Archives de 17 octobre 2018

Foto:Policía Judicial Dijín

A través del intercambio de información entre las autoridades de Colombia y El Salvador se logró ubicar un semisumergible con dos toneladas de cocaína en aguas del país Centroaméricano.

La droga procedía de Colombia, y en la embarcación se dio captura a tres hombres, de nacionalidad colombiana, que podrían ser solicitados en extradición.

El director de la Policía Judicial de Colombia, general Jorge Luis Vargas, dijo que la operación contó con el apoyo de la agencia antidrogas de Estados Unidos, DEA y la Fiscalía de Colombia.

Leer mas

https://m.eltiempo.com/justicia/conflicto-y-narcotrafico/incautadas-dos-toneladas-de-cocaina-en-el-salvador-procedente-de-colombia-282280

00000000

Le principal opposant du président béninois Patrice Talon, l’homme d’affaires Sébastien Ajavon, ne se rendra pas à son procès jeudi, ont annoncé mercredi ses avocats. Ils dénoncent de « graves irrégularités » dans la procédure.

Sébastien Ajavon a préféré la manière forte.

Alors qu’il séjourne depuis plusieurs semaines en France, l’opposant politique et hommes d’affaires béninois ne se rendra pas à son procès jeudi à Cotonou, dans lequel il est mis en cause pour trafic de cocaïne, a annoncé mercredi 17 octobre dans un communiqué l’un de ses avocats français, Éric Dupont-Moretti.

LIRE PLUS

https://m.france24.com/fr/20181017-benin-opposant-politique-sebastien-ajavon-proces-dupont-moretti

0000000

Alors que le Canada vient de légaliser l’usage récréatif du cannabis, un addictologue et un économiste jugent sur Europe 1 que la France aurait de bonnes raisons de s’en inspirer.

Le Canada est devenu mercredi le premier pays du G20 à légaliser le cannabis récréatif. Cette décision historique trouve forcément un écho en France, où l’usage du cannabis, sous n’importe quelle forme et pour n’importe quel motif, est sévèrement puni. Or, pour le docteur William Lowenstein, addictologue et président de SOS Addictions, « la prohibition est une mauvaise politique », car elle n’a jamais prouvé son efficacité sur la baisse du nombre de consommateurs.

« Trop de personnes en prison » à cause du cannabis. « 

La France a l’une des législations les plus strictes. Il y a 2.000 à 3.000 personnes qui, à force de récidives de consommation, sont en prison. C’est beaucoup trop », rappelle l’addictologue au micro de Matthieu Belliard, mercredi soir sur Europe 1. « Dans notre pays, on a voulu mettre en place une ‘contraventionnalisation’ (remplacement du délit par un simple PV, ndlr), pour alléger les forces de justice et de police. C’est tellement ridicule de monter des populations les unes contre les autres, pour réguler quelque chose qui ne fait qu’enrichir ‘mafia sans frontière’ depuis 30 ans. Ça n’a été bon ni pour l’individu, ni pour notre société », juge-t-il.

« Assécher le marché mafieux ».

Dès lors, selon le docteur Lowenstein, « l’idée d’assécher le marché mafieux est tout à fait légitime. Est-ce qu’il vaut mieux donner 4 à 5 milliards à des mafieux ou à un État qui régule et s’assure de la bonne qualité des produits ? », interroge-t-il. Là est bien l’un des enjeux d’une légalisation du cannabis médical et récréatif.

Selon Christian Ben Lakhdar, économiste et spécialiste des drogues, la France est même potentiellement en train de s’asseoir sur une manne financière. « En France, on estime les recettes entre 1 et 2 milliards pour l’État en fonction du prix qui serait fixé sur le cannabis légal. Et en fonction du niveau de taxation, les recettes fiscales pourraient être énormes », note le professeur d’économie à l’université Lille 2. Et d’ajouter : « Si on légalisait le cannabis en France, on économiserait surtout de la ressource publique, qui est actuellement dédiée à la répression, principalement. Pour l’efficacité que l’on a, on peut considérer que c’est du pur gaspillage. »

Légaliser, et accentuer la prévention.

Toutefois, selon le docteur William Lowenstein, « il ne suffira pas de légaliser le cannabis pour que les choses s’arrangent. Il faut prendre le problème médicalement et socialement ». La prévention, a fortiori chez les mineurs, et l’accompagnement des consommateurs accros doivent rester des priorités. « Notre difficulté en santé publique, c’est qu’on ne choisit pas entre le noir et le blanc. On doit choisir entre le gris et le moins gris. (…) Évidemment qu’il y a un idéal : ne fumez pas de cannabis. Mais si vous fumez, commencez à le faire le plus tard possible », concède l’addictologue. Ainsi, « comment retarder les premiers usages de cannabis ? », questionne le président de SOS Addictions. « Le cannabis n’est pas une drogue qui tue, c’est une drogue qui va handicaper le développement cérébral si elle est prise à 13, 14, 15 ans, en abus. On voit des ados qui fument huit à dix joints par jour, donc comment on fait ? », explique docteur Lowenstein, qui martèle : « La prohibition ne les a pas protégés. »

Source

http://www.europe1.fr/societe/cannabis-la-prohibition-est-une-mauvaise-politique-selon-le-president-de-sos-addictions-3781289

00000000

Tous sont soupçonnés d’avoir participé, à des degrés divers, à un trafic de stupéfiants implanté dans le quartier Sainte-Geneviève.

Un procès d’ampleur s’est ouvert ce mardi 16 octobre au palais de justice d’Auxerre.

Sur les 19 prévenus, 12 sont incarcérés

Dix-neuf personnes, âgées de 19 à 30 ans, sont convoquées devant le tribunal correctionnel d’Auxerre pour s’expliquer sur un trafic de stupéfiants, s’étalant de janvier 2016 à mars 2018, à Auxerre. Portant majoritairement sur de la cocaïne et de l’héroïne, et un peu de cannabis. Douze prévenus sont actuellement incarcérés. Les sept autres, comparaîtront libres, mais sont placés sous contrôle judiciaire.

LIRE PLUS

https://www.lyonne.fr/auxerre/justice/2018/10/16/ouverture-d-un-proces-pour-trafic-de-drogue-a-auxerre-dix-neuf-prevenus-a-la-barre-ce-mardi_13017826.html

000000

15 ans de prison contre Jean-Louis et Mike Binvignat: c’est la peine prononcée, lundi 15 octobre, par le tribunal correctionnel de Bastia contre les deux principaux accusés du vaste trafic de stupéfiants démantelé entre la Corse , l’Espagne et les Pays-Bas en 2017.

Les deux frères devront également s’acquitter respectivement d’amendes de 80 mille et 70 mille euros.

Parmi ceux qui comparaissaient détenus, certains ont écopé de 8 ans, 6 ans et 5 ans de prison pour avoir pris part activement à ce vaste réseau.

Pour les autres prévenus, poursuivis à des degrés divers, le tribunal a prononcé des peines allant de 3 ans fermes à 6 mois avec sursis

Au total, ce sont 31 prévenus qui étaient poursuivis à des degrés divers. 31 personnes dans le box des accusés, incontestablement une première en Corse.

C’est un réseau bien ficelé qui a ainsi été démantelé, avec les importateurs d’un côté, les revendeurs de l’autre. De la cocaïne, de la résine de cannabis, pour un marché bien établi et juteux.

En attestent les sommes saisies chez certains prévenus, 40 mille euros par-ci, 45 mille euros par-là, sans compter les montres de luxe, les téléviseurs et les véhicules.

La drogue hante les prétoires

LIRE PLUS

0000000

Plus de 55 tonnes de drogues diverses ont été saisies et 1.300 personnes arrêtées en une seule opération baptisée « Lionfish », menée dans 93 pays et coordonnée par Interpol, a annoncé mercredi cette organisation internationale.

Lors de cette opération menée du 17 septembre au 8 octobre, plus de 35 tonnes de cocaïne, cinq tonnes d’héroïne, 15 tonnes de cannabis, 430.000 cachets de captagon et 18 millions de cachets de « Yaba », une drogue de synthèse à base d’amphétamines surnommée la « drogue qui rend fou », ont été saisis.

Les autorités néerlandaises ont démantelé un laboratoire clandestin dissimulé dans une maison, avec une capacité de production de 700.000 pilules d’ecstasy ou de MDMA, la drogue du viol, précise Interpol dans un communiqué.

LIRE PLUS

https://www.boursier.com/actualites/reuters/1-300-arrestations-dans-une-operation-anti-drogue-mondiale-225859.html

0000000

Spain’s most wanted drug lord on Wednesday turned himself in to police in Andalusia, days after making a daring appearance in a music video for a Cuban reggaeton singer.

Francisco Tejón, the 39-year-old leader of the Los Castañas drug gang, delivered himself to officers in the town of La Linea de Concepción early on Wednesday morning after almost two years on the run.

Also known as “Isco”, the kingpin and his brother Antonio are alleged to have amassed a 30 million euro fortune smuggling cannabis from Morocco across the Bay of Gibraltar to southern Spain, one of the key trafficking gateways into Europe.

read more

https://www.telegraph.co.uk/news/2018/10/17/spains-wanted-drug-lord-turns-week-appearing-hedonistic-music/

0000000

Una operación conjunta entre Agencia Tributuaria, Guardia Civil y Policía Nacional y denominada ‘Euyun’ ha culminado con la desarticulación de una organización de presuntos narcotraficantes afincados en la desembocadura del río Guadalquivir y que utilizaban embarcaciones recreativas para la introducción de droga desde Marruecos.

Según fuentes policiales, entre los detenidos se encuentra Francisco Tejón, uno de los líderes del clan de ‘Los Castañas’, que hace unas semanas volvió a ser noticia tras aparecer en un vídeo musical. El detenido, que se ha entregado finalmente, se encuentra en la Comisaría de La Línea de la Concepción (Cádiz) a la espera de pasar a disposición judicial acusado de varios presuntos delitos, entre ellos uno contra la salud y otro de blanqueo de capitales.

En la operación han sido detenidas 14 personas, entre ellas el presunto líder de esta organización y que es una persona conocida en el mundo del narcotráfico en Sanlúcar y trataba de recuperar parte de su potencia delictiva, mediante la introducción de droga de una forma más modesta y discreta, según han explicado en un comunicado conjunto.

Además de la emisión de una orden de detención internacional, se ha intervenido 1.241 kilos de hachís, cinco armas de fuego, cinco embarcaciones, cinco turismos y tres motocicletas.

Leer mas y video

https://www.20minutos.es/noticia/3466857/0/euyun-operacion-desarticulado-narcotraficantes-hachis-cadiz/

0000000

Une importante opération de police, mardi soir au Havre, a permis une saisie de plus de 200 kilos de cocaïne. Le Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Rouen, a procédé à plusieurs interpellations.
Des affrontements avec la police

En marge d’une perquisition, des heurts ont éclaté dans le quartier de la Mare-Rouge. Selon une source policière, pendant près d’une heure, la police a fait face à des jets de projectiles. Ils ont répondu par des tirs de flashball et de grenades lacrymogènes.

LIRE PLUS

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/au-havre-une-saisie-de-200-kilos-de-cocaine-et-des-affrontements-avec-la-police-1539773547

000000000

Les Etats-Unis ont offert mardi une récompense de dix millions de dollars pour toute information pouvant conduire à l’arrestation du chef du cartel « Jalisco Nouvelle génération », l’un des plus puissants et dangereux groupe de narcotrafiquants du Mexique.

Le gouvernement américain a également annoncé dans un communiqué l’ouverture d’une ligne téléphonique, d’une adresse email et d’un compte Twitter pour récolter les informations sur Nemesio Oseguera Cervantes, alias « El Mencho », 52 ans, actuellement en cavale.

Nemesio Oseguera Cervantes, alias « El Mencho »

Source et plus

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/10/16/97001-20181016FILWWW00412-washington

0000000

NARCOTRAFIC (Turquie): le trafic de drogues du PKK/KCK

Publié: 17 octobre 2018 par Marc Fievet dans INFOS

Nous constatons qu’hier comme aujourd’hui, le PKK/KCK, la principale organisation terroriste agissant contre la Turquie, assure un financement important du narcotrafic et figure dans toutes les étapes du trafic en produisant des stupéfiants.

L’organisation terroriste PKK/KCK a réussi à dissimuler ses activités liées à la production et au trafic de drogues de l’opinion publique turque et mondiale. De plus, les aveux importants des soi-disant dirigeants de l’organisation après leur arrestation ainsi que les opérations anti-drogue liées au terrorisme menées ces dernières années en Turquie et dans d’autres pays, ont permis de dévoiler au public turc et international que l’organisation terroriste PKK/KCK est mêlée aux crimes narcotiques.

Les dirigeants de l’organisation essaient de dissimuler leurs activités liées à la production et au trafic de drogues, aux cadres militants de l’organisation et à la société. En effet, ils savent que le narcotrafic est en réalité un crime contre l’humanité, que ce fait porterait un coup dur aux activités de propagande de l’organisation et affecterait les nouvelles recrues.

La décision de l’organisation terroriste prise lors de la Deuxième conférence nationale tenue en 1990 consistant à « collecter (soi-disant) des impôts aux frontières et collecter (soi-disant) des trafiquants selon la capacité et la valeur des biens qu’ils transportent », exprime implicitement que l’organisation terroriste est active dans le secteur de la drogue depuis le début de sa création.

A.Ocalan avait exprimé durant son interrogatoire datant de 1999 sur les liens de l’organisation terroriste avec la drogue ; qu’il « n’étaient pas directement impliqués dans le trafic de drogue mais avait demandé d’extorquer des fonds de ceux qui s’en occupaient, que les dirigeants de l’organisation envoyés dans les régions de Zagros et de Maku, y compris son frère Osman Ocalan, procédaient au trafic de drogues et que ces événements s’étaient déroulés indépendamment de sa volonté ».

Considérant la production et le trafic de stupéfiants comme une manière facile et rentable de réaliser des actes terroristes et d’obtenir un revenu, l’organisation terroriste PKK/KCK procède au trafic de stupéfiants d’une manière professionnelle dans tous les domaines. Au début, l’organisation obtenait une commission des organisations du trafic de drogue pour fermer les yeux sur leurs activités et assurer leur sécurité. Après avoir pris conscience de l’ampleur du gain apporté par le trafic de drogues, l’organisation a choisi de s’introduire dans ce trafic.

Les constats obtenus à l’issue d’opérations de nos unités de lutte contre le narcotrafic, sont de nature à appuyer ces analyses et exposent le rôle du PKK/KCK dans toutes les étapes du trafic de matières stupéfiantes et n’obtient pas seulement des revenus par des trafiquants de drogue. Toujours grâce aux opérations des brigades antiterroristes contre l’organisation terroriste PKK/KCK, d’importantes quantités de drogue ont été saisies. D’ailleurs entre les années 1980 et 2017, 414 opérations narcoterroristes ont été menées contre l’organisation terroriste PKK/KCK, permettant d’arrêter 1.325 suspects, des dizaines de milliers de kg de matières stupéfiantes comme de la marijuana ou de l’héroïne et environ 88 millions de plantes de cannabis. Cette situation montre combien l’organisation terroriste est impliquée dans le trafic de drogue.

Les opérations ont permis de constater que l’organisation terroriste PKK/KCK;

Coordonne directement la culture, la production, le transport et le commerce de stupéfiants,
Récolte une commission ou un tribut qu’elle appelle ‘impôt’ de tous les individus et toutes les organisations qui produisent des stupéfiants ou qui transportent des matières stupéfiantes dans notre pays ou bien qui essaient d’entrer illégalement,
Demeure efficace dans la distribution et les ventes de stupéfiants dans les rue d’Europe,
Confisque les matières stupéfiantes appartenant à des individus ou organisations faisant le commerce de drogue sans informer le PKK/KCK,
Assure un espace et une protection aux organisations produisant des stupéfiants,
Joue un rôle actif dans la culture illégale de cannabis dans l’est et le sud-est anatolien,
Mène ses activités de narcotrafic par des cellules spéciales en son sein et n’informe par les autres terroristes à ce sujet.

L’organisation considère la culture illégale de cannabis comme la méthode la plus rentable. L’organisation qui obtient un revenu considérable grâce au trafic de cannabis cultivé en zone rurale surtout dans l’est et le sud-est anatolien, organise directement ce processus, encourage les villageois et habitants de la région à cultiver du cannabis et obtient une commission du cannabis cultivé.

L’organisation terroriste avait à une certaine époque, cultivé des pavots et cannabis dans des camps situés dans la vallée de Bekaa au Liban et produit de la drogue dans des laboratoires qu’elle avait créés. Aujourd’hui, elle produit de la drogue dans ses camps en Irak du nord et dans des villages près de la frontière de notre pays pour les proposer aux marchés. Elle accorde surtout beaucoup d’importance à l’offre au marché européen de l’héroïne obtenu en traitant le pavot afghan. Les activités de collecte de tributs de l’organisation se font particulièrement dans les frontières orientales de notre pays, par chantage, menace ou force armée exercés contre les trafiquants de drogue, selon une somme fixée pour chaque kilogramme de stupéfiants et que l’organisation appelle « impôt ».

En raison de sa position géographique, notre pays constitue un pont entre les pays de production et de consommation de stupéfiants. Les principaux pays de production de stupéfiants sont l’Afghanistan, le Pakistan et l’Iran. Notre pays est un point de transit entre ces pays et ceux d’Europe. Cette trajectoire de l’héroïne qui passe par notre pays est traditionnellement appelée « la Trajectoire des Balkans ». Lorsque nous tenons compte de la structuration de l’organisation terroriste PKK/KCK ; on peut voir que sa structure à l’étranger s’étend du Moyen-Orient jusqu’aux pays d’Europe de l’ouest. Ce vaste espace couvre l’ensemble de la « Trajectoire des Balkans ». L’organisation terroriste PKK/KCK qui s’organise sur cette trajectoire par laquelle transite une quantité considérable de stupéfiants, peut facilement transférer les stupéfiants qu’elle produit ou acquiert directement à la source.

Même si l’organisation terroriste PKK/KCK a commencé ses activités de narcotrafic en demandant des commissions aux trafiquants et producteurs de stupéfiants, elle contrôle aujourd’hui le marché de rue des stupéfiants en Europe. L’organisation gère elle-même la distribution de stupéfiants en Europe. Les taux élevés de bénéfices sur les prix de stupéfiants sont la principale raison ayant conduit l’organisation à gérer elle-même sa distribution en Europe. D’ailleurs le rapport titré « Les combattants étrangers oubliés : le PKK en Syrie » (The Forgotten Foreign Fighters: The PKK in Syria), publié par l’institut de réflexion Henry Jackson Society, implanté au Royaume-Uni, indique que la principale source de revenu du PKK/KCK en Europe est le narcotrafic. Selon le même rapport, l’organisation terroriste PKK/KCK apporte en Europe les stupéfiants apportés d’Iran via la Turquie et les distribue ici par l’intermédiaire de ses contacts.

source

http://www.trt.net.tr/francais/turquie/2018/02/27/le-role-de-l-organisation-terroriste-pkk-kck-dans-le-trafic-de-stupefiants-etude-919331

0000000

Le lien entre le terrorisme et la drogue

La drogue est un des plus grands fléaux du monde, dont les dangers et la menace contre l’Homme ne cessent de prendre de l’ampleur. Problème majeur pour les jeunes et les jeunes générations en particulier, la drogue est une source de revenu pour les milieux d’intérêt par son aspect commercial et une source de financement pour le terrorisme.

Au cours des dernières années, les rapports sur le trafic de stupéfiants et le terrorisme publiés par les organisations internationales indiquent notamment que les organisations terroristes obtiennent un revenu des crimes narcotiques et utilisent ce revenu comme une source de financement pour organiser leurs besoins en armes, logements, alimentation, communication, propagande, etc. Les rapports mondiaux sur les drogues soulignent que le trafic de stupéfiants dans le monde atteint un volume d’environ 320 milliards de dollars, somme utilisée en grande partie comme source de financement pour les crimes organisés et les organisations terroristes. Le rapport européen sur les drogues 2016 relève que la valeur du marché des drogues sur l’ensemble de l’Union européenne s’élève à 24 milliards d’euros.

Ce ne serait pas une remarque erronée d’évoquer la présence d’une relation basée sur des intérêts mutuels entre les organisations terroristes et les narcotrafiquants. Alors que les narcotrafiquants profitent des méthodes de structure organisationnelle, de la procuration d’armes et des moyens d’accès aux organisations secrètes des terroristes, les organisation terroristes utilisent la drogue comme une source de revenu et profitent au maximum des méthodes et des capacités des narcotrafiquants concernant le blanchiment de l’argent sale. Le narcotrafic et le terroriste sont les éléments indissociables d’un ensemble et le narcotrafic est une sorte d’arrière-cour du terrorisme.

Il est évident que les organisations terroristes s’assurent, d’une part, un financement à partir de la production illégale de drogues et des activités commerciales, et de l’autre, contribuent à détruire le facteur humain de la force nationale en raison de l’augmentation du nombre de toxicomanes.

LIRE PLUS

http://www.trt.net.tr/francais/turquie/2018/02/27/le-role-de-l-organisation-terroriste-pkk-kck-dans-le-trafic-de-stupefiants-etude-919331

00000

En los últimos días dos embarcaciones también fueron interceptadas en altamar por la UIAD, la Administración para el Control de Drogas (DEA) y el Departamento de Inmigración y Control de Aduanas de los EE.UU.

Se trata de más de 600 kilos de drogas que habrían salido de las costas ecuatorianas y que debía llegar en lanchas rápidas a Centroamérica para luego ser trasladada a Estados Unidos.

https://www.eluniverso.com/noticias/2018/10/16

0000000

Un cargamento de aproximadamente 740 kilogramos de cocaína, heroína y precursores químicos, abandonados en dos camionetas en las inmediaciones de Ensenada, Baja California, fueron asegurados por elementos de la Secretaría de la Defensa Nacional (Sedena).

leer mas

https://m.excelsior.com.mx/nacional/sedena-asegura-740-kilos-de-droga-y-precursores-en-baja-california/1271990

00000000

FRANCE (Neuilly-sur-Seine): un homme abattu dans sa Porsche Cayenne

Publié: 17 octobre 2018 par Marc Fievet dans INFOS

La victime, un trentenaire, circulait en Porsche Cayenne lorsqu’il a été pris en chasse par deux individus sur un scooter. En arrivant à sa hauteur, l’un d’entre eux a ouvert le feu, tuant l’homme de deux balles.

LIRE

https://www.cnews.fr/france/2018-10-17/un-homme-abattu-dans-sa-voiture-neuilly-sur-seine-797430

plus

https://www.lepoint.fr/faits-divers/info-le-point-neuilly-sur-seine-un-homme-abattu-dans-sa-voiture-16-10-2018-2263452_2627.php

000000000

Au départ, on a un avion… d’allure assez anodine, ou bien ordinaire, à vrai dire. Un Cessna immatriculé LV-GKL et montré dans son un hangar du petit aérodrome de l’Aeroclub Chaco -ici à gauche- accompagné d’un petit Piper Cub.

L’avion est un modèle 182J, numéro de série 18257176. Il est peint de façon extrêmement sobre, avec une décoration ne correspondant à aucun modèle de design connu, ancien ou récent. C’est un Cessna 182J de 1966, un Stylante qui est aussi l’ancien N3076F, exporté alors récemment puisque son certificat de vol aux USA n’a été annulé que le 12 janvier de la même année.

LIRE

00000000000000000000000000000000

 

Le chef d’un établissement scolaire de l’agglomération de Cherbourg, dans la Manche, a alerté ces dernières semaines les autorités, après le malaise d’un élève, laissant suspecter l’usage d’un produit stupéfiant appelé « Buddha Blues » ou « Blue ».

Il s’agit d’un e-liquide destiné aux cigarettes électroniques, aux puissants effets psychoactifs. Cette drogue, qui a récemment fait son apparition en France, inquiète les autorités. Elle avait déjà été signalée en décembre 2017, à Brest, dans le Finistère, où plusieurs jeunes âgés de 16 à 22 ans avaient été conduits aux urgences de l’hôpital ou à l’infirmerie de leur établissement scolaire, souffrant d’inquiétants symptômes.

LIRE PLUS

https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/36329/reader/reader.html

0000000