TRACFIN: des visites régulières à  l’Elysée…pour mieux protéger les Français !

Publié: 25 mars 2017 dans INFOS

Pour éviter tous risques, le TRACFIN  n’est pas habilité à recevoir et traiter les informations transmises par des particuliers..Et quand un de ses agents n’est pas docile…Tracfin le lourde et le fait condamner à de la prison!

Tracfin est un Service de renseignement rattaché au Ministère des Finances et des Comptes publics. Il concourt au développement d’une économie saine en luttant contre les circuits financiers clandestins, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Le Service est chargé de recueillir, analyser et enrichir les déclarations de soupçons que les professionnels assujettis sont tenus, par la loi, de lui déclarer.

« Bienvenue Place Beauvau » ne dénonce pas de « cabinet noir » à l’Elysée. En revanche, il montre que la police et les services de l’État restent un instrument au service du pouvoir, à gauche comme à droite.

Le Boss actuel de TRACFIN est Bruno DALLES qui occupait la fonction de Procureur de la République à Melun depuis 2010. Après divers postes en juridiction, Bruno DALLES a notamment dirigé au ministère de la Justice le bureau de lutte contre la criminalité organisée, le terrorisme et le blanchiment, matière qui est au cœur de la mission de Tracfin. En 2003, Bruno DALLES a ensuite pris, au ministère des Finances, la direction du Service national de douane judiciaire.

Son prédécesseur était Jean-Baptiste CARPENTIER, inspecteur des finances, magistrat, issu de l’Ecole Nationale de la Magistrature (1987), il avait exercé les fonctions de substitut du procureur de la République au tribunal de grande instance du Mans, de sous-directeur à la direction des affaires criminelles et des grâces, en charge des affaires économiques et financières et du terrorisme et de vice-président chargé de l’instruction au tribunal de grande instance de Paris.

Et pourtant, c’est ce même Jean-Baptiste Carpentier qui avait déposé plainte contre plainte contre X suite à deux messages mettant en cause la hiérarchie lors des prémices de ce qui allait devenir l’affaire Cahuzac.. L’enquête qui a suivi a permis d’identifier Olivier Thérondel comme l’auteur des messages.

Pourtant Olivier Thérondel travaillait depuis 9 ans au sein de Tracfin, la cellule anti-blanchiment de Bercy…et aurait du être considéré comme professionnel assujetti et tenu, par la loi, de déclarer ses soupçons.

C’est le contraire qui lui arriva à Olivier Thérondel!

Le 5 novembre 2013, on pouvait lire:

Olivier Thérondel, ancien agent de Trafin

Un ancien agent de Tracfin comparaît pour des fuites sur le compte de Cahuzac

 Un ancien agent de la cellule française antiblanchiment Tracfin, Olivier Thérondel, comparaît mardi devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir révélé et critiqué sur un blog des ordres de sa hiérarchie relatifs à Jérôme Cahuzac.

Olivier Thérondel a été licencié après neuf ans de travail au sein de Tracfin, la cellule anti-blanchiment de Bercy. Il doit comparaître mardi devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir, sur son blog hébergé par Mediapart, publié les 22 et 26 avril deux messages mettant en cause sa hiérarchie lors des prémices de ce qui allait devenir l’affaire Cahuzac. Il risque jusqu’à un an de prison et 15.000 euros d’amende pour violation du secret professionnel.

Un ordre oral pour ne plus s’occuper de Cahuzac

Selon lui, une banque, dont il n’a pas communiqué l’identité, a transmis à Tracfin, le 5 avril, une déclaration de soupçon. Elle indiquait qu’elle devait recevoir, sur un compte français détenu par l’ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, 685.000 euros en plusieurs virements, en provenance d’un autre établissement, situé à Singapour. Olivier Thérondel a alors enregistré la déclaration.

Plus tard, lorsque sont parvenues les informations relatives aux transferts effectifs, le supérieur direct d’Olivier Thérondel l’a enjoint, oralement, de ne plus effectuer d’opérations liées aux comptes de Jérôme Cahuzac, selon lui.

Faute d’obtenir un ordre écrit, l’agent a décidé de faire part publiquement de ses interrogations, par le biais de son blog anonyme, dont le texte n’est plus disponible sur le site de Mediapart.

Rapatriés en France, les fonds ne seront pas saisis, alors que Tracfin en avait la possibilité. Ils seront apportés, le 16 mai, à titre de caution dans le cadre du placement sous contrôle judiciaire de Jérôme Cahuzac.

Se prévaloir du rôle de « lanceur d’alerte »

Le 11 juin, le directeur de Tracfin, Jean-Baptiste Carpentier, a déposé plainte contre X. L’enquête qui a suivi a permis d’identifier Olivier Thérondel comme l’auteur des messages. Après son audition, début septembre, par les services de police, il a été immédiatement suspendu.

Depuis, il a été affecté aux douanes, son corps d’origine, en région parisienne.

A l’audience, il entend faire valoir son rôle de lanceur d’alerte, notion anglo-saxonne reprise récemment dans le projet de loi sur la transparence de la vie publique, adopté définitivement mi-septembre.

Par D. N. avec AFP et Sarah-Lou Cohen

SOURCE: http://www.bfmtv.com/societe/un-ancien-agent-tracfin-comparait-fuites-compte-cahuzac-639078.html

Lire aussi

https://internationalinformant.wordpress.com/2016/03/05/france-justice-quand-au-souhait-emis-par-eric-de-montgolfier-dexaminer-tous-les-cinq-ou-six-ans-le-train-de-vie-de-certains-magistrats-donc-le-patrimoine/

Publicités
commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s