Archives de 10 mars 2017


Jeudi après-midi, la présence des gendarmes était inhabituelle sur le site de l’entreprise Baudelet. Elle s’explique par la saisie de 60 kg de cocaïne.


Une enquête est en cours, mais à ce stade les informations qui filtrent sont peu nombreuses. À la compagnie de gendarmerie d’Hazebrouck, on se refuse à tout commentaire.


Lire

http://m.lechodelalys.fr/fait-divers/60-kg-de-cocaine-trouves-a-blaringhem-ia710b0n201419

http://m.lejournaldemontreuil.fr/fait-divers/60-kg-de-cocaine-a-blaringhem-les-super-flics-lillois-ia710b0n201419

Le président bolivien Evo Morales a décidé de doubler la surface de la culture légale de coca, s’attirant les foudres de l’opposition.


Le président bolivien Evo Morales a promulgué mercredi une loi polémique doublant quasiment, de 12.000 à 22.000 hectares, la surface de culture légale de la feuille de coca, composant de base de la cocaïne. 


« La coca à vie ». Avec cette nouvelle loi, « nous voulons garantir la coca à vie », a assuré, lors d’une cérémonie publique, Evo Morales, premier président amérindien de Bolivie au pouvoir depuis 11 ans, lui-même ancien cultivateur de feuilles de coca. Le texte remplace celui adopté en 1988 destiné à encadrer la production de coca à usage traditionnel, sous l’impulsion des Etats-Unis. La mastication et l’infusion de la coca sont des pratiques millénaires dans les Andes pour lutter contre la faim, la fatigue et les effets de l’altitude, mais aussi dans des usages rituels de la culture indienne traditionnelle. 


Lire

http://www.europe1.fr/international/la-bolivie-promulgue-une-loi-polemique-doublant-la-surface-de-coca-2998145

La Customs Anti-Narcotics Section (CANS) et la brigade antidrogue (Adsu) ont intercepté, lundi 7 mars, une boîtecontenant un Home Cinema en provenance d’Afrique du Sud, à l’aéroport de Plaisance. À l’intérieur, deux colis dans lesquels était dissimulée de la drogue.

C’est par le vol long courrier de la South African Airways que le colis a été expédié à Maurice. L’exercice de Scanning & Examination des officiers de la Customs Anti-Narcotics Section s’est avéré positif. La présence des deux colis dans la boîte d’un Home Cinema paraissait suspecte aux limiers. Après des analyses plus approfondies, les officiers de la CANS et la brigade antidrogue ont mis la main sur 6,5 kilos d’héroïne pure. La valeur marchande de la drogue est estimée à plus de Rs 50 millions.



Lire

http://defimedia.info/laeroport-de-plaisance-deux-colis-de-rs-50m-de-drogue-interceptes


Les cylindres ont dû être découpés à l’aide d’un grinder.  

«C’est une saisie record, non seulement à Maurice mais dans la région.» C’est ce qu’a affirmé le Deputy Commissioner of Police (DCP), Choolun Bhojoo au sujet des 135 kg d’héroine, estimés à deux milliards de roupies, saisis par l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU). C’était lors d’un point de presse ce vendredi 10 mars aux Casernes centrales. «C’est un travail qui a demandé beaucoup d’efforts et d’informations», a-t-il ajouté.

Il soutient que ceux qui ont importé la drogue ont utilisé toutes sortes d’astuces pour détourner l’autorité de l’ADSU et de la douane. Même son de cloche du côté du directeur de la douane, également présent à cette conférence de presse. «Même le chien renifleur ne pouvait pas détecter la drogue, dissimulée dans six boîtes. C’est grâce à des renseignements précis que nous avons pu effectuer cette saisie», a-t-il affirmé.

Lire

https://www.lexpress.mu/article/301913/saisie-135-kg-dheroine-meme-chien-renifleur-ne-pouvait-pas-detecter-drogue


Farid Kharraki, l’un des principaux prévenus dans le vol de cocaïne du 36, Quai des Orfèvres accuse l’ancien brigadier Jonathan Guyot. Et glisse au passage qu’il aurait bénéficié de complicités…


C’est peu dire que Farid Kharraki a le sens du spectacle. Prévenu aux côtés de huit autres personnes dans le vol de cocaïne du 36 quai des Orfèvres, l’homme à la mine patibulaire, regard noir perçant et cheveux gominés, s’est livré pendant près de trois heures à un véritable show dans la 14e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Surtout, il a maintenu ses accusations de la veille et accusé l’ancien brigadier Jonathan Guyot, à ses côtés dans le box, d’avoir sorti plus de 48 kilos de cocaïne du mythique siège de la PJ parisienne.

Farid Kharraki le reconnaît sans ambages, à l’époque, il se livrait à du « trafic de stups ». Du cannabis, exclusivement. Pourtant, lorsque le 10 ou 11 juillet 2014, soit environ deux semaines avant la nuit du vol, le brigadier l’aurait chargé de trouver quelqu’un capable d’écouler une grosse quantité de cocaïne, il accepte de jouer les intermédiaires. « C’était pas facile de trouver quelqu’un qui rachète tout ça. » Savait-il d’où venait la drogue ? Le policier, assure-t-il, lui a donné peu de détails sur l’opération, mais il n’a aucun doute, « c’est lui qui a sorti la cocaïne ». Sous-entendu : de la salle des scellés. « Il m’a dit qu’il fallait faire vite, parce qu’ils voulaient les brûler [les pains de drogue] ».

Lire plus

http://www.compare-credit.fr/landing_maxiweb/?source_pixel=presta-taboola&subid=810&&referer=20minutes

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/03/09/01016-20170309ARTFIG00359-vol-de-cocaine-au-36-robert-l-indic-et-son-pacte-secret-avec-le-policier-des-stups.php