EQUATEUR: recrudescence du trafic de drogue à la faveur du séisme

Publié: 4 mai 2016 par Marc Fievet dans Équateur, Cocaïne, NARCOTRAFIC, Narcotrafic INFOS, Narcotrafic maritime
Tags:, ,
media

par Eric Samson

13 avril 2016, à 250 km au large de la frontière équato-colombienne. La marine militaire colombienne arraisonne un semi-submersible chargé de 5,8 tonnes de drogue. COLOMBIAN NAVY / AFP

Les trafiquants de drogue équatoriens n’ont pas chômé ces deux dernières semaines. Beaucoup ont profité ou essayé de profiter du traumatisme provoqué par le tremblement de terre du 16 avril dernier (660 morts selon un bilan encore provisoire et des milliards d’euros de dégâts).

De notre correspondant à Quito,

Un tremblement de terre de la violence de celui qui frappé l’Equateur – d’une magnitude de 7,8 sur l’échelle de Richter – provoque des conditions a priori favorables aux trafiquants. D’abord, de graves problèmes de communication se posent. Ensuite, les militaires et la police ont été déployés pour éviter des pillages, pour protéger les convois et organiser la distribution d’aide alimentaire, créant ainsi des opportunités pour les trafiquants.

Toutefois, la police anti-drogue était sur ses gardes. C’est en tout cas ce qui ressort des chiffres révélés par la direction anti-narcotiques qui a augmenté ses opérations de près de 30%. Ces deux dernières semaines, 157 personnes ont été arrêtées et pratiquement deux tonnes de drogues saisies. Des stupéfiants ont été découverts en particulier dans un camion qui transportait de l’aide humanitaire vers les provinces côtières qui ont été touchées par le tremblement de terre mais qui sont également celles d’où partent les navires chargés de drogue vers l’Amérique centrale et les Etats-Unis. Partout, il y a de gros besoins matériels et cela génère beaucoup de trafic vers ces points névralgiques. Du trafic qui peut être légal ou pas.

Narco-trafic maritime

Deux militaires en service actif ont été capturés avec 80 blocs de drogue. Ils avaient demandé un congé pour une soi-disant urgence liée au tremblement de terre. Vers la frontière nord, dix tonnes de précurseurs chimiques ont été saisies. Plus de 140 kilos de cocaïne ont été capturés près du port de pêche de Jaramijo au cours de l’opération « Mer Blanche ». Les trafiquants prétendaient recruter des pêcheurs et profiter de leur désarroi économique. Dans la même région, sur la route entre Rocafuerte et Manta, 422 kilos de cocaïne ont été découverts dans un camion. Trois personnes ont été arrêtées. La drogue valait plus de 16 millions d’euros.

Mais les prises les plus importantes ont été réalisées en mer. Treize sacs contenant 550 kilos de cocaïne ont été trouvés flottant à 230 miles nautiques au nord de l’île de San Cristobal aux Galapagos. Les trafiquants les ont abandonné après avoir été repérés par la marine équatorienne. Lors d’une autre opération, toujours aux Galapagos, deux Equatoriens et un Colombien ont été arrêtés dans une embarcation remplie de combustible apparemment destiné aux navires se dirigeant ensuite vers le Nord. Lundi dernier, ce sont les garde-côtes américains qui, en collaboration avec la marine équatorienne, ont découvert 800 kilos de drogue dans une embarcation qu’ils ont ensuite coulée à 300 km de l’île de Coco, au large du Costa Rica.

http://m.rfi.fr/ameriques/20160503-equateur-trafic-drogue-cocaine-seisme-tremblement-terre

00000000000000000000000000

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s