Archives de 19 mai 2016

When Worlds Collide, by Nalaka Gunawardene

Text of my ‘When Worlds Collide’ column published in Ceylon Today Sunday broadsheet newspaper on 24 November  2013

ecomafia

Twenty years ago, Italian police and Customs officials going after narcotics were considered ‘heroic’ while those investigating any environmental crimes were seen as ‘boy scouts’. After all, what could be so criminal about waste and pollution?

Plenty, as it turned out. In the early 1990s, Italy’s notorious organised crime syndicates – or the mafia – discovered that they could make lots of money fast by helping industries to get rid of their toxic waste.

So mafia groups decided to ‘go green’ – and ecomafias emerged.

The Italian environmental advocacy group Legambiente started investigating this in 1993, when a pile of toxic waste was discovered near a NATO military base in Italy. In fact, they coined the term ‘ecomafie’ (ecomafia), which soon entered popular vocabulary.

Legambiente has been researching on ecomafia practices…

Voir l’article original 1 270 mots de plus

Interceptado un coche con más 57 kilos de hachís Han sido detenidos el conductor del turismo y el de otro vehículo que actuaba como lanzadera, advirtiendo de los controles policiales

La Guardia Civil ha detenido a dos vecinos de Cáceres, a uno por llevar en su coche 57 kilos de hachís y el otro por conducir un ‘vehículo lanzadera’ para advertir de los controles policiales.

LEER MAS:

http://www.hoy.es/prov-badajoz/201605/19/interceptado-coche-kilogramos-hachis-20160519123724.html

00000000000000000000000000000

Par
Une industrie florissanteUne industrie florissante

«Il ne fait aucun doute que les marchés des drogues illicites sont l’une des principales menaces pour la sûreté de l’UE», souligne le rapport 2016 sur les marchés des drogues dans l’Union qui note que le royaume est le principal pourvoyeur du Vieux Continent en résine de cannabis.

Retour de boomerang. Les pays européens comme la France soutiennent que le Maroc joue un rôle stabilisateur au Maghreb. Le royaume le leur rend bien. Pour les remercier de cette attention il les inonde de cannabis à tel point où des voix s’élèvent pour crier haut et fort que leur sécurité court un grand danger.
«Il ne fait aucun doute que les marchés des drogues illicites sont l’une des principales menaces pour la sûreté de l’UE», souligne le rapport 2016 sur les marchés des drogues dans l’Union qui note que le royaume est le principal pourvoyeur du Vieux Continent en résine de cannabis.
Ce document qui est une publication conjointe de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (Emcdda) et de l’Office européen de police (Europol) met en outre en exergue la connexion entre le trafic de drogue et le terrorisme. «Il existe des éléments probants» de certains liens entre des Groupes criminels organisés impliqués dans le trafic de drogue et des organisations terroristes soulignent ces deux organismes.

LIRE PLUS:

http://www.lexpressiondz.com/internationale/241950-le-maroc-menace-la-securite-de-l-ue.html

000000000000000000000000000000


Illustration
Les forces de l’ordre ont mené plusieurs perquisitions mercredi à Bruxelles, Charleroi et Fleurus afin de démanteler un vaste trafic de cannabis. Près de 200 kilos de produits stupéfiants ont été saisis. Huit des neuf personnes interpellées ont été placées sous mandat d’arrêt.

Depuis plusieurs mois, les services de la police judiciaire fédérale de Charleroi et de la zone Brunau (Fleurus – Pont-à-Celles – Les Bons Villers) enquêtaient sur une filière active dans les régions de Bruxelles, Charleroi et Fleurus. Des techniques spéciales d’investigation et d’observation ont été mises en place afin de récolter un maximum d’indices.

LIRE PLUS:

http://www.lanouvellegazette.be/1575950/article/2016-05-19/charleroi-pres-de-200-kilos-de-cannabis-saisis

000000000000000000000000000000000000000

Le Sénat a autorisé jeudi, au cours de l’examen de la loi santé, les forces de l’ordre à effectuer un prélèvement salivaire, à la place d’un prélèvement sanguin, pour simplifier la procédure de constatation de l’infraction de conduite sous usage de drogue.

lire plus:

http://m.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/22954-securiteroutiere-drogue-volant-senat-autorise-prelevement.html#

0000000000000000000000

TREVISO.

Un canale diretto con i narcotrafficanti per importare in Italia grosse quantità di cocaina direttamente dal Sudamerica.

Era questo lo scopo dell’organizzazione, capeggiata da un imprenditore romagnolo del settore della distribuzione di prodotti ittici, di cui facevano parte, secondo le indagini dei finanzieri del Gico di Bologna, anche l’ex gestore del Tocai Paolo Infantino, 31 anni, un calabrese residente in centro a Treviso, e il suo “uomo di fiducia”, pure lui calabrese, Santi Caratozzolo, 47 anni di Villorba.

Paolo Infantino, ex gestore dedl Tocai

Infantino si sarebbe adoperato per trovare i finanziamenti dell’operazione grazie anche ai suoi contatti, come precisano gli investigatori, “con narcotrafficanti sudamericani e con la criminalità organizzata calabrese”. Il primo carico da 60 chili di “blanca”, nascosto nel pesce congelato importato, quello che doveva avviare un traffico di droga da milioni di euro e saggiare l’affidabilità degli interlocutori, non è però mai arrivato in Italia. E questo anche perché, ad un certo punto, a fine aprile del 2014, Infantino si tira indietro dall’affare perché scopre di avere una microspia in auto, dopo mesi di contatti telefonici con alcuni conoscenti in Sudamerica ed in Calabria. Per questo motivo l’accusa nei confronti di Infantino, Caratozzolo ed altre 16 persone è quella di tentato acquisto e importazione dal Sud America di una partita di 60 chili di cocaina tra l’ottobre 2013 e l’estate 2014.

PIU:

http://m.tribunatreviso.gelocal.it/treviso/cronaca/2016/05/19/news/la-cocaina-dai-narcos-sudamericani-1.13502835

0000000000000000000000000000

carte-colombie_5347545

Estamos nadando en coca

 

Solo en una de las tantas regiones donde se cultiva, comercializa y trafica la coca en el país, solo en una caleta y en un solo operativo, la Policía y su Dirección Antinarcóticos decomisaron 9 mil 355 kilos del alcaloide, listo para ser sacado a través del Golfo de Urabá. El cargamento más grande descubierto en los últimos diez años y la prueba incontrovertible de que el narcotráfico sigue vivo y activo a lo largo y ancho del territorio nacional.

¿Qué pensar de otras zonas como Catatumbo, Putumayo e incluso Vichada y Guaviare, también marginales, fronterizas, vulnerables y con presencia de grupos armados ilegales y traficantes, en donde la escala de producción y almacenamiento de drogas ilícitas puede ser igual o mayor?

Se trata de escenarios limítrofes con países donde la corrupción está al orden del día: Venezuela y Brasil, por ejemplo, o donde los controles militares y policiales son bastante limitados: Ecuador y Panamá. A ello se suma la enorme penetración del narcotráfico, por supuesto, en la vida de las regiones colombianas.

Estas cantidades gigantescas de droga, además de hablar del crecimiento de los cultivos ilícitos en el país los dos últimos años (de 60 mil a 159 mil hectáreas, según informes cruzados de agencias de monitoreo), permiten dimensionar el complejo circuito económico que hay detrás:

Movilización de precursores (permanganato, ácidos clorhídrico y sulfúrico y anhídrido acético), destrucción de cientos de hectáreas de bosque nativo donde funciona la cadena siembra-recolección-elaboración de pasta, mano de obra (campesinos, “químicos”, “caleteros”), transportadores (flotillas de avionetas, lanchas rápidas y semisumergibles), funcionarios civiles y policiales involucrados y equipos de asesores contables y financieros dedicados a camuflar y mover capitales millonarios que deben ser “lavados” y filtrados a la economía legal.

Se trata de un universo criminal complejo que más que describir en detalle, hay que decir que se encuentra en plena operación, al parecer robustecido y dinámico, si se juzga el valor del cargamento incautado en Urabá, por ejemplo: unos 250 millones de dólares, puesto en los mercados internacionales.

Las preguntas son obligadas: ¿cómo logran operar estas redes capaces aún de enviar cada semana toneladas de cocaína al exterior? ¿Dónde están y quiénes son sus enlaces políticos, empresariales y financieros? Colombia continúa contaminada y penetrada por el narcotráfico.

Si las guerrillas y las bandas criminales, sin discusión, están asociadas a este emporio narcotraficante (ya por el cobro de impuestos, ya por el control de rutas, ya por el envío mismo de droga), hablamos de la presencia actual y renovada de amenazas al Estado, su institucionalidad y su ciudadanía. Peor, incluso, hay que aceptar que valores sociales y culturales de ese submundo mafioso perviven y tienen efectos desastrosos.

El decomiso de más de nueve toneladas de cocaína, al parecer a alias “Gavilán”, segundo al mando del “clan Úsuga David”, no puede verse solo como un golpe policial importante, significativo, sino que debe mirarse, por el revés, para entender la fuerza que retoma el narcotráfico a las puertas del cierre de una negociación con las Farc.

Es imposible taparse los ojos ante la evidencia de que, como se ha dicho, y aunque haya que citarse de nuevo con incomodidad, “estamos nadando en coca”.

http://www.elcolombiano.com/opinion/editoriales/cocaina-por-toneladas-FX4167531

000000000000000000000000000

neyretMichel Neyret devant le tribunal correctionnel de Paris, le 2 mai 2016. (ELISABETH DE POURQUERY / FRANCETV INFO)

Comment Michel Neyret, grand flic talentueux, admiré de tous, a-t-il pu franchir la « ligne jaune » au point de se retrouver jugé dans une affaire de corruption ? La question est centrale dans le procès de l’ex-numéro 2 de la police judiciaire lyonnaise, qui comparaît devant le tribunal correctionnel de Paris.Pour y répondre, Michel Neyret a été confronté, au début du procès, à un exercice délicat : commenter sa propre chute. Mercredi 18 mai, ce sont les témoins cités par le prévenu qui s’en sont chargés.
« J’ai été agréablement surpris par ses compétences alors qu’il sortait d’école »

Cheveux blancs clairsemés sur le crâne, vêtu d’un costume de velours noir, Michel Richardot, 74 ans, est le premier à parler. Il a rencontré le jeune et fringant Michel Neyret au Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Versailles dans les années 1970. « J’ai été agréablement surpris par ses compétences alors qu’il sortait d’école », se souvient-il.

En 1982, Michel Richardot devient directeur régional de la PJ lyonnaise, fonction qu’il exerce jusqu’en 1990. C’est lui qui fait venir Michel Neyret à Lyon, en 1983. Aujourd’hui encore, il est élogieux envers lui.

J’ai été impressionné par ses qualités. Je dois admettre que c’est de très loin le meilleur commissaire de police que j’aie connu de toute ma carrière.

Michel Richardot

devant le tribunal correctionnel de Paris

Grâce à lui, Michel Neyret est nommé dès 1984 à la tête de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) de Lyon. « Il était chargé d’un travail de recherche et intervention dans la criminalité », décrit Michel Richardot. Car dans la capitale des Gaules, la BRI a une spécificité : « l’enquête d’initiative ». « La brigade antigang mène des enquêtes en partant d’auteurs potentiels, en guettant le flagrant délit, pour tomber sur les malfaiteurs au moment propice, choisi dans la mesure du possible par les policiers », explique Richard Schittly, journaliste et auteur de Commissaire Neyret, chute d’une star de l’antigang.

« Ses résultats étaient exceptionnels »

Michel Neyret se révèle brillant. « Il avait le profil pour être très bon, je ne pensais pas qu’il serait aussi bon », commente Michel Richardot. A tel point qu’il reste à la tête de la BRI jusqu’en 2004, une durée anormalement longue. « Il devait partir en même temps que moi. Il est resté parce que ses résultats étaient exceptionnels. » Le constat de Michel Richardot est amer : « Il aurait fallu qu’il parte. Il faut savoir abandonner. »

Le président du tribunal, soucieux de comprendre, cherche des réponses dans cet aspect de la carrière de Michel Neyret.

« Pourquoi est-il resté ?

– Il n’avait pas envie de partir pour deux raisons. D’abord il était admiré, il avait des succès. Et il n’avait pas envie de partir parce qu’on ne lui a rien proposé. »

L’ex-chef de l’antigang lyonnais a pâti d’une absence de réseau personnel au sein de son univers professionnel, à en croire son ancien responsable. « Neyret, dans la police nationale, il est le fils de personne, il n’appartenait à aucun syndicat, à rien du tout », dit à plusieurs reprises Michel Richardot, qui déroule son raisonnement à la barre.

Comme il n’appartient à rien, personne ne l’a soutenu. Je dirais même que c’est le contraire. Tout le monde l’a enterré. Alors que lorsque vous parliez de Neyret, tout le monde l’admirait.

Michel Richardot

devant le tribunal correctionnel de Paris

De fait, Michel Neyret est devenu commissaire divisionnaire après vingt-sept ans de carrière, alors qu’en moyenne un policier y accède en quinze ans. Michel Richardot donne le sentiment d’un grand gâchis : « Il fallait le récompenser pour ses succès et éviter qu’il prenne des risques comme il a pris, ce qui l’a conduit à être ici aujourd’hui. » Pendant ce temps, Michel Neyret écoute, les yeux fermés, une main sur le visage, ou parfois la tête baissée, le regard rivé sur la moquette délavée de la salle.

« Rester vingt et un ans et deux mois à la BRI, c’est anormal »

« Qu’on l’ait gardé dix-neuf ans [à la tête de la BRI] est une faute, qu’on l’ait fait revenir, c’est pire encore », estime Michel Richardot. Pour comprendre cette critique en creux de la direction nationale de la police judiciaire, il faut se souvenir du parcours de Michel Neyret : après la BRI, il est muté deux ans à Nice en 2004. Puis il revient à Lyon en 2007 en qualité de directeur adjoint de la police judiciaire régionale.

« Rester vingt et un ans et deux mois à la BRI, corrige Pierre Richard, qui a le souci du détail, c’est anormal. » Ce témoin de 85 ans à la chevelure blanche brillante est l’un des tout premiers supérieurs de Michel Neyret. « Et on le renomme là où il était avant. C’est une ineptie ! » Pierre Richard, sous-directeur central de la PJ à la retraite, parle même d’une « faute professionnelle », « pire qu’une erreur ».

La direction centrale ne peut s’exonérer d’une grande responsabilité dans l’affaire qui nous occupe aujourd’hui.

Pierre Richard

devant le tribunal correctionnel de Paris

Peu après, interrogé par l’un des avocats de Michel Neyret, il précise : « Je ne dis pas que c’était fait volontairement, mais le résultat, c’est celui-là. » Gérard Girel, directeur du SRPJ de Lyon entre 1990 et 1995, apporte un autre éclairage à la dérive dans laquelle Michel Neyret s’est laissé entraîner, grâce à une question du président du tribunal. Une plongée dans un autre univers, qui l’a séduit.

« Si vous êtes directeur de la PJ et si votre adjoint va aider au tournage du film [Les Lyonnais, d’Olivier Marchal], vous en pensez quoi ?

– J’en pense que c’est pas bien. Il peut faire ça à la retraite, à la limite. Car ça confine à un mélange des genres. Ce sont des personnes d’un autre monde. Cela permet éventuellement des dérapages absolus. »

« Il fallait le faire partir pour qu’il puisse éviter de dériver »

Jusqu’où est allée cette dérive, et jusqu’à quel point l’ex-commissaire en est-il responsable ? Michel Richardot offre un début de réponse : « Le Neyret que j’ai connu et le Neyret que j’ai lu dans la presse, ce n’est pas le même. Il fallait le faire partir pour qu’il puisse éviter de dériver. La faute principale vient de Neyret, mais ceux qui l’ont dirigé auraient pu faire l’effort de le faire partir. »

Ce sera toutefois à la justice de trancher, et c’est un magistrat qui le rappelle. Christian Cadiot, dernier témoin de la journée cité par Michel Neyret, est venu pour « porter la mémoire de l’homme brillant et inestimable qu’[il a] connu ». Les deux hommes se sont rencontrés à Lyon, ville dans laquelle le premier était magistrat entre 1992 et 2002, « période lumineuse » de Michel Neyret, selon lui.

Pour Michel Neyret, il vous faudra faire la part du temps, le temps de l’engagement et celui de la dérive.

Christian Cadiot

devant le tribunal correctionnel de Paris

En prononçant cette phrase, Christian Cadiot, 64 ans, aujourd’hui conseiller à la Cour de cassation et qui se présente à l’audience comme un « vieux juge », s’adresse au président du tribunal les yeux dans les yeux. Michel Neyret encourt dix ans de prison.

http://mobile.francetvinfo.fr/societe/affaire/affaire-neyret/neyret-il-est-le-fils-de-personne-la-chute-de-l-ex-commissaire-vue-par-trois-anciens-patrons-de-la-police_1456123.html#xtref=acc_dir

00000000000000000000000000000000000000000000

Ghana-Burkina-MaliL’Office central des stupéfiants a mis la main sur 2,7 tonnes de cannabis dans un camion en provenance du Ghana, près de Bamako.

Près de trois tonnes de cannabis, pour une valeur marchande estimée à environ 100 millions de francs CFA (plus de 152 000 euros). C’est la plus importante saisie de drogue des vingt dernières années dans la capitale malienne et sa périphérie.

© Crédit : Office central des stupéfiants du Mali

La drogue était dissimulée sous forme de balles de friperie et cachée dans un camion de transport, plus précisément dans un compartiment situé entre la locomotive et la remorque. Les trafiquants s’apprêtaient à décharger le contenu du camion à l’entrée de Bamako lorsqu’une unité de l’Office central des stupéfiants a débarqué. Armes au poing, le capitaine Moussa Touré et ses hommes ont immédiatement mis la main sur la marchandise. Au moins deux personnes ont été arrêtées.

Un réseau Ghana-Burkina-Mali démantelé

Les enquêtes ont commencé. On sait déjà que le camion venait du Ghana. Il a transité par le Burkina Faso avant d’entrer au Mali par le sud, plus précisément par la ville de Sikasso. « Nous venons de démanteler un réseau de trafiquants de drogue entre ces trois pays », a expliqué un enquêteur. A Accra, capitale du Ghana, des arrestations ont également eu lieu explique la même source.

→ A (RE)ECOUTER : Sahel-Sahara: une zone de trafics

Ce jeudi doivent avoir lieu de nouvelles auditions des suspects arrêtés au Mali. Et l’Office central des stupéfiants, qui travaille sans grands moyens, pourrait rapidement envoyer une mission au Ghana.

http://www.rfi.fr/afrique/20160519-saisie-record-cannabis-mali-drogue-office-central-stupefiants-ghana

0000000000000000000000000000

franco-roberti « En Afrique du Nord, Daech assure le transport du haschich marocain vers l’Europe »

Daech et la mafia italienne ont travaillé ensemble dans le trafic du cannabis de l’Afrique du Nord vers l’Europe, a déclaré le chef des services anti-terroristes de l’Italie, Franco Roberti.
Dans une interview accordé au journal britannique The Independent, Roberti a affirmé que les services italiens de lutte contre la mafia ont trouvé des éléments qui prouvent que le crime organisé italien et des « terroristes présumés » ont travaillé ensemble dans le trafic de haschich.
lire plus:

http://diasporasaharaui.blogspot.fr/2016/04/franco-roberti-en-afrique-du-nord-daech.html?m=1

000000000000000000000000000000

Imagen de parte de la droga incautadaNuevo golpe contra el narcotráfico en la provincia de Valencia. La Guardia Civil ha detenido a un hombre como presunto autor de un delito de tráfico de drogas, tras intervenir 110 kilos de hachís que transportaba ocultos en un doble fondo en el interior de su vehículo.

Según ha indicado la Guardia Civil en un comunicado, el hecho ocurrió el pasado 13 de mayo, cuando agentes de la localidad valenciana de Puzol sospecharon del conductor de un vehículo, le identificaron y registraron su coche.

Los agentes descubrieron que la droga estaba escondida en un doble fondo de la parte inferior del vehículo, y se incautaron también de dos teléfonos móviles, 75 euros en metálico y el coche.

leer mas:

http://www.abc.es/espana/comunidad-valenciana/abci-guardia-civil-sorprende-italiano-110-kilos-hachis-cuando-circulaba-puzol-201605171639_noticia.html

000000000000000000000000000

Guardia civil placaLa Guardia Civil de la Región de Murcia, en el marco del ‘Plan operativo integral contra el tráfico de hachís procedente de Marruecos’, desarrolló la operación ‘Alhameña’, una investigación iniciada el pasado año que culminó recientemente, con la detención de tres personas como presuntas autoras de los delitos contra la salud pública, contra la seguridad vial, de desobediencia a agentes de la autoridad y de pertenencia a organización criminal. Se intervinieron 70 fardos de hachís con un peso total de 35 kilos y un turismo.

La investigación se inició en octubre del pasado año cuando, en un control de velocidad establecido por el destacamento de Tráfico de la Guardia Civil de Lorca, en la autovía A-7 sentido Murcia a la altura del municipio de Alhama de Murcia, un vehículo hizo caso omiso a la señal policial de alto y se dio a la fuga a gran velocidad.

leer mas:

http://www.laverdad.es/murcia/201605/18/dedicada-introducir-hachis-murcia-20160518143341.html

000000000000000000000000000000000

Audio de la entrevista del programa “Nunca es tarde”

El senado de EEUU aprobó una ley transnacional contra el tráfico de drogas.

La nueva ley transnacional de tráfico de drogas de Estados Unidos “ayudará específicamente al Departamento de Justicia (de ese país) a preparar casos de extradición contra capos de la droga de la región andina”. Así explicó el Senado de Estados Unidos la aprobación de la nueva ley que el presidente Barack Obama puso en vigencia el pasado lunes.

leer:

http://eju.tv/2016/05/ex-zar-antidroga-nueva-ley-eeuu-llamado-atencion-los-producen-coca-cocaina/

leguyaderLe chef d’escadron, Laurent Le Guyader commande la compagnie de gendarmerie du Nord-Mayenne.

Par Audrey VAIRE/Ouest-France

Les gendarmes de Mayenne viennent de démanteler un important trafic d’héroïne, cocaïne et cannabis venant des Pays-Bas. Les interpellations ont concerné cinq départements.

« De l’héroïne, de la cocaïne, mais aussi du cannabis étaient importés depuis les Pays-Bas, précise le chef d’escadron Laurent Le Guyader, commandant de la compagnie qui a dirigé l’opération, secondé par le capitaine Denis Lancel. De multiples filatures, observations et surveillances ont été nécessaires », avant une première vague d’interpellations, le 9 mai.

LIRE:

http://www.ouest-france.fr/normandie/drogue-300-gendarmes-mobilises-33-arrestations-4235795

000000000000000000000000

algeriePrès de 500 tonnes de kif traité ont été saisies et 10 000 personnes arrêtées en Algérie depuis 2010 dans le cadre de la lutte contre le trafic de drogue, rapporte ce mercredi l’APS, en citant la gendarmerie nationale.

Cette quantité de drogue provenant du Maroc a été saisie dans différentes régions du pays, notamment à la bande frontalière Ouest, a précisé la même source lors d’un colloque organisé à Oran sur drogue et toxicomanie.

LIRE PLUS:

http://www.tsa-algerie.com/20160518/trafic-de-drogue-500-tonnes-de-kif-traite-saisies-10-000-personnes-arretees-2010/

0000000000000000000000000000