Archives de 8 mai 2018

Que font les régaliennes ?

Des chercheurs ont présenté le résultat du Global Drug Survey.

Un des enjeux principaux de cette étude internationale (130’000 participants) était de mesurer la facilité d’accès aux stupéfiants. Ils ont comparé le temps mis pour recevoir une dose de cocaïne ou une pizza. Le résultat est effarant: les consommateurs ont reçu leur commande de substances illicites deux fois plus souvent en moins de 30 minutes que ceux ayant demandé une pizza!

En Suisse, les usagers de drogue ont indiqué que, dans 40,2% des cas, ils avaient été livrés le jour même.

Les Irlandais sont les mieux servis avec une livraison en 24 heures dans 86% des cas, devant les Néerlandais (82,5%).

LIRE la suite

http://m.20min.ch/ro/news/suisse/story/22021736

Publicités

COKE: narcos, sicarios and PERU

Publié: 8 mai 2018 par internationalinformant dans INFOS

Pablo Escobar was the mastermind of drug trafficking and narco terrorism in Colombia during the 1980s. He transformed the city of Medellin into the cocaine capital of the world, and pioneered a model that almost every major criminal organization would later adopt.

Countries around the globe are still grappling with the aftermath of Escobar’s reign 20 years after his death, from the hired killers he trained as his army of underage hitmen to the remote cocaine labs and clandestine air strips in the jungles of Peru helping feed the world’s hunger for coke.

In part one of our three-part documentary, we meet two DEA agents who spent years on the trail of the elusive king of cocaine and became the basis for Netflix’s show, Narcos.

000000

Je vous ai déjà dit ici-même que le trafic de cocaïne par avion avait en quelque sorte ses règles et ses principes. Des petits Cessna pour El Chapo, voire des Beechcraft bimoteurs pour emporter davantage de cargaison poudreuse, des Gulfstream privés pour de riches consommateurs ou des Cessna Conquest II modifiés pour traverser l’Atlantique, ou même parfois des Boeing 727 cargo, ou des Antonov bi – ou quadrimoteurs- pour transporter à la tonne. L’éventail paraît au final restreint, les petits avions Cessna à aile haute représentant une très forte majorité. Pour fournir ces appareils, il y a derrière des hommes… et des banques prêteuses d’argent ou collecteuses de billets sans trop en regarder la provenance. Des lessiveuses à argent sale, telle Wachovia ou Wells Fargo, une banque qui est toujours dans la tourmente, d’ailleurs (1). J’avais évoqué il y a quelque temps déjà (en février 2014) en détail un de ces fournisseurs, appelé Pedro Benavides Natera, allié à un banquier de la Casa de Cambio Puebla, Pedro Alatorre Damy, en fait le trésorier du cartel de Sinaloa. Aujourd’hui, je vais vous parler de deux autres gros fournisseurs en avions de la coke : un argentin et un bolivien, qui ont subi un sort différent l’un l’autre. Puis nous en aborderons un troisième, que je réserve pour la fin de cette longue enquête. Des descendants à leur façon de Amarillo Carillo Fuentes, qui lui, il est vrai faisait ça à l’aide de Caravelles françaises déclassées, comme vous le savez déjà (2). Chez l’un d’entre eux, un pilote expérimenté aurait même trouvé une astuce supplémentaire pour effectuer des vols en passant sous la zone de détection des radars grâce à la remise au goût du jour d’un vieux dispositif bien connu des habitués et de ceux qui connaissent l’histoire de l’aviation. Mais commençons d’abord par un bolivien qui est allé chercher loin, parfois, ses petits Cessna porteurs de coke…

Le bolivien discret qui achetait des hydravions en Alaska

On commence d’abord par le premier cas, déjà évoqué en partie ici-même, celui de Martin Rapozo Villavicencio, qui nous révèle une drôle de surprise, à vrai dire. En 2015, suite à la longue enquête d’IDL-Reporters, un autre journal, Caretas, en cheville avec le premier, met en ligne un article intitulé “Narcovuelos a la bolivian ». En photo, on découvre un avion et son pilote, menottes aux poignets (ici à gauche) : l’avion est immatriculé CP-2652, il a été capturé près de Pichari en avril 2015, à Quisto Valle, et le pilote bolivien à ses côtés s’appelle Fernando Rubín de Celis (parfois présenté comme s’appelant « Fernando Rubi »). A l’occasion de son arrestation, les péruviens avaient pu voir le chef de la police contre les stupéfiants de Mazamari, au Pérou, le commandant Jaime Pizarro venir devant les caméras montrer l’avion qui s’était en fait retrouvé embourbé dans une piste d’atterrissage clandestine.

Selon la police locale, « l’avion était en mission pour ramasser de la cocaïne dans les vallées des rivières Apurimac, Ene et Mantaro (connue comme étant le VRAEM, de la taille en superficie de l’Irlande), alors et toujours la première région productrice de cocaïne au monde ». Il avait alors annoncé « que le copilote avait réussi à s’enfuir avec une sacoche d’argent »… l’article de presse parlant plutôt lui de la livraison… de 10 000 dollars aux militaires locaux pour qu’ils ignorent les atterrissages clandestins !!! Juste avant, un autre avion, immatriculé CP-1657 (ancien Aerotaxi San Martin) avait été l’objet d’une opération de l’armée à Santa Teresa dans le district de Pichari (La Convención), nous apprenait le même article. A l’occasion le pilote (Wilson Castañeda) avait reçu une balle et avait dû être hospitalisé. C’est un fait que les avions boliviens ne cessent de s’arrêter en route au Pérou. Depuis quelques années, le mouvement s’est renforcé. Un véritable pont aérien, en fait.

L’armée péruvienne était-elle complice ?

LIRE la suite

http://www.centpapiers.com/coke-en-stock-clxvi-la-decouverte-et-la-chute-des-fournisseurs-davions-1/

La Marine du Guatemala a signalé la saisie de plus de 2,8 tonnes de cocaïne, après avoir intercepté un navire au large de la côte du Pacifique vendredi dernier.

Le navire arrivait d’un port sud-américain, à destination de l’Amérique du Nord.

Le navire avait été détecté à partir du vendredi 4 mai par les gardes côtes américains, alors que le bateau était à quai à Puerto Quetzal, Escuintla.

Au cours de la procédure, treize personnes, des équatoriens, des péruviens et des colombiens ont été détenues, mais n’ont pas encore été identifiées.

La Marine attend que le bureau du procureur et la police poursuivent les investigations.

Source: El Periodico

000000000

Sur la base d’informations précises, une équipe de responsables de la BCN a intercepté un camion au péage de Madhavaram hier et a trouvé 425 kg de drogue emballés dans 14 sacs en plastique, a indiqué le directeur de zone NCB A Bruno dans un communiqué.

La victime servait de «mule» pour un trafic entre l’Espagne et la Suisse. Le chef du réseau était installé à Berne.

Un jour d’été de 2014, «alors qu’il avait déjà ingéré 67 capsules, Fernando avait commencé à se sentir mal», selon le dossier d’accusation.

Alors même qu’il vomissait et avait des convulsions, le couple qui le surveillait n’avait pas appelé de médecin, mais seulement prévenu le «boss» en Suisse, selon le parquet.

Après le décès, le chef de réseau est accusé d’avoir lui-même incisé l’abdomen du cadavre pour récupérer la cocaïne.

Selon le parquet, les quatre accusés avaient ensuite décapité et démembré le corps, dont le dirigeant s’était débarrassé dans une zone boisée du Tarn, dans le sud de la France.

Source: AFP

Un total de 5,405 kilogrammes de cocaïne, dissimulés dans 481 capsules, a été extrait des estomacs de cinq ressortissants étrangers à l’Hôpital universitaire Ibn Rochd de Casablanca, apprend-on auprès de la préfecture de police de la ville.

LIRE la suite

http://www.mapexpress.ma/actualite/societe-et-regions/casablanca-

SUISSE (Vaud): la police saisit 13,8 kilos de cocaïne

Publié: 8 mai 2018 par internationalinformant dans INFOS

La police vaudoise a démantelé un vaste réseau de trafiquants de drogue. Elle a saisi 13,8 kilos de cocaïne et arrêté treize individus, annonce-t-elle mardi matin.

L’enquête a duré plusieurs mois, en collaboration avec la police genevoise et les gardes-frontières. Les trafiquants opéraient principalement à Yverdon-les-Bains et Vevey.

Source: Swissinfo.ch

En comparution immédiate, il a pris dix-huit mois de prison ferme.

Brandon effectuait le trajet entre Angers et Clermont Ferrand grâce à ‘Blablacar’ Lors du contrôle, les agents de la brigade de surveillance intérieure (BSI) ont découvert ce que même le conducteur du véhicule ignorait: le passager dissimulait dans deux chaussettes 610 grammes de cocaïne conditionnés en ovules.

Source: La Montagne

Dans le cadre d’un trafic de stupéfiants sur Belle-Île-en-Mer, une importante opération de gendarmerie s’est déroulée au matin du vendredi 4 mai 2018 au Palais (56).

Trois résidents de l’île et deux autres hommes installés en région parisienne, âgés de 30 à 40 ans, ont été interpellés et placés en garde à vue.

COLOMBIE: paix, drogue et corruption au coeur de la présidentielle

Publié: 8 mai 2018 par internationalinformant dans INFOS

La Colombie, qui se prépare à une élection présidentielle cruciale, reste confrontée aux fléaux du narco-trafic, de la corruption, des inégalités, et doit consolider une paix encore fragile malgré l’accord historique signé avec la puissante guérilla des Farc.

LIRE

https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/en-colombie-paix-drogue-et-corruption-au-coeur-de-la-presidentielle_2006481.html

HONDURAS: incautan 319 kilos de cocaína en el Caribe

Publié: 8 mai 2018 par internationalinformant dans INFOS

Las autoridades de Honduras se incautaron de 319 kilos de cocaína en un barco de bandera panameña en aguas del Caribe, en una operación en la que además fueron detenidos dos colombianos y un hondureño, informó hoy una fuente oficial.

Leer mas

https://www.informador.mx/internacional/Honduras-incauta-319-kilos-de-cocaina-en-el-Caribe-20180508-0015.html