Archives de 20 novembre 2017

Los tres mexicanos fueron detenidos el domingo en un operativo de control de carreteras en la provincia noroccidental de Guanacaste.

El grupo, que iba en dos vehículos, intentó huir cuando notó la presencia policial, pero fueron capturados tras una persecución, informó el Ministerio de Seguridad en un comunicado.

La captura permitió a las autoridades decomisar el cargamento de drogas, dinero y dos vehículos.

Leer mas

http://www.eluniversal.com.mx/nacion/seguridad/detienen-tres-mexicanos-en-costa-rica-con-785-kilos-de-cocaina

C’est un trafic de cocaïne d’ampleur internationale qui a été démantelé en France ce week-end. Près d’1,3 tonne de cocaïne a été saisie dans la région de Bordeaux, dévoilant les manoeuvres de groupes criminels qui affluaient de toute l’Europe pour se fournir, en France, auprès de trafiquants d’Amérique latine. 23 personnes ont ainsi été arrêtées dimanche 19 novembre par l’Office central de répression du trafic illicite des stupéfiants (Ocrtis), appuyés par la Direction centrale de la Police judiciaire, la BRI et les PJ de Paris et Bordeaux. Parmi les personnes interpellées, 11 Colombiens, 3 Français, 3 Albanais, des Italiens et un Turc. Certains s’étaient donné rendez-vous dans une villa proche de Bordeaux afin d’y récupérer la drogue. Avant d’être interrompus par les policiers.

LIRE la suite

http://rmc.bfmtv.com/emission/exclusif-l-office-antidrogue-demantele-un-vaste-reseau-de-trafiquants-de-cocaine-entre-europe-et-colombie-1308387.html

000000000000000000000000000000000000000000

ghostofmomo 20 novembre 2017

Avec tout ce que je viens de vous dire dans les épisodes précédents, vous avez compris à quel point le Honduras est devenu attirant pour un gars comme El Chapo : des institutions corrompues, une armée et une police soudoyées, le fils de président qui finit derrière les barreaux… avouez que comme terre d’accueil, Guzman ne pouvait rêver mieux.

Le fameux Gulfstream abandonné,  « un cadeau au président » !

Au Honduras, les avions ne s’écrasent pas toujours.  Quatorze ans plus tard après la première découverte d’un premier Gulfstream abandonné, l’histoire semble balbutier.  Le 24 février 2006 à 11H23 du soir, un jet avait en effet été de nouveau découvert « abandonné » sur l’aérodrome  de Toncontín, au Honduras.  Un Gulfstream immatriculé au Mexique (XB-JPL), dont La Prensa affirmait que c’était celui d’un proche du président de l’époque Manuel Zelaya.  Les deux pilotes descendus, Carlos Enrique Messner (toujours le même, donc !) et Federico Riviello s’étaient après enfuis, en prenant un vol commercial classique, ayant prétexté un « ennui mécanique » pour poser l’avion.  Officiellement, l’appareil devait attendre sur place son prochain acheteur.  Mieux encore, puisque Messner avait alors déclaré que l’avion était en fait « un «cadeau pour le président » sans plus de précisions.  Un avion dont le propriétaire réel n’était autre qu’El Chapo Guzman !!!  L’avion, saisi par le gouvernement, sera revendu une bouchée de pain (736 000 dollars seulement), laissant entendre une belle entourloupe… comme je l’ai déjà expliqué : « l’avion cité, finalement saisi par le gouvernement , a une histoire intéressante : celle d’une entourloupe gouvernementale.  Il est d’abord le N900CE de Cashman Equipment Corp, Boston MA, puis le N555LG d’Integrity Aircraft Inc, puis le N51TJ de Tyler Jet LLC en 1999, puis le N667CX d’ Air LLC en 2000 (ici photographié en 2004).  Et devient le XB-JPL en 2005.  L’avion était auparavant attaché à l’aéroport de New Canaan, près de Sairfield, dans le Connecticut sous le numéro N667CX. Le 28 novembre, il est acheté par un dénommé Mario Alberto Andrade Mora le vendeur est le broker Oslo Express Inc, société dirigée par John B. Kjekstad. Lors de la transaction, Mario Alberto Andrade Mora est représenté par Carlos Ruelas García, l’envoyé d’ »AeroFox », une « Sociedad Anónima de Capital Variable ».  Une clause particulière est écrite dans le contrat : l’avion n’a pas le droit de circuler au Mexique sans l’autorisation express d’un représentant du vendeur, Omar Mercado López.  Qui de cette manière reste encore son propriétaire véritable !  Le contrat de Mora ne lui donne pas l’usufruit complet de l’avion ! Sinon, c’est 950 000 dollars d’amende à payer parait-il !  L’avion est donc… mexicain, et ne peut pas circuler librement !!!  Le 24 février 2006, pourtant, l’avion quitte le Mexique pour le Honduras, emmené par ses deux pilotes Carlos Messner et Federico Rivielo.  A peine arrivé, et alors qu’Omar Mercado López le réclame déjà, les deux pilotes prétextent une défaillance mécanique survenue à l’aéroport Toncontin de Tegucigalpa, pour ne pas rentrer à leur base.  Vite déclaré abandonné, l’avion est mis aux enchères 250 000 dollars seulement, que s’empresse de régler le groupe SCF, dans lequel on soupçonne de hauts fonctionnaires honduriens. »

Le cadeau à Zelaya

Pour beaucoup, en effet, c’est Mario Alberto Andrade Mora, au contrat d’achat mal rédigé, qui aurait ainsi « offert » l’avion a Manuel Zelaya Rosales, qui en hérité à un prix très (très) inférieur au marché.  L’avion vaut en réalité 2 millions de dollars…. il devient alors XB-JPL et a comme détenteur depuis le « Ministerio Publico de Honduras » sous le numéro HR-AUJ.   Manuel Zelaya Rosales ne pourra même pas s’en servir pour quitter le pays lors du coup de force de la junte militaire :  réfugié au Salvador (en voiture) il devra emprunter un Falcon pour tenter de revenir.

la suite: http://www.centpapiers.com/coke-en-stock-cxli-el-chapo-et-les-avions-9-les-jets-en-cadeau-la-villa-del-spiritu/

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Lire aussi:

Coke en stock (CXL) : « El Chapo » et les avions (chapitre 8). Le laxisme mexicain sur l’enregistrement des avions

Le laxisme mexicain sur les propriétaires d’avion est évident.  Equivalent à celui de la FAA aux USA, en tout cas !  Dans l’épisode CI de ma saga, il y a deux ans déjà, j’avais évoqué un cas qui aujourd’hui encore est exemplaire.  Celui d’un propriétaire d’avion ayant fait deux années de prison, aux Etats-Unis en prison fédérale après une condamnation de 2005 pour avoir l’année précédente acheté des avions au Mexique et en 2004 pour avoir commis des fraudes impliquant des aéronefs, puis pour les avoir revendus aux États-Unis en falsifiant leurs livres de bord.  L’homme avait recommencé dans le même domaine dès sa libération et son extradition en 2007.  Son histoire s’est terminée en tragédie, par un crash d’un de ses avions piloté par une personne bien trop âgée, tuant une chanteuse connue en tournée.  Mais auparavant, il avait défrayé la chronique… politiquement, dirons-nous, puisque l’on arrive avec lui en Libye chez… Kadhafi.

Coke en stock (CXL) : « El Chapo » et les avions (8). Le laxisme mexicain sur l’enregistrement des avions

°°°°°°°°°°°

Coke en stock (CXXXIX): « El Chapo » et les avions (7). Le récit compromettant du pasteur

°°°°°°°°°°°

Coke en stock (CXXXVIII) : « El Chapo » et les avions (6). Le Honduras, la deuxième patrie d’El Chapo

°°°°°°°°°°°

 Coke en stock (CXXXVII) : « El Chapo » et les avions (5). Ce Honduras chéri…par les américains

°°°°°°°°°°°

Coke en stock (CXXXVI): « El Chapo » et les avions (4) El Chapo et la Colombie

 °°°°°°°°°°°

Coke en stock (CXXXV) : « El Chapo » et les avions (3). D’où viennent les avions

 °°°°°°°°°°°

Coke en stock (CXXXIV) : « El Chapo » et les avions (2). El Chapo et ses centaines de petits Cessna

 °°°°°°°°°°°

Coke en stock (CXXXIII) : « El Chapo » et les avions (1). Jets, corruption et une armada d’avions Cessna

000000000000000000000000000000000

Un constat

Il suffit de traverser le parc de l’hôpital pour observer le trafic illicite.

Il s’y déroule, désormais à peine dissimulé, et organisé en relation directe avec les quartiers « difficiles » de Vannes (Ménimur et Kercado) où des opérations de police ont gêné les affaires. On dit qu’il  s’est déplacé à l’EPSM dont la réputation en la matière n’est plus à faire bien au-delà de ses murs.

Le commerce se déroule derrière les bosquets, devant le garage mais aussi derrière la cafétéria à quelques mètres du panneau d’information sur la vidéo-surveillance du site, solution prétendument efficace à la sécurité et au trafic de drogue. Il s’en vend même sous les fenêtres des services et jusque dans les services d’hospitalisation.

Les personnes hospitalisées et leur famille témoignent. Des patients ont peur, se plaignent de menaces, de subir harcèlement et pressions pour consommer des toxiques, pour en introduire dans les unités de soins, pour en dissimuler dans leur chambre. Certains se plaignent d’être incommodés par la fumée ou l’odeur du cannabis jusqu’en dehors des espaces fumeurs. Certains revendeurs tentent de s’imposer à la concurrence. Des trafiquants étrangers à l’hôpital y entrent avec leurs véhicules, sous les caméras de vidéosurveillance, et y stationnent à proximité de la cafétéria pour se livrer à leur commerce en toute impunité.

Leurs voitures sont identifiées. L’observation n’est pas nouvelle, puisque des témoignages rapportaient déjà une grande variété de toxiques dans certains coffres.

Une famille s’est plainte qu’un proche malade était devenu toxicomane lors d’une hospitalisation à l’EPSM. Une autre ironise sur les pancartes de la campagne d’incitation à l’arrêt du tabac.

LIRE la suite: https://www.breizh-info.com/2017/11/20/82344/saint-ave-56-lhopital-epsm-haut-lieu-trafic-de-drogue-departement

Treize personnes suspectées d’être impliquées dans un vaste trafic de drogue ont été interpellées mardi dernier dans l’Est de la France.

Plusieurs centaines de milliers d’euros en liquide et des véhicules de luxe ont été saisis.

Ce sont des individus présentés comme étant particulièrement « dangereux » qui ont été interpellés dans les départements des Vosges et de la Meurthe-et-Moselle. Treize personnes suspectées d’être impliquées dans un vaste trafic de stupéfiants ont été arrêtées et placées en garde à vue, mardi, par les policiers du SRPJ de Nancy, de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) des Vosges et du groupe d’intervention régional (GIR) de Lorraine, apprend 20 Minutes de source policière.

lire la suite: http://www.20minutes.fr/societe/2172335-20171120-vosges-trafiquants-drogue-hesitaient-torturer-dealers-inciter-vendre-plus

000000000000000000000000000000000000000

MALI (Brigade des STUPS) : saisie de 500 kg de cannabis

Publié: 20 novembre 2017 par Marc Fievet dans Narcotrafic INFOS

Les hommes du Commandant de Brigade des Stupéfiants Mamoutou Togola viennent de mettre hors d’état de nuire un grand bandit spécialisé dans le trafic des stupéfiants. M. Aly Sabara a été arrêté le 04 novembre dernier avec 500 kg de Cannabis destiné au marché malien.

Depuis quelques temps, les limiers du Commandant de Brigade des Stupéfiants sont en train d’enregistrer des exploits dans l’exécution de leur mission. Le dernier en date remonte seulement au 04 novembre 2017. Date à laquelle, ils ont mis la main sur un des gros trafiquants de Cannabis.

Lire la suite

http://www.maliweb.net/faits-divers/saisie-de-500-kg-de-cannabis-prouesse-de-brigade-stupefiants-2671462.html

FRANCE (Lyon): le cannabis au quotidien

Publié: 20 novembre 2017 par Marc Fievet dans Narcotrafic INFOS

Une tonne serait en permanence disponible, et de cinq à dix tonnes seraient importées chaque mois.

Au premier étage du commissariat du 9e arrondissement de Lyon, il n’est pas rare de voir un dealer de quartier, arrêté par les policiers, réclamer la restitution de son stock de cannabis en sortant de garde à vue. « Ils ne doutent de rien, ils ont l’impression que le shit fait partie de leur fouille, il faudrait leur rendre ! », raconte un officier du groupe d’enquêtes antidrogue (GEAD). L’anecdote en dit long sur la banalisation du cannabis. Alors que l’instauration d’une amende pour réprimer l’usage de cannabis est une option qui séduit le gouvernement pour alléger le travail de la police et de la justice, Le Monde a souhaité dresser un état de lieux de l’impact de sa consommation à l’échelle d’une grande ville.

En traversant l’agglomération lyonnaise, il suffit de lever les yeux et de humer l’air pour se rendre compte à quel point cette substance illicite flotte massivement dans le paysage urbain….

LIRE la suite

http://mobile.lemonde.fr/police-justice/article/2017/11/18/a-lyon-le-cannabis-au-quotidien_5216911_1653578.html?xtref=