis

Le procédé est toujours le même: un éclaireur fait le guet au coin de la rue pour signaler la venue éventuelle de la police. Les intéressés prennent contact avec ce « runner » comme on le nomme.

Un autre reçoit l’argent de la transaction et un troisième se charge de rapporter la marchandise en quelques instants. Cette répartition des tâches entre plusieurs personnes rend le travail plus ardu pour la police pour qui il devient beaucoup plus compliqué d’assembler des preuves. Les dealers ne transportent ainsi que de très petites quantités de drogues sur eux, rarement plus de six petits sachets d’héroïne ou de cocaïne.

Les drogues elles-mêmes arrivent au Luxembourg via les Pays-Bas et l’Espagne. Le gang nigérian est plutôt spécialisé dans la cocaïne et le guinéen dans l’héroïne.

Un travail difficile pour la police

Pour la police, traquer tous ces dealers n’est pas évident. La plupart d’entre eux ont des papiers en règle, italiens la plupart du temps. Mais seule une minorité est enregistrée comme résidente au Luxembourg. L’équipe chargée de combattre les drogues a vu ses effectifs réduits il y a plusieurs années et les policiers craignent que la réorganisation de leur service ne provoque encore une réduction des effectifs, ce qui fera la joie des gangs.

Dans le cadre de l’enquête, les drogues vendues au Luxembourg sont testées dans un laboratoire d’Etat à Dudelange, où des scientifiques analysent leur composition chimique. Les résultats montrent que l’héroïne et la cocaïne sont souvent coupées avec des substances comme le lactose, la caféine ou le paracétamol.

Parmi les diluants retrouvés fréquemment dans les drogues au Luxembourg, le laboratoire a trouvé du Levasimol, un médicament vétérinaire permettant de vermifuger les animaux domestiques et qui peut être dangereux pour les êtres humains.

https://www.wort.lu/fr/politique/quartier-gare-a-luxembourg-regard-sur-le-commerce-de-la-drogue-56813fa30da165c55dc5040e

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000000000000000000

Michaël D., un habitant de Flobecq âgé de 26 ans, a été placé dimanche sous mandat d’arrêt à Tournai. L’homme est en aveux.

Sous l’inculpation d’infraction à la loi sur les stupéfiants, Michaël D. a été écroué suite au mandat d’arrêt émis par la juge d’instruction, Mme Jacqueline Demol.

L’homme est en aveux, a indiqué lundi le parquet de Tournai. Le dealer, lui-même cocaïnomane, finançait sa propre consommation en revendant des stupéfiants. Depuis deux ans, il revendait de la cocaïne dans les régions de Flobecq, Ath et Lessines. L’individu a été interpellé le samedi 26 décembre dernier par les forces de l’ordre, lors d’un contrôle routier.

Dans sa voiture, les policiers ont trouvé 12 doses de cocaïne et d’amphétamines, une somme de 700€ ainsi que 25 grammes de cannabis. Une balance de précision a aussi été découverte lors d’une perquisition à domicile. «Jusqu’à ce jour, ce dealer n’était pas connu des services judiciaires», a précisé lundi soir Jean-Bernard Cambier, procureur du roi de division de l’arrondissement judiciaire de Tournai-Mons.

http://m.lavenir.net/cnt/dmf20151228_00756300

Posté avec WordPress pour Android

000000000000000000000000000

La droga llegó al puerto procedente de Republica Dominicana en 176 paquetes

Paquetes de cocaína incautados en el Puerto de Valencia

Imagen de uno de los paquetes incautados en el Puerto de Valencia.

Una operación conjunta de la Policía Nacional, la Guardia Civil y la Agencia Tributaria ha interceptado casi 100 kilos de cocaína que estaban ocultos en las puertas de cuatro contenedores procedentes de República Dominicana. La droga estaba distribuida en 176 paquetes camuflados en el interior de los travesaños de las puertas. En el operativo han sido detenidas seis personas, entre las que se encuentra el cabecilla de la organización, que contaba con varias empresas a su nombre.

La investigación se inició cuando los agentes detectaron la existencia de una organización que introducía en España contenedores con cocaína camuflada en su interior. Los investigadores averiguaron que el principal responsable de la red contaba con varias empresas a su nombre dedicadas a la importación de contenedores procedentes de Sudamérica.

Cuando los agentes descubrieron que el jefe de la banda había importado cuatro contenedores procedentes de República Dominicana cuyo destino era el Puerto de Valencia revisaron los envíos y hallaron el alijo.

  Tras intervenir la droga, los agentes detuvieron a seis de los implicados en una nave industrial de la localidad toledana de Olías del Rey. Cuatro de ellos tienen nacionalidad española y dos,  pasaporte marroquí. En la investigación han participado la Brigada Central de Estupefacientes, el Grupo de Estupefacientes de la Comisaría de Alicante, el EDOA de la Guardia Civil de Madrid y la Agencia Tributaria.

http://politica.elpais.com/politica/2015/12/29/actualidad/1451377752_387420.html

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000000000000

Publié le : mardi 29 décembre 2015 |
Saisie de 342,5 kg de cannabis cachés dans le réservoir d’essence
Saisie de 342,5 kg de cannabis cachés dans le réservoir d’essence | © Douane
Les douaniers de Nancy ont réalisé cette saisie lors du contrôle d’un poids lourd immatriculé en Espagne.

Le 21 décembre 2015, les douaniers de Nancy ont saisi 342,5 kg de résine de cannabis dans le réservoir d’un camion lors d’un contrôle sur l’autoroute A31. La marchandise est estimée à plus de 2 millions d’euros sur le marché illicite de la revente au détail de stupéfiants.

En contrôle sur l’autoroute dans le sens Nancy-Metz, les agents motocyclistes sélectionnent un poids lourd immatriculé en Espagne avec deux personnes à bord. Le chauffeur obéit à leurs injonctions d’arrêt et les suit jusqu’à l’aire d’autoroute la plus proche pour y être contrôlé.

Le chargement du camion s’avère entièrement vide. Les deux chauffeurs, de nationalité espagnole, affirment venir d’Espagne pour effectuer un dépannage de camion auprès d’une société luxembourgeoise. Les agents décident alors d’effectuer une fouille minutieuse du moyen de transport.

Après plusieurs heures de recherche, les agents des douanes se sont intéressés au réservoir extérieur droit du camion. Le poids lourd est donc conduit dans un garage afin de desceller puis extraire le réservoir de son support. Une fois l’opération effectuée, le réservoir est découpé.

A l’intérieur de celui-ci, les douaniers découvrent un caisson métallique dans lequel sont stockés plusieurs dizaines de paquets de tailles diverses contenant de la résine de cannabis. Au total, 342,5 kg de cannabis seront extraits.

Les suites judicaires ont été confiées à la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Nancy qui a saisi la Police judiciaire de Nancy pour la poursuite des investigations.

http://www.douane.gouv.fr/articles/a12665-saisie-de-342-5-kg-de-cannabis-caches-dans-le-reservoir-d-essence

Posté avec WordPress pour Android

000000000000000000000000000000000000000000

Une saisine exceptionnelle de 500 kg de résine de cannabis pour une valeur de 659 millions de F cfa par le bureau de douane de Nioro du Sahel!La drogue a été découverte le 24 décembre 2015 à bord d’un véhicule de marque Toyota Hilux en partance pour l’Algérie par le bureau principal de la douane de Nioro du Sahel.

Cette saisie exceptionnelle de 500 kg de résine de cannabis pour une valeur de 659 millions de F cfa a été acheminée au bureau régional de la Douane de Kayes, ce samedi 26 décembre 2015.

La saisie a été opérée à bord d’un véhicule Toyota Hilux vide. « C’est un jeune de 34 ans de nationalité marocaine qui était au bord d’un véhicule en touriste et qui demandait le laissez-passer. Comme d’habitude, nous avons passé aux fouilles de l’engin et nous avons constaté que le véhicule avait une charge. Ainsi, nous avons fait recours aux mécaniciens et c’est à l’issu de çà que nous avons fait cette importante découverte » a expliqué l’agent brigadier de Nioro, M. Sow
Selon le Directeur régional de la Douane de Kayes, cette saisie est particulière et rare « Ce produit n’est pas destiné à la consommation locale, c’est-à-dire ce produit est fabriqué au Maroc et est destiné à Europe d’où la particularité de ce produit. En plus c’est une nouvelle route des produits stupéfiants que nous venons de découvrir. En effet, en ce qui concerne ce produit, la route connue par nos services est Maroc-Europe. Le sens Maroc via Mauritanie-Mali pour l’Algérie, en direction de l’Europe est nouveau. Par ailleurs, la quantité saisi est importante et le mode opératoire ingénieux. C’est l’occasion de féliciter les agents saisissants pour leur vigilance » a précisé le Directeur régional, Amadou Konaté.

Cette saisie est la plus importante réalisée dans la région de Kayes depuis le début de cette année 2015. La valeur de la drogue appréhendée représente près de 659 millions de F cfa sur le marché illicite des stupéfiants.

Le véhicule est saisi et le déléguant marocain a été arrêté et mis à la disposition de la justice de Nioro.

Le renforcement de la lutte contre le trafic illicite de stupéfiants dans la région de Kayes demeure, plus que jamais, une préoccupation de l’Administration de la douane de Kayes, dans le cadre de sa mission de sécurisation des frontières, de protection de l’Economie nationale et de la Santé des populations.

Niane
Source : KayesInfos

http://maliactu.net/mali-une-saisine-exceptionnelle-de-500-kg-de-resine-de-cannabis-pour-une-valeur-de-659-millions-de-f-cfa-par-le-bureau-de-douane-de-nioro-du-sahel/

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000000

Cocaïne (Crédit : CC BY-SA Valerie Everett, Flickr)Quatre Franco-israéliens qui auraient importé de la cocaïne de la France vers Israël ont été arrêtés
JoshuaDavidovich et JudahAriGross

27 décembre 2015, 16:16

La police a arrêté quatre Israéliens ayant aussi la nationalité française et enquête à leur propos pour importation et vente de stupéfiants, conspiration en vue de commettre un crime et tentative de meurtre, a annoncé la porte-parole de la police, Louba Samri.

Recevez gratuitement notre édition quotidienne par mail pour ne rien manquer du meilleur de l’info Inscription gratuite!

Leur détention préventive a été étendue jusqu’au 31 décembre.

Après avoir reçu une information à propos du réseau de trafic de drogue, une enquête a été ouverte en novembre, selon la police.

Les quatre accusés sont Emmanuel Amuyal, Dan Bentolila et Sarah Benabou, ainsi qu’un résident de Jérusalem, Yossi Gabbai.

Les détectives ont découvert qu’Amuyal contactait des jeunes femmes en France qui étaient volontaires pour cacher de la cocaïne dans leur corps pour éviter qu’elle soit détectée, et voyager ensuite en Israël.

Une fois arrivées à Tel-Aviv, son partenaire Bentolila aurait récupéré la cocaïne auprès des jeunes femmes et les aurait payées 3 000 euros (12 800 shekels), a déclaré la police.

Cependant, quand Amuyal a découvert qu’une relation amoureuse débutait entre son ex petite-amie – une ancienne mule – et son partenaire Bentolila, Amuyal a décidé de tuer Bentolila, selon la police.

Amuyal a ensuite voyagé en Israël, probablement pour tuer son partenaire, mais a été capturé par la police en novembre à Tel Aviv. Quelques jours plus tard, la police a également interpellé Bentolila, Benabou et Gabbai.

http://fr.timesofisrael.com/la-police-demantele-un-reseau-francais-de-trafic-de-cocaine/

Posté avec WordPress pour Android

000000000000000000000000000000000000000000000000

La droga estaba al fondo del vehículo. La droga estaba al fondo del vehículo.

Agentes del Servicio Nacional de Fronteras (Senafront) decomisó este domingo 27 de diciembre,  205 kilos de cocaína en Agua Fría, provincia de Darién.

De acuerdo con la información obtenida por TVN Noticias, la droga era transportada en un vehículo con doble fondo.
Se informó además, que por este hecho hay un panameño detenido y puesto a órdenes de las autoridades correspondientes.

Por el caso hay un panameño detenido. Por el caso hay un panameño detenido.

Por el caso hay un panameño detenido. Cortesía

Así las cosas, se inició una investigación para deslindar responsabilidades.

http://www.tvn-2.com/nacionales/Senafront-decomisa-kilos-cocaina-Darien_0_4378812100.html
Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000000000

Implantés à l’orée des bois qui entourent Annecy, les dealeurs vendent l’héroïne à 100 € les 5 g, soit deux fois moins cher qu’ailleurs en France.La ville est devenue une porte d’entrée de cette drogue en France via la Suisse proche et des réseaux d’Europe de l’Est.

Sébastien Roselé | 17 Déc. 2015,

Implantés à l’orée des bois qui entourent Annecy, les dealeurs vendent l’héroïne à 100 € les 5 g, soit deux fois moins cher qu’ailleurs en France.
(PhotoPQR/«le Dauphné libéré»/Gregory Yetchleniza.)

3,5, kg d’héroïne et 18 000 € en liquide. C’est un des derniers exemples en date des prises de la brigade des stups du commissariat d’Annecy (Haute-Savoie). Sur cette opération du 8 décembre, quatre ressortissants albanais ont été interpellés et placés en détention provisoire.

Ce qui ne pourrait n’être qu’un simple trafic de stupéfiants local se révèle être, depuis deux ans, un phénomène inquiétant sur les bords du lac, et qui pourrait même gangrener toute la région. Un sacré contraste avec l’image paisible et cossue associée à la ville. « Nous sommes confrontés à une implantation massive d’une mafia albanaise spécialisée dans la revente d’héroïne », explique le procureur d’Annecy, Eric Maillaud. Le magistrat décrit l’implantation progressive de dix à vingt points de vente situés à l’orée des bois tout autour de la cité lacustre, qui alimentent « entre 1 000 et 2 000 clients ». « Un dealeur interpellé nous parle de 17 kg d’héroïne qu’il a vendus en trois mois, pour un chiffre d’affaires de 350 000 € », ajoute-t-il.

C’est une nouvelle politique suisse plus répressive, ciblant les clients, qui a poussé les trafiquants albanais à se délocaliser en France. Baptisée Hydra et lancée en 2011, cette opération a progressivement dissuadé les acheteurs français de traverser la frontière. « Pour être au plus près des clients, les dealeurs se sont installés d’abord à Annemasse (ville française à deux pas de Genève et à 50 km d’Annecy) », explique un fonctionnaire. Et ils ont continué leur progression.

Selon un autre agent, l’expansion ne fait que commencer : « On perd du terrain ! » Policiers et parquet sont incapables d’évaluer avec précision les quantités revendues, les chiffres d’affaires et le circuit permettant d’alimenter les points de vente. La drogue, elle, vient d’Afghanistan. «  Elle est acheminée par des réseaux turcs avec lesquels leurs collègues albanais entretiennent des relations historiques », explique un fonctionnaire français basé en Albanie et chargé de lutter contre les trafics.

Un réseau tombe, un autre prend la relève

Pour asseoir leur business, les mafieux mènent « une politique commerciale agressive », note le procureur Maillaud. La drogue est vendue 100 € les 5 g, soit 20 € le gramme, deux fois moins cher que partout ailleurs en France. Mieux, le produit vendu est de très bonne qualité, avec une teneur en héroïne oscillant entre 12 % et 18 %, quand la qualité moyenne nationale tourne autour des 5 %*.

Le système est bien rodé. Un contact parlant français accueille au téléphone les consommateurs qui lui passent commande. Un rendez-vous est donné. La transaction se fait par un autre vendeur dans les bois. La drogue est cachée dans une souche d’arbre, l’argent dans une autre. Et quand un réseau tombe, le contact téléphonique, qui n’a pas été arrêté, relance les clients. « Il envoie même des SMS aux 200 ou 300 clients de son prédécesseur ! Ça peut faire sourire mais c’est terriblement inquiétant », relate le procureur. Certains consommateurs sont même incités, contre un gramme gratuit, à faire venir de nouveaux clients.

* Source : Observatoire français des drogues et des toxicomanies.

Une drogue qui revient en force

Dans une note confidentielle datant d’avril dernier, la direction centrale de la police judiciaire relève « une hausse exceptionnelle de 74 % des saisies d’héroïne » en France en 2014, comparé à 2013. Les quantités de drogue interceptées sont passées de 570 kg à 990 kg. Il s’agit des derniers chiffres disponibles. Dans ce même document, la police judiciaire considère que « cette augmentation témoigne d’une présence accrue de l’héroïne sur le territoire national ».

Ce retour de l’héroïne fait suite à une période de raréfaction de ce produit hautement addictif en France et, plus généralement, en Europe dans les années 2011 et 2012, à la suite du « démantèlement de grosses structures d’approvisionnement », explique-t-on du côté de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Pour autant, le nombre de consommateurs resterait stable. L’observatoire évalue à 600 000 le nombre de consommateurs qui auraient déjà pris de l’héroïne au moins une fois dans leur vie en France. Ce qui reste très marginal par rapport à d’autres produits. « C’est presque quatre fois moins que le nombre d’expérimentateurs de cocaïne. »

Pas de hausse des consommateurs, certes, mais, reconnaît l’OFDT, « l’intérêt pour l’héroïne semble aujourd’hui plus net, au détriment de celui pour des médicaments de substitution, car le produit est plus disponible depuis deux ans et sa pureté augmente ». La police judiciaire, elle, met en garde contre « la reprise de ce trafic qui laisse percevoir l’implantation durable en France de filières d’acheminement. Il pourrait s’accroître dans les prochaines années en raison de la disponibilité croissante de l’opium dans les zones de production (notamment en Afghanistan) ».

http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/annecy-assiegee-par-l-heroine-17-12-2015-5378797.php

00000000000000000000000000000000000000000000000000000

Biens confisqués:
Chaque pays doit également se donner
«les moyens de dépister, geler, gérer et confisquer les produits du crime»
°°°°°°°°°°°°°°°°
Les biens saisis en FrancePar Emmanuel Fansten , Alexandre Léchenet et BIG, Infographie 15 décembre 2015 à 19:46
 Les biens saisis en France BiG

Décryptage.

Le crime n’a jamais autant rapporté à l’Etat. En 2015, selon Bercy, la vente de biens confisqués car issus d’activités criminelles, a permis de faire rentrer plus de 20 millions d’euros dans les caisses publiques, deux fois plus que l’année précédente. «Il est moral que les biens achetés grâce à l’argent de la délinquance soient confisqués puis revendus au profit du budget de l’Etat», se félicite Michel Sapin, le ministre des Finances. L’argent réaffecté aux comptes publics pourrait cependant être bien supérieur. L’an dernier, les services de police et de gendarmerie ont en effet saisi 458 millions d’euros de biens, plus de vingt-six fois le montant récupéré par Bercy. Immeubles, bateaux, voitures de sport, assurances vie… (voir infographie ci-dessus), le volume des avoirs criminels gelés par la justice ne cesse d’augmenter. Sauf qu’en bout de chaîne, seule une partie de ces biens est effectivement confisquée et vendue au profit de l’Etat.

En collaboration avec plusieurs médias européens (1), Libération a mené un audit sur la situation propre à chaque pays et mutualisé les chiffres obtenus. On estime aujourd’hui à 4 milliards d’euros la valeur globale des avoirs saisis en Europe. Une tendance lourde, qui modifie en profondeur la lutte contre la délinquance.

Des saisies en hausse

Après l’Italie, la France est un des pays pionniers dans la lutte contre le produit du crime. Un des plus actifs aussi. «Ce gouvernement travaille d’arrache-pied à priver les délinquants de leurs biens mal acquis, se targuait Manuel Valls à la mi-octobre. En trois ans, les saisies d’avoirs criminels ont été multipliées par trois». Des chiffres qui reflètent une inflexion politique relativement récente. Pendant longtemps, les saisies n’existaient quasiment pas au stade de l’enquête judiciaire. Seul le produit du crime était intercepté, les stupéfiants typiquement, ou la voiture ayant servi à un «go-fast». Désormais, tout bien en lien avec l’infraction, même indirectement, peut être confisqué.

Au sein de la Direction centrale de la police judiciaire, un service est spécialement dédié à cette tâche : la Plateforme d’identification des avoirs criminels. Dotée d’une vingtaine d’agents et d’une dizaine d’antennes régionales, cette structure mixte police-gendarmerie est un service opérationnel capable d’intervenir directement ou en appui. Dans le cadre de leurs enquêtes, policiers et gendarmes peuvent aussi s’appuyer sur les groupes d’interventions régionaux, dont la mission est d’éplucher le patrimoine des délinquants grâce aux fichiers fiscaux et bancaires. Une estimation indispensable pour évaluer en amont ce que peut rapporter une enquête.

Limitées au départ à la criminalité organisée, notamment le trafic de drogue, les saisies se sont progressivement étendues à la délinquance en col blanc. «Aujourd’hui, en valeur, les stups représentent à peine 15 % des saisies, indique un haut responsable policier. En termes de gains, les dossiers financiers type blanchiment ou escroquerie ont pris une place prépondérante.»

Les policiers notent également une montée en puissance des saisies dans les affaires de grande fraude fiscale. Même si la villa des Balkany, le bateau de Takieddine ou certains biens mal acquis africains restent des cas exceptionnels. Cette grande délinquance transnationale, très organisée, reste d’ailleurs la plus difficile à combattre. Rompus aux techniques de dissimulation et bardés d’avocats fiscalistes, les plus gros fraudeurs s’abritent derrière une cascade de trusts et de sociétés écrans pour dissimuler leur patrimoine. Ces dernières années, le volume des avoirs saisis par les policiers et les gendarmes n’en a pas moins augmenté de façon vertigineuse : 154 millions d’euros en 2010, 247 en 2011, 291 en 2012, 357 en 2013 puis 458 l’an dernier. Avec un bémol toutefois, comme dans tous les autres pays : à peine 20 % des biens saisis sont effectivement confisqués aux délinquants par la justice.

Des confiscations plus rares

Longtemps dépourvues de tout cadre juridique et laissées à l’appréciation des magistrats, les saisies judiciaires sont désormais encadrées. La loi du 9 juillet 2010, qui vise à faciliter les procédures, a eu pour principal effet la création de l’Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués (Agrasc). Placé sous la double tutelle de la Justice et du Budget, cet établissement public indépendant est chargé de gérer et de vendre les biens saisis. Pour la justice, il s’agit à la fois de mieux appréhender les profits générés par la délinquance et de renforcer l’effet dissuasif de la sanction pénale.

«Au départ, l’idée était moins de remplir les caisses de l’Etat que de lutter efficacement contre le crime, explique Charles Duchaine, le patron de l’Agrasc. Personne n’imaginait faire des bénéfices.» Cet ancien juge d’instruction à Marseille, connu pour avoir mis en examen Jean-Noël Guérini, a pris la tête de l’agence en juillet 2014 avec pour objectif d’infuser cette nouvelle culture de la saisie dans les enquêtes, notamment à travers les formations dispensées par l’Agrasc aux magistrats.

Autre possibilité inscrite dans la loi de 2010, celle de vendre des biens saisis avant jugement, en particulier quand ils risquent de se déprécier. Concernant l’argent directement saisi, il est placé sur un compte à la Caisse des dépôts et consignations, et les intérêts servent à autofinancer l’Agrasc. Ces sommes n’entrent définitivement dans les caisses publiques qu’une fois le jugement de confiscation prononcé, et sont alors dispatchées entre le budget général de l’Etat et la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives.

Principal problème : les confiscations prononcées lors des verdicts sont très inférieures aux saisies effectuées dans le cadre d’enquête. Faute de jugements d’exécution, nombre de biens sont restitués à leur propriétaire. «Après jugement, le nombre de restitutions est toujours supérieur à celui des confiscations», maugrée un policier. Cette déperdition suscite une double incompréhension : d’un côté les juges reprochent aux policiers de saisir trop largement pour faire du chiffre, y compris vieux scooters ou écrans plasma, compliqués à revendre ensuite. De l’autre, les policiers déplorent que les biens saisis soient aussi rarement confisqués par les magistrats, qui ont tendance à considérer la saisie comme excessive. «Il faudrait que les tribunaux confisquent davantage, dit Duchaine. Cette culture n’a pas encore été intégrée par les juridictions de jugement

Disparités européennes

En Europe, les saisies ont été encouragées par une directive d’avril 2014 sur le gel et la confiscation des instruments et des produits du crime. Ce texte introduit la possibilité de saisir non seulement les biens liés au crime, mais aussi ceux achetés avec les produits de ce crime. Chaque pays doit également se donner «les moyens de dépister, geler, gérer et confisquer les produits du crime». Près de deux ans plus tard, où en est l’application de cette directive ?

Selon l’audit réalisé en collaboration avec nos partenaires européens, les 28 pays de l’UE ont voté une loi sur la confiscation des biens, mais de fortes disparités subsistent entre les Etats. Certains, comme le Luxembourg et le Danemark, n’ont par exemple aucun dispositif de gestion des biens saisis et confisqués. Plus généralement, la philosophie sur le sujet varie d’un pays à l’autre. En Italie, la loi adoptée dès 1996 pour faire face à la mafia permet ainsi de réutiliser les biens confisqués dans un but social. Et quand ils ne sont pas dévolus à des associations, les bénéfices des ventes sont versés au budget du ministère de la Justice et alimentent un fonds d’aide aux victimes des crimes. Alors qu’en Espagne, comme en France, les biens sont rapidement vendus pour alimenter les caisses de l’Etat.

Les biens saisis en Europe

Autre objectif affiché par Bruxelles : faciliter la coopération internationale «en matière de recouvrement d’avoirs». Désormais, les biens peuvent être confisqués dans d’autres Etats au titre de l’entraide pénale internationale. Les magistrats doivent remplir des «certificats de gel», équivalents du mandat d’arrêt européen pour les saisies. «C’est un outil très performant qui impose à tous les Etats membres la décision de saisie d’un immeuble, explique un magistrat spécialisé. Ça permet de sortir du champ trop strict des commissions rogatoires internationales.» En cas de saisie dans un pays étranger, des conventions de partage permettent aux deux Etats partenaires de se répartir les profits. Pour certains gros dossiers, les délais peuvent être très longs. Une villa appartenant à la mafia a ainsi été saisie en 2006 par la France, pour le compte de la justice italienne. En 2014, elle était toujours louée par son propriétaire, un parrain de la ’Ndrangheta (mafia de la région de Calabre, sud de l’Italie). Le bien a finalement été vendu récemment pour 780 000 euros. Une vente en dessous du prix du marché, selon les spécialistes.

(1) Enquête initiée par Dataninja.it, cofinancé par JournalismFund.eu, en collaboration avec l’Espresso , El Confidencial , Stern , France 3 et Libération.

Emmanuel Fansten , Alexandre Léchenet , BIG Infographie

SOURCE:http://www.liberation.fr/france/2015/12/15/l-or-du-crime-profits-d-etat_1421066
00000000000000000000000000000000000000000000000000000

%d blogueurs aiment cette page :