Archives de 1 mai 2017

Info RMC – Placé en garde à vue fin mars, l’ancien chef de l’Office de répression du trafic illicite des stupéfiants a fait part de ses regrets devant les enquêteurs de l’IGPN, la police des polices. Le commissaire François Thierry, ainsi que trois policiers de l’Office étaient suspectés de trafic de stupéfiants dans l’affaire des 7 tonnes de cannabis saisies par les douanes à Paris en 2015. 9 autres policiers ont été entendus. L’ancien patron de l’Ocrtis reconnait quelques erreurs mais défend son action et son informateur. En ce mois d’octobre 2015, aucun des responsables de l’Office des stups ne semble vraiment aux commandes. C’est pourtant la plus importante livraison surveillée de drogue jamais organisée par le service: 12 tonnes annoncées par l’informateur – en réalité au moins 16. 

François Thierry part plusieurs jours en Colombie pour une mission Europol alors que la drogue vient d’arriver. Son adjoint a un déplacement en Bulgarie, et le chef de la division opérationnelle est en congés, préoccupé par son père malade. « Nous avons fait trop de choses en même temps et c’est certainement un des échecs de cette opération », reconnaît l’ancien chef de l’Office central pourtant habitué, tout comme ses collègues, à être au four et au moulin en gérant les enquêtes depuis l’étranger. 

Dans un premier temps pourtant, cette livraison surveillée – technique autorisée par la loi – reste sous l’œil de l’Office antidrogue. Le camion poids lourd qui contient la marchandise est d’abord surveillé à Tanger. Puis 3 véhicules de police le prennent en filature depuis l’Espagne jusqu’à un entrepôt à Vénissieux près de Lyon. Ensuite, plus rien. Les enquêteurs de l’Office chargés de la surveillance du camion restent volontairement discrets et à l’écart, suivant les consignes de prudence à la lettre, à tel point qu’ils n’ont pas su que la drogue avait été déchargée du poids lourd dans l’entrepôt, selon leurs déclarations. Ils n’ont pas vu n’ont plus les nouveaux fourgons repartir remplis de cannabis vers Aulnay sous-Bois.

« Erreur d’appréciation » opérationnelle

Seul François Thierry semble être au courant que la marchandise est déplacée en région parisienne, prévenu par son informateur qui a en charge la logistique de l’importation de drogue – et qui est aujourd’hui mis en examen pour trafic de stupéfiant. Le « cousin » a changé ses plans par peur d’être démasqué, relate le commissaire. Certains de ses contacts étaient « devenus méfiants ». Même si aucune loi n’impose une surveillance constante dans le cadre des livraisons surveillées, c’est un des points qui pose problème à l’IGPN. Et sur ce point opérationnel, l’ancien chef de l’Office fait son mea culpa. « Je pense aujourd’hui que c’est une erreur d’appréciation de ne pas organiser de surveillance entre Vénissieux et Aulnay ». Il justifie sa décision de l’époque par plusieurs raisons : pour que les fonctionnaires se reposent avant une nouvelle séquence de surveillance plus dense, pour éviter d’être accusé de « protéger » la drogue en suivant le convoi comme cela a été le cas dans un précédent dossier, et enfin éviter que ses équipes soient repérées alors qu’il a toute confiance en sa source pour lui faire un compte rendu détaillé. Mais il n’en est rien.

Après Aulnay-sous-Bois, l’informateur déplace encore une partie de la drogue, vers Nantes, sans prévenir le commissaire. « Ne pensez-vous pas qu’il vous manipule à ce moment-là? », demande le policier de l’IGPN. Non, répond le commissaire. « Il m’a expliqué qu’il avait fait ça dans l’urgence, avec la certitude de bien faire pour restaurer la confiance de son intermédiaire ». Pour le patron de l’Ocrtis de l’époque, rien n’était perdu à ce stade. Malgré ses initiatives imprévues, il suppose que son indic l’aurait prévenu pour la phase de livraison définitive, celle « qui nécessitait impérativement un dispositif de surveillance solide ».

Des moyens pas à la hauteur des ambitions et la responsabilité de la justice. …avec un magistrat ‘alzheimerien’

Mensonge ou perte de mémoire d’un juge?

Entendu en tant que témoin l’an passé, ce magistrat affirmait ne pas avoir été tenu informé par les policiers du fait qu’une livraison surveillée était en lien avec l’infiltration. Une accusation balayée par le numéro 2 de l’Office des stups lors de son audition. Patrick Laberche assure lui en avoir parlé lors d’une conversation téléphonique le 16 octobre, en présence d’un commandant qui confirme ses dires. Selon le commissaire, il a alors rassuré le juge lyonnais sur la « pérennité de l’opération Janissaire malgré le lien entre la livraison surveillée » et la saisie de 1.9 tonnes à Nantes par les douanes. Des messages échangés entre les deux hommes 10 jours plus tard semblent confirmer les propos du policier. Le magistrat écrit « ne t’inquiète pas (…) Vous avez été « clair dès le début du dossier Janissaire ».


Lire plus et video: 

http://rmc.bfmtv.com/emission/revelations-rmc-saisie-des-7-tonnes-de-cannabis-les-policiers-de-l-office-des-stups-contre-attaquent-1154544.html

lirehttps://ns55dnred.wordpress.com/2016/03/02/dnred-saisie-record-de-7-tonnes-de-cannabis-a-paris-un-suspect-au-profil-intrigant/

Una presunta red de narcotraficantes fue desarticulada por la Policía Nacional al detener a seis presuntos integrantes y decomisar 347 kilos de cocaína y tres vehículos. 

 

El viceministro del Interior, Diego Fuentes, en su cuenta de Twitter, informó de la captura y aprehensión de la droga en Guayaquil que pretendía ser enviada a través de los puertos marítimos.


Leer mas 
http://www.eluniverso.com/noticias/2017/05/01/nota/6163027/decomisan-carga-347-kilos-cocaina-que-iba-exterior?device=mobile

Plus de 700 plants de cannabis ont été découverts dans un hangar à Bouchain, près de Valenciennes, une prise qui illustre l’importance de la culture « indoor » de cette drogue dans le Nord. 


Mardi, un SDF en charge de la surveillance et de l’arrosage de plants dans un hangar contre 12.000 euros se présentait aux gendarmes. « N’ayant pas été payé de la somme promise, il décidait de dénoncer les faits », a indiqué le procureur de Valenciennes François Pérain dans un communiqué diffusé samedi.


Lire plus 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/04/29/97001-20170429FILWWW00057-700-plants-de-cannabis-decouverts-pres-de-valenciennes.php

Aéroport El Dorado à Bogota – Cassandra Sainsbury fut interceptée le 12 avril à l’aéroport international de Bogota après  le passage de sa valise aux rayons X, laissant apparaître à l’écran 18 paquets qui se révéleront être de la cocaïne.

La famille a entrepris une campagne pour tenter de démontrer son innocence.

Jorge Triana, le chef de police antidrogues de l’aéroport a précisé que les arguments cherchant à démontrer que Cassandra Sainsbury a été utilisée comme mule à son insu, ne sont pas établis et donc que la loi s’appliquera…Elle risque 20 ans de prison!

Cassandra a été transférée dans une prison pour femme à Bogota.

Cassandra Sainsbury

http://www.infobae.com/america/colombia/2017/05/01/una-joven-australiana-fue-encontrada-con-58-kilos-de-cocaina-pero-la-familia-asegura-que-fue-enganada/


MADRID (AP) – Spanish police say 30 drug smugglers have been arrested in raids carried out in cooperation with Morocco to bust a ring that introduced hashish across the Strait of Gibraltar.

Read more

http://www.nbc29.com/story/35286738/spanish-moroccan-police-arrest-30-hashish-smugglers