Archives de 9 avril 2019

L’OLAF contacté ne répond pas…

Pourtant Vincent Sauvalère, était patron de l’unité « tabac et contrefaçon » de l’Office de lutte anti-fraude de l’Union européenne (Olaf). Il avait été conduit au palais de justice de Paris à l’issue de 48 heures de garde à vue et mis en examen en octobre 2017.

Son successeur, l’énarque Erwan Guilmin, specialiste du caviardage mis en examen aussi est quand même devenu « Chargé de mission à la sous-direction des politiques sociales – Secrétariat général » au Ministère de l’économie et des finances depuis janvier 2018.

Vincent Sauvalère qui avait quitté ses fonctions à la DOD le 1er septembre 2014 avait été remplacé par Erwan Guilmin. Ce dernier, mis en examen en août 2017 dans cette même enquête pour complicité d’importation en bande organisée de marchandise contrefaite, prise illégale du nom d’un tiers, escroquerie en bande organisée et détournements de fonds publics.

Où en est l’enquête ?

Y aurait-il une justice pour les aigles et une autre pour les pigeons?

Mais que savait Corinne Cleostrate?

Lire

0000

Les commissaires de police, devant de tels propos, font la gueule et freinent des quatre fers. La cagnotte facile, Ils veulent la garder!

Pour l’économiste Emmanuelle Auriol, il faudrait une légalisation totale. Selon elle, cette légalisation permettrait d’en finir avec les réseaux mafieux.

« C’est la drogue la plus consommée en France. La France est un paradoxe vivant puisqu’on est très répressif. Nous sommes les champions de la répression avec 3.500 personnes incarcérées tous les ans pour avoir simplement consommé du cannabis, un millions d’heures de travail de la police sont consacrées en arrestations de fumeurs et dans le même temps, il y a des viols, des meurtres, des terroristes. On voit bien le coût social de cette répression », a-t-elle expliqué ce lundi dans Radio Brunet.

Et de poursuivre: « Face à ça, on a une double peine. On ne maîtrise pas ce marché et en même temps on dépense énormément dans la répression de manière totalement vaine. Le pire de tout, c’est que ce sont les enfants qui pâtissent de tout ça puisqu’à 15 ans, ils sont 50% à avoir déjà expérimenté le cannabis parce que ce marché est aux mains de criminels qui vendent de la drogue dans les écoles ».

LIRE

0000

Dans un communiqué, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) explique avoir saisi 12.550 comprimés psychotropes dissimulés sous le siège du taxi que conduisait le mis en cause au quartier Attakadoum à Rabat, alors qu’une saisie effectuée en son domicile a permis de mettre la main sur du cannabis, de la cocaïne ainsi que de l’argent liquide qui proviendrait du trafic de drogue.

LIRE

0000

La Guardia Costera entregó en el puerto de San Diego más de siete toneladas de cocaína incautadas a traficantes en aguas internacionales en el Pacífico oriental entre febrero y marzo.

El contralmirante Nathan Moore, comandante adjunto del Área del Pacífico de la Guardia Costera, informó que en total fueron 14 mil 300 libras de cocaína incautadas a traficantes en recorrido de dos meses.

LEER MAS

0000

A Alfândega da Receita no Porto de Santos localizou nesta segunda, 8, um carregamento de 1.165 kg de cocaína escondidos em dois contêineres destinados ao Porto de Antuérpia, na Bélgica.

O Grupo de Análise de Risco em Operação de Vigilância da Alfândega de Santos selecionou um navio atracado no porto para busca a bordo e acompanhamento de carregamento.

Mais

0000

FRANCE 🇫🇷 (Douanes): dans le sillage de la «volante»

Publié: 9 avril 2019 par Marc Fievet dans INFOS

Premier volet de notre série de reportages aux côtés des douanes, dans le sillage de la «volante».

C’est leur action la plus visible : en uniforme, ils contrôlent l’important flux de voitures qui emprunte chaque jour la RN 20, à la recherche des trafiquants.

Il est 6 heures, à la brigade des douanes d’Ax-les-Thermes. L’heure de la prise de service et de la définition des objectifs de la journée, qui se terminera à 13 heures, ce vendredi matin. En voiture banalisée, une première équipe prend la route. Sa mission, repérer des véhicules suspects… sans se faire repérer. Sous les ordres de Xavier, une seconde équipe prend la direction du rond-point de Sabart, à la sortie sud de Tarascon. L’endroit habituel pour ce genre de contrôle de routine. «Nous choisissons les points de contrôle en fonction de différents critères. Le plus important, c’est la sécurité : la nôtre et celle des usagers», reprend Xavier.

LIRE la suite

0000