Archives de la catégorie ‘AFRIQUE’

L’opération a mobilisé une centaine de gendarmes ainsi qu’un avion Awacs de l’armée de l’air.

Un Mirage 2000 avait également été placé en alerte.

Il est un peu plus de 17 heures, ce dimanche 22 juin.

Aux abords de Saint-Nazaire-de-Ladarez, joli village perché sur les collines boisées qui dominent l’Hérault, un hélicoptère Écureuil vient de s’arracher du sol. En contrebas, dans une clairière, deux hommes s’apprêtent à prendre la route de Paris dans leur Citroën C5 quand, soudain, ils se retrouvent cernés par plusieurs dizaines d’hommes du GIGN. Dans leur voiture, les gendarmes découvrent un peu plus de 560 kg de résine de cannabis tout juste importés du Maroc. Moins d’une demi-heure plus tard, les quatre passagers de l’hélicoptère qui a servi à transporter la drogue et trois complices sont à leur tour «cueillis», sans qu’aucun coup de feu ne soit tiré, par un solide comité d’accueil sur le tarmac de l’aéroport Béziers-Vias ainsi que dans un hôtel de Béziers.

Parmi eux, Gilbert Casanova et Jean-Pierre Bernardini, figures du nationalisme corse, soupçonnés d’avoir mis sur pied, pour la première fois en France, une vaste filière de trafic de cannabis par voie aérienne. Menée avec le concours d’une centaine de militaires et l’appui de moyens aériens dignes d’une production hollywoodienne, l’interception de ce «fly fast» selon l’expression policière , menée sur commission rogatoire d’un magistrat de la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille, conclut huit mois d’enquête conduite dans la plus grande discrétion par les gendarmes de l’Hérault. En octobre 2007, c’est un chasseur surpris par l’étrange manège d’un hélicoptère civil, ainsi que plusieurs riverains incommodés par le vacarme, qui avaient alerté la brigade de Murviel-lès-Béziers. Soupçonnant un trafic de stupéfiants d’un genre inédit, la section de recherches de Montpellier avait alors rapidement mis sur pied la cellule «Air 34», composée de neuf militaires affectés à la surveillance des convoyeurs.

LIRE la suite http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/06/21/01016-20080621ARTFIG00627-l-assaut-du-gign-contre-l-helicoptere-de-la-drogue.php

……..

Lire plus

http://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/coke-en-stock-li-les-helicos-101826

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Gilbert_Casanova

000000000000000000000000000000000000

La prise des commandos Marine, ici 130 kg d’héroïne en mai dernier, sur un boutre au large de l’Afrique de l’Est, a été re-conditionnée dans des sachets de saisie tricolores. Photo Marine nationale

—-

Engagé depuis le 27 mars dernier, le Surcouf a opéré dans le cadre d’une mission internationale de lutte contre les trafics illicites servant potentiellement à financer les organisations terroristes.

Dans une région sous tension allant de l’océan Indien à la mer Rouge, elle était commandée depuis le centre de Bahreïn par la Force opérationnelle navale combinée (CTF 150).Et les résultats ont été éclatants: la frégate furtive a notamment pris part à sept opérations contre le narcotrafic, interceptant des boutres (petits voiliers caboteurs) suspects chargés de 500 kg d’héroïne au total.

« Ces quatre saisies d’une demi-tonne de drogue sont une grande réussite collective, ponctuée d’une fierté du travail accompli pour l’État et la coopération internationale, s’est félicité le commandant Muller. La dernière, qui remontait à un an, devait s’élever à 150-200 kg.»

 

lire la suite:

http://www.varmatin.com/faits-divers/500kg-dheroine-saisis-en-mer-par-la-fregate-toulonnaise-surcouf-159978

0000000000000000000000000000

Aloysius Nnamdi Ikegwuonu se retournera ensuite contre son mentor, refusant qu’aucun autre de ses protégés ne profite du trafic. Il deviendra ensuite « l’Evêque » et amasse tant de richesses qu’il construit des routes, des églises et des écoles dans sa province d’origine au Nigeria : des actions saluées alors par le gouverneur de l’Etat, Willie Obiano, qui les qualifie de « projets humanitaires ». Les deux hommes n’hésitent pas à poser, côte à côte, sur d’immenses panneaux publicitaires en leur honneur.

image: http://img.lemde.fr/2017/08/10/3/0/474/315/768/0/60/0/3e89853_3135-iizusk.6iorum1jor.jpg

Un panneau sur lequel Aloysius Nnamdi Ikegwuonu, à gauche, pose avec le gouverneur de l’Etat d’Anambra, Willie Obiano, pour célébrer les dons du premier en faveur des routes de la région. Aloysius, ciblé par des tueurs dimanche 6 août dans son l’église, a disparu sans laisser de traces.

Un panneau sur lequel Aloysius Nnamdi Ikegwuonu, à gauche, pose avec le gouverneur de l’Etat d’Anambra, Willie Obiano, pour célébrer les dons du premier en faveur des routes de la région. Aloysius, ciblé par des tueurs dimanche 6 août dans son l’église, a disparu sans laisser de traces. Crédits : nairaland.com

A travers sa fondation Ebubechukwu Uzo, dont la page Facebook est à la gloire de Jésus et de Dieu, « l’Evêque » met en place des programmes de microcrédits pour les veuves et les personnes âgées. Fin juillet, il offre trois voitures aux nouveaux prêtres d’Ozubulu. « Il fait ça chaque année pour les nouveaux ordonnés », raconte Ejefonye Okamachi, un résident de la communauté. Dans une interview au journal nigérian The Nation, un porte-parole de la fondation réfute toutefois l’origine criminelle de la fortune de « l’Evêque », qui provient selon lui d’investissements immobiliers. Pour le porte-parole, la tuerie de dimanche était « un acte terroriste ».

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/08/10/au-nigeria-quand-l-eveque-est-aussi-baron-de-la-drogue-ses-fideles-meurent-a-la-messe_5170923_3212.html#4qthT0Pwi3yU8YCz.99

000000000000000000000000000000000000

Les services des douanes de l’Aéroport international de Libreville ont saisi, le 9 août, de la cocaïne sur une passagère de nationalité vénézuélienne. Quid de ses éventuelles complicités au Gabon ?

En provenance d’Addis-Abeba, par Ethiopian Airlines, une Vénézuélienne de 37 ans, Irma Coromoto Izquierdo Perez, a été appréhendée le mercredi 9 août 2017 à l’aéroport de Libreville, alors qu’elle avait dépassé les contrôles de la Police de l’air et des frontières (Paf) et de la douane et s’apprêtait à sortir de la zone internationale avec pour seul bagage son sac à main. Ce qui a attiré l’attention des agents de l’Oclad à l’ADL qui l’ont interpellée pour en savoir plus.

Selon les agents de l’Oclad, la jeune dame, qui avait abandonné son trolley sur le tapis roulant à bagages, avait été signalée aux services des douanes qui avaient sa photographie.

Lire la suite: http://gabonreview.com/blog/de-cocaine-45-millions-saisie-a-ladl/

00000000000000000000000000000000000

Résultat de recherche d'images pour "le navire «Lady Boss»"
——————————————————-
.Le service de surveillance douanière  a intercepté à environ 32 miles nautiques au sud du port d’Almería, un navire marchand de 88 mètres de long, appelé «Lady Boss», battant pavillon des Comores, qui transportait une quantité importante de Résine de cannabis.
Résultat de recherche d'images pour "SVA «Alcatraz»"

L’opération a été effectuée par les marins-douaniers du patrouilleur «Alcatraz», qui fait partie du dispositif de renforcement de  surveillance sur le détroit de Gibraltar, avec l’appui de l’hélicoptère du SVA à Almeria.

Résultat de recherche d'images pour "hélicoptèro del SVA à Almeria."

Le patrouilleur de la Guardia civil, le «Rio Miño», qui participait aussi à l’opération INDALO, qui se déroule en ce moment dans les eaux du sud de l’Espagne. Cette opération est conduite sous le parrainage de l’Agence européenne FRONTEX.

L’opération a débuté il y a une semaine, lorsque les aéronefs de surveillance douanière ont détecté le cargo «Lady Boss» dans une zone où les chargements de drogue sont habituellement effectués dans la région du détroit.

Après la visite à bord de l’équipage du patrouilleur «Alcatraz», environ 600 valises marocaines de haschisch (environ 18 000 kilos de drogue), ont été découvertes.

Immédiatement, les treize membres d’équipage du navire, onze Ukrainiens et deux Bulgares ont été arrêtés et le navire a été ramené au port d’Almeria.

Les détenus, le bateau, les drogues  sont mis à la disposition de la Cour d’instruction d’Almeria.

Source: SVA – Diario de Noticias – http://noticiassva.blogspot.fr/

0000000000000000000000000

 

Exploitant une information anonyme faisant état de l’existence d’un réseau de trafic international de chanvre indien de la variété « BROWN » situé entre Dakar et Bamako et qui aurait fait débarquer une grosse quantité de ladite drogue dans une maison en chantier située à Rufisque, les hommes du Commissaire Divisionnaire Idrissa CISSE sans désemparer ont mis, après avoir reçu l’information, un important dispositif de surveillance et de filature aux alentours du lieu indiqué où se dégageait une forte odeur de cannabis.

C’est ainsi qu’ils ont aperçu le 06 août 2017, aux environs de 08h 45mn, un individu se dirigeant dans la maison, portant un sac à dos de couleur noire. Interpellé, il a été découvert dans le sac six (06) sachets en plastique vides de couleur blanche.

Une perquisition menée ensuite dans les chambres s’est soldée par la découverte de cinquante-deux (52) sacs en sisal contenant chacun douze (12) briques de chanvre indien,  soit 2 kilogrammes par brique et pesant au total une tonne deux cent quarante-huit kilogrammes (1T 248kg).

lire plus:
00000000000000000000000000000000000000000

La diffusion du film Gibraltar, trop librement inspiré de l’action menée avec la DNRED, suite aux pressions exercées par Jérôme Fournel, le très  « show-biz  DG » de la Douane française, sur le producteur du film Dimitri Rassam, me permet de me rappeler, une fois encore, que certains hauts fonctionnaires de la Douane française pensent plus à développer une carrière parfaite au détriment de la bonne marche des actions menées par son « service d’intelligence » dont vous avez aujourd’hui la responsabilité.

J‘espère que le poste que vous occupez aujourd’hui à la suite de Jean Henri Hoguet, Joseph Le Louarn, Bernard Puyanet, Jean Puons, Gérard Estavoyer, Guy Gouin et Jean Paul Garcia vous permettra d’avoir le sens du discernement que vous n’aviez pas démontré posséder lorsque vous receviez avec mépris mes grands enfants ou lors de vos passages successifs devant moi sur le trottoir de la DG au 11 Rue des Deux Communes à Montreuil, lorsque vous y sortiez pour fumer une clope et m’ignorer totalement alors que je tractais la réalité de mon vécu.

Pourtant Jean Paul Garcia, votre prédécesseur, lui, avait accepté de me voir, entrainant même ses plus proches collaborateurs de l’A2 dans mon « camping car » pour qu’ils m’achètent un de mes livres, précisant: « Tout ce que raconte Marc est vrai ! »

Gérard Schoen, l’administrateur civil du contentieux, que j’attendis jusque 20 h 40 ce vendredi là, se sauva en courant pour ne pas avoir à répondre des conneries émises sur un plateau de télévision en bon petit soldat du DG Jérôme Fournel.

Être serviteur de l’État exige une éthique et un respect des faits vécus sans systématiquement les déformer pour s’exonérer de toutes responsabilités et ainsi continuer un déroulement de carrière parfait.

Être serviteur de L’État exige d’assumer le passé sans chercher à l’arranger.

Être serviteur de l’État impose pour assumer la continuité du service de L’État d’assurer les engagements pris par ses prédécesseurs, ce que ne fit pas le « DG de passage » François Auvigne.

Être serviteur de L’État, c’est servir son pays à travers son administration et non pas se servir de son administration pour réussir.

Bonne semaine Madame!

Marc Fievet – AKA NS 55 DNRED

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

 

 

 

Maurice connaissent un nouveau rebondissement. Ils s’intéressent désormais aux liens de certains avocats avec les milieux de la drogue. Présidée par un ex-juge réputé intraitable, cette commission s’intéresse pour l’heure à une douzaine d’avocats, dont certains sont députés de la majorité. 

Le déballage ne fait que commencer. 

LIRE la suite 

http://www.rfi.fr/afrique/20170721-maurice-liens-etroits-entre-avocats-milieux-drogue

0000000000000000000000000000000


El Ejército del Frente Polisario detuvo este domingo a las siete y media de la tarde a 19 hombres marroquíes que portaban fardos de hachís, según indicaron fuentes de la República Árabe Saharaui Democrática (RASD). La detención se produjo en las llamadas “zonas liberadas” del Frente Polisario, en concreto, en la región de Agchan Labiad, perteneciente al sector de Guelta Zemur. Las mismas fuentes indicaron que los detenidos se encuentran presos en un lugar que no quisieron revelar y están a la “espera de ser juzgados”. Es la primera vez que el Frente Polisario detiene a civiles marroquíes.

Leer mas

https://internacional.elpais.com/internacional/2017/07/17/actualidad/1500320082_152325.html

0

L’article, numéroté 35 de la longue saga qui perdure toujours aujourd’hui, faisait suite à toute une série expliquant les petits bimoteurs ayant tenté la traversée de l’Atlantique à partir justement du Brésil pour se rendre en Afrique de l’Ouest et y apporter leur cargaison de drogue colombienne.  Eh bien récemment (en fait en novembre 2016), toutes ces histoires semblent être remontées à la surface en se télescopant entre elles.  Notamment celle des « héritiers de Mermoz » comme je les avais appelés (dans l’épisode 5 notamment).  Mais revenons d’abord sur ces folles  dernières années, pour mieux dresser le décor de cette nouvelle découverte…  Un décor commun aux deux pays, si semblables en tout, jusqu’à la corruption effrénée et jusqu’au plus haut de l’Etat, pour les deux.  A droite, un rappel avec le Cessna 441 Conquest sous une fausse immatriculation d’un côté et d’une vénézuélienne de l’autre (YV1647) venu se poser en catastrophe en 2008 en Sierra Leone, haut lieu du trafic de drogue de l’Afrique de L’Ouest.  Bardé de bidons d’essence vides à l’intérieur.  Il avait réussi la traversée de l’Atlantique !!!

Une vieille histoire

Quand je vous avais parlé du Suriname, j’avais laissé entendre que le trafic de cocaïne y sévissait depuis très longtemps déjà.  Pour des tas de raisons (le pays étant comme le Brésil sur la route de l’exportation de la coke colombienne) mais il est vrai aussi des raisons… politiques, très bien résumées ici par deux confrères David Weinberger, chercheur à l’INHESJ (Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice). et Arnaud Jouve journaliste à RFI.  Je ne saurais que trop vous conseiller de lire la superbe enquête, disponible ici.  Leur première phrase d’introduction vous met très vite dans l’ambiance : « petit pays méconnu d’Amazonie, le Suriname, qui fut une ancienne colonie néerlandaise, est devenu, quelques années après son indépendance en 1975, une plateforme majeure du trafic transcontinental de la cocaïne entre l’Amérique du Sud et l’Europe« .  La seconde rappelant que c’est loin d’être terminé comme situation :  « sa position sur la façade atlantique, la présence d’une importante communauté surinamienne aux Pays-Bas, et l’implication de hauts responsables de l’armée du Suriname ont permis aux cartels de s’ouvrir aux marchés européens de la drogue.  Dans les années 1990, 60% de la cocaïne en circulation en Europe a transité par ce pays.

LIRE la suite: http://www.centpapiers.com/coke-en-stock-cxxiii-que-se-preparait-il-donc-a-yupukari-au-guyana-1/

00000000000000000000000000000000000000000000000000