USA đŸ‡ș🇾 (Coke en stock (CII)): l’Ă©norme mensonge de la CIA, qui remonte Ă  la surface

Publié: 13 juillet 2019 par Marc Fievet dans Narcotrafic INFOS

L’histoire qui va suivre est tout simplement sidĂ©rante : c’est celle d’une manipulation qui perdure depuis plus de trente ans, et que certains ont dĂ©couvert, pourtant, mais dont les mĂ©dias amĂ©ricains se dĂ©sintĂ©ressent de façon toute aussi sidĂ©rante depuis que la vĂ©ritĂ© a jailli. Un homme, un narcotrafiquant notoire, a Ă©tĂ© enfermĂ© 28 ans pour- entre autre- avoir assassinĂ© un agent de la DEA, qui sera prĂ©sentĂ©e par Ronald Reagan comme un vĂ©ritable martyr de la cause de la lutte contre la drogue, alors qu’on a fini par dĂ©couvrir fort rĂ©cemment qu’il n’y Ă©tait pour rien. Plus Ă©trangement encore, le trafiquant vient d’ĂȘtre libĂ©rĂ© cet Ă©tĂ© sans avoir purgĂ© la totalitĂ© de sa peine initiale, au prĂ©texte d’une erreur de procĂ©dure
 28 ans aprĂšs les faits.Mais le plus Ă©tonnant encore est de dĂ©couvrir qui exactement a tuĂ© Enrique Camarena, en 1985


L’histoire est en effet incroyable. C’est celle d’un des plus gros mensonges Ă©laborĂ© par la CIA pour dissimuler ses activitĂ©s rĂ©elles. Il aura fallu un peu moins de trente ans pour qu’elle Ă©clate, en 2013.

L’affaire avait commencĂ©, rappelons-le ici, avec la dĂ©couverte le 5 mars 1985 du corps mutilĂ© d’Enrique Camarena, un agent des bureaux de la DEA Ă  Guadalajara, au Mexique (dans l’État de Jalisco). Son corps est retrouvĂ© un mois aprĂšs sa disparition, jetĂ© dans un fossĂ© avec un adjoint (Ă  droite les deux corps ramenĂ©s Ă  la morgue par la police, photographiĂ©s par « Life »). Son crĂąne, sa mĂąchoire, son nez, ses pommettes avaient Ă©tĂ© Ă©crasĂ©s. Ses cĂŽtes brisĂ©es. Sa tĂȘte avait Ă©tĂ© forĂ©e avec un tournevis. On s’était manifestement acharnĂ© sur lui, en le torturant. L’horreur totale. el buffaloComme agent de la DEA, Enrique surnommĂ© « Kiki » Camarena avait auparavant infiltrĂ© un bon nombre de gangs lancĂ©s dans le trafic de marijuana, Ă  l’époque, se faisant souvent passer pour un acheteur potentiel. Tout se passait autour de Guadalajara, la plupart des trafiquants venant de la rĂ©gion de Sinaloa. L’homme Ă©tait efficace, et son plus haut fait d’armes est d’avoir provoquĂ© la destruction d’une plantation gigantesque de 1000 hectares de marijuana, le Rancho Buffalo (ici Ă  gauche), dans lequel il s’était fait photographier. Le ranch Ă©tait la fiertĂ© de Caro Quintero, alors le plus gros trafiquant de la rĂ©gion. Le manque Ă  gagner de cette destruction expliquait parfaitement pourquoi le cartel qui avait installĂ© cette gigantesque usine Ă  drogue aurait pu en vouloir Ă  Enrique Camarena au point de vouloir l’assassiner. Quintero, originaire de Sinaloa
 devenu depuis le nom du cartel parmi les plus violents du Mexique. A l’époque on parlait plutĂŽt du Cartel de Guadalajara, situĂ© plus au sud et dirigĂ© par FĂ©lix Gallardo, Et on parlait aussi de « Sicile mexicaine » pour dĂ©crire la rĂ©gion de la frontiĂšre avec les Etats-Unis. Le frĂšre de Caro, Miguel Caro Quintero prendra la tĂȘte du cartel de Sonora, bĂąti en fait sur les ruines de celui de Guadalajara, une fois Gallardo arrĂȘtĂ©.

LIRE

0000

commentaires

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s