Archives de février, 2018

COSTA RICA: Policía decomisa dos toneladas de cocaína en el Pacífico sur

Publié: 28 février 2018 par internationalinformant dans INFOS

La Policía decomisó más de dos toneladas de cocaína en el Pacífico sur de Costa Rica en los últimos 15 días.

Así lo dio a conocer este martes el Ministerio de Seguridad Pública (MSP), que detalló que la droga venía en dos navíos que fueron interceptados a más de 100 millas naúticas de Punta Burica, en Pavón de Golfito, Puntarenas.

Leer mas

https://www.nacion.com/sucesos/narcotrafico/policia-decomisa-dos-toneladas-de-cocaina-en-el/3MK2L7YPNFFTVM5KOGCNW2NBL4/story/

Publicités

TEXAS: Border Patrol seizes $1.3 million dollars in narcotics (methamphetamine)

Publié: 28 février 2018 par internationalinformant dans INFOS

LAREDO, Texas – Border patrol agents had a busy week. Three different searches at the at Laredo Port of Entry resulted in hard narcotics seizures with a combined value of $1.3 million.

On Sunday officers at the Colombia-Solidarity Bridge seized 29.87 pounds of methamphetamine in 16 packages concealed within a 2003 Honda Odyssey minivan driven by a 27-year-old male Mexican citizen from Monterrey, Nuevo León.

Read more

http://news4sanantonio.com/news/local/border-patrol-seizes-13-million-dollars-in-narcotics

ALBANIE (port de Dürres): saisie de 631 kilos de cocaïne cachée dans des bananes

Publié: 28 février 2018 par internationalinformant dans INFOS

C’est au port de Dürres (Nord du pays) qu’un conteneur arrivé de Colombie via l’Italie a été vérifié.

La coke était cachée parmi les régimes de bananes.

Deux Albanais de 25 ans ont été arrêtés.

FRANCE (Justice): le devenir de Gérard Cruz s’assombrit

Publié: 28 février 2018 par internationalinformant dans INFOS

Gérard Cruz, un entrepreneur narbonnais de 68 ans actuellement incarcéré en Espagne, a été condamné à 9 ans de prison malgré la mise en avant par son défenseur, Me Jean-Jacques Campana, de sa qualité d’informateur des douanes confirmé par l’analyse de son portable.

Corinne Cleostrate, la directrice de la DNRED ne s’est pas déplacée, ni d’ailleurs François Thierry, l’ex directeur de L’OCRTIS!

Pour l’accusation, Gérard Cruz aurait « agi pour son compte et sans prévenir personne« . Gérard Cruz s’était fait interpeller à l’aéroport de Toulouse avec Marli Boaventura, une « mule » transportant dans ses valises 4,5 kg de cocaïne. Cette dernière absente à l’audience, après avoir passé 4 ans de prison préventive en France, a écopé de 6 ans.

ESPAGNE (Andalousie): qui sont les narcotrafiquants sur la Costa del Sol?

Publié: 28 février 2018 par internationalinformant dans Aeronarcotrafic, AFRIQUE, AMERIQUE CENTRALE - CARAÏBE, AMERIQUE du NORD, AMERIQUE du SUD, ASIE, Cannabis - Hachis - Haschich, Cocaïne, Customs and Border Protection, DEA (USA), DG de la Douane française, DNRED, Douane française, Drogues, EUROPE, Gendarmerie, GRC - RCMP (Canada), Guardia Civil, Guardia di Finanza (Italie), HM Customs Excise (UK), INFOS, Justice, MAFIA, NARCOTRAFIC, Narcotrafic maritime, NS 55, OCRTIS, Police, Policia, Secret Defense, SERVICES ANTI-DROGUES, SERVICES ESPAGNOLS, SERVICES FRANCAIS, SVA, TRACFIN, UAR
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Une nuit de janvier 2010, dans le sud de l’Espagne, plusieurs policiers français assistent à la livraison d’une cargaison de cannabis en provenance du Maroc. Le début des ennuis pour l’un d’eux, le commissaire François Thierry, aujourd’hui poursuivi pour « complicité de trafic de stupéfiants ».

LIRE la suite

http://mobile.lemonde.fr/police-justice/article/2018/02/28/du-rififi-sur-la-costa-del-sol_5263440_1653578.html?xtref=

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Souvenirs d’Estepona

Lire

https://ns55dnred.wordpress.com/2017/09/30/narcotrafic-costa-del-sol-gal-policia-guardia-civil-le-trombinoscope-des-annees-90/

0000000000000000000000000000000000000000000

La Guardia Civil y el Servicio de Vigilancia Aduanera de la Agencia Tributaria, en el marco de la operación “Hoja Seca”, han aprehendido 14 toneladas de tabaco de contrabando a un grupo criminal radicado en Navarra. El grupo desarticulado se dedicaba a la adquisición de hojas de tabaco para su posterior venta por internet y distribución en varias provincias del territorio nacional.

En la operación se ha procedido a la detención de 14 personas (3 en Navarra, 4 en la provincia de Ciudad Real, dos en la de Toledo y 5 en la de Cáceres), y la incautación de una pistola detonadora, maquinaria industrial para picar y triturar la hoja, así como diverso material para su pesaje, empaquetado y distribución, y más de 33.000 euros en metálico. El valor del tabaco incautado se estima en unos seis millones de euros.

Las investigaciones se iniciaron el pasado mes de agosto, cuando los agentes procedieron a la aprehensión de cinco paquetes a una empresa de transportes que contenían hoja curada de tabaco.
Continuando con las investigaciones se pudo constatar que el envío tenía su origen en la provincia de Toledo y tenía como destino una mujer con domicilio en la Comunidad Foral.
De las primeras gestiones realizadas permitieron comprobar que los receptores del envío eran un hombre y una mujer y el hijo de esta última, residentes en la comarca de Pamplona. Los investigadores consiguieron determinar que estas personas conformaban un grupo criminal dedicado a la adquisición, procesamiento y distribución de hoja de tabaco curada.
Asimismo, se puso de manifiesto que para realizar las ventas y los envíos ponían anuncios en internet, en redes sociales y utilizaban tarjetas telefónicas a nombre de terceros.

Durante esta fase de la investigación, se descubrió la existencia de un entramado criminal de proveedores y productores que distribuían la picadura de hoja de tabaco por varias provincias de Castilla-La Mancha y Extremadura. Asimismo, se pudo constatar que la fuente principal de suministro de los contrabandistas se encontraba en la provincia de Ciudad Real, donde un individuo, residente en la localidad de Socuéllamos, obtenía la hoja de tabaco de manera irregular a través de productores de Cáceres dedicados al cultivo de tabaco y de una empresa productora en Italia.

Igualmente, los investigadores pudieron determinar el modo de actuación de todos los implicados. Para obtener la hoja de tabaco se desplazaban en furgonetas de alquiler desde Socuéllamos a Cáceres, aunque también en algunas ocasiones lo habían ido a Italia.
Una vez obtenida la hoja de tabaco por los distribuidores navarros, se procedía a su ocultación en varios trasteros y pisos. Posteriormente, transformaban la hoja de tabaco en picadura mediante máquinas picadoras con el objetivo de incrementar el valor del tabaco en el mercado negro.

La organización contrabandista fabricaba sus propias labores de tabaco y las vendían a los consumidores finales anunciándose a través de internet y distribuyéndolos a través de empresas de mensajería. Para ello, se publicitaban con distintos nombres y teléfonos, generalmente en portales gratuitos de anuncios de ventas entre particulares, con el objeto de aparentar no ser una organización.
Los potenciales clientes contactaban por mensajes de teléfono móvil y recibían sus pedidos contra reembolso a través de empresas de paquetería, a un precio muy inferior al de las clases similares en expendedurías autorizadas. Se han llegado a detectar 3.000 envíos realizados por la organización con destino a todas las provincias de España. Para ello, empleaba nombres falsos para eludir la acción policial.

La operación se ha desarrollado en varias fases a lo largo de los últimos meses. En noviembre de 2017 se realizaron varias intervenciones en las localidades navarras de Orcoyen y Huarte, en Navalmoral de la Mata (Cáceres) y Socuéllamos (Ciudad Real). Posteriormente, en enero de 2018 se continuó con las intervenciones en Navalmoral y se extendieron a Talavera de la Reina (Toledo).

Los detenidos tienen edades comprendidas entre los 23 y 56 años, siendo dos de ellos de nacionalidad colombiana y el resto españoles. Todos han sido acusados de un presunto delito de contrabando.

Los detenidos publicitaban su producto como “natural”, pero infringían todas las normas de control sanitario, trazabilidad, etiquetado y todas las encaminadas a garantizar la salud pública y prevenir el tabaquismo. Las hojas de tabaco fraccionadas, se almacenaban sin mayor cuidado en domicilios y almacenes, de donde pasaban directamente a las picadoras y a unas bolsas sin etiqueta alguna.
En la fase final de la operación se ha contado con apoyo de diversas unidades de la Guardia Civil y de la Agencia Tributaria de las provincias de Ciudad Real, Toledo y Cáceres, así como de los departamentos de seguridad de las empresas de paquetería implicadas.
La operación ha sido dirigida por el juzgado de primera instancia e instrucción número 1 de Aoiz, (Navarra).

TELÉFONO DENUNCIAS VIGILANCIA ADUANERA 900351378

http://noticiassva.blogspot.fr/2018/02/aprehendidos-14000-kilos-de-tabaco-de.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+DiarioDeNoticiasSva+(DIARIO+DE+NOTICIAS+SVA)&m=1

FRANCE (Policiers, Douaniers, Gendarmes): la drogue les rend fous

Publié: 28 février 2018 par internationalinformant dans Aeronarcotrafic, AFRIQUE, BAN, Cannabis - Hachis - Haschich, Cocaïne, DEA (USA), DG de la Douane française, DNRED, Douane française, GRC - RCMP (Canada), Guardia di Finanza, Guardia di Finanza (Italie), HM Customs Excise (UK), INFOS, Justice, Maroc, Narcotrafic maritime, NS 55, SERVICES ANTI-DROGUES, SERVICES ESPAGNOLS, SERVICES FRANCAIS
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Par Georges Moréas

Les tribulations des agents en charge de la lutte contre les narcotrafiquants n’ont cessé de nous étonner ces deux dernières années .

Vu de l’extérieur, on a l’impression que nos régaliennes se livrent à une course au trésor dans laquelle les coups de Jarnac sont comme des pratiques rituelles. Mais il semble bien que la encore récente mise en examen de l’ancien patron de l’office des stups, François Thierry, va apporter un coup de projecteur sur les méthodes utilisées, tant par les enquêteurs que par la justice, et peut-être même un coup d’arrêt.

Sans remonter à la création de l’OCRTIS (office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants), le plus ancien office après celui de la fausse monnaie (OCRFM), les turpitudes actuelles qui font l’actualité démarrent bien loin de chez nous, en République dominicaine, lors de cette fameuse nuit du 19 au 20 mars 2013, au moment où un avion privé appartenant à la SA Alain Afflelou, le Falcon F-GXMC, est stoppé in extremis sur le tarmac de l’aéroport de Punta Cana.

Dans le même temps, en France, gendarmes et douaniers du Var peaufinent un plan d’intervention. Des mois de surveillance pour ce moment tant attendu : l’arrestation en flag d’une équipe de la « French cocaïne ».

Dans quelques heures, lorsque le Falcon va atterrir sur la piste de l’Aéroport international du Golfe de Saint-Tropez, tout sera plié.

« Aéroport international »… un titre bien ronflant pour un terrain intimiste qui a accueilli moins de 8 000 passagers en 2016.

Les enquêteurs ont flairé le gros coup, mais pour éviter de se voir dessaisir au profit de l’OCRTIS, ils ont préféré minimiser l’affaire, en symbiose avec le TGI de Draguignan.

Et là, ils sont sur des charbons ardents, prêts à cueillir le fruit de leur labeur. Ils ne savent pas encore que de l’autre côté de l’Atlantique, les policiers dominicains, assistés d’un détachement local d’agents de la DEA (Drug enforcement administration), ont investi l’appareil.

Comment la DEA a-t-elle été informée ?  Un esprit tordu ou particulièrement réaliste pourrait imaginer une fuite venant de France…

En tout cas, le tuyau est bon : 26 valises bourrées de cocaïne. Plusieurs dizaines d’employés des services de l’aérogare sont interpellés, ainsi que les deux pilotes français, Pascal Fauret et Bruno Odos, et leurs deux passagers.

Une affaire qui tombe à pic pour les autorités du pays dont l’objectif est d’éliminer la corruption dans les services de l’État.

Personne ne sait comment l’affaire a été éventée, ou personne n’ose le dire à haute voix, mais le juge de Draguignan et les gendarmes du Var sont priés de transmettre leurs éléments, pour le premier à la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille (JIRS) et pour les seconds à l’OCRTIS.

Il faut bien reconnaître que nous, simples spectateurs, en apprenant cette histoire, nous sommes restés sur notre faim, même si les moyens financiers énormes et paramilitaires utilisés plus tard pour exfiltrer les deux pilotes français nous ont laissés sur le cul.

Mais qui a organisé tout ça ?

On saura peut-être bientôt qui se cachait derrière cette organisation criminelle, puisque le procès doit prochainement démarrer devant les assises de Marseille… D’autant que l’un des accusés, Frank Colin, un bodyguard du showbiz, soutient qu’il avait été infiltré dans le réseau par les enquêteurs de la DNRED (Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières) .

Cela n’a évidemment rien à voir, mais en 2015, ce sont justement les douanes françaises qui obtiennent un tuyau béton. On ne sait trop comment, un « aviseur » sans doute ! Dans des camionnettes en stationnement dans les beaux quartiers de la capitale, ils découvrent 7 tonnes de résine de cannabis.

Une super prise qui vaut les félicitations de François Hollande accompagné du ministre Michel Sapin à la DNRED. C’est la DG de la douane française Hélène Crocquevieille qui accueillera le président…

L’office des stups (OCRTIS) est saisi de l’enquête, sans moufeté, jusqu’au moment où un cadre de renseignement des enquêtes douanières confie au procureur François Molins le rôle majeur joué dans cette affaire par un certain Sofiane Hambli, enregistré au bureau des sources comme un informateur de l’OCRTIS.

Un beau et riche mec que ce Sofiane, qui depuis des années est l’indic du commissaire François Thierry.

Cela date du temps où celui-ci était le chef du service interministériel d’assistance technique (SIAT), qui justement gère le bureau des sources. Sofiane aurait été infiltré dans le réseau.

L’Office est dessaisi et l’enquête est confiée entre autres à la section de recherches de la gendarmerie de Paris qui va fouiller partout. Perquises à la DNRED et à la DG de la Douane française. Le TRACFIN sera épargné. ..

Car, comment expliquer qu’un tel stock de stups circule dans la capitale sous l’œil bienveillant des policiers spécialisés dans la répression du trafic ? Pas évident ! Sept tonnes quand même !

Pour sa défense, après avoir tenté de noyer le poisson, François Thierry déclare qu’il s’agissait d’une « livraison surveillée » et que ce plan avait été mis en place avec l’accord du parquet de Paris – et je suppose de sa hiérarchie. Mais sa défense n’a pas convaincu les juges de sa bonne foi. Après une audition-fleuve, ils ont décidé de le mettre en examen pour complicité de trafic de stupéfiants en bande organisée. Une mise en examen sans contrôle judiciaire et sans interdiction d’exercer pour des infractions qui relèvent de la cour d’assises, cela montre l’hésitation d’une justice qui elle aussi s’emmêle les pinceaux dans la chasse aux narcotrafiquants.

Il faut dire qu’en matière de stups, à force de ruses, de menteries et de manipulations, en vérité, personne n’y comprend plus rien. Ni les enquêteurs, ni les magistrats, ni même les truands. Mais ceux-ci s’en fichent, tant qu’ils s’en mettent plein les poches.

Comme l’a dit à peu de chose près un douanier après la mise en examen récente de deux hauts responsables des enquêtes douanières à la suite de la saisie invraisemblable de 43 tonnes, non pas de drogue mais de café frelaté dans le port du Havre (tandis que 77 tonnes de marchandise non identifiée passaient à travers les mailles du filet), et la découverte de 700 000 € en espèces, la tendance est forte de s’inventer des affaires et des indics pour gonfler les résultats et éventuellement empocher les primes qui vont avec .

Ils ne sont pas les seuls intéressés. Ainsi, l’AGRASC (Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués), reverse le produit des avoirs confisqués aux trafiquants de drogue à la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca). Et la Mildeca répartit ces fonds (en moyenne 12 millions par an) entre la gendarmerie, la police, la justice, et pour une faible partie, pour assurer ses propres missions.

Le trafic de drogue représenterait 1% du PIB mondial. Pour l’Union européenne, les coûts cachés ou apparents de ce trafic oscilleraient entre 30 et 40 milliards d’euros par an. La France, à elle seule, y consacrerait un budget (non comptabilisé) de plusieurs milliards.

Du fric partout qui tourne dans un petit monde de bons et de méchants.

Comme une multinationale avec ses règles propres qui tourne bien, et qui tourne en rond.

La prohibition des produits stupéfiants s’appuie à la fois sur un critère moral (c’est mal !) et sur un critère plus concret, la protection de la santé publique (c’est pas bon !). C’est sur ces fondements, l’un subjectif, l’autre justificatif, que s’est peu à peu constitué un système dérogatoire au droit commun pour réprimer le trafic de stupéfiants.

Ainsi, l’encadrement juridique de la livraison surveillée, infraction qui semble à la base des faits reprochés à François Thierry, remonte à 1991.

 

Le M/Y Windarra, rebaptisé Tancrède qui avait servi à convoyer plus d’une tonne de cannabis jusqu’au port de Port la Nouvelle lors de l’opéreation montée par l’Échelon DNRED de Lyon.

lire plus: DNRED (DNED): mémoires de Jean-Pierre Cazé, infiltré dans les réseaux de la drogue

Cette année-là, en février, des agents de la DNRED se retrouvent derrière les barreaux pour avoir « accompagné » une cargaison de produits stupéfiants, selon une technique qu’ils pratiquent de longue date. C’est un coup d’assommoir ! Le 19 décembre de la même année, pour couper court aux poursuites, les parlementaires adoptent une loi qui amnistie tous les faits identiques commis par des agents de l’État et qui, surtout, modifie le code de la santé publique et le code des douanes, en régularisant la livraison surveillée. Le texte prévoit qu’une simple information au procureur suffit lorsqu’il s’agit de surveiller l’acheminement de produits stupéfiants, mais qu’il est nécessaire de recueillir son accord ou celui d’un juge d’instruction, lorsque les enquêteurs doivent aller plus loin, comme en acquérir ou en livrer, ou lorsqu’ils sont amenés à fournir des moyens aux trafiquants pour assurer leur négoce.

Cette loi de 1991 rejoint d’ailleurs les accords de Schengen du 14 juin 1985 et la convention des Nations Unies du 19 décembre 1988 qui invitent les États à permettre le recours aux livraisons surveillées.

Depuis, il y a eu la loi de 2004, voulue par le ministre de l’Intérieur de l’époque, dit ministre du chiffre, qui a sacrifié pas mal de nos principes à l’efficacité. Une efficacité toute relative puisque des moyens d’enquête jusque-là prohibés sont devenus monnaie courante, le plus souvent en utilisant le prétexte de la lutte antiterroriste.

Au point qu’aujourd’hui, à lire les différents articles du code de procédure pénale consacrés au sujet, on a l’impression que la chasse aux narcotrafiquants donne tous les droits : surveillances techniques tous azimuts, acquisition de produits stupéfiants, fourniture de moyens aux trafiquants, infiltration du réseau par un OPJ ou un APJ spécialement habilité, lequel bénéficiera alors de l’impunité pour les délits qu’il pourrait être amené à commettre pour assurer sa mission (art. 706-82), etc.

Autant de libertés dans les moyens à utiliser, autant de pouvoirs d’investigation, autant de dérogations au droit du commun des citoyens, ne peuvent se faire sans un contrôle sérieux. Et dans la mesure où il s’agit d’actes de police judiciaire, et non de police administrative, tout cela doit se faire sous l’œil attentif du magistrat de l’ordre judiciaire, garant des libertés publiques. Or, au vu des affaires qui s’accumulent, il est permis de penser que certains procureurs ont détourné le regard.

Pourtant, l’utilisation de ces moyens est placée sous leur responsabilité. Leur utilisation n’est pas destinée à un maillage de la population pour détecter des suspects, comme cela peut-être le cas en matière de lutte antiterroriste, mais pour effectuer des enquêtes judiciaires destinées à identifier des personnes ou des entreprises qui se livrent au trafic de stupéfiants et à en apporter les preuves à la justice. L’article 706-32 est clair : ces moyens juridiques dérogatoires sont réservés « aux seuls fin de constater les infractions d’acquisition, d’offre ou de cession de produits stupéfiants » pour en identifier les auteurs et complices et effectuer les saisies. Et même si nombre de policiers expriment leur ras-le-bol devant la paperasse qui s’accumule sur leur bureau, dans une enquête judiciaire, chaque acte nécessite la rédaction d’un procès-verbal. Si l’on dénie la procédure pénale, alors, il faut agir en dehors des magistrats et en assumer les risques.

Je ne connais pas le fond de l’affaire, mais je crois que si le commissaire Thierry était venu devant ses juges avec un épais dossier contenant la procédure de l’enquête préliminaire établie par ses hommes, il n’y aurait pas eu d’affaire. Et pas de billet sur le blog POLICEtcetera

00000000000000000000000000000000000

SUISSE (St-Gall) démantèlement d’un réseau d’héroïne

Publié: 27 février 2018 par internationalinformant dans INFOS

La police a démantelé, dans le canton de St-Gall, un important trafic d’héroïne touchant l’ensemble de la Suisse. Environ 15 kg de drogue d’une valeur marchande de plus d’un million de francs ont été saisis.

Deux Serbes et quatre Albanais ont été arrêtés.

Lire la suite

https://mobile2.lematin.ch/articles/5a952d72ab5c3732a5000001

FRANCE (Poitiers): quatre kilos de cocaïne découverts dans une voiture

Publié: 27 février 2018 par internationalinformant dans INFOS

Quatre Guyanais ont été interpellés vendredi soir à Poitiers.

Un sac contenant 4 kilos de cocaïne a été retrouvé dans leur voiture.

Une saisie inédite à Poitiers qui ouvre de nombreuses questions : la drogue était-elle en simple transit ou alimentait-elle des ateliers locaux de reconditionnement…?

LIRE la suite

http://www.centre-presse.fr/article-586654-poitiers-quatre-kilos-de-cocaine-decouverts-dans-une-voiture.html

FRANCE (Béthune): un trafic d’héroïne et de cocaïne démantelé

Publié: 27 février 2018 par internationalinformant dans INFOS

Plusieurs centaines de grammes d’héroïne et de cocaïne, une trentaine de clients auditionnés : les hommes du commissariat de Béthune ont mis fin à un trafic important de stupéfiants. À sa tête, un trentenaire a été placé en détention, jusqu’à son renvoi devant le tribunal correctionnel béthunois le 28 mars

LIRE la suite

http://m.lesechosdutouquet.fr/a-la-une/bethune-un-trafic-d-heroine-et-de-cocaine-demantele-ia672b0n239487

FRANCE (narcotrafic): Roger Campana en a pris pour 10 ans

Publié: 27 février 2018 par internationalinformant dans INFOS

Roger Campana, lors de son arrestation par Interpol au Brésil.

L’ex-beau-fils de Roger Campana, Éric Fontaneli, ‘tombé’ pour avoir voyagé avec un passeur arrêté à la frontière brésilienne avec 6,6 kg de coke en sa possession, a lui été condamné à 9 ans de prison.

Quand à Gérard Cruz, un entrepreneur narbonnais de 68 ans actuellement incarcéré en Espagne, il a pris 9 ans malgré la mise en avant par son défenseur, Me Jean-Jacques Campana, de sa qualité d’informateur des douanes confirmé par l’analyse de son portable.

Corinne Cleostrate, la directrice de la DNRED ne s’est pas déplacée, ni d’ailleurs François Thierry, l’ex directeur de L’OCRTIS!

Et pour l’accusation, Gérard Cruz aurait « agi pour son compte et sans prévenir personne« . Gérard Cruz s’était fait interpeller à l’aéroport de Toulouse avec Marli Boaventura, une « mule » transportant dans ses valises 4,5 kg de cocaïne. Cette dernière absente à l’audience, après avoir passé 4 ans de prison préventive en France, a écopé de 6 ans.

Enfin, pour ne léser personne, les membres de la bande dite de « Port de Bouc » se sont vus, de leur côté, infliger des peines allant de 2 à 7 ans de prison.

Roger Campana et Gérard Cruz feront certainement appel de cette sentence.

FRANCE (Saint-Brieuc): drogue et incivilités et … des riverains excédés

Publié: 27 février 2018 par internationalinformant dans INFOS

Les riverains et usagers de la rue Jean-Jacques-Rousseau n’en peuvent plus… Depuis plusieurs mois, cette rue résidentielle, à deux pas de l’hyper centre, a perdu de sa quiétude. La présence de la gare routière, rue du Combat-des-Trente, n’y est pas étrangère. « Les bus amènent des gens très bien, mais aussi d’autres personnes plus… », cet habitant, accompagné de sa femme, ne terminera pas sa phrase pour ne pas être désobligeant.

Ces personnes visées ne se déplacent pourtant pas en bus, mais en grosses voitures, immatriculées dans un autre département. Ils se stationnent rue Jean-Jacques-Rousseau, à quelques mètres des autobus, et surtout des jeunes qui attendent de rentrer chez eux. Tout proche de leurs potentiels clients.

LIRE la suite

http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/saint-brieuc/drogue-et-incivilites-des-riverains-excedes-26-02-2018-11866485.php

La coke de qualité ‘zéro zéro’ était cachée dans cinq sacs dissimulés dans un conduit d’aération situé dans la coque du navire amarré dans le port d’Algésiras.

C’est lors d’une opération conjointe avec la Police et sur renseignements de services européens.

L’armée canadienne tente de déterminer comment elle composera avec la légalisation du cannabis et elle envisage l’idée d’imposer une limite de temps pour consommer la drogue avant d’entrer en service, a déclaré le chef d’état-major de la Défense.

LIRE

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1085982/armee-encadrement-consommation-cannabis-limite-temps

Deux hommes connus de la justice (dont l’un condamné en 2015 à deux ans de prison ferme) ont été interceptés le 22 février par les douanes d’Indre-et-Loire pour un Go-fast. L’interception a eu lieu sur l’autoroute A10, au péage de Monnaie. Deux véhicules ont été stoppés dans leur élan, un véhicule ouvreur et un suiveur. Les douanes ont saisi 48 kilos de cannabis dans les véhicules. La valeur est estimée à près de 300.000€.

Lire

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/48kg-de-cannabis-saisis-par-les-gendarmes-d-indre-et-loire-apres-interception-d-un-go-fast-1519667374

Don Ángel Delgado Bernaldo de Quirós, le directeur adjoint du SVA (la surveillance douanière) à Algeciras, Cádiz, en Andalousie confirme que:

« la proximité du Maroc (le plus grand producteur de haschisch au monde), le port international d’Algeciras (où les narcos utilisent des conteneurs « perdus », où la coca est camouflée sans que les transporteurs ne le sachent) et Gibraltar, (qui l’année dernière n’a importé que 72 millions de paquets de tabac), convertit l’Andalousie en porte d’entrée naturelle de la drogue et de la contrebande en Espagne et par la suite en Europe. »

C’était déjà la situation connue de tous les services européens dans les années 90.

ALGECIRAS (SVA -Aduanas): Andalucía, puerta de entrada de la droga en España

Publié: 27 février 2018 par internationalinformant dans INFOS

El lunes se presentaron dos semirrígidas recién adquiridas y ya operativas en Algeciras – EFE

La proximidad con Marruecos (el mayor productor de hachís del mundo); el puerto internacional de Algeciras (donde los narcos usan contenedores «gancho perdido», donde se camufla la coca sin que los transportistas lo sepan) y Gibraltar, (que sólo el año pasado importó 72 millones de cajetillas de tabaco), convierten a Andalucía en la puerta natural de entrada de las drogas y el contrabando en España. Así se desprende del informe presentado el lunes por la Agencia Tributaria con los datos cerrados de 2017. El delegado especial de la AEAT en Andalucía, Jorge Ramírez, y el director adjunto de Vigilancia Aduanera, Ángel Delgado, en Algeciras, Cádiz, desgranaron las incautaciones y sus tantos por ciento con respecto a toda España.

Leer mas

http://sevilla.abc.es/andalucia/sevi-aduanas-confirma-andalucia-como-puerta-entrada-droga-espana-201802262341_noticia.html

CANADA (Cocaïne sur un bateau en N.-É.): la sentence encore reportée

Publié: 27 février 2018 par internationalinformant dans INFOS

John Grenier, 60 ans, de Hubbards en Nouvelle-Écosse, a plaidé coupable en novembre d’importation de cocaïne et de possession dans le but d’en faire le trafic. Le prononcé de sa sentence avait déjà été retardé, car l’accusé était en convalescence à la suite d’une intervention chirurgicale.

Le 3 septembre 2017, l’Agence des services frontaliers (ASFC) et la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont saisi 273 kg de cocaïne sur un bateau dans le comté de Lunenburg, en Nouvelle-Écosse.

LIRE la suite

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1085853/saisie-cocaine-bateau-lunenburg-nouvelle-ecosse-drogue-sentence

Une attaque en 2017, contre 24 en l’an 2000. Depuis, le grand banditisme s’est métamorphosé. En quinze ans, le nombre d’attaques de fourgon s’est effondré. En l’an 2000, 24 attaques avaient eu lieu au total, soit deux par mois en moyenne, causant 15 blessés et quatre morts. En 2008, douze ont été constatées, en 2013, cinq et l’an dernier, une seule attaque de fourgon – pour laquelle huit personnes ont été arrêtées lundi – a été recensée.

Le transport de fonds plus sécurisé.

En clair, ce phénomène, typiquement français, a été quasiment éradiqué, précise Frédéric Doidy, le chef de l’Office central de lutte contre le crime organisé. « Cela s’explique par l’arrestation des malfaiteurs qui s’étaient fait une spécialité de ces attaques à main armée particulièrement violentes et par des contraintes beaucoup plus importantes que se sont fixées les transports de fonds, qui ont élevé la sécurité de leur transport », détaille-t-il sur Europe 1.

Les camions de fret davantage ciblés.

Autre explication : le grand banditisme s’est « reconverti ». Au lieu d’attaquer des fourgons blindés avec convoyeurs armés et protégés, certaines équipes de braqueurs s’en prennent plutôt aux camions de fret qui transportent des smartphones ou autres produits de luxe.

Certains malfrats se sont également réorientés vers le trafic de drogue à très grande échelle.

Creil, capitale du nouveau banditisme. C’est le cas notamment dans la ville de Creil, dans l’Oise. C’est dans cette ville de 35.000 habitants dont plus de la moitié vit dans des logements sociaux qu’ont vécu la plupart des accusés qui comparaissent mardi aux assises et c’est ici qu’a grandi le célèbre braqueur Redoine Faïd, spécialiste des attaques de fourgon blindés. Mais aujourd’hui, la grande délinquance du plateau de Creil a complètement changé.

« Creil est aujourd’hui l’une des nouvelles capitales du nouveau banditisme. C’est très étonnant car ce sont des quartiers populaires au milieu des champs. Mais aujourd’hui quelques unes des plus grosses équipes d’importateurs de cannabis en France sortent des barres HLM de Creil« , constate Jérôme Pierrat, spécialiste du banditisme des cités.


« Ils ont une place assez stratégique dans ce Nord de la France entre Reims, Amiens et la banlieue parisienne… Il y a un espèce d’immense bassin de consommateurs« .

Une BRI bientôt implantée.

Aussi, c’est un désert policier et judiciaire. « Il y a une petite équipe de police judiciaire située au commissariat de Creil mais c’est à peu près tout », note Jérôme Pierrat. Pour appuyer la lutte contre ce néo-banditisme lié au trafic de drogue, la police judiciaire prévoit d’y implanter dans les mois qui viennent une brigade de recherche et d’intervention, soit une trentaine de policiers d’élite.

LIRE la suite et vidéo

http://www.europe1.fr/societe/enquete-des-braquages-de-fourgons-au-trafic-de-drogue-comment-le-grand-banditisme-sest-reconverti-3585803

FRANCE (Rosny-sous-bois – bobigny): 45 kg de cocaïne saisis

Publié: 27 février 2018 par internationalinformant dans INFOS

L’importateur présumé, originaire de Bobigny, a été interpellé avec deux autres hommes par la police judiciaire de Seine-Saint-Denis.

Des pains de cocaïne thermocollés recouverts de la photo d’un moustachu aux airs mexicains, arme en bandoulière. Impressionnante saisie que celle réalisée récemment par les enquêteurs de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis : la balance affichait 45 kg.

Cette saisie record a eu lieu le 1er février à Rosny-sous-Bois. Elle faisait suite à une année d’enquête, comme l’indique une source proche de l’affaire.

LIRE la suite

http://m.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/rosny-sous-bois-bobigny-45-kg-de-cocaine-saisis-26-02-2018-7579734.php

ARMENIA (Yerevan): large quantities of narcotics smuggled from Iran

Publié: 26 février 2018 par internationalinformant dans INFOS

YEREVAN. – Along the lines of the criminal case being investigated by the Investigative Committee of Armenia, seven people have been charged with illegal drug trafficking.

Large amounts of narcotics were discovered and confiscated.

According to preliminary investigation, data were obtained that these illegal drugs were smuggled into Armenia from Iran.

Several Iranian citizens had smuggled these narcotics into Armenia and taken them to a rented apartment in the country.

Read more

https://news.am/eng/news/438374.html