Archives de 26 mai 2019

Un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) indique que sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), la police a arrêté le conducteur d’une voiture alors qu’il quittait l’aire de repos sur l’autoroute entre Marrakech et Agadir.

La fouille de son véhicule a permis à la police de mettre la main sur 500 kg de plaquettes de Chira (résine de cannabis) prêtes à l’emploi ainsi que 42 grammes de cocaïnes, précise la DGSN.

LIRE

0000

TAIYUAN, 26 mai (Xinhua) — Cinq personnes ont été condamnées à mort pour trafic de drogue par un tribunal de la province chinoise du Shanxi (nord).

LIRE

0000

0000

Les autorités de la République dominicaine ont expulsé en Espagne un ressortissant français nommé Michel Pierre Vincent Loubet, considéré comme le chef d’un réseau de blanchiment de capitaux provenant du trafic de drogue entre le Maroc et l’Espagne rapporte le média espagnol El Nuevo Diario.

Selon la même source, Vincent Loubet a été gardé par des fonctionnaires de la Direction nationale du contrôle des drogues (DNCD) à l’aéroport international Las Américas, à l’est de Saint-Domingue, d’où il a été transféré à l’aéroport de Barajas à Madrid.

LIRE PLUS

0000

La noche de este sábado, la Policía Nacional descubrió e incautó cerca de tres toneladas de clorhidrato de cocaína en un almacén ubicado en la carretera Sullana – Tambogrande, a la altura del Centro Hípico, en la región Piura.

El cargamento de droga, envuelto en paquetes tipo ladrillo y almacenada en sacos de yute, se encontraba camuflado entre jabas de banano orgánico en un vehículo de carga pesada que tenía como destino el puerto de Paita, con fines de exportación.

En ese momento se detuvo a ocho personas, entre ellas dos mexicanos integrantes de algún cartel.

LEER MAS

0000

Ce père de famille est révolté de voir les dealers occuper le terrain ostensiblement :

« Le trafic dure de 11 h à 23 h. La police passe régulièrement mais ça reprend après. Les familles ne veulent plus mettre les pieds là-bas. Les enfants pleurent quand ils voient des hommes cagoulés avec juste un trou pour les yeux et un trou pour la bouche. Les dealers miment le geste du pistolet sur la tempe pour nous intimider. C’est de pire en pire. Les gens ont peur ».

Les habitants s’inquiètent de récurrentes intrusions du trafic dans les lotissements de la route de Tréhuinec à partir desquels le bois est accessible. « Ils y cachent de la marchandise. Il y a un manège de voiture et certaines restent stationnées sur place ».

lire

000000000000000000000000