PAYS-BAS (narcotrafic): Ulk, le petit port dans les terres ne rivalise pas avec Rotterdam

Publié: 1 avril 2018 par Marc Fievet dans Narcotrafic INFOS

Il pleut sans interruption à Urk, une ancienne île de pêche aujourd’hui unie au continent et située au centre de la Hollande, dans la baie par laquelle la mer du Nord a pénétré dans le pays.

C’est aussi un village prospère, car 30% du poisson du pays est vendu aux enchères sur son marché aux poissons, et le chantier naval de la région répare avec succès les bateaux en cale sèche.

Les habitants d’Ulk sont embarrassés ces joursci.

« Plusieurs voisins, peut-être 10 sur une population de 20 000, sont impliqués dans le trafic de drogue et nous donnent une mauvaise réputation à tous« , déplore un responsable du port, qui demande à rester anonyme. Ces voisins indésirables recueillent en haute mer des paquets de cocaïne jetés par les cargos qui arrivent d’Amérique du Sud, et les emmènent à Amsterdam.

« Mais la ramasse de drogue n’est pas chose nouvelle« , explique le responsable du port. « J’étais pêcheur, et il y a deux décennies et déjà, nous collections des paquets pour des réseaux de trafiquant. La différence est que nous les déchirions et jetions la cocaïne dans l’eau. Ca se passait à 20 milles de la côte, à environ deux heures de navigation.  »

Occupé, il n’arrête pas de répondre au téléphone et pointe la photo de son vieux navire, accroché au mur. Un jour, un gars qui « était toujours avec mon bateau, a été arrêté et il s’est avéré qu’il avait des relations avec un cartel de la drogue. »

Maintenant, la police maritime surveille les routes des grands navires de la mer du Nord, car il est étrange que de simples pêcheurs y naviguent.

En 2017, cinq personnes, dont trois habitants ont été arrêtés sur des soupçons de contrebande 261 kilos de cocaïne.

A Urk, la loi du silence prévaut.

Début mars, les frères Piet et Jakob K. ont été arrêtés en Suède avec de la drogue dans une voiture. Parents et petites amies disent qu’ils ignorent les détails de l’arrestation, et la conversation tourne surtout autour de la dureté des peines suédoises pour trafic: un minimum de cinq ans. « C’est un petit groupe d’ordures qui gâchent le reste. Ils cherchent de l’argent facile, et c’est une honte que Urk soit sur toutes les lèvres pour cela », explique Henny, un pilote de port. « Cela arrive à grande échelle à Amsterdam, ou à Rotterdam, et ne suscite pas le même intérêt. »

Source: El Pais

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s