Archives de 20 août 2017

La valeur de la monnaie américaine annoncée chaque matin par ce site Web depuis sa création en 2010 est devenu « la » référence pour qui veut acheter des dollars au marché noir (et pour qui les vend).

Comment les créateurs de DT établissent-ils le prix de la devise ? En s’appuyant sur les variations du taux pratiqués par les bureaux de change de… Cúcuta (ville située sur la frontière, côté colombien) !

Cette curiosité a pour origine la « résolution numéro 8 » émise par la Banque de la République (la banque centrale colombienne) le 25 mai 2000, durant le gouvernement d’Andrés Pastrana. Il en résulte que si celle-ci établit la parité du peso, sa monnaie nationale, avec le bolivar, elle autorise les cambistes de la frontière, hors de tout contrôle, à établir leurs propres taux. Ce qu’ils font, en les manipulant arbitrairement et de façon disproportionnée. Il existe, à Cúcuta, plusieurs centaines de ces bureaux de change légaux et illégaux. En vertu d’une autre loi colombienne tout aussi ahurissante, ces officines peuvent effectuer toute transaction sans les reporter aux autorités de tutelle, pour peu qu’elles soient inférieures à 10 000 dollars – mécanisme on ne peut plus utile pour blanchir l’argent du narcotrafic.

Extrait de la suite

La corruption ? Elle existe. Trop. Et à tous les niveaux. Chez les « chavistes ». Mais pas que chez eux (ce serait trop beau). Les témoignages abondent de négociateurs étrangers qui doivent composer avec des « Señores 10 % » pour obtenir un marché ou faire des affaires dans le pays. Dans les ports, il n’est pas rare que quelque douanier, militaire ou fonctionnaire ne réclame sa dîme pour laisser procéder au débarquement des cargaisons. « Si les importateurs tentent d’échapper aux pots de vin, a dénoncé Luis Peña, directeur des opérations de Premier Foods, dont le siège se trouve à Caracas, les aliments restent sur place et pourrissent. »

LIRE la suite

http://www.investigaction.net/fr/la-guerre-economique-pour-les-nuls-et-les-journalistes-44/

Leer mas

http://www.sinembargo.mx/19-08-2017/3289025

Les cadavres de trois policiers d’une ville du nord du Mexique ont été retrouvés samedi sur une route de campagne, quelques heures après avoir été enlevés par des inconnus armés, a annoncé le parquet local.

LIRE la suite

http://www.tvanouvelles.ca/2017/08/19/les-cadavres-de-trois-policiers-retrouves-sur-une-route

https://www.elsoldemexico.com.mx/republica/justicia-rep/728787-ejecutan-a-tres-policias-en-salamanca

http://www.hoylosangeles.com/noticias/notaroja/efe-3356377-13288609-20170819-story.html

Confronté à la menace chaque jour plus sérieuse du narcotrafic, et dans le souci de protéger la société algérienne contre les fléaux de la drogue qui font des dégâts parmi les jeunes, les services de sécurité compétents infatigables offrent une lutte sans relâche contre les narcotrafiquants.

LIRE la suite

http://www.reflexiondz.net/ORAN-Arrestation-de-4-narcotrafiquants-et-saisie-de-3-qx-de-kif_a48360.html

La foule, prête à se ruer sur les guichets à l’ouverture, le 19 juillet 2017 à Montevideo, pour le lancement de la vente de cannabis via les pharmacies en Uruguay. MIGUEL ROJO / AFP

Depuis la mi-juillet, la vente de cannabis est légale dans les pharmacies en Uruguay. Mais les banques, par crainte de sanctions internationales, ne veulent plus avoir ces pharmacies pour clientes. Le gouvernement uruguayen pensait avoir trouvé la parade au trafic de drogue : la possibilité légale pour des acheteurs inscrits sur un registre national de se fournir directement en pharmacie. Mais les pharmaciens ne sont guère favorables à cette extension de leur activité, et peu nombreuses sont les pharmacies qui participent finalement au programme. Or, voilà maintenant que les banques implantées dans le pays, notamment la banque espagnole Santander, annoncent qu’elles veulent clore les comptes des pharmacies qui participent à cette campagne. Elles craignent en effet de faire l’objet de sanctions internationales pour blanchiment d’argent issu du trafic de drogue et de ne plus pouvoir réaliser d’opérations financières avec l’extérieur.

LIRE la suite

http://m.rfi.fr/ameriques/20170819-uruguay-banques-attaque-vente-cannabis-pharmacie-marijuana

Casi el 60 por ciento de la droga intervenida por la Guardia Civil en lo que llevamos de año en Andalucía, ha sido interceptada en la zona del Estrecho. La última operación, llevada a cabo hace apenas diez días, dejó al descubierto una importante red encargada de dar apoyo logístico a las mafias del narcotráfico que operan en el Campo de Gibraltar. Esta operación concluyó con más de 5.000 kilos de hachís aprehendidos y la detención de 25 personas, aunque se estima que en la organización llegaron a participar hasta medio centenar de personas.

Leer mas

http://sevilla.abc.es/andalucia/sevi-estrecho-principal-puerta-entrada-droga-espana-201708200553_noticia.html

Los agentes antidroga interceptaron un camión que transportaba 295 kilos de cocaína y detuvieron a cinco presuntos miembros de una red de traficantes. Uno de los arrestados es el culturista Onofre G., que ya fue detenido por la policía en 2014 por su presunta implicación en el robo fustrado de 300 kilos de cocaína, marihuana y hachís de las cámaras acorazadas de Sanidad Exterior. La aprehensión de los 295 kilos de cocaína tuvo lugar en la salida sur del Puerto de Valencia y se saldó también con la detención del camionero y otro hombre que le acompoñaba en la cabina. Posteriormente fueron arrestadas otras tres personas, entre las que se encuentra el culturista, como presuntos miembros de la red que introdujo el alijo de droga en Valencia. Las investigaciones continúan abiertas después de que los cinco arrestados ingresaran en prisión. Todos se acogieron a su derecho a no declarar en el juzgado tras hablar con sus abogados. La operación fue realizada por agentes del EDOA de Valencia con la colaboración de Vigilancia Aduanera. La juez de guardia decretó prisión provisional para las cinco personas por un delito contra la salud pública y otro de pertenencia a banda organizada. El Juzgado de Instrucción número 1 de Valencia ha supervisado las investigaciones de esta importante operación.

El segundo alijo de 200 kilos de cocaína fue confiscado ayer por la Unidad de Análisis de Riesgo (UAR) de la Aduana de Valencia, un grupo formado por agentes de Vigilancia Aduanera y guardias civiles de la Oficina de Análisis e Investigación Fiscal (ODAIFI). La droga fue introducida en Valencia con el método del gancho perdido, que consiste en ocultar la cocaína en un contenedor con mercancía legal en el país de origen, sin el conocimiento del exportador ni del importador, para luego retirar la droga en el puerto de destino antes de que el cargamento llegue al final de la ruta.

Fuente

http://www.lasprovincias.es/sucesos/intervenidos-kilos-cocaina-20170820001135-ntvo.html

Um avião carregado com cocaína foi apreendido em operação conjunta da Polícia Militar e da Polícia Federal (PF), no município de Camocim (a cerca de 355 km de distância de Fortaleza). O piloto e a sua namorada foram presos em flagrante. Segundo o comandante de Policiamento do Interior Norte (CPI Norte), coronel Julio Aquino, a suspeita é de que a aeronave fizesse parte da « rota do tráfico internacional de drogas » e tivesse decolado do Estado de Mato Grosso, tendo parado no município cearense para reabastecer. A Polícia Militar chegou ao avião após trocar informações com a PF. O avião estava com 26 tabletes de cocaína, sendo cada um com cerca de 1 kg, quando os policiais realizaram a abordagem.

Mais

http://diariodonordeste.verdesmares.com.br/mobile/cadernos/policia/online/aviao-carregado-com-cocaina-e-apreendido-pela-policia-militar-em-camocim-1.1807409

Efectivos del Servicio Nacional Aeronaval (Senan) lograron el decomiso de más de una tonelada de cocaína tras la detención de una lancha rápida ocupada por tres ciudadanos colombianos cerca de la ensenada Naranjo en las costas del Pacífico de la provincia de Veraguas. En la operación participaron embarcaciones de patrullaje del Senan que dieron persecución a la lancha tipo Go Fast de 35 pies y con dos motores fuera de borda.

Leer mas

http://m.prensa.com/judiciales/Decomisan-tonelada-cocaina-costas-Veraguas_0_4829517013.html

Mardi 15 août 2017, un drone a livré un colis illégalement au centre pénitentiaire de Valence, dans la Drôme.

LIRE la suite

http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/drome/valence/drone-livre-colis-cour-prison-valence-1312165.html

Un drone est parvenu à s’introduire mardi 15 août dans une cour du centre pénitentiaire de Valence, dans la Drôme, et à y déposer un colis, suscitant l’inquiétude des surveillants, déjà confrontés à de nombreuses intrusions de matériel illicite, selon une source syndicale pénitentiaire. Cette prison ultramoderne est dotée d’un filet antihélicoptère qui couvre la cour de promenade, mais le drone a réussi à passer au travers des mailles. Il s’est posé dans la cour à une heure où « presque tous les détenus » étaient à l’extérieur, a précisé l’UNSA justice à l’AFP mercredi. Il était équipé d’une caméra et transportait un colis clairement identifié », a précisé le syndicat, confirmant une information de France Bleu Drôme-Ardèche.

LIRE la suite

http://mobile.lemonde.fr/societe/article/2017/08/16/un-drone-parvient-a-s-introduire-dans-la-cour-d-une-prison-de-valence_5172922_3224.html?xtref=

CANADA: drone livreur de drogue

Publié: 20 août 2017 par Marc Fievet dans Narcotrafic INFOS

Trois «colocataires de pénitencier» coaccusés d’avoir comploté et tenté de se faire livrer de la drogue directement à la fenêtre d’une des cellules de l’établissement de Donnacona ont écopé de peines variant de six mois à deux ans d’emprisonnement. C’est la vigilance des agents de renseignements du pénitencier de Donnacona qui a permis de mettre au jour cette tentative pour faire entrer des stupéfiants à l’intérieur des murs. Entre le 10 et le 18 juin, les agents ont intercepté plusieurs conversations que Patrick Larouche, Ugo-Emmanuel Gonzalez Salvail et André Mauger ont eues avec un dénommé Marc-André Trudel.

LIRE la suite

http://www.tvanouvelles.ca/2017/08/19/drone-livreur-de-drogue