Archives de 30 juillet 2019

DESARTICULAMOS una
organización dedicada al tráfico internacional de drogas vía marítima hacia Europa y Estados Unidos. La droga estaba oculta en 266 tablones de madera (1.498 paquetes de cocaína).

La Op. deja como resultado la aprehensión de 3 ciudadanos.

Leer mas

https://www.elcomercio.com/actualidad/policia-decomiso-toneladas-droga-cocaina.html

0000

Désireuse de rétablir son commerce, la couronne britannique va imposer à la Chine l’opium venu d’Inde.

Elle en profitera ensuite pour faire sauter toutes les barrières tarifaires dressées par l’empire du Milieu pour protéger son marché.

LIRE

0000

Le ministère de la Défense a présenté une vidéo montrant un responsable contrôlant les sacs.
Et les enquêtes continuent à indiquer comment 600 kilos de cocaïne sont sortis par l’aéroport de Carrasco. Ce lundi, le procureur Patricia Rodriguez a recueilli les déclarations de plusieurs membres de l’armée de l’air qui sontĺ allés expliquer le fonctionnement des tâches accomplies par la police de l’air à l’aéroport.
Jusqu’ici, l’enquête a mis en évidence l’un des membres de cette force, qui était celui qui avait utilisé le scanner où passaient les bagages des passagers et de l’équipage de l’avion transportant la drogue et faire passer les sacs sans contrôle alternatif.

Source et vidéo

Tres toneladas de cocaína incautadas, 22 laboratorios destruidos donde procesaban esa droga y 143 personas capturadas dejó como balance la operación ‘Escudo’ que adelantaron autoridades durante los últimos 15 días en Norte de Santander.

El operativo fue realizado por la Fiscalía, la Policía y el Ejército,
quienes reportaron que este golpe a estructuras criminales se dio en un total de 47 operaciones y 104 allanamientos.

LEER

0000

Quand le discernement est absent…

Indie-Rose Clarry a 5 ans. Elle est atteinte d’une forme rare d’épilepsie depuis sa naissance: le syndrome de Dravet. Sa pathologie entraîne des troubles moteurs et du langage, mais aussi des troubles du sommeil, de l’alimentation, et peut engendrer des affections chroniques touchant les voies respiratoires.

Mais depuis un peu plus d’un an, la fillette va mieux depuis que son médecin lui a prescrit un traitement à base de cannabis.

Seulement voilà, vendredi dernier, alors que sa mère, Tannine Montgomery, passait la frontière entre l’Angleterre et les Pays-Bas pour se procurer le traitement à moindre coût, la douane le lui a confisqué.

Tannine a pourtant présenté une ordonnance tout à fait légale, rédigée par un médecin britannique, et a expliqué que d’autres agents de la douane aéroportuaire l’avaient déjà autorisée à passer la frontière avec cette huile au cannabis qui diminue les convulsions de sa fille et l’apaise.

LIRE la suite

0000

Par Chantal Rayes, correspondante à São Paulo

Ce bain de sang est le deuxième dans une prison amazonienne cette année. En mai, 55 détenus avaient été assassinés à Manaus. En janvier 2017, plus d’une centaine de détenus avaient péri dans la guerre de gangs en Amazonie et au Nordeste.

Comment l’expliquer ?
Ces violences sont le résultat de l’expansion du PCC [né en 1993 dans un pénitencier de São Paulo où étaient détenus ses fondateurs, des braqueurs de banque, ndlr]. Avec le gang, les prisons sont devenues stratégiques pour l’organisation du trafic de drogues hors du système carcéral. Ses leaders dirigent les affaires directement depuis leur cellule, grâce à la popularisation du téléphone cellulaire, qui entre sous le manteau en prison. Le PCC a mis sur pied ce modèle de gestion dans les années 2000, quand il a réussi à prendre le contrôle de 90% des prisons de l’Etat de São Paulo, les plus peuplées du pays. Maintenant, il brigue le marché de la drogue dans les autres Etats brésiliens, après avoir approché des fournisseurs actifs à la frontière avec la Bolivie et le Paraguay. Or, il se heurte à la résistance des gangs locaux. Car le «business model» du PCC a essaimé un peu partout dans le pays. Plus un Etat du Brésil où il n’y a pas de gangs dans les prisons. Il y a vingt ans, ils étaient encore quasiment inexistants.

LIRE

0000