Archives de octobre, 2018

Parfois la police ne raconte pas la vérité.

 

Ce n’est pas un militant anti-flics qui vous le dit, mais un policier de terrain.

  Alain Devigne est gardien de la paix à Grenoble depuis 1986. Depuis vingt ans, il signale « des comportements malhonnêtes, des moralités douteuses et des méthodes illégales », notamment à propos des relations troubles entre flics et indicateurs. En 2016, suite à certaines de ses plaintes, une information judiciaire a été ouverte où il est partie civile. Non soumis au secret de l’instruction, il parle.  Beaucoup. De son histoire et du « travail » (la machination) qu’on a monté contre lui. De la manière dont sa hiérarchie le fait passer pour un « fou ». Il évoque également l’affaire Neyret et les relations entre certains policiers grenoblois et des indicateurs criminels, l’incidence que cette relation a sur quelques événements et procès. Son témoignage laisse apparaître une autre version de quelques-uns des grands faits-divers grenoblois de ces dernières années : le « go fast Bessame », le braquage de la bijouterie Delatour à Saint-Egrève ou le braquage du casino d’Uriage ayant précédé les émeutes de la Villeneuve en 2010.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Une « déposition » passionnante et instructive. Il y a bientôt sept ans éclatait l’affaire Neyret [du nom du « superflic » lyonnais tombé pour ses liens avec les indics], impliquant également les deux chefs de la police judiciaire de Grenoble, le commissaire Christophe Gavat et son ancien adjoint, le commandant Gilles Guillotin. Le procès en appel s’est déroulé en avril. Poursuivis pour « trafic de stupéfiants, détournements de scellés, association de malfaiteurs », Christophe Gavat a été relaxé et Gilles Guillotin a été condamné à huit mois de prison avec sursis lors du verdict du 12 juin dernier. Qu’en pensez-vous ? Il faut préciser que l’enquête de l’IGPN (Inspection générale de la police nationale), diligentée par le parquet de Paris, était centrée sur Neyret, et pas sur le commandant Guillotin et le commissaire Gavat. Pour preuve, les perquisitions de leurs bureaux à l’hôtel de police de Grenoble ont été faites plus d’une semaine après les 96 heures de garde à vue passées dans le cadre de trafics de stupéfiants et association de malfaiteurs. Pourquoi ? C’est du jamais vu en matière de procédure de stupéfiants… Combien de dealers aimeraient avoir le temps de faire le « ménage » en sortant de chez le magistrat instructeur ? Beaucoup… Joli cadeau de l’IGPN en tout cas. Quand l’affaire Neyret a éclaté, je n’ai pas été étonné puisque cela faisait des années que je dénonçais par écrits et paroles les vols de scellés et les protections douteuses. J’avais même été menacé hors service et en service à ce sujet.
Guillotin et Gavat ont été placés en garde à vue puis écartés de leurs responsabilités grenobloises. Depuis, il n’y a plus ce genre de problèmes ? Hélas ! Ce sont les têtes qui sont tombées, mais les petites mains sont restées en place. Et quel est le réflexe des complices non inquiétés ? Protéger la tête et ne pas se remettre en question. La preuve, c’est que juste après l’affaire Neyret, une affaire louche va être montée de toutes pièces par la police judiciaire de Grenoble. Vous avez entendu parler de l’affaire Bessame ? Mohamed Bessame, c’est le célèbre trafiquant grenoblo-lyonnais habitué des go fast qui s’était échappé de la prison d’Aiton en hélicoptère… Exactement. En juin 2012, il est arrêté avec trois autres personnes lors d’un go fast en remontant sur Grenoble. Six cent kilos de résine de cannabis sont saisis, ce qui occasionne un procès rocambolesque. Car Bessame au fond de sa cellule, épluche le dossier et se rend compte qu’il a été piégé par un très bon ami à lui, qui se révèle être un indicateur de police, un certain X que je connais bien. Cet indic était venu le relancer dans le trafic de stups en octobre 2011, juste après l’affaire Neyret, pour monter le go fast. Mais au procès, il avait disparu de toute la procédure et ne s’y est évidemment pas présenté. Là-dessus, vous pouvez consulter les articles de presse relatant ce procès, mon témoignage et de nombreuses anecdotes (voir encart ci-contre). Bon ok, les flics ont utilisé un indic pour faire tomber un gros trafiquant. Mais les flics ne sont-ils pas obligés d’utiliser ce genre de procédés pour faire tomber des « gros », comme se sont défendus Neyret ou Guillotin ? Dans le dossier Bessame, ce qui est en cause, ce n’est pas juste le fait d’utiliser un indic, mais que cet indicateur soit un criminel et ait été à l’origine du go fast. Le fait que ce soit X qui soit venu relancer Bessame dans le trafic de stups et lui proposer ce go fast, est effectivement déloyal et problématique : l’indic ne doit pas impulser une action illégale, sinon ça fausse toute la procédure. Et en l’occurrence, cette procédure est truffée d’incohérences et de faux. Lors du procès en appel de ce go fast, le célèbre avocat Eric Dupont-Moretti, défendant Bessame, parlera de « mascarade judiciaire » et affirmera à propos de la présence de l’indic X dans la procédure : « tout est pourri dans ce dossier » ; « j’ai rarement vu autant de choses qui n’allaient pas. » Les avocats relèveront des vols de scellés et 188 procès-verbaux avec des signatures d’officiers de police judiciaire formellement imitées. L’enquête a été viciée et bâclée: comme pour l’affaire Tarnac, quand il y a une volonté malhonnête forte derrière une procédure, celle-ci devient complètement foireuse. Et d’ailleurs cela ne concerne pas uniquement Bessame et ses complices, mais moi aussi puisqu’on a essayé de me piéger [NDR : voir plus loin]. Pour que vous vous rendiez compte des dangers inhérents à l’utilisation des indics, je vais d’abord vous parler de deux affaires grenobloises, où le même indic X est impliqué. Vous souvenez-vous du braquage de la bijouterie Delatour à Saint-Egrève ? Ah ça, non, ça ne nous dit rien… On a beau lire Le Daubé tous les jours, on ne se souvient pas de tout… Ça remonte à mai 2010. Trois criminels prennent en otage, à son domicile, le directeur de la bijouterie Delatour, sa femme, et deux ados, à Saint-Hilaire du Rosier. Après les avoir amenés de force à Saint-Egrève, ils contraignent le directeur à ouvrir la bijouterie et le coffre. Mais un système discret d’alarme prévient la gendarmerie, qui intervient rapidement. Les trois hommes regagnent donc précipitamment leur voiture en abandonnant leur butin, mais en gardant les otages dans la voiture. Dès le début de la fuite, le conducteur heurte un trottoir et crève un pneu. Une course-poursuite s’engage avec la Bac. Un des truands tire sur les policiers qui restent à distance et qui ne peuvent pas riposter parce qu’il y a des otages dans la voiture ralentie par le pneu crevé. La fuite s’arrête sur les berges du Drac à Fontaine. Les criminels disparaissent dans la nature, sans avoir eu le temps d’incendier le véhicule pour effacer les traces. Les otages traumatisés sont indemnes. Les gendarmes de Saint-Marcellin qui mènent l’enquête peuvent donc récolter les ADN présents dans la voiture.
Ils sont donc arrêtés et poursuivis ? Arrêtés non, mais identifiés. L’enquête minutieuse démarre. Mais peu après, il y a un autre fait-divers, dont vous devez vous souvenir : c’est le braquage du casino d’Uriage, ayant entraîné les émeutes de la Villeneuve et le discours de Sarkozy.

En fait, parmi les trois braqueurs de la bijouterie Delatour, il y a l’indic X. Sur ce coup-là, il n’avait pas prévenu la PJ qu’il montait au « braquo ». Classique ! Parfois les indics aident la police, et d’autres fois, ils sont à leur compte. Là, X pensait qu’ils allaient cramer la voiture, effacer toutes les traces. Mais ça ne se passe pas comme prévu, il sait qu’il va être « accroché » par les gendarmes. Les indics jouent sur deux tableaux. Quand ça se passe bien, ils ne disent rien. Mais quand ils sont mis en cause dans la procédure, ils vont voir les flics en disant « je vous balance une affaire et vous me sortez d’une autre ». Alors pour se « rattraper » et pour avoir l’immunité adéquate, X balance quelques semaines plus tard un projet de braquage : celui du casino d’Uriage.

Karim Boudouda était aussi dans l’affaire Delatour et c’est lui qui tirait sur les policiers pendant que X conduisait. Ils sont de grands amis. Boudouda, ignorant le statut de son complice, lui propose de braquer le casino d’Uriage en lui servant encore une fois de chauffeur. X décline. Il vient enfin d’obtenir son immunité en « balançant » le projet et l’équipe. (suite…)
Publicités

On en sait un peu plus sur les circonstances de la saisie de drogue en début de mois : un Italien avait été arrêté par les douanes jeudi 11 octobre sur l’autoroute A 71, avec 22 kilos de MDMA, une drogue psychoactive utilisée principalement comme drogue récréative.

« Le conducteur, de nationalité italienne mais qui habite en Espagne, a été contrôlé par les douaniers de Bourges qui ont trouvé dans la voiture _deux blocs plastifiés dans une cache aménagée_, située sous le siège passager », indiquent les douanes dans un communiqué.
De l’héroïne… puis de la MDMA

« Le produit a tout de suite réagi aux tests de détection d’héroïne. Les douaniers ont décidé ensuite de démonter l’habitacle de la voiture et ont mis la main sur plus de 22 kg d’une substance blanche, cachés sous le plancher du véhicule et qui étaient accessibles par deux trappes aménagées. »

« Les analyses ont ensuite été effectuées par les laboratoires de Strasbourg. Il s’agissait de MDMA de la classe des amphétamines. Le chauffeur, « connu des services de police italiens », a été remis aux gendarmes de Bourges ».

source

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/saisie-de-drogue-sur-l-a71-les-douanes-revelent-les-dessous-de-l-enquete-1541005163

00000000

La cocaïne est fréquemment coupée avec un vermifuge utilisé en médecine vétérinaire, le lévamisole. Une étude zurichoise montre que ce produit neurotoxique aggrave les effets de la drogue sur le cerveau.

Comme certains antidouleurs ou la caféine, le lévamisole est utilisé par les trafiquants de drogue comme additif dans la cocaïne, dont il augmenterait ou prolongerait les effets. Cet antiparasitaire était déjà connu pour provoquer des troubles de la formule sanguine, voire des nécroses.

LIRE

http://m.rtl.be/info/1073387

00000000

CANNABIS: des effets néfastes sur la mémoire

Publié: 31 octobre 2018 par internationalinformant dans INFOS

Le cannabis affecte la mémoire et la capacité d’apprentissage des adolescents et des jeunes adultes, mais les effets seraient rapidement effacés dès l’interruption d’une consommation régulière, laisse croire une nouvelle étude.

LIRE

https://www.lapresse.ca/actualites/sante/201810/31/01-5202364-cannabis-des-effets-nefastes-sur-la-memoire.php

000000

Ce sont les douaniers qui ont interpellé un homme de 40 ans, vendredi 26 octobre 2018, dans une commune du pays de Retz.

Il est suspecté de trafic de drogue.

Ont été trouvés chez lui 130 grammes de cocaïne, 4,5 kg de résine de cannabis, plus de 8 000 € en argent liquide ainsi qu’une arme.

Il a été remis aux Gendarmes!

PLUS

https://actu.fr/pays-de-la-loire/nantes_44109/cannabis-cocaine-8000-e-liquide-saisis-suspect-place-detention-provisoire-nantes_19315641.html

0000000

Il n’y a pas que les hélicoptères, aperçus au Brésil comme on l’a vu dans l’épisode précédent.

Il y a un point névralgique, depuis des années, à ce trafic international. Il se passe quelque chose sur l’aéroport d’Asuncion, au Paraguay, c’est évident, désormais. Et cela fait des années que ça dure. C’est pourquoi il contient d’y revenir aujourd’hui, et d’analyser à nouveau plus précisément ce qu’on avait sais en 2014 sur place, qui a été l’objet en réalité d’une belle manipulation comme on va le voir. A l’époque on avait fortement approché un des cerveaux du système… pour passer à côté. Nous le retrouverons très bientôt rassurez-vous…

Des saisies ostentatoires

Les saisies de 2014, sorte de première réaction forte de la Senad contre le trafic aérien (et celles qui ont suivi) doivent être davantage étudiées; pour une meilleure compréhension du sujet et les implications qu’elles vont provoquer.

LIRE

000000

CANNABIS: mise en garde aux ressortissants de trois pays d’Asie

Publié: 30 octobre 2018 par internationalinformant dans INFOS

PÉKIN, Chine — Au moins trois pays d’Asie mettent leurs ressortissants en garde contre les périls de la légalisation du cannabis au Canada.

Les Japonais et les Sud-Coréens ont même été prévenus qu’ils risquent d’être arrêtés en rentrant chez eux, mais la Chine ne va pas aussi loin.

Le consulat chinois à Toronto a publié un communiqué dans lequel il demande aux Chinois sous sa juridiction «d’éviter tout contact et toute utilisation de la marijuana afin de protéger votre santé mentale et physique».

LIRE plus

http://journalmetro.com/actualites/national/1893864/mari-trois-pays-dasie-previennent-leurs-citoyens/

0000000

NARCOTICS: 12 pays africains sous surveillance du Narcotics control Bureau

Publié: 30 octobre 2018 par internationalinformant dans INFOS

Selon le Département d’Etat des USA, 12 pays africains sont placés sous surveillance particulière du Narcotics Control Bureau: l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Bénin, le Cap Vert, l’Egypte, le Ghana, la Guinée-Bissau, le Liberia, le Maroc, le Nigeria, le Sénégal et la Tanzanie.

LIRE PLUS

https://senegalinfos.com/securite-12-pays-africains-sous-surveillance-du-narcotics-bureau-des-etats-unis/

En otro operativo, la Policía Antinarcóticos capturó a cinco personas que, al parecer, pretendían traficar cocaína hacia España, México, Ámsterdam y Berlín, bajo la modalidad de ingeridos y maletas con doble fondo. Fueron detenidos en el aeropuerto internacional El Dorado.

fuente

https://www.elespectador.com/noticias/judicial/encuentran-309-kilos-de-cocaina-en-avioneta-que-partio-desde-venezuela-articulo-820984

000000000

VENEZUELA: encuentran 309 kilos de cocaína en avioneta que partió desde Venezuela

Publié: 30 octobre 2018 par internationalinformant dans INFOS

Una avioneta que transportaba 309 kilos de clorhidrato cocaína, y que minutos antes habría partido desde Venezuela, fue incautada por la Policía Antinarcóticos y la Fuerza Aérea en el municipio de Manaure, departamento de La Guajira.

La avioneta aterrizó de emergencia luego de que el sistema de defensa nacional detecta una aeronave sospechosa saliendo de Venezuela por la ruta Caribe hacia Centroamérica.

fuente

https://www.elespectador.com/noticias/judicial/encuentran-309-kilos-de-cocaina-en-avioneta-que-partio-desde-venezuela-articulo-820984

00000000

Andrezj, un Letton de 20 ans, a été arrêté par les douaniers dimanche au Terminal 2 de l’aéroport Nice-Côte d’Azur. Il transportait dix couettes dans ses bagages.

A l’intérieur, 13,7 kilos de cocaïne.

LIRE la suite

https://www.varmatin.com/faits-divers/un-touriste-de-20-ans-arrete-avec-14-kilos-de-cocaine-dans-son-bagage-273325

0000000

MAURICE: 125 kilos d’héroïne saisis sur un hors-bord

Publié: 30 octobre 2018 par internationalinformant dans INFOS
La National Coast Guard mauricienne a, ce matin, saisi une importante quantité de drogue. 125 kilos ont été interceptés dans un hors-bord.  Les officiers de l’Anti Drug And Smuggling Unit (ADSU) ont également arrêtés trois skippeurs.

source

La seconde plus gosse saisie de drogue dans l’île Soeur, indique ZinfosMoris. En Mars 2017, 157 kg d’héroïne avaient été découverts au port.

000000000000000000000

Bien que son appartenance à des mouvances criminelles soit établie! Bien qu’il a été mêlé à de nombreuses affaires politico-financières et condamné  par deux fois: en 2008, à 18 mois d’emprisonnement pour financement de campagne électorale et en 2010, à un an de prison avec sursis, pour abus de biens sociaux et recel.

00000000000000

ITALIA (Naples): Italian Mafia stick £4,400 bounty on drugs sniffer dog named Pocho

Publié: 30 octobre 2018 par internationalinformant dans INFOS

The nine-year-old Jack Russell terrier, Pocho, has uncovered more than two tonnes of illegal substances for the Naples police.

read more

https://www.dailymail.co.uk/news/article-6331649/Italian-Mafia-stick-4-400-bounty-drugs-sniffer-dog-named-Pocho.html

000000

La Colombie est le premier producteur de cocaïne au monde, et environ 90 % de la production est exportée aux États-Unis. Un acheminement évidemment complexe, et extrêmement risqué. Dans cet épisode de VICE INTL,  VICE Colombie est parti en virée le long d’El Naya, la route traditionnellement empruntée par les narcotrafiquants.

0000000000000000000

Les enquêtes menées autour de la tonne de drogue découverte dans la base aérienne de Manta apportent plus d’informations. Les agents qui connaissaient ce cas ont détecté que la collecte d’alcaloïdes de la Fight Wing N ° 23 (partie de la base) était prévue à partir du début septembre.

Après avoir compilé les données, le 12 de ce mois, deux militaires actifs des FAE ont été capturés.

Un mois et demi après l’opération, on a déjà identifié deux autres soldats et un responsable de la Direction de l’aviation civile (DAC), qui auraient permis le passage et la collecte de 990 blocs de drogue camouflés dans des sacs de jute et recouverts de sable.

Lire plus

Ce contenu a été publié à l’origine par Diario EL COMERCIO

000000000000000000000000

Le SVA (Aduana) et la Policia ont démantelé l’installation dans la province de Malaga de ce qui aurait été le plus grand laboratoire de drogues synthétiques en Espagne, dans le cadre d’une opération qui a abouti à seize détenus, sept en Espagne et un autre au Royaume-Uni. deux en France.

Ils ont découvert une sécheuse, quatre synthèses chimiques et 14 500 litres de produits chimiques avec lesquels ils auraient pu fabriquer plus de mille kilos d’amphétamine et de MDMA (ecstasy) d’une valeur de plus de cinq millions d’euros sur le marché illicite. , informe la Direction générale de la police et de l’administration fiscale.

Seize personnes ont été arrêtées au cours des phases successives de l’opération et 199 kilos de marijuana ont été saisis en Espagne, 90 en France et 145 au Royaume-Uni, où 261 autres de haschich ont également été saisis.

source

0000000000000000000000000000

A droga tinha como destino o porto da cidade da Antuérpia, na Bélgica, informou a PF.

A Polícia Federal e a Receita Federal apreenderam nesta segunda-feira (29) 449 quilos de cocaína que estavam numa carga de cascas de amendoim no Porto de Navegantes, no Litoral Norte catarinense.

Ninguém foi preso.

Droga foi achada escondida em sacas com casca de amendoim.

De acordo com a Receita Federal, a verificação dos contêineres suspeitos começou pela manhã e seguiu durante a tarde. A carga foi encontrada em sacos plásticos com a ajuda de cães farejadores e scanner.

mais

https://g1.globo.com/sc/santa-catarina/noticia/2018/10/29/carga-de-cocaina-e-apreendida-em-meio-a-sacas-com-casca-de-amendoim-no-porto-de-navegantes.ghtml

000000

El fiscal de la federación de la Procuraduría General de la República (PGR) obtuvo sentencia condenatoria de 10 años de prisión en contra de una mujer y un hombre por el delito de contra la salud, en la modalidad de introducción al país del estupefaciente denominado clorhidrato de cocaína.

La Subprocuraduría Especializada en Investigación de Delincuencia Organizada (SEIDO) informó que Oswaldo “H” y Verónica Adriana “F” fueron detenidos en 2015, cuando arribaron al Aeropuerto Internacional de la Ciudad de México (AICM), procedentes de Lima, Perú, junto con 24 piezas artesanales que contenían polvo blanco con las características propias de la cocaína, con un peso de 18.7 kilogramos.

fuente

https://laverdadnoticias.com/crimen/Cae-pareja-en-el-aeropuerto-con-18.7-kg

0000000

COLOMBIA (Pacífico nariñense): la Armada incauta 3 082 kilos de cocaína

Publié: 29 octobre 2018 par internationalinformant dans INFOS

Las operaciones contra el narcotráfico han permitido que en el Pacífico nariñense se hayan incautado tres mil 82 kilos de clorhidrato de cocaína, debilitado significativamente la estructura logística de esta organización narcotraficante con la captura de 10 personas”, señaló la Armada Nacional.

leer mas

https://m.excelsior.com.mx/global/colombia-incauta-cocaina-con-valor-de-111-millones-de-dolares/1274783

0000000

COLUMBUS, GA

L’Unité des opérations spéciales du service de police de Columbus a saisi plus d’un kilo de méthamphétamine.

Une somme d’argent non divulguée a également été saisie lors de l’opération…

source

00000000000000000000000000000000

Les hélicoptères toujours présents

Avec l’arrestation de Felipe Ramos Morais (cf  le « Coke en stock (CCVIII) : la découverte et la chute des fournisseurs d’avions (43) » on pensait l’usage de l’hélicoptère mis un peu en retrait pour le transport de cocaïne, au Brésil. Détrompez-vous : le 12 juin, le terrain de football de Vila Rubim, à Cambará voit surgir un Robinson R-44 « Astro »  immatriculé PT-YFK.

Un des 45 portant le matricule PT-Y..; un appareil inscrit au Brésil le 27 juillet 2006 et portant le numéro de fabrication 502. (ici le même type annoncé à la vente à 600 000 reals soit 134 000 euros et là le F-GJCZ français portant la même déco) L’hélicoptère, en difficultés, car certainement à bout de carburant, vient de se poser à l’arraché sur le stade municipal baptisé João Pereira Lima. Les deux pilotes en descendent et partent aussitôt en quête d’essence (en passant au dessus du mur du terrain, alors fermé; ce qui a l’art d’inquiéter la population locale, bien entendu).

Les hélicos, outils fondamentaux du PCC ?

Morais jouait c’est sûr un rôle imminent au sein des trafiquants; comme j’ai pu vous l’expliquer. Les hélicoptères étaient en fait devenu vitaux pour l’organisation de trafiquants. Un article fondamental paru chez osantarritense.com le 28 février 2014 nous avait éclairé à ce sujet

La collecte des billets des cartels

Le transport des fonds ramassés par le PCC est devenu une organisation en effet. Ces transferts d’argent « lavés » sont devenus ordinaires dans les années 2000, au vu des importantes sommes amassées. Les cartels mexicains semblent avoir initié le procédé repris par les brésiliens.

Un Cessna comme tiroir-caisse électoral ? 

Des avions servant à transporter de l’argent non déclaré, on en trouve aussi au Brésil. L’un d’entre eux va nous intéresser, même s’il n’a été surpris qu’avec une petite somme à son bord.

Les écoles de pilotage sponsorisées par le PCC ?

Un autre article confirme l’intérêt du PCC pour les voilures tournantes selon le journaliste spécialisé du Marcelo Godoy de Agencia Estado dans le Jornal do Tocantins du 28 février 2014 : « Des estimations de la police civile et militaire et le procureur (MPF) chiffrent que les criminels du premier commandement de la capitale (PCC) ont consacré 500 mille reals dans des cours de pilotage d’hélicoptère et de location d’avions pour planifier le sauvetage de Marco Willians Herbas Camacho, Marcola et trois autres dirigeants de la faction criminelle. Au total, 300 000 reals ont été investis dans des  heures de vol dans des cours de pilotage d’hélicoptères. La faction voulait former trois membres car, outre le sauvetage, l’appareil pouvait également être utilisé pour transporter des armes, de la drogue et de l’argent. Les chercheurs ont constaté que les membres de la faction ont fait quatre vols d’hélicoptères à Sao Paulo et Parana et un seul avec un avion Cessna 510, qui est venu du Paraguay et a atterri à l’aéroport Loanda, Parana. Il devait être là lorsque Marcola et les prisonniers Claudio Barbará da Silva, Celio Marcelo da Silva alias « Ben Laden »), et Luiz Eduardo Machado Marcondes de Barros, seraient amenés après avoir quitté la prison. Le plan était que les quatre d’entre eux monteraient dans l’avion et se rendraient ensuite au Paraguay, où ils étaient attendus par Gilberto dos Santos, alias Fuminho. Près de Loanda, dans la ville de Puerto Rico (PR), les criminels ont loué une maison qui servait de quartier général pour la planification des opérations de sauvetage. L’information provient du journal O Estado de S. Paulo. »

Fuminho, le nettoyeur insaisissable 

Les hélicoptères ont aussi joué un rôle évident lors de l’élimination à Aquiraz des rivaux de Dos Santos Gilberto Aparecido, alias Fuminho, comme on a pu le voir avec l’élimination par guet-apens de Rogério Jeremias de Simone, alias Gegê do Mangue, et Fabiano Alves de Souza, alias Paca. Paca représentait la branche paraguayenne, cellle chargée des revenus de la marijuana principalement, et il était l’un des leaders du PCC; bien connu dans la région d’Amambay.

Fuminho et la Ndrangheta

Le danger principal que représente aujourd’hui le PCC, c’est en effet son organisation méthodique et surtout le fait de s’être charge de l’ouverture du marché européen initié par les colombiens, en liaison en Italie avec la mafia calabraise.

L’hélicoptère qui change de camp

Certains hélicoptères ont une histoire particulière. En juin 2014, dans la zone rurale de Mamborê, on a découvert abandonné dans le champ d’une fazenda un hélicoptère Robinson 44 Raven II, à Campo Mourão (dans le PR), près de Parque do Lago le samedi 07 juin exactement.

LIRE plus

000000000000000000000000000000000000000000000