Archives de 1 mars 2017

Jean-Dominique Comolli, ancien élève de l’ENA, ex collaborateur de Laurent Fabius puis Directeur de Cabinet de Michel Charasse venait d’être nommé Directeur général des Douanes en septembre 1989 lorsque je l’ai rencontré dans le bureau du ministre avant une visite de travail a la direction générale avec Jean Henri Hoguet, le patron de la DNRED, et Christian Gatard, le chef d’échelon DNRED de Nantes.

Le ministre Michel Charasse lui avait demandé de compenser les pertes sur la revente du MY Windarra * que j’avais réalisée sur les conseils du ministre lui-même à  la suite de la fameuse affaire de Lyon. Aucune compensation des pertes subies n’a été réglée par la Direction générale de la Douane et Jean Dominique Comolli n’a jamais donné l’ordre pour assumer la volonté ministérielle.

Mais revenons à Jean Dominique Comolli: « Issu de la gauche » c’est un homme de grande qualité », disait Sarkozy lorsqu’il le nomma à la tête de l’Agence des Participations de l’Etat, un machin stratégique qui a la tutelle sur des centaines de milliards d’euros appartenant à la puissance publique, placés ici ou là.

Bras armé de Bercy, l’APE gère les intérêts de l’Etat dans 77 entreprises françaises, un actif qui pèse autour de 100 milliards d’euros – dont 60 milliards cotés en Bourse. Elle a été créée en 2004 pour éclairer les décisions de l’Etat actionnaire.Son fonctionnement et son efficacité sont régulièrement critiqués.

Cet homme qui a pratiqué dans le savant mélange des genres a été propulsé à la tête de la SEITA en 1993, quand cette entreprise disposait du monopole du tabac en France. Salaire annuel: équivalent de  180.000 euros.
En 1995, au nom de la libre concurrence (dogme imposé par Bruxelles), le monopole est mis à bas, la privatisation décidée et les premiers plans sociaux (saignants) arrivent. Pour prendre sa part des sacrifices subis par les salariés (ou pour s’en consoler), le PDG Comolli porte ses émoluments à 1 million d’euros. Puis c’est la fusion avec la Tabacalera SA, pour composer Altadis qui lui assure une rémunération portée à 1,2 millions d’euros à laquelle il faut ajouter deux plans de stocks options très conséquents.

Altadis devient alors une société entièrement privée, les états français (sous DSK) et espagnols ayant vendu toutes leurs participations (à un prix très amical… pour les acheteurs)

Altadis, sans aucun « noyau dur » protecteur et de surcroît très rémunératrice est à la merci du premier prédateur venu. En 2007,  Imperial Tobacco lance une OPA que le Conseil d’administration et Comolli applaudisent. Il faut dire que les Stock-Options de ce dernier en sont très valorisées, qu’on lui en a attribuées deux paquets supplémentaires ainsi, pour faire bonne mesure, que 35.000 actions gratuites.

Pour faire bonne mesure, une modeste pension (485.000 euros annuels indexés sur l’inflation) lui est promise.

Jean Dominique Comolli, décidément insatiable, se fait alors bombarder administrateur de Casino, Pernod-Ricard et Calyon, selon les bonnes vieilles habitudes du capitalisme français, foncièrement consanguin: ils sont une centaine tout au plus, les heureux administrateurs qui se croisent dans les quelques conseils qui comptent et surtout dans leurs comités de rémunération: « passe moi la rhubarbe, je te passe le séné »

« Il est important de mettre à la tête de la gestion des actifs de l’État quelqu’un qui ait à la fois une autorité politique et une expérience forte du privé », avait  justifié  le Ministère de l’économie et des finances. C’est sûr: une telle habileté de navigateur au gré des divers courants, un tel sens de l’intérêt général et un tel altruisme qui lui fera sûrement oublier ses intérêts propres nous rassurent quant à la gestion des biens publics qui sera faite, n’en doutons pas, dans le sens de l’intérêt général.

Sources: le Canard Enchaîné. les échos.

Pots-de-vin, orgies et contrebande : la face cachée de l’industrie du tabac dévoilée dans un livre

Marc Lomazzi passe en revue de nombreuses autres facettes des multinationales du tabac : le circuit des cigarettes de contrebande, depuis les usines des « Big Four » jusqu’aux épiceries de nuit ; leur guerre contre l’e-cigarette ; le renouvellement des fumeurs qui oblige à “convaincre chaque semaine en France 10 000 adolescents et enfants de fumer, uniquement pour maintenir son marché”, selon un professeur ; le placement de produit au cinéma ou encore le parrainage sportif, censés être interdits.

Les industries du tabac rivalisent également d’inventivité pour “améliorer ce shoot nicotinique qui atteint le cerveau en 8 secondes dès la première taffe. Outre les traces de dissolvants, d’antimites, de butane, d’insecticide, de plomb, d’arsenic”, il y a l’imparable goût menthol. Celui-ci agit comme un anesthésique local et permet ainsi à la fumée de pénétrer plus profondément dans les poumons. De ce fait, il provoque des types de cancers plus compliqués à traiter”. Mais les menthol ne disparaitront pas avant 2020.
LIRE: http://mobile.lesinrocks.com/2015/05/13/actualite/pots-de-vin-orgies-et-contrebande-la-face-cachee-de-lindustrie-du-tabac-devoilee-dans-un-livre-11747816/

00000000000000000000000000000000000

TANCREDE

Le M/Y WINDARRA

Plus sur:

https://ns55dnred.wordpress.com/2016/07/21/dnred-quand-la-douane-francaise-transportait-le-cannabis-quelle-avait-achete-au-maroc/

00000000000000000000000000000000000000000


Un contrôle de routine des policiers de la brigade anticriminalité clermontoise, samedi, en fin de journée, a débouché sur une saisie inattendue de produits stupéfiants. Dont 1,7 kg d’héroïne stocké dans une cave.


Alors qu’il est en patrouille dans le centre-ville de Clermont-Ferrand, vers 18 heures, samedi, un équipage de la brigade anticriminalité aperçoit deux hommes en train de bricoler un autoradio dans une voiture stationnée rue des Jacobins. Même si ce véhicule semble leur appartenir, les policiers procèdent malgré tout à un contrôle, qui va très rapidement s’avérer fructueux.


Lire

http://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand/faits-divers/puy-de-dome/2017/03/01/1-7-kg-dheroine-stocke-dans-une-cave-a-clermont-ferrand_12303104.html

Le débat sur la dépénalisation du cannabis risque de ressortir à tout moment dans la campagne présidentielle

Il ne s’agit pas ici de prendre position sur la question, mais simplement de vous informer des conclusions de plusieurs études sur le sujet. Elles sont sans appel : la consommation régulière de cannabis augmente le risque de troubles mentaux. Elle est néfaste au bon fonctionnement de vos neurones, les 100 milliards de cellules du cerveau.
Depuis quelques années, la recherche médicale dispose de l’imagerie cérébrale (un outil génial). Cela permet de voir ce qui se passe dans le cerveau d’un patient. Cette technique a permis à l’Université de Dallas de prouver que la matière grise des fumeurs de cannabis diminuait dans une région du cerveau impliquée dans la motivation et la prise de décision.
http://www.rtl.fr/actu/bien-etre/michel-cymes-evoque-les-effets-du-cannabis-sur-le-cerveau-7787472856

C’est un témoignage inédit. Celui d’un ancien indic de la police qui dénonce les méthodes de l’office de lutte contre les stupéfiants. Ses accusations ont donné lieu à l’ouverture d’une enquête. Il a choisi BFMTV pour raconter son histoire. Un homme de l’ombre aujourd’hui en pleine lumière. Hubert Avoine a travaillé comme informateur de la brigade de lutte contre le trafic de stupéfiants jusqu’en 2013.

« Pendant six ans, mon rôle a été de pénétrer les réseaux, d’identifier les intermédiaires, de recueillir des informations et de les transmettre. Pour qui? Pour quoi? Je l’ignorais et je n’avais pas à le savoir, persuadé que cela contribuait à un combat juste et nécessaire », présente-t-il dans son livre à paraître ce jeudi.

Des dizaines de valises de cannabis
Il affirme avoir infiltré les réseaux des plus gros narcotrafiquants. Dans son ouvrage, L’Infiltré, il dénonce les méthodes de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants. Son contact était alors François Thierry, l’ex-patron de la lutte antidrogue depuis muté à la sous-direction antiterroriste, placé en garde à vue ce mercredi matin dans l’affaire
Lire

http://www.bfmtv.com/police-justice/un-ancien-indic-de-la-police-accuse-l-office-des-stups-de-complicite-avec-des-trafiquants-de-drogue-1112575.html

0000000000000000000000000000000000

AFP, publié le mercredi 01 mars 2017 à 10h58

L’ex-patron de l’Office des Stups convoqué par la police des polices
L’ancien patron de la lutte antidrogue en France, François Thierry, a été placé en garde à vue mercredi matin à l’IGPN, la « police des polices », dans le cadre d’une enquête conduite par des juges d’instruction parisiens, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

La convocation à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) de l’ancien chef de l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (Ocrtis) s’inscrit dans une affaire distincte de deux autres informations judiciaires, qui s’interrogent notamment sur les relations entre l’office des « stups » et les indicateurs.

L’un de ces deux dossiers confiés à des juges d’instruction fait suite à la saisie record de 7 tonnes de cannabis, découvertes par les douanes dans des camionnettes stationnées boulevard Exelmans à Paris le 17 octobre 2015. L’opération, à l’époque encensée par le président de la République François Hollande, avait très vite été entachée de soupçons entourant le rôle trouble d’un indicateur, Sofiane Hambli, sur fond de rivalités entre services de douanes et de police.

Mais selon Libération, l’Ocrtis conduisait en parallèle une opération d’infiltration secrète, baptisée +Janissaire+, destinée à démanteler, avec l’aide de Sofiane Hambli, des réseaux de trafiquants dont celui d’un des plus gros importateurs français de cannabis du Maroc. Sous couvert de l’opération « Janissaire », l’Ocrtis a directement supervisé l’importation d’au moins 15 tonnes de cannabis qui ont été saisies, selon une source proche de l’enquête.

Les enquêteurs cherchent à savoir si d’autres quantités de drogue ont pu être écoulées dans le cadre d’opérations de l’office des « stups » alors que Libération évoque l’importation par ce biais d’au moins 40 tonnes.

L’autre information judiciaire, également confiée à des juges d’instruction, a été ouverte en septembre après les révélations d’un indicateur qui a mis en cause François Thierry, pour avoir facilité l’importation de « plusieurs dizaines de tonnes de cannabis » au bénéfice d’un présumé trafiquant de drogue.

http://actu.orange.fr/france/police-l-ancien-patron-de-l-antidrogue-en-garde-a-vue-CNT000000DOFp0.html

http://m.20minutes.fr/societe/2022543-20170301-ancien-patron-lutte-anti-drogue-place-garde-vue
http://www.europe1.fr/faits-divers/francois-thierry-lancien-patron-de-la-lutte-anti-drogue-place-en-garde-a-vue-2991014
http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN1683ZX

lire aussi:

L’ex-patron des Stups cuisiné par les bœuf-carottes

Le séisme judiciaire couvait depuis des mois. Mercredi matin, l’ex-patron de l’Office central de répression contre le trafic illicite de stupéfiants (Ocrtis) a été placé en garde à vue dans les locaux de l’IGPN, la police des polices. Visé par plusieurs enquêtes judiciaires, l’ancien visage emblématique de la lutte antidrogue est soupçonné d’avoir lui même supervisé une partie du trafic en s’appuyant sur plusieurs indics au pouvoir exorbitant. Un système mis en place depuis plusieurs années avec l’aval de la plus haute hiérarchie policière, et qui semble avoir totalement échappé au pouvoir judiciaire. C’est la découverte «fortuite» de 7 tonnes de cannabis en plein Paris, en octobre 2015, qui a mis le feu aux poudres et braqué les projecteurs sur les méthodes troubles de l’Office des stups, sur fond de guerre des polices. Comme l’a depuis révélé Libération, ce sont en réalité 40 tonnes de cannabis qui sont entrées à cette occasion en France, sous couvert d’une opération d’infiltration baptisée «Janissaire». Mais c’est un autre dossier qui vaut aujourd’hui à François Thierry et à un de ses anciens subordonnés, Jocelyn B., d’être cuisinés par les «bœuf-carottes».

http://www.liberation.fr/france/2017/03/01/l-ex-patron-des-stups-cuisine-par-les-boeuf-carottes_1552622

000000000000000000000000000000000

Les fameuses « valeurs de l’ovalie » sont sous les projecteurs depuis que les rugbymen James O’Connor et Ali Williams ont été placés en garde à vue pour détention de cocaïne. Dans un entretien accordé à L’Equipe, mardi, Robins Tchale-Watchou, président du syndicat des joueurs Provale, a validé la thèse de Mourad Boudjellal selon laquelle la consommation de cocaïne serait pratique courante parmi les joueurs.
« Je mets au défi un seul dirigeant de me dire que personne, dans son équipe, ne consomme de cocaïne, tranche le président de Provale et joueur de Montpellier. Sincèrement, c’est une hérésie de penser qu’il y a de la consommation partout sauf dans le rugby. »

Lire

http://m.20minutes.fr/sport/rugby/2021887-20170228-cocaine-rugby-club-top-14-epargne-selon-syndicat-joueurs