Archives de juin, 2019

Un nouveau documentaire révèle que la « super drogue » qui a alimenté les victoires allemandes sur le champ de bataille a conduit les Alliés à rechercher leur propre formule secrète dans le cadre d’une « course à l’armement pharmaceutique » pendant la Seconde Guerre mondiale.

Après avoir appris au début des années 1940 que les nazis recevaient de la méthamphétamine Pervitin, les Alliés ont décidé de doser à leurs troupes une amphétamine similaire, la benzédrine.

Les efforts déployés par les commandants alliés pour trouver des « renforçateurs de force » sont révélés dans un nouveau documentaire de PBS intitulé « Secrets des morts: vitesse de guerre mondiale ».

Lire

0000

El servicio aduanero de Senegal ha informado de que sus agentes se han incautado de 798 kilogramos de cocaína ocultos en coches nuevos transportados en un buque mercante desde Brasil.

En los últimos meses los países de África occidental han interceptado varios cargamentos improtantes de droga.

La cocaína fue descubierta en la noche del sábado al domingo en 15 coches almacenados en un buque anclado en el puerto de Dakar en un formato similar al utilizado en el cargamento el pasado miércoles, cuando se descubrieron otros 238 kilogramos de droga igualmente procedente de Brasil.

Leer mas

0000

La discreción no parece importar a los grupos de narcos a la hora de prepararse para transportar el hachís desde Marruecos hasta las costas españolas. Ejemplo de ello es la escena con la que se han encontrado numerosos bañistas que han estado esta semana en la playa Tubalita, situada en Sabinillas, en Manilva.

Entre familias y usuarios que disfrutaban de una jornada de playa, a plena luz del día, más de una veintena de porteadores corren desde el litoral hacia la orilla del mar, donde espera una lancha. En este caso, no la descargan, sino que la llenan de garrafas de gasolina.

Las fuentes consultadas por este periódico han explicado que se trata de una maniobra «muy peligrosa»: «Pueden explotar o prenderse en cualquier momento en una playa llena de gente. De hecho, los porteadores incluso fuman estando al lado de las garrafas».

Todo se hace en cuestión de cinco minutos. Una furgoneta llega cargada con las garrafas de gasolina a la playa, donde aguardan los porteadores y una lancha en la orilla. «Van a todo trapo, sin mirar nada ni a nadie, cuanto menos tarden, antes se van», cuenta un usuario de la playa, quien ha indicado que esta semana se ha vivido esta escena en esta playa hasta tres veces.

Ha ocurrido miércoles, jueves y viernes. Sobre las 14.00 horas y, luego, sobre las 16.00 horas, ha indicado este usuario, quien muestra su preocupación por la situación en esta playa.

Leer y video

0000

La presión ejercida sobre las narcolanchas ha llevado al aumento del tráfico de drogas en pequeñas cantidades.

Un tráfico que se nutre de los pequeños eslabones, las llamadas ‘mulas’ que se dedican a la carga del hachís para su traslado de Ceuta a Algeciras. Lo llevan en el interior del organismo o adosado, pretendiendo así burlar los controles establecidos por las fuerzas de seguridad a pie de puerto.

En las últimas 24 horas la Guardia Civil ha detenido a tres personas que llevaban adosada la droga al cuerpo. Todos con perfiles distintos pero realizando la misma función: un militar que llevaba dos kilos y dos mujeres que portaban un kilo de hachís cada una.

Leer mas

0000

Quand à la classification des drogues!

Publié: 30 juin 2019 par Marc Fievet dans Drogues
Tags:

La classification des drogues n’a rien de scientifique, et c’est un problème

Une trentaine de responsables politiques et de prix Nobel réclament solennellement une refonte totale du dispositif de guerre à la drogue en vigueur à l’échelon international.

«La distinction entre substances légales et illégales n'est pas fondée sur la recherche pharmacologique, mais sur des considérations historiques et culturelles.» | Guvo59 via Pixabay
«La distinction entre substances légales et illégales n’est pas fondée sur la recherche pharmacologique, mais sur des considérations historiques et culturelles.» | Guvo59 via Pixabay

 

Elles sont aussi en colère que déterminées, et elles tiennent à le faire savoir. Réunies au sein de la Commission internationale de politique en matière de drogues (GCDP), trente-et-une personnalités (dont quatre récipiendaires du prix Nobel de la paix) ont lancé le 25 juin un appel pour que l’on en finisse enfin avec le grand bric-à-brac prévalant dans le classement des drogues.

Selon la commission, il en va de la santé publique et de la réduction des risques –étant entendu une bonne fois pour toutes qu’un monde sans drogue n’est qu’angélisme.

«Il y a urgence à évaluer de façon rationnelle les substances psychoactives. L’incohérence de la classification actuelle fait obstacle aux nécessaires réformes. Il est grand temps d’accepter le fait qu’une société sans drogue est une illusion et de créer les bases scientifiques de la régulation légale de leurs marchés, en revenant à l’essentiel: la vie, la santé, la sécurité de tous», résume Ruth Dreifuss, ancienne présidente de la Confédération suisse aujourd’hui à la tête de la GCDP, dans l’avant-propos de son rapport.

Des politiques répressives aveugles

Vieille affaire que celle de l’ambivalence vis-à-vis des drogues, ces substances qui modifient notre état de conscience et dont la consommation expose à de nombreux risques sanitaires, à commencer par celui de l’addiction.

Il faut bien comprendre que l’on parle ici à la fois des drogues naturelles et des drogues synthétiques, consommées à des fins récréatives, anti-douleur ou psychiatriques; des drogues licites, inhalées ou avalées, et des drogues illicites officiellement combattues. La production et la commercialisation des premières sont encadrées et généralement fortement taxées. À l’inverse, les secondes alimentent d’innombrables marchés mafieux que les États ne parviennent jamais à éradiquer.

Aujourd’hui, les politiques nationales comme internationales de lutte contre les drogues illicites se fondent sur un catalogue réunissant près de trois cents substances psychoactives, réparties en catégories selon la rigueur avec laquelle elles doivent être combattues.

«Ces substances sont soumises à une longue liste d’interdits: interdiction de les cultiver, de les produire, de les fabriquer, de les exporter, de les importer, de les distribuer, de les commercialiser, de les posséder et de les consommer, obligation de les limiter exclusivement à des usages scientifiques et médicaux, note Ruth Dreifuss. Certaines, d’ailleurs, se voient nier, sans la moindre preuve, toute utilité médicale.»

«Les effets en termes de santé publique et de sécurité, de discrimination et de surpopulation carcérale démontrent la nécessité de changer de cap.»

Rapport de la Commission internationale de politique en matière de drogues

Les conventions des Nations unies ont progressivement installé, de 1961 à 1988, le régime international de contrôle des drogues; les États se sont engagés à introduire la même classification dans leur législation nationale. Mais la guerre à la drogue menée dans ce cadre a amplement fait la preuve de sa totale inefficacité, doublée de considérables effets pervers.

Ces politiques répressives aveugles sont dénoncées par la GCDP depuis sa création en 2011: «Les effets en termes de santé publique et de sécurité, de discrimination et de surpopulation carcérale, de montée en puissance du crime organisé avec leurs corollaires de violences et de corruption ainsi que de privation de médicaments essentiels, démontrent la nécessité et l’urgence de changer de cap et de mettre en place des politiques plus efficaces et plus respectueuses des droits humains», insiste Ruth Dreifuss.

Le récent rapport de la commission fournit une analyse factuelle de l’histoire, des procédures et des incohérences majeures de la classification des substances psychoactives, en rappelant notamment que certaines des plus massivement nocives (le tabac et l’alcool) échappent à la prohibition et assurent de considérables profits aux acteurs commerciaux et aux États.

Ceci posé, le texte se penche sur les molécules psychoactives illicites, soit les drogues qui sont toutes considérées, par définition, comme hautement nocives et gérées par différents types d’organisations criminelles.

Bien évidemment, les frontières séparant les substances légales de celles qui ne le sont pas n’ont aucune valeur scientifique ou médicale: la cartographie, ici, n’est que la résultante d’une longue histoire de domination culturelle, économique et politique. Ces frontières sont d’ailleurs mouvantes, comme en témoigne l’actuel courant international de dépénalisation/légalisation du cannabis. Aucune corrélation n’est établie entre les effets psychotropes, les plaisirs procurés et les dégâts individuels et collectifs.

Quant à la classification actuelle, loin d’être scientifiquement fondée, elle est bien souvent «tributaire de l’idéologie, des préjugés et de la discrimination de groupes de population marginalisée, voire des intérêts financiers de l’industrie pharmaceutique».

source

00000000000

Efectivos de Gendarmería Nacional incautaron 83 kilos de cocaína y 26 kilos de marihuana que eran transportados bajo el modus operandi de dobles fondos en la carrocería de un vehículo en la localidad de Puerto Iguazú por lo que el conductor y su acompañante quedaron detenidos. Se trata del mayor cargamento de cocaína secuestrado por Gendarmería en Misiones.

El hecho ocurrió en horas de la madrugada cuando gendarmes del Grupo Vial “Urugua-Í” dependiente del Escuadrón 13 “Iguazú” desplegados sobre la ruta nacional N° 12, a la altura del kilómetro 1.606, inspeccionaron la marcha de un automóvil Mercedes Benz, ocupado por dos ciudadanos paraguayos.

Al aproximarse a la zona del piso del baúl y zócalos, el can detector de narcóticos “Mara” cambió su actitud alertando a los efectivos del posible uso del rodado para traficar drogas.

En el centro de fronteras « Puerto Iguazú », el scanner de la Aduana mostró a los uniformados, las figuras rectangulares ocultas bajo la chapa.

Con la autorización del Juzgado Federal de Eldorado, se comenzó a desmantelar las estructuras metálicas del chasis, logrando extraer 56 paquetes con marihuana y 95 con cocaína.

LEER

0000

Los tres, y un cuarto magrebí que se encuentra en búsqueda y captura, mantuvieron según la investigación numerosos contactos telefónicos y realizaron viajes y encuentros, varios de ellos a mesa y mantel en Vigo y Bueu, para preparar la introducción de grandes cantidades de cocaína que se descargarían en las Rías Baixas para su posterior traslado a Europa en vehículos con compartimentos ocultos.

Leer

0000

Belle saisie de drogue opérée, jeudi soir, par les services des douanes et la police municipale de Toulouse dans un établissement commerçant de l’avenue des Etats-Unis.

Deux individus qui détenaient une importante quantité de cocaïne et d’héroïne ont été interpellés.

Lire

0000

A l’issue d’une enquête de la police judiciaire de Metz, d’importantes quantités d’héroïne ont été saisies en début de semaine chez quatre dealers présumés, à Longwy et ses environs. La drogue était destinée à une clientèle à la fois française, belge et luxembourgeoise.

Lire

0000

Les agents de la PAF (Police aux frontières) ont pris en chasse une Maserati dans la nuit de dimanche à lundi.

Alors qu’ils s’étaient approchés pour la contrôler à la hauteur de la gare de péage de l’A9 à la frontière avec l’Espagne, le conducteur a soudainement accéléré.

Lire

0000

Un gendarme soupçonné d’avoir monnayé avec des criminels sur le darknet placé en garde à vue

Selon nos confrères, il est soupçonné d’avoir négocié certaines informations sensibles avec des criminels sur le darknet, cette partie cachée d’Internet où pullulent la vente illégale de drogues, d’armes et de faux papiers.

Cette arrestation survient neuf mois après celle d' »Haurus », un agent de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), lui aussi soupçonné d’avoir vendu sur le darknet des informations sensibles à des membres du crime organisé, notamment des localisations de téléphones portables.

LIRE

0000

Dimanche 23 juin les agents des douanes de la brigade de Modane ont saisi 1,372 kilo de cocaïne dans un véhicule sur la plateforme française du tunnel du Fréjus (Savoie). La drogue était séparée en trois paquets entourés de cellophane qui étaient soigneusement cachés près d’une roue du véhicule.

LIRE PLUS

0000

La police allemande a annoncé ce 28 juin avoir démantelé le plus grand marché en ligne du pays pour la vente de stupéfiants ainsi que les arrestations de onze ressortissants allemands, néerlandais et polonais.

LIRE

0000

Sur les neuf lieux testés au sein du Parlement, quatre présentaient des résidus de cocaïne.

Adrian DENNIS / AFP

Après les révélations de plusieurs parlementaires sur leur consommation de drogue dans le passé, Michael Segalov, un journaliste de Vice, s’est rendu la semaine dernière au Parlement britannique pour découvrir s’il trouvait des traces de cocaïne.

Le résultat de ses investigations est sans équivoque : sur les neuf lieux testés, quatre présentaient des résidus de cocaïne.

Source

Qui osera faire le test en France?

Soutenir la pétition pour un contrôle dépistage de drogues sur l’ensemble de nos élus!

aller soutenir

0000

Danielle Casaubon, François Forgues, Louise Landreville, Othman At-Tayeb, Shawn Sainte-Croix, Maxime L’Heureux-Breton, Danny Melasco et Vincent Larkin ont été accusés pour leur part de divers chefs reliés au trafic de stupéfiants.

Selon le bilan provisoire de l’opération Pureté, quelque 30 000 $ en argent, cinq véhicules, environ 180 grammes de cocaïne, 30 grammes de crack, près de 1000 pilules de méthamphétamine ainsi que des armes prohibées ont été saisis sur les lieux des perquisitions.

« Il est trop tôt pour faire un bilan complet », mentionne le porte-parole de l’ERM-Estrie, le sergent Claude Denis.

L’Escouade régionale mixte de l’Estrie (ERM-Estrie) crime organisé a mené cette série de perquisitions visant ce réseau relié aux Hells Angels.

LIRE

0000

Des économistes, soutenus par 70 personnalités, proposent une «légalisation contrôlée» du cannabis, espérant diminuer la criminalité liée aux trafics.

Pour l’heure le gouvernement s’y oppose.

Benoît Hamon et Frédéric Péchenard livrent leur point de vue.

La légalisation du cannabis permettrait-elle de reprendre le contrôle face à l’échec de la répression? Et au bout du compte, de réduire la délinquance qui sévit dans les banlieues? C’est ce que suggère une note récente du Conseil d’analyse économique (CAE), un groupement d’économistes rattaché à Matignon, qui propose de créer un «monopole public de production et de distribution du cannabis», avec des producteurs agréés et des boutiques spécialisées. Il n’en fallait pas plus pour réveiller les espoirs de ceux qui défendent la cause de la légalisation.

Lire

0000

Polícia Rodoviária Federal fazia patrulhamento de rotina na BR-251; droga estava no meio de uma carga de repolhos, que saiu do Paraná e seguia para Sergipe.

Mais

0000

Una inspección con caninos en bodegas de la portuaria Santo Tomás de Castilla, en Izabal, dio como resultado el hallazgo de un contenedor con 233 cajas de pintura en polvo de 25 kilogramos cada una, pero en realidad tenía un alto nivel de cocaína equivalentes a casi seis toneladas de droga que fue olfateada por una unidad K-9 de la Policía Nacional Civil (PNC) informó la institución.

El operativo fue desarrollado por agentes de la Subdirección General de Análisis e Información Antinarcótica (SGAIA) de la Policía Nacional Civil con el apoyo de Homeland Security Investigations (HSI) y la Drug Enforcement Administration, (D E A) de Estados Unidos.

Leer

0000

Schroders reste prudent à l’égard des valeurs liées au secteur du cannabis. La croissance est là, mais ils estiment qu’il faut être sélectif dans le choix des sociétés à mettre en portefeuille. Il pourrait y avoir des déceptions.

Les analystes de la banque britannique Schroders estiment que «malgré de bonnes perspectives d’expansion, le marché du cannabis légal est menacé par les coûts environnementaux élevés liés à son approvisionnement et à sa fabrication ainsi que par les incertitudes concernant les effets sur la santé de son utilisation à long terme».

Ils pensent que «ces défis auront des implications considérables pour les entreprises situées le long de la chaîne de valeur. Il sera essentiel pour les investisseurs d’opérer un tri entre les sociétés les mieux placées pour s’adapter et celles qui seront moins préparées».

Un marché potentiel de 130 milliards de dollars dans dix ans

Longtemps considéré comme un divertissement réservé aux seuls initiés, le cannabis a fait son apparition sur les écrans radars des investisseurs au cours des dernières années. Le Canada est devenu le premier pays du G7 à en légaliser l’usage récréatif en octobre 2018, suivant l’exemple de plusieurs États américains et ouvrant la porte à un thème d’investissement porteur. Bien que les perspectives du marché soient importantes pour les sociétés spécialisées, elles le sont aussi pour les entreprises qui misent sur la croissance de ce secteur, avec un marché potentiel de 130 milliards de dollars dans dix ans.

Les perspectives de croissance dépendent de la réglementation

«C’est la légalisation, et non l’usage accru, qui constitue le principal moteur de la croissance du secteur. La pénétration est déjà relativement élevée sur la plupart des marchés. Les Nations Unies estiment que 3,9 % de la population mondiale sont des utilisateurs réguliers, soit près du cinquième du taux de pénétration des fumeurs de cannabis».

Malgré les perspectives d’expansion du marché, les producteurs sont confrontés à des difficultés. L’industrie naissante du cannabis légal fait face à deux problèmes majeurs: des coûts environnementaux élevés liés à l’approvisionnement et à la fabrication et des problèmes de santé et de sécurité persistants: un nombre croissant de recherches universitaires soulignent des incidences négatives aiguës et chroniques sur la santé, en particulier liées à des troubles de la santé mentale comme la psychose et la dépendance aux substances.

Dans cette optique, les analystes de Schroders proposent un cadre approprié pour identifier les acteurs les plus à même de tirer leur épingle du jeu. Celui-ci tient compte de la quantité de fleurs cultivées. Les sociétés en question possèdent-elles une marque forte? Mettent-elles en place des essais cliniques ou commercialise-t-elle des produits différenciés pour répondre à la demande sur les marchés du cannabis à usage récréatif et thérapeutique? Sont-elles diversifiées afin d’éviter les catégories à plus haut risque? Possèdent-elles un capital financier suffisant? La culture est-elle durable, avec une utilisation efficace des ressources environnementales?

LIRE

0000

Neuf véhicules de luxe, plus de 30.000 euros, 7,5 kg de cannabis et 3 kg de cocaïne. C’est la longue liste des scellés récoltés après un vaste coup de filet opéré le mardi 21 mai à Toulouse, dans le quartier de Bellefontaine.

LIRE

0000