Archives de 2 février 2016

cannabis_325L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies a dévoilé des chiffres inquiétants. Si la consommation de tabac par habitant a diminué de 50%, c’est le cannabis qui rencontre un franc succès avec 20% d’augmentation chez les jeunes. Car les Français sont de plus en plus jeunes à s’intéresser à ce produit dont les effets apaisants sont particulièrement appréciés.

Mais attention, au-delà du plaisir que la consommation de cannabis apporte, les effets néfastes sont légion. En effet, le cannabis provoque divers problèmes respiratoires voire des cancers. En outre, cette consommation est parfois la cause d’une reprise du tabac qui, comme chacun le sait, est extrêmement dangereux pour la santé. De plus, le cannabis diminue les réflexes de ses consommateurs et est en cause de nombreux accidents de la route. Enfin, cette substance entraîne parfois, dans le cas d’une forte consommation, une apathie, un sentiment d’anxiété voire la dépression et un isolement social.

Il est plus que conseillé de désintoxiquer au plus vite en se rendant chez un professionnel de santé qui saura orienter les consommateurs vers des structures dont certaines sont prises en charge par l’Assurance maladie et la mutuelle santé.

https://www.lesfurets.com/mutuelle-sante/actualites/augmentation-de-la-consommation-de-cannabis-quels-dangers-pour-la-sante

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000000000

Mexico_Federal_Police_Shield02 de Febrero, 2016

Policías federales aseguraron un camión de carga en las inmediaciones del municipio de Ciudad Victoria, Tamaulipas, que transportaba 733 kilos de cocaína; el conductor y su acompañante fueron detenidos.

 México.– Policías federales aseguraron un camión de carga en las inmediaciones del municipio de Ciudad Victoria, Tamaulipas, que transportaba 733 kilos de cocaína; el conductor y su acompañante fueron detenidos.

COCA CAMION
La Comisión Nacional de Seguridad (CNS) detalló que los uniformados marcaron el alto a la unidad en el kilómetro 53+000 de la carretera Ignacio Zaragoza-Entronque, carretera Cd. Victoria-Monterrey La Aurora, debido a que rebasaba por el carril contrario.

FOTO
http://anpe.com.mx/policia-federal-asegura-camion-con-700-kilos-de-cocaina-en-tamaulipas/

Al solicitar al conductor la documentación correspondiente para generar la infracción y preguntar sobre la carga que transportaban, ambos sujetos mostraron nerviosismo y una actitud evasiva, por lo que fueron trasladados a las oficinas de la Policía Federal.

En un comunicado, dio a conocer que en presencia del Agente del Ministerio Público de la Federación, se realizó la apertura del área destinada para la carga, donde había 28 contenedores, 20 de ellos cubiertos de plástico y con láminas en sus fondos.

En esos compartimentos se hallaron 734 paquetes que contenían polvo blanco cuyas características coinciden con la cocaína, mismos que arrojaron un peso de 733 kilos.

Los tripulantes, el vehículo y los contenedores con la droga fueron puestos a disposición de la autoridad ministerial, quien dará seguimiento a las investigaciones correspondientes.

Notimex

– See more at: http://www.radioformula.com.mx/notas.asp?Idn=567219&idFC=2016#sthash.yaa6QMJk.dpuf

http://www.radioformula.com.mx/notas.asp?Idn=567219&idFC=2016

Posté avec WordPress pour Android

000000000000000000000000000

dnredLes douaniers ont intercepté samedi, peu avant midi, sur l’autoroute A8, au péage de la Barque, non loin d’Aix-en-Provence, sur la commune de Châteauneuf-le-Rouge, un véhicule de marque Citroën C4 conduit par un ressortissant italien.

Dans la voiture, les fins limiers ont découvert la bagatelle de 190 kilos de résine de cannabis. carte-de-localisation-d-aix-en-provence-bouches-du-rhoneLa marchandise était à peine dissimulée dans des valises remisées dans le coffre.

L’affaire a été transmise par les douaniers à la brigade des stupéfiants de la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Marseille.

Le conducteur, un homme âgé de 43 ans, a été interpellé et remis à la PJ. Il était inconnu à ce jour des services de police. Le suspect va devoir s’expliquer sur les fournisseurs et les destinataires de sa marchandise.

http://www.laprovence.com/actu/faits-divers-en-direct/3784086/les-douaniers-saisissent-190-kilos-de-cannabis.html

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000

Les douaniers d’Auxerre ont mis la main sur quelque 13 kilos d’herbe de cannabis dimanche 31 janvier 2016.

Publié le 02 février 2016

contrôle douanes péage autoroute
© Christophe Dubois | Les agents des douanes lors d’un contrôle à un péage d’autoroute

B.L.

La saisie a eu lieu lors du contrôle d’un bus sur l’autoroute A6.

Les agents des douanes de la brigade d’Auxerre effectuaient « un contrôle en dynamique » sur l’autoroute A6 dans le sens sud-nord, au niveau de la commune de Fleury-la-Vallée, dans l’Yonne.
Il était environ 8h30 du matin quand ils ont contrôlé un bus de voyage qui transitait par la France.

Les douaniers étaient accompagnés d’un chien spécialisé dans la détection des stupéfiants. Lors de la fouille de la soute, le chien a détecté quelque chose dans une valise qui ne portait pas d’étiquette. En ouvrant le bagage, les agents ont découvert des sachets thermosoudés qui contenaient 13,396 kilogrammes d’herbe de cannabis.

Aucun élément ne permet de relier cette valise à l’un des occupants du bus, chauffeurs ou passagers, indiquent les douaniers.
Le parquet de Sens a décidé de mandater les services de gendarmerie afin de conduire des investigations complémentaires. Les suites judiciaires de l’affaire ont été prises en charge par la gendarmerie.

Le conducteur devait passer en comparution immédiate mardi 2 février 2016. L’audience a été renvoyée à une date ultérieure.

Rappelons qu’en juillet 2015, les douaniers de la brigade d’Auxerre avaient saisi 29 kilogrammes d’herbe de cannabis, lors d’un contrôle  sur l’autoroute A6 dans le sens sud/nord, à proximité du croisement des autoroutes A6 et A19.

http://m.france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne/yonne/auxerre/yonne-13-kilos-de-cannabis-ont-ete-saisis-auxerre-919613.html

Posté avec WordPress pour Android

000000000000000000000000000000

controle dynamique à la frontiere entre la France et l'Espagne non loin du Perthus

Les deux Ambarésiens interpellés à Biarritz mercredi par les motards des douanes avec 48 kilos d’herbe de cannabis, ont été condamnés lundi à Bordeaux

Clément Doulut et Julien Dubos, âgés de 20 et 30 ans, ont été condamnés lundi après-midi par la 7e chambre du tribunal correctionnel de Bordeaux à 24 mois de prison dont 14 avec sursis et mise à l’épreuve pour le premier et neuf pour le second.

Les deux jeunes gens, originaires d’Ambarès-et-Lagrave, où ils se sont rencontrés il y a plusieurs années, ont été interpellés mercredi dernier à Biarritz par les motards de la douane avec, à bord de leur voiture, 48,360 kilos d’herbe de cannabis.

Depuis leur placement en rétention douanière, à l’issue d’une interpellation mouvementée et une course-poursuite de quelques minutes, jusqu’à leur jugement, lundi après-midi, en comparution immédiate à Bordeaux, les deux prévenus sont restés sur la même position.

Au fil de différentes versions, Clément Doulut a maintenu qu’il ne faisait qu’accompagner Julien Dubos. Ce dernier a réaffirmé au président Denis Roucou qu’il avait été sollicité à Bègles, par un homme qui connaissait son addiction au cannabis, pour effectuer un voyage contre 2 000 euros. Il a tenu un semblable discours devant les douaniers, puis les policiers de l’antenne régionale de l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants chez qui les deux jeunes gens avaient été transférés, à Bordeaux au cours du week-end.

192 000 euros d’amende

Au fil de son instruction à l’audience, le président Roucou a soulevé plusieurs questions qui n’ont pas trouvé de réponse.

Un téléphone portable prépayé, découvert dans la voiture, a déclenché des bornes espagnoles quelques heures avant l’interpellation. Aucun des deux prévenus n’a pourtant admis avoir passé la frontière. Il a également été question d’une troisième personne qui aurait pu accompagner les deux Ambarésiens. Comme les enquêteurs, le tribunal est resté sur sa faim sur ce point aussi.

À l’heure de demander des comptes pour ce transport et détention de produits stupéfiants au nom de l’administration des douanes, Sophie Versandt ne s’est pas attardée sur ces interrogations. Elle demandait une amende de 192 000 euros, qui a été consentie par le tribunal.

La vice-procureur Anne-Marie Laprie a requis dix-huit mois ferme avec maintien en détention pour les deux prévenus. Leurs défenseurs, Me Alexandre Novion et Me Delphine Galy, ont insisté sur la situation des deux jeunes gens, consommateurs addictifs de cannabis et regretté que les investigations se soient arrêtées à eux.

http://www.sudouest.fr/2016/02/02/le-voyage-au-pays-basque-se-termine-en-detention-2261133-3224.php

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000

Afficher l'image d'origine

Même marginale par rapport aux autres drogues, l’héroïne fait toujours des ravages dans le monde. En France, la consommation augmente faiblement, mais de nouvelles populations en sont friandes.

24/01/2016

Autrefois exclusivement injectée, et source de contaminations aux virus de l’hépatite B ou du VIH, l’héroïne est aujourd’hui de plus en plus sniffée, faisant tomber quelques barrières psychologiques auprès des consommateurs potentiels.

Quel est l’opium du peuple de France 

Si pour Renaud, il s’agit de « la bagnole, la télé et le tiercé », dans les faits, ce sont les antidépresseurs, l’alcool (42,8 millions de consommateurs dans l’année en 2014) ou le tabac (38 % de Français fument). Et ensuite, dans une moindre mesure, le cannabis, presque banalisé (17 millions d’expérimentateurs en 2014), ou la cocaïne (2,2 millions), accessibles dans des milliers de cages d’escaliers de l’Hexagone.

Mais sûrement pas l’héroïne, trop addictive et ravageuse depuis l’âge d’or de la French Connection (la filière qui organisa l’exportation de l’héroïne en Europe et aux États-Unis, ndlr). Même destinée à un public « de niche », elle n’en reste pas moins destructrice : dans l’Hexagone, la moitié des traitements contre les addictions concerne les opioïdes (héroïne et médicaments détournés) selon l’ONU.

1,5 % des adultes français l’ont déjà essayée

Effrayant, vous dites ? Pourtant, la « horse » (son nom anglais) est toujours d’actualité. Aux États-Unis, c’est même devenu un sujet majeur de campagne pour la présidentielle pour tous les candidats. Hillary Clinton a ainsi promis un plan de lutte de 10 milliards de dollars. Les overdoses d’héroïne ont causé 8.200 décès en 2013, soit deux fois plus qu’en 2011.

La Russie, où le cannabis et la cocaïne sont moins consommés, paye aussi un lourd tribut. Aujourd’hui, les estimations font état de 2 millions de personnes dépendantes et de dizaines de milliers de morts par an. Et même l’Afrique, autrefois très peu touchée, est devenue une terre de consommation et de dépendance depuis qu’une nouvelle route d’acheminement de la production afghane traverse ce continent.

En France, l’heure n’est pas à l’alerte rouge. Le nombre de 18-64 ans ayant expérimenté l’héroïne au moins une fois est certes passé de 500.000 en 2010 à 600.000 en 2014, soit 1,5 % des adultes, mais celui des usagers réguliers n’augmente pas. « En 2014, 0,2 % des plus de 18 ans en avaient consommé dans l’année, des chiffres stables par rapport à la dernière enquête de 2010 », détaille Agnès Cadet-Tairou, médecin de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT).

Rassurant ? Oui et non. De nouvelles tendances nécessitent de rester attentif. D’abord sur le plan géographique : peu consommée sur la façade ouest de l’Hexagone, l’héroïne est par contre de plus en plus accessible dans les régions frontalières des Pays-Bas, où l’approvisionnement est plus aisé et bon marché.

Deuxième nouveauté, l’évolution des modes d’administration peut altérer son image de substance destructrice : finie l’injection, l’heure est au « sniff », qui réduit les risques de contaminations par des virus et rend le produit plus « fréquentable ».

Les surdoses plus nombreuses

Autre constat, au XXIe siècle, les publics concernés se diversifient, comme expliqué par Agnès Cadet-Tairou : « On retrouve des usagers précaires, des marginalisés, mais aussi des gens insérés socialement qui ont découvert le produit en milieu festif. Et on a aussi des gens qui travaillent tous les jours et parviennent à gérer leur addiction. »

Enfin, dernier signe inquiétant, les prix sont orientés à la baisse malgré une production afghane en berne cette année, la faute à « d’importantes réserves mondiales », selon Agnès Cadet Tairou, qui pointe aussi « des niveaux de pureté qui augmentent. En France, on était à 13 % de pureté moyenne dans le produit final en 2010, puis 7 % en 2012. Et depuis deux ans, on est remonté à 15 %. Et on observe entre 2012 et 2013 un accroissement de la part des surdoses dans lesquelles l’héroïne est impliquée, de 15 % à 20 %, alors que cette part était en diminution (33 % à 15 %) entre 2010 et 2012. »

Arnaud CLEMENT

http://www.estrepublicain.fr/actualite/2016/01/24/la-french-connection-est-morte-pas-l-heroine

Posté avec WordPress pour Android

—————-
Rapport national à l’OEDT – 2015

http://www.ofdt.fr/publications/collections/rapports/rapports-nationaux/

00000000000000000000000000000000000000000000

 

 L’inspecteur régional de la police du Sud, le contrôleur Sami Zaghez (à droite), en compagnie du chef de la sûreté de wilaya, Okache Makid L’inspecteur régional de la police du Sud, le contrôleur Sami Zaghez (à droite), en compagnie du chef de la sûreté de wilaya, Okache Makid

La ville de Tinzaouatine  sera dotée d’une sûreté de daïra et d’un célibatorium, dont les travaux sont achevés à 95%, affirme M. Zaghez, en présence du chef de la sûreté de wilaya, Okache Makid, et nombre de cadres de ce corps constitué.

Revenant au bilan, il fera savoir que 89 affaires liées au narcotrafic ont été enregistrées par les services de la sûreté de la wilaya de Tamanrasset en 2015. Pas moins de 128 personnes, dont 42 étrangères issues de différentes nationalités, ont été ainsi arrêtées par les services de police qui ont opéré une saisie de 5491 g de résine de cannabis, 6130 g de bingo et 5077 comprimés de psychotropes.

La lutte menée contre la contrebande a permis de traiter et d’élucider 42 affaires dans lesquelles sont impliquées 53 personnes, dont 34 ont été placées sous mandat de dépôt. Les statistiques réalisées en matière de saisies montrent que 18 véhicules, toutes marques confondues, 10 motocyclettes et 37 100 l de carburant ont été récupérés.

Une quantité de 75 760 kg de denrées alimentaires devant être acheminée hors de nos frontières a été saisie durant cette période, où l’on a également récupéré 1761,34 g d’or, 119,39 g d’or brut et 12  détecteurs de métaux.  Selon M. Zaghez, 468 affaires liées aux crimes perpétrés contre les propriétés, dont 411 relatives au vol sous toutes ses formes, ont été élucidées par la police judiciaire  qui a eu à traiter 242 autres affaires liées aux délits commis contre les personnes.

Les coups et blessures volontaires restent les délits les plus fréquents avec 133 affaires, suivis des injures avec près de 40 affaires, dont 18 liées aux menaces. Durant cette période, les mêmes services ont traité deux affaires d’homicide volontaire et  67 autres liées à l’ivresse publique et manifeste  et à la violation de domiciles. S’agissant des crimes perpétrés contre les biens publics, les services de police ont traité 98 affaires et  neutralisé 170  personnes, dont  83 ont été  placées sous mandat de dépôt.

Le bilan  de l’IRPS fait état de traitement de 23 affaires de faux et usage de faux qui se sont soldées par la saisie des sommes d’argent en monnaie nationale (129 500 DA) et étrangère (800 euros). Au registre de la sécurité publique, 100 accidents de la route ayant fait 13 morts et 119 blessés ont été dénombrés durant l’année écoulée. En plus des 630 délits routiers enregistrés, 3053 contraventions, dont 1256 ont nécessité un retrait de permis de conduire, ont également été dressées, ajoute-t-on dans le même bilan.

Ravah Ighil

http://www.elwatan.com/regions/ouest/actu-sud/tinzaouatine-et-in-guezzam-dotees-de-nouvelles-structures-de-police-01-02-2016-313373_257.php

Posté avec WordPress pour Android

000000000000000000000000000000000000

 

Afficher l'image d'origineCommuniqué de presse de la Direction régionale des douanes de Bourgogne: « Les agents des douanes de la brigade de Dijon ont saisi un peu plus d’1 kilogramme d’héroïne le 29 janvier 2016 au matin. Positionnés sur l’autoroute A31 dans le sens Nord/Sud, les agents des douanes sont doublés à vive allure par un véhicule break de marque Renault immatriculé en plaques néerlandaises.

Le conducteur semble seul à bord. Les agents décident de rattraper le véhicule et de le rabattre pour le contrôle. Le conducteur, un Néerlandais né au Kosovo déclare venir des Pays-bas et se rendre au Kosovo pour visiter sa famille.

La fouille du véhicule permet aux agents de découvrir dans l’accoudoir central, en plus d’un téléphone blanc utilisé comme GPS, 4 cartes de téléphone. Les douaniers approfondissent la fouille du véhicule et finissent par trouver, à l’arrière du dossier passager, dissimulé derrière la housse, un paquet entouré de ruban adhésif gris. Une entaille dans l’emballage laisse entrevoir une poudre brune.

Le conducteur avoue spontanément qu’il s’agit d’héroïne, ce que confirmera le test stupéfiants réalisé par les agents. Un autre paquet, conditionné de la même façon, est également découvert à l’arrière du dossier conducteur, dissimulé comme le premier paquet.

L’individu est immédiatement placé en retenue douanière et ramené à la brigade des douanes. La pesée donne un poids total d’héroïne de 1 105 grammes.

Le parquet de Dijon est informé des faits et décide de confier les suites au service de police judiciaire de Dijon. Le conducteur devrait passer en comparution immédiate le 2 février 2016 dans l’après-midi.

En 2014 les douanes ont saisi 198,4 tonnes de stupéfiants. »

http://bienpublic.com/edition-dijon-ville/2016/02/01/plus-d-un-kilo-d-heroine-saisi-par-la-brigade-des-douanes-de-dijon

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000000

Escudo_Mossos_d'EsquadraLos Mossos d’Esquadra detuvieron ayer a Antonio Montero Jodorovich, acusado de ser uno de los proveedores de la droga que se vende en las calles de La Mina. Antonio es hijo de Aquilino Montero Jodorovich, el patriarca del clan familiar, famoso por su largo historial vinculado al tráfico de armas y drogas en Zona Franca. Antonio fue condenado en 2011, junto a su padre y su hermano, a más de 10 años de prisión, pero el Supremo les absolvió por un defecto de forma. Ahora ha vuelto a caer en la Operación Titán, una de las más grandes contra el menudeo en Cataluña.

Faltaba poco para las seis y media de la mañana cuando una pareja de agentes sacó de su piso, en la calle de Mare de Déu del Port, en Zona Franca, a Antonio. No hubo gritos ni estruendo en la detención de uno de los jefes del clan de los Jodorovich, que domina el barrio desde hace al menos cuatro décadas. La policía catalana, bajo órdenes del juzgado de instrucción número 3 de Badalona, le acusa de ser una de las personas que regaba con droga las calles y los pisos de La Mina.

Antonio ya pasó por una gran causa en 2011, también de los Mossos, y consiguió finalmente ser absuelto. Entonces el Supremo declaró nulas las escuchas telefónicas en las que se basaba el caso, por un defecto de forma, pero el Alto Tribunal advirtió de que la invalidez de las pruebas “no supone la negación absoluta del hecho que pretendían acreditar, sino la imposibilidad de utilizar las mismas”.

En total, los Mossos entraron ayer de madrugada en 27 domicilios, principalmente de La Mina, el Besòs, la Zona Franca y Castelldefels, y detuvieron finalmente a 30 personas (una de ellas se presentó más tarde en comisaría) en la segunda fase de la operación Titán. Otras dos personas siguen huidas.

Entre los arrestados consta también otro miembro de un clan histórico de La Mina, en este caso los Manolos, Manuel Sargero Alunda. La policía catalana tenía previsto detener a Alunda el pasado 23 de noviembre, cuando 1.300 policías irrumpieron en el barrio, en la primera fase del caso Titán. Pero cuando echaron la puerta abajo, descubrieron que había huido, posiblemente por un chivatazo, según fuentes policiales.

Ayer, a las cinco y media de la mañana, el ambiente frente a su casa, en la calle de Garbí, era más que hostil. “Váyanse, queremos decírselo de buenas”, dijeron varios familiares ante la presencia de un fotógrafo. Los Mossos detuvieron también a la esposa de Manuel, uno de sus hijos y la pareja de este. El de los Heredia es el tercer clan tocado ayer por la investigación de la policía catalana. Afincados en Castelldefels, se vieron sorprendidos también de madrugada por las luces azules y el estruendo del helicóptero.

Los Mossos escogieron actuar muy pronto, pasadas las dos de la madrugada, para pillar a los sospechosos profundamente dormidos. Los 600 agentes que irrumpieron en 10 localidades (Sant Adrià de Besòs, Barcelona, Castelldefels, Viladecans, Lliçà de Munt, Mataró, Sant Boi de Llobregat, Piera, Caldes de Malavella y Riells i Viabrea), habían acabado su trabajo poco antes de las nueve de la mañana.

El operativo se llevó a cabo sin ningún incidente, según contó el inspector de los Mossos d’Esquadra y número dos de la División de Investigación Criminal, Ramon Grasa. La policía catalana encontró en los domicilios 17 plantaciones de marihuana, 2.443 plantas, más de 10 kilos preparada para su venta, 155 gramos de cocaína, 40 gramos de heroína, dos armas cortas, tres armas de fogueo, más de 80.000 euros, joyas y diez coches de gama alta. A los detenidos se les acusa de organización criminal, un delito contra la salud pública y blanqueo.

Una operación titánica

Un grupo de agentes de la Unidad de Investigación de Badalona empezó, a finales de 2014, una investigación que acabaría convirtiéndose en un árbol de mil ramas. A base de vigilancias y escuchas, los policías tejieron el diseño del menudeo en la Mina. A su vez, otro grupo de agentes del distrito de Sant Martí dibujaba cómo y a manos de quién se movía la droga en el barrio del Besòs. Ambas operaciones, Titán y Picapiedra, se llevaron de manera paralela, pero convergieron el 23 de noviembre en el operativo más grande de la policía contra el menudeo.

Dirigidos por el jefe de la División de Investigación Criminal, Ignasi Teixidor, 1.300 policías desembarcaron a las 4.30 horas en uno de los barrios más castigados por la droga y detuvieron a 95 personas. De ellas, 44 siguen en prisión. Picapiedra se dio por finalizada. Pero Titán siguió adelante, con teléfonos que no dejaron de sonar. El objetivo era llegar al segundo escalafón, a las personas que distribuían la droga. Y detener a aquellos que lograron huir en el primer operativo

http://ccaa.elpais.com/ccaa/2016/02/01/catalunya/1454305388_214688.html

Posté avec WordPress pour Android

000000000000000000000000000000000

1133635940_B971228797Z.1_20131020124041_000_G5E1D7VCS.3-0

Un chauffeur routier polonais a été condamné, ce lundi, à six mois de prison ferme et incarcéré pour avoir transporté 64 kg d’herbe de cannabis dans son poids lourd.

Il a été interpellé suite à un contrôle douanier, jeudi, à Loon-Plage.

Arthur Giec, 40 ans, a été policier pendant dix ans en Pologne avant d’être licencié pour une lourde faute professionnelle. Il s’est reconverti dans le transport à l’international. Là encore, sa carrière est compromise. Arthur Giec a accepté de transporter quatre sacs moyennant la somme de 600 €. En tant qu’ancien policier, il aurait dû se douter qu’ils ne contenaient pas des « bonbons », fait remarquer le président. Le Polonais affirme qu’il pensait que les sacs contenaient des cigarettes. Difficile à croire, d’autant que ces sacs sont identiques à ceux découverts la semaine dernière au terminal, dans les mêmes conditions (80 kg d’herbe avaient été saisis). « Nous avons affaire au même réseau de trafiquants. Il s’agit d’une filière bien organisée. Les arguments de M. Giec sont les mêmes que son compatriote, à cette barre, en comparution immédiate, la semaine dernière », a précisé le parquet, qui a logiquement réclamé la même peine. En plus des six mois ferme, Arthur Giec devra s’acquitter d’une amende de 110 000 €, soit l’équivalent de la valeur de la marchandise. Il est interdit de territoire français pour une durée de trois ans.

La Voix du Nord

http://m.lavoixdunord.fr/region/loon-plage-64-kg-de-cannabis-saisis-dans-le-poids-lourd-ia17b47606n3306203

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000

CIUDAD DEL ESTE (De nuestra redacción regional).

Un camionero fue detenido en la tarde de ayer en Minga Guazú, después que agentes de Antinarcóticos de la Policía Nacional encontraran un total de 4,32 kilos de cocaína dentro del eje trasero del tractocamión de cargas que conducía.

El detenido es Élido Ortega (45), domiciliado en la fracción “Laura Isabel” de la ciudad de Caaguazú. La droga, distribuida en ocho panes, fue encontrada por los agentes de la citada unidad policial en el eje trasero de un tractocamón Scania 124 de color blanco y matrícula CBC 649, con una carreta tipo semirremolque, gris con chapa BEH 668. Este último, a su vez, transportaba un contenedor azul que se encontraba vacío.

Tanto el camión como la carreta estaban a nombre de la empresa “Nepa Logística SA” de Ciudad del Este.

Los intervinientes explicaron que a raíz de informaciones recibidas, retuvieron el camión y procedieron a un cateo hasta que un can antidrogas detectó la presencia del estupefaciente.

Para mejor verificación, el rodado fue llevado hasta la sede de Antinarcóticos de la Policía en Presidente Franco, donde en presencia del fiscal Manuel Rojas se abrió el boquete que había en el eje trasero y se extrajeron los panes de cocaína.

También había un paquete que contenía polvo rosado y polvo verde, presumiéndose que podría tratarse de éxtasis.

http://m.abc.com.py/edicion-impresa/judiciales-y-policiales/detienen-a-camionero-con-43-kilos-de-cocaina-1449539.html

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000000