Archives de 25 février 2016

Pmargaritacaribor Mariana Cobián 02/25/2016 |04:21 p.m.
Se entiende que la cocaína venía procedente de las Islas Margaritas, en Venezuela.

Se arrestan a 10 individuos.

Cerca de 800 libras de cocaína fueron confiscadas esta semana por agentes federales y estatales, y se logró el arresto de 10 personas ligadas a una organización de narcotráfico, incluyendo transportistas y el dueño de la droga.

El agente especial interino de la Oficina de Seguridad Interna del Servicio de Inmigración y Control de Aduanas (ICE-HSI), Ricardo Mayoral, ofreció la información esta tarde en conferencia de prensa en las oficinas de la agencia federal en Santurce, flanqueado por bultos de la marca Adidas llenos de bloques de cocaína, armas, municiones y parafernalia.

Acompañado por funcionarios del Negociado de Aduanas y Protección Fronteriza (CBP, por sus siglas en inglés) y de la Guardia Costera, Mayoral indicó que la incautación de 794 libras de cocaína con valor de $8 millones fue producto de una investigación que comenzó en febrero del año pasado, con agentes encubiertos que lograron infiltrarse en esta organización, que se dedicaba a mover cientos de kilos de cocaína a Estados Unidos a través de Puerto Rico.

LEER:

http://m.primerahora.com/noticias/policia-tribunales/nota/incautancargamentomillonariodecocaina-1138971/

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000

senanjueves 25 de febrero de 2016
Gina Jiménez Arias
gjimenez@laestrella.com.pa

El buque pretendía llegar a Francia

Unidades del Servicio Nacional Aeronaval (SENAN) decomisaron este jueves 377 paquetes de presunta cocaína que era transportada en nueve bultos.

De acuerdo a las unidades, los narcotraficantes utilizaron el método “Rip Off” o también llamado “Gancho Perdido”, que es el traslado de droga a través de contenedores. Ésta fue encontrada en un buque mercante, con bandera de Hong Kong y cuyo destino final era Francia.

 SENAN

LEER:

http://elsiglo.com/cronica-roja/senan-decomisa-377-paquetes-cocaina-buque/23924223

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000

Afficher l'image d'origine«La lutte contre le crime organisé est impossible sans opérations undercover»

Fausto Cattanéo

°°°

Casquette de base-ball et lunettes de soleil sur la visière, Fausto Cattanéo, 58 ans, a repris sa tenue de commissaire de la police antidrogue suisse. Pendant plus de dix ans, le Suisse-Italien a enfilé les habits des «parrains» ­ Rolex en or, fringues de luxe italiennes, «bague à 55 000 francs suisses prêtée par un ami joaillier» ­ pour «traiter d’égal à égal» dans des palaces en Suisse, à Miami, Istanbul, Rio de Janeiro, avec langoustes, champagne à gogo et cigares cubains. Agent undercover (sous couverture), en opérations financées par l’Etat et contrôlées par la justice. Pour décapiter les mafias, le représentant masqué de la loi a dû s’acoquiner avec les hors-la-loi, pseudo- conseillers financiers ou avocats véreux, capables de blanchir des millions de narcodollars en Suisse.

Jusqu’au vertige!

Replié dans une modeste maison rose de la banlieue de Locarno (Suisse), le retraité du double jeu a accroché ses trophées : médailles et écussons des polices antidrogue américaine et européenne, «cravate en or» des carabiniers italiens, faux passeport au nom de Pierre Consoli, «mon oncle préféré», une photo de son pote «Sam» de la DEA (douanes américaines) et de «Consoli» enlacés devant un monticule de paquets bruns d’héroïne iranienne : «100 kilos! Ça vaut 4 millions de dollars», siffle l’agent. Une belle prise et un réseau démantelé, à l’issue d’une infiltration ponctuée de péripéties et de gages, de mensonges et d’improvisations.

Flic par hasard à 27 ans, ce fils de bûcheron et de cordon-bleu, surnommé «Tato» (le petit dernier de quatre enfants), a remisé ses «deux rêves de jeunesse», pilote d’avion ou cuisinier. Le voilà commissaire, agent de sécurité de la Swissair, «à côté du cockpit», bombardé chef du service antidrogue de Locarno en 1975. Contre son gré. «Je ne connaissais rien aux stupéfiants.» Mais le polyglotte (cinq langues) n’y a pas coupé. Ramasser les cadavres de toxicos lui a donné la rage et la «force» de s’attaquer aux filières via les blanchisseurs helvètes implantés à Lugano, grosse place financière qui brasse de l’argent sale, aux portes de l’Italie, à 50 kilomètres de Milan.

Afficher l'image d'origineA ses débuts, en 1980, un versement à Lugano de 6 millions de dollars de La Paz le met aux trousses de «Miss Bolivie» et d’un fils Suarez, puissante famille qui détient le monopole de la cocaïne. Le commissaire s’infiltre à Miami pour les tractations avec le fils Suarez, puis en Bolivie pour embarquer la marchandise. Sur une piste d’atterrissage aménagée à Cochabamba, «c’est l’équipe paramilitaire de Suarez, les Fiancés de la mort, des fascistes italiens, suisses et allemands dirigés par Klaus Barbie alias Altman, qui charge les 600 kilos de pâte de coca». Au procès, à Miami, Suarez Junior a pointé deux doigts en direction de Cattanéo et «a fait mine de tirer».

L’agent undercover qui s’éclipsait au moment des arrestations n’a jamais compris pourquoi la procureure Carla Del Ponte (aujourd’hui présidente du Tribunal pénal international) a versé au procès du fils de Pablo Escobar son «journal de bord d’infiltré» du cartel colombien, une pièce d’ordinaire confidentielle. Au risque de l’exposer. Trop «incontrôlable» et jusqu’au-boutiste aux yeux de la magistrate. L’ex-commissaire dénonce sa «frilosité» : «La lutte contre le crime organisé est impossible sans opérations undercover.» Avant d’atteindre Escobar junior, le flic a passé une année à manipuler son ambassadeur, Mario Calderón, à le «tenir en dépendance psychologique», à jouer sur son point faible, l’alcool, pour mieux le lui reprocher ­ «je ne veux pas travailler avec un type qui boit» ­, jusqu’à l’arrivage à Francfort de 390 kilos de coke cachés dans les doubles fonds de barils de bile de taureau destinés à l’industrie cosmétique.Afficher l'image d'origine

Sans protection de l’Etat, Fausto Cattanéo, qui n’a toujours pas d’adresse publique mais une boîte postale, reçoit encore des menaces des trafiquants. L’ex-agent se fait du mauvais sang, pas tellement pour sa grande carcasse ­ 1,80 m et 80 kg ­ mais pour sa blonde femme brésilienne, Isabel Maria, qui l’a aidé voilà dix ans à traquer les cartels de Rio de Janeiro lors de son ultime opération dite «Mato Grosso», sabordée par des magistrats helvètes. Une enquête «trop dérangeante» qui a révélé de sales pratiques de flics des stups français, brésiliens, suisses et italiens. En 1991, l’agent undercover s’est immiscé entre deux acheteurs, des Napolitains de la Camorra et les fournisseurs boliviens, par l’entregent d’un «chasseur de primes».

A Rio de Janeiro, il mise sur une livraison de cinq tonnes de cocaïne du Brésil en Europe, évoquée dans les conversations téléphoniques. Et tombe amoureux d’Isabel Maria, une vendeuse de bijoux, qui l’a démasqué : «Tu es agent secret, toi !» Elle l’aide ensuite à traduire les écoutes.

En janvier 1992, un commissaire de l’office des stups français (Ocrtis) se plaint de Cattanéo au ministère public fédéral suisse : «Trois chasseurs de primes ne veulent plus travailler avec lui car il fréquente une prostituée.» «Des ragots qui auraient dû être traités par le mépris», peste encore l’ex-flic. Or, ses supérieurs l’ont éjecté de l’opération Mato Grosso et relégué à l’Institut de criminologie de Lausanne. Il enrage, enquête, tombe sur une histoire de ripoux. Un indic lui balance une livraison à Nice de 50 kilos de cocaïne montés par des «collègues» des stups français et suisses, avec pour livreurs deux chasseurs de primes qui ont empoché les 800 000 dollars de la vente.

( FRANCE (OCTRIS année 1989): un grand cru pour Mario Le Corff)

Cattanéo trouve les preuves et les apporte au juge suisse chargé d’une enquête interne sur son cas. Il doit encaisser la riposte : «La presse et la rumeur ont colporté que j’avais enfilé les habits des trafiquants, quitté le commissariat pour entrer dans l’organisation criminelle… Ma mère de 82 ans et mon frère juge sont morts dans le doute.» En 1993, Cattanéo plonge dans une «dépression vertigineuse» et oscille au bord du suicide, face au lac Majeur, le doigt sur la détente de son calibre 9 de service. Broyé et ruiné, avec 350 francs suisses par mois, le flic pleure, impuissant, à des milliers de kilomètres d’Isabel Maria, menacée à Rio et qui se cache dans les favelas, «les endroits les plus malfamés mais les plus sûrs», pour échapper à ses tueurs. Il repart au Brésil, se marie et exfiltre sa belle à bord «d’un bus plein de contrebandiers», 3 000 km jusqu’à Asunción, au Paraguay.

Le 27 juin 1994, l’enquête interne démontre que Fausto Cattanéo a accompli sa mission «en toute légalité».

Réhabilité, le flic opte pour la retraite anticipée avec plein salaire, l’équivalent de 40 000 F par mois.

A Locarno, Isabel Maria tient une boutique de fringues et Fausto Cattanéo se dope au vélo tout-terrain, grimpe 20 km à flanc du mont Motti, pédale 10 000 bornes par an pour se «gonfler» et raconte tout dans un livre sur ses opérations undercover (1). «J’ai été envoyé au feu sans protection. Qui peut prétendre sortir indemne de ce grand jeu ? Pour être crédible, il faut jouer avec ses tripes», écrit le flic suisse, qui en veut à l’Etat de l’avoir laissé tomber. «On sort rarement intact de ce genre d’exercices schizophrènes.».Fausto-Cattaneo

photo MARC VANAPPELGHEM

(1) Fausto Cattanéo. Comment j’ai infiltré les cartels de la drogue. Editions Albin Michel.

Fausto Cattaneo en 8 dates

15 février 1943 : Naissance au village de Mecolcina, en Suisse italienne.

1969 : Ecole des commissaires de police.

1975 : Chef du service antidrogue de Locarno.

1988 : Représentant de la Suisse

à l’étranger pour les enquêtes sous couverture.

1992 : Conflit avec sa hiérarchie sur l’opération «Mato Grosso» au Brésil.

1992 : Envoyé à l’Institut de criminologie de Lausanne. Mariage avec la Brésilienne Isabel Maria.

1994 : Réhabilité par une enquête interne.

2001 : Livre sur ses opérations d’infiltration des cartels

http://www.liberation.fr/portrait/2001/03/10/une-vie-stupefiante_357355

LIRE aussi:

REMEMBER l'Opération COTUGRE et ses suites: Alessandro Troja a été tué le 17 octobre 1990C’est Alessandro Troja qui permit l’arrestation de Claudio Pasquale Locatelli avec 42 kilos de cocaïne dans le sud de la France par l’OCTRIS de Mario Le Corff.

 

http://marcfievet55.skyrock.com/3176736767-REMEMBER-l-Operation-COTUGRE-et-ses-suites-Alessandro-Troja-a-ete-tue.html

°°°

Le 27 novembre 1993, le commissaire Fausto Cattaneo, responsable du Service « Informations sur la drogue » de la police suisse, transmet un rapport à toutes les autorités judiciaires suisses compétentes, dont Carla Del Ponte, rapport qui restera sans suites. Malheureusement…


Un rapport dont le contenu a été repris dans un livre intitulé « Comment j’ai infiltré les cartels de la drogue », paru chez Plon en 2001 (dont a également été tiré le film Dirty Money, l’infiltré), où le commissaire Fausto Cattaneo explique que dans le cadre de l’opération Mato Grosso, infiltré parmi les trafiquants de drogue brésiliens auprès de qui il se fait passer pour un avocat mafieux, l’un d’eux, un certain Juan Ripoll Mary, lui parle de l’empire économique et financier de Silvio Berlusconi, qui serait impliqué dans le blanchiment d’argent des narcotrafiquants…

Source: http://adscriptum.blogspot.fr/2010/09/liceberg-silvio-berlusconi-la-partie.html

00000000000000000

JPEG - 214.9 koLe milliardaire américain George Soros, grand mécène des organisations qui militent pour légaliser la drogue. Après avoir financé la candidature d’Obama, il « dope » celle d’Hillary Clinton.

Par deux fois au cours de ces derniers mois, le quotidien américain New York Times a provoqué un choc en publiant des statistiques montrant une surmortalité aux Etats-Unis parmi les adultes, mais aussi chez les plus jeunes. Situation entièrement due à la crise économique, politique et morale que subit le pays, en particulier depuis les présidences Bush et Obama.

La première étude, publiée en novembre 2015, montrait une forte hausse de la mortalité parmi la population blanche âgée de 45 à 54 ans, et la moins éduquée (bac au maximum). Les données recueillies par le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) révèlent que ceci n’est pas le fait des grandes « tueuses » (maladies cardiovasculaires et diabète), mais des suicides et de maladies telles que la cirrhose du foie d’origine alcoolique, ainsi que des surdoses d’héroïne et d’opiacés pharmaceutiques. Entre 1999 et 2014, la mortalité dans ce groupe d’âge s’est accrue de 134 décès pour 100 000 personnes. En faisant le calcul, 500 000 personnes auraient eu une vie bien plus longue, si les conditions économiques et de santé publique de l’ère de Franklin Roosevelt étaient encore en vigueur……

Et en France ?

LIRE sur:

http://m.solidariteetprogres.org/ravages-drogue-Etats-unis.html

Posté avec WordPress pour Android

000000000000000000000000000

Une saisie record dans la région nantaise.Publié le 25 février 2016

© France 3 PDL | Une saisie record dans la région nantaise.

José Guédès, avec OC

La police a saisi cinq kilos de crack et sept personnes ont été mises en examens dans cette affaire. Le leader âgé de 26 ans est déjà bien connu des services de police. Mais au delà de ces arrestations l’apparition de cette drogue dans la région nantaise inquiète…

2 kilos d’héroïne et 5 kilos de Crack ont été interceptés par la Police Judiciaire nantaise au terme d’un an et demi d’enquête.
Ce sont 7 hommes expérimentés, à bord de 3 voitures, qui transportaient la drogue destinée au marché Nantais… De quoi surprendre les policiers !

>> Voir le reportage de José Guédès et Antoine Ropert : 

Drogue : une saisie de Crack record dans la région nantaise
La police a saisi cinq kilos de crack et sept personnes ont été mises en examens dans cette affaire. Le leader âgé de 26 ans est déjà bien connu des services de police. Mais au delà de ces arrestations l’apparition de cette drogue dans la région nantaise inquiète…

On est surpris car c’est un produit qui n’est pas connu sur la plaque nantaise

La drogue arrivait du Nord de L’Europe. C’est dans la région que les trafiquants ont été interpellés. Certains au péage de Corzé dans le Maine et Loire, les autres au péage d’Ancenis en Loire-Atlantique.

Afficher l'image d'origineLe crack est composé de 70% à 100% de cocaïne pure, une drogue très addictive qui peut se fumer avec une pipe à eau.

L’arrivée de crack dans la région nantaise, voilà qui inquiête Franck Boëzec. Avocat au  barreau de Nantes. Il est intervenu, à plusieurs reprises, dans des affaires de stupéfiants et jamais le crack n’était apparu dans un dossier. « Quel peut-être l’objectif d’une si grande quantité ? S’agit-il d’une commande particulière ou d’une volonté prosélyte qui se dessine pour rendre des personnes dépendantes ? On est pas obligés d’imaginer le pire mais on s’interroge… » confie l’homme.

Dangereux et bon marché, le crack reste rare en France : sur l’année 2014, 19 kilos de crack avaient été saisis dans le pays.

http://m.france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/nantes/drogue-une-saisie-de-crack-record-dans-la-region-nantaise-936555.html

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000

En Córdoba fue destruido un laboratorio de cocaína del ‘Clan Úsuga’
°°°

Jueves, Febrero 25, 2016

Unidades de la Dirección Antinarcóticos de la destruyeron un laboratorio para el procesamiento de cocaína que el ‘Clan Úsuga’ había instalado en el municipio de Montelibano, Córdoba.

Afficher l'image d'origineEl operativo se desarrolló en zona rural de la vereda Santa Elena, jurisdicción del municipio de Montelibano.

Hasta dicho lugar llegaron unidades de la Policía Judicial, comandos Jungla de la Dirección Antinarcóticos, los cuales fueron apoyados por la aviación de la Fuerza Pública.

Según las autoridades, dicho laboratorio constaba de seis construcciones rústicas en madera y plástico negro, ocultas en la espesa vegetación de la zona, en las cuales se hallaron 36 kilos de clorhidrato de cocaína, 99 kilos de base de cocaína, 272 galones de insumos líquidos y  265 kilos de insumos sólidos.

Así mismo, se logró la incautación de diferentes elementos utilizados para la fabricación de estupefacientes, entre las cuales se encuentran: una secadora, una empacadora al vacío, dos grameras electrónicas, una filtradora, un marciano, un gusano de siete bocas, siete hornos microondas, una prensa hidráulica, dos moldes metálicos, una mesa de secado de tres compartimientos, una centrifuga, una electrobomba, un quemador, un equipo de soldadura, dos extinguidores, dos pipetas de gas de 40 libras, tres tubos de precipitado, 100 bolsas de látex, 11 rollos de cinta adhesiva, 200 pliegos de papel filtro, 06 rollos de papel chicle, una caja de breakes, tres paquetes de marquillas adhesivas con las letras qp, 100 marquillas de un águila , 50 marquillas arte 100% colombiano, un molde de marquilla metálica con las letras qp y 30 metros de plástico negro.

Con este operativo de destrucción e incautación se afectan las finanzas de la organización narcotraficante ‘Clan Úsuga’, en  172 millones 800 mil pesos en los que estaban valorados los 36 kilos de clorhidrato de cocaína, 179 millones 179 mil 200 pesos por los 99 kilos de base de cocaína), 44 millones 942 mil de los 272 galones de insumos líquidos y 4 millones 170 mil pesos de los 265 kilos de insumos sólidos, para un total de 401 millones 91 mil 200 pesos.

La Policía Nacional durante el 2016, ha logrado la ubicación y destrucción de 367 laboratorios para el procesamiento de base de cocaína y 11 de clorhidrato de cocaína en el territorio colombiano.

http://hsbnoticias.com/noticias/judicial/video-en-cordoba-fue-destruido-un-laboratorio-de-cocaina-del-189373

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000

Una muestra de la droga hallada en Santa Cruz.

Iván Condori, Williams Farfán 24/02/2016

Santa Cruz y La Paz•Durante una semana de trabajo de interdicción en el departamento de Santa Cruz, la fuerza antidrogas se incautó de al menos 102 kilos (kg) de pasta base de cocaína y nueve kg de marihuana y aprehendió a siete personas.

El director nacional de la Fuerza Especial de Lucha Contra el Narcotráfico (FELCN), coronel Santiago Delgadillo, dijo que el hallazgo de la mercancía, elementos químicos y bienes activos y la aprehensión de personas es fruto de un trabajo continuo de las fuerzas policiales.

Detalló que al margen de los 102 kg de pasta base de cocaína y nueve kg de marihuana, se confiscó también 57 kg de sustancias químicas, nueve vehículos, tres armas de fuego, dos teléfonos satelitales, dos GPS, 270 litros de gasolina de avión y dos inmuebles y se capturó a siete personas.

En criterio de Delgadillo, lo que más llamó la atención de los agentes antidrogas es el hallazgo de al menos 71 paquetes en forma de ladrillo de pasta base de cocaína que estaban escondidos en el compartimiento de un motorizado.

El vehículo fue interceptado en la localidad de Tres Cruces, en el lugar fueron aprehendidas dos personas al interior del vehículo.

A decir de las autoridades policiales, los operativos antidrogas se realizan en forma diaria en diferentes puntos de la capital cruceña y el resto del país, y fruto de ello se dan las incautaciones de sustancias controladas.

En esa línea de operativos a escala nacional, ayer efectivos de la FELCN incineraron 597 kilos de plantas de marihuana en el municipio de Villa Serrano del departamento de Chuquisaca, luego de que fuera descubierto ese cultivo ilegal. En esta operación policial no se tuvo aprehendidos.

Durante la primera quincena de este mes, la fuerza antidrogas decomisó a narcotraficantes droga, vehículos e inmuebles valuados en al menos $us 680.000. En tres operativos destruyó un laboratorio de cristalización en Santa Cruz, decomisó cocaína en dos casas de Oruro y halló cocaína en un camión en Cochabamba.

Según Delgadillo, de ese valor, cerca de $us 300.000 correspondía a un laboratorio de purificación de cocaína que fue destruido en Icobuy, municipio de Cabezas en Santa Cruz, capaz de producir más de 200 kilos de droga por semana.

http://m.la-razon.com/seguridad_nacional/FELCN-decomisa-cocaina-Santa-Cruz_0_2442355860.html

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000

Afficher l'image d'originePar le 25/02/2016 

Agusta-Westland_AW-109N_Nexus,_Italy_-_Arma_dei_Carabinieri_JP7482156Lundi 8 février dernier, des hélicoptères ont survolé le quartier de Parco Verde Caivano, en Italie.

Les unités de chiens des carabiniers italiens ont également été déployés. Vous vous demandez sûrement pourquoi, et bien parce que des dealers de drogue ont planqué des substances illicites dans des œufs en chocolat.
Cacher de la drogue dans des œufs en chocolat pour qu’ils soient transportés par des enfants

Trafic: ils cachent de la drogue dans des œufs en chocolat!

Pour le moment, il semblerait que l’enquête soit toujours en cours. Ce qu’on sait c’est que la drogue était entreposée à Caivano, en périphérie de Naples. Ensuite, les œufs étaient transportés par des jeunes enfants, un bon moyen d’éviter les contrôles. Mais ce que les forces de l’ordre italienne ont appris depuis leur intervention du 8 février, c’est que la drogue était cachées dans des œufs en chocolat. Quoi de mieux pour passer de bonnes fêtes de Pâques version toxicomane ! D’après le site Vice News, les œufs avaient été mentionnés dans des conversations téléphoniques par l’appellation « œufs pour les bambins ». Les œufs surprises étaient fabriqués à l’arrière d’un magasin de téléphonie. Les dealers se munissaient d’un œuf en chocolat et l’ouvrait en deux avec un couteau afin de récupérer la capsule jaune qu’il contient. Ensuite, il suffisait de retirer le jouet de la capsule et d’introduire la dose nécessaire. Les deux parties de l’œuf sont ensuite recollées et il ne restait plus qu’a emballer la surprise dans le papier d’aluminium. Après cette étape, les œufs étaient donnés à des enfants âgés de 6 ou 7 ans, qui ne savaient pas ce qu’ils transportaient. Selon les enquêteurs, les enfants en questions étaient les fils des livreurs de drogue. Ces jeunes étaient généralement emmenés en voiture pour éviter les contrôles. Voilà comment ils déplaçaient la drogue de Parco Verde jusqu’à Santa Maria Vetere, Casal di Principe, voir jusque dans des établissement scolaires.

L’opération du 8 février a mené à 42 arrestations

Suite à l’opération de la police italienne, 42 personnes ont été arrêtées. Parmi les 42, 17 seraient des jeunes hommes, âgés de 20 à 25 ans, venant de familles aisées ou bien connues pour avoir été impliquées dans des affaires criminelles. Ces jeunes gens utilisaient des cartes sims données par leur patron, qui n’était autre que le propriétaire du magasin de téléphonie.

http://mcetv.fr/mon-mag-buzz/insolite/trafic-drogue-oeufs-chocolat-2502
0000000000000000000000000

Province_of_LimburgUn important réseau de trafic de cannabis a été démantelé dans le Limbourg et aux Pays-Bas, a annoncé le parquet du Limbourg mercredi soir. Dix perquisitions ont été menées en Belgique ainsi que sept autres outre-Moerdijk. 

La police judiciaire fédérale du Limbourg a arrêté cinq personnes. Quatre suspects supplémentaires ont été appréhendés de l’autre côté de la frontière.

http://m.dhnet.be/actu/belgique/un-reseau-de-trafiquants-de-cannabis-demantele-en-belgique-et-aux-pays-bas-56ce335e3570e6ca6ad2f5e3

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000

QUIMPERAprès un an et demi d’enquête, les policiers de l’antenne finistérienne de la police judiciaire viennent d’être récompensés de leurs efforts.

À bord d’un véhicule, ils découvrent deux valises contenant 63 kg de résine de cannabis soigneusement empaquetée. D’autres perquisitions permettront aussi de saisir cinq kilos de produit destiné à couper l’héroïne pure…..

LIRE sur:

http://www.letelegramme.fr/bretagne/63-kg-de-cannabis-saisis-deux-freres-quimperois-ecroues-25-02-2016-10969427.php

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000

Tahiti Infos

Raphaël Pierre

PAPEETE, le 24 février 2016 – Ecroués depuis jeudi dernier à Nuutania, les trois ressortissants mexicains et colombiens interpellés le 13 février aux Gambier avec 732 kilos de coke à bord leur voilier s’envoleront sous bonne escorte samedi pour la métropole.

tahititraficLes autorités judiciaires en Polynésie française disposaient d’un délai légal de 15 jours pour organiser leur transfèrement vers la juridiction compétente, c’est chose faite. Placés en incarcération provisoire jeudi dernier à la maison d’arrêt de Nuutania, les trois narcotrafiquants sud-américains interpellés aux Gambier le 13 février dernier seront transférés en métropole sous escorte des gendarmes samedi prochain, a-t-on appris de sources proches du dossier. A leur arrivée, les trois hommes seront conduits dans le bureau du juge d’instruction parisien qui a récupéré la direction de l’enquête, en vue de leur mise en examen pour tentative d’importation, exportation, détention et trafic de stupéfiants en bande organisée.

http://m.tahiti-infos.com/Trafic-de-cocaine-les-trois-sud-americains-transferes-a-Paris-en-fin-de-semaine_a145031.html

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000

casaDeux opérations distinctes ont été effectuées dans le cadre de la lutte contre la drogue. La première, entreprise à l’aéroport Mohammed V, a permis aux éléments de police à mettre en échec une tentative de trafic de cocaïne, en arrêtant un individu en provenance de Sao Paulo (Brésil).

Posté avec WordPress pour Android

000000000000000000000000

Six personnes ont été interpellées au Havre (Seine-Maritime) (photo d'illustration : © DGPN-SICOP=Six personnes ont été interpellées au Havre (Seine-Maritime), lundi 22 février 2016, à l’aube. (Photo d’illustration : © DGPN-SICOP)

Lundi 22 février 2016, au Havre (Seine-Maritime), la police a interpellé six personnes soupçonnées d’avoir pris part à un trafic de stupéfiants, entre la Normandie et la Bretagne.

Mise à jour : 23/02/2016 à 19:43 par Karine Lebrun

De nombreux policiers sont intervenus dans différents quartiers du Havre (Seine-Maritime), lundi 22 février 2016, à l’aube. La sûreté urbaine du Havre, le Service régional de police judiciaire de Rouen et le Groupe d’intervention régional de Haute-Normandie ont été mobilisés pour interpeller six personnes. Elles sont soupçonnées d’être impliquées dans un vaste trafic de stupéfiants. L’enquête est ouverte depuis juillet 2015 et les investigations sont menées sur commission rogatoire d’un juge d’instruction du Havre.

LIRE sur:

http://www.normandie-actu.fr/vaste-trafic-de-drogue-six-interpellations-au-havre-d-autres-en-bretagne_183747/

http://www.ouest-france.fr/normandie/trafic-de-drogue-six-interpellations-au-havre-deux-en-bretagne-4053977

0000000000000000000000000000000000

meuse.16-interpellations-pour-un-trafic-de-drogue-dans-une-prisonPublié le 24/02/2016

La drogue et les objets reçus par les détenus étaient ensuite revendus au sein de la prison. | Ouest France/ Stéphane Geufroi

Pour avoir fait entrer de la drogue au sein du centre de détention de Saint-Mihiel, dans la meuse, 16 personnes ont été interpellées lundi.
Seize personnes devaient être présentées à la justice pour avoir fait entrer notamment des stupéfiants au centre de détention de Saint-Mihiel (Meuse), a annoncé mercredi le procureur de Bar-le-Duc.

Ces 16 personnes, dont 10 détenus, ont été interpellées lundi, après plusieurs mois d’enquête qui ont mis au jour un trafic organisé entre les prisonniers et des proches qui étaient chargés de délivrer, soit par « parachutage », c’est-à-dire en les lançant par-dessus le mur de la prison, soit lors de visites au parloir, du cannabis, des téléphones, de l’alcool et parfois de la nourriture.
«L’enquête a débuté le 11 octobre 2015 » après un contrôle de parloir demandé par le parquet, a précisé Rémi Coutin. Là, « trois personnes qui s’étaient présentées de façon séparée ont été trouvées en possession de plus de 400 g de résine de cannabis à eux trois, conditionnés de façon similaire ».

20 ans de réclusion pour trafic
Après des semaines d’enquête, la brigade de gendarmerie de Commercy, épaulée par les enquêteurs du Groupe d’intervention régional (GIR) de Lorraine, a pu dessiner le schéma de ce trafic.

LIRE sur: http://www.ouest-france.fr/faits-divers/trafic/meuse-16-interpellations-pour-un-trafic-de-drogue-dans-une-prison-4053990

000000000000000000000000000000000

Polícia apreende cerca de 500 kg de cocaína em rodovia de MS (Foto: Divulgação/PRF)Flagrante foi feito na BR-262, no Pantanal sul-mato-grossense.
Droga era transportada em fundo falso de caminhão-baú, diz PRF.

Um homem de 48 anos foi preso transportando cerca de 500 quilos de cocaína, na tarde desta quarta-feira (24), em Miranda, região oeste de Mato Localização de MirandaGrosso do Sul. Segundo a Polícia Rodoviária Federal (PRF), o suspeito dirigia um caminhão-baú que levava a droga.

O flagrante foi feito no quilômetro 600 da BR-262. Conforme a PRF, o entorpecente estava escondido no fundo falso do veículo. A pesagem ainda será feita para totalizar a quantidade exata de cocaína.

Ainda de acordo com a PRF, o homem alegou que saiu de Corumbá (MS) e levaria a carga para São Paulo. O suspeito, a droga e o caminhão estão sendo conduzidos para a superintendência regional da Polícia Federal (PF) em Campo Grande.

http://g1.globo.com/mato-grosso-do-sul/noticia/2016/02/policia-apreende-cerca-de-500-kg-de-cocaina-em-rodovia-de-ms.html

00000000000000000000000000000

conteneurAgencia EFE 24 de febrero de 2016 20:54 Autoridades de EE.UU. decomisaron unos 70 kilos de cocaína, valorada en USD 2 millones, durante una inspección rutinaria de un contenedor proveniente de Ecuador, en el Puerto de los Everglades, al norte de Miami. Durante el operativo, realizado el pasado 16 de febrero, no hubo capturas, informó hoy, 24 de febrero de 2016, la Oficina de Aduanas y Fronteras (CBP, por su sigla en inglés). La droga estaba en un costal escondido en un contenedor que llegó en un barco de carga de Guayaquil. En octubre pasado la CBP decomisó en el mismo puerto, en la ciudad de Fort Lauderdale, unos 280 kilos de cocaína provenientes de Cartagena, en Colombia. Diariamente la CBP controla la llegada de un millón de visitantes a Estados Unidos y revisa más de 67 000 contenedores de carga, con un promedio de 1 100 detenciones de personas y 6 toneladas de drogas ilícitas decomisadas.

Este contenido ha sido publicado originalmente por Diario EL COMERCIO en la siguiente dirección:

000000000000000
heroine_krauze25/02/2016

SAINT-DIE-DES-VOSGESDepuis novembre 2015, le groupe stupéfiants du commissariat de Saint-Dié-des-Vosges enquêtait sur un trafic portant sur de l’héroïne. Suite à des surveillances et des investigations techniques, les policiers sont parvenus à identifier l’auteur du trafic, ainsi qu’une dizaine de clients habituels de La Bresse et Saint-Dié.

LIRE sur:  http://www.vosgesmatin.fr/edition-de-saint-die/2016/02/25/vosges-un-trafic-d-heroine-demantele-a-saint-die

———————–
Pont-à-Mousson : dix kilos d’héroïne saisis

LIRE: http://www.estrepublicain.fr/edition-de-pont-a-mousson/2016/02/25/pont-a-mousson-dix-kilos-d-heroine-saisis

00000000000000000000000000000

Les deux hommes ont été incarcérés au terme de quatre jours de garde à vue dans les locaux de la police judiciaire toulousaine./Photo DDM illustration
Les deux hommes ont été incarcérés au terme de quatre jours de garde à vue dans les locaux de la police judiciaire toulousaine./Photo DDM illustration

Les profils des deux hommes arrêtés ce week-end au Palays avec 365 kg de cannabis intriguent. D’un côté, un militaire inconnu de la justice, de l’autre, un homme condamné aux assises. Hier, tous deux ont été incarcérés.

LIRE sur:

http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/24/2283518-qui-sont-les-deux-convoyeurs-des-365-kg-de-cannabis.html?google_editors_picks=true&google_editors_picks=true

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000


%d blogueurs aiment cette page :