FRANCE 🇫🇷 (Finance offshore): un ancien financier et ex-espion rĂ©vèle qu’Ă  Bercy.. les marquis tournent la tĂŞte !

Publié: 11 avril 2019 par Marc Fievet dans INFOS

Et TRACFIN reste d’une discrĂ©tion totale, quand au parquet financier, il ne s’est pas autosaisi!

Y aurait-il une fiscalité pour les aigles et une pour les pigeons ?

Une « poupée russe » juridique qui rend toute traçabilité impossible pour le fisc. Il y a là l’assureur Axa ; l’empire Domino’s Pizza et ses 103 % de retour sur investissement en dix ans grâce à un montage sophistiqué offshore ; la congrégation des Légionnaires du Christ ; ou encore le groupe propriétaire des médias RMC et BFM TV, détenu en partie par une cascade de sociétés, qui conduit à Jersey via les Pays-Bas.
Bataille de l’information

Et les services français ont été clairs avec le lanceur d’alerte : l’évasion fiscale n’est pas leur sujet.

°°°°

À 28 ans, il débarque donc à Jersey, charmante île Anglo-Normande secouée par les marées et boîte noire de la finance internationale.

Dans son livre, Maxime Renahy détaille les « qualités » qui font de cette langue de terre de 120 km² un coin de paradis : 20 % de taux d’imposition maximum sur le revenu des particuliers, 0 % sur celui des boîtes étrangères, les plus-values et successions. Le jeune homme commence sa carrière au sein du prestigieux cabinet Mourant. Il écrit : « Les fonds d’investissement basés dans les paradis fiscaux sont des entités utilisées pour pratiquer l’évasion fiscale, blanchir l’argent sale, organiser des liquidations frauduleuses, des abus de biens sociaux et violer les lois nationales ou européennes. » Tout un programme !

Au sein du fonds, Maxime Renahy assure le suivi comptable et celui des contrats d’achat de l’investissement, organise les réunions avec avocats, notaires et organes de régulation locaux.

Dans son livre, il dévoile le quotidien d’un paradis fiscal, décrypte son fonctionnement et ses rituels de socialisation. Au fil des pages, il brosse le portrait d’un faune curieuse – héritières désœuvrées, businessmen cyniques ou « golden boys » en quête de fortune rapide –, qui s’épuise en séances de jogging et en parties de poker arrosées de bière. Très vite, ce qu’il voit l’écœure. Par patriotisme autant que par conscience morale, le jeune homme décide de sortir de sa position d’observateur : « Je jouissais d’une position privilégiée dans l’un des saints des saints de la finance, je devais en faire profiter l’État français, explique-t-il à l’« HD ». C’est tout naturellement que je me suis tourné vers la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure – NDLR). »

En mars 2007, il téléphone sans trop y croire à l’état-major de l’armée de terre. L’entretien est un peu surréaliste (« Bonjour, madame, je souhaiterais donner des informations cruciales pour les intérêts français car je travaille dans la finance offshore sur l’île de Jersey. ») mais finit par aboutir. Après une série de mails envoyés par l’intermédiaire d’une société créée pour l’occasion, il se retrouve un beau matin devant une église parisienne, avec un « exemplaire du magazine “Géo” dans la main gauche », à attendre un envoyé des « services ».

Renahy se rend compte que l’État utilise ses informations pour protéger les sociétés du CAC 40, plutôt que pour contrer leurs magouilles. L’étendue de la fraude est pourtant colossale.

  »Toutes les banques et grandes sociĂ©tĂ©s françaises truandent en passant par les paradis fiscaux, rappelle-t-il. Et il n’est pas seulement question d’évasion fiscale, mais de toute sorte d’opĂ©rations illicites : elles utilisent les places offshore pour contourner leurs exigences en matière de fonds propres, ou bâtir des structures opaques afin de couler des filiales. « 

LIRE

0000

commentaires

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s