DROGUES LÉGALES (SEITA – ALTADIS – IMPERIAL TOBACCO): retour sur le parcours de Jean Dominique Comolli, ex DG de la Douane Française 

Publié: 1 mars 2017 dans DNRED, Douane française, Drogues, INFOS, Tabac - Cigarettes
Tags:, ,

Jean-Dominique Comolli, ancien élève de l’ENA, ex collaborateur de Laurent Fabius puis Directeur de Cabinet de Michel Charasse venait d’être nommé Directeur général des Douanes en septembre 1989 lorsque je l’ai rencontré dans le bureau du ministre avant une visite de travail a la direction générale avec Jean Henri Hoguet, le patron de la DNRED, et Christian Gatard, le chef d’échelon DNRED de Nantes.

Le ministre Michel Charasse lui avait demandé de compenser les pertes sur la revente du MY Windarra * que j’avais réalisée sur les conseils du ministre lui-même à  la suite de la fameuse affaire de Lyon. Aucune compensation des pertes subies n’a été réglée par la Direction générale de la Douane et Jean Dominique Comolli n’a jamais donné l’ordre pour assumer la volonté ministérielle.

Mais revenons à Jean Dominique Comolli: « Issu de la gauche » c’est un homme de grande qualité », disait Sarkozy lorsqu’il le nomma à la tête de l’Agence des Participations de l’Etat, un machin stratégique qui a la tutelle sur des centaines de milliards d’euros appartenant à la puissance publique, placés ici ou là.

Bras armé de Bercy, l’APE gère les intérêts de l’Etat dans 77 entreprises françaises, un actif qui pèse autour de 100 milliards d’euros – dont 60 milliards cotés en Bourse. Elle a été créée en 2004 pour éclairer les décisions de l’Etat actionnaire.Son fonctionnement et son efficacité sont régulièrement critiqués.

Cet homme qui a pratiqué dans le savant mélange des genres a été propulsé à la tête de la SEITA en 1993, quand cette entreprise disposait du monopole du tabac en France. Salaire annuel: équivalent de  180.000 euros.
En 1995, au nom de la libre concurrence (dogme imposé par Bruxelles), le monopole est mis à bas, la privatisation décidée et les premiers plans sociaux (saignants) arrivent. Pour prendre sa part des sacrifices subis par les salariés (ou pour s’en consoler), le PDG Comolli porte ses émoluments à 1 million d’euros. Puis c’est la fusion avec la Tabacalera SA, pour composer Altadis qui lui assure une rémunération portée à 1,2 millions d’euros à laquelle il faut ajouter deux plans de stocks options très conséquents.

Altadis devient alors une société entièrement privée, les états français (sous DSK) et espagnols ayant vendu toutes leurs participations (à un prix très amical… pour les acheteurs)

Altadis, sans aucun « noyau dur » protecteur et de surcroît très rémunératrice est à la merci du premier prédateur venu. En 2007,  Imperial Tobacco lance une OPA que le Conseil d’administration et Comolli applaudisent. Il faut dire que les Stock-Options de ce dernier en sont très valorisées, qu’on lui en a attribuées deux paquets supplémentaires ainsi, pour faire bonne mesure, que 35.000 actions gratuites.

Pour faire bonne mesure, une modeste pension (485.000 euros annuels indexés sur l’inflation) lui est promise.

Jean Dominique Comolli, décidément insatiable, se fait alors bombarder administrateur de Casino, Pernod-Ricard et Calyon, selon les bonnes vieilles habitudes du capitalisme français, foncièrement consanguin: ils sont une centaine tout au plus, les heureux administrateurs qui se croisent dans les quelques conseils qui comptent et surtout dans leurs comités de rémunération: « passe moi la rhubarbe, je te passe le séné »

« Il est important de mettre à la tête de la gestion des actifs de l’État quelqu’un qui ait à la fois une autorité politique et une expérience forte du privé », avait  justifié  le Ministère de l’économie et des finances. C’est sûr: une telle habileté de navigateur au gré des divers courants, un tel sens de l’intérêt général et un tel altruisme qui lui fera sûrement oublier ses intérêts propres nous rassurent quant à la gestion des biens publics qui sera faite, n’en doutons pas, dans le sens de l’intérêt général.

Sources: le Canard Enchaîné. les échos.

Pots-de-vin, orgies et contrebande : la face cachée de l’industrie du tabac dévoilée dans un livre

Marc Lomazzi passe en revue de nombreuses autres facettes des multinationales du tabac : le circuit des cigarettes de contrebande, depuis les usines des « Big Four » jusqu’aux épiceries de nuit ; leur guerre contre l’e-cigarette ; le renouvellement des fumeurs qui oblige à “convaincre chaque semaine en France 10 000 adolescents et enfants de fumer, uniquement pour maintenir son marché”, selon un professeur ; le placement de produit au cinéma ou encore le parrainage sportif, censés être interdits.

Les industries du tabac rivalisent également d’inventivité pour “améliorer ce shoot nicotinique qui atteint le cerveau en 8 secondes dès la première taffe. Outre les traces de dissolvants, d’antimites, de butane, d’insecticide, de plomb, d’arsenic”, il y a l’imparable goût menthol. Celui-ci agit comme un anesthésique local et permet ainsi à la fumée de pénétrer plus profondément dans les poumons. De ce fait, il provoque des types de cancers plus compliqués à traiter”. Mais les menthol ne disparaitront pas avant 2020.
LIRE: http://mobile.lesinrocks.com/2015/05/13/actualite/pots-de-vin-orgies-et-contrebande-la-face-cachee-de-lindustrie-du-tabac-devoilee-dans-un-livre-11747816/

00000000000000000000000000000000000

TANCREDE

Le M/Y WINDARRA

Plus sur:

https://ns55dnred.wordpress.com/2016/07/21/dnred-quand-la-douane-francaise-transportait-le-cannabis-quelle-avait-achete-au-maroc/

00000000000000000000000000000000000000000

Publicités
commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s