Archives de 11 avril 2018

Des scanners dans les terminaux pour augmenter le nombre de contrôles?

En tout, seuls 34 000 containers sont contrôlés chaque année, soit un pour-cent des containers qui arrivent au port d’Anvers. Les douanes aimeraient en contrôler davantage, et autrement. Car souvent, une des méthodes consiste à déposer un sac dans un container, dans le port d’origine, pour qu’un complice vienne reprendre le sac dans le port d’arrivée, à Anvers.  » Là en général il y a des complicités au sein du port pour avoir une copie du scellé. Il faut donc découvrir rapidement ces containers « . La douane dispose d’une sorte de scanner mobile qui permet de vérifier s’il y a des sacs déposés au sommet de la cargaison de chaque container.

Mais l’idéal, serait de disposer des scanners sur les grues au sein de chaque terminal. Une étude de faisabilité est en cours. « Evidemment, il faut encore voir si ce qui est idéal est réalisable, explique Kristian Vanderwaeren, administrateur général de la douane. C’est pourquoi j’ai demandé, avec le soutien de la commission européenne, que soit menée une étude de faisabilité sur la technologie pour réaliser le scanning là où il serait le plus utile, c’est-à-dire sur les terminaux. L’idéal serait d’incorporer le scanner dans les terminaux, mais sans modifier la chaîne logistique, pour limiter l’impact économique « . Si l’étude de faisabilité est concluante, il serait utile d’équiper les autres ports de la même technologie pour que le problème de trafic de drogue d’Anvers ne se répercute pas ailleurs.
Un « Stroomplan » pour une lutte plus ambitieuse encore contre la drogue

UneTask Force drogue’

Le « Stroomplan » du ministre de l’intérieur Jan Jambon ambitionne de créer une task force « drogue ».

« Au niveau de la douane, on a augmenté le nombre d’effectifs actifs dans le combat contre la drogue », précise Kristian Vanderwaeren.

La police locale, fédérale, l’inspection sociale, la douane et le parquet partageront par ailleurs les mêmes bureaux dans le but de favoriser les échanges et renforcer l’efficacité.

Par ailleurs, 5 postes de procureurs « portuaires » seront aussi créés. Ils auront sous leur responsabilité l’entièreté du territoire du port d’Anvers, qui est situé sur deux arrondissements judiciaires: ceux d’Anvers et de Flandre orientale.

LIRE PLUS

https://www.rtbf.be/info

La administración antidrogas de Estados Unidos confiscó metanfetaminas provenientes de México por valor de 2 millones de dólares ocultas en muñecos de personajes de Disney cerca de Atlanta.

La DEA dijo que es una de las incautaciones más grandes que se haya realizado en la zona. Las drogas estaban ocultas en 500 muñecos de Winnie the Pooh, el Pato Donald, Pluto y otros personajes.

Leer mas

https://elimparcial.com/EdicionEnLinea/Notas

Elementos de la Policía Federal, adscritos al Aeropuerto Internacional de Tijuana, Baja California, detuvieron a dos mujeres de nacionalidad mexicana que transportaban más de seis kilos de una sustancia con características de heroína en paquetes adheridos al cuerpo.

Los hechos ocurrieron cuando los federales realizaban revisiones aleatorias en el área de reclamo de equipaje de un vuelo comercial procedente de Guadalajara, Jalisco, donde ubicaron a las dos mujeres que mostraban marcado nerviosismo ante la presencia de la autoridad, por lo que fueron interceptadas.

Leer mas

http://m.elmanana.mx

CANADA: le Québec achètera 58 000 kg de cannabis

Publié: 11 avril 2018 par Marc Fievet dans Narcotrafic INFOS

La Société des alcools du Québec (SAQ) a conclu officiellement des ententes avec six producteurs de cannabis afin d’approvisionner la future Société québécoise du cannabis (SQDC).

La SQDC achètera ainsi 58 000 kg de cannabis lors de la première année de son existence.

Le fournisseur le plus important de la SQDC sera Hydropothicaire, dont le siège social se trouve à Gatineau. Dans son contrat de cinq ans, il est prévu qu’il fournisse 20 000 kg de cannabis la première année, 35 000 kg la deuxième et 45 000 kg la troisième. Les volumes pour les deux dernières années seront établis plus tard.

Plus

https://ici.radio-canada.ca

La Guardia Civil y de la OCRTIS de Burdeos (Francia) han perseguido a esta banda de narcotraficantes desde octubre de 2017, cuando después de hilar distintas sospechas, identificaron una furgoneta que iba a transportar droga a Francia.

Fuente: columnacero.com/

La visite n’apparait pas dans l’agenda présidentiel, mais pourtant le 14 mars, Emmanuel Macron a reçu tout sourire à l’Elysée Hashim Thaçi, président sulfureux du Kosovo.

En 2011, un rapport du Conseil de l’Europe l’accusait pourtant d’avoir dirigé pendant la guerre du Kosovo, à la fin des années 1990, un trafic international d’organes, prélevés surtout sur des prisonniers serbes.

Le président Emmanuel Macron ne manque pas de surprendre en recevant à l’Elysée un chef d’Etat étranger plus que controversé, le sieur Hashim Thaçi, président du Kosovo.

Je pense que le président Macron a dû être très mal renseigné par ses conseillers. Ils ne doivent connaître ni l’histoire en général, ni l’histoire particulière du Kosovo de ces 30 dernières années, ni d’ailleurs la biographie sanglante de Hashim Thaçi.

Pourquoi Hashim Thaçi a-t-il également rendu visite à l’ancien ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, et à l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy?

Pas plus qu’Emmanuel Macron, ni Nicolas Sarkozy, ni Alain Juppé ne s’en sont vantés.

C’est encore une fois Hashim Thaçi qui a twitté, avec photos à l’appui, sur ses rencontres. On le voit leur remettre des décorations créées par son gouvernement fantoche pour les remercier.

La diplomatie occidentale et sa cohorte de tartuffes, sans aucun sens de l’honneur , sont au courant, depuis bien longtemps, des crimes et autres malversations, gravissimes s’il en est, de ce personnage, particulièrement peu recommandable et même hautement infréquentable, qu’est Hashim Thaci.

En 1993, alors que l’embargo existait sur les Balkans, j’avais fait passer à Christian Gatard, chef de l’échelon DNRED nantais une liste d’armement à fournir à cette faction qui proposait de payer en héroïne via l’organisation Locatelli. ..La demande écrite n’ est sans doute jamais sortie de l’échelon DNRED de Nantes et serait-ce aussi une des raisons pour laquelle mon dossier est toujours classé Secret Défense ?

000000000000000000000000000000000000

Activités criminelles alléguées

Hashim Thaçi a été accusé d’avoir financé les activités de l’UCK en participant à un trafic d’héroïne et de cocaïne à destination de l’Europe de l’Ouest[8].

En juin 2003, il est brièvement arrêté à l’aéroport de Budapest, sur la base d’un mandat d’arrêt international lancé par Belgrade, puis libéré après une intervention du ministère des Affaires étrangères français[9].

Selon un projet de rapport rédigé par Dick Marty, membre de la commission des questions juridiques et des droits de l’Homme de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, publié le 12 décembre 2010[10], il aurait été impliqué à cette époque dans un trafic d’organes prélevés sur des prisonniers serbes. Ceux-ci étaient gardés dans des camps spéciaux par une organisation appelée Groupe de Drenica[11] et tués pour que leurs organes soient prélevés[12] et vendus sur un marché noir international[13]. Bien qu’on ait avancé que ce projet de rapport ne serait examiné en séance plénière qu’à la fin du mois de janvier 2011[14], il a été adopté par le Conseil de l’Europe dès les 26 décembre 2010[15]. Le rapport est sévère pour les Nations unies et l’Union européenne qui « n’ont pas estimé nécessaire de procéder à un examen approfondi » de ces faits « en dépit des indices concrets au sujet de tels trafics au début de la décennie » [16].

Carla Del Ponte, l’ex-procureur du Tribunal pénal international de La Haye, l’a également accusé, dans un livre publié en 2008 chez Feltrinelli, de s’être livré à des activités mafieuses, en particulier pour son implication dans un trafic international d’organes prélevés à des Serbes déportés et tués[17]. Le ministère des Affaires étrangères suisse (DFAE), dont dépend actuellement Carla Del Ponte, ambassadrice à Buenos Aires, s’est distancé de ces accusations[17], ainsi que madame Florence Hartman, ancien porte-parole de madame Del Ponte, qui a ainsi fustigé dans de nombreuses interviews « l’irresponsabilité » de l’ancienne procureur, qui présenterait « comme des faits avérés de simples hypothèses »[18] tandis que l’organisation Human Rights Watch les a jugées « crédibles »[19]. Lorsqu’il était ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner avait traité d’« imbéciles » et de « criminels » les journalistes qui parlaient des prélèvements d’organes pratiqués sous l’égide de Thaçi[20]. En 2010, ces accusations ont été reconnues comme vraisemblables, notamment par le Conseil de l’Europe[21], et par l’OTAN[22]. Une enquête menée en parallèle par la justice serbe, estime le nombre de victimes à plusieurs centaines[23]. La résolution adoptée à l’unanimité par la Commission de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe demande justement que des enquêtes soient diligentées pour établir les preuves de ce trafic d’organes[24].

Thaçi pourrait être inculpé par un tribunal spécial basé à La Haye (Pays-Bas) mais de droit kosovar, chargé des crimes commis par la guérilla albanaise au Kosovo, dont il fut l’un des commandants. Ce tribunal est créé en 2017[25].

Liens sur :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Hashim_Tha%C3%A7i

Une vingtaine de personnes ont été arrêtées ce mardi matin, dans le pays de Ploërmel, dans le cadre d’une enquête sur un trafic de drogue.

LIRE la suite

http://www.letelegramme.fr/morbihan/ploermel/

Au total, environ 250 gendarmes ont participé à cette opération de grande envergure. Lundi, ils ont arrêté une trentaine de personnes à Agde, Béziers, plus globalement dans l’Hérault mais aussi à Narbonne et dans la région de Marseille. Ils participaient selon les forces de l’ordre à un trafic de drogue entre le nord de l’Espagne et la France.

Plus d’une dizaine de voitures de luxe ont été confisquées et plusieurs centaines de milliers d’euros placés sous scellés.

La section de recherche, le Jirs (juridiction interrégionale spécialise) et la gendarmerie de l’Hérault travaillaient sur ce réseau depuis un an et demi. L’enquête est coordonnée par le procureur de la République de Marseille.

Source: France 3 Occitanie