Archives de 9 février 2016

cessNa1
6 février 2016

En octobre de l’année dernière, la Fuerza Especial de Lucha Contra el Narcotráfico (FELCN) bolivienne tirait la sonnette d’alarme. Elle en était déjà à 34 avions interceptés ou découverts dans l’année, contre 27 pour la totalité précédente. « Le contrôle de l’espace aérien est une préoccupation majeure du gouvernement » affirmait alors un responsable, appuyé par son ministre de l’Intérieur Carlos Romero qui parlait de s’équiper de radars argentins et français, un « lourd investissement », selon lui. Un investissement qui aurait servi à détecter en majorité des petits Cessna, modèle 206, tant cet avion est devenu emblématique du trafic dans le pays. Au final, le score des avions de la coke en Bolivie montera en effet à 65 au 26 décembre de l’année (1) ! Résumé des six premiers mois des divers atterrissages  (ou de crashs) d’avions chargés de cocaïne de l’année 2015 en Bolivie. Un vrai festival, dû en grande partie à une véritable école de jeunes kamikazes !!! 

Car il en a plu, en effet, des avions, cette année 2015 en Bolivie. A la clé, selon le responsable de la FELCN ce sont en effet plus de 18 tonnes de cocaïne qui ont été incinérées, principalement en provenance du Pérou. On peut y ajouter environ 60 tonnes de marijuana en provenance du Paraguay, pour un total de 2.300 personnes arrêtées sur des accusations de trafic illicite de substances dont 90% étant des Boliviens et 10% seulement des étrangers, toujours selon les chiffres officiels.

abandonnéOn commence l’année précédente, fin décembre 2014, avec un drôle d’avion : une carcasse vide en fait. Découverte par les Contre Narcos à Cuatro Cañadas : l’avion, un Cessna 210, n’aurait pas réussi à redécoller et aurait été dépecé sur place.  Seul reste le fuselage, complètement vide : tout l’intérieur et son moteur ont disparu ! L’avion un Cessna était immatriculé au Paraguay (ZP-BCE). L’avion avait été vu quatre jours avant (il avait atterri un dimanche)  en train de tenter de redécoller, mais il s’était ensuite embourbé sur place…

Le 15 janvier, pour démarrer l’année, un autre monomoteur, un Cessna 206 Stationair  immatriculé en Bolivie (CP-2897) est saisi avec 355 kilos de cocaïne sur une piste d’atterrissage clandestine d’Estancia San Pablo, Loreto, à 35 kilomètres au nord de Concepcion. Cette fois-là, l’interception a donné lieu à des tirs des troupes boliviennes pour empêcher l’avion de s’envoler. Deux pilotes boliviens ont été arrêtés, ainsi que le propriétaire de l’hacienda et deux complices arrivés dans deux camionnettes chargées en combustible et une moto. En fait un Toyota Hilux et une camionnette Chevrolet, et une moto Honda rouge. L’appareil est retrouvé planté le train avant et l’hélice fichés dans la terre. L’Estancia San Pablo est située à 1000 mètres à peine de la incautan-concepcionrivière Paraguay et son propriétaire est Augusto Ramon Ruiz Aguilera, qui a été arrêté en tant que pilote de l’appareil ainsi que Paulo Antonio Daza Cuellar comme co-pilote et Jorge Miguel Alvarez Parada, tous deux de nationalité bolivienne. De même, ont été arrêtés Oscar Ortiz, Ramon Augusto Mario Ruiz Aguilera et Frank Francisco Houser, tous Paraguayens. la drogue provenait de l’organisation du paraguayen et brésilien, cessna2Chimenes Jarvis Pavao, alors en prison à Tacumbú. Pava avait été arrêté en 2009, avec son compère Carlos Caballero, alias « Capilo » (qui était chauve !) lors d’un raid le 27 Décembre dans un Hôtel, où de l’argent et des armes de gros calibre avaient été trouvés lors de l’opération appelée Capricorne. Deux fusils M-4  et M-16, deux fusils à pompe, en plus de munitions.  L’Hôtel était situé à 35 kilomètres au nord de l’estancia 4 Filhos appartenant à Pavao, situé dans la ville de Yay Yau. Sur place, 10 000 dollars avaient été saisis et 5.000 reals.

cessNa1 Le 19 janvier, c’est encore un Cessna , modèle U206G Stationair qui est intercepté au sol par la FELCN près de la ville de Puerto Grether, près des rives de l’Ichilo, sur une piste d’atterrissage improvisée. Deux véhicules terrestres utilisés pour transporter de la drogue sont retrouvés à proximité, un 4×4 Hilux est une Nova… On retrouve également une trentaine de paquets de cocaïne sur place, laissés pour compte dans l’appareil, mais au moins trois dizaines de personnes présentes sur place ont fui avant l’arrivée de la police. L’avion est immatriculé CP-2666.

 

base_image
cp-2910Le 1er février c’est au Pérou qu’on retrouve un avion bolivien :  près de Puerto Ene, dans la province de Satipo El Commando. C’est en encore un  Cessna 206 Stationair  immatriculé CP-2910 et fabriqué sous le numéro U-20160, posé en travers d’une piste improvisée en pleine jungle (ci-dessus). A ses côtés les habituels bidons d’essence et de drogue. En même temps, au Brésil, à San Pablo, la police arrêtait quatre Boliviens porteurs de 10 kilos de cocaïne. En janvier, le même appareil avait décollé du centre-ville de Puerto. La police avait alors détruit l’avion (ici à droite) sur place.

fracasséDeux jours à peine plus tard, même chose mais en Bolivie avec là un atterrissage qui s’est passé visiblement encore moins bien. Un aéronef immatriculé au Paraguay ZP-BPO, est retrouvé dans des roseaux, à quelques mètres seulement d’une piste d’atterrissage clandestine,  dans la communauté de San Silvestre entre les villes de Minero et de Saavedra. L’avion est en miettes et des traces de sang à l’intérieur et sur la route indiquent que ça a mal dû se passer pour les occupants du petit Cessna 206 Stationair, encore un. A voir l’état de l’épave on se demande surtout comment il y a pu y avoir des survivants !

Rebelote au Satipo dans la région de Junin le 26 février, dans le secteur de Rio Tambo, où l’on retrouve un autre Cessna ayant piqué du nez après avoir atterri sur une piste clandestine. L’avion arbore cette fois l’immatriculation CP 2927 et lorsque l’armée intervient il a encore à bord ses 288 kilos de cocaïne : l’avion avait été suivi, notamment, par hélicoptère de l’armée. Un  représentant du procureur arrivé sur place autorise de réduire en cendres l’appareil et ordonne la destruction de la piste clandestine sur lequel il s’est posé (photos Peru21). Les hommes du commando, après avoir compté les paquets de coke, posent fièrement devant l’appareil avant qu’il ne soit embrasé.

commando

stolEn mars, toujours au Pérou avec un…   Cessna Stationair U206G, décidément emblématique, immatriculé CP-1851. Un hélicoptère de la EC-VRAEM parti effectuer une mission de reconnaissance, le 1 mars, à environ 13 heures a réussi à intercepter l’avion dans la zone peuplée du centre-ville de Boca Mantaro. L’avion s’est posé sur une piste d’atterrissage clandestine où les trafiquants de drogue y ont mis le feu eux-mêmes. Des bidons d’essence vides sont retrouvés autour des débris. L’avion porte les marques « Robertson STOL ». C’est à dire que c’est un Cessna aux volets modifiés pour atterrir et décoller court (STOL). Avec ces équipements, on peut se permettre bien des choses en effet. Ici le premier modèle installé sur un Cessna Cardinal. Robertson avait appelé sa conversion WREN au départ, plus complexe  (avec un petit plan canard à l’avant) elle permettait de véritables prouesses. J’avais appris cet appareillage dès 1963 dans Mécanique Populaire. L’équipement en STOL Robertson a beaucoup baissé. Sur un Cessna 180-185 déjà le kit Robertson oscille aujourd’hui entre 799 et 1399 dollars.

PT-KEU cessnaLe 7 mars, c’est la filière brésilienne qui réapparaît avec des trafiquants de Cotriguaçu (au Brésil dans le Mato Grosso) volent un Cessna 210 d’une compagnie de taxi aérien, pout effectuer leur trafic de drogue vers la Bolivie. L’opération Chacal déclenchée par les brésiliens découvre l’appareil prêt à partir. 16 hommes sont arrêtés, 3 arrivent à s’échapper.  « Selon la plainte, déposée auprès de la Cour spécialisée contre le crime organisé, l’enquête a commencé en septembre 2014, lorsque le GAECO intercepté une conversation de Djalma Paula da Silva, le «Chacal», nommé soupçonné d’être impliqué avec un groupe violent appelé »New Cangaço » (…) Pendant l’enquête’, le GAECO indique que l’organisation criminelle était sur le point de perpétrer une action avec falsification des véhicules volés et des appareilss, ainsi que de trafiquer de la drogue et de commettre des crimes. Dix interceptions téléphoniques et de nombreuses enquêtes sur le terrain, ont conduit à l’identification de plusieurs membres de l’organisation criminelle, ainsi que le mode de fonctionnement utilisé par le gang. le Selon GAECO, parmi les crimes les plus graves commis par cette organisation criminelle était le vol du Cessna 210L, d’enregistrement PT-KEU, survenu le 7 Mars, 2015, à Cotriguaçu et la saisie de 80 kg  de marijuana et des homicides »dans le Sinop . Les deux pilotes de la société de tourisme, Sidnei de Sousa et Johny Goncalves da Silva s’étaient vus braquer le 7 mars, au moment de décoller par deux malfrats qui leur avaient mis le pistolet sur la tempe avant de s’emparer de l’avion. Trafiquants, mais aussi braqueurs !

crash fossé

Le 2 avril, un Cessna T210N Turbo Centurion paraguayen  -enregistré ZP-BPZ -, après avoir ravitaillé au beau milieu d’une rizière a tenté de rejoindre une piste de fortune, mais trahi et déstabilisé par l’humidité du sol s’est planté au bord d’un fossé de drainage « Les occupants se sont enfuis et ont laissé l’appareil apparemment utilisé pour transporter de la drogue » note la presse. Et mieux encore quand on apprend « qu’il n’est pas exclu que le crash a été provoqué par une mauvaise manœuvre de son pilote présume en état d’ébriété, car à l’intérieur du l’appareil plusieurs canettes de bière ont été trouvées pleines et vides. Une aile du Cessna a été partiellement carbonisée, ce qui suggère que les trafiquants ont tenté probablement de le brûler avec l’intention d’effacer des preuves qui pourraient les trahir ». Des pilotes complètement saouls, maintenant, preuve que le procédé est devenu commun et se fait avec une rare inconscience !!! L’avion avait été photographié le 8 janvier 2011 sur l’aéroport de Florianópolis Hercílio Luz Int’l au Brésil… Le Centurion, plus puissant, peut emporter jusqu’à 700 kilos.

navajo essenceTrois ans auparavant, le 12 avril 2012, c’est une très belle prise qu’avaient réalisé les boliviens de  La Fuerza Especial de Lucha Contra el Narcotráfico (Felcn) en trouvant 6 avions dans deux hangars de l’aéroport El Trompillo en liaison avec les  forces antinarcos du Paraguay, pour saisir 1 748 kilos de cocaïne et arrêter des trafiquants dont le bolivien Marco Antonio Roca Alí alias ‘Presi’ et le frère de  Jorge Roca Suárez surnommé ‘Techo ‘e paja » Un reportage télévisé visible ici  fait la visite d’un des hangars, on y distingue une véritable flotte de Cessna, mais aussi deux bimoteurs de type Navajo. cocaine cessnaOn y distinguait notamment un Cessna T210M Turbo Centurion immatriculé CP-2574 et un Piper PA-31 Navajo Cheftain, ainsi qu’un Cessna 402 Utiliner. Or le 12 avril, revoici le fameux Cessna CP-2574 saisi… retrouvé au Paraguay, lors de la campagne  « Falcon VII »  des forces du pays, sur une piste clandestine, des bidons d’essence et de cocaïne à ses côtés (photo à gauche)… dans l’avion, il y a encore 200 kilos de cocaïne en paquets, portant le sigle de leur fabricant (ci-contre). Trois paraguayens arrêtés un peu plus loin dans leur deux 4×4 (SUV  et Pickup) sont lestés de 100 000 dollars… un laxisme évident sur la gestion ou la revente des avions saisis est flagrant. Mais il n’y a pas que cela. Il y a aussi les pilotes, pour la plupart très jeunes, a constaté la Police bolivienne…
ortiz

On trouve vite d’où ils sortent. A Viru-Viru, c’est aussi la découverte d’une véritable « école de jeunes kamikazes », comme le dit si justement El Tribuno le 13 juillet 2015. L’épidémie véritable de vols de cocaïne a une source évidente !!! « Les diplômés de 11 écoles à Santa Cruz et Beni, jouent à la roulette russe avec le trafic de drogue. Santa Cruz de la Sierra est la seule ville en Bolivie avec deux aéroports internationaux avec Viru Viru (et El Trompilo qu’il  remplacé, ici son approche en Cessna 206, et ici une autre vue). Ce dernier est entouré de hangars appartenant à la Force aérienne bolivienne, et 11 petites écoles de compagnies aériennes , où des centaines de jeunes du pays voisin, de la Colombie, du Pérou, du Brésil et d’autres pays du Cône Sud (cf Argentine, Chili, Uruguay) sont formés en tant que pilotes privés. Le nombre disproportionné d’académies ouvertes à Viru Viru a frappé l’agence de lutte contre la drogue. Peu de temps avant qu’elle ne soit déplacée de son poste en mai 2014, l’ancienne directrice de la Commission nationale pour le développement et la vie sans drogues du Pérou (Devida) Carmen Masias, avait pesté contre ces centres de formation liés aux vols des narcotrafiquants entre la Bolivie. Capture d’écran 2016-01-18 à 17.04.56Dans l’une des écoles d’aviation à Santa Cruz de la Sierra, Sky Team, a été formé Carlos Ernesto Torrico Ortiz, 18 ans, l’un des pilotes boliviens qui a été arrêté 9 juin dernier à ans le Salta Forrestal. Joaquin V. Gonzalez (alias « Anta »), pris avec quatre kilos de cocaïne, après l’atterrissage de son Cessna, un avion immatriculé en Bolivie. Son partenaire, le Nil Suarez Torrez, 19 ans, est également un pilote d’avion formé à Beni Ailes Flight Training, un centre de formation de Trinidad, la capitale du Beni. A Santa Cruz, en 2011, il a été formé comme pilote  par Jesus Guzman, fils d’El Chapo, qui, jusqu’à son arrestation en février 2014, a piloté pour le cartel mexicain de Sinaloa. Cette information a été confirmée par Hugo Moldiz, ancien ministre du gouvernement de la Bolivie…  » Terrible résumé de la situation !!! Ici un vol complet entre Viru Viru et el Trompilo. Sky Team utilisait encore un C-46 (CP-1319), jusque 2012, date à laquelle il s’est écrasé, à Viru Viru. Ici, juste après la chute de l’appareil, qui datait de… 1945 !!! L’enquête affirmera qu’il s’agissait d’une erreur de pilotage, l’avion, après que son pilote ait demandé à revenir sur l’aéroport, étant monté trop abruptement avant de retomber, ce qu’on distingue en effet sur la vidéo. Le C-46 n »est pas vraiment un anion d’acrobatie… à bord, le copilote il y avait le sénateur Gerald Ortiz (CN), accompagné à bord par son fils  Jared Ortiz blessé dans l’accident. A bond aussi le père du sénateur, Luis Ortiz Fernández et un mécanicien Mario Terrez avaient perdu la vie.

0000709468On s’amuse décidément beaucoup en Cessna à Santa Cruz. Mais pas que ça : »Erick Mendez Donoso Osman (ici à droite), l’un des instructeurs les plus expérimentés de les aéroclubs de Santa Cruz de la Sierra, a connu une fin tragique dans la province de Salta (en Argentine) il y a huit mois. C’était l’un des pilotes qui s’étaient écrasés dans un avion de trafiquants, le 19 novembre 2014, après avoir jeté des balles de 250 kilos de cocaïne dans un champ de la San Severo. Mendez Donoso avait travaillé à Petrobras et pour les ministères de la Bolivie jusqu’au 23 septembre 2011, quand il a été condamné dans une affaire de fraude et de racket. Il avait fait appel de la sentence après qu’ un tribunal ait confirmé la décision le 5 novembre 2012 et l’avait envoyé pour  trois ans en prison à Santa Cruz. La peine devait se terminer en novembre 2015, mais le pilote chevronné est mort un an plus tôt à Salta Avant de percuter le sol près de la ferme de San Severo le 19 novembre 2014, avec 250 kilos de cocaïne, l’avion que pilotait Erick Mendez Osman Donoso avait déjà fait deux autres vols vers le site de l’accident, l’un le 8 août de la même année et l’autre quelques jours plus tard. » Il n’était pas le seul à agir ainsi. « Bilbao Roman Mayube était un autre pilote expérimenté qui a été tué le 22 août 2012 à Beni. Ce jour-là, la municipalité de San Joaquin  célébrait son 303 e anniversaire et Bilbao, avec son Cessna 206 (immatriculé CP-2175), effectuait des acrobaties aériennes. Lors de l’une de ses acrobaties, l’avion a percuté une maison près de la foule, s’est écrasé et a provoqué trois décès au solMayube avait été emprisonné en mars 2009, après l’atterrissage sur une piste d’atterrissage clandestine à Pajoso entre Villa Montes et Yacuiba, avec un avion chargé de 375 kilos de cocaïne d’une grande pureté qui devait « bombarder » dans l’est de Salta. Le pilote avait déjà été condamné pour trafic de drogue en 1984 et 1994 et c’était un fugitif. Bien qu’il ait été jugé et emprisonné à Palmasola pendant deux ans Mayube était retourné aux aéronefs pour piloter à San Joaquin. L’avion que la Force spéciale contre le trafic de drogues (FELCN) de Bolivie avait saisi en mars 2009 était le même Cessna 206 que la police avait donc de nouveau saisi le 9 juin dernier à Salta Forrestal. » C’était effectivement le CP-2558, vu ici ci-dessous :

aviioneta

L’avion avait été effectivement déjà capturé en 2009, près de la ville de Tarija, il portait alors comme immatriculation CP-2558, restée la même, donc, et avait à bord avec 375 kilos de cocaïne « d’une haute pureté » selon la presse, d’une valeur d’environ  2 millions de dollars US. Les trafiquants avaient ce jour là perdu la cargaison, et l’avion et l’équipage de l’appareil avaient saisis, les deux pilotes envoyé  à la prison de Palmasola  par ordonnance du juge Estrella Montaño. Leurs noms ? Roman Mayube Bilbao,  le copilote étant ce jour-là Willy Ricaldi Rossi. L’avion, bleu et blanc avec un liseré rouge, noir et doté avait été repeint en des tons de marron et de blanc, une décor plus récente en effet. Cette fois-ci, il avait été découvert près de Campo Pajoso, au bord de la frontière avec l’Argentine. Le journal EL Tribuno avait proposé à ses lecteurs la comparaison, confondante :

0000709418

Le nid de « kamikazes » de la coke engage aussi parfois des pilotes étrangers. « Seulement 17 pilotes peuvent entrer dans l’une des nombreuses écoles de pilotage de Santa Cruz de la Sierra. Les cours sont de trois à huit mois et le coût, avec toutes les dépenses incluses sont de 30 à 40 000 dollars.cessan jeune pilote Assistent à ces écoles non seulement des garçons de nationalité bolivienne (13% des pilotes privés qui a été reçus dans les écoles de Santa Cruz et Beni sont des ressortissant colombiens) et un pourcentage vient aussi du Pérou du Brésil et de l’Equateur, selon les dossiers de la Direction générale de l’aviation civile.crash novembre Certains membres du Congrès du pays voisin ont commencé à montrer leurs préoccupations pour les jeunes pilotes capturés. Le Cône Sud, avec des avions anciens et dangereux à piloter présente un record du monde dans les accidents aériens, nécessitant des accords régionaux urgents pour arrêter l’épidémie. » En novembre 2014, un avion de Elorza Servicios Aéreos, société aérienne de Santa Cruz, s’écrasait (photo ici à droite) avec à bord un jeune pilote de Beni, Hirmes Jesús Suárez. Le 11 juin 2015 encore, un Cessna CP-1942 se posait à nouveau à Salta Forestal près de la ville de Joaquín V. González, avec à bord de la drogue provenant de Bolivie (icià gauche).  Les deux pilotes, âgés à peine de 18 et 19, de nationalité bolivienne, avaient emporté avec eux 4 kilos de cocaïne.

Le contrôle de ces appareils n’est pas fait par le gouvernement : on ne se demande même pas, par exemple, où partent les 600 000 litres par mois d’av-gas (essence d’aviation pour moteurs à pistons), qui sert à toutes ces écoles, note l’article. Le contrôle des importations d’appareils n’existe pas non plus : « en Bolivie, l’importation des aéronefs américains, déclarés comme rebuts ayant dépassé leur vie utile, reste constant, à un taux de cent unités par an » note l’auteur de l’article. « Un meilleur contrôle des frais de scolarité des pilotes, des expéditions de carburant d’aviation et des plans de vol sont les autres questions qui restent en suspens. Pas de dossiers de consommation, les aérodromes brûlent  par mois entre 500 et 600 mille litres de AV-gas, le carburant utilisé par les avions. Et la demande accrue est enregistrée à Santa Cruz de la Sierra. Le manque de contrôle sur l’utilisation du carburant facilite également les opérations des trafiquants, qui ont également pratiquement l’espace aérien libéré par la faible couverture radar du pays ». 

Un amer constat s’impose. C’est le laxisme du pouvoir en place qui a permis tout ce gâchis de jeunes vies, nous dit la presse bolivienne : « entre 2012 et 2014, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) de la Bolivie a autorisé l’importation et l’exploitation de vol de plus de 200 avions, qui avaient été rejetés aux États-Unis en raison de son âge, et ont fini détournés, dans 50% des cas, pour transporter de la drogue par voie aérienne. Cela a été révélé par un document interne qui a émergé de la FAA elle-même, des ministères et des Travaux publics du pays voisin, avec des commandes d’un audit externe et une enquête criminelle montrant de graves manquements aux obligations dans ce corps. Le journal EL Tribuno (La Tribune) a examiné les droits contenus dans le rapport et a constaté que 70% des avions accidentés ou saisis dans le nord de l’Argentine, depuis 2008, correspondent aux aéronefs qui ont été importés de la Floride (États-Unis) à Santa Cruz de la Sierra et Beni (Bolivie). L’autre 30% est divisé entre les aéronefs qui sont entrés dans les mêmes conditions au Paraguay ou volés dans les aéroclubs en Argentine. Lors des deux dernières années, ont disparu huit avions Cessna, qui sont aujourd’hui pour la plupart  dans des réseaux de narcotrafiquants, et ils peuvent transporter jusqu’à 500 kilos. Le lundi 6 juillet, les forces de sécurité ont saisi dans le Paraguay dix avions qui ont été utilisés pour la contrebande de drogues. Tous ces avions avaient été importés des États-Unis et ont eu accès irrégulièrement à Asuncion et d’autres villes du Paraguay, avec de faux documents et la complicité de fonctionnaires. Le rapport interne de l’air de la DGAC, qui peut être vu à la tribune numérique, expose le poids de la corruption et de collusion pour assurer l’impunité pour les réseaux de trafic de drogue transnationaux  dans les pays du Cône Sud. Dans le document, les vérificateurs internes du corps, ont noté que malgré les instructions qui ont été données en 2011 pour freiner l’importation des aéronefs, cela a continué, lors ses deux dernières années. L’Autorité a autorisé l’entrée de plus de 200 avions « archaïques » avec 30, 40 et même plus d’années d’utilisation, à condition qu’is subissent un examen complet en Bolivie. Les vérifications techniques, mécaniques et documentaires qui convenaient n’ont t jamais été respectées et les résultats ont été rapidement visibles ».

Nous n’en sommes qu’à la moitié de l’année, avec ce tableau effarant : demain, nous étudierons la suite de ces crashs à répétition en Bolivie ou d’avions boliviens au Paraguay ou au Brésil…

(1) Courrier International, dans son édition du 3 février, constate et déplore le même tableau, en titrant « Pérou-Bolivie, Le grand retour du trafic massif de cocaïne par avion« …

on peut relire :

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/coke-en-stock-xxxix-en-bolivie-une-91607

LOS MAYORES TRAFICANTE DE DROGA DEL MUNDO ENTRE PARAGUAY Y B…

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

http://www.centpapiers.com/coke-en-stock-cxi-en-bolivie-une-veritable-ecole-de-kamikazes-de-la-coke/

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000000

http://quibrianza.it/cronaca/limbiate/un-carico-di-3-tonnellate-di-hashish-condannato-anche-un-limbiatese.html

Posté avec WordPress pour Android

http://www.critica.com.pa/sucesos/senan-incauta-cocaina-municiones-y-motores-fuera-de-borda-421771

Posté avec WordPress pour Android

PARAGUAY: frustran envío a EEUU de cocaína oculta en juguetes

Publié: 9 février 2016 par Marc Fievet dans INFOS

http://www.ultimahora.com/frustran-envio-eeuu-cocaina-oculta-juguetes-n965902.html

Posté avec WordPress pour Android

http://m.radio-canada.ca/regions/atlantique/2016/02/09/004-cocaine-importation-garde-cotiere-defense-nationale-acadie-nouvelle-ecosse.shtml

Posté avec WordPress pour Android

http://www.letempsdz.com/index.php/132-actualite/175013-accus%C3%A9-%C2%AB%C3%A0-tort%C2%BB-dans-une-affaire-de-trafic-de-coca%C3%AFne-le-g%C3%A9n%C3%A9ral-abderrahmane-s-en-remet-%C3%A0-bouteflika

Posté avec WordPress pour Android

http://m.eluniversal.com.co/sucesos/decomisan-mas-de-media-tonelada-de-cocaina-en-cartagena-218661

Posté avec WordPress pour Android

http://www.minuto30.com/incautan-en-santa-marta-339-kilos-de-cocaina-ocultos-entre-bananos/436225/

Posté avec WordPress pour Android

Affaire « Sonia », la gestion des informateurs

Si les enquêteurs sont parvenus rapidement à remonter la piste menant au lieu de nomadisation d’Abdelhamid Abaaoud et ensuite à sa « planque » (à ne pas confondre avec un appartement conspiratif…) de Saint-Denis, cela a été rendu possible par le recueil d’un signalement essentiel adressé aux autorités via le numéro vert 197 mis en place dès les attentats perpétrées, les appels à témoins, la diffusion des photographies des suspects dans les médias, au renseignement scientifique et renseignement technique. Cela confirme la réflexion de Freud : « Celui qui a des yeux pour voir et des oreilles pour entendre constate que les mortels ne peuvent cacher aucun secret. Celui dont les lèvres se taisent bavarde avec le bout des doigts ; il se trahit par tous les pores. C’est pourquoi la tâche de rendre conscientes les parties les plus dissimulées de l’âme est parfaitement réalisable. »

JPEG

Lors d’événements graves, de nombreux citoyens peuvent être désireux d’apporter leur concours aux services. Peu avant la seconde guerre mondiale, l’American legion désireuse de lutter contre l’espionnage et la subversion avait proposé de créer un service de renseignement reposant sur ses très nombreuses sections réparties à travers tout le territoire des États-Unis. Chaque section se proposait de remettre manuels d’instruction et insignes à chacun de ses membres qui serait appelé à diligenter des enquêtes pour ensuite établir un rapport qui serait remis au Federal Bureau Investigation. Il n’était pas question pour le gouvernement de laisser s’implanter un service parallèle (un pays proche du nôtre l’a fait et cela lui a plutôt été profitable), mais il convenait de ménager les patriotes. Hoover fit une contre proposition. Il proposait de mettre à sa place une liaison visant à établir le contact entre les légionnaires et les agents spéciaux affectés aux différentes antennes locales maillant le territoire. Chaque légionnaire détenteur d’informations pourrait remettre celle-ci directement à l’antenne concernée, qui à son tour se chargerait de l’enquête. Cette proposition fut finalement acceptée en novembre 1940 lors du congrès de l’American legion d’Indianapolis.

Les policiers ne travaillent pas toujours sur commission rogatoire, il opèrent aussi en « préliminaire » et nombre d’affaires s’engagent en l’absence de plainte ou de requête du parquet. Le fonctionnaire ne peut être partout à la fois et ne peut pour différentes raisons infiltrer certains milieux. Sans informateurs, un service est sourd et aveugle. Les informateurs sont à la base du renseignement et tout service se doit à disposer d’un réseau capable de l’alerter d’un délit en préparation ou à diriger les investigations pour en interpeller les auteurs et les complices. Les différents services recherchent leurs sources en fonction de leurs besoins : hôteliers, concierges, garagistes, imprimeurs, armuriers, loueurs de voitures, tenanciers de boites de nuit, etc., et parmi des milieux dont le citoyen est loin de se douter.

L’informateur dans le propos nous concernant n’est pas à confondre avec un délateur ou une « balance » (l’argot policier dispose d’une dizaine de mots pour désigner ceux-ci), il s’agit d’un acte citoyen responsable visant à épargner directement ou indirectement des vies et dont l’informateur ne retire aucun bénéfice (cas « Sonia »). L’emploi des informateurs s’appuie sur une jurisprudence du 6 juillet 1894 et le service n’est pas tenu à en révéler le nom à la justice, du moins légalement. Il suffit au fonctionnaire de rédiger un « blanc », c’est à dire une note sans mentionner sa source. Dans la réalité des faits, le fonctionnaire veut se couvrir et mentionne le nom de sa source en faisant de facto un témoin dont le nom apparaîtra dans la procédure. C’est comme cela que l’identité, l’adresse et le numéro de téléphone de « Sonia » se sont retrouvés consignés dans le PV d’audition ! Quand bien même le fonctionnaire réaliserait tardivement les conséquences de sa bévue, il lui est impossible de revenir à un état antérieur. Le PV est joint à la procédure. Là où le bât blesse, c’est que toutes les personnes mises en examen et les parties civiles peuvent avoir accès au dossier via leur avocat et que certains proches de l’enquête n’éprouvent aucun problème de conscience à violer le secret de l’instruction et à informer des journalistes se rendant complices de la mise en danger de la vie d’autrui.

« Sonia » souhaiterait pour des raisons de sécurité pouvoir bénéficier de nouveaux documents d’identité, mais aucun texte ne le lui permet. Le statut de repenti adopté en 2004 est entré en application en 2014, les modalités sont du ressort de la Commission nationale de protection et de réinsertion et la gestion assurée par le Service interministériel d’assistance technique. Le code pénal dispose de deux niveaux de protection pour les témoins : la possibilité de domiciliation (commissariat ou gendarmerie notamment) et le témoignage sous « X » pour les faits punis d’au moins trois ans d’emprisonnement. Lors d’une confrontation, le témoin peut être entendu à distance et sa voix modifiée. Comment apprécier des faits quand on ne connait pas le lien de subordination direct ou indirect entre le mis en examen et le témoin ?

L’informateur est la cheville ouvrière des services. La police judiciaire dispose d’environ 2 000 informateurs « réguliers » et autant sont immatriculés comme aviseurs auprès des douanes et un millier auprès de la gendarmerie. Ce chiffre reste faible par rapport au nombre de la population, plus de 66 millions d’habitants plus les rats des villes et ceux des champs. Au début du XIX° siècle, Fouché pouvait compter sur 10 000 « écouteurs à gages » en région parisienne, 5 000 en province et cinq cents à l’étranger. Parmi les professions les plus représentées ont trouvaient : le personnel de maison, les cafetiers, les prostituées, les petits commerçants, les repris de justice et les oisifs fréquentant les cercles. Les employés de la voirie de la ville de Paris, par exemple, recevaient la somme de 100 francs pour la dénonciation d’un émigré clandestin… Quand je vous disais que ce ne sont pas les moyens qui manquent mais la volonté, en voilà un exemple direct.

Les récentes affaires, Merah et compagnie, ont braqué l’éclairage sur la difficulté qu’il y a à contrôler un informateur. Si le B.A BA consiste à éplucher les antécédents du « cousin », il n’est pas toujours facile pour le service de savoir où il met les « pieds ». Le recours aux indicateurs n’est pas exempt de risque, on les surnomme d’ailleurs les « casseroles » ! Recruter un informateur est une affaire délicate mais ce qui est encore plus difficile, c’est de le guider secrètement, de le protéger, de se prémunir des retours de « manivelle ». Leurs informations sont à utiliser avec une extrême prudence. Précisons que l’informateur n’« appartient » pas à un fonctionnaire, il appartient à un service et depuis la loi Perben (2004) il est immatriculé. Le fonctionnaire dispose d’un carnet relationnel dans lequel il doit noter toutes les rencontres, qu’il s’agisse de source occasionnelle ou de sources immatriculées.

La manipulation d’informateurs nécessite : patience, esprit critique, humilité, de l’expérience et une extrême prudence, faute de quoi le traitant pourra aller à la « faute » et être à l’origine d’un scandale qui rejaillira sur tout le service. Il est parfois préférable de se passer des services d’un informateur qui pourrait se révéler nuisible, voire dangereux. Ce risque est d’autant plus à craindre que le traitant n’est pas familiarisé avec le milieu en question. Plongez un universitaire frais émoulu dans le milieu du trafic d’armes ou du terrorisme et vous ne tarderez pas à constater qu’il sera immédiatement « détronché ». Il faut dans ce cas envoyer un « agent » hors cadre sous fausse identité.

Une affaire peut occuper un informateur pour quelques heures ou plusieurs années, tout dépend de la nature de l’affaire, du milieu à infiltrer, de la prudence de l’informateur et de la sécurité des rencontres avec son traitant. Le terrorisme est dépendant de « milieux » divers ou d’accointances pour se procurer : des armes, des faux-papiers, des « planques », et des subsides provenant de trafics et d’escroqueries divers et variés. La création d’une cellule autarcique n’est pas encore à leur portée.

Le traitant se doit de « cultiver » l’informateur, cela s’apparente parfois au travail de psychologue, de confesseur, il faut écouter leurs petits problèmes sans oublier lors de la rencontre suivante de s’enquérir d’une amélioration quelconque de leurs tracas. Cultiver la relation c’est parfois rendre un petit service afin de rendre l’informateur redevable (principe du don et contre-don), mais ce petit jeu peut parfois conduire devant le conseil de discipline. Tout est affaire de jugement. Il est bon de savoir que celui qui incite autrui à commettre un délit ou un fait délictuel est considéré comme complice (art 121-7 CP). Les faits sont d’autant plus graves lorsque la provocation a été accompagnée de dons, promesse, menace, abus d’autorité ou de pouvoir, de machination ou artifice coupable. Le provoqué pourrait ensuite invoquer une contrainte morale et prétendre que sa volonté n’a pas été recueillie librement. Cela pourrait suffire à faire disparaître l’élément moral de l’infraction.

Le décret du 18 mars 1986 portant sur le code de déontologie de la police nationale fait mention des méthodes de provocation active ; dans le cas où le fonctionnaire ne se borne pas à constater une infraction préexistante à sa venue. Il est arrivé dans certaines affaires que le policier ait été sanctionné alors qu’il avait lui même été provoqué par un informateur ! Il suffit que l’action policière n’ait pas été déterminée par la volonté du fonctionnaire. En clair, un fonctionnaire peut surveiller les opérations et même intervenir dans une affaire, mais il ne saurait être question d’inciter un informateur à organiser un délit. Dire que cela est toujours respecté aurait un côté angélique irréel. La hiérarchie qui a le devoir de veiller au contrôle de ses services n’en est pas toujours informée, ou pire, il lui arrive de fermer les yeux, mais il s’agit le plus souvent d’une non exploitation des informations. Certains d’entre-vous le regretteront sûrement, rien ne vaut un bon « pot de miel » pour attirer l’ours et l’obliger à sortir de sa tanière. Et « croyez » moi, les astuces ne manquent pas, des délinquants pourtant chevronnés sont tombés dans des pièges que certains lecteurs qualifieraient un peu trop hâtivement de ridicules, et certaines pratiques ne manquent pas de sel… Petite phrase du jour : l’aveugle ne peut parler que de ce qu’il a entendu et le sourd de ce qu’il a vu.

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/affaire-sonia-la-gestion-des-177418

0000000000000000000000000000000

This is a photo of Lawrence Chapa, who was working as a government informant when he was driving a truck that was fatally attacked in Houston. Chapa, 53, was from Houston. This shot is from 2/4/2010 when he was arrested by HPD for possession of a controlled substance. Photo by HPD Photo: HPDUpdated 3:11 pm, Tuesday, February 2, 2016
Nov. 21, 2011, in Houston. ( James Nielsen / Chronicle )
 ——————————————–

The owner of a small Texas trucking company continues to fight with the U.S. government over the death here of an informant slain while working as the man’s 18-wheeler driver while at the same time also secretly an informant for the Drug Enforcement Administration.

The U.S. 5th Circuit Court of Appeals is expected to issue a decision in coming months over whether a lawsuit for damages should be sent back to Houston for a trial. A three-judge panel heard oral arguments Monday in New Orleans.

« Make no mistake about it, if this court affirms this court below then you are saying loudly and clearly that the United States government has the authority, the discretionary authority, to commandeer the vehicle or the property or the home of any person in this room for law enforcement purposes without their knowledge and without their consent, and even without paying under the tort claims act, » Craig Patty’s lawyer, Andy Vickery, told the panel of judges.

« That is what is at stake here, and it is truly extraordinary, » Vickery said.

Patty’s lawyers hope that the court will reverse a decision by U.S. District Judge Lee Rosenthal that Patty should get nothing from the DEA for secretly using his truck.

Many of the government’s motions filed in the case were kept sealed to protect the secrecy of DEA operations.

READ: http://www.chron.com/news/houston-texas/article/Truck-owner-fighting-DEA-over-death-of-informant-6800653.php#photo-5384268

0000000000000000000000000000000000000000

conteneur

http://www.linfodrome.com/faits-et-mefaits/24693-en-route-pour-la-cote-d-ivoire-8-tonnes-de-cocaine-saisies-en-bolivie

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000


%d blogueurs aiment cette page :