Archives de 26 octobre 2018

Las autoridades incautaron en aguas del Pacífico 1,6 toneladas de cocaína y detuvieron, por estos hechos, a seis ecuatorianos que transportaban el alijo en dos lanchas hacia Centroamérica.

Así lo informó la Armada que, además, detalló que la operación se cumplió en el área marítima de Tumaco, en el departamento de Nariño, donde fueron interceptadas las embarcaciones « Delfín » y « Fliper ».

leer mas

https://www.elespectador.com/noticias/judicial/incautan-mas-de-una-tonelada-de-cocaina-y-detienen-seis-ecuatorianos-articulo-820188

00000000

El govern espanyol aprova un reial decret per prohibir les narcollanxes i adopta mesures per lluitar contra el tràfic de drogues i de persones a l’estret de Gibraltar i decomissarà aquestes embarcacions ràpides encara que no portin droga.

Des de Sevilla, el Consell de Ministres ha aprovat una mesura que té molt a veure amb un dels temes urgents de la comunitat andalusa, la lluita contra el narcotràfic.

El govern de Sánchez ha prohibit l’ús privat de llanxes d’alta velocitat, una llei pensada per acabar amb les narcollanxes.

mas

http://www.ccma.cat/324/prohibides-les-narcollanxes-es-podran-decomissar-encara-que-no-portin-droga/noticia/2883271/

000000000

Résultat de recherche d'images pour "BSI DUNKERQUE"Belle prise pour les douaniers de Dunkerque ce jeudi 25 octobre.

Ils ont arrêté lors d’un contrôle routier un camion sur l’autoroute A16 en provenance de Belgique et ont découvert un gros chargement de  saisie.

La question est de savoir si cette cargaison était destinée au marché français ou à l’Angleterre?

Si cette cargaison était destinée au marché anglais, pourquoi faire supporter les frais de cette saisie aux contribuables français.

Qu’on embarque le camion, sa cargaison et le chauffeur en prévenant les agents du « Customs Excise » de Douvres qui seront alors en capacité de régler l’affaire d’un point de vue juridique.

7,6 tonnes de cigrattes cachées dans un camion. C'était à Dunkerque ce jeudi / © Douanes françaises

0000000000000000000000000000000000000000000000

Par Kamel M. 

La diffusion par la chaîne française France 2 d’un reportage sur les grosses quantités de drogues dures infiltrées à partir de pays d’Amérique du Sud ou saisies au port du Havre, dans le nord de la France, pourrait confirmer les propos du principal accusé dans l’affaire des 701 kilogrammes de cocaïne interceptés au port d’Oran, lequel accusé plaide son innocence.

Le reportage intitulé «Le Havre, coke en stock», présenté dans le cadre de l’émission «Complément d’enquête», révèle la méthode des trafiquants de cocaïne appelée «rip-off» et qui consiste à placer la drogue dans un conteneur à l’insu de l’expéditeur et du destinataire grâce à de nombreuses complicités dans les pays de départ et d’arrivée. Or, Kamel Chikhi a toujours nié son implication dans la tentative d’introduction de la cocaïne cachée dans la cargaison de viande qu’il venait d’importer du Brésil.

Le prévenu a-t-il été victime de cette méthode révélée par France 2 ?

«Tout puissants sur le port, omniprésents, soudés, les dockers forment une communauté impénétrable. En mars 2016, six d’entre eux ont été interpellés dans une affaire de cocaïne. Sur le port du Havre, combien sont-ils à tremper dans le trafic de stupéfiants ? Comment sont-ils recrutés ?» se sont interrogés les journalistes qui ont enquêté en Colombie et en France suite à la saisie, le 14 septembre dernier, de 750 kilos de cocaïne dans un conteneur sur le port du Havre et qui a débouché sur l’arrestation de plusieurs dockers.

L’enquête sur l’affaire de la cocaïne embarquée à bord du Vega Mercury suit son cours et la justice algérienne se concentre désormais sur «l’affaire dans l’affaire» qui concerne la corruption et les pratiques illégales dont le principal accusé s’est rendu coupable pour fructifier ses affaires dans l’immobilier. Un certain nombre de fonctionnaires ont été interpellés dans le cadre de cette enquête qui n’a pas encore été achevée.

Si Kamel Chikhi venait à être innocenté dans le cas du trafic de drogue, de nombreuses questions demeureront en suspens : qui a caché la cocaïne dans sa cargaison de viande ?

Pourquoi a-t-elle été réorientée vers le port d’Oran après une escale et un contrôle douanier préalables à Valence, en Espagne ?

A qui la marchandise était-elle destinée ?

SOURCE

00000000000000000000000000000000000000

Le 14 septembre dernier, les douaniers ont saisi 750 kilos de cocaïne dans un conteneur sur le port du Havre. C’est presque une routine sur ces quais, devenus en quelques années la principale porte d’entrée de la cocaïne en France. La technique en vogue chez les trafiquants est le «rip off», une méthode qui consiste à placer la drogue dans un conteneur à l’insu de l’expéditeur et du destinataire grâce à des dockers complices. Omniprésents sur le port, les dockers forment une communauté soudée. En mai 2017, treize d’entre eux ont été interpellés dans une affaire de cocaïne. Sur le port du Havre, combien sont-il à participer au trafic de stupéfiants ? Comment sont-ils recrutés ?

Pour voir ou revoir

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

https://ns55dnred.files.wordpress.com/2018/02/douane-du-havre.jpgLa CELTICS

 

Premier port de France pour les conteneurs, la cité Océane est une porte d’entrée majeure pour les marchandises.

De quoi constituer l’essentiel de l’activité des douaniers du Havre. Leur mission ? Repérer tentatives de fraudes et produits illicites.

Nous avons passé plusieurs heures aux côtés des agents pour comprendre le fonctionnement de leurs services.

La Celtics, tour de contrôle et de ciblage

 

Retour en centre-ville, à la Cellule de lutte contre le trafic illicite par conteneurs (Celtics).

C’est ici que travaillent 30 agents « cibleurs », les yeux fixés sur leurs écrans.

 

lire plus

15 douaniers supplémentaires dès 2018

 

Durant cette journée, le ministre Gérald Darmanin a rendu visite aux différents services de la douane havraise, dans les locaux du centre-ville du Havre et dans la zone portuaire. Des rencontres qui ont permis de découvrir le déroulement des contrôles que la douane pratique dans un port tel que celui du Havre, où plus de trois millions de conteneurs passent à l’année.

L’occasion pour le ministre d’annoncer un renforcement des effectifs nationaux de la douane, sur tout le territoire et notamment pour le port du Havre :

700 équivalents temps plein seront recrutés durant le quinquennat, et dès 2018. Cette année, il y en aura 15 supplémentaires au Havre et nous travaillerons pour connaître les moyens matériels à mettre en place comme un système de scanner.

00000000000000000000000000000000

 

 

Le trafic de drogue a atteint un tel niveau à Maurice que « chaque famille mauricienne est directement ou indirectement vulnérable ».

C’est la conclusion d’une commission qui a enquêté dans les milieux du trafic pendant deux ans.
Le juge qui a dirigé cette commission d’enquête, la deuxième dans l’histoire de Maurice sur la drogue, réclame des investigations sur 11 avocats, 8 policiers et 18 gardiens de prison.
Lui et ses collaborateurs ont mis à nu les failles du système de surveillance de répression, révélé les modes de corruption, et appelé à une série de décisions.

SOURCE

http://m.rfi.fr/emission/20181026-maurice-drogue-trafic-enquete-repression-autorites-depassees

000000

La marijuana est « mauvaise pour la santé », a rappelé jeudi le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, photographié ici à Bruxelles le 17 octobre 2018.
©Aris Oikonomou, AFP
Cannabis: « N’essayez pas! », plaide le Premier ministre néerlandais

AFP, publié le vendredi 26 octobre 2018 à 00h58

Même si son pays est vu comme l’eldorado du cannabis en Europe, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte est catégorique: « N’en fumez pas du tout! », a-t-il lancé jeudi en visite au Canada, une semaine après sa légalisation dans ce pays.

Aux Pays-Bas, la possession, la consommation et la vente au détail de moins de cinq grammes de cannabis, dans des « coffee shops », sont tolérées depuis 1976, et cet Etat européen est une destination de prédilection des amateurs de cannabis depuis longtemps.

Mais pour son Premier ministre, mieux vaut se tenir loin des joints.

LIRE la suite

https://actu.orange.fr/monde/cannabis-n-essayez-pas-plaide-le-premier-ministre-neerlandais-CNT0000017MEl1.html

000000