Archives de 6 juin 2018

Alors que les moyens d’enquête « cyber » deviennent de plus en plus stratégiques dans la lutte contre le terrorisme, une nouvelle attendue depuis de longs mois est tombée, le 9 mai, par voie d’arrêté : la création, au sein de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), d’une unité consacrée au développement de logiciels espions pouvant être utilisés dans le cadre d’enquêtes judiciaires.

Un pas décisif qui va de pair avec la création d’un département cyber recouvrant, lui, le champ plus étendu des enquêtes administratives, à partir de cet été, au sein de la DGSI, comme l’a dévoilé son directeur technique Patrick Guyonneau, le 28 mai, à l’agence d’informations AEF.

La nouvelle unité créée est baptisée « service technique national de captation judiciaire » (STNCJ). Sa mission sera de remédier aux difficultés de la justice, de plus en plus paralysée par le chiffrement des ordinateurs, téléphones et autres messageries comme WhatsApp ou Telegram. Notamment en mettant au point des logiciels capables d’extraire ces données avant leur chiffrement.

Afin d’être vraiment opérationnel et de « monter en puissance » – car il aura compétence aussi en matière de criminalité organisée (trafic de drogue, armes, proxénétisme, escroqueries) –, ce nouveau service doit toutefois encore faire l’objet d’arbitrages, notamment budgétaires, tempère une source proche du dossier.

LIRE

000000000000000000000000000000000000000000

« La criminalité organisée est en train de se déplacer à l’étranger, de se mondialiser« , a expliqué le général Giuseppe Governale lors d’une rencontre avec la presse étrangère à Rome.

Cosa Nostra, la mafia sicilienne, a « toujours été présente aux Etats-Unis, au Canada ou en Australie« , mais la ‘Ndrangheta, la mafia calabraise, « l’est davantage, et sa présence est sous-évaluée alors que c’est une organisation extraordinairement puissante« , a indiqué cet ancien général des carabiniers et ex-patron de son groupe d’élite, le Ros.

Les organisations mafieuses ont des référents partout dans le monde où elles agissent, dans certains ports par exemple, mais la ‘Ndrangheta « tend à répliquer à l’étranger les structures implantées en Calabre« , a encore dit ce général arrivé à la tête de la DIA en octobre 2017.

lire la suite

0000000000000000000000000000000000000000

La Chine va plaider pour la création d’une agence antidrogue au sein de l’Organisation de coopération de Shanghai afin de mieux lutter contre le trafic transfrontalier, a déclaré un haut responsable de la lutte contre les stupéfiants auprès du ministère de la Sécurité publique.

« L’agence devrait coordonner les efforts de coopération antidrogue entre les membres de l’OCS, comme le partage de renseignements, les enquêtes, les opérations policières conjointes et la formation du personnel », a déclaré Wei Xiaojun, directeur adjoint du Bureau de contrôle des stupéfiants.
Sans préciser de calendrier pour sa mise en place, il a déclaré que les autorités de la sécurité publique de Chine sont disposées à négocier avec leurs homologues des autres pays membres de l’OCS.
La Chine cherchera également à coopérer plus étroitement avec les autres membres de l’OCS afin de cibler plus précisément les itinéraires transnationaux qu’emprunte le trafic de drogue ainsi que les laboratoires clandestins de drogue, et de réduire à néant les chaînons financiers, a indiqué M. Wei. « Nous travaillerons en étroite collaboration avec nos homologues pour examiner des indices dans certains dossiers et coopérerons pour les résoudre », a-t-il souligné.
La Chine et d’autres membres de l’OCS sont riverains de deux grandes sources mondiales de drogue – le Triangle d’Or, qui chevauche le Laos, le Myanmar et la Thaïlande; et le Croissant d’Or, qui comprend certaines zones d’Asie centrale et d’Asie du Sud.

Actuellement, le monde est confronté à un problème de drogue de plus en plus grave, avec une augmentation des sources, des catégories et des toxicomanes. L’année dernière, la production d’opium en Afghanistan était estimée à 9 mille tonnes métriques, en hausse de 87 % en glissement annuel. Selon les données fournies par le ministère, la production d’opium l’an dernier dans le Triangle d’Or devait augmenter de 15 % par rapport à l’année précédente.
La Chine fait également face à une situation dramatique en matière de drogue, a déclaré M. Wei.

Les trafiquants chinois sont en collusion avec leurs homologues étrangers pour mener des activités criminelles, et le trafic de drogue est devenu plus « intelligent et basé sur la technologie ».

LIRE la suite

http://french.china.org.cn/china/txt/2018-06/06/content_51713623.htm

000000000

ENQUÊTE – Selon nos informations, la brigade des stupéfiants de la PJ parisienne fait face à une recrudescence de dossiers impliquant des « mules », ces passeurs recrutés par les trafiquants et chargés d’ingurgiter des capsules de cocaïne et de les acheminer depuis la Guyane jusqu’à Paris. Le nombre de dossiers ouverts par ces enquêteurs spécialisés s’annonce trois fois supérieurs en 2018 qu’en 2017…
LIRE

https://www.lci.fr/faits-divers/info-lci-brigade-des-stups-les-interpellations-de-mules-explosent-2089551.html

0000000000

Après plusieurs mois d’enquête, la « nourrice », une Eragnienne âgée de 53 ans, inconnue des services de police, est identifiée.

Dans un box lui appartenant, les policiers découvrent 165 kilos de résine de cannabis. Près de 40 000 euros ont également été saisis sur les comptes bancaires des suspects et de leurs proches.

LIRE la suite

https://lagazette-yvelines.fr/2018/06/06/cent-soixante-cinq-kilos-de-resine-de-cannabis-saisis/

000000000

La justice espagnole pointe du doigt sept banques suisses impliquées dans le scandale qui a provoqué en Espagne la chute du gouvernement de Mariano Rajoy.

De notre correspondant à Genève,

Publié le | Le Point.fr
Une « corruption institutionnalisée » en faveur du Parti populaire d’Espagne n’a été possible que grâce au concours de sept banques helvétiques: Cial (aujourd’hui le CIC), la Dresdner Bank (ex-LGT), la banque SYZ, Lombard Odier, le Crédit suisse, la BSI et la banque Mirabaud.

Qui est Kamel Chikhi ?

Originaire de Lakhdaria, dans la wilaya de Bouira, Kamel Chikhi dit « Kamel le boucher », en référence à sa première activité professionnelle, a investi dans l’achat de nombreux terrains sur lesquels il a érigé des résidences de luxe. Ces acquisitions auraient été réalisées grâce à « de mystérieux passe-droits », selon les avocats des riverains qui ont porté plainte devant les tribunaux administratifs d’Alger. Mais aucune procédure judiciaire n’a abouti à une condamnation.

LIRE

http://www.jeuneafrique.com/565514/societe/algerie-lhomme-daffaires-kamel-chikhi-soupconne-apres-la-saisie-record-de-cocaine-a-oran/

0000000

FRANCE (Narcotrafic): qui pour réellement lutter contre les méfaits de la drogue?

Publié: 6 juin 2018 par Marc Fievet dans 36, Aeronarcotrafic, Amphétamines, Australian Customs and Border Protection Service., BAN, Blanchiment, Cannabis - Hachis - Haschich, CELTIC, Champignons hallucinogènes, Cocaïne, Customs and Border Protection, Cyberdouane, DEA (USA), DG de la Douane française, DNRED, Douane française, Drogues, Ecstasy / MDMA, Gendarmerie, GRC - RCMP (Canada), Guardia Civil, Guardia di Finanza, Guardia di Finanza (Italie), Héroïne, HM Customs Excise (UK), Khat, NARCOTRAFIC, Narcotrafic INFOS, Narcotrafic maritime, NS 55, OCRTIS, Opium, Pays de transit, Pays producteurs, Police, Policia, Précurseurs, SERVICES ANTI-DROGUES, SERVICES ESPAGNOLS, SERVICES FRANCAIS, SVA, TRACFIN, UAR
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

L’OCRTIS  qui semble être le seul service a avoir été chargé d’émettre un rapport sur ce que devrait être le futur service chargé de la lutte anti narcotrafic demande que son rôle de coordinateur soit renforcé avec, toujours coté Police, l’OCRGDF (Office central de répression de la grande délinquance financière) et le SIRASCO, le Service d’Information, de Renseignement et d’Analyse Stratégique sur la Criminalité Organisée.

——————————-

QUID de la Gendarmerie, des 1000 communautés de brigades et 700 brigades territoriales autonomes, des 8 commandements de la Gendarmerie ou COMGEND, qui sont établis dans les départements (DOM) ou communautés (COM) d’outre-mer : Nouvelle-Calédonie et îles Wallis-et-Futuna, Polynésie française, La Réunion, Mayotte, Guyane, Martinique, Guadeloupe et Saint-Pierre-et-Miquelon?

QUID de la Douane Française, de ses 8 338 agents de la SURV (terrestres, marins, aériens, aéroports)?

QUID de la DNRED, la Direction Nationale du Renseignement et des Enquêtes Douanières et de ses 715 agents répartis en trois directions:

la Direction du renseignement douanier (DRD), la Direction des enquêtes douanières (DED), la Direction des opérations douanières (DOD).

La DNRED est chargée de:

  • collecter, centraliser, traiter et diffuser le renseignement d’origine douanière,
  • lutter contre les grands réseaux internationaux de contrebande (stupéfiants, tabac, armes, biens culturels, contrefaçons) en mettant en œuvre, si les enjeux le justifient, des techniques d’investigation spécialisées,
  • coordonner les activités opérationnelles menées avec les partenaires étrangers de la douane française.

Au sein de la communauté française du renseignement et dans le cadre du Conseil national du renseignement, la DNRED est prioritairement chargée des domaines suivants :

  • la lutte contre les activités criminelles et les flux financiers clandestins (principalement la lutte contre les narco-trafics),
  • la lutte contre le terrorisme et son financement, en appui de la DGSE, de la DGSI et de TRACFIN,

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Parce que l’OCRTIS estime que « La lutte contre le trafic de stupéfiants mobilise de nombreux acteurs qui peuvent poursuivre des stratégies divergentes, voire concurrentes […] et que La coordination est lacunaire au niveau territorial et perfectible au niveau central […]« , faisant allusion aux stratégies de la Gendarmerie et de la Douane, qui joueraient leur partition en solo, l’OCRTIS suggère que son rôle de coordinateur soit renforcé allant même jusqu’à écrire qu’il est urgent de réinstaurer un contexte de collaboration authentique entre services…

De qui se fout-on?

Voila des décennies que l’OCRTIS se tire la bourre avec douaniers et gendarmes profitant du fait que systématiquement toutes les affaires de stups tombaient pour « traitement » dans son escarcelle. De coups tordus en coups véreux, sans oublier les coups de vice, les coups pendables, les coups fourrés et autres coups de jarnac que l’OCRTIS savaient parfaitement mettre en œuvre pour le plus grand bien du déroulement des carrières de ses successifs dirigeants, imaginer qu’aujourd’hui ce seul service soit aux manettes pour diriger la lutte anti-narcotrafic me semble tout simplement impensable.

La Gendarmerie ne pipe mots…Logique puisqu’elle fait partie de la grande muette!

La Douane semble être aux abonnés absents dans ce combat futur et Rodolphe Gintz, son directeur général, pourtant aficionado de Twitter, ne s’exprime pas. Gérald Darmanin, qui sait profiter des avions douaniers pour ses déplacements, ne donne pas l’impression que ce combat anti-narcotrafic lui incombe.

Verra-t-on demain les avions et les bateaux de la flotte aéronavale douanière mis à disposition de l’OCRTIS quand ils seront enfin opérationnels?

A la mondialisation des trafics doit répondre une approche globale de l’État, indispensable à la maîtrise des quartiers de reconquête républicaine souligne encore l’OCRTIS!

Cette mondialisation n’a rien de nouveau, seule cette prise de conscience semble nouvelle et opportune pour récupérer le contrôle des opérations. Attention danger!

Mieux vaudrait alors créer un service englobant les services dédiés à la lutte anti-narcotrafic composés de douaniers, gendarmes et policiers en une espèce de GIR à compétence nationale et internationale.

Que je sache la DEA (Drug Enforcement Agency) remplit parfaitement ce rôle pour les Etats Unis d’Amérique démontrant aujourd’hui un rôle prépondérant dans la lutte anti-narcotrafic au niveau mondial.

« Il est urgent de réinstaurer un contexte de collaboration authentique entre services » insiste le rapport… Et bien, qu’un seul service nouveau soit créé pour enfin obtenir l’efficacité qui a fait grandement défaut depuis trop longtemps.

Marc Fievet

000000000000000000000000000000000000000