Archives de 18 janvier 2019

À New York, où est jugé le narcotrafiquant Joaquin Guzman, surnommé El Chapo, les accusations explosives se succèdent, mettant en cause les plus hauts personnages de l’État mexicain.

Par

La somme donne le vertige : 100 millions de dollars.

C’est le montant du pot-de-vin qu’aurait reçu l’ancien président du Mexique Enrique Peña Nieto en 2012.

Une bombe lâchée par un témoin au procès à New York de l’un des plus puissants narcotrafiquants Joaquin Guzman, surnommé El Chapo. Une de plus.

Car depuis le début de l’audience, il y a deux mois, les révélations se multiplient sur les valises de cash distribuées à tous les échelons de l’État. Police fédérale, agents d’Interpol, directions des aéroports, responsables de prisons et même généraux rémunérés 100 000 dollars par mois…

Le cartel de Sinaloa dirigé par El Chapo, 61 ans, jusqu’à son arrestation en janvier 2016, savait se montrer généreux avec les dignitaires mexicains pour sécuriser son trafic.

Parmi les plus gourmands, Genaro Garcia Luna (photo de droite), ancien patron de l’agence fédérale d’investigation puis ministre de la Sécurité publique sous la présidence de Felipe Calderon. Il aurait perçu 3 millions de dollars à chacune de ses prises de fonction lors de rencontres dans des restaurants, puis 56 millions de dollars en échange de sa protection. « Mensonge, diffamation ! » se défend l’intéressé.

source et lire plus

0000000000000000000000000000000000

Comme souvent, l’appui de l’équipe cynophile s’est avéré payant.

Le Guyanais de 19 ans avait dissimulé plus de 500 g de cocaïne dans les semelles de ses baskets. Conduit sous bonne escorte au CHU pour y passer une radiographie de l’appareil digestif, le passeur n’a pu que reconnaître avoir avalé 85 ovules de cocaïne représentant près d’un kilo de produit. Placé en rétention douanière, le jeune homme les expulsera au bout de quelques heures.

LIRE

https://www.sudouest.fr/2019/01/17/interpelle-avec-1-5-kg-de-cocaine-5738785-2780.php

000000

Deux cent cinquante tonnes de cannabis sont consommées annuellement en France…Que fait la DGCCRF pour protéger les consommateurs ?

Elles rapportent deux milliards d’euros à l’économie souterraine et engendre les violences dont l’actualité fait ses choux gras. Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas le sud du pays, ni même le nord ou les banlieues parisiennes qui consomment le plus. Mais la Bretagne. Les tribunaux sont débordés par quantité de petites affaires ruineuses pour le contribuable. Ce sont des milliers de policiers et moult intervenants qui passent un temps inouï sur ces dossiers. Non seulement une légalisation soulagerait le travail de la police et de la justice mais, en outre, les finances publiques pourraient faire de substantielles économies d’allégement des procédures tout en récupérant un milliard d’euros en taxes divers. Autre point essentiel. Si l’État dépénalise, ce sera la fin d’une économie obscure liée au trafic. Quel intérêt les consommateurs auraient à se ravitailler auprès de délinquants et enfreindre la loi pour acheter un produit douteux ?

LIRE

https://www.bretagne-actuelle.com/la-bretagne-legalise-le-cannabis/accueil-top/

00000

Deux automobilistes ont été interpellés sur l’A6 et placés en détention. L’un d’eux avait avalé près d’une centaine d’ovules contenant de la cocaïne.

LIRE

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/autoroute-a6-douaniers-yonne-ont-saisi-549-g-cocaine-1608531.html

000000

Le 11 janvier dernier, sur l’autoroute A1 au péage de Chamant, une équipe de la brigade des douanes de Nogent -sur-Oise a saisi 4,2 kilogrammes de cocaïne en procédant au contrôle d’un véhicule provenant des Pays-Bas.

LIRE

https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/oise/senlis/42-kg-cocaine-saisis-douane-autoroute-a1-1609131.html

00000

leer

https://www.elcomercio.com/actualidad/policia-incauta-droga-cocaina-esmeraldas.html

000000

Le Maroc a décidé d’employer les grands moyens pour lutter contre le trafic de drogue. Pour ce faire, des unités spéciales de la Gendarmerie royale vont bientôt voir le jour pour y parvenir.

D’après le journal Al Massae, ces unités seront déployées dans le nord du Maroc, notamment sur les côtes, pour tenter de neutraliser des trafiquants qui n’hésitent plus à utiliser leurs armes contre les forces de l’ordre.

Le journal relate un incident qui s’est produit la semaine dernière lors duquel un baron de la drogue a tiré sur les gendarmes pour permettre à ses neuf bateaux de pouvoir rallier l’Espagne.

LIRE PLUS

https://www.bladi.net/maroc-forces-speciales-lutte-drogue,54094.html

00000