Archives de 5 mars 2018

Mercredi dernier, l’ancien directeur de l’Agence nationale indonésienne des stupéfiants (BNN), Budi Waseso, a pris sa retraite et remis les rênes de l’agence antidrogue à son successeur, Heru Winarko, qui avait précédemment été l’adjoint à la loi de la Corruption Eradication Commission ( KPK).

Le mandat de Budi à la tête de BNN restera probablement dans les mémoires pour deux raisons: son projet de construire une prison insulaire pour les trafiquants de drogue, gardée par des crocodiles et la forte augmentation du nombre de trafiquants de drogue abattus par la police, prétendument tous en résistant à l’arrestation.

Alors que certains sont optimistes que l’expérience de Heru avec le KPK contribuera à améliorer l’intégrité de BNN, le nouveau tsar de la drogue a indiqué qu’il continuerait la politique de Budi de demander aux agents de tirer immédiatement sur les trafiquants de drogue.

« J’ai aussi de l’expérience avec les trafiquants, s’ils résistent et ont une arme, oui il n’y a pas d’autre choix que de les flinguer », a déclaré Heru lors d’une conférence de presse au bureau de BNN à Jakarta. par Kompas.

President Joko Widodo (right) shaking hands with the new head of the National Narcotics Agency (BNN) Heru Winarko. (Photo: Cabinet Secretariat Office)

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

CHENNAI 

Huit kilogrammes d’éphédrine ont été saisis par des responsables du Bureau de contrôle des stupéfiants sur un homme à l’aéroport.

Une équipe de la BCN a intercepté Mohammed Lafir (35 ans) à l’aéroport alors qu’il tentait de faire parvenir 8 kilos d’Ephedrine à Kuala Lumpur, a déclaré le directeur de zone du NCB, A Bruno, dans un communiqué de presse.

000000000000000000000000000000000000000000

 

THANE: Deux trafiquants de drogue de Vishakhapatnam ont été arrêtés et 6,5 kg de ganja leur ont été confisqués par la cellule anti-narcotiques de la gare de Thane près de Mumbai samedi. La police a déclaré que le duo ont été identifiés comme Victor Joseph, 47 ans et Balla Badarao, 32.

00000000000000000000000000000000000000

Il y a plus d’une semaine, la police belge a retrouvé 4 500 kilos de cocaïne dans un conteneur du port d’Anvers, la ville la plus importante de la région flamande.

La cocaïne était cachée dans une cargaison de bananes de Colombie.Pour savoir à qui elle s’adressait, la police belge a laissé sortir le conteneur et l’a suivi jusqu’à sa destination à Oss aux Pays-Bas.

À ce moment, la police néerlandaise est intervenue, arrêtant quatre hommes et deux femmes. L’énorme opération conjointe de la police belge et hollandaise n’est pas la première du genre, et ce n’est pas la première fois qu’une cargaison arrive au port d’Anvers, deuxième plus grand port d’Europe après Rotterdam (Pays-Bas).

Anvers est considérée comme la «porte d’entrée de la cocaïne en Europe» depuis plusieurs années et les tonnes de drogues saisies chaque année ne cessent d’augmenter. Cela s’explique en partie par le fait qu’Anvers est un port de destination pour divers produits d’Amérique latine, où la cocaïne est produite en grandes quantités, et il est donc plus facile pour les cartels sud-américains de cacher de grandes quantités de drogues au milieu d’autres marchandises. De plus, le port d’Anvers est particulièrement vulnérable.
Il couvre plus de 120 kilomètres carrés, comprend des voies d’accès publiques et est également assez proche de Rotterdam – les deux villes sont à une centaine de kilomètres – où opèrent de nombreuses organisations de trafic de drogue en Europe.

Il y a ensuite une dernière chose: les autorités belges affirment que dans le trafic, un certain nombre d’entrepreneurs locaux corrompus, de fonctionnaires et de policiers ont fini par faciliter le transit de la cocaïne.

Au cours des dernières années, la police belge a essayé de différentes manières d’endiguer l’énorme trafic de cocaïne qui traverse le port d’Anvers, avec des résultats désormais plutôt modestes.

Le maire d’Anvers, Bart De Wever (photo de gauche), a toutefois récemment annoncé la création d’une nouvelle équipe anti-drogue chargée de démanteler le système de blanchiment d’argent mis en place par les trafiquants et de détecter les policiers et les fonctionnaires corrompus.

La nouvelle équipe – dirigée par le chef de la police locale, Stanny De Vlieger (photo de droite) – s’appelle Kali, du nom de la divinité féminine hindoue à quatre bras, mais aussi de «Cali», un cartel de la drogue colombien bien connu.

Kali collabore avec la police néerlandaise et l’American Drug Enforcement Administration, plus connue sous le nom de DEA, l’agence anti-drogue américaine.

Le travail de l’équipe de Kali n’est pas des plus simples, car le trafic de drogue au port d’Anvers est lié à ce qui se passe à des milliers de kilomètres, dans les pays producteurs de cocaïne d’Amérique latine.

En Colombie, par exemple, la production a augmenté depuis que le gouvernement en 2015 a décidé d’arrêter la pulvérisation aérienne d’un herbicide particulier sur les plantations de cocaïne parce qu’il y avait suspicion que cet épandage pouvait causer le cancer; jusque-là la pulvérisation avait été l’un des outils le plus important du programme antidrogue du gouvernement colombien.

Le Wall Street Journal rapportait: « La production de la région a augmenté si vite que si les trafiquants faisaient de leur mieux pour cacher les drogues dans des boîtes de fruits ou des unités de réfrigération, ils les mettaient simplement dans des sacs entre les caisses de banane « .

De plus, certains responsables américains ont expliqué que le trafic est compliqué par le fait que plusieurs trafiquants «indépendants» ont émergé, qu’ils agissent en dehors des cartels et que, dans un certain sens, ils sont plus imprévisibles et difficiles à retracer.

La vulnérabilité du port d’Anvers a également soulevé des inquiétudes quant à la sécurité.

En 2013, une enquête antidrogue menée conjointement par la police des Pays-Bas et de la Belgique a révélé que, pendant deux ans, les systèmes informatiques des entreprises qui opéraient dans le port et les terminaux où les conteneurs arrivaient, ont été piratés à plusieurs reprises.

Les trafiquants ont utilisé les codes de sécurité volés pour voler les conteneurs contenant les drogues en toute impunité. L’équipe de Kali, a déclaré De Vlieger, prévoit de collaborer avec des experts en informatique et en attendant, les protocoles de sécurité portuaire ont été renforcés.

000000000000000000000000000000000000000000

 

Las fuerzas militares de Colombia y Ecuador le asestaron un duro golpe a las estructuras del narcotráfico en operan en el océano Pacífico, en la frontera entre Colombia y Ecuador.

En el sector fronterizo bahía Ancón de Sardinas, les fueron incautados 1.175 kilos de clorhidrato de cocaína, avaluadas en 38 millones de dólares en el comercio internacional.

Leer mas

http://m.elcolombiano.com/colombia/fuerzas-militares-de-colombia-y-ecuador-dan-golpe-al-narcotrafico-en-el-pacifico-LA8299841

0000000000000000000000000000000000000000

Le syndicat néerlandais de la police (NPB) en est convaincu, depuis qu’il a interrogé quelques centaines de ses membres: les Pays-Bas sont devenus en trente ans un « Etat narco ».

Dans un pamphlet d’une dizaine de pages diffusé à la mi-février, les policiers affirment que la production et le commerce – en ligne, notamment – de narcotiques ont atteint un tel niveau que le royaume figure en tête du classement mondial du chiffre d’affaires lié au cannabis, à la production de drogues synthétiques et à l’importation de cocaïne, qui transite notamment par le port de Rotterdam.

 

LIRE la suite

http://mobile.lemonde.fr/m-actu/article/2018/03/05/pour-les-policiers-neerlandais-les-pays-bas-sont-devenus-un-etat-narco_5265700_4497186.html?xtref=

00000000000000000000000000000000000000000

La Policía Nacional ha detenido a siete personas y ha intervenido 2.300 kilos de hachís en una operación que ha permitido desarticular a una red de narcotraficantes que fue descubierta gracias a una información anónima aportada en el correo antidroga@policia.es, que desde el 2012 ha recibido 53.000 denuncias.

Leer mas

https://www.elperiodico.com/es/barcelona/20180305/chivatazo-anonimo-policia-barcelona-toneladas-hachis-6668269

Un motard québécois arrêté en haute mer sur un voilier chargé de 37 millions $ en cocaïne

Selon nos sources, les policiers croient que la drogue était destinée au marché canadien, du moins en partie, à cause de la présence du Québécois de 43 ans sur le bateau.

Le voilier Sea Ya II aurait son port d’attache en République dominicaine, où des Hells Angels du Québec ont fondé un chapitre, à Cabarete, il y a près de 10 ans.

D’après nos sources, le bateau – mis en vente pour 240 000 $ par ses ex-propriétaires il y a 10 ans – aurait fait escale à l’île de Saint-Martin, dans les Caraïbes, ont pu constater les policiers qui suivaient son trajet depuis le début.

LIRE la suite

http://www.journaldemontreal.com/2017/12/19/mega-saisie-de-cocaine-sur-un-bateau-en-direction-du-quebec

0000000000000000000000000000000000000000000

John Grenier, 60 ans, de Hubbards en Nouvelle-Écosse, a plaidé coupable en novembre d’importation de cocaïne et de possession dans le but d’en faire le trafic. Le prononcé de la sentence de John Grenier sera prononcé le 20 mars.

Le 3 septembre 2017, l’Agence des services frontaliers (ASFC) et la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont saisi 273 kg de cocaïne sur un bateau dans le comté de Lunenburg, en Nouvelle-Écosse.

La drogue a été trouvée cachée dans la structure d’un lit à bord du Quesera, un petit bateau de 8 mètres de long qui arrivait de Saint-Martin, dans les Caraïbes. L’embarcation était immatriculée au Canada.

Source: Radio Canada