AERO NARCOTRAFIC  (Coke en stock (CXXII)): le Brésil a inventé la piste clandestine officielle !

Publié: 3 juillet 2017 dans INFOS

Dans mon précédent article remontant à février 2016 déjà sur le Brésil (1) et la circulation de cocaïne qui y sévit, j’avais déjà abordé le problème de la corruption endémique dans le pays au plus haut du plus vaste Etat sud-américain.  En avril 2015 déjà, ailleurs qu’ici, j’avais évoqué la même tendance (2).  L’exemple de l’hélicoptère du sénateur Zézé Perrela décrit dans l’épisode CXIV annonçait d’autres trafics mêlant hommes politiques et mafieux.  Hier, un autre exemple final par l’ami Marc Fievet (voir ici) est venu abonder dans le même sens, puisqu’un appareil changé de 653 kilos de coke a été surpris en train de décoller d’un terrain appartenant… à un ministre du pays.  Décidément, le Brésil est sur une très mauvaise pente, entraînant avec lui ses pays limitrophes, tous susceptibles de servir de relais à ces avions bourrés de cocaïne.  Et ce ne sont pas moins de 10 pays, en effet, qui sont touchés par le phénomène :  les pays « traditionnels » de fabrication comme les pays « exportateurs » vers l’Europe ou l’Amérique du Nord.  Mais qu’est-ce qui attire autant les avions bourrés de cocaïne dans le pays ?  La réponse est surprenante :  s’il fallait déterminer une responsabilité, c’est à coup sûr du côté de l’agriculture de type industriel que le pays s’est choisie, qu’il faut chercher, et l’infrastructure qui en découle, tout simplement !!!

A l’abordage des avions des trafiquants

:  en novembre 2011, des policiers en planque dans un pick-up s’étaient filmés, tentant d’intercepter au sol un avion en train de se redécoller sur une piste de latérite, en le… tamponnant à la hauteur de son aile gauche avec le pare-buffle de leur véhicule un puissant pick-up !  L’avion, aile brisée et train d’atterrissage enfoncé s’était couché dans un nuage de poussière rougeâtre.  La manœuvre plutôt hardie et risquée, digne d’un film d’Hollywood avait été pour le moins… efficace. Un policier armé descendu du pick-up encore en marche avait tenu en joue ses occupants (photo ici à droite), pendant que ses collègues repartaient à la poursuite des véhicules venus à la rencontre de l’avion.  La technique des policiers brésiliens semble une méthode devenue classique depuis :  en 2013 ils agiront de la même façon pour interrompre le décollage d’un Cessna de trafiquants à Santa Vitória (ici à gauche) en heurtant sa queue et en le pourchassant côte à côte quelques instants avant de le renverser complètement sur le côté.  Les policiers brésiliens pratiquent des abordages dignes des corsaires d’antan pour bloquer les actes de piraterie aérienne sur leur territoire !  Il faut dire que ce marché brésilien s’annonce… gigantesque (pour la Marijuana, c’est le Paraguay qui fournit), et l’on constate aussi sur les deux cartes ci-dessous le rôle majeur de la Bolivie, qui sert aussi de passage, en prime, à la coke péruvienne) :

 

LIRE la suite 

http://www.centpapiers.com/coke-en-stock-cxxii-le-bresil-a-invente-la-piste-clandestine-officielle/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s