Archives de 4 mars 2019

Type 45 destroyer HMS Dragon has seized over 2,000 kg of hash while on patrol in the Indian Ocean.

This is the destroyer’s sixth drugs bust in three months and it resulted in 101 bags of narcotics seized from a vessel.

« The outstanding work of HMS Dragon’s crew continues to be a credit to Britain and its Armed Force, » said Defence Secretary Gavin Williamson.

Read more

https://www.forces.net/services/navy/hms-dragon-makes-sixth-drug-bust-three-months

0000

Le parquet du tribunal de Mataram a prononcé trois chefs d’accusation contre l’homme de 35 ans originaire de Béthune (nord de la France) arrêté en septembre à l’aéroport de Lombok.

« Nous l’accusons de possession de drogue, d’avoir apporté des drogues en Indonésie depuis l’étranger et de trafic de drogue », ce qui lui fait encourir des peines allant de cinq ans de prison « à la prison à vie ou la peine de mort », a indiqué le procureur en chef Ginung Pratidina.

LIRE plus

https://www.ouest-france.fr/monde/indonesie/indonesie-en-ouverture-de-son-proces-le-francais-felix-dorfin-est-passible-de-la-peine-de-mort-6246377

0000

Une délégation de policiers Srilankais, spécialisés dans la lutte antidrogue, vient d’arriver aux Seychelles. Ils sont chargés de remonter la piste d’une livraison de 231 kg d’héroïne qui est arrivée fin décembre 2018 dans leur pays. Selon les informations de seychellesnewsagency.com, de la drogue en provenance du Pakistan a transité par les Seychelles.

Les îles inhabitées servent de dépôt pour le trafic de drogues

L’archipel doit faire face à un afflux de drogues. Les trafiquants viennent d’Iran, du Pakistan où d’Afghanistan et les nombreuses îles seychelloises, qui sont inhabitées, leur servent de dépôt avant de les convoyer vers d’autres destinations. Un business auquel des marins srilankais seraient directement associés.

Source et PLUS

https://m.la1ere.francetvinfo.fr/reunion/ocean-indien/seychelles/seychelles-policiers-srilankais-enquetent-trafic-heroine-686148.html

0000

Pour avoir une opportunité, même minime, d’être un leader de cette industrie émergente, le Maroc doit légaliser le cannabis avant qu’il ne soit trop tard. Voici quelques raisons pour lesquelles le pays ne peut laisser passer son opportunité à cause d’une idéologie aveugle:

– Le pays a un réel savoir-faire, avec une longue tradition de culture du cannabis dans les régions historiques de production au Nord et une connaissance des techniques de production de différentes souches et de différentes variétés de la plante. Le pays bénéficie d’un climat propice à cette culture, en opposition à des pays comme le Canada qui doivent utiliser d’importantes quantités d’eau et d’électricité pour cette même culture. La culture marocaine est ainsi plus durable et plus bénéfique à la planète.

– Le Maroc a des cultivateurs qui dépendent économiquement de la culture du cannabis et de sa transformation, et doivent souffrir de peines pénales lourdes alors que leur savoir-faire est actuellement recherché en Amérique du Nord. Le Maroc a également un marché intérieur important de consommateurs, une consommation non problématique lorsque celle-ci est comparée aux ravages de l’alcool ou des drogues synthétiques. Pourtant, les jeunes croupissent en prison alors que leurs homologues dans les pays du Nord peuvent profiter légalement de la même consommation.

– Le Maroc a adopté un modèle de prohibition qui lui a été imposé par les puissances mondiales, et dont ces mêmes puissances se retirent maintenant pour leur unique profit. Ce fut le cas pour l’Inde avec l’opium également. La prohibition fut imposée aux pays pauvres à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, au moment où les efforts de reconstruction occupaient l’Europe, où la décolonisation était amorcée, et où les Etats-Unis devenaient la puissance hégémonique. Ainsi, l’usage culturel du «Sebsi» fut sacrifié sur l’autel des substances socialement acceptées par les puissances mondiales – l’alcool et le tabac.

– Le Maroc ne sait pas mettre en place la prohibition. Depuis des dizaines d’années, les cultures de cannabis sont éradiquées, les consommateurs de toutes drogues arrêtés, et les trafiquants pourchassés. Toutefois, la production, le trafic et l’usage sont en augmentation; le système de santé est démuni devant le poly-usage des drogues; et le détournement de la méthadone dévaste les quartiers, alors même que l’accès légal à cette méthadone connaît des listes d’attentes de deux ans pour les patients qui en ont besoin.

LIRE PLUS

https://www.leconomiste.com/article/1041545-cannabis-le-commerce-international-s-organise-sauf-au-maroc

0000

Les deux femmes, deux jeunes marseillaises ont été placées en garde à vue samedi en fin de journée.

Leurs gardes à vue ont déjà prolongées et elles le seront sans doute une nouvelles fois au moins jusqu’à mercredi car il s’agit de stupéfiants. Au total les douaniers ont intercepté 15 kilos de résine de cannabis et 6 000 cachets d’ecstasy.

Une enquête a été ouverte pour transport détention et importation de drogue, enquête suivie par la substitut du procureur Fanny Gauvin.

https://m.la1ere.francetvinfo.fr/reunion/sainte-marie-0/6000-cachets-ecstasy-15-kg-resine-cannabis-interceptes-douaniers-aeroport-roland-garros-686176.html

00000

« Le renseignement humain, c’est le travail mené par la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) », précise Gérard Schoen.

« Mais les fraudeurs et les trafiquants font de l’entrisme et donnent parfois de faux renseignements pour tester nos méthodes de contrôles. « 

Le travail du douanier consiste plutôt à « établir une cartographie du risque ». « Ce qu’on fait, c’est du renseignement économique, on analyse les trafics et on essaie de les comprendre. Face à l’ingéniosité des fraudeurs, les douaniers doivent s’adapter en permanence. Un savant mélange de connaissance du terrain et d’analyse des opportunités. À ce petit jeu, les douaniers de la région sont très forts, assure-t-il. « Notre taux de contrôles positifs est de 20 %. C’est le plus haut de France. »

Les D.I. (Directeur interrégionaux) des autres régions françaises doivent donc souhaiter la venue du « douanier Gérard Schoen » pour qu’enfin, ils puissent eux aussi appliquer ce savant mélange de connaissance du terrain et d’analyse des opportunités.

Quand aux opérations réalisées grâce aux informations transmises par les aviseurs, Gérard Schoen n’en parle pas…C’est vrai qu’il avait déjà raconté tellement de conneries à ce sujet sur un plateau de « Pièces à conviction » sur ordre de Jérôme Fournel qu’il préfère s’appliquer une sorte de « secret défense » sur ces sources qui ont ces derniers mois provoqué tant de soucis à la hiérarchie douanière, révélant alors magouilles, tripatouillage et carabistouilles de douaniers jusqu’alors au dessus de tous soupçons.

C’est vrai, comment imaginer que l’énarque Erwan Guilmin, directeur de la DOD (direction des opérations douanières) ait pu falsifier des documents et participer à du bidonnage en dissimulant des preuves!

La guerre OCRTIS – DNRED ne pouvait se terminer autrement que par l’étalage de toutes les combines de nos plus fins limiers de la DNRED, agissant toujours, on l’a bien compris, dans l’intérêt général.

Depuis, on attend une évolution judiciaire!

Marc Fievet – NS 55 DNRED

0000

Les deux hommes ont été remis en liberté en ce début de semaine à cause d’un manque de personnel pour les transférer de la prison de Béziers (Hérault), où ils étaient incarcérés, au tribunal de Narbonne (Aude), rapporte France Bleu Hérault.

Le jour du transfert des deux trafiquants de drogue présumés, depuis la prison de Béziers (Hérault) vers le tribunal de Narbonne (Aude), toutes les équipes du service pénitentiaire étaient mobilisées, raconte France Bleu Hérault.

LIRE PLUS

https://mobile.francetvinfo.fr/societe/prisons/herault-deux-trafiquants-de-drogue-presumes-liberes-a-cause-d-un-manque-de-personnel-penitentiaire_3211873.html

0000

Mercredi 27 février vers 18h, rue de Douarnenez dans le quartier du Bout des Landes (quartiers nord de Nantes), un homme de 25 ans déjà défavorablement connu des forces de l’ordre a été tué par un jeune homme d’origine nord-africaine, un migrant tunisien qui se dit âgé de 17 ans et qui se trouve sur le territoire français du fait de l’inaction des autorités à son sujet (comme au sujet de nombreux autres).

L’agresseur a été interpellé peu après son forfait rue du Honduras, près de Santos Dumont, à 1 km de là. Le lieu du meurtre est un square identifié comme un lieu de deal. Les arbres servent aux dealers à planquer les stupéfiants, qu’ils proposent aux enfants et riverains sur le chemin de l’école [Françoise-Dolto].

L’altercation n’aurait opposé que la victime et son meurtrier, transporté peu après au CHU blessé à l’avant-bras. Quand il a été interpellé, il avait eu le temps de se débarrasser de son arme. L’agresseur avait été placé en garde à vue récemment, au début du mois de février, après que plusieurs cocottes de cocaïne aient été retrouvées sur lui. Néanmoins il avait été libéré. La piste d’une bagarre liée à une dette de stupéfiants semble privilégiée à ce stade de l’enquête.

LM

Source

https://www.breizh-info.com/2019/03/03/113391/trafic-de-drogue-a-nantes-un-migrant-tunisien-arrete-pour-meurtre

0000

C’est reparti pour une semaine…intéressante !

00000

L’homme débarquait d’un vol en provenance de Punta Cana (République dominicaine).

LIRE la suite

https://www.sudinfo.be/id105260/article/2019-03-03/intercepte-avec-deux-kilos-de-cocaine-dimanche-matin-brussels-airport

00000