Archives de 14 septembre 2017

Selon des informations de la Provence, L’OCRTIS (office central de répression du trafic illégal de stupéfiants) de Marseille ( Bouches-du-Rhône) a intercepté un convoi de quatre véhicules remontant d’Espagne vers les quartiers Nord de Marseille. L’opération s’est déroulée dans la nuit de samedi à dimanche, sur une route départementale des Pyrénées-Orientales.

LIRE la suite

http://www.20minutes.fr/marseille/2132699-20170914-marseille-136-kilos-resine-cannabis-intercepte-convoi

Anthony Lambert, 23 ans, avait été appréhendé en juin à son arrivée à l’aéroport de Denpasar à Bali, en provenance de Kuala Lumpur. Des douaniers avaient découvert 14 grammes de haschich dans son bagage et un petit sachet contenant des graines de résine de cannabis.

http://www.bfmtv.com/international/indonesie-un-francais-juge-a-bali-pour-14-grammes-de-haschisch-1256074.html

Ce jeudi matin, les enquêteurs du groupe stup’ de la Sûreté départementale, appuyés par le Raid, ont mené un coup de filet anti-drogue à Valence et Mercurol.

LIRE

http://www.ledauphine.com/drome/2017/09/14/drogue-coup-de-filet-de-la-surete-et-du-raid-ce-matin

18 janvier 1953. Un bimoteur DC-3 se pose au Cap-Saint-Jacques (aujourd’hui Vung Tau), une station balnéaire au sud du Vietnam.

L’avion de l’armée de l’air arrive de la Plaine des Jarres au Laos ‘ une région également sous administration française. Des caisses sont déchargées et aussitôt transportées vers les bâtiments du Centre d’entrainement spécialisé (CES) à Ty Wan. Un lieu discret, où l’on forme les cadres du GCMA, le Groupement des commandos mixtes aéroportés. La branche armée des services secrets français en
Indochine (1).

Les caisses contiennent 1,5 tonne d’opium. Une partie de cette cargaison, près de 500 kilos, est rapidement transférée vers une maison de jeu à Cholon, le quartier chinois de Saïgon. Le « Grand Monde », c’est le nom de l’établissement, est contrôlée par la «
secte »des Binh Xuyen, un gang dirigé par le « général » Le Van Vien, qui marrie les activités politiques et mafieuses. Le reste des caisses d’opium est entreposé au magasin d’armes du GCMA, à Saïgon. Il y en a pour une fortune et tout cela est parfaitement illégal : le SDECE (service de documentation extérieure et de contre-espionnage), l’ancêtre de la DGSE actuelle, se livre au trafic de drogue !

L’affaire éclate « très discrètement » lorsqu’un officier trésorier consciencieux refuse de valider des documents comptables frauduleux. Le Haut-Commissaire Jean Letourneau
(qui a rang de ministre à Paris) est prévenu. Le 1er mars, la gendarmerie prévôtale débarque au GCMA et saisit les caisses d’opium.

Quelques jours plus tôt, Letourneau s’est fait expliquer l’affaire par le général Raoul Salan, commandant en chef en Indochine, qui a la réputation de ne pas être indifférent aux produits opiacés…

Il s’agit de l’ « Opération X ». La drogue provient des peuples montagnards « Thaïs et Méos » qui ont organisé des maquis pro-français afin de lutter contre le Vietminh. Le GCMA a passé un accord avec eux : les services français se chargent de transporter leur
production vers leurs clients à Saïgon… Le SDECE fait d’une pierre deux coups : il renforce
son alliance avec ces combattants anticommunistes et privent les communistes des bénéfices de ce trafic. En 1948, un rapport du 2èmeBureau estimait que 80% de la production d’opium était contrôlée par leVietminh. Au passage, les services français s’autofinancent !

Ce n’est pas joli-joli, mais à la guerre comme à la guerre. Letourneau se range aux arguments de Salan et ces trafics continuent, simplement contrôlés d’un peu plus près. Un fusible saute : le lieutenant-colonel Grall est remplacé par le commandant Roger Trinquier à la tête du GCMA.

Quelles furent les quantités exactes d’opium transportées ? Combien ce trafic rapporta-t-il ? Qui était vraiment au courant ?

On l’ignore toujours. Les archives du SDECE sur cette période ne sont pas encore complètement accessibles aux chercheurs. Leur ouverture prochaine réservera sans doute quelques surprises.

« Nous sommes à la lisière de ce qui est répréhensible au nom de la morale mais qui peut être acceptable au nom de l’efficacité » assure l’historien Jean-Marc Lepage. Il reconnait que « le SDECE n’hésite pas à s’affranchir de la légalité », mais que « la prise en charge de l’opium par le GCMA a permis le ralliement des peuples montagnards, qui ont par la suite semé le trouble sur les arrière de l’armée populaire ». Ce qui n’évitera pas l’échec final de la France en Indochine…

L’opium sert aussi de rémunération pour les informateurs et de cadeaux aux « amis ». Ainsi, au Nord-Laos, le lieutenant Lacroze en avait toujours quelques kilos dans son coffre-fort…

Autre exemple : en 1950, une tonne d’opium est saisie lors de l’opération Chrysalide contre le Vietminh. Les différents services vont se bagarrer comme des chiens pour
récupérer « ce capital extrêmement délicat à manipuler » (selon les mots du commandant en chef) qui aurait été officiellement détruit…

En permanence à cours d’argent, les services français en Indochine utilisent des moyens peu recommandables pour se financer : le trafic d’opium, mais aussi la fausse monnaie, l’argent des BMC (les bordels militaires de campagne), les fausses factures, le taux de change des piastres… Les services franchissent clairement la ligne jaune vers les méthodes du banditisme, ce qui laissera des traces profondes chez les personnels impliqués. L’image, négative, des services français et de leurs « barbouzeries » s’en ressentira durant des
décennies, au moins jusqu’aux années 90.

La faute à qui ?

L’historien Hugues Tertrais explique que « l’Indochine aura décidément été l’un des lieux où l’institution militaire aura appris à se débrouiller toute seule ». C’est, en général, une fort mauvaise idée ! Mais la responsabilité en revient d’abord au pouvoir civil.

Ces dérives ne sont pas propres à l’armée française. Dix ans plus tard, dans le même pays, les Américains feront de même avec les mêmes tribus montagnardes contre le même ennemi.

En Amérique latine, lorsqu’il s’agissait de lutter contre des guérillas castristes ou prosoviétiques , les mêmes n’ont pas toujours été très regardant. Et en Afghanistan, on
découvrira un jour comment le ralliement de seigneurs de la guerre locaux a été obtenu afin de lutter d’abord contre les Soviétiques puis provoquer la chute des talibans…

C’est la face cachée des opérations clandestines. Elle n’est pas belle. Est-elle au moins efficace ? Ce n’est même pas sûr. Car, comme la torture, elle provoque souvent autant de dégâts moraux dans les institutions qui la mettent en œuvre que chez l’ennemi.

(1) On lira l’excellent livre de Jean-Marc Lepage « Les services secrets en Indochine » (Nouveau Monde éditions, 2012. 24 euros), qui retrace toute cette affaire… et bien d’autres.

Source: http://paras.forumsactifs.net/t7075-quand-les-services-francais-trafiquaient-lopium

LIRE

DROGUE: d’où vient l’héroïne?

FRANCE: quand la République faisait du trafic de drogue

PHOENIX (3TV/CBS 5) –

Major drug kingpin, Nigel Maloney, was arrested Tuesday afternoon near 51st Avenue and McDowell Road in Phoenix.

Maloney, originally from New York, was wanted by the New York Police Department for first-degree criminal sale of a controlled substance.

More than 30 drug dealing gang members, including Maloney, were charged in Kings County, New York, for selling and distributing dangerous drugs. Maloney was believed to play an important role in this drug ring, which sold ‘furanyl fentanyl,’ ‘White China’ heroin and cocaine in Brooklyn and throughout the country, including Arizona.

Read more

http://www.azfamily.com/story/36356263/kingpin-in-nation-wide-narcotics-ring-arrested-in-phoenix

Claude Hermant présentait un « fort potentiel » d’indicateur, rapportent nos confrères de 20 minutes, citant les propos de l’un des prévenus à son procès devant le tribunal correctionnel de Lille. « J’ai connu Claude Hermant fin 2010, je l’ai décrit comme ayant un fort potentiel, avec de nombreuses connexions, à mon chef de service », a déclaré à la barre Sébastien L., 42 ans, agent des douanes, soulignant qu’Hermant pouvait être une source intéressante notamment « sur des affaires de stups ».

Lorsque le président du tribunal l’interroge sur les raisons de la radiation d’Hermant comme indicateur auprès des services des douanes en 2012, il répond : « M. Hermant, sur une affaire de stupéfiants, a impliqué des fonctionnaires des douanes ».

LIRE la suite

http://www.dhnet.be/actu/faits/claude-hermant-une-source-interessante-pour-les-trafics-de-stups-59b845a0cd70fc627d7cb1c3

Dans sa dernière émission, diffusée samedi 9 septembre, Thierry Ardisson a sorti un faux sachet de cocaïne sur le plateau devant Juan Pablo, le fils du célèbre narcotrafiquant, Pablo Escobar.

LIRE la suite

http://www.ouest-france.fr/medias/television/fausse-drogue-sur-le-plateau-d-ardisson-le-csa-ouvre-une-instruction-5243544

Lorsque Thierry Ardisson reconnaissait sa proximité avec les drogues

http://www.voici.fr/news-people/actu-people/thierry-ardisson-explique-pourquoi-il-est-tombe-dans-la-drogue-608435

Ashkelon : 47 personnes arrêtées dans un coup de filet contre une bande mafieuse. Au cours de ces derniers mois, la police a opéré par l’intermédiaire d’un agent infiltré afin de démanteler une organisation criminelle dans le sud du pays.

LIRE la suite

http://www.israelvalley.com/2017/09/12/gigantesque-coup-de-filet-de-police-israelienne-a-ashkelon/

Le Maroc est un Etat narcoterroriste. C’est une réalité que de nombreux milieux dénoncent. Même le défunt roi Hassan II l’avait reconnu. Dans un entretien avec Jacques Delors, il a déclaré que « si le Maroc ne peut exporter ses tomates, dans dix ans nous exporterons des terroristes ». Mohammed VI ne fait que suivre les consignes de son père et l’Europe ferme les yeux sous pression de la France, le grand mentor de la monarchie alaouite.

Tous les grands attentats commis en Europe ont été exécutés par des marocains et leur chronologie est liée à un événement important dans le dossier du Sahara Occidental. Celui des trains de Madrid est la conséquence directe du conflit déclenché entre le Maroc et l’Espagne à cause de l’îlot du Persil, une petite île rocheuse entre l’Espagne et le Maroc, situé à 250 mètres des côtes marocaines et à 8 kilomètres de la ville espagnole de Ceuta et qui borde le Maroc à 13,5 kilomètres de l’Espagne continentale.

LIRE la suite

http://maroc-leaks.com/terrorisme-lieu-de-regarder-lune-leurope-regarde-doigt/

La operación, denominada « Imperio Fantasma », fue el resultado de una investigación de nueve meses coordinada por la Fiscalía y por oficiales de la Brigada Antinarcóticos y Contra el Crimen Organizado (Brianco) de la ciudad de Iquique, y la incautación es la más grande realizada en el país en lo que va del año.

Así lo señaló en una rueda de prensa el prefecto de la PDI Leonardo Torres, quien precisó que el cargamento estaba constituido por 655,93 kilos de cocaína base y de 169,09 kilos de clorhidrato de cocaína, que en el mercado de las drogas alcanzan un valor de 13.000 millones de pesos.

Leer mas

http://www.chvnoticias.cl/policial/decomisan-825-kilos-de-cocaina-y-detienen-a-12-narcotraficantes/2017-09-13/162734.html