Archives de 24 octobre 2018

MOSCOW, October 24. /TASS/. Russia negotiates joint operations against drug trafficking with Argentina, Russia’s Ambassador in Buenos Aires Dmitry Feoktistov said on Wednesday.

« We are in active dialogue with our Argentine counterparts, persuading them that this success should be forged and that more sting operations should be carried out, like controlled supply of a large batch of drugs through Argentina or from Argentina to Russia, so that we could expose all the supply chains connecting drug traffickers to users, » Feoktistov said at a video conference for lawmakers from the Russian and Argentine upper houses of parliament – the Federation Council and Senate.

In late February, Russia’s Foreign Ministry said that the law enforcement agencies from Russia and Argentina had conducted a joint sting operation to bust a delivery channel of a large batch of narcotics to the European market. According to the Russian Foreign Ministry, a large batch of drugs (362 kg of cocaine) detected in one of the buildings of the Russian embassy in Buenos Aires belonged to a technical staff employee who had ended his tenure by that time.

Later, six suspects were detained. Of those, three men (Vladimir Kalmykov, Ishtimir Khudzhamov and Ali Abyanov) were arrested in Russia, two more in Argentina and another one (the gang leader Andrei Kovalchuk) in Germany.

Read more

http://tass.com/world/1027601

00000000

Le port du Havre (Seine-Maritime) et ses dockers seront au cœur d’un reportage Complément d’enquête, diffusé jeudi 25 octobre 2018, en deuxième partie de soirée : Le Havre, coke en stock présentera comment le port de la Cité océane est devenu « la principale porte d’entrée de la cocaïne en France ».

LIRE

https://actu.fr/normandie/havre_76351/un-complement-denquete-sur-trafics-drogue-dans-port-havre-sur-france-2_19212191.html

0000000

Les affaires de drogue se multiplient en ce moment, mais celle-là restera dans les annales : les policiers tarbais ont interpellé un dealer et trouvé chez lui, lors d’une perquisition, près de 500 grammes de cocaïne, 12 000 € en liquide, et une arme de poing, un pistolet à gaz imitation Beretta.

LIRE la suite

https://www.ladepeche.fr/article/2018/10/24/2894485-trafic-drogue-tarbes-500-g-cocaine-12000-e-saisis.html

000000

Un camión que transportaba muebles de cocina albergaba en su interior 1.800 kilos de hachís y 230 de marihuana. El conductor, un ciudadano portugués de unos 50 años, ingresó el lunes en la prisión de Mas d’Enric después de declarar ante el Juzgado de Instrucción número 3 de Tarragona.

El vehículo pesado procedía de Andalucía y después hizo una parada en Elx. Sobre las nueve de la mañana del sábado fue interceptado por una patrulla policial en el kilómetro 1.158 de la A-7, en Tarragona. Los agentes registraron la carga y encontraron la droga, que fue trasladada a la comisaría de Campclar.

El hachís estaba en fardos –presumiblemente descargados en las costas andaluzas y con destino a algún país de Europa–, mientras que la marihuana estaba en bolsas al vacío. La sustancia estupefaciente ha sido valorada inicialmente en más de tres millones y medio de euros.

El conductor del camión, cuando fue interceptado, no supo dar unas explicaciones lógicas sobre cómo llegó la droga al camión.
Después de pasar dos noches en los calabozos policiales, el lunes por la mañana el conductor fue llevado al Juzgado de Guardia de Tarragona. El magistrado ordenó su ingreso en prisión.

Leer mas

https://www.diaridetarragona.com/tarragona/Interceptado-un-camion-en-Tarragona-con-1.800-kilos-de-hachis-y-230-de-marihuana-20181024-0051.html

0000000

Hambli recruté, Hambli exploité mais Hambli libéré!

°°°°°°°°°°°°°°°°

L’homme faisait bander tous les hiérarques de l’OCRTIS et de la DNRED.

Son carnet d’adresse pouvait permette à tous ces planqués de se faire mousser auprès de ministres toujours trop contents de poser devant des saisies bidons mais spectaculaires.

Ces escrocs de la fonction publique n’ont aucun honneur et seuls, pour eux, compte l’esbroufe et le déroulement optimisé de la carrière.

Je viens de relire les dépositions des douaniers suite à la plainte que j’avais déposée…

Des tissus de mensonges et de demi vérités.

Le gars de l’IGPN qui était au stylo était un faible enquêteur pour ne pas relever les incohérences des dépositions tellement ressemblantes.

Vous êtes la honte de ces régaliennes que j’ai servies avec la plus grande loyauté.

Vous êtes des canailles institutionnelles, c’est le seul constat possible aujourd’hui !

Marc Fievet aka NS 55 DNRED

PS:

J’ai été maintenu plus de 10 longues années (3.888 jours) dans des geôles de 4 pays « dits civilisés » sans jamais obtenir ne serait-ce qu’une seule journée de sortie…
Les nombreux fonctionnaires de justice de « japerie » rencontrés m’ont permis de constater une totale incapacité pour prendre des décisions sensées en se planquant tous derrière le sacro-saint Dalloz!
J’ai également constaté l’attitude scélérate de François Auvigne, un dg de la douane française, à qui je dois plus de 75 mois de détention en France comme celle des administrateurs Thomas Charvet et Michel Baron spécialistes de la réinterprétation des faits.
Un seul viendra témoigner, c’est Jean Henri Hoguet, ex directeur de la DNRED, devant la cour d’appel qui devait juger la plainte pour diffamation déposée par le Ministre Michel Charasse contre moi!
« J’avais osé dire que le ministre m’avait lâché! »
Jean Henri Hoguet soulignera avec force le caractère scandaleux de ma présence en prison!Aujourd’hui, les dalloziens libèrent Sofiane Hambli qui doit apprécier une telle mansuétude!
Quel gâchis!
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°Image associée

000000000000000000000000000000000000000

Interpellé en Belgique après quatre mois de cavale, le trafiquant est rapatrié en France dans un hélicoptère du GIGN.

Dépaysée depuis à Bordeaux, l’enquête a du plomb dans l’aile.

En juin, la chambre de l’instruction a rendu un arrêt au vitriol, estimant que la procédure douanière ayant conduit à la saisie parisienne est entachée d’irrégularités.

L’enquête a en effet démontré que, contrairement à leurs premières déclarations, les douaniers «travaillaient» depuis longtemps sur Sophiane Hambli, sur fond de rivalités entre services.

Une demande de supplément d’information a été demandée avant d’examiner à nouveaux les requêtes en nullité, qui pourraient faire tomber toute la procédure.

Mais Sophiane Hambli est également mis en cause dans une autre enquête instruite par des magistrats lyonnais. Selon nos informations, il a récemment été placé en garde à vue dans cette procédure dite «Avoine», ouverte notamment pour«faux en écriture publique» et «association de malfaiteurs».

Une enquête qui vient de s’accélérer, avec la garde à vue, il y a deux semaines, de François Thierry et de deux hautes magistrates du parquet de Paris. Le dossier pourrait connaître de nouveaux rebondissements dans les prochaines semaines.

LIRE PLUS

https://www.liberation.fr/france/2018/10/24/affaire-des-stups-l-hallucinante-liberation-du-trafiquant-indic_1687622

0000000

FRANCE (l’hallucinante libération du «trafiquant-indic»): en Dallozie, on va jusqu’à défier les lois…de l’équilibre

Publié: 24 octobre 2018 par Marc Fievet dans 36, Australian Customs and Border Protection Service., BAN, Blanchiment, CELTIC, Customs and Border Protection, Cyberdouane, DEA (USA), DG de la Douane française, DNRED, Douane française, FSKN (Russie), Gendarmerie, GRC - RCMP (Canada), Guardia Civil, Guardia di Finanza, Guardia di Finanza (Italie), HM Customs Excise (UK), INFOS, INTERPOL, Justice, NS 55, OCRTIS, Police, Policia, Secret Defense, SERVICES ANTI-DROGUES, SERVICES ESPAGNOLS, SERVICES FRANCAIS, SVA, TRACFIN, UAR
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


C’est l’histoire d’une incroyable boulette. Une grossière erreur de procédure qui pourrait être indirectement à l’origine de la libération inattendue de Sophiane Hambli, le «trafiquant-indic» au cœur du gigantesque scandale qui secoue la lutte antidrogue depuis trois ans. Dans sa dernière ordonnance, signée fin septembre, le juge des libertés et de la détention (JLD) saisi du cas Hambli a fondé sa demande de prolongation sur certains faits pour lesquels le trafiquant n’est pas mis en examen. Une irrégularité que s’est empressé de soulever son avocat, Hugues Vigier. Curieusement, la chambre de l’instruction n’a pas retenu ce motif mais évoqué des délais de détention trop longs pour justifier la libération soudaine de Sophiane Hambli. Etrange revirement, le trafiquant ayant envoyé ces derniers mois de nombreuses demandes de mise en liberté restées lettre morte, notamment parce qu’il est loin d’avoir atteint la durée légale d’une détention provisoire en matière criminelle, soit quasiment cinq ans. La chambre de l’instruction a-t-elle voulu couvrir cette erreur manifeste en libérant Hambli sous un prétexte fallacieux ? L’annonce de sa libération a en tout cas provoqué stupeur et sidération.
«On a libéré Pablo Escobar,s’insurge un avocat du dossier.
Le scandale judiciaire ne fait que commencer.»

LIRE la suite

https://www.liberation.fr/france/2018/10/24/affaire-des-stups-l-hallucinante-liberation-du-trafiquant-indic_1687622

00000000

FRANCE (Trafic de stups): «Est-on prêt à faire le ménage ?»

Publié: 24 octobre 2018 par Marc Fievet dans 36, Australian Customs and Border Protection Service., BAN, Blanchiment, CELTIC, Customs and Border Protection, Cyberdouane, DEA (USA), DG de la Douane française, DNRED, Douane française, FSKN (Russie), Gendarmerie, GRC - RCMP (Canada), Guardia Civil, Guardia di Finanza, Guardia di Finanza (Italie), HM Customs Excise (UK), INFOS, INTERPOL, Justice, NS 55, OCRTIS, Police, Policia, Secret Defense, SERVICES ANTI-DROGUES, SERVICES ESPAGNOLS, SERVICES FRANCAIS, SVA, TRACFIN, UAR
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Avocat au barreau de Rouen, Hugues Vigier défend Sophiane Hambli depuis plusieurs mois. Il souligne l’incroyable paradoxe d’une procédure qu’il qualifie «d’affaire d’Etat» mais qui pourrait, sous peu, tomber intégralement pour des nullités juridiques.

Selon lui, c’est désormais au politique de se saisir du scandale des Stups en constituant, comme sur le dossier Outreau, une commission d’enquête parlementaire.

LIRE

https://www.liberation.fr/france/2018/10/24/trafic-de-stups-est-on-pret-a-faire-le-menage_1687627

00000000

L’opération internationale « PANGEA XI » est la principale opération coordonnée au niveau international pour lutter contre les trafics de produits de santé illicites. Initiée notamment par Interpol et l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD), dans l’intérêt des patients et des consommateurs, elle se déroule simultanément dans une centaine de pays, dont la France.

Pour sa participation, la France a mis en œuvre un dispositif interministériel coordonné entre les services de douane, de gendarmerie et de police associant également les autorités de régulation et de contrôle compétentes en matière de médicaments humains et de santé animale. Les services engagés (OCLAESP[1], DNRED[2], SNDJ[3] , ANSM[4], BNEVP[5]) ont œuvré sur le terrain, mais également sur Internet, pour démanteler des sites illicites proposant des produits de santé non autorisés.

En France, le succès de l’opération PANGEA se confirme à nouveau cette année : plus de 466 000 produits de santé illicites et une tonne de produits en vrac ont été saisis ; 13 enquêtes judiciaires ont été ouvertes et à ce jour aucune mise en examen ou personne écrouée. Plus de 70 % des produits saisis provenaient d’Asie (principalement d’Inde et de Singapour). La majorité des saisies a eu lieu sur les grandes plates-formes aéroportuaires mais également dans le fret routier.

Les résultats d’analyses, réalisées par le Service Commun des Laboratoires (SCL) du ministère des finances, sur certains produits saisis durant l’opération ont permis de détecter des substances illicites présentant un risque avéré pour la santé du consommateur. D’autres produits analysés ne contenaient aucune substance active ou un principe actif différent de celui annoncé.

Bilan détaillé de l’opération en France :

– Saisies douanières :

Les services douaniers ont saisi plus de 466 000 produits de santé illicites et près d’une tonne de produits pharmaceutiques divers.

Le dispositif national de contrôle douanier a mobilisé la totalité des directions régionales des douanes, le service national de douane judiciaire (SNDJ), la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED), ainsi que le service national de ciblage douanier (SARC) chargé du ciblage d’expéditeurs et de dénominations commerciales à risque en matière de produits de santé.

Le SNDJ a été saisi de sept enquêtes portant sur des produits érectiles (sildenafil, tadalafil, etumax) et anabolisants (stanozolol, méthandienone).

Les produits saisis étaient principalement des médicaments sans autorisation de mise sur le marché, des médicaments détournés de leur usage et utilisés comme stupéfiants, des produits dopants (stéroïdes, hormones de croissance, etc.), des crèmes éclaircissantes pour la peau. Comme les années précédentes, les produits dits « de confort » (produits contre le dysfonctionnement érectile, produits amincissants, etc.) représentent une part significative des saisies.

À la suite des nombreuses constatations de médicaments détournés à usage de stupéfiants, une veille approfondie a également été menée sur des produits sensibles tels que le Diazepam (Valium) et d’autres benzodiazepines.

– Résultats Police et gendarmerie :

La lutte contre les détournements d’usage de médicaments à des fins dopantes, psychotropes ou récréatives fait partie des priorités de l’OCLAESP. Son action a ainsi été orientée sur la détection de supports Internet proposant à la vente de tels produits à destination de consommateurs français, en ciblant en priorité certaines spécialités pharmaceutiques, avec une attention particulière pour les hormones de croissance. Les investigations des enquêteurs spécialisés ont permis d’identifier 116 sites et d’ouvrir 6 enquêtes judiciaires.

– Action de la BNEVP :

Les contrôles de la BNEVP visent à vérifier le respect des conditions de délivrance des médicaments vétérinaires et la qualité des produits utilisés. Les opérations menées ont permis de constater une recrudescence de la vente de médicaments non autorisés et l’apparition de produits contrefaits. Avec la baisse du recours aux antibiotiques afin de lutter contre les antibiorésistances, la BNEVP a observé une augmentation de l’offre de produits de substitution non autorisés en tant que médicament, et dont l’emploi peut être dangereux pour l’animal et l’utilisateur. En parallèle, la vente de médicaments vétérinaires soumis à prescription se développe sur internet en toute illégalité.

– Recommandations de l’ANSM :

L’ANSM rappelle qu’en achetant des médicaments sur internet en dehors des circuits légaux, les consommateurs s’exposent à utiliser des produits dont la qualité n’est pas assurée, dont les conditions de transport ne sont pas garanties et dont le bénéfice/risque n’a pas été évalué.

Les médicaments et les produits médicaux falsifiés constituent un réel danger pour la santé des consommateurs. La mise en vente de produits de santé sur internet est strictement réglementée. Seul le circuit des pharmacies d’officine et de leurs sites internet autorisés pour la vente en ligne de médicaments, régulièrement contrôlés par les autorités sanitaires, apportent des garanties sur la qualité, l’efficacité et la sécurité des médicaments achetés.

Les sites autorisés pour la vente en ligne de médicaments sont disponibles sur le site du Conseil de l’Ordre National des Pharmaciens.

[1] Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique
[2] Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières
[3] Service national de douane judiciaire
[4] Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé
[5] Brigade nationale des enquêtes vétérinaires et phytosanitaires

La saisie en images

Pour aller plus loin

SOURCE:

http://www.douane.gouv.fr/

0000000

Les suspects ont été interpellés la semaine dernière, notamment à Colombes, et sont sous les verrous.

LIRE

http://m.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/hauts-de-seine-trois-arrestations-

000000

Lo que ha trascendido hasta el momento es que en la madrugada del lunes, 22, agentes de Vigilancia Aduanera y policías nacionales, han dado con un alijo de 3.000 kilos de hachís y han apresado a los 8 personas vinculadas a este cargamento, en El Estrecho, informa la Asociación de Policía Aduanera y Fiscal, a través de su cuenta de Twitter.

Leer mas

https://columnacero.com/m/sucesos/17732/campo-de-gibraltar-otros-3-000-kilos-de-hachis-incautados-con-8-detenidos/

00000000

Casi un kilogramo de heroína, dentro de envases y envoltorios de plástico, fue decomisada en el Aeropuerto de Tijuana.

De acuerdo con información de la Policía Federal, la droga fue incautada en el patio de maniobras de empresa de paquetería en la terminal áerea.

Video – Leer mas

https://www.frontera.info/Policiaca/2018/10/23/138244

0000000

Des dallozziens de Nancy et Paris avaient arrangé une garde à vue fantôme dans une chambre de l’hôtel Mercure de Nanterre le 3 avril 2012 !

Aujourd’hui, les dalloziens de Bordeaux ont décidé qu’il était temps de remettre dehors Sofiane Hambli, trafiquant notoire, condamné à 14 ans de prison, qui s’était vu promettre une sérieuse remise de peine s’il acceptait de passer commande de plusieurs tonnes de cannabis à son ancien lieutenant, installé en Algérie.

Sofiane Hambli, l’informateur préféré de Françaois Thierry, donc de l’OCRTIS, avait pu téléphoner de sa cellule à Nancy, comme il le faisait régulièrement d’ailleurs ; si ce n’est que dans ce cas précis les agents de l’OCTRIS tenaient à être à ses côtés pour ne rien rater de la séquence et donner en temps réel leurs informations et ordre en Espagne.

D’où l’organisation de la fausse garde à vue.

La fausse garde à vue avait été prolongée, après l’intervention de Véronique Degermann , selon sa collègue de permanence le même jour. Mais pas de chance, Véronique Degermann a perdu la mémoire lorsque les bœufs-carottes de l’IGPN la mettent en garde à vue il y a quelques jours.

A Bordeaux, pas loin de la maison ENM, les dalloziens de la chambre de l’instruction n’ont pas encore dit s’ils décidaient de passer par pertes et profits la saisie d’octobre 2015 du Boulvard Exelmans….

Souvenez vous, même Michel Sapin avait trainé son copain François à la DNRED où seule Hélène Crocquevieille, la DG de la Douane française était là pour le recevoir accompagnée bien sûr de l’énarque du service,le directeur de la DOD Erwan Guillemin.

Jean Paul n’était pas là, retenu pour affaires familiales…Savait-il que la DOD allait taper 7 tonnes Bd Exelmans? Jean Paul faisait totale confiance à ses directeurs qui ne lui disaient pas tout! Lui, n’avait pas ses propres taupes auprès de chacun d’entre eux! Depuis, dans son immense sagesse, la DG l’a mis dans un placard comme chef d’un obscur poste à Bordeaux en attendant de connaitre les suites de sa mise en examen décidé par la juge d’instruction parisienne Aude Buresi pour « détournement de fonds publics par négligence« .

La liberté pour Sofiane

Comment ne pas être surpris de cette élargissement décidé par des dalloziens au sens de discernement limité à la seule lecture du Dalloz, la seule chose qu’il semblerait qu’on apprenne à l’ENM.

« L’Etat de droit, se gargarisent-ils à longueur de séances entre deux rires, de quelques remémorations de soirées entre-soit, de vacances passées entre-soit et du prochain mercato-dallozien! »

°°°°°°°°°°°°°

Mais revenons à notre affaire de la « Française des Stups » qui défraie la chronique depuis de trop nombreuses années maintenant!

Quid de François Thierry, l’homme qui portait des valises et savait parler à l’oreille des narcos? Pour l’instant, il est toujours payé par les deniers publics!

Quid du magicien Erwan Guilleminn, responsable d’un tour de passe-passe assimilable à une dissimulation de preuves. Il a été mis en examen ? Aura-t-il le courage de démissionner? Mais non, entre énarques, on se soutient! Une promotion, c’est sûr!

Quid de Magalie Noël, la numéro trois de la DRD, le service de renseignement de la DNRED, qui a été mise en examen pour « complicité d’importation et détention en bande organisée de marchandise contrefaite, escroquerie en bande organisée et détournement de fonds publics ».?

Quid de Pascal Schmidt, le responsable de l’échelon DNRED du Havre, qui est poursuivi pour ainsi que pour « complicité d’importation et détention en bande organisée de marchandise contrefaite, escroquerie en bande organisée et détournement de fonds publics corruption passive, destruction de preuves et faux et usage de faux ».

Quid de Vincent Sauvalère, parti en 2014 à l’Office européen de lutte antifraude de Bruxelles, où il dirige l’unité « tabac et contrefaçons ». qui a été, en juillet dernier, la cible de deux perquisitions, à son bureau et à son domicile bruxellois! Il n’est plus à Bruxelles!

Quid du trop confiant Jean Paul Garcia, mis en examen pour « détournement de fonds publics par négligence »?

Quid de l’enregistrement de 2010 réalisé rue de Charonne par la DRD?

Quid des « douaniers encaisseurs » de Roissy aux magots établis en Andorre et ailleurs?

°°°°°°°

L’agent infiltré NS 55 de la DNRED a été maintenu plus de dix ans en prison sans une seule journée de sortie.

Il a tout au long de ce chemin de croix à 23 stations-prisons rencontré de nombreux fonctionnaires de justice en Japerie incapables de prendre une décision sensée, se planquant tous derrière le sacro saint Dalloz.

Constaté également l’attitude scélérate de François Auvigne le DG de la Douane française comme des administrateurs Thomas et

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Suite à la saisie de 7 tonnes de hachis Bd Exelmans par la DNRED…

Sofiane Hambli, indicateur phare de l’Ocrtis (Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants), incarcéré depuis plus de 30 mois, a été libéré sur décision de la chambre d’instruction de la cour d’appel de Bordeaux où un volet de l’affaire a été dépaysé, confirmant une information révélée par Europe 1. La chambre a « considéré qu’en terme de délai raisonnable, il s’agissait de dire +stop+ », a expliqué Me Hugues Viguier à l’AFP. « Il était détenu depuis plus de trente mois. L’enquête n’est pas terminée alors que tout le monde a été libéré dans ce dossier », a-t-il plaidé.

LIRE la suite

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/10/23/97001

0000000