Archives de 12 janvier 2018

More

https://lovinmalta.com/news/local/maltas-first-major-drug-bust-of-2018-has-already-happened

QUETTA: Pakistan Coast Guards (PCG) foiled a bid to smuggle narcotics in Pasni and seized 400kg narcotics on Friday. According to a spokesman, PCG personnel, acting on a tip off, recovered the narcotics from Albehar boat and arrested five smugglers. The recovered drugs are said to be worth Rs3.5 billion. Read more https://www.geo.tv/latest/176601-pakistan-coast-guards-foil-bid-to-smuggle-400kg-narcotics-in-pasni

Un Belge a été interpellé, mercredi vers 20h00 (heure locale), à l’aéroport de Phnom Penh au Cambodge avec un peu plus d’un kilo de cocaïne dans sa valise, relate le journal cambodgien Khmer Times sur son site internet.

LIRE la suite

http://m.lavenir.net/cnt/dmf20180112_01110072/un-belge-interpelle-avec-un-kilo-de-cocaine-a-l-aeroport-de-phnom-penh/

Sans que la société ne le sache, les hommes politiques sont-ils sous l’empire de drogues ou soumis à de puissants psychotropes?

Amphétamines ou cocaïne pour Hitler, alcool et somnifères chez Churchill… Un livre dévoile les pathologies des hommes de pouvoir et le rôle joué par leurs médecins.

Après la troublante enquête Enfants de nazis, en 2016, l’ancienne avocate pénaliste Tania Crasnianski éclaire de nouvelles zones d’ombre dans Le Pouvoir sur ordonnance. L’auteure dévoile une passionnante autopsie du secret politico-médical, en réunissant archives, anecdotes, biographies et témoignages au chevet des leaders mondiaux du XXe siècle. De quelles pathologies souffrent-ils? Sans que la société ne le sache, les hommes politiques sont-ils sous l’empire de drogues ou soumis à de puissants psychotropes?

LIRE la suite

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/cocaine-somniferes-amphetamines-les-addictions-des-puissants_1974980.html

J’ai lancé une pétition pour imposer des tests pour nos élus.

Personne n’ose signer !

https://www.change.org/p/marc-fievet-pour-un-contr%C3%B4le-d%C3%A9pistage-de-drogues-sur-l-ensemble-de-nos-%C3%A9lus

« Les gens ne veulent plus acheter dans la rue, ils préfèrent planter chez eux »

« Hello, how are you? Hola, qué tal? Salut, ça va? » En septembre 2017, Thomas Duchêne ne pouvait parcourir les travées d’Expogrow, le salon européen du cannabis, sans se faire interpeller tous les dix mètres… Et pour cause : ce quadragénaire est l’un des cofondateurs de l’événement, qui se tient chaque année dans la ville frontalière d’Irun.

Avec 17.000 visiteurs (dont 60% de Français), 1.500 professionnels accrédités et 180 entreprises participantes, selon les organisateurs, le succès d’Expogrow est réel. Mais ce n’est que la face la plus visible des activités de cet entrepreneur français établi à Grenade. Un choix dicté par la législation : l’Espagne autorise la consommation dans le cadre associatif des cannabis social clubs (CSC), qui encouragent l’autoproduction.

La Redoute du cannabis

Il y a fondé en 2007 Plantasur, qui commercialise sur Internet auprès de magasins ou de revendeurs spécialisés du matériel de jardinage, des graines ainsi que des produits dérivés du cannabis (baumes, shampooings…).

LIRE plus:

http://www.lejdd.fr/economie/thomas-duchene-le-francais-qui-a-fait-du-cannabis-un-business-3540632

Nous sommes à l’aéroport de Roissy, l’un de plus grands hubs aéroportuaires de la planète. Chaque mois, les avions de fret acheminent vers le hangar de La Poste des millions de plis et de colis, en provenance du monde entier. Les gros sacs de courrier multicolores sont déballés sur des tapis roulants en vue d’un premier tri. Dans un coin du hangar, une enclave grillagée accueille le poste des douaniers, une équipe de vingt personnes chargées d’intercepter les envois suspects. Sur l’une des deux grandes tables où sont inspectés les paquets, des dizaines de blisters attendent d’être étiquetés. Ces médicaments commandés illégalement sur Internet, viennent en grande majorité d’Inde, de Chine et de Thaïlande. En 2016, 41 800 colis de médicaments ont été saisis, soit 1,5 million de comprimés. LIRE la suite http://mobile.lemonde.fr/economie/article/2018/01/11/en-france-l-inquietant-trafic-des-faux-medicaments_5240109_3234.html?xtref=https://t.co/5ZvlDK5odo

La Audiencia de Pontevedra ha condenado a penas que suman 60 años de prisión a las once personas que, lideradas por el narcotraficante Rafael Bugallo Piñeiro, alias ‘O Mulo’, participaron en el desembarco frustrado de 3.500 kilos de cocaína incautado en 2008 en la playa de A Lanzada (O Grove).

La sentencia, que ha sido divulgada por el Tribunal Superior de Justicia de Galicia, condena a ‘O Mulo’ a ocho años y seis meses de prisión por un delito contra la salud pública y le ordena pagar una multa de 256.000 euros.

Seis años y nueve meses de cárcel reciben los principales colaboradores del narcotraficante pontevedrés, José Antonio B. P., Luis Miguel F. V., Fernando Rafael P. R., y José Luis D. D., que deberán abonar una multa de 200.000 euros cada uno.

Por su parte, Gustavo Adolfo A. C., Fernando B. V. y Freddy Willy C. L. son condenados a penas de seis años, con multas de casi 129.000 euros; mientras que José Manuel D. G., Vicente P. S. y José Luis M. G. son condenados a dos años y tres meses de prisión y 65.000 euros de multa como cooperadores necesarios.

El fallo confirma la absolución, ya solicitada por la Fiscalía en la vista oral, contra otros dos acusados, Víctor M.R. y Manuel N.G.

Además, absuelve a todos ellos del delito de integración en organización criminal que se les imputaba inicialmente.

El magistrado considera probada la participación de todos ellos en una operación de narcotráfico desbaratada en agosto de 2008 por la Policía Nacional y el Servicio de Vigilancia Aduanera de la Agencia Tributaria.

Fueron aprehendidas 3,5 toneladas de cocaína que transportaba una lancha planeadora, que la organización dejó varada y quemó en la playa de A Lanzada al saberse perseguida por las fuerzas de seguridad.

En el marco de la operación se realizaron varios registros, en uno de los cuales fue descubierta en una nave en Meis otra lancha rápida del mismo tamaño y características que la que apareció quemada en A Lanzada, además de una decena de motores de alta potencia.

TELÉFONO DENUNCIAS VIGILANCIA ADUANERA 900351378

La cocaïne séduit un public toujours plus large, selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Autre tendance, la percée de l’héroïne.

Le phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur. La consommation de cocaïne a encore progressé en France en 2017 et touche un public toujours plus large, comme le relève une étude de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) publiée mardi.

A partir de la seconde moitié des années 90, la cocaïne a commencé à se diffuser auprès de populations diverses, en dépit d’un prix de plus en plus élevé. Elle est passée de 67 euros par gramme en moyenne, à 85 euros par gramme en moyenne en 2017.
Des personnes insérées aux précaires

Désormais plus « pure », cette drogue venue des Antilles et de Guyane séduit un public hétéroclite qui va des « personnes insérées » aux précaires, en passant par les fêtards, relève l’OFDT dans son étude sur les Tendances récentes et nouvelles drogues, dite « Trend ».
Et les occasions pour la consommer se multiplieraient.

La cocaïne est consommée en « soirées » mais aussi, fait nouveau, aux « apéros » ou dans des « cadres non festifs », a indiqué à l’AFP l’épidémiologiste Agnès Cadet Taïrou, qui a souligné la présence de cocaïne dans toutes les villes où a été menée l’enquête, en particulier à Bordeaux, Lille, Metz ou Rennes.

LIRE la suite

https://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/0301045626614-la-consommation-de-cocaine-continue-de-progresser-en-france-2139755.php

Dámaso López-Serrano

Dámaso López-Serrano a plaidé coupable de complot en vue de distribuer des substances contrôlées aux fins d’importation illégale après s’être rendu aux autorités américaines l’été dernier. López-Serrano, 29 ans, est le leader du cartel mexicain le plus haut placé à se rendre aux États-Unis, a déclaré le ministère de la Justice dans un communiqué de presse.

López-Serrano a distribué « littéralement des tonnes » de méthamphétamine, de cocaïne et d’héroïne à travers la frontière américano-mexicaine, a indiqué le département.

Une audience de détermination de la peine est prévue en juillet.