Archives de 15 mars 2017

Les services douaniers ont avorté trois tentatives de trafic de drogue au nord et au sud du Maroc. Dans sa dernière communication, l’Administration des douanes et des impôts indirects évoque d’importantes saisies douanières de stupéfiants. Elles ont eu lieu le week-end dernier. 
Lire

http://aujourdhui.ma/faits-divers/trafic-de-drogue-la-douane-toujours-aux-aguets

On s’approche de la fin dans ce procès inédit. Mercredi, le parquet a requis la peine maximale de dix ans de prison contre l’ancien policier Jonathan Guyot, accusé du vol de 48 kilos de cocaïne dans les scellés de la police judiciaire en juillet 2014. Une confiscation des biens saisis et une interdiction définitive d’exercer le métier de policier ont également été requis contre lui.

Au terme d’un réquisitoire à deux voix de quatre heures, la procureure Aglaë Fradois a étrillé le « très grand cynisme » de Jonathan Guyot, 36 ans, qui a entraîné plusieurs de ses proches avec lui devant la justice, et sa « détermination sans faille à nier jusqu’au bout » les faits qui lui sont reprochés. Selon la magistrate, le policier de la brigade des stupéfiants a sorti du prestigieux 36, quai des Orfèvres à Paris la cocaïne (52 kilos emballage compris) au moins en trois fois, la dernière dans la nuit du 24 au 25 juillet 2014. La procureure a critiqué la défense d’abord « délirante », voire « complotiste », puis procédurière, « éminemment factice, fabriquée de toutes pièces » de Jonathan Guyot qui, après plus de deux ans d’enquête et six demi-journées d’audience, « persiste à nier les faits », « à nier la réalité ».


Lire

http://www.liberation.fr/societe/2017/03/15/cocaine-volee-au-36-peine-maximale-requise-contre-l-ex-policier-guyot_1555977

http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/paris/vol-cocaine-au-36-quai-orfevres-suivez-proces-1214841.html

Il avait des potes, des vrais, Jonathan Guyot. Des amis de vingt ans, rencontrés sur les bancs de l’école à Perpignan, qui n’étaient pas peu fiers de sa jolie carrière. Etre affecté à la brigade des stupéfiants au 36, quai des Orfèvres, ça vous pose un homme devant les copains. Toujours plein d’histoires à raconter, encore mieux qu’une série télévisée, et généreux avec ça. A Jonathan Guyot, Nicolas J. doit beaucoup…….
Lire

http://mobile.lemonde.fr/police-justice/article/2017/03/15/vol-de-cocaine-au-36-quai-des-orfevres-les-amities-trahies-de-l-ex-policier-jonathan-guyot_5094782_1653578.html?xtref=

La politique concernant les drogues menée par le Portugal est une alternative crédible au tout répressif.

Par Abigail R. Hall.

Un article de la Foundation for economic education

Depuis plus de 100 ans, les États-Unis cherchent à interdire la consommation de drogues. Les partisans de la prohibition affirment qu’en rendant illégales des substances comme le cannabis, la cocaïne et l’héroïne, l’État peut significativement réduire la criminalité liée à la drogue, combattre la toxicomanie et arrêter la propagation des maladies liées à la consommation de stupéfiants.

Cette politique n’a pas eu les effets escomptés. Michael Botticelli, directeur du Bureau de la politique nationale de contrôle des drogues, a déclaré que la guerre contre les drogues était constituée « d’échecs politiques et pratiques ».

Parmi les alternatives à la guerre contre la drogue, il existe l’option de la dépénalisation des drogues, c’est-à-dire l’assouplissement de l’application de la loi et sanctions pour les infractions liées à la drogue, et la légalisation de toutes les drogues. Oui, toutes les drogues.

Le cobaye portugais

Ces options peuvent sembler contre-productives, mais les données racontent une autre histoire. En 2001, le Portugal a choqué le monde en votant la dépénalisation de toutes les drogues en réponse à un problème croissant d’héroïne.

Le trafic de drogue demeure illégal, mais les consommateurs de drogues sont considérés comme des malades plutôt que des criminels. Au lieu d’une arrestation et d’une incarcération immédiate, les personnes prises avec moins de 10 jours d’approvisionnement en drogues dures sont conduites devant un tribunal spécial d’experts légaux, de psychologues et de travailleurs sociaux. Le but est d’arriver à une solution qui s’occupe d’abord de la santé du patient, avec une petite amende occasionnelle ou un travail d’intérêt général.

Quinze ans plus tard, la catastrophe prédite par de nombreuses personnes est démentie par les données. La consommation de drogues parmi les jeunes de 15 à 24 ans a considérablement diminué et les décès dus à la drogue sont tombés de 80 en 2001 à 16 en 2012.

Lire plus

https://www.contrepoints.org/2017/03/15/284109-portugal-a-gagne-lutte-contre-drogue-ne-menant

Un informe de los EE.UU. estima que la producción aumentó entre el año 2015 y 2016. Los sembradíos de coca alcanzaron 188 mil hectáreas de terreno y la producción de coca pura alcanzó 710 toneladas.


En Colombia el cultivo de la hoja de coca aumentó un 18 por ciento y la producción de cocaína pura se incrementó un 37 por ciento en el 2016 en comparación con el año anterior. Estas cifras fueron dadas a conocer este martes por un informe del Gobierno de los Estados Unidos.


Los datos de cultivo de coca ya habían sido adelantados por el ministro colombiano de Defensa, Luis Carlos Villegas, quien informó el pasado lunes que la cantidad de hectáreas cultivadas alcanzó 188 mil durante ese año.

Leer

http://www.telesurtv.net/news/La-produccion-de-cocaina-en-Colombia-aumenta-18-en-2016-20170314-0049.html

Le Sahel est aujourd’hui une zone de graves turbulences politiques en Afrique, avec des éléments de tensions que sont le Nord-Mali, les heurts du Sud libyen et la présence de la secte BokoHaram au Nord du Nigeria qui portent un risque de contagion à des pays de la zone (Niger) voire – même s’il est vrai que le risque est faible – à la région entière. A cela s’opère un véritable réseau de trafic de cocaïne.


La cocaïne est l’un des produits qui génèrent le plus de valeur ajoutée : achetée entre 2 000 et 3 000 euros, le kilogramme dans les zones de production vaut 10 000 euros dans les villes de la façade océanique ouest-africaine, 12 000 euros dans les capitales du Sahel, 18 000 à 20 000 euros dans les villes d’Afrique du Nord et entre 30 000 et 45 000 euros dans les villes européennes. Selon le Service de coopération technique internationale…. Ces chiffres sont ceux du marché du gros et concernent un produit dont la qualité se dégrade tout au long du circuit (le degré de pureté diminue car le produit est coupé avec différents additifs). La valeur des produits transitant par l’Afrique de l’Ouest est importante, compte tenu de la modestie de certaines économies. Ainsi, une saisie en Guinée Bissau peut représenter, en valeur, le volume du budget du ministère de la Justice de ce pays.


Avec le trafic de cocaïne, des côtes latino-américaines à celles de l’Afrique….


Lire 

http://malijet.com/a_la_une_du_mali/180233-trafic-de-cocaine-dans-le-sahel-une-masse-monetaire-de-2-milliar.html

La Mesa de Coordinación de Adjudicaciones del Fondo de Bienes Decomisados al Narcotráfico ha aprobado dedicar este año 8,9 millones de euros a impulsar el control policial y aduanero del tráfico de estupefacientes y 22,7 millones a programas de prevención.
Este es el resultado de la última reunión de la Mesa, donde se ha aprobado dedicar a prevención de las drogodependencias en 2017 el 68% del dinero proveniente del decomiso de bienes por delitos relacionados con el tráfico ilegal de drogas, es decir, 22,7 millones de euros de los 33,1 millones disponibles en el Fondo de Bienes Decomisados.
En cuanto al reparto de los 22,7 millones de euros destinados a prevención de las drogodependencias y otras adicciones, 8,6 se asignarán a las comunidades autónomas, 6,6 a las corporaciones locales, 3,2 a programas desarrollados por entidades sin ánimo de lucro y 350.000 euros a impulsar actividades de los municipios al amparo del convenio firmado en 2001 entre la FEMP y la Delegación del Gobierno del Plan Nacional sobre Drogas (PNsD). 
Asimismo, 250.000 euros se dedicarán a proyectos internacionales y 3,6 millones a actividades de la Delegación del Gobierno del PNsD, incluida la financiación de acciones de sensibilización social sobre los riesgos del consumo de alcohol por parte de menores.
Por otra parte, de los 8,9 millones de euros que se dedicarán en 2017 al control del tráfico de drogas, 7,6 irán destinados al Ministerio del Interior para financiar las actividades contra el narcotráfico de Policía Nacional, Guardia Civil y Centro de Inteligencia contra el Terrorismo y el Crimen Organizado.
Otras actuaciones del Ministerio del Interior estarán orientadas a la labor de prevención y asistencia que se realiza en Instituciones Penitenciarias y las actividades que, mediante acuerdo interdepartamental con Interior, realiza el Ministerio de Defensa en la lucha contra el narcotráfico.
Los 1,3 millones de euros restantes dirigidos al control de la oferta tendrán como destinatarios al Servicio de Vigilancia Aduanera, el Instituto Nacional de Toxicología, la Secretaría de Estado de Administraciones Públicas y la Fiscalía Especial Antidroga.
Por último, un millón y medio de euros cubrirán los gastos de gestión del propio Fondo de Bienes Decomisados al Narcotráfico. La Mesa de Adjudicación del Fondo de Bienes Decomisados al Narcotráfico tomó esta decisión de acuerdo con los criterios aprobados previamente por el Consejo de Ministros el pasado 3 de febrero.

TELÉFONO DENUNCIAS VIGILANCIA ADUANERA 900351378

http://noticiassva.blogspot.fr/2017/03/el-gobierno-destina-22-millones-de.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+DiarioDeNoticiasSva+(DIARIO+DE+NOTICIAS+SVA)&m=1


Dissimulé sous un évier, une plante, au fond du lac de Créteil, ou encore dans des bocaux enterrés dans un jardin… Au procès du vol de 50 kg de cocaïne dans les scellés de la police, le tribunal a retracé mardi les chemins tortueux de l’argent tiré de sa revente.

Accusé de ce vol inédit, qu’il conteste, l’ancien policier Jonathan Guyot, assure qu’il gardait cet argent pour le compte d’un «indic».


En tout cas, il l’avait d’abord confié à deux amis d’enfance. Chez l’un, prénommé Nicolas, les enquêteurs ont retrouvé 31.050 euros, sous l’évier.


Lire

http://www.liberation.fr/societe/2017/03/14/cocaine-volee-au-36-les-chemins-varies-de-l-argent-eparpille_1555742